Analyse sémantique

Top PDF Analyse sémantique:

Les représentations sociales du politique: 
une analyse sémantique de l'idéologie nationale fédéraliste québécoise durant les deux périodes référendaires

Les représentations sociales du politique: une analyse sémantique de l'idéologie nationale fédéraliste québécoise durant les deux périodes référendaires

Cette démarche se propose donc d’établir plusieurs niveaux de lecture, formant l’organisation de la connaissance du lecteur, mais aussi du producteur du texte. Les éléments de la phrase, dans l’analyse sémantique, les différents mots et leurs articulations, dépendent en effet davantage d’une logique sociale que strictement linguistique. En ce qui concerne notre objet par exemple, les éditorialistes manient le langage constitué d’outils universels, comme le décrit la linguistique, cependant, c’est la position sociale d’énonciation, définie par le travail professionnel de connaissance, qui détermine la forme du texte, du discours, mais également l’organisation du schéma cognitif propre à l’éditorialiste et relatif à sa propre expérience du monde comme nous allons le voir un peu plus loin. Pour résumer, bien que la langue soit la même, c’est l’usage social qui permet de mettre au jour des distinctions du travail de connaissance et d’écriture, et qui fonde l’élaboration du sens. Le sens n’est donc pas seulement déterminé par la présence des outils du langage, mais aussi par l’usage social de la langue, comme le montrent par exemple, les travaux de Maurice Halbwachs 60 dans son étude sur les mémoires sociales mettant en évidence que cet usage se différencie selon les personnes ou les groupes, mémoires sociales qui sont mobilisées dans la pratique discursive notamment.
En savoir plus

140 En savoir plus

Analyse sémantique d'opinion

Analyse sémantique d'opinion

les hyperliens (les URLs) contenus dans les pages copiés et les ajoute à la liste d'URLs à visiter .En outre, cette composante a pour tâche de faire respecter les règles imposées par rob[r]

73 En savoir plus

Identification automatique et analyse sémantique des marqueurs illocutoires du français québécois en contexte de conversation familière

Identification automatique et analyse sémantique des marqueurs illocutoires du français québécois en contexte de conversation familière

Au cours de nos analyses, nous utiliserons la terminologie de la Théorie Sens-Texte (TST), particulièrement bien adaptée à la description des unités lexicales (Mel’čuk, 1997; Mel’čuk, Clas et Polguère, 1995). La description lexicographique des marqueurs discursifs telle que développée par Dostie (2004) ainsi que l'analyse des mots de sentiment telle que menée par Goddard (2013, 2014) à l'aide de la Métalangue sémantique naturelle (Wierzbicka, 1972, 1980, 1999) offrent plusieurs outils pour encadrer notre analyse du lexique à l'étude. Notons, par exemple, que nous adoptons une approche lexicographique polysémique, nous permettant de distinguer les emplois discursifs et non discursifs de nombreux vocables. Nous privilégions également l'usage d'un métalangage naturel plutôt que d'un métalangage artificiel pour décrire les faits sémantiques.
En savoir plus

252 En savoir plus

Brouillard de pollution en Chine. Analyse sémantique différentielle de corpus institutionnels, médiatiques et de microblogues

Brouillard de pollution en Chine. Analyse sémantique différentielle de corpus institutionnels, médiatiques et de microblogues

Plus les maladies sont graves, plus elles deviennent saillantes dans les sous-corpus InfM et Profane. La spécificité de la rapidité de la mise à jour de l’information des sous-corpus InfM et Profane est ainsi est de nouveau mentionnée à ce propos. Sur les types de maladies causées par le brouillard de pollution, les deux sous- corpus institutionnels sont homogènes en présentant les mêmes types de maladies courantes. Alors que les sous-corpus InfM et Profane défendent leur diversité, spécificité en abordant des maladies spécifiques (dermatose, hypertension, mala- die professionnelle, etc.) ; ils se démarquent des Ins et InsM par le fait que les premiers introduisent des maladies qui ne sont guère discutées (santé psycholo- gique, autisme) dans les textes institutionnels. Les terminologies médicales dans les textes informels-médiatiques et profanes (死亡率 (taux de la mortalité), 发 病率 (indice de morbidité), 致癌物 (substance cancérigène)) rapprochent InfM du Profane. Dans la section 4.6.2.6 Analyse des collocations et des terminologies
En savoir plus

