Cancer du sein triple négatif

Top PDF Cancer du sein triple négatif:

Le cancer du sein "triple négatif"

Le cancer du sein "triple négatif"

RESUME : Le cancer du sein touche une femme sur huit dans les pays occidentaux. Son incidence a considérablement augmenté au cours de ces deux dernières décennies mais, en même temps, le niveau de mortalité spécifique est resté stable et a même diminué en Europe et aux Etats-Unis, notamment, grâce à l’apport de nouvelles armes thérapeutiques, aux chan- gements dans l’utilisation du traitement hormonal substitutif à la ménopause et à un diagnostic plus précoce. Malgré cela, le cancer du sein reste la première cause de décès par cancer chez la femme de moins de 65 ans. Le cancer du sein «triple négatif», un sous-type représentant environ 10 % des cancers du sein, est caractérisé par l’absence de récepteurs hormonaux aux œstrogènes et à la progestérone et l’absence d’expression du facteur de croissance HER-2 en étude d’immunohistochi- mie. Ce type de cancer du sein est associé à un profil clinique défavorable avec un haut risque de rechute métastatique pré- coce. De plus, le cancer du sein «triple négatif» ne présente aucune cible thérapeutique propre et son pronostic est donc particulièrement mauvais. La définition de facteurs prédictifs de la réponse tumorale aux différents traitements et l’apport des thérapies ciblées sont deux pistes susceptibles d’améliorer la prise en charge et la survie des patients atteints par ce type de cancer extrêmement agressif.
En savoir plus

7 En savoir plus

Radiomique de l’imagerie par résonnance magnétique (IRM) multiparamétrique pour la prédiction de la réponse pathologique complète chez les femmes traitées par chimiothérapie néoadjuvante d’un cancer du sein triple négatif

Radiomique de l’imagerie par résonnance magnétique (IRM) multiparamétrique pour la prédiction de la réponse pathologique complète chez les femmes traitées par chimiothérapie néoadjuvante d’un cancer du sein triple négatif

pathologique complète chez les femmes traitées par chimiothérapie néoadjuvante d'un cancer du sein triple négatifs. CONCLUSION : Notre étude montre que l'analyse radiomique de l'IRM multiparamétrique permet de prédire la réponse à la chimiothérapie néo-adjuvante chez des patientes atteintes d'un cancer du sein triple négatif avec une AUC moyenne de 0.75. Elle permet plus spécifiquement de sélectionner les patientes qui auront une réponse pathologique complète, avec un excellent pronostic et les patientes avec forte probabilité de chimiorésistance. Ces dernières pourraient bénéficier de l'ajout de sels de platine dans leurs protocoles de chimiothérapie voire de l'immunothérapie. Dans l'essai KEYNOTE-522, l'ajout de l'immunothérapie par prembrolizumab à la chimiothérapie néo-adjuvante a montré une augmentation de la réponse pathologique complète à 64.8% contre 51.2% dans le groupe contrôle. Cependant, l'immunothérapie présente des effets indésirables comme un possible diabète permanent. Il semble donc intéressant de donner ce nouveau traitement uniquement aux patientes en ayant vraiment besoin, et la radiomique peut nous aider à cela.
En savoir plus

64 En savoir plus

en
                                                                    fr

en fr Characterization of a sphingolipid signature of immune escape in triple negative breast cancer Caractérisation d’une signature sphingolipidique d’immunoéchappement dans le cancer du sein triple négatif

