Évolution de la coopération

Top PDF Évolution de la coopération:

L’encadrement de la coopération inter organisationnelle et de la coordination dans l’administration publique québécoise (1976-2003) : composants, évolution et analyse comparative avec sept pays de l’OCDE

L’encadrement de la coopération inter organisationnelle et de la coordination dans l’administration publique québécoise (1976-2003) : composants, évolution et analyse comparative avec sept pays de l’OCDE

Au milieu des années 1970, au Québec comme ailleurs, un constat se répand sur la pertinence de retoucher le fonctionnement de l’État. De nouveaux modes de relations IO sont requis et comme l’introduction d’instruments de coopération nouveau genre ne va pas de soi dans une logique dominée par les rapports hiérarchiques, des changements devront être apportés aux structures et au fonctionnement de l’État, changements que nous avons choisi de retracer en examinant l’encadrement de la coordination et au premier titre, celui qui concerne la coopération IO. Par encadrement nous référons à tout élément pouvant influencer, orienter, guider, ou dicter la conduite des organisations à l’étude et des acteurs qui en font partie : ces éléments proviennent de discours et de dispositions émanant de textes émis ou convenus par les organismes de gouverne de l’État et les dirigeants des MO. D’où la question centrale de notre recherche : « Quelles formes prennent l’encadrement et l’évolution de la coopération inter organisationnelle dans l’administration publique québécoise entre 1976 et le début des années 2000 ? » Nous aurions pu nous en tenir à dresser un état de situation à un moment donné dans le temps, le plus récent possible, mais comme les recherches le relatent et que notre expérience le confirme pour le Québec, il y a de grandes différences entre le cadre de gestion gouvernementale des années 1970 et celui des années 2000 : nous pensons qu’une forme d’étude longitudinale nous en apprend davantage en nous montrant l’historique des changements et nous donne la possibilité de les comparer avec d’autres administrations publiques.
En savoir plus

685 En savoir plus

Genèse et évolution de la culture de la coopération militaire européenne : l'armement (1948-2006)

Genèse et évolution de la culture de la coopération militaire européenne : l'armement (1948-2006)

Les processus de construction des mécanismes et le développement des pratiques de coopération peuvent être expliqués par le constructivisme. En effet, l’évolution des pratiques de coopér[r]

139 En savoir plus

Évolution de la coopération au sein d'une population dans un environnement spatial

Évolution de la coopération au sein d'une population dans un environnement spatial

La mémoire contient les dernières réponses de l’adversaire ou les dernières récompenses reçues lors des cler niéres clécisioiis contre (et adversaire. La grandeur de la mémoire peut vari[r]

89 En savoir plus

Chine-Afrique : évolution de la coopération sino-malienne entre 1960 et 2008

Chine-Afrique : évolution de la coopération sino-malienne entre 1960 et 2008

De ce fait, même si Pékin répond aux urgences africaines sans la longue liste de conditions et pré-requis qui caractérisent la coopération avec les bailleurs de fonds[r]

201 En savoir plus

Le rôle de la communication dans la coopération transfrontalière

Le rôle de la communication dans la coopération transfrontalière

La coopération transfrontalière est fondamentale pour le processus de construction européenne, car elle favorise à la fois l’intégration des peuples et l’élargissement vers les pays frontaliers. Elle permet la résolution de problématiques communes via un travail coordonné de différents acteurs situés de part et d’autre d’une frontière. Cette définition de la coopération transfrontalière est en constante évolution depuis la Seconde Guerre Mondiale, ce qui est notamment dû aux évolutions qu’a connu le continent européen. C’est dans la période d’après-guerre que les jumelages entre communes de différents pays ont vu le jour ; on peut d’ailleurs relever quelques initiatives pionnières, notamment la première « Eurorégion » qui apparait à partir de 1958 à la frontière germano-néerlandaise. Cette initiative débouche sur la Convention cadre de Madrid en 1980, ayant pour but d'encourager et de faciliter la conclusion d'accords entre régions et communes, de part et d'autre d'une frontière, dans les limites de leurs compétences, pouvant s'étendre entre autres au développement régional, à la protection de l'environnement, à l'aménagement des infrastructures et des services publics, et également à la création de syndicats ou d'associations de collectivités locales transfrontalières.
En savoir plus