323 En savoir plus

Vers une analyse sémantique (presque) unitaire des multiples emplois de voilà à l’écrit et à l’oral

Vers une analyse sémantique (presque) unitaire des multiples emplois de voilà à l’écrit et à l’oral

(projet FFI2009-08714) Publié dans Revue de sémantique et de pragmatique, 2013, 33-34, p.99-116. L’objet de cette étude est d’expliquer les multiples emplois de voilà en français contemporain aussi bien à l’écrit qu’à l’oral, en essayant de dépasser l’apparent foisonnement des fonctions qu’on lui attribue, et qui vont de la fonction d’ouverture d’énoncé (« j’ai quelque chose à te dire, alors voilà : […] ») à celle de clôture (« le cours est terminé, à la semaine prochaine, voilà. »), en passant par celle, plus traditionnelle car répertoriée dans les grammaires, de « présentatif » : « voilà le bus ! ». Si la position et la distribution syntaxique de voilà permettent souvent d’expliquer ces différents emplois, nous verrons qu’en réalité ce sont les instructions sémantiques attachées à ce terme qui donnent la clé de son fonctionnement. Après avoir répertorié les différents emplois de voilà à l’écrit et à l’oral, nous montrerons qu’il existe trois entités sémantiques pour voilà. L’intérêt de distinguer trois entités sera de montrer les propriétés communes et les points de passage entre chacune d’elles.
En savoir plus

24 En savoir plus

Relations de partie à tout, configurations typiques et dépendances : analyse sémantique de quelques constructions génitives du basque

Relations de partie à tout, configurations typiques et dépendances : analyse sémantique de quelques constructions génitives du basque

C'est en raison de ces contraintes sémantiques et référentielles strictes que nous nous opposons aux conclusions de Lafon (1965/1999) selon lesquelles le génitif possessif “ a une signification (plus) vague ” [que le génitif locatif] et “ exprime une relation dont on ne précise pas la nature ”. On ne saurait, en conséquence, limiter la fonction de ce marqueur à celle de simple relateur syntaxique ou d'élément ayant une “ valeur purement grammaticale ” (l'auteur qualifie même le possessif de “ génitif de relation ”). R. Lafon attribue au génitif locatif une “ valeur plus concrète ” [que le possessif] dans la mesure où il “ exprime un caractère distinctif ” et désigne des éléments “ d'une certaine sorte ou catégorie ” (il construit des “ classes d'êtres et de choses ”). Le locatif “ déterminerait ” donc “ avec plus de précision ” que le génitif possessif. Notons que l'analyse proposée par R. Lafon est essentiellement basée sur l'observation des substantifs ou syntagmes nominaux mis en relation par les génitifs et laisse quelque peu de côté la véritable élucidation du lien sémantique qui s'établit entre ces éléments (hormis la notion de détermination). Ainsi, pour justifier le caractère supposément vague et grammatical du possessif, l'auteur fait remarquer que ce cas introduit des postpositions, des noms d'action ou bien encore des qualités physiques ou morales. Si le sémantisme du génitif possessif est intuitivement moins facile à saisir que celui du locatif (il serait en cela plus abstrait ou complexe mais, en aucun cas, plus vague), un examen détaillé des relations décrites (et pas seulement des éléments mis en relation) aurait, sans aucun doute, fait apparaître les conditions et contraintes précises auxquelles ce marqueur fait appel (Aurnague 2001).
En savoir plus

18 En savoir plus

Lexique et analyse sémantique de textes - structures, acquisitions, calculs, et jeux de mots

Lexique et analyse sémantique de textes - structures, acquisitions, calculs, et jeux de mots