3 RESUME Le cancer du sein est le cancer féminin le plus fréquent et celui qui cause le plus de décès dans le monde. Il existe plusieurs types de cancer du sein qui diffèrent par l’expression des récepteurs aux œstrogènes, à la progestérone et du récepteur HER2. Le cancer du sein dit triple négatif (TNBC) n’exprime aucun de ces récepteurs. Le métabolisme des sphingolipides (SL) est fréquemment altéré dans les cancers du sein et semble participer à la progression tumorale. Tandis que les SL ont été décrits comme modulateurs des réponses immunitaires dans des modèles précliniques de cancer, il n’existe pas à ce jour d’étude chez l’Homme évaluant l’impact des altérations du métabolisme des SL sur le développement tumoral et la réponse immunitaire associée. Dans ce contexte, l’objectif de nos travaux est double. Le premier objectif est de caractériser une signature sphingolipidique dans des biopsies de tumeurs mammaires humaines de divers sous-types histologiques. Une analyse par spectrométrie de masse à haute résolution nous a permis d’identifier dans les TNBC des taux élevés de SL en -C24:0, qui pourraient constituer des biomarqueurs potentiels pour ce type de cancer. Le deuxième objectif est d’établir une signature sphingolipidique associée à la réponse immunitaire dans le cancer du sein. Nous avons analysé les lymphocytes infiltrant la tumeur (TIL) par cytométrie en flux et par immunohistochimie dans nos échantillons tumoraux. Ces analyses nous ont permis de montrer que, dans les TNBC, les taux de C16:0- céramide sont corrélés positivement avec la proportion de TIL CD8 + et négativement avec celle des Treg FoxP3+. Afin d’évaluer l’influence potentielle des SL sur la topologie d’infiltration des lymphocytes (intratumoral versus adjacent), nous avons aussi comparé les taux de SL dans les tumeurs ayant une forte ou une faible proportion de lymphocytes T CD8+ intratumoraux. Nous avons observé notamment des taux élevés de sphingosine-1-phosphate (S1P) dans les tumeurs faiblement infiltrées par les lymphocytes T CD8 + intratumoraux. Nos observations suggèrent que la production de C16:0-céramide soit en faveur d’un recrutement préférentiel des lymphocytes T CD8 + dans les TNBC, tandis que la S1P pourrait être un facteur d’immunoéchappement, impactant négativement sur la topologie des TIL CD8 +
En savoir plus

151 En savoir plus

Prédisposition génétique et cancer du sein triple négatif : analyse du spectre mutationnel et impact clinique

Prédisposition génétique et cancer du sein triple négatif : analyse du spectre mutationnel et impact clinique

RÉSUMÉ L’oncogénétique est une discipline de la génétique humaine, dont l’objectif est d’identifier les personnes porteuses d’altérations génétiques constitutionnelles prédisposantes aux cancers dans le but de leur proposer une prise en charge adaptée. En effet, près de 5% de cancers sont liés à la présence d’altérations génétiques constitutionnelles et parmi les formes héréditaires les plus fréquentes on retrouve le syndrome seins-ovaires. Les gènes majeurs de susceptibilité impliqués dans le syndrome seins-ovaires sont aujourd’hui bien caractérisés incluant notamment les gènes BRCA1, BRCA2 et PALB2 impliqués dans le mécanisme de réparation des cassures double brins de l’ADN. De plus, depuis 2018, les gènes à analyser en routine au laboratoire d’oncogénétique pour explorer ce syndrome font l’objet de recommandations nationales. Cependant, ces recommandations ne prennent pas en compte le sous-type de cancer du sein. Le cancer du sein triple négatif (CSTN) est une entité représentant environ 10 à 15% des cancers du sein et se distingue des autres formes par un âge plus jeune des patientes au diagnostic, un risque de rechute plus élevé ainsi qu’une plus grande fréquence des métastases pulmonaires et cérébrales, à l’origine d’un pronostic plus sombre.
En savoir plus

75 En savoir plus

Différentes approches de l'optimisation du traitement du cancer du sein de phénotype "basal like" triple négatif par un anti-PARP : contournement des protéines "Multidrug Resistance" et traitement combiné radiothérapie / chimiothérapie. Spécialité

Différentes approches de l'optimisation du traitement du cancer du sein de phénotype "basal like" triple négatif par un anti-PARP : contournement des protéines "Multidrug Resistance" et traitement combiné radiothérapie / chimiothérapie. Spécialité

