Anti-inflammatoire non stéroïdien (AINS)

Top PDF Anti-inflammatoire non stéroïdien (AINS):

Radiothérapie externe ou anti-inflammatoire non-stéroïdien pour la prévention des ossifications hétérotopiques après prothèse totale de hanche?

Radiothérapie externe ou anti-inflammatoire non-stéroïdien pour la prévention des ossifications hétérotopiques après prothèse totale de hanche?

Les complications des AINS sont largement connues. Comme les patients candidats aux PTH sont en règle générale âgés, la nécessité d’administrer des AINS en postopératoire à des doses journalières élevées pour une durée pro- longée en postopératoire (de quelques jours à quelques semaines) limite la compliance à un tel type de traitement. Dans la série de Cella [27], un tiers des 74 malades sous indométa- cine à 75 mg par jour n’ont pas supporté ce traitement. Il est généralement grevé d’un ris- que élevé de développer des complications gastro-intestinales (œsophagite, gastrite et ulcère) avec une majoration du risque hémor- ragique car tous les patients en postopératoire sont sous prophylaxie antithrombotique pou- vant entraîner le décès chez 10% des malades. Par conséquent, il est nécessaire d’adjoindre aux AINS un pansement gastrique et pour cer- tains patients l’interruption du traitement anti- inflammatoire sera indispensable. Par ailleurs, ces patients sont âgés et présentent souvent une insuffisance rénale limitant le traitement par les AINS. L’incidence des ossifications hétérotopi- ques après utilisation des AINS est de l’ordre de 13 à 20% suivant les séries [20, 26, 28, 29]. Au vu de la diversité des doses d’AINS et de leur durée d’application dans la littérature, il est difficile de comparer les résultats entre les différentes études. Cette comparaison est d’autant plus aléatoire que peu d’auteurs rap- portent une évaluation de la compliance et/ou l’incidence des complications.
En savoir plus

7 En savoir plus

Menaces d’accouchement prématuré : aspects thérapeutiques : Essai clinique randomisé : bêtamimétique versus Anti-inflammatoire non stéroïdien+ progestérone

Menaces d’accouchement prématuré : aspects thérapeutiques : Essai clinique randomisé : bêtamimétique versus Anti-inflammatoire non stéroïdien+ progestérone

et entraîne un effet myorelaxant immédiat. Ils inhibent également la formation des gaps junctions myométriales. A part l’effet myorelaxant des bêtamimétiques, ils agissent à d’autres niveaux ce qui peut expliquer certains effets secondaires ou même contre indiquer ce traitement chez certaines patientes. Leurs effets hémodynamiques sont à l’origine de tachycardie, de diminution des résistances périphériques avec une augmentation du débit cardiaque et probablement de la tension artérielle. Leurs effets métaboliques nombreux peuvent avoir un retentissement cardiovasculaire non négligeable. Ils ont aussi un effet relaxant du muscle bronchique avec diminution de la vasoconstriction bronchique. Et certains d’entre eux, notamment le salbutamol, sont considérés comme des antidépresseurs potentiels. Ils ont un effet oculaire participant à la chute de la tension oculaire.
En savoir plus

116 En savoir plus

Contribution à l’étude de l’activité anti - inflammatoire des polysaccharides hydrosolubles d’Astragalus gombo chez les rats Wistar albinos

Contribution à l’étude de l’activité anti - inflammatoire des polysaccharides hydrosolubles d’Astragalus gombo chez les rats Wistar albinos

Il est prouvé que les anti-inflammatoires non stéroïdiens inhibent pas seulement la synthèse des prostaglandines pro-inflammatoires, mais inhibent aussi la dénaturation des protéines(SANGEETHA et al., 20). Le diclofénac sodique, un anti-inflammatoire non stéroïdien, possède des propriétés analgésique, antipyrétique et anti-inflammatoire. Cette dernière est liée à son inhibition de la synthèse de prostaglandines et de thromboxane en inhibant l’action des deux isoformes de l’enzyme membranaire cyclo-oxygénase (COX-1 et COX-2). Il provoque ainsi l’altération de la fonction des plaquettes en inhibant leur agrégation (AHMAD et al., 2013). De plus, les résultats obtenus par AHMAD et al. (2013) montre que les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS), notamment le diclofénac à des doses importantes, modifient la réponse inflammatoire en inhibant l’activation des neutrophiles et d’autres cellules inflammatoires et en bloquant ainsi la production d’enzyme telle que la collagenase et l'élastase.
En savoir plus

