Aquifère et nappe souterraine

Top PDF Aquifère et nappe souterraine:

Espèces végétales indicatrices des échanges d’eau entre tourbière et aquifère

Espèces végétales indicatrices des échanges d’eau entre tourbière et aquifère

Les échanges entre tourbières et aquifères peuvent s’effectuer par des écoulements latéraux en bordure des dépôts organiques ou par des flux verticaux à la base de la tourbière (Bleuten et collab., 2006). Ces flux sont fortement influencés par les conditions climatiques et peuvent s’inverser au cours d’une année (Devito et collab., 1997). Par exemple, dans une tourbière alimentée latéralement par un aquifère superficiel, une période de sécheresse peut entraîner la baisse du niveau de la nappe dans l’aquifère et ainsi engendrer un écoulement de la tourbière vers l’aquifère. Inversement, la perte d’eau causée par l’évapotranspiration en période sèche peut stimuler une remontée verticale d’eau souterraine vers la surface de la tourbière (Devito et collab., 1997). Considérant l’importante superficie qu’occupent les tourbières au Québec, il semble essentiel d’approfondir notre compréhension des échanges tourbière-aquifère et de déterminer des indicateurs de ces échanges. Ces connaissances permettront d’élaborer une gestion plus éclairée des milieux humides et des ressources en eau.
En savoir plus

10 En savoir plus

Réseaux de surveillance des masses d’eau souterraine en Région Wallonne

Réseaux de surveillance des masses d’eau souterraine en Région Wallonne

II.1.A ETAT QUANTITATIF [Références : Hallet, 1998 ; notice explicative des cartes hydrogéologiques de Waremme-Momalle, 2000 et de Alleur-Liège, 2002] II.1.A.1 Cadre géomorphologique Le plateau de Hesbaye présente une surface topographique en pente douce vers le NNW ; d’altitude comprise entre 206 m au SW et 80 m au NE. A l’exception du Geer, principal axe drainant d’écoulement SW-NE, le réseau hydrographique actif est très peu dense. Cette très faible densité, justifiant le terme "Hesbaye sèche", est en relation directe avec la perméabilité du sous-sol et la profondeur de la nappe aquifère. Les très nombreuses vallées sèches de directions générales S-N, SW-NE et SE-NW définissent un réseau hydrographique fossile conduisant à un relief typique, constitué d’une succession de crêtes et de dépressions largement arrondies. Les vallées correspondent à des zones de plus grande perméabilité constituant des zones d’écoulement préférentiel qui peuvent engendrer des rabattements piézométriques notables.
En savoir plus

12 En savoir plus

Stockage de chaleur en aquifère et flexibilité de la demande électrique: quelles possibilités?

Stockage de chaleur en aquifère et flexibilité de la demande électrique: quelles possibilités?

Cet aquifère alluvial est confiné puisque le niveau de la nappe a été mesuré à 1,70 m de profondeur. Il est aussi très perméable. En effet, une campagne de pompage d’essai menée en mars 2015 a permis d’estimer la conductivité hydraulique K à 10 -3 m/s au droit du puits d’injection utilisé pour cette expérience. Les études historiques sur le site montrent également que le gradient hydraulique est pratiquement nul (i.e., l’écoulement naturel de l’eau souterraine est excessivement lent). D’un point de vue hydrogéologique, ce type d’aquifère, peu profond, très productif et sans écoulement souterrain significatif, offre les meilleures conditions pour des applications de type ATES et stockage de chaleur puisque la chaleur stockée ne se dissipera pas via l’écoulement.
En savoir plus

8 En savoir plus

Etude comparative de la qualité des eaux souterraine de différentes nappe de la région d'El Oued (Souf)

Etude comparative de la qualité des eaux souterraine de différentes nappe de la région d'El Oued (Souf)

Ses réserves en eau sont estimées à 60 000 milliards de m3 répartis sur deux aquifères superposés : le Continental intercalaire (CI), d’une profondeur qui atteint 3 000 m à certains endroits, et le Complexe terminal (CT) d’une profondeur comprise entre 300 et 500 m. Selon les estimations de l’OSS et des pays, la recharge annuelle du système aquifère s’élève à un milliard de m3, alors que les prélèvements sont passés de 0,6 milliard de m3/an, au début des années 1970, à 2,7 milliards de m3/an en 2012. En cinq décennies, l’exploitation des eaux du SASS a quadruplé en faisant basculer le système dans un état de surexploitation, dont le seuil a été franchi au début des années 1980.
En savoir plus

