caractérisation mécanique de matériaux

Top PDF caractérisation mécanique de matériaux:

Caractérisation mécanique des matériaux élastiques à l'échelle locale par microscopie à pointe vibrante : Approche multimodale et mesure de champs

Caractérisation mécanique des matériaux élastiques à l'échelle locale par microscopie à pointe vibrante : Approche multimodale et mesure de champs

ficient de Poisson ν S ) des matériaux isotropes en couches minces. Pour atteindre un tel objectif, il est possible de transposer à l’échelle micro les essais existant à l’échelle ma- cro comme par exemples : l’essai de traction [1]-[2], l’essai de compression [3], l’essai de gonflement de membrane [4], l’étude de la réponse élastique d’un microlevier chargé sta- tiquement en flexion [5] ou l’étude des modes de flexion et de torsion d’un microlevier en dynamique [6]. Cependant, ces travaux de thèse ne concernent pas les méthodes qui né- cessitent la réalisation d’un corps d’épreuve et se limitent aux méthodes qui s’appliquent à la couche déposée (sans « usinage » supplémentaire). Ainsi, ces travaux se focalisent plutôt sur des techniques comme la microscopie à sonde locale ou la nanoindentation, techniques de caractérisation mécanique à l’échelle locale qui se sont grandement déve- loppées durant ces deux dernières décennies. Ces méthodes autorisent à venir mesurer l’élasticité de matériaux en couche mince de manière fiable à une échelle très localisée. La microscopie à force atomique a été développée pour pallier à la limitation de la micro- scopie optique par le critère de Rayleigh, elle utilise alors une pointe en guise de sonde. C’est ainsi que le premier microscope à force atomique (AFM) a été développé par Binnig et al. [7], il utilise un microlevier submillimétrique avec en bout une pointe ayant un rayon de courbure de l’ordre de la dizaine de nanomètres. L’AFM sert initialement à mesurer la topographie des échantillons mais plusieurs méthodes ont ensuite été développées pour mesurer l’élasticité des matériaux. La première est la courbe force-distance [8]-[9]. Elle consiste à charger le matériau avec la pointe puis à le décharger, tout en mesurant la déflexion du microlevier, qui est liée à la réponse élastique de l’échantillon, en fonction de la distance. Elle permet d’obtenir une mesure quasi-statique du module d’élasticité réduit E ∗
En savoir plus

181 En savoir plus

Caractérisation Physico-mécanique des Matériaux Bio-Composites EpoxyFibres de Palmier Dattier (Material & Processes)

Caractérisation Physico-mécanique des Matériaux Bio-Composites EpoxyFibres de Palmier Dattier (Material & Processes)

Mots Clés : palmier dattier ; palme ; bois fibreux; époxyde; caractérisation physico-mécanique. I. I NTRODUCTION L’utilisation industrielle des divers types de fibres naturelles en tant que renfort dans les matériaux composites nécessite une connaissance précise de leurs propriétés physico- mécaniques. Si ce travail de caractérisation a été suffisamment investis pour certaines fibres telles que le chanvre, le jute et le lin, les études de caractérisation des fibres de palmier dattier ont présenté un retard considérable, ce qui a empêché leur exploitation dans divers domaines industriels. Dans ce contexte, les travaux de Al-Oqla et Sapuan [1] présentent les critères de classification des matériaux composites à base de fibres naturelles pour plusieurs applications industrielles. Actuellement les fibres de palmier dattier ont commencé à susciter l’intérêt de plusieurs chercheurs en raison de leur disponibilité abondante à de faible coût économique. Divers travaux confirment les bonnes propriétés mécaniques, physiques et thermiques du bois et des fibres extraites de différents types de palmier dattier [2, 3]. Ces propriétés rapportées à la faible masse volumique de ces fibres a encouragé plusieurs chercheurs à utiliser ces fibres dans l’élaboration des matériaux composites bio-sourcés [4-10]. La bonne adhérence inter-faciale entre les fibres du palmier et la résine a été bien montrée avec les résines polyester [11] et l’époxyde [12].
En savoir plus

4 En savoir plus

Conception et caractérisation mécanique des pièces en matériaux composites moulées par compression