L’analyse s´emantique sera consid´er´ee ici comme le calcul qui, `a partir d’un texte, produit une structure 1) offrant un support pour traiter un certain nombre de ph´enom`enes linguistiques, et/ou 2) fournissant une ou plusieurs solutions aux probl`emes dus `a ces mˆemes ph´enom`enes. Nous distin- guons les deux cas, qui peuvent se manifester simultan´ement, et souvent se soutenir mutuellement. Par exemple, dans le cadre de la d´esambigu¨ısation lexicale, une analyse peut pond´erer par ordre de pr´ef´erence les sens des termes en contexte (premier cas) ou ne retenir que ceux qui sont possibles. La d´esambigu¨ısation lexicale peut soutenir le rattachement des groupes, soit th´ematiquement (L’avocat a plaid´e pour son client `a la cour.), soit s´emantiquement (L’avocat a mang´e une pomme dans la cour.). Dans le premier cas, la connaissance des champs lexicaux majoritaires suffit `a faire ´emerger avocat>justice plutˆot que avocat>fruit. Par contre, dans le second exemple, les th`emes majoritaires sont li´es `a la nourriture et induisent une interpr´etation erron´ee avec la s´election de avocat>justice. Des relations pr´edicatives (concernant le verbe manger) ainsi que des op´erations minimales d’induc- tion (un avocat>justice est un homme ; un homme peut manger ; une pomme>fruit peut typiquement ˆetre mang´ee) doivent prendre la suite de l’approche th´ematique.
En savoir plus

298 En savoir plus

Analyse sémantique des réseaux sociaux

Analyse sémantique des réseaux sociaux

In this chapter, we will review (1) the traditional methods and models that are used to build and represent social networks, (2) the different metrics and algorithms of soci[r]

198 En savoir plus

La préposition spatiale dynamique ‘à travers (de)’ et les processus non-téliques. Analyse sémantique de l’usage attesté au XVIe siècle

La préposition spatiale dynamique ‘à travers (de)’ et les processus non-téliques. Analyse sémantique de l’usage attesté au XVIe siècle

Ensuite, en nous fondant sur la typologie de Vet (1994), nous avons analysé quelques occurrences dans lesquelles la nature télique ou non-télique du procès en cause peut prêter à discussion. Pour l’usage de à travers (de) au XVI e siècle, notre analyse semble confirmer la thèse de Stosic, selon qui à travers décrit plutôt des procès non-téliques en français moderne. Cependant, on rencontre aussi des exceptions, notamment des combinaisons avec des prédicats qui ex- priment des procès téliques, ou bien des états.

11 En savoir plus

Analyse sémantique pour systèmes de dialogue verbaux.

Analyse sémantique pour systèmes de dialogue verbaux.

de Witten-Bell [24]. Cela, dans le but de réduire, à la fois, la perplexité du modèle de langage et le taux d’erreur de mots dans une tâche de reconnaissance automatique de la parole. Nos résultats expérimentaux démontrent qu’il est possible d’obtenir une réduction significative de la perplexité du modèle (jusqu’à 9,85 % par rapport au modèle de base). Ces résultats montrent également qu’il est possible de réduire le taux d’erreur de mots du modèle de langage original d’une manière statistiquement significative par rapport au modèle de base lissé à l’aide de l’algorithme de Kneser- Ney entrainé sur le corpus « Wall Street Journal-Based Continuous Speech Recognition Phase II ». Pour donner suite à ces résultats encourageants, nous nous sommes posé la question à savoir si la théorie des graphes, telle qu’appliquée dans le domaine de la théorie de l’information et des réseaux (sociaux), pouvait apporter de l’information supplémentaire à nos modèles de langage. C’est pourquoi nous avons examiné, dans le quatrième article, l’apport des mesures tirées de la théorie des graphes à la généralisation de notre algorithme de lissage de modèle de langage proposé dans le troisième article. Plus spécifiquement, nous avons exploré l’effet des mesures HITS, PageRank, Modularité et degré pondéré sur la performance de la reconnaissance automatique de la parole, de même que par rapport à la perplexité des modèles de langage. Comme les ontologies peuvent être représentées sous forme de graphes, nous étudions l’utilisation de paramètres des graphes comme facteur de lissage supplémentaire afin de saisir l’information sémantique ou relationnelle intrinsèque aux ontologies. Plus précisément, nous étudions l’effet des mesures
En savoir plus