73 En savoir plus

Evaluation du potentiel thérapeutique d'un mannodendrimère anti-inflammatoire dans un modèle murin d'infection par Francisella tularensis

Evaluation du potentiel thérapeutique d'un mannodendrimère anti-inflammatoire dans un modèle murin d'infection par Francisella tularensis

- 55 - a) Les glucocorticoïdes Les glucocorticoïdes, sont les anti-inflammatoires les plus puissants existants à l’heure actuelle. Ces hormones interviennent à plusieurs niveaux de la régulation de l’inflammation. Au niveau transcriptionnel, la liaison du cortisol, l’hormone issue de la conversion enzymatique de la cortisone, au récepteur des glucocorticoïdes (GR) entraîne la translocation du complexe GR-cortisol vers le noyau. Ce complexe, en se liant à des séquences spécifiques de l’ADN, provoque une modification de la structure de la chromatine, inhibant ainsi la transcription de cytokines pro-inflammatoires et favorisant celle des cytokines anti- inflammatoires. Le complexe cortisol-GR peut également interagir directement avec NF-κB et bloquer son activité transcriptionnelle, inhibant ainsi la production de cytokines pro- inflammatoires. Enfin, ces hormones peuvent moduler la sécrétion de médiateurs de l’inflammation, tels que les prostaglandines, en faisant intervenir différentes voies de signalisation (Figure 1-I-18) (voir revues [146, 147 ]). Depuis une vingtaine d’années, plusieurs essais cliniques ont été réalisés pour déterminer les bénéfices d’une thérapie adjuvante par les glucocorticoïdes dans le traitement des pneumonies infectieuses. Alors qu’une étude réalisée sur 30 patients ne montre aucun effet de l’utilisation d’hydrocortisone [148], plusieurs autres études ont montré que le traitement par différents dérivés de la cortisone raccourcissait la durée d’hospitalisation des patients, de 7,5 à 6,5 jours [149], ou améliorait les paramètres cliniques de la pneumonie plus rapidement (oxygène dans le sang, score radiographique, etc…) par rapport au traitement par un placebo [150]. Bien que les conclusions de certaines de ces études soient divergentes, la plupart d’entre elles montre une amélioration de la pathologie, bien que légère, associée au traitement, en particulier pour les patients les plus gravement atteints, souffrant de pneumonie « hyperinflammatoire ». Cependant, certains effets secondaires lourds apparaissent lors de traitements prolongés. Pour cette raison, l’utilisation de corticostéroïdes pour le traitement des infections pulmonaires aigues n’est pas recommandé systématiquement [145 , 146 , 147].
En savoir plus

187 En savoir plus

Isolement, caractérisation et étude "in vitro" de l'activité anti-inflammatoire de différentes souches probiotiques

Isolement, caractérisation et étude "in vitro" de l'activité anti-inflammatoire de différentes souches probiotiques

5.3. Classification des probiotiques Les probiotiques peuvent être classés en quatre catégories (Tableau 1). La première catégorie renferme les espèces du genre Lactobacillus. Les lactobacilles sont des bactéries Gram-positif, classées dans le phylum des Firmicutes et appartenant à la famille de Lactobacillaceae (Hammes and Vogel 1995). Elles se présentent sous forme de bacilles ou de coques et sont anaérobies facultatives, immobiles, non flagellés et non sporogènes. Les lactobacilles forment une grande partie des bactéries lactiques qui sont capables de produire de l’acide lactique par la fermentation de certains sucres comme le lactose. Ces espèces colonisent l'être humain et sont généralement présentes dans le tractus gastro-intestinal, les muqueuses vaginales et la cavité buccale(Land, Rouster-Stevens et al. 2005). Les lactobacilles sont parmi les probiotiques les plus utilisés chez l'humain avec plus d'applications connues notamment la fabrication des produits laitiers fermentés tel que le yogourt(Klaenhammer 1998). Parmi les souches commerciales les plus utilisées, on retrouve les souches de L. acidophilus, L. casei, L. paracasei et de L. johnsonii (Holzapfel and Schillinger 2002).
En savoir plus

