Aide au sevrage tabagique

Top PDF Aide au sevrage tabagique:

Étude qualitative auprès de médecins généralistes de Marseille : vécus et représentations de l'aide au sevrage tabagique

Étude qualitative auprès de médecins généralistes de Marseille : vécus et représentations de l'aide au sevrage tabagique

E : Votre pratique de l’aide au sevrage tabagique, est-ce qu’elle vous satisfait ? I : Ouais, c’est pas mal, quand les gens sont motivés et qu’ils commencent. On arrive je dirais avec un peu n’importe quoi, ça se fait. C’est pas tant… C'est-à-dire que toutes les méthodes peuvent être bonnes, à partir du moment où il y a la motivation. Il faut qu’ils en aient vraiment envie quoi. Tant qu’ils n’ont pas déclenché l’envie moi je les décourage de commencer. Ça c’est clair. Je lui dis « si tu n’a pas vraiment envie ne commence pas ». C’est pas la peine, si c’est pour aller dans le mur il n’y a pas d’intérêt, ce sera quand même vécu comme un échec qui était déjà assuré quoi. Là il faut être assez clair, pour pas que les gens attaquent des choses en croyant que… Moi si les gens arrivent là et qu’ils sont pas décidés, moi je leur dis « écoute moi je veux bien commencer si tu veux mais… c’est comme ça, t’inquiètes pas, si tu n’y arrives pas ça sera normal » (il rit). Au moins ils sont avertis. Et ils ne diront pas « … », je lui dis « écoute on l’avait dit, me raconte pas des salades ». Il faut être cohérent sinon…
En savoir plus

235 En savoir plus

TABADO : Evaluation d'un programme d'aide au sevrage tabagique pour les adolescents en centres de formation des apprentis (CFA)

TABADO : Evaluation d'un programme d'aide au sevrage tabagique pour les adolescents en centres de formation des apprentis (CFA)

28 Chapitre 4. Le sevrage tabagique Nous avons vu précédemment que la dépendance tabagique admettait des caractéristiques particulières. Celles-ci peuvent justifier la nécessité d’une aide à l’arrêt du tabac, notamment chez les adolescents. Cette aide pouvant être médicamenteuse ou non médicamenteuse. Dans le domaine des thérapies médicamenteuses, ont été reconnus comme les plus efficaces chez les adultes : les traitements nicotiniques de substitution (sous forme de patchs transdermiques, gommes à mâcher, pastilles sublinguales ou à sucer, inhaleurs, spray nasal), le buproprion (antidépresseur proche des amphétamines, inhibiteur du recaptage de la dopamine et de la noradrénaline) et la varénicline (agoniste partiel des récepteurs de la nicotine). Ces 2 derniers traitements ne sont actuellement pas recommandés avant l’âge de 18 ans même si des études préliminaires montrent une bonne tolérance à ces médications [91]. Les thérapies non-médicamenteuses les plus couramment utilisées et les plus opérantes sont les thérapies cognitivo-comportementales et les entretiens motivationnels :
En savoir plus

247 En savoir plus

Pépite | L’activité physique : une aide au maintien du sevrage tabagique : étude quantitative sur un échantillon de patients sélectionnés par des médecins généralistes du Nord-Pas-De-Calais

Pépite | L’activité physique : une aide au maintien du sevrage tabagique : étude quantitative sur un échantillon de patients sélectionnés par des médecins généralistes du Nord-Pas-De-Calais

37 En 2005, M. Ussher, A. Taylor, G. Faulkner publient une méta-analyse dans Cochrane. Sur les 13 essais inclus, 3 montrent une abstinence significativement plus élevée dans le groupe « AP » par rapport au groupe contrôle. L’une de ces études montre un bénéfice jusqu’à un an après le sevrage. Cette étude est réactualisée en 2014 avec 20 essais randomisés. Deux études prouvent alors que l’AP aide les patients à se sevrer à long terme. Mais le niveau de preuve est jugé insuffisant.(68) En 2011, JT. Ciccolo et al montrent, dans une étude randomisée incluant 306 individus, suivis à 3 mois et à 6 mois, que l’abstinence est plus importante dans le groupe « AP » (respectivement 16% et 15% de patients sevrés, versus 8 % et 8%). Des effets supplémentaires sont observés dans le groupe « AP » : réduction du poids et de la graisse, augmentation de la force musculaire et motivation plus importante. Ils concluent que l’AP peut être un vrai traitement adjuvant au sevrage tabagique. Mais le pourcentage de participation à l’étude est faible avec seulement 10% des patients inclus initialement.(69)
En savoir plus

