Évaluation des actifs financiers

Top PDF Évaluation des actifs financiers:

Développement des marchés financiers et évaluation des actifs bancaires : coût historique versus juste valeur. L'exemple de la titrisation

Développement des marchés financiers et évaluation des actifs bancaires : coût historique versus juste valeur. L'exemple de la titrisation

2.1 La théorie des marchés efficients et la comptabilité Le recours aux marchés comme mode d’évaluation des actifs financiers repose sur l’hypothèse qu’ils sont efficients. Sur le plan informationnel, un marché est dit efficient si toute information contribuant à l’évaluation des actifs financiers qui y sont échangés se trouve immédiatement reflétée dans les cours. Ainsi, lorsqu’un marché est efficient, le cours d’une valeur mobilière fournit une bonne estimation de la valeur réelle d’une société puisqu’il est censé intégrer l’ensemble de l’information disponible. A ce stade, Fama (1965) distingue trois formes d’efficience : une efficience faible (l’information disponible se limite à des données historiques comme le cours, les volumes de transaction ou la position de place), une efficience semi-forte (outre les données précédentes, l’information disponible comprend l’ensemble de l’information publique, notamment les documents comptables publiés), enfin, une efficience forte (l’information disponible regroupe l’ensemble de l’information qu’elle soit publique ou privée). Compte tenu des contraintes réglementaires liées à l’utilisation d’informations privées, les marchés sont normalement efficients sous une forme semi-forte. Effectivement, tout mouvement de cours antérieurement à la publication d’informations officielles destinées au public fait généralement l’objet d’un contrôle de la part des autorités de surveillance du marché. Ainsi, en France, la réalisation d’un profit lié à l’utilisation d’information privée (efficience forte) correspond au délit d’initié 6 .
En savoir plus

16 En savoir plus

La théorie de l'arbitrage et l'évaluation des actifs financiers dans le cadre international

La théorie de l'arbitrage et l'évaluation des actifs financiers dans le cadre international

CONCLUSION l'extension du mod~le moyenne variance a ~t~ r~al is~e par de nombreux auteurs. Cependant, compte tenu des conclusions donn~es sur la d~viation de la parit~ des pouvoirs d'achat dans la section II, les mod~les proches de celui de SOlNIK (1973) sont certainement plus plausibles que ceux inspir~s du mod~le de G.l.S. Ainsi, avec ces mod~les, la rentabil it~ anticip~e par exc~s, sur l'actif sans risque d'un actif risqu~, est fonction de la covariance entre la rentabil it~ de cet actif et la rentabil it~ du portefeuille de march~ mondial; le prix du risque du march~ ~tant calcul~ par rapport à une combinaison de tous les actifs sans risque. Dans ce
En savoir plus

376 En savoir plus

Les modèles d'évaluation des actifs financiers et les co-moments d'ordre trois et quatre

Les modèles d'évaluation des actifs financiers et les co-moments d'ordre trois et quatre

Introduction Le d´ ebat sur les limites du mod` ele d’´ evaluation des actifs financiers (MEDAF) ( Sharpe ( 1964 ), Lintner ( 1965 ), Mossin ( 1966 ) et Black ( 1972 )) est repris dans cet article. L’hypoth` ese de d´ epart stipule que l’´ echec relatif du MEDAF, dans l’ex- plication des observations empiriques des rentabilit´ es sup´ erieures des petites capi- talisations et des entreprises ` a ratio valeur comptable sur valeur de march´ e ´ elev´ e, est dˆ u ` a sa formulation se limitant aux deux premiers moments, l’esp´ erance et la variance. Selon cette hypoth` ese, les effets taille et ratio valeur comptable sur va- leur de march´ e sont vid´ es de leurs sens. L’ajout des co-moments d’ordres sup´ erieurs permettrait d’expliquer la totalit´ e des rentabilit´ es.
En savoir plus

19 En savoir plus

Les modèles d'évaluation des actifs financiers et les co-moments d'ordre trois et quatre

Les modèles d'évaluation des actifs financiers et les co-moments d'ordre trois et quatre

Introduction Le d´ ebat sur les limites du mod` ele d’´ evaluation des actifs financiers (MEDAF) ( Sharpe ( 1964 ), Lintner ( 1965 ), Mossin ( 1966 ) et Black ( 1972 )) est repris dans cet article. L’hypoth` ese de d´ epart stipule que l’´ echec relatif du MEDAF, dans l’ex- plication des observations empiriques des rentabilit´ es sup´ erieures des petites capi- talisations et des entreprises ` a ratio valeur comptable sur valeur de march´ e ´ elev´ e, est dˆ u ` a sa formulation se limitant aux deux premiers moments, l’esp´ erance et la variance. Selon cette hypoth` ese, les effets taille et ratio valeur comptable sur va- leur de march´ e sont vid´ es de leurs sens. L’ajout des co-moments d’ordres sup´ erieurs permettrait d’expliquer la totalit´ e des rentabilit´ es.
En savoir plus

19 En savoir plus

Application empirique du modèle d'évaluation des actifs financiers (MEDAF) inconditionnel à des actions de banques et de compagnies pétrolières canadiennes

Application empirique du modèle d'évaluation des actifs financiers (MEDAF) inconditionnel à des actions de banques et de compagnies pétrolières canadiennes

Pour répondre à ces questions nous avons établit deux principaux objectifs: comparer le risque systématique des actions du secteur pétrolier à celui des actions du [r]

67 En savoir plus

Influence de la politique monétaire sur le prix des actifs financiers : les enseignements d'un modèle MIU appliqué à la Fed