Conception et caractérisation mécanique des pièces en matériaux composites moulées par compression

Conception et caractérisation mécanique de composites hautes performances moulés par compression 96 IV.4.2 Influence de la nature craquée des fibres Comme nous l’avons évoqué précédemment, Les fibres de carbone utilisées pour la conception de certains prepregs du fournisseur ‘S’ sont de nature craquée, c'est-à-dire préalablement étirées jusqu’à rupture au niveau de leurs points faibles. Ainsi, les mèches constituées de ces fibres ont la capacité de s’allonger à chaud sous fortes tension grâce aux discontinuités des fibres craquées, ce qui n’est pas le cas des mèches fibres classiques dont la continuité parfaite des fibres dans les mèches empêche toute élongation supplémentaire de ces dernières. Les observations des cuvettes moulées ont montré que toutes celles à fibres craquées présentaient en général les désalignements les plus importants sur le fond plat des cuvettes aussi bien à armures quasi-UD que tissées. De plus, ces cuvettes présentaient comme on peut une fois de plus l’observer sur la figure IV.3 des ondulations de fibres dans le plan. Ces observations nous amènent à penser que les mèches à fibres craquées lors de la montée en pression s’allongent comme prévu. Cependant, dans la zone plane, cet allongement n’est pas nécessaire du fait de la simplicité de la géométrie de cette zone. Il en résulte des sur-élongations inutiles responsables des défauts de tension (sous-tensions) de fibres dans la zone plane qui sont alors facilement entrainées par l’écoulement de la matrice. D’où ces ondulations de fibres/mèche dans le plan. Ce mécanisme d’ondulation des fils/mèches dans le plan contribue à abaisser les propriétés mécaniques des stratifiés à base de fibres craquées par rapport à leurs homologues à fibres classiques provenant des autres fournisseurs (P et C). On peut en juger par la différence importante des niveaux de performances mécaniques (cf. tableaux IV.4 et IV.5) entre les matériaux contenant ces deux types de fibres. En guise d’exemple, prenons le cas des cuvettes numéros (N°) 2 (peek_P_satin) et 4 (peek_S_satin), qui sont toutes deux moulées dans les mêmes conditions, qui ont des taux volumiques de fibres équivalents, mais présentent un gap important de propriétés mécaniques en faveur de la cuvette à fibres classiques (peek_P_satin).
En savoir plus

267 En savoir plus

Développement d'un procédé d'enroulement filamentaire adapté aux matériaux composites sandwich et caractérisation mécanique des matériaux

Développement d'un procédé d'enroulement filamentaire adapté aux matériaux composites sandwich et caractérisation mécanique des matériaux

III.2.1.2 Essai de compression perpendiculaire (sens transversal) En ce qui concerne l’essai de compression perpendiculaire, on cherche principalement les propriétés mécaniques transverses en compression de l’âme constituante au sein d’une structure sandwich. Les peaux sont relativement rigides par rapport à l’âme, ce qui donne à la structure globale une certaine stabilité lors de l’essai de caractérisation. En complément de cette étude expérimentale, plusieurs travaux de recherche ont porté aussi sur l’étude numérique de la présence de résine au sein des matériaux en mousse (YU-TI, et al., 2011). De telles études numériques ont démontré leur efficacité et leur fiabilité dans le passé dans des simulations de compression transversales sur des structures sandwich avec des âmes cellulaires (HEIMBS, et al., 2007). Afin d'être en mesure d'évaluer les performances en compression perpendiculaire d'un matériau d’âme sandwich, il est nécessaire de connaître leurs propriétés mécaniques linéaires et non linéaires, en particulier pour ce type de sollicitation (CORIGLIANO, et al., 2000). (JOHN, et al., 2008) ont montré que les forces de compression perpendiculaire et longitudinale ainsi que la valeur du module correspondants augmentent avec le taux de résine présent dans l’âme et ne sont pas très affectés par la présence de vides. D'autre part, et en se basant sur les travaux de (NOROUZI, et al., 2015), l'étude des courbes force-déformation, obtenues à partir de tests de compression, a montré une résistance mécanique optimale avec une masse très légère concernant les sandwich étudiés. D’après la Figure I-16, la comparaison entre les résultats expérimentaux (a) et numériques (b) a révélé qu'il y a un bon accord entre ces résultats, ce qui implique que la simulation par éléments finis peut être utilisée au lieu de procédures expérimentales relativement longues afin d’étudier l'effet des différents paramètres sur les propriétés mécaniques élastiques des composites sandwich étudiés. Cela nécessitera à minima la connaissance des propriétés des constituants du matériau : peaux, âme et colle.
En savoir plus