100 En savoir plus

Étude du toit de la nappe de Beauce à Villamblain par résistivité électrique

Étude du toit de la nappe de Beauce à Villamblain par résistivité électrique

L’archive ouverte pluridisciplinaire HAL, est destinée au dépôt et à la diffusion de documents scientifiques de niveau recherche, publiés ou non, émanant des établissements d’enseignemen[r]

6 En savoir plus

Contribution à l’étude de la Remantéede la nappe phréatique dans  la Région de Taibet

Contribution à l’étude de la Remantéede la nappe phréatique dans la Région de Taibet

Aucune carte piézométrique de la nappe phréatique n’a été établie ; ceci dû soit à un manque de moyens, soit à l’absence d’un réseau de surveillance (piézomètres). Ce genre de carte est d’une grande importance pour la détermination de sens d’écoulement des eaux souterraines et de leur vitesse. pour le problème traité une campagne de mesures piézométriques a été effectuée sur tout le réseau de surveillance préalablement choisi durant le mois de Mars 2019

70 En savoir plus

Fonctionnement hydrothermique de l'interface nappe-rivière du bassin des Avenelles

Fonctionnement hydrothermique de l'interface nappe-rivière du bassin des Avenelles

est représentatif des têtes de bassins de l'hydrosystème Seine caractérisé par une couverture agricole importante (Loumagne and Tallec, 2013). Le bassin des Avenelles fait partie du Réseau des Bassins Versants (RBV) dans le cadre de l'Observatoire de Recherche en Environnement géré par le GIS ORACLE constitué des bassins versants du Grand Morin et du Petit Morin (Fig. 2.1). Le bassin profite également des recherches du PIREN SEINE (Programme Interdisciplinaire de Recherche sur l’eau et l’environnement du bassin de la Seine) et de la FIRE (Fédération Ile-de-France de Recherche en Environnement) ainsi que des infrastructures CRITEX qui permettent des mesures haute fréquence et basse fréquence des variables hydrologiques, hydrogéologiques et biogéochimiques. Le réseau de mesure du bassin versant est constitué de stations météorologiques, de stations limnimétrique jaugées à l'exutoire de chaque sous bassin, de stations pluviométriques réparties sur tout le bassin, de piézomètres ainsi que de capteurs d'humidité du sol à différentes profondeurs (Fig. 2.2). Le bassin des Avenelles dispose de longues séries de données dont les premières ont débuté en 1962. En 2012, un dispositif expérimental de mesure hydrothermique des échanges nappe-rivière a été mis en place (Mouhri et al., 2013) dans le cadre du projet de recherche des interactions nappe-rivière étudiées sous l’angle des emboîtements d’échelle (Flipo et al., 2014), développé au sein du Piren-Seine. Ce dispositif est constitué de cinq stations de MOnitoring LOcal des échanges NAppe Rivière (MOLONARI) (Fig. 2.2).
En savoir plus

194 En savoir plus

Caractéristique qualitatif de la nappe phréatique de la ville d' el oued

Caractéristique qualitatif de la nappe phréatique de la ville d' el oued

III.1.2.Mise en place de réseau de drainage : A) Réseau de drainage vertical : C’est un système complémentaire de drainage considéré comme une solution appliquée dans le projet d’assainissement contre la remonté de la nappe phréatique. Il consiste à évacuer les eaux excédentaires agricoles par un réseau de 58,(dont 51 sont fonctionnels) puits forés de 21 à 40 mètres de profondeur (les coordonnées, les profondeurs des ouvrages des captages sont à l’annexé) , équipés de pompes submersibles pouvant débiter 6 l/s, à une distance de 500 mètres entre eux (Figure III.2), connectés à 37 km de conduites dans le but : d’équilibrer le bilan d’eau au niveau de la ville d’El-Oued ; stabiliser et assurer une profondeur minimum de la nappe phréatique de 1,5m dans les quartiers inondés et inverser le phénomène de remontée dans le reste de la ville et éviter que de nouvelles zones ne soient pas inondées , assurer un rabattement général entre 5 et 10m de profondeur, ce qui autorise l’assainissement autonome des zones non raccordables. (BG, 2004).
En savoir plus

103 En savoir plus

Fonctionnement et salinité de la nappe de l'oasis de Fatnassa : arguments géochimiques

Fonctionnement et salinité de la nappe de l'oasis de Fatnassa : arguments géochimiques