119 En savoir plus

Utilisation de l'hypnose conversationnelle pour l'aide au sevrage tabagique en médecine générale : étude prospective sur 58 patients

Utilisation de l'hypnose conversationnelle pour l'aide au sevrage tabagique en médecine générale : étude prospective sur 58 patients

a) Modulation de la douleur par l’hypnose : l’analgésie hypnotique ... 37 c) Phénomènes idéosensoriels : hallucinations hypnotiques visuelles et auditives 38.. Etats apparentés à l’hypn[r]

121 En savoir plus

Pépite | L’aide au sevrage tabagique par les produits naturels : apport de la phytothérapie, conseils à l’officine

Pépite | L’aide au sevrage tabagique par les produits naturels : apport de la phytothérapie, conseils à l’officine

Mots-clés : tabac, sevrage, phytothérapie, conseil, officine. Résumé : Dans une période où les demandes de substituts nicotiniques augmentent en partie grâce à la politique mise en place par les autorités compétentes, comment conseiller la personne lors de la prise de ces traitements ? Comment améliorer les chances de réussite de ce sevrage en conseillant de la phytothérapie ? Le pharmacien est un pilier du système de santé, il connaît parfaitement les méthodes de sevrage utilisées et a un rôle de conseil très important dans ce domaine. La phytothérapie permet d’aider à poursuivre ce sevrage en particulier lorsque la personne démarrant un sevrage présente de l’anxiété, des problèmes d’insomnies, des troubles de la concentration, une constipation. La prise de ces plantes est tout de même réservée à certaines populations, ce qui nécessite de bien connaître ce domaine ainsi que de connaître le ou les différents traitement(s) pris par le patient.
En savoir plus

143 En savoir plus

Pépite | La prise en charge du sevrage tabagique à l’officine, rôle du pharmacien et expérience d’officinaux de la région des Hauts-de-France

Pépite | La prise en charge du sevrage tabagique à l’officine, rôle du pharmacien et expérience d’officinaux de la région des Hauts-de-France

53 Ce médicament est également inscrit sur la liste 1 et il a obtenu son AMM en 2006 pour « aide au sevrage tabagique chez l’adulte ». Cette molécule a un double mode d’action en ciblant les récepteurs a4b2 nicotiniques cérébraux. D’une part c’est un agoniste partiel avec une efficacité intrinsèque inférieure à la nicotine. C’est à dire qu’elle stimule l’activité des récepteurs mais en moindre mesure que la nicotine, il y a une resensibilisation des récepteurs qui est plus faible. La Varénicline soulage donc les symptômes de besoin impérieux et de manque. D’autre part, elle a un effet antagoniste en présence de nicotine : la Varénicline a une plus grande affinité pour ces récepteurs que la nicotine elle-même, elle va alors bloquer l’activation des récepteurs par la nicotine et donc l’activation de la voie dopaminergique mésolimbique. C’est cette voie qui est à l’origine du sentiment de récompense ressenti lorsque l’on fume une cigarette.
En savoir plus

190 En savoir plus

Gestion du sevrage tabagique chez la femme enceinte par les professionnels de santé en Normandie

Gestion du sevrage tabagique chez la femme enceinte par les professionnels de santé en Normandie

Nous n’avons pas à ce jour retrouvé de publication ayant étudié les perceptions des professionnels de santé sur l’utilisation des traitements nicotiniques substitutifs au cours de la grossesse. Une revue de la littérature actualisée en 2015 (42) s’est intéressée aux essais contrôlés randomisés comparant l’utilisation des différents traitements d’aide au sevrage tabagique (substituts nicotiniques, buprobion, varénicline, autres thérapeutiques et e-cigarette) chez les femmes enceintes. La revue a porté sur 9 essais incluant un total de 2210 femmes enceintes. Aucune de ces études n’étudiait l’effet de l’e-cigarette ni de la varénicline. Une seule concernait le bupropion, et n’incluait que 11 femmes. Les huit études comparant l’utilisation de substituts nicotiniques et celle de placebo ou d’autres techniques ont retrouvé un effet statistiquement significatif des substituts nicotiniques (RR 1.41, IC 95% 1.03 à 1.93, 8 20 études, 2199 femmes). Cependant, l’analyse des études comparant les substituts nicotiniques au placebo uniquement n’a pas permis de conclure quant à leur efficacité (RR 1.28, IC 95% 0.99 à 1.66, 5 études, 1926 femmes).
En savoir plus

