Analyse spectroscopique

Top PDF Analyse spectroscopique:

Analyse spectroscopique et photométrique d'un échantillon d'étoiles de la branche horizontale

Analyse spectroscopique et photométrique d'un échantillon d'étoiles de la branche horizontale

Ils ont considéré plusieurs méthodes d’analyse : photométrie Strömgren (c, (b−y), a et r), indice de couleur (V − K), l’ajustement de la raie Hγ et couleurs ultraviolettes IUE (International Ultraviolet Explorer ). Leur résultat final pour chaque étoile correspond à la valeur moyenne des valeurs obtenues avec toutes ces méthodes. Le fait d’utiliser des méthodes et des modèles différents explique très probablement la faible différence systématique vue avec mes résultats (basés uniquement sur la spectroscopie). Cette conclusion est soutenue par les comparaisons faites au Chapitre 4 lors de l’analyse de l’effet de la métallicité pour des étoiles BHB des amas globulaires M 3 et M 13. On a vu que dans le cas d’une métallicité de −1.5 dex, la comparaison des résultats de Moehler et al. (2003) qui a utilisé ATLAS, avec les résultats de PHOENIX, indique des différences dans le cas de la méthode spectroscopique (des résultats plus faibles en moyenne de 960 K et 0.08 en log g avec PHOENIX), mais très peu de différence dans le cas de la comparaison des résultats obtenus avec la méthode photométrique. La comparaison des méthodes photométrique et spectroscopique, pour les résultats de PHOENIX, indique que les valeurs spectroscopiques ont tendance à être plus faibles (−363 K et −0.14 en log g). Dans le Chapitre 4, une métallicité aussi faible que −2.5 dex, comme celle utilisée pour HD 8376 et HD 87047 par Kinman et al. (2000), n’a pas été étudiée cependant, ne permettant pas d’en évaluer avec certitude l’effet sur les paramètres atmosphériques dans le cas de ces étoiles. Comme discuté dans la Section 4.8, les modèles de PHOENIX à faible métallicité (< −1.5 dex) montrent des discontinuités dans les profils des raies qui ne sont pas encore bien comprises et leur utilisation n’est pas encore recommandée.
En savoir plus

201 En savoir plus

Analyse spectroscopique d'étoiles naines blanches riches en hydrogène(DA) : vers des modèles d'atmosphère améliorés sans paramètres libres

Analyse spectroscopique d'étoiles naines blanches riches en hydrogène(DA) : vers des modèles d'atmosphère améliorés sans paramètres libres

Dans le Chapitre 3, nous examinerons le probl`eme des gravit´es ´elev´ees dans les naines blanches plus froides tout en tenant compte des nouveaux profils con¸cus dans le chapitre pr´ec´[r]

203 En savoir plus

3-Hydroxy-4-Phenyl-1,5-Benzodiazepin-2-One : Synthèse, Réactivité Et Analyse Spectroscopique.

3-Hydroxy-4-Phenyl-1,5-Benzodiazepin-2-One : Synthèse, Réactivité Et Analyse Spectroscopique.

D’une façon générale, les dérivés de la 1,5-benzodiazépine sont obtenus, soit par condensation de l’o-phénylèndiamine avec les composés aliphatiques électrophiles, dans des conditions [r]

215 En savoir plus

Étude de l'évolution spectrale des étoiles naines blanches froides riches en hélium : analyse spectroscopique et photométrique des étoiles de type DQ et DZ

Étude de l'évolution spectrale des étoiles naines blanches froides riches en hélium : analyse spectroscopique et photométrique des étoiles de type DQ et DZ

Les étoiles de type DQ et DZ sont des étoiles riches en hélium trop froides pour montrer des raies d’hélium niais montrent, à la place, des traces d’éléments lourds.. Ces étoiles constit[r]

246 En savoir plus

Analyse spectroscopique du fluor entre 400 Å et 1200 Å et étude de la séquence isoélectronique (2s 2S - 2p 2P ̊) du lithium

Analyse spectroscopique du fluor entre 400 Å et 1200 Å et étude de la séquence isoélectronique (2s 2S - 2p 2P ̊) du lithium