231 En savoir plus

Lexique et analyse sémantique du genre rapport annuel

Lexique et analyse sémantique du genre rapport annuel

Conclusion Au terme de cette communication, sous sommes en mesure de souligner l'important travail institutionnel et discursif en jeu dans la production d'un rapport annuel. Il nous informe sur la place du lexique dans le choix d'une formulation discursive et sur la prédominance du cadre sémantique comme condition et limite de possibilité discursive. Nous l’avons vu, le rôle du travail langagier s'avère particulièrement pertinent dans la mesure où les enjeux lexico- sémantiques rejoignent fondamentalement des considérations institutionnelles. Par ailleurs, l'importance accordée à la production discursive de ce rapport par l’institution souligne non seulement le pouvoir de mots, mais aussi leur « neutralité ». C'est en ce sens que nous plaidons pour la nécessité d'une approche discursive qui met l'accent sur les conditions de possibilité et d’acceptabilité des rapports annuels en interrogeant pour cela leurs composantes lexicales, sémantiques et institutionnelles, considérant que ce n’est qu’à ce prix qu'une analyse du discours est potentiellement capable d’approcher la complexité de ces rapports qui se matérialisent discursivement et de fournir des éléments de compréhension.
En savoir plus

12 En savoir plus

Le Psaume 90 et les fragilités humaines : analyse sémantique et lecture contextuelle

Le Psaume 90 et les fragilités humaines : analyse sémantique et lecture contextuelle

On le voit en effet, il est sollicité, dès l’entrée du quatrième livre à travers le Psaume 90, pour formuler explicitement une requête auprès de Dieu pour la manifestation de sa compas[r]

338 En savoir plus

Traitement automatique sur corpus de récits de voyages pyrénéens : Une analyse syntaxique, sémantique et temporelle

Traitement automatique sur corpus de récits de voyages pyrénéens : Une analyse syntaxique, sémantique et temporelle

Abordons maintenant la correspondance entre catégories dans le calcul de Lambek et propriétés calculatoires et logiques des λ-termes. L’isomorphisme Curry-Howard montre que les dérivations en grammaires catégorielles sont des sous-ensembles des dérivations de la logique intuitionniste. Autrement dit, à chaque analyse catégorielle de phrase correspond un λ-terme normal. Les catégories syntaxiques dans le style du calcul de Lambek (s, sn/n) permettent donc d’associer une lecture sémantique exprimée par le λ-terme simplement typé fourni par le lexique, dans le style de la DRT, et correspondant à chaque mot taggé. Au sein de la structure syntaxique, on associe à sa catégorie le terme en λ-DRT associé puis on β-réduit l’expression. Les DRS créées se fusionnent les unes avec les autres par l’opération de "merge" et permettent d’interpréter les phénomènes de cohérence du discours, comme par exemple la résolution des anaphores pronominales. En dérivant l’analyse sémantique de l’analyse syntaxique, on conserve la bonne formation de la représentation de l’expression correspondant exactement à la catégorie.
En savoir plus