108 En savoir plus

Un projet au service de la coopération

Un projet au service de la coopération

Evaluation formative À la fin de chaque séance, un bilan oral avec compte-rendu et une auto-évaluation de groupe sont prévus (annexe III), permettant de faire remonter les difficultés rencontrées, les axes d’amélioration et de rendre les élèves acteurs de leurs apprentissages, grâce à un temps de recul sur le travail effectué. J’ai choisi d’utiliser le diagramme de Kiviat, Le diagramme de Kiviat sert à représenter simultanément plusieurs indicateurs. Chaque axe permet de travailler par échelle sur chaque critère construit en amont. Cela permet donc d’avoir une vision d’ensemble des éléments et de pouvoir les comparer. Les auto- évaluations formatives étaient sous la forme écrite et sous la forme orale, avec un temps de débriefing en fin de séance, repris en début de séance suivante. Les critères d’évaluation choisis reflètent les aptitudes de travail en groupe mais aussi la qualité relationnelle établie entre les élèves durant les temps d’échange. Les élèves doivent entre autre, s’engager vers l’objectif de séance mais aussi vis-à-vis de la participation de tous ou encore leur bonne entente. Cela va permettre de voir si les élèves ont pris en compte ses critères, ont cherché à faire évoluer leurs comportements et leurs attitudes, tout en ayant cerné l’importance de la prise en compte de ses critères dans le travail de groupe. L’écoute de chacun, la bonne entente ou encore l’entraide sont des attendus dans leur évolution face à la qualité relationnelle et au climat de classe. Cela sera aussi représentatif de l’hypothèse 2 concernant un esprit de solidarité et d’entraide.
En savoir plus

69 En savoir plus

La coopération entre pairs

La coopération entre pairs

C. Des élèves qui ont pris conscience qu’ils ont développé des compétences à l’aide du dispositif n°2 En comparaison aux deux questionnaires, nous pouvons observer une autre évolution perçue depuis la mise en place du deuxième dispositif. Notons que 6 élèves de plus ayant répondu préférer autant « aider un camarade » que « être aidé par un camarade » ont justifié leur choix en répondant « pour rendre service dans les deux sens » (figure 32 et 33). Ces élèves ont donc développé des compétences grâce à ce type de coopération comme l’empathie. Ces réponses montrent l’idée mise en avant par C. Gueguen (page 6), à savoir, l’intérêt que peut avoir la coopération dans une classe. C’est cette idée d’empathie qui procure du bien-être aux élèves. Nous retrouvons l’idée émisse par l’hypothèse 2, ici, la coopération a donc été bénéfique pour certains élèves car ils ont pris conscience ce cette compétence acquise.
En savoir plus

57 En savoir plus

La coopération brésilienne avec l’Afrique

La coopération brésilienne avec l’Afrique

Les rapports avec l’Afrique ne sont pas récents. Ils remontent à la fin des années 60. Toutefois, ces relations ont connu une évolution en dents de scie. Les premiers pas de cette relation seront marqués par la position ambiguë du Brésil sur le dossier de la décolonisation de l’Afrique. Il faudra attendre la période à cheval entre les années 70 et 80 pour voir décoller les relations afro-brésiliennes. Les administrations militaires brésiliennes de Geisel (1974-1979) et de Figueiredo (1979-1985) doteront le pays d’une politique africaine structurée et cohérente accompagnée d’objectifs et de moyens. Cette période qui restera dans les mémoires comme le premier « âge d’or » des relations afro-brésiliennes cédera la place à une époque moins fertile. Celle-ci s’étend de la transition démocratique opérée à partir de 1985 jusqu’à l’administration Cardoso. Durant cette période, qui connaîtra des phases de variations, la politique africaine du Brésil manque de consistance d’ambition et de vision stratégique. Les priorités sont ailleurs et Brasilia relègue au second plan le continent noir qui s’enfonce dans une période dite d’« afro-pessimisme ». Cela aura pour conséquence un amenuisement des relations diplomatiques, des fermetures d’ambassades et de bases militaires ainsi qu’une chute des échanges commerciaux.
En savoir plus