Dans le Nefzaoua les oasis anciennes représentaient seulement une superficie de 1 500 hectares. Entre 1908 et 1956, 62 forages ont été réalisés pour la création de 4 500 hectares d'oasis nouvelles. A partir de 1970, la réalisation de nouveaux forages va alors permettre une extension ininterrompue de nouvelles plantations sous la forme de projets étatiques (2 315 hectares), et surtout d’extensions privées qui représentent environ 7000 hectares (Kassah, 1996). Sur une superficie totale de 36 000 hectares, le gouvernorat de Kébili occupe désormais la première place avec près de 16 000 hectares, 45 % des superficies et plus de 55 % de la production de dattes de Tunisie. La mobilisation des ressources a atteint son maximum tandis que la demande continue d’augmenter, conduisant à des risques de crise dans un futur proche dans un contexte où les ressources en eau fossiles ont déjà à tendance à s'épuiser et à se saliniser (Beloumi et Matoussi, 2005). Les extensions privées se sont principalement faites à la faveur de nouveaux forages illicites, mais aussi sous la forme d’extensions progressives à la périphérie dans oasis anciennes. Les grandes oasis irriguées par source avaient une superficie pratiquement stable car la baisse des débits des sources depuis le milieu de siècle n’offrait plus de possibilités d’extensions. La multiplication des forages profonds réalisés par l’état pour réduire le déficit en eau des anciennes oasis, va permettre de détourner une partie de l’eau vers de nouvelles terres et d’irriguer de nouvelles plantations. Les franges accaparent les investissements, cristallisent les efforts mais elles restent très précaires en raison d’un déficit persistant en eau pour l’irrigation, de la faible efficacité des systèmes de drainage, d’une position élevée de la nappe dans les implantations périphériques et de la salinité élevée des eaux d’irrigation et de la nappe (Kassah, 1996). Dans le cadre du projet FSP SIRMA (Economies d’eau en systèmes irrigués au Maghreb), cette problématique de la gestion des ressources en eau et de la salinité dans les oasis anciennes a été abordée sur l’oasis de Fatnassa. Dans cette communication, nous nous attacherons plus particulièrement à analyser les processus de salinisation. Les mécanismes géochimiques de précipitation et de dissolution de minéraux seront tout d’abord étudiés. Le fonctionnement hydrologique sera ensuite évalué à partir de la concentration des eaux de la nappe et des eaux de drainage. Nous tenterons enfin d’en tirer quelques enseignements pour la gestion de l’irrigation, du drainage et de la salinité sur le périmètre de Fatnassa.
En savoir plus

15 En savoir plus

ETUDE PAR KRIGEAGE DES DONNEES PIEZOMETRIQUES DE LA NAPPE DU PLATEAU DE MOSTAGANEM

ETUDE PAR KRIGEAGE DES DONNEES PIEZOMETRIQUES DE LA NAPPE DU PLATEAU DE MOSTAGANEM

Fig. 26 : Bloc diagramme des valeurs de la charge hydraulique krigées de 1970 en 3D. Le but de ce bloc diagramme (fig. 26) est de visualiser la charge hydraulique de la nappe de Mostaganem. Le relief montre clairement les zones d’alimentation, ainsi que les fluctuations de la charge. Comme sur la carte piézométrique, l’axe principal d’écoulement est du Nord-Est vers le Sud-Ouest. Aussi nous remarquerons la présence d’une ride structurale située entre la côte et Ain Nouissy. Cette ride génère une ligne de partage des eaux (écoulement entre Oureah et Stidia, et un autre vers Ain Nouissy). (ZEROUALI et El MESLOUHI, 1994)
En savoir plus

103 En savoir plus

Analyse des caractéristiques du canal MIMO dans mine souterraine

Analyse des caractéristiques du canal MIMO dans mine souterraine

Due to Severe attenuation in a multipath wireless environment, the receiver can't retrieve the transmitted signal unless the latter is provided with sorne form of diversity.[r]

80 En savoir plus

Facteurs d'échelle dans la hiérarchisation des écoulements au sein d'un aquifère karstique

Facteurs d'échelle dans la hiérarchisation des écoulements au sein d'un aquifère karstique