112 En savoir plus

Activité antioxydante et anti-inflammatoire de l’extrait hydro-alcoolique d’Ajuga iva (ivette musquée)

Activité antioxydante et anti-inflammatoire de l’extrait hydro-alcoolique d’Ajuga iva (ivette musquée)

M ots clés : Ajuga iva, Activité antioxydant, DPPH, Inflammation, Anti-inflammatoire. Abstract Oxidative stress, which causes many diseases ranging from inflammation to cancer, leads to the search for new antioxidant remedies. With this in mind, we have tried to evaluate the antioxidant and anti-inflammatory activity of the ethanolic extract of M usky bugle Ajuga iva, a plant that grows in the Bouira region and is used by its population for its medicinal properties. The antioxidant properties were tested with the free radical 1,1-diphenyl-2-picrylhydrazyl (DPPH). In addition, the antiinflammatory effect was studied by the stability test of t he red cell membrane in vitro. The results obtained proved to be a remarkable activity vis-à-vis the free radical DPPH. With an IC50 of 163 μg / ml. M oreover, for the membrane stabilization test, the protective effect of the ethanolic extract of the leaves of Ajuga iva, against the hemolysis of the red blood cells, caused by the heat, proved to be very interesting with a maximum percentage of protection at around 67%, at a concentration of 800 μg / ml. These results demonstrate that Ajuga iva extract has significant antioxidant and anti-inflammatory effects and may, therefore, have clinical benefits. The identification of active constituents of this extract and the evaluat ion of their properties in vivo remains objective for future research.
En savoir plus

82 En savoir plus

Physiopathologie de la polyarthrite rhumatoïde : effet inflammatoire des auto-anticorps anti-protéines citrullinées et du facteur rhumatoïde

Physiopathologie de la polyarthrite rhumatoïde : effet inflammatoire des auto-anticorps anti-protéines citrullinées et du facteur rhumatoïde

Mr YOUINOU Pierre, Professeur, Université de Brest, Rapporteur Mr ROUDIER Jean, Professeur, Université de Marseille, Rapporteur Mr BOISSIER Marie-Christophe, Professeur, Université Paris[r]

1 En savoir plus

Evaluation de la toxicité aigüe et de l’activité anti-inflammatoire des huiles essentielles de Cupressus sempervirens et de Cedrus atlantica

Evaluation de la toxicité aigüe et de l’activité anti-inflammatoire des huiles essentielles de Cupressus sempervirens et de Cedrus atlantica

Résumé : Cedrus atlantica Manetti est largement utilisé en médecine traditionnelle séculaire Auressienne, dans le traitement de plusieurs pathologies dont les maladies à composante inflammatoire tout comme Cupressus sempervirens. Très peu d’études ont été menées sur ces plantes, et aucune n’a concerné l’étude des propriétés anti-inflammatoires de leurs huiles essentielles. Cette étude a eu pour objectif l’évaluation des propriétés anti-inflammatoires des huiles essentielles de Cupressus sempervirens et de Cedrus atlantica, récoltés dans la région de Chréa, aux doses de 50, 100 et 200 mg/kg de poids corporel, sur le modèle de l'oedème aigü de la patte de souris induit par la carragénine. Préalablement, leur toxicité orale à été étudiée à la dose de 2 g/kg de poids corporel.Les résultats de notre étude ont montré que nos huiles essentielles ne présentaient aucune toxicité à cette dose. L’étude de l’activité anti- inflammatoire a révélé que les différentes doses des huiles essentielles de Cupressus sempervirens et de Cedrus atlantica, ont inhibé l’oedème inflammatoire d’une façon
En savoir plus