11 En savoir plus

La coopération et l'économie sociale

La coopération et l'économie sociale

caisse centrale notamment pour importer des fonds quand les épargnes sont inférieures à la demande de crédit. Il a de plus une institution non gouvernementale de coopération internationale, une fondation et une association pour l’histoire de Desjardins et ses caisses. La place des intégrations coopératives a évolué : d'abord sous la fédération provinciale, puis sous une société coopérative de gestion, elles ont même ensuite été représentées au conseil d’administration de la fédération. Puis, à nouveau, on les a ramenées sous une société de portefeuille. Récemment on a amorcé un processus de rachat des actions des actionnaires minoritaires présents dans ce quasi-holding depuis que Desjardins a intégré un concurrent, par fusion. Si le rachat s’effectue, les filiales peuvent même passer directement sous la fédération unique. C'est un choix pertinent car leurs produits font partie d’une même famille. Par ailleurs, par l’impartition de l’activité liée aux systèmes d’information technologiques, la fédération simplifie sa gestion. Enfin, la possibilité de se capitaliser ouvre la voie à une transformation en banque coopérative. L’environnement concurrentiel peut justifier cette évolution. De grande taille à l'échelle du Québec, Desjardins est cependant petit comparé à d’autres institutions financières même coopératives, ailleurs dans le monde. De plus il n'est pas parfaitement différencié, puisqu’on trouve chez ses membres environ 50 % de non-fidélité, si on peut en parler ainsi. Si l’environnement sectoriel global impose à Desjardins de se comparer aux structures de coûts dans son secteur, son enracinement lui confère une source d’avantage concurrentiel par la différenciation.
En savoir plus

45 En savoir plus

Développement rural et coopération interuniversitaire

Développement rural et coopération interuniversitaire

Les chercheurs face aux contradictions de la transition au marché en zone rurale La libéralisation des prix agricoles et des décisions des producteurs a introduit, comme partout, des différences croissantes entre régions et à l’intérieur des régions, quant à l’accès aux marchés des produits, des intrants et des services. Cette évolution s’accompagne inévitablement d’une différenciation croissante parmi les paysans selon leur capacité d’adaptation aux nouvelles conditions de production et de commercialisation, y compris à l’intérieur même des communautés rurales et des villages. Il faut éviter que l’enrichissement parfois rapide d’une minorité s’accompagne d’un appauvrissement d’une partie plus ou moins importante de la masse paysanne, conduisant à une déstructuration des communautés rurales elles-mêmes et à un démantèlement des modes de production et de gestion des ressources qui étaient le résultat d’une civilisation millénaire.
En savoir plus

5 En savoir plus

Vers la construction d'une expertise européenne en matière de coopération pénale ? Spécialisation et légitimation des professionnels de la coopération judiciaire.

Vers la construction d'une expertise européenne en matière de coopération pénale ? Spécialisation et légitimation des professionnels de la coopération judiciaire.