L'expérience proprement dite consiste donc à mesurer 1'intensité d'une transition, issue du niveau a l’étude, en divers points après le passage du faisceau au travers de la cible.. Le [r]

97 En savoir plus

Analyse structurale et spectroscopique de nouveaux matériaux fonctionnels

Analyse structurale et spectroscopique de nouveaux matériaux fonctionnels

Chapitre V. Analyse spectroscopique des composés TH1 et TH2 146 Références bibliographiques [1] M. J. Frisch, G. W. Trucks, H. B. Schlegel, G. E. Scuseria, M. A. Robb, J. R. Cheeseman, G. Scalmani, V. Barone, B. Mennucci, G. A. Petersson, H. Nakatsuji, M. Caricato, X. Li, H. P. Hratchian, A. F. Izmaylov, J. Bloino, G. Zheng, J. L. Sonnenberg, M. Hada, M. Ehara, K. Toyota, R. Fukuda, J. Hasegawa, M. Ishida, T. Nakajima, Y. Honda, O. Kitao, H. Nakai, T. Vreven, J. A. Montgomery, Jr., J. E. Peralta, F. Ogliaro, M. Bearpark, J. J. Heyd, E. Brothers, K. N. Kudin, V. N. Staroverov, R. Kobayashi, J. Normand, K. Raghavachari, A. Rendell, J. C. Burant, S. S. Iyengar, J. Tomasi, M. Cossi, N. Rega, J. M. Millam, M. Klene, J. E. Knox, J. B. Cross, V. Bakken, C. Adamo, J. Jaramillo, R. Gomperts, R. E. Stratmann, O. Yazyev, A. J. Austin, R. Cammi, C. Pomelli, J. W. Ochterski, R. L. Martin, K. Morokuma, V. G. Zakrzewski, G. A. Voth, P. Salvador, J. J. Dannenberg, S. Dapprich, A. D. Daniels, Ö. Farkas, J. B. Foresman, J. V. Ortiz, J. Cioslowski, D. J. Fox, Gaussian 09, Revision D.01(Computer Software), Gaussian, Inc.,Wallingford, CT, United States, 2013.
En savoir plus

230 En savoir plus

Analyse structurale et spectroscopique de nouveaux matériaux fonctionnels

Analyse structurale et spectroscopique de nouveaux matériaux fonctionnels

Chapitre V. Analyse spectroscopique des composés TH1 et TH2 146 Références bibliographiques [1] M. J. Frisch, G. W. Trucks, H. B. Schlegel, G. E. Scuseria, M. A. Robb, J. R. Cheeseman, G. Scalmani, V. Barone, B. Mennucci, G. A. Petersson, H. Nakatsuji, M. Caricato, X. Li, H. P. Hratchian, A. F. Izmaylov, J. Bloino, G. Zheng, J. L. Sonnenberg, M. Hada, M. Ehara, K. Toyota, R. Fukuda, J. Hasegawa, M. Ishida, T. Nakajima, Y. Honda, O. Kitao, H. Nakai, T. Vreven, J. A. Montgomery, Jr., J. E. Peralta, F. Ogliaro, M. Bearpark, J. J. Heyd, E. Brothers, K. N. Kudin, V. N. Staroverov, R. Kobayashi, J. Normand, K. Raghavachari, A. Rendell, J. C. Burant, S. S. Iyengar, J. Tomasi, M. Cossi, N. Rega, J. M. Millam, M. Klene, J. E. Knox, J. B. Cross, V. Bakken, C. Adamo, J. Jaramillo, R. Gomperts, R. E. Stratmann, O. Yazyev, A. J. Austin, R. Cammi, C. Pomelli, J. W. Ochterski, R. L. Martin, K. Morokuma, V. G. Zakrzewski, G. A. Voth, P. Salvador, J. J. Dannenberg, S. Dapprich, A. D. Daniels, Ö. Farkas, J. B. Foresman, J. V. Ortiz, J. Cioslowski, D. J. Fox, Gaussian 09, Revision D.01(Computer Software), Gaussian, Inc.,Wallingford, CT, United States, 2013.
En savoir plus

229 En savoir plus

Caractérisation spectroscopique d'un arc stabilisé dans l'argon pollué par de l'eau et du cuivre