Différentes approches de l’optimisation du traitement du cancer du sein de phénotype ”basal like” triple négatif par un anti-PARP : contournement des protéines ”Multidrug Resistance” et [r]

227 En savoir plus

en
                                                                    fr

en fr Strategies of Cancer Immunotherapy : Model of Triple Negative Breast Cancer Stratégie d'immunothérapie des cancers : modèle de cancer du sein triple négatif

embryonic tissues as cancer vaccines have been produced almost 100 years later using immunization of mice with fetal material ( Review Brewer BG Exp Mol Path ) or antisera developed against 9-day old mouse embryos ( Stonehill et al. 1970 ) showing rejection of chemically induced tumors in these animals. With the availability of murine and human ESC, the ideas of using PSC as cancer vaccines is reemerged during the last decade. Several groups have suggested to use PSCs for priming the immune system in targeting different types of cancer ( Li et al., 2009; Yaddanapudi et al., 2012, Kooreman et al. 2018; ). These experiments were based on the demonstration that cancer cells and embryonic tissues share a number of cellular and molecular properties and an important number of TAA ( de Almeida et al., 2014; Zhao et al., 2011 ). The major discovery of the possibility of reprogramming somatic cells to pluripotency rendered possible to test the possibility of using iPSC as source of TAA. This approach was tested in an autologous setting in mice ( Kooreman al 2018 ). These experiments, combined with the previous data showing the used of human ESC as tumor antigens ( Li et al. 2009; Dong et al. 2010 ) led to envision the possibility of using PSC in clinical immunotherapy settings. To date different ESCs and iPSCs vaccine candidates were evaluated but only based on their ability to induce tumor reduction in mice without evalution of anti-metastatic potential of these vaccine strategies. Moreover, previously reported work did not study the potential of these vaccine to target CSCs, at the origin of resistance, relapses and metastatic spead.
En savoir plus

283 En savoir plus

SOX10, GATA3 et Récepteur à l’androgène : utilité dans le diagnostic différentiel entre cancer du sein triple négatif et adénocarcinome pulmonaire TTF1 négatif

SOX10, GATA3 et Récepteur à l’androgène : utilité dans le diagnostic différentiel entre cancer du sein triple négatif et adénocarcinome pulmonaire TTF1 négatif

49 Indeed, the breast is derived from the ectodermal major germ layer and the lung from the endodermal major germ layer (46,47). SOX10 is a nuclear transcription factor that plays an important role in the neural crest development and differentiation (48,49). SOX10 also plays a role in the stem cell maintenance and cell differentiation, through Notch signaling pathways (50) and regulates cancer stem cell properties of TNBC cells by inducing Nestin expression at both mRNA and protein levels (51). IHC labeling of SOX10 was primarily used to support the diagnosis of melanoma and nerve sheath tumors(52). Subsequently, Cimino-Mathews et al. showed that SOX10 labeled in 66% of the basal- like, unclassified triple-negative and metaplastic carcinomas compared to 5% of the luminal A, B and HER-2 carcinomas(53). Recently, Miettinen et al. showed that SOX10 also expressed in soft tissue myoepitheliomas, adenoid cystic carcinomas, rare squamous carcinomas of head and neck, rare pulmonary small cell carcinomas and embryonal carcinomas. More importantly, in the context of a metastatic carcinoma of unknown origin, no expression of SOX10 was found in colon, gastric, bile duct, liver, pancreatic, ovarian, endometrial, prostate, renal, adrenocortical, urothelial carcinomas and malignant mesotheliomas in their study. One case out of 86 LAs was SOX10-positive(54). Furthermore, SOX10 expression is maintained in metastatic sites of breast cancer, particularly in lung metastasis (55). Given these different data, SOX10 appears to be an excellent TNBC marker, especially to establish a breast origin of tumor nodules in endodermal and mesodermal-derived organs in patients with a medical history of breast cancer.
En savoir plus