15 En savoir plus

Les paliers de la sémantique

Les paliers de la sémantique

Sémantique et traitement automatique du langage naturel, Hermès, 2005 – Version préliminaire Les paliers de la sémantique Patrice Enjalbert et Bernard Victorri Dans l’analyse sémantique il est commode de distinguer plusieurs niveaux, ou paliers, correspondant à une complexité croissante des « objets » linguistiques à prendre en compte. Pour esquisser rapidement cette « hiérarchie », reportons-nous à notre premier examen intuitif de la construction du sens au chapitre 1. Nous avions distingué un premier niveau qui est celui du lexique, c’est-à-dire des mots, en quelque sorte — et en première approximation — constituants élémentaires porteurs de sens ; puis celui de la phrase — ou plus généralement du syntagme — assemblage structuré de mots en un tout cohérent porteur d’un sens relativement autonome ; et finalement celui du texte, ou discours, suite de phrases plus ou moins fortement corrélées, et qui constitue la forme globale que prend, en général , le message linguistique. Pour exprimer ce jeu d’échelle — certains diront de granularité — nous pourrons adapter ici une terminologie due à F. Rastier 1 et distinguer une
En savoir plus

32 En savoir plus

De la sémantique pragmatique au contextualisme

De la sémantique pragmatique au contextualisme

2 Nous proposons ici de tenter de contribuer à la clarification de ces confusions en opérant une distinction entre ce que nous appelons « contextualisme », dans un héritage wittgensteinien et austinien, et « sémantique pragmatique ». La distinction peut sembler ténue mais nous soutiendrons qu’elle est de fait radicale, et pour cette raison même particulièrement difficile à caractériser. Nous soulignerons en effet que la sémantique pragmatique dont l’échelle d’analyse est la proposition, tout en considérant certains éléments de contexte extra- sémantique, en reste à une analyse sémantique de la phrase, et donc à l’idée que l’énoncé a un contenu propositionnel susceptible d’être évalué en termes de vérité et de fausseté et que le sens de l’énoncé est déterminé par des « conditions de vérité » (à savoir la manière dont le monde devrait être pour que l’énoncé soit vrai). A contrario, nous tenterons de montrer que le « contextualisme » radical bien compris refuse précisément de s’en tenir à cette approche sémantique de l’énoncé qui considère le sens comme le contenu véri-conditionnel de l’énoncé. Il soutient bien plutôt que le contenu de l’énoncé, si tant est que cela ait même un sens de parler de « contenu », n’est pas nécessairement propositionnel et que les critères qui en fixent le sens sont eux-mêmes déterminés en contexte. C’est dire que le contexte n’intervient pas comme un élément externe qui vient préciser, par apport, dans quelles conditions (ie dans quel état du monde) le sens de la proposition (ou de certains de ses éléments) est vrai ou faux. Il intervient bien plutôt comme la norme qui fixe les critères d’effectuation de l’acte de langage et par là de la compréhension du sens de l’énoncé. Pour le dire dans les termes de l’un des principaux héritiers du contextualisme radical, Charles Travis, c’est la sémantique elle-même qui est « sensible à l’usage » (S-Use sensitivity) 3 . À l’issue de l’analyse de cette distinction,
En savoir plus

10 En savoir plus

Une analyse lexico sémantique des titres de chansons de l’Algérino

Une analyse lexico sémantique des titres de chansons de l’Algérino

19 2/le choix de corpus Pour la collecte de corpus, nous avons consulté le site internet www.chartsinfrance.net qui regroupe tous les titres de chansons de l’algérino.nous avons trouvés plusieurs choix alors qu’on choisit 30 titres qui nous semblent pertinent. Pour faire notre analyse on a regroupé notre corpus dans deux tableaux, le premier consacré pour l’analyse lexicale et le deuxième pour l’analyse sémantique. Le premier tableau contienne cinq colonne ,la première colonne est consacré pour la numérotation des titres de chanson , puis la deuxième colonne pour les titres organisé selon leurs apparition depuis l’année 2005 jusqu'à l’année 2019,et la troisième colonne est dédié pour les codes utilisé dans chaque titres. Dans la quatrième colonne on mit la thématique de chaque titres a travers leurs structure et leurs morphologie et pour la cinquième et la dernière colonne on mentionné la composante lexicale de chaque titres a l‘aide des dictionnaires. Pour le deuxième tableau qui est consacré a la sémantique, on a mit deux colonne, le premier pour les titres des chansons et la deuxième colonne pour la sémantique contextuelle qu’on la déduise a travers l’écoute de chaque chanson sur youtub, cette dernière est présenté sous formes des phrases verbale et nominale qui résume le vrai sens de chaque titres.
En savoir plus