Caractérisation spectroscopique d'un arc stabilisé dans l'argon pollué par de l'eau et du cuivre

aux électrodes disposées aux extrémités de la chambre, le dispositif permet la production d’un plasma stationnaire dont les niveaux de température sont suffisants pour envisager une mesure de ces coefficients d’Einstein en cas d’injection de tungstène. Une analyse spectroscopique très rapide du plasma produit dans des conditions standard a été réalisée en visant l’axe du dispositif du côté anode. Nous avons utilisé un spectromètre compact muni d’une fibre optique, l’ensemble ayant été antérieurement étalonné en luminance spectrale relative. Pour compléter l’analyse, le calcul du spectre basé sur l’intégration de l’équation de transfert radiatif sur la longueur du plasma considéré a été réalisé dans les conditions de l’expérience, autrement dit en tenant compte des élargissements et des décalages imputables à l’effet Stark. Les raies de la série de Balmer de l’hydrogène présentant une sensibilité importante à la densité électronique ont été intégrées au calcul, celles-ci étant observées dans les spectres expérimentaux en raison d’un manque d’étanchéité des segments.
En savoir plus

15 En savoir plus

Étude comparative des paramètres atmosphériques d'étoiles naines blanches déterminés par les techniques photométrique et spectroscopique

Étude comparative des paramètres atmosphériques d'étoiles naines blanches déterminés par les techniques photométrique et spectroscopique

SOMMAIRE Ce m´ emoire pr´ esente une analyse comparative des param` etres atmosph´ eriques obtenus ` a l’aide des techniques photom´ etrique et spectroscopique. Pour y parvenir, les donn´ ees photom´ etriques et spectroscopiques de 1375 naines blanches de type DA tir´ ees du Sloan Digital Sky Survey (SDSS) ainsi que les donn´ ees spectroscopiques du Villanova White Dwarf Catalog ont ´ et´ e utilis´ ees. Il a d’abord fallu s’assurer que les donn´ ees photom´ e- triques et spectroscopiques ´ etaient bien calibr´ ees. L’analyse photom´ etrique a d´ emontr´ e que la photom´ etrie ugriz ne semblait pas avoir de probl` eme de calibration autre que le d´ ecalage des points z´ ero, qui est compens´ e en appliquant les corrections photom´ etriques appropri´ ees. De plus, le fait que le filtre u laisse passer le flux ` a certaines longueurs d’onde dans le rouge ne semble pas affecter la d´ etermination des param` etres atmosph´ eriques. L’analyse spectroscopique a ensuite confirm´ e que l’application de fonctions de correction permettant de tenir compte des effets hydrodynamiques 3D est la solution au probl` eme de log g ´ elev´ es. La comparaison des informations tir´ ees des donn´ ees spectroscopiques des deux diff´ erentes sources sugg` ere que la calibration des spectres du SDSS n’est toujours pas au point. Les param` etres atmosph´ eriques d´ etermin´ es ` a l’aide des deux techniques ont en- suite ´ et´ e compar´ es et les temp´ eratures photom´ etriques sont syst´ ematiquement plus faibles que celles obtenues ` a partir des donn´ ees spectroscopiques. Cet effet syst´ ematique pourrait ˆ etre caus´ e par les profils de raies utilis´ es dans les mod` eles d’atmosph` ere. Une m´ ethode permettant d’obtenir une estimation de la gravit´ e de surface d’une naine blanche ` a partir de sa photom´ etrie a aussi ´ et´ e d´ evelopp´ ee.
En savoir plus

98 En savoir plus

Étude de la variabilité spectroscopique d’un échantillon d’étoiles Wolf-Rayet de type WC9

Étude de la variabilité spectroscopique d’un échantillon d’étoiles Wolf-Rayet de type WC9

l’ordre de ⇠100 km s 1 et que ces derniers sont bien reproduits par leur modèle de vent constitué d’inhomogénéités qui se propage en direction radiale, nous avons montré à la section 2.3[r]

119 En savoir plus

Étude électrique et spectroscopique des décharges à barrière diélectrique à la pression atmosphérique en milieux réactifs

Étude électrique et spectroscopique des décharges à barrière diélectrique à la pression atmosphérique en milieux réactifs