66 En savoir plus

Activités anticancéreuses des antagonistes perméants des récepteurs B1 et B2 des kinines dans un modèle cellulaire de cancer du sein triple-négatif

Activités anticancéreuses des antagonistes perméants des récepteurs B1 et B2 des kinines dans un modèle cellulaire de cancer du sein triple-négatif

Un premier point de litige concernant la signalisation intracrine est souvent l’adressage des récepteurs, ligands et autres protéines de signalisation au noyau. En effet, comment expliquer par exemple qu’une population d’un même récepteur reste à la membrane alors qu’une autre se retrouve au noyau? Ici encore, plusieurs mécanismes viennent expliquer ce phénomène. Ainsi, plusieurs groupes dont le nôtre ont démontré la présence d’un site alternatif d’initiation de la transcription qui permet un adressage des protéines au noyau plutôt qu’à la membrane (Kiefer et al. 1994; Savard et al. 2008; Xu et al. 2009). Tel que discuté dans les revues de Chatenet et de Campden, les modifications post-traductionnelles telles que la palmitoylation, la myristoylation ou encore la prenylation peuvent également avoir un impact sur l’adressage des récepteurs et protéines vers le noyau versus la membrane (Chatenet et al. 2013; Campden et al. 2015). Un autre point important est l’importance du pH. En effet, comme démontré par le groupe de Doan, l’internalisation du ligand urotensine II est augmentée dans un milieu extracellulaire acide (pH 6.5). Or, plusieurs pathologies dont les infarctus, l’inflammation, les plaques athérosclérotiques et le cancer entrainent souvent une diminution du pH extracellulaire et il est fort à parier que l’urotensine II n’est pas le seul ligand possédant cette caractéristique (Doan et al. 2012). Il ne serait donc pas surprenant de voir apparaître une forme de signalisation intracrine chez des cellules tumorales.
En savoir plus

191 En savoir plus

en
                                                                    fr

en fr Aggressive breast cancer : consequences of chemotherapy-induced menopause in young women with non metastatic breast cancer and prognostic factors of relapse in triple negative breast cancer Les cancers du sein agressifs : conséquences de la ménopause chimio-induite chez les femmes jeunes atteintes d'un cancer du sein non métastatique et facteurs pronostiques de la rechute du cancer du sein triple négatif

, T., Langston, N., Lewis, C., Reeves, G., Collins, R., Doll, R., Peto, R., Mabuchi, K., Preston, D., Hannaford, P., Kay, C., Rosero-Bixby, L., Gao, Y.T., Jin, F., Yuan, J.-M., Wei, H.Y., Yun, T., Zhiheng, C., Berry, G., Cooper Booth, J., Jelihovsky, T., MacLennan, R., Shearman, R., Wang, Q.- S., Baines, C.-J., Miller, A.B., Wall, C., Lund, E., Stalsberg, H., Shu, X.O., Zheng, W., Katsouyanni, K., Trichopoulou, A., Trichopoulos, D., Dabancens, A., Martinez, L., Molina, R., Salas, O., Alexander, F.E., Anderson, K., Folsom, A.R., Hulka, B.S., Bernstein, L., Enger, S., Haile, R.W., Paganini-Hill, A., Pike, M.C., Ross, R.K., Ursin, G., Yu, M.C., Longnecker, M.P., Newcomb, P., Bergkvist, L., Kalache, A., Farley, T.M.M., Holck, S., Meirik, O., and Collaborative Group on Hormonal Factors in Breast Cancer. 2002. Alcohol, tobacco and breast cancer--collaborative reanalysis of individual data from 53 epidemiological studies, including 58,515 women with breast cancer and 95,067 women without the disease. Br. J. Cancer 87(11): 1234–1245. doi:10.1038/sj.bjc.6600596.
En savoir plus