1 En savoir plus

Contribution à une étude phytothérapeutique, anti-inflammatoire et antioxydante du grenadier (Punica granatum L.) – Etude in vivo

Contribution à une étude phytothérapeutique, anti-inflammatoire et antioxydante du grenadier (Punica granatum L.) – Etude in vivo

épidémiologiques ont associé un apport élevé d'aliments riches en phénols à un taux réduit de maladies chroniques telles que le diabète, les maladies cardiovasculaires, la maladie d'Alzheimer, la maladie de Parkinson et l'inflammation (Bravo, 1998 ; Mohamed, 2014). Dans ce sens, un ensemble substantiel de preuves obtenues à la fois d'études in vivo et in vitro soutient le concept selon lequel les composés phénoliques agissent de la même manière que les AINS. Les polyphénols peuvent exercer des effets anti-inflammatoires notamment par le piégeage radicalaire, la régulation des activités cellulaires dans les cellules inflammatoires et la modulation des activités des enzymes impliquées dans le métabolisme de l'acide arachidonique (AA) notamment la phospholipase A2, cyclooxygénase et le métabolisme de l'arginine (NOS) (Santangelo et al., 2007 ; Hussain et al., 2016). Certains d'entre eux inhibent d'autres médiateurs pro-inflammatoires en plus de la cycloxygénase en inhibant leur activité ou l'expression des gènes. Outre, certains composés phénoliques peuvent augmenter et /ou diminuer les facteurs transcriptionnels, comme le facteur nucléaire kB (NF-kB) ou Nrf2, dans les voies inflammatoires et antioxydantes (Calixto et al., 2004 ; Maroon et al., 2010; Sergent et al., 2010 ; Cardozo et al., 2013).
En savoir plus

203 En savoir plus

Activités antioxydante et anti-inflammatoire des extraits alcooliques et aqueux des feuilles et des baies de pistacia lentiscus

Activités antioxydante et anti-inflammatoire des extraits alcooliques et aqueux des feuilles et des baies de pistacia lentiscus

L’afflux des cellules, fait que celles-ci vont d’abord se marginaliser sur le site de l’agression en environ 30 minutes. C’est à ce moment qu’on pourra constater « in situ » la présence de polynucléaires neutrophiles, lesquelles sont plaqués le long des cellules endothéliales de l’endroit concerné. Ces cellules vont traverser la paroi, grâce à de nombreux facteurs attractants comme l’IL8, C5a et LTB4 (Figure 2). Ces cellules vont en effet ingérer les éléments lésés. Cette fonction n’est pas simple. Elle repose sur la dégranulation des composants internes de la cellule. Ceci conduit à la sécrétion des protéases (élastase et collagénase), et la libération des radicaux libres. Les PMNs vont contribuer à l’éradication des corps étrangers (s’il y a lieu) ou des tissus lésés (en cas de traumatisme par exemple). Dans ce type de situation, la réaction va s’arrêter mais ceci n’est pas toujours le cas et les macrophages dont le pouvoir phagocytaire est important, vont intervenir. Ceci constitue le passage de la réaction inflammatoire proprement dite à la réaction immunitaire et la mise en place des processus inhérents (Charles et al., 2010).
En savoir plus

90 En savoir plus

Activité antioxydante et anti-inflammatoire des fractions des plantes médicinales : sedum sediforme et lycium arabicum

Activité antioxydante et anti-inflammatoire des fractions des plantes médicinales : sedum sediforme et lycium arabicum

La capacité antioxydante des EBr des deux plantes a été testée in vivo. Les résultats ont montré que les EBr des deux plantes augmentent significativement la capacité antioxydante en améliorant la capacité antioxydante totale du sang et la capacité antioxydante plasmatique chez les souris traitées. La comparaison globale a montré que l’EBr-SS est le plus actif dans tous les tests réalisés in vitro, malgré sa faible teneur en polyphénols et flavonoïdes. Cette activité peut être due non seulement à des molécules autres que les polyphénols ou à la nature des polyphénols. Cette activité a été diminuée in vivo, où l’EBr-LA a présenté une activité anti-hémolytique et un pouvoir piégeur supérieur à ceux d’EBr-SS. Cet effet peut être expliqué par la métabolisation et/ou le changement structural des composés pendant les étapes d'absorption, de distribution et de métabolisme. Egalement, l’EBr-SS a exprimé une activité anti-inflammatoire supérieure à celle d’EBr-LA. Ce qui peut être interprété par son important effet piégeur des radicaux car l’application de PMA conduit à la génération des RLs notamment l’O 2 •– .
En savoir plus