111 En savoir plus

Intoxication au monoxyde de carbone au cours du sevrage tabagique associant les substituts nicotiniques à la cigarette électronique

Intoxication au monoxyde de carbone au cours du sevrage tabagique associant les substituts nicotiniques à la cigarette électronique

En 2014, selon le Baromètre santé 2014, l’usage actuel de la cigarette électronique concerne 6% de la population des 15-75 ans. Ils sont 57,3% à l’utiliser quotidiennement, soit 2,9% de la population générale (7). La cigarette électronique (e-cig) ou « vapoteuse », nicotinée ou non, est présentée comme un moyen d’aide au sevrage tabagique sans pour autant avoir démontré d’efficacité supérieure face au traitement de référence utilisant les substituts nicotiniques que sont les patchs (8). Une étude de 2014 de McRobbie et al, (9) montre qu’aucune différence significative n’existe dans l’abstinence à six mois de la consommation de tabac entre la cigarette électronique nicotinée et les patchs. Toutefois, une réduction significative du tabagisme est observée chez les patients qui continuent de fumer du tabac et utilisent conjointement leur cigarette électronique (10-12), ce qui la place davantage dans une stratégie de réduction des risques.
En savoir plus

37 En savoir plus

Pratiques des professionnels de santé vis-à-vis du sevrage tabagique

Pratiques des professionnels de santé vis-à-vis du sevrage tabagique

Total 37 Tableau 11 : Recensement des médecins addictologues ou DIU de tabacologie dans les Bouches-du Rhône d’après le site du conseil de l’ordre des médecins Il est possible de se former à l’aide au sevrage tabagique. La formation au Diplôme Inter-Universitaire (DIU) de tabacologie et aide au sevrage tabagique comprend plusieurs sessions de cours et des temps de stage sur le terrain. La validation de la formation est conditionnée par la présence aux sessions d’enseignement théorique, la réalisation des temps de stage, une épreuve écrite et la réalisation d’un mémoire. Il existe 6 DIU de tabacologie en France, dont celui regroupant les universités d’Aix- Marseille, Bordeaux 2, Montpelier 1 et Toulouse 3 dont l’enseignant responsable est le Professeur Laurent GREILLIER.
En savoir plus

130 En savoir plus

Prise en charge individuelle du sevrage tabagique : les facteurs déterminants du sevrage.

Prise en charge individuelle du sevrage tabagique : les facteurs déterminants du sevrage.

Qui plus est, il est établi que l’aide au sevrage tabagique augmente le taux de sevrages réussis à court ou à long terme (Perriot, 2006). Toutefois, même lorsque les fumeurs sont pris en charge (traitements pharmacologiques, soutien psychologique et comportemental, conseils diététiques), les taux d’arrêt des fumeurs suivis en consultation atteignent au mieux la fourchette des 15 - 20% au bout d’un an (Ferguson, Bauld, Chesterman, & Judge, 2005; Lagrue, 2005; Wood-Baker, 2002). Il faut noter que ces résultats relevés en pratique dans des consultations d’aide au sevrage sont en moyenne inférieurs à ceux obtenus lors d’essais cliniques testant l’efficacité de traitements pharmacologiques d’aide au sevrage tabagique. Au cours d’essais cliniques, les taux d’arrêt peuvent atteindre 30% voire plus lorsque l’on associe aux traitements pharmacologiques, un suivi intensif régulier (idéalement quatre consultations et plus) incluant des conseils pour gérer les situations favorisant la consommation tabagique (Tonnesen, 2009). Les perdus de vue (fumeurs avec lesquels les tabacologues perdent le contact) sont en outre plus nombreux en consultation qu’au cours de protocoles de recherche clinique. Cela s’explique en partie par le fait que les consultations d’aide au sevrage tabagique reçoivent une population de « tout-venant » à qui il est difficile d’offrir un suivi aussi intensif que celui proposé durant des essais cliniques. Ceux-ci sont par ailleurs randomisés à des échantillons de convenance obtenus par sélection de fumeurs motivés à l’arrêt et estimés capables d’adhérer à un suivi (Ferguson, et al., 2005). Or, la prévalence du tabagisme, le niveau de dépendance et/ou les taux d’échecs au sevrage sont plus élevés chez certaines populations telles que les individus socialement défavorisés ou les femmes enceintes (Perriot, 2006; Vangeli & West, 2008).
En savoir plus