Afin de résoudre cette énigme sociologique, il convient d’appréhender les principales logiques d’actions à l’œuvre grâce à l’analyse des clivages et des régularités autour desquels ils s’organisent. La spécialisation aux questions européennes ne doit pas être considérée comme un phénomène magique et naturel de l’européanisation, mais au contraire comme le résultat d’investissements individuels. Cette perspective nous conduit à travailler sur les dynamiques de spécialisation grâce auxquelles ces acteurs s’imposent au centre du jeu institutionnel. Il s’agit ainsi de définir les conditions d’entrée et les modalités à partir desquelles certains individus réussissent à faire autorité de façon durable et, à l’inverse, comment d’autres sont relégués. Le principal intérêt est de démontrer que l’évolution du droit ne s’effectue pas simplement par un glissement jurisprudentiel, mais par une transformation des représentations, des cadres législatifs et des pratiques due, en partie, à la façon dont certains professionnels se positionnent en tant qu’intermédiaire entre les niveaux de gouvernements grâce à un multipositionnement qui leur permet d’intervenir dans les négociations et l’adoption des dispositifs européens de coopération.
En savoir plus

27 En savoir plus

La coopération décentralisée France-Bénin

La coopération décentralisée France-Bénin

78 plupart du temps aux relations internationales. Il s’agit d’une "coopération à visage humain, un appui qui ne s’exprime pas uniquement dans les conférences internationales, ou les programmes des experts, mais dans la proximité des classes, des clubs de sports, des services municipaux, d’universités, d’hôpitaux, de jeunes, de femmes ou de retraités qui dans la coopération décentralisée ont pu exprimer leur volonté de partager" 91 . Dans les pays africains, la voie de la décentralisation s’est ouverte dans les années 1980 par le biais du processus de démocratisation engagé qui avait pour but entre autres de promouvoir la liberté municipale en donnant aux communes un statut de collectivités décentralisées, avec l’élection des maires et les compétences transférées 92 , avec un intérêt important exprimé par les institutions internationales telles que le PNUD, la Banque Mondiale, la Coopération Française et la GTZ qui ont contribué à la réalisation de ce processus. Suite à la mise en place de la décentralisation au Sud du Sahara, tout commença par des coopérations décentralisées au développement rural 93 parce que l’Afrique au sud du Sahara à cette époque traversait une crise agricole. Selon Edgard PISIANI, la crise de l’Afrique est principalement liée à la production agricole, notamment celle vivrière ( PISANI E. 1988) . Pierre MERLIN corrobore cette remarque en appelant de ses vœux une « révolution agricole pour l’Afrique ». Nous voudrons rappeler que le Bénin est un pays situé en Afrique Ouest Francophone et qu’il a connu ces mêmes réalités. Il est classé parmi les pays les moins avancés (PMA) sur la liste des bénéficiaires de l’aide établie par le CAD en 2005 ( CNCD-MAE-DGCID. 2006) . Son histoire en matière de coopération décentralisée lui a permis, à travers les textes, d’adopté une définition
En savoir plus

348 En savoir plus

Une coopération artistique transfrontalière : le BalletT

Une coopération artistique transfrontalière : le BalletT

Le BalletT est d’une part bénéfique pour le secteur culturel car il démontre qu’une coopération transfrontalière entre structures culturelles différentes est possible et réalisable. De plus cela enrichis leur façon de travailler et leur permet d’appréhender de nouveaux savoir-faire. Telle que la médiation pour le Victoria Eugenia, qui avant le partenariat avait une approche du public très commerciale 1 . Aujourd’hui le théâtre met en place davantage d’ateliers et on note une hausse de fréquentation des spectateurs. Ou encore la relation presse pour le Malandain Ballet qui a pu profiter de la forte expérience en communication du Victoria Eugenia qui organise des conférences de presse très professionnelles dans une salle dédiée 2 . De plus, le Centre Chorégraphique Transfrontalier favorise la création d’œuvres chorégraphiques sur le territoire de l’Eurorégion Aquitaine Euskadi et plus précisément sur celui du Pays Basque, renforçant leur attractivité. De plus ces créations d’œuvres enrichissent et favorisent le renouvellement du secteur chorégraphique. En 8 ans de collaboration, 7 coproductions ont été réalisées et une autre est en cours de réalisation. De plus il a permis à 21 projets chorégraphiques de compagnies basques d’être soutenus et accompagnés via l’Accueil Studio du Malandain Ballet Biarritz. Cette collaboration renforce la production et la formation des compagnies et artistes soutenus 3 . D’autre part, il favorise aussi l’effacement de la frontière franco- espagnole permettant une meilleure mise en relation d’acteurs culturels français et espagnols avec les publics et incitant ces deux acteurs à traverser la frontière. Toutefois les actions du CCT ne s’arrêtent pas sur son territoire
En savoir plus