177 En savoir plus

Nectine-4 : un biomarqueur pronostique et une cible thérapeutique potentielle dans le cancer du sein triple-négatif

Nectine-4 : un biomarqueur pronostique et une cible thérapeutique potentielle dans le cancer du sein triple-négatif

Département d’oncologie médicale, Université d’Aix-Marseille, UM 105, Institut Paoli- Calmettes, Marseille, France. marc.lopez@inserm.fr Avec 49 000 nouveaux cas et 12 000 décès par an 1 , le cancer du sein est un problème de santé publique en France. L’hétérogénéité clinique qui le caractérise est associée également à une hétérogénéité moléculaire, que révèlent les technologies dites omiques [1]  Voir la nouvelle par F. Bertucci et D. Birnbaum, m/s n° 3, mars 2012, page 14). Ces méthodes ont permis, en effet, d’améliorer notre compréhension de la maladie et de définir des sous-types moléculaires associés au pronostic. Elles ont également vocation à orienter la décision thérapeutique. Pourtant, celle-ci est encore principalement conditionnée par l’étude, en
En savoir plus

9 En savoir plus

Cancer du sein triple négatif : histoire naturelle et étude des facteurs génétiques impliqués

Cancer du sein triple négatif : histoire naturelle et étude des facteurs génétiques impliqués

II. DONNEES GENERALES A. GENERALITES EN ONCOGENETIQUE 1. Le processus d’oncogénèse Le cancer est lié à une prolifération anarchique et incontrôlée de cellules. C’est une maladie multifactorielle (facteurs environnementaux, facteurs hormonaux, prédisposition génétique, mode de vie…) qui est déterminée par une accumulation d’altérations génétiques au sein de la cellule. Il existe au sein des tissus un équilibre entre la prolifération, la différenciation et la mort cellulaire : c’est l’homéostasie tissulaire. Cet équilibre repose sur différents signaux (hormones, facteurs de croissance, cellules voisines…) qui sont sous la responsabilité de multiples gènes. Lorsque cet équilibre est perturbé cela peut aboutir à l’apparition de cellules cancéreuses qui prolifèrent de manière incontrôlée (résistance à l’apoptose et à la sénescence par réactivation de la télomérase), qui deviennent insensibles aux signaux extérieurs (notamment antiprolifératifs) et qui peuvent disséminer dans d’autres parties du corps (métastases).
En savoir plus

126 En savoir plus

Caractérisation d'une signature sphingolipidique d'immunoéchappement dans le cancer du sein triple négatif

Caractérisation d'une signature sphingolipidique d'immunoéchappement dans le cancer du sein triple négatif

105 différemment les réactions immunitaires en fonctions des types de cancers par une interaction avec d’autres types cellulaires ou d’autres voies du métabolisme des sphingolipides. L’injection de nanoliposomes contenant du C6-céramide chez des souris avec des tumeurs hépatiques a été utilisée pour renforcer la réponse immunitaire anti-tumorale. L’effet du nanoliposome repose sur un changement de polarisation des macrophages vers un phenotype M1, anti-tumoral, et une meilleure activation des lymphocytes T CD8 + spécifiques d’antigènes tumoraux en retour (Li et al., 2018). Il semble que la formulation du céramide soit importante pour qu’il puisse avoir un effet sur la réponse immunitaire. Par ailleurs, il a été montré que les ceramides de synthèse à chaines courtes -C6 et -C8 mais pas à chaines -C16 et -C24 pouvait faciliter le maintien de l’expression de FoxP3 dans des Tregs (Kue et al., 2013). Le C6-Cer est perméant, c’est-à-dire, qu’il peut facilement s’intégrer dans les membranes de cellules eucaryotes. Il est métabolisable en céramide naturel après dégradation par les céramidases en sphingosine qui est réultilisée comme substrat des céramide synthases par la voie de sauvetage des SL. Ainsi, il est possible que certains des effets du C6-Cer soit médiés par les céramides endogènes résultants de la métabolisation du C6-Cer. Cette métabolisation pourrait être différente dans les cellules normales et dans les divers types de cancer du sein du fait notamment des altérations de l’expression des céramides synthases et des élongases. Il a également été montré que le céramide produit par la SMase acide, dont l’activité etait induite par le TNF-α, pouvait être transformé en C1P par la céramide kinase, et augmenter la production de CCL5 et d’autres chimiokines proinflammatoires (Newcomb et al., 2018). Ce mécanisme pourrait aussi expliquer pourquoi le céramide participe à la présence de TIL CD8 + dans les TNBC. Il faudrait que nous analysions la quantité d’ARNm produit par les cellules tumorales en fonction du taux de céramide ou de C16:0-Cer pour étayer cette hypothèse
En savoir plus