124 En savoir plus

Pépite | Le sevrage tabagique : généralités et rôle du pharmacien : à propos de deux études au CHR et en officine

Pépite | Le sevrage tabagique : généralités et rôle du pharmacien : à propos de deux études au CHR et en officine

80 Elles ont la forme de cigarettes, elles en reproduisent plus ou moins les sensations et en ont même parfois le goût. Nombreux sont les messages contradictoires sur le rôle de la cigarette électronique dans le sevrage tabagique. Ses défenseurs vantent sa moindre nocivité. En effet elle ne libère pas de CO, ni de substances cancérogènes et moins de particules fines. Elles sont donc souvent présentées par leurs fabricants comme un produit permettant de fumer sans danger ou comme une aide au sevrage tabagique. Pourtant, leurs effets sur la santé et leur efficacité n’ont pas encore été évalués et leurs opposants arguent eux le fait que la cigarette électronique libère également le plus souvent de la nicotine responsable de l'addiction et reproduit une gestuelle et un effet sensoriel oropharyngé qui peuvent contribuer à normaliser le tabagisme. Ainsi, une certaine prudence s’impose…(11) (93) (94)
En savoir plus

141 En savoir plus

Sevrage tabagique : étude des connaissances et des idées fausses des fumeurs, mise en place de réunions d'information et rôle du pharmacien

Sevrage tabagique : étude des connaissances et des idées fausses des fumeurs, mise en place de réunions d'information et rôle du pharmacien

Ce travail m’a fait me rendre compte qu’au cours de mon cursus médical je n’ai été formée que superficiellement à l’aide au sevrage tabagique et que par extension la plupart des médécins généralistes doivent aussi être dans cette situation. J’ai pu grâce au contact avec les tabacologues me former de manière plus adaptée notamment sur toutes ces idées reçues et questions que se posent les fumeurs. Maintenant, je me sens plus compétente pour répondre aux questions des fumeurs et les accompagner. Grâce à cette compétence, je peux aborder plus sereinement la question du sevrage tabagique avec mes patients en consultation. Je vais pouvoir l’aborder plus régulièrement et efficacement car je n’ai plus peur de risquer de montrer mon incompétence.
En savoir plus

60 En savoir plus

Les bénéfices de la cigarette électronique dans le sevrage tabagique des patients fortement et moyennement dépendants au tabac

Les bénéfices de la cigarette électronique dans le sevrage tabagique des patients fortement et moyennement dépendants au tabac

En 2014, des premières recommandations ont été établies par les autorités sanitaires françaises. La Haute Autorité de Santé informait que la e-cigarette n’était pas recommandée comme outil d’aide au sevrage tabagique. Son efficacité et son innocuité n’avaient pas été suffisamment évaluées. Elle considérait que sa toxicité était beaucoup moins forte qu’une cigarette. Son utilisation chez un fumeur qui avait commencé à vapoter et qui voulait arrêter de fumer ne devait pas être découragée (6). Le Haut Conseil de la Santé Publique précisait que la e-cigarette pouvait être considérée comme un outil d’aide au sevrage tabagique pour les populations fumeuses désireuses d’arrêter leur consommation de tabac. Elle constituait un outil de réduction du risque lié au tabac si elle était utilisée sans être associée au tabac (4).
En savoir plus

136 En savoir plus

Étude de la motivation au sevrage tabagique d'une population dans la grande précarité

Étude de la motivation au sevrage tabagique d'une population dans la grande précarité

En associant leur idée que la volonté est nécessaire et susante au sevrage avec leur conviction de l'inecacité des substituts nicotiniques, on comprend que le débat sur le remboursement des patchs passait chez eux au second plan. Il est bien sûr important que l'accès aux substituts nicotiniques soit simplié pour ces personnes mais ce n'est pas cet élément qui sera garant d'un suc- cès. C'est aussi ce qui a été constaté par la Haute Autorité de Santé :  Les études réalisées auprès des personnes en situation de précarité révèlent, en premier lieu, une absence de mobilisation initiale par rapport aux démarches d'aide au sevrage tabagique, y compris lorsque les thérapeutiques sont mises à disposition gratuitement (taux de participation très bas)  [17]
En savoir plus