281 En savoir plus

Caractérisation mécanique de matériaux élastoplastiques - utilisation d'indenteurs axisymétriques

Caractérisation mécanique de matériaux élastoplastiques - utilisation d'indenteurs axisymétriques

Cet article a pour objet la détermination de relations reliant la loi de com- portement d’un matériau aux grandeurs mesurées par indentation. On consi- dérera ainsi sa dureté (que l’on identifiera à sa pression moyenne de contact) ainsi que sa courbe d’indentation (c’est-à-dire la relation entre la force appli- quée et le déplacement de l’indenteur dans le matériau pendant l’application et le retrait de la charge). Ce problème a déjà été étudié par Sneddon [15] dans le cas de matériaux à comportement élastique et linéaire et par Tabor [16] dans le cas de matériaux rigides parfaitement plastiques. On cherche à généraliser ces résultats à des matériaux aux comportements plus complexes, ainsi qu’à des indenteurs de formes différentes.
En savoir plus

17 En savoir plus

Caractérisation mécanique de matériaux stratifiés hybrides composites biosourcés/métal pour le mobilier urbain

Caractérisation mécanique de matériaux stratifiés hybrides composites biosourcés/métal pour le mobilier urbain

2 potentiel à des hybrides réalisés à partir de fibres naturelles. Cette nouvelle famille de matériaux a été très peu explorée et développée jusqu’ici. Seules quelques études récentes sont disponibles à l’heure actuelle dans la littérature ouverte [4-5]. L’objectif de ce travail est donc de contribuer à l’accroissement des connaissances sur le sujet et de participer à l’évaluation des potentialités des solutions stratifiées hybrides composites biosourcés/métal en vue d’une application au mobilier urbain.

10 En savoir plus

Caractérisation mécanique dynamique de matériaux poro-visco-élastiques

Caractérisation mécanique dynamique de matériaux poro-visco-élastiques

Les methodes de caracterisation des parametres viscoelastiques, valables pour tous materiaux visco-elastiques ainsi que celles adaptees aux poreux sont presentees dans cette partie.. I[r]

154 En savoir plus

Comportement au jeune âge des matériaux cimentaires – Caractérisation et modélisation chimio-hydro-mécanique du retrait

Comportement au jeune âge des matériaux cimentaires – Caractérisation et modélisation chimio-hydro-mécanique du retrait

Les figures suivantes 2.22 et 2.23 regroupent les principaux résultats concer- nant les propriétés mécaniques des matériaux testés. Rappelons que les éprouvettes 40x40x160mm utilisées pour ces essais sont gardées dans les mêmes conditions de tem- pérature et d’H.R. que les éprouvettes des autres essais (retrait libre et essais aux an- neaux). Nous remarquons que parmi toutes ces formulations, seuls l’emploi des fibres en verre et le ciment expansif ont permis d’augmenter les résistances par rapport au mortier de référence. Pour les autres, la diminution peut atteindre les 30% en flexion et les 45% en compression, avec les cendres volantes notamment. Ceci peut s’expliquer par le fait que les cendres ont une cinétique d’hydratation plus lente que les autres constituants du ciment. Cette cinétique se trouve par ailleurs désavantagée par le sé- chage au jeune âge. Les autres diminutions proviennent certainement du remplacement de la quantité de ciment initiale par les autres constituants inertes chimiquement. Il est à remarquer que les fibres apportent généralement une ductilité post-pic dans les essais de flexion, mais qui n’est pas visible dans nos essais à effort imposé. D’autre part, l’ajout de bulles d’air entraîné permet d’augmenter la porosité capillaire ce qui joue un rôle primordial dans la résistance. En se basant ainsi sur la règle de Powers [ 102 ], une introduction d’1% d’air entraîné peut faire perdre jusqu’à 5% de résistance, ce qui confirme nos résultats.
En savoir plus