150 En savoir plus

Analyse computationnelle des protéines kinases surexprimées dans le cancer du sein «Triple-négatif»

Analyse computationnelle des protéines kinases surexprimées dans le cancer du sein «Triple-négatif»

latérale du résidu suivant le gatekeeper (souvent une glutamine chez les récepteurs tyrosines kinases) forme un réseau de liaisons hydrogènes conservés avec plusieurs résidus avoisinants. Ce réseau permet la stabilisation de l’état non-phosphorylé de la protéine en jouant le rôle de «frein moléculaire» (molecular brake), empêchant la plasticité/malléabilité structurale de se produire. Cette plasticité structurale est nécessaire pour l’activation des protéines kinases, réduisant ainsi toute activité impropre de la kinase. Du fait de son rôle critique dans la liaison et dans l’orientation de l’ATP, il n’est pas étonnant de voir que la conformation du squelette dans la «région charnière» est identique dans toutes les kinases connues. La phosphorylation du substrat s’effectue dans le site actif situé à la jonction des deux lobes (Figure 5 A, 7 et 8). Ce site actif est constitué de deux poches : la première poche permet la fixation de l’ATP, la deuxième poche permet la liaison du substrat. De nombreuses hypothèses ont été émises quand à l’interdépendance de la liaison de ces deux entités au site actif de l’enzyme : il semblerait que ces deux phénomènes se produisent indépendamment l’un de l’autre (Andersen et al., 2001) (Figure 7). La partie adénine est localisée dans une région constituée de résidus hydrophobes provenant des lobes N- et C- terminal. La moitié adénosine de l’ATP forme généralement deux liaisons hydrogènes avec les atomes de la chaine principale située dans la «région charnière» qui lui permettent ainsi de mieux s’orienter (Figure 6C, 6D et 7). Le groupement ribose, quant à lui, est stabilisé par des liaisons hydrogènes effectués avec des résidus appartenant au lobe C-terminal. Le nucléotide interagit aussi avec une région riche en glycine «Glycine-rich loop», une boucle de liaison au phosphate appelée «P-loop» qui limite la région N-terminal des feuillets β. Plus précisément, les trois phosphates de l’ATP effectuent des interactions importantes pour la catalyse avec la région riche en glycine ou «Glycine-rich loop» ainsi que 4 résidus catalytiques hautement conservés au sein du kinome et dont le rôle est encore mal compris (Andersen et al., 2001) (Figure 8). Afin de contribuer aux positionnements respectifs des groupements phosphate α et β, un pont salin est crée entre une lysine (K β ), située au milieu
En savoir plus

150 En savoir plus

Etude de l'implication des miARNs dans le cancer du sein triple négatif et la régulation de BRCA1.

Etude de l'implication des miARNs dans le cancer du sein triple négatif et la régulation de BRCA1.