51 En savoir plus

Sevrage tabagique en pharmacie : état des lieux et perspectives

Sevrage tabagique en pharmacie : état des lieux et perspectives

- Quelle organisation devait-il mettre en œuvre au sein de l’officine pour permettre à la fois la diffusion de l’information à destination des fumeurs, leur recrutement et la réalisation des différents entretiens (motivationnel, suivi, évaluation finale) ; - Quel pouvait être l’impact de leur intervention sur un échantillon de fumeurs ? » Les résultats observés pour les 149 patients fumeurs tant pour l’arrêt du tabac (46,85%) que pour la diminution de la consommation (79,2%) ont montré l’impact de l’accompagnement du patient fumeur par des pharmaciens formés. Malgré la présence de freins vu dans l’étude comme le recrutement des patients fumeurs, un outil de travail trop chargé ou encore la rémunération de l’aide au sevrage tabagique, cette étude montre l’impact très important du programme officinal sur l’arrêt et la diminution du tabac au cours du mois sans tabac 2017, quel que soit le niveau de motivation des patients fumeurs. (107)
En savoir plus

134 En savoir plus

Sevrage tabagique en préopératoire: une période propice pour lutter contre l'inertie et le défaut d'observance

Sevrage tabagique en préopératoire: une période propice pour lutter contre l'inertie et le défaut d'observance

Autres traitements du sevrage tabagique De nombreuses molécules et/ou techniques (acupuncture, …) ont été testées avec un succès souvent mitigé. Nous ne pourrons les détailler dans cet article. Nous voudrions cependant nous attarder sur la clonidine (Catapressan ® ). La cloni- dine est un agoniste des récepteurs alpha-2-adré- nergiques à action centrale. Il inhibe la réponse sympathique d’un individu à un stimulus donné. Il est largement utilisé en anesthésie réanimation comme anti-hypertenseur, sédatif (15), aide au sevrage (notamment alcoolique et morphinique) (16) et pour ses propriétés analgésiques et anti- hyperalgiques (17). En diminuant le tonus ortho- sympathique, l’administration périopératoire de clonidine réduit le risque d’ischémie cardiaque chez le patient à risque coronarien (RR = 0,43) (16). La clonidine a également été utilisée pour le sevrage tabagique avec succès avec un Odds Ratio de 1,89, ce qui équivaut à pratiquement doubler le taux de réussite du sevrage grâce à la clonidine (18). En pratique, l’apparition de manifestations indésirables (somnolence, brady- cardie, sécheresse de bouche, …) en a cependant limité l’utilisation en dehors du contexte chirur- gical (19). Toutefois, ces effets «secondaires» de la clonidine ne sont pas toujours indésirables pendant la période périopératoire, voire peuvent même s’avérer intéressants (20).
En savoir plus

6 En savoir plus

Place de l’acupuncture dans le sevrage tabagique : Méthode point Chiapi, à propos de 42 cas

Place de l’acupuncture dans le sevrage tabagique : Méthode point Chiapi, à propos de 42 cas

Le Maroc n’est pas épargné de ce fléau, la prévalence actuelle du tabagisme est de 18 % [1]. Près de deux tiers de fumeurs souhaitent actuellement arrêter de fumer mais 70 % d’entre eux projettent de le faire sans l’aide d’un médecin et seuls 25 % envisagent l’utilisation d’une aide pharmacologique. Or en l’absence de toute aide médicale à l’arrêt, les taux de sevrage tabagique apparaissent faibles, de l’ordre de 3 à 5 % à 6-12 mois [2]. Ceci dit l’intérêt de la mise en place des moyens médicales devant tout fumeur désirant arrêter le tabac ; à ce propos plusieurs méthodes sont disponibles, les plus connues sont les médicaments (traitement nicotinique de substitution, Bupropion LP, la Varencilline (Champix)………), la thérapie comportementale et cognitive, avec l’apparition des nouvelles méthodes telles l’acupuncture, auriculothérapie, la mésothérapie, la phytothérapie ……….
En savoir plus