36 En savoir plus

Une sémantique du langage ESTEREL

Une sémantique du langage ESTEREL

L’archive ouverte pluridisciplinaire HAL, est destinée au dépôt et à la diffusion de documents scientifiques de niveau recherche, publiés ou non, émanant des établissements d’enseignemen[r]

19 En savoir plus

Modélisation sémantique et indexation

Modélisation sémantique et indexation

Un consensus est atteint pour définir la désambiguïsation sémantique comme la sélection des sens corrects d’instance contextualisé des mots ambigus, parmi l’ensemble de leur sens possibles. En dépit des difficultés liées à la problématique de la désambiguïsation sémantique qui ont très tôt été identifiées. Des solutions ont été proposées dans chaque domaine ont également été multiples et très diverses, en fonction des besoins et des savoirs afférents à chacune des matières concernées. Il faut d’abord déterminer l’ensemble des sens possibles pour chaque mot de la langue. [Kelly et Stone, 1975] montre que l’affectation d’un sens particulier à un mot polysémique dans un contexte donné n’est pas chose facile. Néanmoins, la désambiguïsation sémantique est réalisée à partir de sens prédéfinis, grâce à diverses ressources linguistiques. La sélection d’un sens particulier d’un mot est basée sur le contexte d’apparition des occurrences de chaque mot et les bases de connaissances externes qui permettent de corréler les mots en contexte avec leur sens.
En savoir plus

156 En savoir plus

Sémantique et hémisphère droit

Sémantique et hémisphère droit

rayure sont fortement associés à tigre, [24] ) ; d’interprétations non usuelles (c’est-à-dire lorsque le sujet voit un mot apparaître et doit dire le premier mot qui lui vient à l’esprit mais qui ne possède aucun rapport avec ce dernier ; par exemple, balai - télévision ; [25] ) et de l’humour verbal [26] . Néanmoins, en dépit de leur excellente réso- lution temporelle, les PE, même s’ils rapportent une participation de l’HD dans le traitement de la sémantique des mots, ne permettent pas de préciser quelles sont précisément les régions cérébrales acti- vées lors de ce type de traitement. Seules les méthodes spatiales peuvent répondre à cette question. Ainsi, les études réalisées au moyen de l’IRMf rapportent des activations significatives bilatéra- les lors du traitement sémantique. Les principales régions activées se situent dans les gyrus frontaux inférieurs gauche et droit, de la région de Wernicke droite et dans les régions temporales gauches supérieures et moyennes [27-29] . Certaines études ont même rap- porté des activations dans le cervelet droit [30] . Par ailleurs, un engagement accru de l’HD est observé au fur et à mesure que la complexité sémantique augmente [31] . L’ensemble de ces données a été récemment confirmé par des études réalisées en connectivité fonctionnelle et en imagerie optique. Ces techniques de neuroima-
En savoir plus

5 En savoir plus

Sur la formalisation sémantique de "même que" et "autre que"

Sur la formalisation sémantique de "même que" et "autre que"

Le comparant est de type e. HLM ( 1991 ) donnent (à peu de choses près 18 ) l’analyse suivante (pour other) : (28) autre ; λuλN λx[N (x) ∧ x 6= u] he, hhe, ti, he, tiii 18. Mais la différence n’est pas triviale. HLM traitent le range comme une entité (plurielle), pas comme un prédicat nominal ; leur analyse exacte est : λuλzλx[x · < z ∧ x 6= u] où · < est la relation de « partie atomique ». Traiter le range comme un référent ( z ) peut être intéressant pour rendre compte des pro- priétés anaphoriques de autre. D’un autre côté, c’est plus difficile pour représenter la composition de
En savoir plus

18 En savoir plus

Show all 9147 documents...