147 En savoir plus

Etude de l’activité anti-inflammatoire de Centaurea s.p « étude histologique chez la souris »

Etude de l’activité anti-inflammatoire de Centaurea s.p « étude histologique chez la souris »

Abstract Cntaurea s.p is a plant which is known by its therapeutic effect. It’sused in traditional medicine to treatthe skin burns. Inflammatory diseases is one of these pathologies which can be preserved by this plant. The extract of Centaurea s.p was tested for its anti-inflammatory effect. This activity was assessed in vivo by the test of the edemaled by the carragenine. A test of toxicity of the aqueous extract in the doses 150 and 300mg/kg BW, respectively accomplished in oral administration. The results show that in these doses, the extract has no toxic effect. On the other hand, the treatment of the inflamation was given one hour before causing the acute inflammation by the injection of carragenine 0,1%. So, the teste of the extract in the doses 150 and 300mg/kg BW showed a asignificant anti-inflammatory activity (P<0,001) compared with the control mice. The inhibition percent of the edema reach 80% for the dose 150mg/kg BW against 50% of inhibition for Diclofenac. The histological study of cutstreated by Diclofenac and the aqueous extract of Centaurea s.p (150 and 300mg/kg BW) confirm that the extract of the plant has an anti-inflammatory activity. Besides, in the dose 150 and 300mg/kg BW the inflammatory infiltrate disappears almost completely. The presence of anti-inflammatory activity in the doses of aqueous extract of centaurea s.p can be applied in the therapeutic field.
En savoir plus

92 En savoir plus

Optimisation des conditions d’extraction des polyphénols et flavonoïdes (temps) et l’effet anti-oxydant et anti-inflammatoire des extraits de la plante Peganum harmala

Optimisation des conditions d’extraction des polyphénols et flavonoïdes (temps) et l’effet anti-oxydant et anti-inflammatoire des extraits de la plante Peganum harmala

Conclusion Conclusion De nos jours, un grand nombre de plantes aromatiques et médicinales possède des propriétés biologiques très importantes qui trouvent de nombreuses applications dans divers domaines à savoir en médecine, pharmacie, cosmétologie et l’agriculture. Ce regain d’intérêt vient d’une part du fait que les plantes médicinales représentent une source inépuisable de substances bioactives, et d’autre part les effets secondaires induits par les médicaments inquiètent les utilisateurs qui se retournent vers des soins moins agressifs pour l’organisme. Dans le présent travail, notre intérêt s’est porté sur la plante Peganum harmala L, espèce végétale utilisée en phytothérapie pour traite plusieurs maladie tel que : l'hypertension artérielle, les douleurs, les hémorroïdes et les troubles digestifs. Afin de vérifier l’efficacité de cette plante sur les activités antioxydante, et anti-inflammatoire.
En savoir plus

65 En savoir plus

Impact anti-inflammatoire de la lutéoline sur l'expression de la cyclooxygenase-2 induite par l'interleukine-1 dans les glioblastomes

Impact anti-inflammatoire de la lutéoline sur l'expression de la cyclooxygenase-2 induite par l'interleukine-1 dans les glioblastomes

Dans le cas d ' un cancer , la signalisation de la voie ERK est aberrante stimulée en particulier par l ' activation en amont du récepteur épidermique de facteur de[r]

102 En savoir plus

Evaluation de l’activité anti-inflammatoire de l’extrait Aqueux de Cordyceps militaris « Etude expérimental chez les souris »

Evaluation de l’activité anti-inflammatoire de l’extrait Aqueux de Cordyceps militaris « Etude expérimental chez les souris »