L’archive ouverte pluridisciplinaire HAL, est destinée au dépôt et à la diffusion de documents scientifiques de niveau recherche, publiés ou non, émanant des établissements d’enseignemen[r]

169 En savoir plus

Nectine-4 - Un biomarqueur pronostique et une cible thérapeutique potentielle dans le cancer du sein triple-négatif

Nectine-4 - Un biomarqueur pronostique et une cible thérapeutique potentielle dans le cancer du sein triple-négatif

m/s n° 11, vol. 33, novembre 2017 938 trastuzumab-DM1, également un ADC, a reçu une autorisation de mise sur le marché dans le traitement du cancer du sein HER2 + réfractaire au trastuzumab. Nous avons produit un ADC anti-nec- tine-4 et démontré que l’on pouvait réduire, voire même faire disparaître, après un seul traitement, les tumeurs TN isolées de patientes, greffées chez des souris, au niveau de la glande mam- maire [10] ( Figure 1B ), et cela de façon rapide et durable. Ce type de réponse a été également observé sur des rechutes locales, ainsi que sur des lésions métas- tatiques. Dans tous les cas, le niveau de la réponse tumorale dépend de la dose injectée, mais également du niveau d’expression de la nectine-4 dans la tumeur greffée.
En savoir plus

4 En savoir plus

Profil phnotypique des marqueurs immunohistochimiques (p53, Bcl2 et CK5/6) du cancer du sein triple-ngatif

Profil phnotypique des marqueurs immunohistochimiques (p53, Bcl2 et CK5/6) du cancer du sein triple-ngatif

RESUME Le cancer du sein triple négatif (CSTN), un sous-type représentant environ 15% de tous les cancers du sein, est caractérisé par l’absence d’expression des récepteurs hormonaux aux estrogènes(ER) et aux progestérones (PR) et par l’absence de surexpression ou d’amplification de HER2. 10 à 24% des cancers du sein invasifs entrent dans cette catégorie. Ces tumeurs présentent un risque élevé de rechute, quelque soit le grade et le stade, et représentent pour une grande partie le sein métastatique. La définition de nouveaux facteurs prédictifs de la réponse thérapeutique et l’apport des thérapies ciblées sont deux pistes susceptibles d’améliorer la prise en charge et la survie des patientes.
En savoir plus

110 En savoir plus

Pépite | Analyse translationnelle de la réponse au pembrolizumab dans le cancer du sein métastatique de type «triple négatif»

Pépite | Analyse translationnelle de la réponse au pembrolizumab dans le cancer du sein métastatique de type «triple négatif»

12 traitement des cancers bronchiques non à petites cellules métastatiques. L’analyse en sous-groupe a montré que les patients dont la tumeur avait une faible expression de PD- L1 (<1%) et une TMB ≥ 10mut/MB tiraient un bénéfice en survie sans progression à la combinaison d’immunothérapies et même avec du nivolumab en monothérapie par rapport à la chimiothérapie seule (31). La raison pour laquelle ce biomarqueur est prédictif serait que les mutations sont des sources de néo-antigènes immunogènes et donc reconnus par le système immunitaire. Cependant, ce biomarqueur ne reflète pas directement la présence d’une réponse immunitaire dans une tumeur donnée. Un autre biomarqueur important en voie de développement est l’analyse des lymphocytes infiltrant la tumeur (Tumor-Infiltrating Lymphocytes, TILs) qui reflètent la réponse immune au niveau tumoral. Dans les tumeurs primaires de cancer du sein, leur présence est associée à un meilleur pronostic dans les sous-types HER2 et TNBC (32–34), et à un plus haut taux de pCR après chimiothérapie néo-adjuvante chez les patientes atteinte d’un TNBC (33). Au stade métastatique, les données concernant la valeur pronostic et prédictive des TILs sont plus limitées. Récemment, deux études ont démontré qu’un haut niveau de TILs dans les lésions tumorales métastatiques est associé à une augmentation du taux de réponse au pembrolizumab (35,36).
En savoir plus

51 En savoir plus

Editorial. Le cancer du sein.

Editorial. Le cancer du sein.