Quoi qu’il en soit, on peut retenir que la concentration de 14.7 ppm de HMDSO ajoutée provoque une variation spatiale de la densité des métastables, du moins entre l’entrée et le reste[r]

117 En savoir plus

Pépite | Étude spectroscopique de terpènes d’intérêt atmosphérique, de leurs produits d’oxydation et des hydrates associés

Pépite | Étude spectroscopique de terpènes d’intérêt atmosphérique, de leurs produits d’oxydation et des hydrates associés

Le chapitre 2 a pour but de présenter quelques notions de base sur les calculs de chimie quantique utilisés dans cette thèse, notamment les calculs ab initio et les méthodes DFT ainsi qu[r]

157 En savoir plus

Caractérisation électrochimique et spectroscopique de l'interface entre le lithium et de nouveaux électrolytes contenant des sulfamides

Caractérisation électrochimique et spectroscopique de l'interface entre le lithium et de nouveaux électrolytes contenant des sulfamides

La figure 67 represente la variation des principaux elements en fonction de la profondeur d'erosion pour 1'echantillon du systeme Li/S6-LiTFSI. Une des principales differences que 1'on o[r]

284 En savoir plus

Étude spectroscopique d'étoiles naines blanches riches en hélium de type DB et DBA

Étude spectroscopique d'étoiles naines blanches riches en hélium de type DB et DBA

Pr´ esentation de l’´ echantillon et observations 2.1 D´ efinition de l’´ echantillon Notre ´echantillon est compos´e de 102 naines blanches riches en h´elium. De ce nombre, 59 ne montrent que des raies d’h´elium neutre et sont donc classifi´ees DB. Les 43 autres montrent au moins une raie d’hydrog`ene et parfois plusieurs, mais leur spectre est tout de mˆeme domin´e par les raies d’h´elium neutre. Ce sont donc des DBA. Nous poss´edons un spectre visible ` a haut S/B pour chacune des ´etoiles de l’´echantillon ce qui en fait le plus grand ´echantillon de DB sujet ` a une ´etude spectroscopique de qualit´e. ´ Evidemment, le relev´e SDSS contient beaucoup plus de DB, mais leurs spectres sont trop bruyants (S/B < 20 dans la plupart des cas) pour permettre une d´etermination fiable et pr´ecise de leurs param`etres atmosph´eriques. 76 spectres de notre ´echantillon proviennent de l’´echantillon de Beauchamp et al. (1996) dont 3 ont ´et´e r´eobtenus au cours de ce projet pour obtenir un meilleur S/B. Les 26 autres ´etoiles sont nouvelles dans notre ´echantillon et leur spectre ` a ´et´e mesur´e dans le cadre de ma maˆıtrise. Elles ont ´et´e s´electionn´ees soit parmi les DB de la version en ligne du White Dwarf Catalog de McCook & Sion 1 , soit parmi les DB du relev´e SPY (voir Voss et al. 2007) ou parmi celles du relev´e Palomar Green (PG)(voir Green et al. 1986). Parmi les 29 ´etoiles que nous avons
En savoir plus

80 En savoir plus

Signature spectroscopique d'une cristallisation de phosphate dans une préforme de fibre optique dopée erbium

Signature spectroscopique d'une cristallisation de phosphate dans une préforme de fibre optique dopée erbium

silice. Une fac¸on de s’affranchir de la faible solubilit´e des ions de terre rare dans la silice est d’ajouter des ions modificateurs tels que le phosphore. Il a ´et´e propos´e que les ions de phosphore se coordon- nent pr´ef´erentiellement aux ions de terre rare en tant que premiers voisins [1]. Les ions Er 3+ seraient localis´es dans un structure ordonn´ee de type ErPO 4 [2, 3]. Cependant, aucune signature spectroscopique

4 En savoir plus

Étude spectroscopique et électrique de décharges contrôlées par barrières diélectriques en régime multi-pics

Étude spectroscopique et électrique de décharges contrôlées par barrières diélectriques en régime multi-pics