I.2.1.1.Principe La toxicité aigüe de l’extrait aqueux de Cordyceps militaris a été évaluée chez des souris Swiss albinos de 25 à 30g de poids corporel (PC). Les animaux ont été randomises par groupe de trois souris femelles pour chaque dose, ont été préparées dans l’eau physiologique NaCl 0,9% et administrées aux souris par voie orale (0.3ml/kg PC). Ceux témoins, ont reçu un même volume et de la même manière de l’eau physiologie. Après administration, l’observation du comportement général des animaux en comparaison avec celui du groupe non traité (mort, agitation, respiration, asthénie) Ces observations sont faites régulièrement jusqu’à 24 heures (Amezouar et al., 2013).
En savoir plus

99 En savoir plus

Etude de l’activité anti-inflammatoire et antioxydant d'Artemisia campestris L et Spitzelia coronopifolia Désf dans la région d’El-oued

Etude de l’activité anti-inflammatoire et antioxydant d'Artemisia campestris L et Spitzelia coronopifolia Désf dans la région d’El-oued

l’œdème induit par le formol chez six lots de rattes (témoin, essai et référence) en absence et en présence d’un traitement anti-inflammatoire. Les résultats sont représentés sous forme de diagramme mettant en valeur l’évolution du diamétre de l’œdème en fonction du temps. L'injection de 100µl de formol à 1 %, au niveau de la patte des rattes, provoque une inflammation visible dans l’heure qui suit cette injection (diamètre de l’œdème est de 5.6mm), L'œdème augmente progressivement et atteint une intensité maximale au bout de cinq heures (Volume d’œdème des lots témoins atteint les 6.32mm). Administré préventivement, l’effet de molécule de référence (Acide acétyl salicylique ) se traduit par une réduction de l'œdème de façon progressive. L’ Acide acétyl salicylique (50mg/kg) n’agit qu’à partir de la troisième heure et atteint son maximum d’activité à la sixième heure avec un pourcentage d’inhibition de 52.52%.
En savoir plus

100 En savoir plus

Effet anti-inflammatoire et cicatrisant des extraits aqueux et éthanolique des écorces du tronc de Buchholzia coriacea Engl. (Capparidaceae)

Effet anti-inflammatoire et cicatrisant des extraits aqueux et éthanolique des écorces du tronc de Buchholzia coriacea Engl. (Capparidaceae)

coriacea (Ayoola et al, 2011 ; Ibrahim et Fagbonun, 2013a et 2013b ; Adu-Amoah et al, 2014 ; Enechi et Nwodo, 2014) et des extraits d’autres plantes (Agbonon, 2000 ; Pham, 2006 ; Adu-Amoah et al, 2014). La pharmacopée concède à la plupart des composés phénoliques une activité anti-inflammatoire (Chika et al, 2012 ; Duru et al, 2013 ; Ibrahim et Fagbonun, 2013a ; Enrechi et Nwodo, 2014). Pour cela, on pourrait penser que l’activité anti-inflammatoire des écorces du tronc de B. coriacea serait due aux flavonoïdes et aux tanins qu’elles contiennent. Il a été rapporté que les flavonoïdes, antioxydants naturels, joueraient un rôle très important dans le traitement des inflammations, des tumeurs et des affections bactériennes (Nassis et al, 1992 ; Ezeja et al, Figure 12 : Rat traité avec l’extrait éthanolique pâteux,
En savoir plus

11 En savoir plus

Évaluation de l’activité anti-inflammatoire de l’extrait protéique des graines de Pinus pinea L. sur l’inflammation intestinale -in vivo-

Évaluation de l’activité anti-inflammatoire de l’extrait protéique des graines de Pinus pinea L. sur l’inflammation intestinale -in vivo-