Plusieurs articles concernent le diagnostic du cancer du sein (8-11). Le traitement est de plus en plus individualisé. Ceci n’est possible que si, au départ, la maladie est parfaitement bien caractérisée. Les lignes de conduite de prise en charge thérapeutique sont définies en fonction des sous-types histologiques. Depuis un certain temps déjà, on distingue les tumeurs hormono- sensibles, les tumeurs qui surexpriment le HER2 («Human Epidermal Growth Factor Receptor-2») et les tumeurs qui n’expriment aucune cible thé- rapeutique («triple négatif»). Il faut s’attendre à
En savoir plus

4 En savoir plus

Rôle des protéines de régulation du pH intracellulaire et du métabolisme énergétique dans les carcinomes du sein triple négatif

Rôle des protéines de régulation du pH intracellulaire et du métabolisme énergétique dans les carcinomes du sein triple négatif

précédemment que ce microARN était impliqué dans l'agressivité des carcinomes bronchiques chez l'homme (Puissegur MP et al, miR-210 is overexpressed in late stages of lung cancer and mediates mitochondrial alterations associated with modulation of HIF-1 activity, Cell Death Differentiation, 2011). Nous avons analyser l'impact de miR-210 in vitro vis à vis de la radiosensibilité des cellules de cancer du poumon A549. L'expression stable de miR-210 dans cette lignée a permis l'obtention d'une lignée ayant inhibé sa respiration mitochondriale, même en normoxie, mimant ainsi la surexpression de miR-210 en hypoxie. La radiosensibilité des cellules transfectées était en normoxie drastiquement réduite, avec une radiorésistance encore plus importante que celle observée en hypoxie et montrant ainsi le rôle majeur de miR- 210 dans la radiorésistance de la lignée de cancer du poumon A549. Le marquage 53BP1 et ɣH2AX était nettement moins marqué après irradiation de la lignée surexprimant miR-210 montrant ainsi la diminution des cassures double brins dans cette condition. Finalement il semblait que cette radiorésistance n'était pas lié à une modification de p53 ou des cycles cellulaires, mais par contre la sous-expression de HIF-1α a permis de réverser la
En savoir plus

111 En savoir plus

CD73 : cible thérapeutique dans le cancer de l'ovaire et le cancer du sein HER2+

CD73 : cible thérapeutique dans le cancer de l'ovaire et le cancer du sein HER2+

70 surgery within the Division of Gynecologic Oncology at the Centre Hospitalier de l'Université de Montréal (CHUM) from 1992 to 2012. A pathologist scored tumor grade and stage and a gynecologic oncologist scored tumor residual disease according to criteria from the International Federation of Gynecologists and Obstetricians (FIGO). Clinical data on progression-free interval were defined according to computed tomographic (CT) imaging, alone or combined with blood CA125 levels (25). Overall survival was defined as the time from diagnosis to death from ovarian cancer. Patients known to be still alive at time of analysis were censored at time of their last follow-up. Patient disease-free survival (DFS) was calculated from the time of surgery until the first progression. Eligibility criteria for inclusion in the study were as follows: no pre-operative chemotherapeutic treatment for ovarian cancer, high-grade tumors, serous histopathology subtype and completed informed consent. Patients who died from non-ovarian cancer related causes were censored at time of last follow-up. Ethics approval was obtained by the local institutional Ethics Board. Areas of tumor were selected based on review of a hematoxylin-eosin-stained slide. FFPE tumor blocks were then biopsied twice using a 0.6 mm diameter tissue arrayer (TMArrayer, Pathology Device Inc.) and resultant cores were arrayed into a grid in a recipient paraffin block. The tissue array was composed of 208 HGS ovarian cancer samples in duplicate. This tissue microarray was then sectioned, stained with hematoxylin-eosin and received another pathology review to confirm tumor content.
En savoir plus

234 En savoir plus

Show all 5653 documents...