Cadre de l’´ etude : l’aquif` ere du Lez et le site exp´ erimental du Terrieu De par l’int´ erˆ et de disposer d’une ressource en eau de qualit´ e dans la r´ egion mont- pelli´ eraine, l’aquif` ere du Lez et sa source ont fait l’objet de nombreuses descriptions g´ eologiques, hydrog´ eologiques et hydrochimiques depuis plus d’un si` ecle ( Bertin-Sans et Rodet , 1905 ; Ros , 1907 ). Ces diff´ erents travaux ont permis de d´ efinir les princi- pales limites du syst` eme aquif` ere et d’´ etablir les grands traits de son fonctionnement avec comme objectif principal l’utilisation, la gestion et la protection des r´ eserves en eaux souterraines. Implant´ e au cœur du syst` eme aquif` ere du Lez, le site exp´ erimental du Terrieu a ´ et´ e mis en place dans les ann´ ees 70 par le laboratoire d’Hydrog´ eologie de l’Universit´ e de Montpellier et a permis la r´ ealisation de plusieurs ´ etudes hydro- dynamiques ` a l’´ echelle locale. Il fait partie int´ egrante de l’observatoire MEDYCYSS (Multi-Echelle de la DYnamique des Crues et de l’hYdrodynamique Souterraine en mi- lieu karStique, www.medycyss.org), l’un des sites de l’OSU OREME et du SNO KARST (www.oreme.org/services/observation/karst) service national d’observatoire labellis´ e par l’INSU.
En savoir plus

259 En savoir plus

Modélisation du transfert de masse et d'énergie en aquifère: des approches numériques aux applications

Modélisation du transfert de masse et d'énergie en aquifère: des approches numériques aux applications

These apparently contradictory results raise two critical questions: a why is the 4He / heat flux ratio entering the Carrizo aquifer over one order of magnitude smaller as compared to th[r]

225 En savoir plus

Faisabilité d'un pilote de dénitrification in situ dans un aquifère karstifié

Faisabilité d'un pilote de dénitrification in situ dans un aquifère karstifié

2 Approche hydrologique du potentiel du SEH vis-à-vis de la réalisation d’un pilote de dénitrification in situ Dans le cadre du 12 ème Contrat Plan Etat-Région (CPER 2002-2006) et du 1 er Contrat Projet Etat (2007-2013), l’équipe Eau-Milieux fracturés du laboratoire HydrASA a entrepris le développement d’un Site Expérimental Hydrogéologique (SEH) au droit de deux aquifères d’extension régionale : l’aquifère supra-toarcien (dit aussi aquifère du Dogger) et l’aquifère du Lias Inférieur et Moyen. En vue d’une application à la protection, la gestion et l’exploitation des ressources en eau souterraine, l’objectif scientifique du SEH est de permettre l’acquisition de mesures à long terme, le développement de concepts fondamentaux, de méthodologies et d’outils métrologiques servant la modélisation du fonctionnement des aquifères carbonatés hétérogènes. Cet objectif affirmé lui confère une place au sein de dispositifs nationaux tel que le Service National d’Observation H + (SNOH + ) incluant les sites hydrogéologiques de Ploemeur (56), Cadarache (13) et Montpellier (34). Depuis 2002, le site a été l’objet de nombreuses investigations nées d’impulsions locales, de collaborations nationales et internationales. Ces investigations se sont focalisées sur l’aquifère supra-toarcien conduisant à l’acquisition et au traitement d’une quantité importante de données géologiques, géochimiques, météorologiques et hydrauliques.
En savoir plus

289 En savoir plus

Portrait des ressources en eau souterraine en Montérégie Est, Québec, Canada.

Portrait des ressources en eau souterraine en Montérégie Est, Québec, Canada.

Pour le contexte hydrogéologique de la Plate-forme nord, la recharge est généralement de nulle à faible étant donné la présence d‘une couche argile épaisse (> 10 m) et continue, qui limite toute recharge significative de l‘aquifère rocheux régional (livrable 28b, section 4.3). Cependant, il y a des zones d‘étendue restreinte où la recharge est significative, notamment au sud-est de Varennes (secteur de St-Amable) ainsi qu‘à l‘ouest de Saint-Antoine-sur-Richelieu. Au niveau des zones de résurgence, une portion de la rivière Yamaska, allant du sud de Saint-Hyacinthe jusqu‘à l‘ouest de Saint-Hugues, est considérée être en lien direct avec l‘aquifère rocheux. L‘attribution de ce type de lien est supportée par la présence d‘affleurements rocheux observés dans le lit ou les berges de ce tronçon de la rivière ainsi que par la dépression piézométrique correspondant à la position de la rivière (livrable 28a). Ce tronçon de la rivière Yamaska représenterait ainsi la seule importante zone de résurgence identifiée dans le contexte de la Plate-forme nord. Une autre zone de résurgence significative pourrait toutefois être présente à la limite du Piedmont (Appalaches externes) où les gradients hydrauliques horizontaux sont plus élevés, bien que les critères utilisés pour la définition régionale des zones de résurgences n‘ont permis d‘identifier que des zones de résurgence plus limitées en superficie dans ce secteur. Le changement important du gradient hydraulique horizontal à cet endroit pourrait indiquer que l‘écoulement d‘eau souterraine allant vers l‘ouest à partir de la limite du Piedmont est plus faible que l‘écoulement provenant de l‘est, et impliquerait donc la perte d‘eau (résurgence) à l‘endroit où le changement de gradient est observé (voir coupes du modèle conceptuel à la section 4.7). Cette résurgence « régionale » est aussi prédite par la modélisation
En savoir plus