129 En savoir plus

Empowerment et éducation : hypothèses de coopération

Empowerment et éducation : hypothèses de coopération

Cette émancipation est également plébiscitée par les dynamiques intergénérationnelles qui ne se limitent pas à la simple mise en présence de générations, mais aspirent à combler la distance socioculturelle (Guffens, 2006) et à stimuler l’entraide de sorte à défendre les intérêts de la communauté entière. La promotion de la coopération est donc susceptible de contribuer à la convergence des desseins de sorte à favoriser la solidarité et l’émancipation des différents acteurs impliqués. Olazabal & Pinazo (2010) identifient, quant à eux, un plus large optimisme face à l’avenir, une tolérance croissante et un sens civique accru de la jeune génération concernée. Finalement, selon Zénou (2009), la dynamique intergénérationnelle peut également favoriser le transfert du capital social, préalablement identifié comme une condition préalable à l’employabilité.
En savoir plus

15 En savoir plus

La coopération dans la formation éthique des maîtres

La coopération dans la formation éthique des maîtres

3-2 : La relation pédagogique dans l’école moderne Ainsi donc, loin de toute velléité autoritaire et de tout rigorisme pédagogique, l’éducation moderne fera de l’enfant le centre et le pivot de toute relation pédagogique. Désormais, du moins dans la perspective de ‘’l’éducation nouvelle’’ l’éducation ne peut plus se concevoir autrement que comme une interaction réciproque entre l’esprit individuel de l’enfant et le monde, pris dans son double sens : l’environnement (aussi bien géographique, relationnel, social, économique que culturel) et les œuvres de la culture. A partir de là, le statut du maître change, il n’est plus le puits du savoir qu’il a longtemps été, mais devient le passeur, le médiateur entre l’enfant et le monde, celui qui l’aide à s’insérer, dirait Hannah Arendt, dans le monde. Par conséquent, il devient pour lui indispensable, s’il veut réussir cette nouvelle mission, d’apprendre à connaître l’enfant, de repenser sa relation avec lui. De là, l’idée de coopération prend tout son sens, car pour mieux coopérer, il vaut mieux apprendre, tant soit peu, à se connaître.
En savoir plus

15 En savoir plus

L'accompagnement professionnalisant, coopération et réciprocité

L'accompagnement professionnalisant, coopération et réciprocité

étudiants dans de bonnes conditions, leur attribuer un tuteur dès le premier jour, planifier les bilans, expliquer leur parcours de stage…Une autre difficulté à laquelle j’[r]