223 En savoir plus

Caractérisation physicochimique et mécanique de matériaux céramiques obtenus à partir des argiles Tunisiennes

Caractérisation physicochimique et mécanique de matériaux céramiques obtenus à partir des argiles Tunisiennes

L’étude géologique du Trias de la plate forme saharienne (Fig.2) a mis en relief des niveaux argileux d’épaisseur et d’étendue importante. Ces niveaux vont faire l’objet d’une identification et caractérisation dans le but de voir leurs domaines d’applications dans l’industrie. Nous avons effectué un prélèvement d’une vingtaine de kilogrammes de terre argileuse en deux endroits différents du site (A1 et A2), ensuite rassemblés en un seul, après homogénéisation de l’ensemble, nous obtenons le mélange (M) d’argile triasique de la formation Kirchaou.
En savoir plus

9 En savoir plus

Caractérisation du comportement mécanique de matériaux hydrauliques à basse résistance

Caractérisation du comportement mécanique de matériaux hydrauliques à basse résistance

2. Etude de formulation Deux formules typiques de matériaux autocompactants de tranchées ont été mises au point : un mortier à fort pourcentage en air entraîné, et un matériau hydraulique avec un squelette granulaire plus étendu. Les matériaux sont composés de ciment, de filler, de sable (0/4 mm), de gravillons (en deux coupures : 6/10 et 10/14), d’eau et d’un entraîneur d’air pour le mortier. L’utilisation de cendres volantes a été proscrite de façon à mieux maîtriser les résistances à long terme (Howard and Hitch, 1998). Les quantités de ciment ont varié entre 35 et 150 kg/m 3 pour le mortier et entre 20 et 80 kg/m 3 pour le matériau granulaire. Ces variations étaient
En savoir plus

9 En savoir plus

AMITEX_FFTP - Simulations FFT massivement parallèles en mécanique des matériaux hétérogènes

AMITEX_FFTP - Simulations FFT massivement parallèles en mécanique des matériaux hétérogènes

Mots clefs — FFT, parallélisme, matériaux hétérogènes, polycristal, SiC/SiC, AMITEX_FFTP 1. Méthodes FFT en mécanique des matériaux hétérogènes Une méthode reposant sur l’équation de Lippmann-Schwinger a été proposée en 1994 par Moulinec et Suquet afin de résoudre des problèmes de mécanique sur des volumes élémentaires hétérogènes soumis à des conditions aux limites périodiques [2]. Comparées des codes éléments finis généralistes utilisés dans le même contexte, ces méthodes se révèlent être nettement plus performantes. Par ailleurs, leur utilisation s’affranchit de l’étape préalable de maillage qui s’avère parfois délicate et dont l’impact sur la simulation peut être important (forte sensibilité au maillage, problèmes de convergence avec des éléments distordus…). En effet, ces méthodes utilisent une description géométrique du volume élémentaire sous forme d’images 3D, qui peuvent être générées virtuellement ou directement obtenues à partir de moyen de caractérisation volumique comme la tomographie X. Enfin, ces méthodes sont d’une programmation aisée et sont surtout très bien adaptées au parallélisme, y compris en mémoire distribuée.
En savoir plus

9 En savoir plus

Caractérisation mécanique de revêtements sol-gel hybrides

Caractérisation mécanique de revêtements sol-gel hybrides

A. Iost 1 , J. Garcia 2 , A. Montagne 1 et J.M. Sobrino 2 1 : Arts et Métiers ParisTech, MSMP, 8 Boulevard Louis XIV, 59000 Lille, France 2 : CETIM, Pôle Matériaux Métalliques et Surfaces, 52 av. Félix Louat - BP 80067, 60304 Senlis, France Mots clé : Sol-gel, Indentation, Adhérence CONTEXTE DE L’ETUDE :