Résumé Résumé Pinus pinea L. est une plante médicinale utilisée dans la phytothérapie traditionnelle dont ses graines oléagineuses présentent des activités biologiques intéressantes. L’évaluation de l’activité anti inflammatoire -in vivo- de l’extrait protéique de ces graines sur l’inflammation intestinale a fait l’objectif de notre étude. Pour cela, les souris ont reçu l’acide acétique 5% par voie rectale puis traitées avec l’extrait protéique et des paramètres cliniques et macroscopiques ont été évalués. Les résultats de dosage des protéines totales de l’extrait des graines ont montré un taux de (86.62 g/100 g d’extrait). Et les résultats obtenus à l’issu du test anti-inflammatoire ont montré que l’extrait a amélioré les symptômes cliniques de la maladie inflammatoire de l’intestin causée par l’acide acétique, a pu rétablir la longueur des colons et a pu diminuer la gravité de l’ulcération colique. La comparaison des résultats obtenus par administration de l’extrait protéique n’a montré aucune différence avec ceux obtenus par administration de sulfasalazine, médicament de référence.
En savoir plus

60 En savoir plus

Evaluation de l’activité anti-inflammatoire de l’extrait aqueux de Terfezia claveryi « étude expérimentale chez la souris »

Evaluation de l’activité anti-inflammatoire de l’extrait aqueux de Terfezia claveryi « étude expérimentale chez la souris »

Chapitre II : Le traitement de l’inflammation 19 1.7.3. Les effets indésirables des anti-inflammatoires Leurs effets indésirables sont assez fréquents et mieux vaut les connaitre. Les plus connus de ces effets sont les accidents digestifs. Les anti-inflammatoires augmentent en effet le risque d'hémorragies et d'ulcères digestifs notamment chez les personnes de plus de 65 ans. C'est pourquoi, avec ces anti-inflammatoires, les médecins prescrivent systématiquement, des protecteurs gastriques de la famille des inhibiteurs de la pompe à proton chez les personnes à risque. Prendre en même temps deux anti-inflammatoires augmente également sérieusement le risque d'accidents digestifs. L'automédication est donc à pratiquer avec prudence. Le deuxième grand type d'accidents dus aux AINS concerne le système cardiovasculaire. Depuis quelques années les études ont démontré que les médicaments de cette classe augmentent le risque d'infarctus du myocarde, d'hospitalisation pour insuffisance cardiaque ou d'accident vasculaire cérébral. Même l'ibuprofène à la dose 2 400 mg par jour (soit la dose maximale autorisée qui est double de la dose habituellement utilisée) augmente le risque
En savoir plus

81 En savoir plus

Evaluation d’activité anti-inflammatoire du Carthamus caeruleus L « Etude in vivo –chez les souris NMRI »

Evaluation d’activité anti-inflammatoire du Carthamus caeruleus L « Etude in vivo –chez les souris NMRI »

C.caeruleus obtained by decoction at 10%, was determined in a mouse model of the inflammatory paw. An effective 20 mice was used, these mice are divided into four lots (five mice per batch). Each lot receives respectively, an oral solution of NaCl (control group), a solution of 50 mg / kg body weight Diclofenac (standard batch) and a solution of the aqueous extract of C. caeruleus (150 mg / kg of body weight and 300mg/kg). One hour later, all four lots were injected with 1% Carrageenan. Edema was assessed by measuring dorsal-plantar dorsal diameter (mm) before and after injection at intervals of 1%. One hour, for 6 hours. The study of the anti-inflammatory activity shows that the injection of Carrageenin causes a significant increase in the volume of the paw of the mice. Oral administration of Diclofenac (50mg/kg body weight) caused a decrease in mouse paw volume during the six hours of the experiment. In addition, at the first hour, the percentage inhibition of edema was (52.73%) in the group treated with the aqueous extract of C.caeruleus 150mg/kg body weight. This activity increases gradually until the sixth hour (95.4%). Similarly, similar results are reported a dose of 300 mg / kg body weight for the same plant. The histological study of diclofenac- treated sections and the aqueous extracts of C.caeruleus (150 and 300mg/kg of PC) shows the almost complete disappearance of the inflammatory infiltrate. These, confirm that these treatments have anti-inflammatory activity. All these results show that the aqueous extract of
En savoir plus

85 En savoir plus

Show all 9420 documents...