Résumé L’objectif de ce mémoire de maîtrise est de caractériser une Décharge à Barrière Diélectrique (DBD) à la pression atmosphérique en gaz d’hélium dans un régime homogène, mais présentant un caractère multi-pics, c’est-à-dire qui manifeste plus d’un pic de courant par demi-cycle de la tension appliquée. L’intention ici est de mettre en lumière non seulement différents paramètres fondamentaux de ces décharge (température, densité d’atomes métastables, etc.), mais aussi leur évolution spatio-temporelle. Dans ce contexte, nous avons réalisé des mesures électriques et spectroscopiques de DBD comprenant un ou plusieurs pics de courant de décharge en incorporant une ou plusieurs impuretés dans le gaz vecteur (argon, oxygène diatomique et/ou hexaméthyldisiloxane). En ayant recours à des mesures des populations des niveaux n=2 et n=3 par spectroscopie optique d’émission et d’absorption couplées aux prédictions d’un modèle collisionnel-radiatif, nous avons pu montrer que l’incorporation d’impuretés dans l’hélium joue un rôle crucial dans l’émergence des multi-pics. De plus, elle a tendance à faire apparaitre des pics de températures électroniques entre les décharges au fil d’un demi-cycle, tout en désexcitant de manière collisionnelle les métastables d’hélium. La signature spectroscopique des métastables devient néanmoins rapidement négligeable au fur et à mesure que l’impureté est rajoutée.
En savoir plus

94 En savoir plus

Origine Collisionnelle des Familles d'Astéroïdes et des Systèmes Binaires : Etude Spectroscopique et Modélisation Numérique

Origine Collisionnelle des Familles d'Astéroïdes et des Systèmes Binaires : Etude Spectroscopique et Modélisation Numérique

Ces dernières années, on a assisté à une reconnaissance spectroscopique intensive des familles sur un grand nombre d'astéroïdes. Ceci a été rendu possible grâce essentiellement aux travaux communs de Zappalà et Bendjoya sur l'identification de ces familles (Zappalà et al. 1995). Pour l'instant les études concernent les grandes familles. Les travaux de Veeder et al. (1995) portent sur les familles de Eos, Koronis et Maria, leurs données font apparaître une composition de surface similaire pour tous les astéroïdes de chaque famille. Les familles de Koronis et Maria sont de type S et Eos de type K. Les auteurs notent néanmoins une couleur (dans l'infrarouge) plus rouge pour la famille de Maria que pour les deux autres indiquant peut être une famille plus vieille. Pour ma part, l'étude de la famille de Eos fait l'objet de cette thèse (chapitre 2). J'ai en effet observé un très large échantillon d'astéroïdes Eos (45) et mis en évidence un large éventail spectral sans doute dû à une petite hétérogénéité à l'intérieur du corps parent d'Eos. Un travail analogue, et auquel j'ai participé, porte sur la famille de Flora (Florczak et al. 1997, voir mes publications à la fin de cette thèse).
En savoir plus

169 En savoir plus

Étude spectroscopique de l'interaction du fullerénol avec des membranes cellulaires modèles et synthèse de nanoparticules à base de fullerène

Étude spectroscopique de l'interaction du fullerénol avec des membranes cellulaires modèles et synthèse de nanoparticules à base de fullerène

tétrabutylammonium) ou TBAOH (hydroxyde du tétrabutylammonium) sont utilisés dans les mêmes proportions, aucun produit de la réaction n'est observé (Tableau 4.4). Plu[r]

144 En savoir plus

Comprendre l’imperméabilité cutanée : étude spectroscopique de mélanges modèles de la phase lipidique du stratum corneum

Comprendre l’imperméabilité cutanée : étude spectroscopique de mélanges modèles de la phase lipidique du stratum corneum

The experimental and theoretical results of palmitoyl chain in deuterated POPC samples (Figure 4.4D) showed a very good agreement; the profiles were nearly identical to thos[r]

168 En savoir plus

Etude spectroscopique d’un plasma micro-onde à la pression atmosphérique et son application à la synthèse de nanostructures

Etude spectroscopique d’un plasma micro-onde à la pression atmosphérique et son application à la synthèse de nanostructures

Photographie d’un plasma d’Ar entretenu par une onde électromagnétique de surface (2.45 GHz) à la pression atmosphérique en fonction du débit de gaz pour une taille de tube de 15[r]

114 En savoir plus

Show all 8724 documents...