3 En savoir plus

Simulations FFT massivement parallèles en mécanique des matériaux hétérogènes

Simulations FFT massivement parallèles en mécanique des matériaux hétérogènes

Mots clefs — FFT, parallélisme, matériaux hétérogènes, polycristal, SiC/SiC, AMITEX_FFTP 1. Méthodes FFT en mécanique des matériaux hétérogènes Une méthode reposant sur l’équation de Lippmann-Schwinger a été proposée en 1994 par Moulinec et Suquet afin de résoudre des problèmes de mécanique sur des volumes élémentaires hétérogènes soumis à des conditions aux limites périodiques [2]. Comparées des codes éléments finis généralistes utilisés dans le même contexte, ces méthodes se révèlent être nettement plus performantes. Par ailleurs, leur utilisation s’affranchit de l’étape préalable de maillage qui s’avère parfois délicate et dont l’impact sur la simulation peut être important (forte sensibilité au maillage, problèmes de convergence avec des éléments distordus…). En effet, ces méthodes utilisent une description géométrique du volume élémentaire sous forme d’images 3D, qui peuvent être générées virtuellement ou directement obtenues à partir de moyen de caractérisation volumique comme la tomographie X. Enfin, ces méthodes sont d’une programmation aisée et sont surtout très bien adaptées au parallélisme, y compris en mémoire distribuée.
En savoir plus

9 En savoir plus

2012 — Mécanique et mécanisme de la déchirure des matériaux textiles

2012 — Mécanique et mécanisme de la déchirure des matériaux textiles

2.2.3 Déchirure des textiles La déchirure des structures textiles est un phénomène complexe qui dépend largement de l’interaction entre les fils de chaîne et les fils de trame. Cette interaction se manifeste par la présence de différents mécanismes de déchirure, notamment la déformation, le glissement, l’empilement et la rupture des fils. Ainsi, la force de déchirure est instable au moment de la propagation de la fissure. Cette propriété varie entre un maximum et un minimum. Cette variation engendre un problème pour la caractérisation de la résistance à la déchirure du matériau. De fait, quelle valeur de la force de déchirure doit être utilisée ? Scelzo et al. (1994a) ont déterminé la moyenne des valeurs maximales afin d’étudier l’effet de certaines caractéristiques sur le comportement en déchirure. De même, Krook et Fox (1945) ont montré que l’utilisation de la moyenne des valeurs maximales de la force de déchirure est la plus souhaitable. En effet, la déchirure réelle des tissus se produit à ces maximas. Cependant, Teixeira et al. (1955) ont calculé le travail de déchirure en utilisant la moyenne de la valeur maximale et de la valeur minimale. Aussi, Krook et Fox (1945) ont proposé aussi le calcul du travail pour caractériser la résistance de déchirure.
En savoir plus

236 En savoir plus

Etude du comportement mécanique multiaxial de matériaux cellulaires

Etude du comportement mécanique multiaxial de matériaux cellulaires

R ESUME : Les travaux de cette thèse s’intéressent au comportement mécanique d’une mousse destinée à l’absorption d’énergie dans une assise de siège pour pilote d’avion. Les méthodes de caractérisation habituelles proposent de solliciter le matériau suivant une seule direction. Cependant, cette caractérisation uniaxiale ne permet pas d’être représentatif des sollicitations lors de l’utilisation de l’assise. Cette étude s’intéresse donc à la caractérisation du comportement multiaxial d’une mousse. L’analyse est réalisée en utilisant une séparation du comportement en deux contributions : le changement de volume (pression-volume) et de forme (distorsion-cisaillement). Un premier moyen d’essais de compression hydrostatique a été développé afin de caractériser le changement de volume. Les résultats mettent en évidence une forte influence de la contribution en changement de volume, lors d’une sollicitation de compression uniaxiale. Un deuxième moyen d’essais a été développé permettant d’appliquer des sollicitations radiales suivant un angle cinématique, imposant une variation de volume et de distorsion non proportionnelle. Les résultats montrent une forte influence de cet angle cinématique sur les comportements des contributions de changement de volume et de forme. D’autres sollicitations de compression et cisaillement appliquées de manière séquentielle ont montré une influence du niveau de volume sur le comportement en changement de forme. Enfin, un modèle de simulation 2D par assemblage d’éléments finis 1D montre une bonne représentation des différents comportements des contributions de changement de volume et de forme obtenus expérimentalement.
En savoir plus