319 En savoir plus

Pour une utilisation durable des nappes d'eau souterraine : une approche par les incitations

Pour une utilisation durable des nappes d'eau souterraine : une approche par les incitations

Or l’exploitation de la nappe dépend du bon fonctionnement de cette action collective. La revue de la littérature montre que la structure du dilemme du prisonnier est souvent utilisée pour représenter le problème auquel est confronté un groupe d’usagers lors de l’exploitation d’une ressource commune. Partant de l’hypothèse que chaque ressource est une situation différente (Ostrom, 1990) (la spécificité née des particularités physiques de la ressource mais également et essentiellement de la configuration institutionnelle autour) et étant donné le projet dans lequel s’inscrit ce travail, nous nous gardons d’effectuer cette appréciation à priori. Nous nous baserons sur une méthodologie d’approche afin de déterminer le dilemme qui se pose à l’action collective pour que la question étudiée soit en phase avec la réalité.
En savoir plus

12 En savoir plus

Pour une utilisation durable des nappes d'eau souterraine : une approche par les incitations

Pour une utilisation durable des nappes d'eau souterraine : une approche par les incitations

• Il existe plusieurs modes de gestion d’une Ressource de Bien Commun (RPC). – Dans notre cas l’association d’irriguant = action collective. • L’exploitation de la nappe est liée à la capacité des membres d’une association à conduire leur action collective.

20 En savoir plus

Gérer les prélèvements individuels d'eau souterraine. Quels instruments envisageables ?

Gérer les prélèvements individuels d'eau souterraine. Quels instruments envisageables ?

Les outils classiques individuels (taxation / quotas) ne peuvent être envisagés que si les prélèvements sont connus. Ils pourront bien fonctionner (dans le sens conduire à un prélèvement jugé soutenable sur la ressource en eau souterraine) uniquement s’il est possible de quantifier la quantité d’eau maximale qu’il est possible de prélever et d’en déduire les quantités individuelles maximales et le taux de taxe à appliquer. De plus, il est important de prendre en compte la sensibilité des usagers au niveau de la taxation proposée (i.e. l'élasticité prix de la demande en eau souterraine), qui doit être assez élevée pour les inciter à adopter le comportement souhaité tout en étant d’un niveau suffisamment raisonnable pour ne pas être jugée inapplicable.
En savoir plus

55 En savoir plus

Impact du PACES sur la connaissance des ressources en eau souterraine au Québec.

Impact du PACES sur la connaissance des ressources en eau souterraine au Québec.

 Pas de dépassements pour les nitrates, mais impact identifié (13 % des puits au roc >1,5 mg/L N-NO 3 )  Vulnérabilité de l’eau souterraine plus élevée dans les Appalaches  Beaucoup de milieux humides sur le territoire (486 km 2 ) ! Ville

29 En savoir plus

La gestion économique de l’eau souterraine par le droit de propriété au Québec

La gestion économique de l’eau souterraine par le droit de propriété au Québec

effet, le droit d’usage ne permet pas de porter atteinte à la substance de la chose qui en est l’objet, de telle sorte que des usages successifs pourraient s’enchaîner indéfiniment sans variation significative de la qualité et de la quantité de l’eau. Cependant, l’utilisation de l’eau a généralement pour effet d’en dégrader la qualité au point de la rendre inutilisable à certaines fins 105 . De plus, le droit d’usage est un droit réel qui porte sur la propriété d’autrui 106 . Or, l’eau souterraine n’est jamais objet de propriété 107 . Par ailleurs, le droit d’usage se limite aux besoins de son titulaire et à ceux de sa famille. Dans ce cas, l’utilisation de l’eau à des fins autres et dans des quantités plus importantes que celles liées aux fins domestiques ne serait pas possible. Finalement, la pertinence du droit d’usage à l’égard des eaux souterraines est limitée dans la mesure où celles-ci ne peuvent faire l’objet d’un usage tant qu’elles sont dans le sol, c’est-à-dire tant qu’elles sont souterraines 108 .
En savoir plus

60 En savoir plus

Show all 231 documents...