146 En savoir plus

Scop & Scic : les sens de la coopération

Scop & Scic : les sens de la coopération

1.2. Frontière in/out et formalisation des valeurs portées par Scic-alimentaire L’originalité et la complexité organisationnelle de Scic-alimentaire font éclater la question des frontières de l’entreprise et de la coopération interne/externe. Ceci n’est pas sans lien avec le fait que les Scic sont des sociétés caractérisées par le multisociétariat. Un enjeu fondamental pour elles est alors de mobiliser autour d’un même projet collectif et d’utilité sociale des catégories d’individus aux intérêts parfois très différents. Dans Scic-alimentaire, la coopération repose très fortement sur l’importance donnée aux valeurs défendues par les membres de la Scic pour mener à bien leur projet de promotion d’un modèle d’alimentation durable favorisant la consommation de produits alimentaires bio et défendant une conception collective de l’entrepreneuriat. Dans le cadre d’un travail collectif mené sur plusieurs années, les membres de la Scic ont progressivement explicité un ensemble de conditions à respecter pour qu’un porteur de projet candidat à l’entrée dans la Scic puisse effectivement intégrer celle-ci, après présentation de son dossier et délibération opérée par le CAde la Scic. Ces conditions régulatrices des entrées et sorties des activités de la Scic se comprennent en lien fort avec les valeurs défendues par ses membres dans sa filière. Elles ont été formalisées dans un « cahier des charges », outil sur lequel s’appuie le CAde l’entreprise pour justifier l’intégration d’activités nouvelles mais également la sortie de celles dont les efforts sont considérés comme insuffisants pour tendre vers le respect du projet de la Scic. Ce « cahier des charges » participe fortement de la définition des frontières entre l’intérieur et l’extérieur de l’entreprise. Il a été conçu de manière à ce que les critères le composant soient vérifiables. C’est pourquoi ceux-ci sont généralement quantitatifs, permettant ainsi d’évaluer le plus objectivement possible la mesure dans laquelle les activités portent les valeurs de la Scic. Les critères composant à ce jour le cahier des charges peuvent être regroupés en quatre grandes catégories résumées dans l’encadré suivant.
En savoir plus

223 En savoir plus

Coopération homme-machine et explication

Coopération homme-machine et explication

L'analyse des dialogues inter-humains autorise donc une conception du processus d'explication comme une activité coopérative en soi (Karsenty & Brézillon, 1995). La raison essentielle qui exige cette coopération semble tenir au fait que des agents humains engagés dans une résolution collective d'un problème n'ont pas nécessairement les mêmes représentations de la situation. Or, lorsque l'un d'eux émet une proposition, celle-ci est comprise par les autres dans le contexte de ces représentations. Si les représentations de la situation ne sont pas partagées entre les agents humains, alors des incompréhensions sont toujours possibles. Pour les résoudre, il est très souvent nécessaire que l'expliqueur prenne conscience des représentations de ses partenaires. Il peut bien sûr tenter de les inférer, et répondre par rapport à la représentation qu'il s'en est construit (nous rejoignons ici l'approche de l'explication basée sur un modèle de l'utilisateur). Mais cette stratégie s'avère dans un certain nombre de cas insuffisante, comme le témoignent les extraits rapportés ci-dessus. Parce que les représentations sont par nature inobservables, seul son détenteur peut réellement les traduire en mots, et les rendre ainsi accessible à l'autre.
En savoir plus

23 En savoir plus

La coopération à l'école: un levier pour la construction de l'autonomie?

La coopération à l'école: un levier pour la construction de l'autonomie?

I.1.A. Bref historique de la coopération à l’école La coopération n’est pas un concept récent dans le champ de l’éducation et de l’enseignement scolaire. Elle apparaît à la fin du XIXe siècle alors que la classe ouvrière est en lutte pour ses droits. Apparaît un besoin d’éduquer les jeunes générations à la conscience d’autrui et en même temps à l’émancipation individuelle. « Le but de la coopération est de faire des hommes, des hommes responsables et solidaires pour que chacun d’eux s’élève à une pleine vie personnelle et, tous ensemble, à une pleine vie sociale » (Mabilleau, 1900). La coopération est donc perçue à ce moment-là comme le moyen de former - de « faire » - des hommes libres et des citoyens responsables. On retrouve ici les deux missions éducatives de l’école de la République : assurer l’émancipation individuelle et la cohésion sociale. Cette volonté, à la fois sociale, éducative et politique, se concrétise par la création de l’Office Central de la Coopération à l’École (OCCE) en 1929 et la naissance des coopératives scolaires.
En savoir plus

90 En savoir plus

L'évolution de l'architecture scolaire : évolution de l'enseignement, évolution des bâtiments

L'évolution de l'architecture scolaire : évolution de l'enseignement, évolution des bâtiments

Les pièces que l’école maternelle doit comprendre sont également décrites : « un vestibule d’entrée formant une salle d’attente pour les parents, une ou deux salles d’exercices, un pré[r]

63 En savoir plus

Show all 1877 documents...