183 En savoir plus

Matériaux ligno-cellulosiques : "Élaboration et caractérisation"

Matériaux ligno-cellulosiques : "Élaboration et caractérisation"

Chapitre 5 : Nanocomposite hybride biosourcé 3. Nanocomposite préparé à partir d’amidon thermoplastique 3.1. Introduction L’amidon thermoplastique est un produit utilisé industriellement. Ses propriétés mécaniques faibles, qui dépendent en outre du taux d’humidité (chapitre 1, partie 3 « Amidon »), font qu’il est le plus souvent utilisé en combinaison d’un polymère hydrophobe qui lui servira de matrice. Concernant ses faibles propriétés mécaniques, l’utilisation de plastifiants (eau, glycérol) permet de diminuer sa fragilité mais entraine aussi une diminution de sa résistance mécanique. Les chercheurs ont ainsi développé une stratégie afin de renforcer les propriétés en traction de ces matériaux. L’ajout de petites particules rigides ou souples permet de renforcer la matrice étudiée. Lorsque la taille des particules est nanométrique, les matériaux ainsi formés sont appelés nanocomposites (exemples de nanocharges : argile, nanotube de carbone, graphène, whiskers de cellulose). Les nanocomposites peuvent être utilisés dans différents domaines comme l’environnement (détection des contaminants, dégradation catalytique) [7], l’optique (OLED, cellules photovoltaïques) [8], le biomédicale [9] ou l’emballage [10]. L’avantage des nanocomposites est la faible quantité de charge (généralement inférieure à 5 % massique) nécessaire pour atteindre les propriétés observées dans les composites usuels où les taux de renfort sont dans ce cas plus importants. Les nanocharges ont un facteur de forme (longueur/épaisseur) plus important que les charges usuelles (facteur de forme supérieure à 1000 pour les nanotubes de carbone) et donc une surface spécifique importante permettant une interaction plus forte entre charge et matrice [11]. Les nanocomposites sont utilisés pour la fabrication de matériaux renforcés et allégés, à faible perméabilité, thermiquement stable et transparent. En fonction des conditions de mise en forme et de l’affinité entre charge et matrice on obtient différents états de dispersion ( Figure 5 - 4 ) :
En savoir plus

168 En savoir plus

Caractérisation de matériaux plasmas pour la conception de fonctions hyperfréquences

Caractérisation de matériaux plasmas pour la conception de fonctions hyperfréquences

4.3.4 Troisième version Figure 4.24 – Résonateur en T troisième version Les dernières modifications avaient permis de mieux isoler le dispositif et ainsi pouvoir générer des plasmas pour d = 30mm sur une large gamme de pression et de courant. On améliore encore la tenue mécanique en ajoutant des couches de plexiglas juste au dessus des électrodes, de façon à éliminer les petits gaps d’air présents au dessus des électrodes. Par ailleurs, ayant obtenu des résultats assez différents sur les deux premières mesures, on cherche ici à effectuer des mesures similaires pour d = 30mm et mettre en évidence les éventuels problèmes de reproductibilité. On réalise des mesures pour d = 30mm uniquement pour des pressions allant de 3T orr à 10T orr avec du Néon/Xénon 1% (classe industrielle) puis avec de l’hélium (classe 5.0). L’ensemble de mesures réalisées jusqu’à présent était réalisé en flux continu, à savoir qu’il y a une injection et pompage de gaz en continu. La mesure de la pression se faisant au niveau de l’injection, on a une indétermination sur la pression au sein de la couche dédiée à la décharge plasma DC. On effectue également ici des mesures en statique dans un souci de comparaison et pour tenter de lever cette indétermination. Les mesures en statique se font en réglant la pression du gaz au sein de la cavité pour injection et pompage du gaz. Une fois la pression voulue atteinte, on ferme l’entrée. L’ensemble des mesures effectuées est disponible en annexe D.3.
En savoir plus