115 En savoir plus

La formation au sevrage tabagique des officinaux : état des lieux et perspectives via une enquête sur Grenoble

La formation au sevrage tabagique des officinaux : état des lieux et perspectives via une enquête sur Grenoble

11 LISTE DES TABLEAUX Tableau I : Indications des substituts pour débuter un sevrage tabagique, d’après le programme Nicomède .............................................................................................................................................. 76 Tableau II : Déroulement du traitement en trois périodes dans le cas des patchs .............................. 79 Tableau III : Schéma simplifié d'aide à la décision pour la thérapeutique en fonction des résultats au test de Fagerström (à adapter selon chaque patient) .......................................................................... 80 Tableau IV : Déroulement du traitement en trois étapes dans le cas des comprimés à sucer............. 83 Tableau V : Moyenne et Médiane d’âge des officinaux interrogés (n=71) ......................................... 113 Tableau VI : Contexte dans lequel les officinaux interrogés ayant répondu « Oui » à la question précédente ont participé à des formations ........................................................................................ 122 Tableau VII : Regroupement des réponses données à la question 2 .................................................. 165 Tableau VIII : Regroupement des réponses données à la question 3 sur l’absence d’innocuité et le risque d’être dépendant ou non aux substituts nicotiniques ............................................................. 166 Tableau IX : Raisons données par les officinaux sondés qui déconseillent ou non la consommation de cigarettes sous traitement par patch nicotinique (n=64) ................................................................... 168 Tableau X : Regroupement des réponses données à la question 5 .................................................... 170 Tableau XI : Interprétation du score obtenu au test de Fagerström par les officinaux interrogés (n=63) ............................................................................................................................................................. 171 Tableau XII : Regroupement des réponses données à la question 7 (n=66) ....................................... 173 Tableau XIII : Description du conseil minimal lorsque la réponse à la question «Connaissez-vous le conseil minimal » est « Oui » (n=17) ................................................................................................... 174 Tableau XIV : Classement par ordre de priorité du relationnel que pensent devoir adopter les
En savoir plus

183 En savoir plus

Sevrage tabagique en médecine de premier recours : point de vue des patients consultant les infirmières ASALEE

Sevrage tabagique en médecine de premier recours : point de vue des patients consultant les infirmières ASALEE

2.1.2. Rôle du médecin traitant Dans la majorité des cas, c’est le médecin traitant qui a orienté le patient vers la consultation avec l’infirmière ASALEE, après évocation de la consommation de tabac. Dans cette étude, on note que le plus souvent, la demande de sevrage vient suite à un problème de santé. Cela explique l’absence de patients de moins de 40 ans, qui ne sont pas encore impactés par les complications du tabac. Les infirmières ayant permis le recrutement des participants confirment qu’elles reçoivent peu de patients « jeunes » (données fournies par le logiciel ASALEE). Ceci montre le rôle central du médecin traitant et l’importance de réaliser systématiquement le conseil d’arrêt. Il est nécessaire de demander à tous les patients s’ils fument, quelques soit leur âge, afin de leur proposer une aide au sevrage la plus précoce possible.
En savoir plus

107 En savoir plus

Quel est le point de vue des patients sur le suivi par une infirmière ASALÉE dans le cadre du sevrage tabagique?

Quel est le point de vue des patients sur le suivi par une infirmière ASALÉE dans le cadre du sevrage tabagique?

17 Figure 1 : Prévalence en % du tabagisme quotidien selon l'âge et le sexe en France Sevrage tabagique Les médecins généralistes sont souvent le premier recours des patients qui souhaitent une aide lors de leurs tentatives de sevrage tabagique. D'autant plus que les patients sont souvent satisfaits de la prise en charge du sevrage tabagique par leur médecin généraliste (5). Il existe plusieurs freins à la réalisation de consultations dédiées à cette demande. Le manque de temps avec la désertification médicale, le manque de reconnaissance et de rémunération, le manque de connaissances et de formation en tabacologie sont une partie des raisons qui font que les médecins généralistes ne s'impliquent pas assez dans ce domaine (6). Les médecins spécialistes sont eux aussi dans cette même réticence à mettre en œuvre ces prises en charge chronophages. Certains auteurs proposent donc de faire intervenir d'autres professionnels de santé (7).
En savoir plus

40 En savoir plus

Show all 461 documents...