215 En savoir plus

La microextensométrie : un outil de la mécanique des matériaux

La microextensométrie : un outil de la mécanique des matériaux

Les matériaux classiquement utilisés pour la réalisation d’en- sembles mécaniques (métaux, composites…) présentent une dimension typique des hétérogénéités locales, représentées par la taille de grain, la taille des particules ou le diamètre des fibres de renfort, comprise entre le micromètre et la centaine de micromètres. La microscopie électronique à balayage (MEB) est donc un outil particulièrement bien adapté à leur observation. Afin d’étudier l’activité des mécanismes en cours de sollicitation, et pas seulement post mortem, des machines d’essais mécaniques in situ ont été développées depuis les années 80 afin d’être capables de réaliser, à l’intérieur du MEB, des essais de traction, compression, flexion, indentation ou cisaillement. Par ailleurs, comme les déplacements locaux qu’induisent les mécanismes étudiés sont très faibles et que les points de repère présentant un bon contraste insensible à la déformation sont rares, on est amené à créer un contraste artificiel par dépôt de microgrilles à la surface des éprouvettes (2). Ces grilles fournissent un outil précieux en microméca- nique ; leur utilisation peut être simplement qualitative ou fine- ment quantitative, aider à l’identification et à la caractérisation des mécanismes fins de la plasticité et de l’endommagement ou bien renseigner sur des mécanismes à plus longue portée mettant en cause des comportements collectifs de grains et intéressant l’ensemble du volume élémentaire représentatif (V.E.R.). Elles peuvent aider à la collecte des données d’en- trée des modèles de changement d’échelle ou permettre d’en évaluer la capacité de prédiction (3). Ces diverses utilisations vont être présentées ici.
En savoir plus

9 En savoir plus

Caractérisation macro-hydriques des matériaux biosourcés

Caractérisation macro-hydriques des matériaux biosourcés

Dans ce contexte, la problématique d’évaluation fine des propriétés hydriques des matériaux hygroscopiques est posée avec acuité. La connaissance d’une telle réponse est aussi importante tant sur le plan de la prédiction de la qualité des ambiances habitables que sur l’évaluation de la durabilité des structures. C’est pourquoi ce travail propose une procédure de caractérisation expérimentale fiable des propriétés hydriques des matériaux de construction biosourcés utilisés à la fois dans l’isolation thermique et dans les enveloppes du bâtiment. Principalement, il s’agit d’un isolant à base de fibre de bois mince, de l’OSB et du bois épicéa. Ces matériaux sont étudiés dans le cadre du projet collaboratif HYGRO-BAT, financé par l’ANR dans le programme HABISOL 2010. Le programme ambitieux de ce projet est porté par un consortium composé de sept laboratoires universitaires reconnus (LASIE, LOCIE, CETHIL, LERMAB, LMDC, LGPM, TREFLE), de trois centres type EPIC (CEA-INES, CRITT-Bois, CSTB) et de trois industriels (EDF R&D, LIGNATEC, NR GAÏA).
En savoir plus

7 En savoir plus

Assemblage mécanique : stratégies d'optimisation des procédés et d'identification des comportements mécaniques des matériaux

Assemblage mécanique : stratégies d'optimisation des procédés et d'identification des comportements mécaniques des matériaux

Pour répondre à ces exigences de plus en plus élevées dans l'industrie (aéronautique, automobile, de l'électroménager, du transport ferroviaire…), les concepteurs ont recours à l'utilisation de matériaux de natures différentes et sont confrontés aux problématiques d'assemblage de ces matériaux. Les techniques d’assemblage par soudage ou par collage sont souvent retenues, mais ne permettent pas de répondre à toutes les problématiques rencontrées dans l’industrie. Différentes techniques d’assemblage par déformations plastiques peuvent alors être envisagées. Ces procédés d'assemblage par déformations plastiques regroupent des procédés très anciens tels que le rivetage mais aussi des procédés plus innovants tels que le clinchage, le sertissage, ou encore le rivetage auto-poinçonneur… Ces procédés présentent l’avantage de pouvoir créer un assemblage entre des matériaux ayant de mauvaises propriétés de soudabilité ou de collage. La plupart de ces procédés présentent de bonnes propriétés de tenue mécanique, principalement en cisaillement, et sont fiables dans le temps. Certains d’entre eux, tel que le clinchage, sont également intéressants d’un point de vue financier, puisqu’ils ne nécessitent pas d’apport de matière supplémentaire.
En savoir plus

227 En savoir plus

Show all 5902 documents...