Influence de la politique monétaire sur le prix des actifs financiers : les enseignements d'un modèle MIU appliqué à la Fed

Christian Aubin, Ibrahima Lamine Diouf et Dominique Pépin * Résumé – Un modèle d’évaluation des actifs financiers basé sur la consommation et la monnaie est développé pour mettre en évidence l’influence de la politique monétaire sur la prime de risque, le taux d’intérêt sans risque et la volatilité du prix des actions. Appliquée à la Réserve fédérale des Etats- Unis, l’analyse montre que la politique monétaire peut avoir un impact déséquilibrant sur le prix des actifs. Lorsque l’équilibre existe, elle n’a qu’une influence réduite sur la prime de risque et ne permet une réduction de la volatilité du prix réel des actions que si les agents ont une « préférence » pour la liquidité très faible. Aussi importe- t- il que cette préférence soit limitée, afin que l’objectif de stabilisation macroéconomique coïncide avec celui de stabilisation financière.
En savoir plus

22 En savoir plus

DEVELOPPEMENT DES MARCHES FINANCIERS ET EVALUATION DES ACTIFS BANCAIRES : COUT HISTORIQUE VERSUS JUSTE VALEUR. L'EXEMPLE DE LA TITRISATION

DEVELOPPEMENT DES MARCHES FINANCIERS ET EVALUATION DES ACTIFS BANCAIRES : COUT HISTORIQUE VERSUS JUSTE VALEUR. L'EXEMPLE DE LA TITRISATION

2.1 La théorie des marchés efficients et la comptabilité Le recours aux marchés comme mode d’évaluation des actifs financiers repose sur l’hypothèse qu’ils sont efficients. Sur le plan informationnel, un marché est dit efficient si toute information contribuant à l’évaluation des actifs financiers qui y sont échangés se trouve immédiatement reflétée dans les cours. Ainsi, lorsqu’un marché est efficient, le cours d’une valeur mobilière fournit une bonne estimation de la valeur réelle d’une société puisqu’il est censé intégrer l’ensemble de l’information disponible. A ce stade, Fama (1965) distingue trois formes d’efficience : une efficience faible (l’information disponible se limite à des données historiques comme le cours, les volumes de transaction ou la position de place), une efficience semi-forte (outre les données précédentes, l’information disponible comprend l’ensemble de l’information publique, notamment les documents comptables publiés), enfin, une efficience forte (l’information disponible regroupe l’ensemble de l’information qu’elle soit publique ou privée). Compte tenu des contraintes réglementaires liées à l’utilisation d’informations privées, les marchés sont normalement efficients sous une forme semi-forte. Effectivement, tout mouvement de cours antérieurement à la publication d’informations officielles destinées au public fait généralement l’objet d’un contrôle de la part des autorités de surveillance du marché. Ainsi, en France, la réalisation d’un profit lié à l’utilisation d’information privée (efficience forte) correspond au délit d’initié 6 .
En savoir plus

17 En savoir plus

Conception, développement et évaluation d’un système en ligne d’aide à la décision pour le choix de produits financiers

Conception, développement et évaluation d’un système en ligne d’aide à la décision pour le choix de produits financiers

2.1 Objectif et les trois phases d’analyses Plusieurs types d’outils et de systèmes sont utilisés sur le marché des conseils en placement. La majorité des grandes institutions mettent à la disposition des épargnants des outils ayant des caractéristiques similaires à celles du prototype que nous comptons développer (ils définissent le profil d’investisseur, l’allocation d’actifs et relient cette information à des produits de placement). La principale différence entre leurs outils et notre prototype est l’étendue des produits couverts. Les institutions présentent leurs produits et permettent de les comparer entre eux, tandis que notre prototype inclut des produits provenant de plusieurs institutions permettant donc une comparaison plus étendue. Il existe aussi des systèmes comme celui retrouvé sur finance lesffaires.com qui, comme notre prototype, donne accès à une base de données centralisées des produits financiers. Suite à une sélection de critères, les produits peuvent être filtrés et sont présentés de façon à faciliter les comparaisons. Ce type de système se rapproche des comparateurs de produits comme pricegrabber.com, pour des articles de tous genres, ou bien redtag.ca, pour les billets d’avion. L’originalité de notre prototype provient du mélange des techniques utilisées par les systèmes offerts par les institutions financières et les aspects centralisateurs des comparateurs de produits. Il était donc primordial pour la définition des exigences (fonctionnelles, techniques) du prototype d’analyser ces systèmes, principalement ceux qui intègrent la définition du profil d’investisseur, afin de connaître leurs fonctionnalités, leurs caractéristiques, leurs forces et leurs faiblesses.
En savoir plus

195 En savoir plus

La prévisibilité à long terme des rendements des actifs financiers: leur dépendance significative du carré et du cube du ratio dividende-prix

La prévisibilité à long terme des rendements des actifs financiers: leur dépendance significative du carré et du cube du ratio dividende-prix

Introduction Pendant une longue période, les chercheurs pensaient que l’efficacité des marchés financiers impliquait la constance des rendements espérés et donc la non-prévisibilité. Depuis quelques décennies, ils adhèrent à l’idée selon laquelle la prévisibilité des rendements des actifs financiers n’est pas forcément incompatible avec la théorie des marchés efficients. La variabilité dans les taux de rendements espérés des actifs financiers est nécessaire pour rémunérer les risques liés à ces actifs. Même les modèles théoriques d’évaluation d’actifs tels le CAPM (Capital Asset Pricing Model) et le CCAPM (Consumption-based Capital Asset Pricing Model) impliquent cette
En savoir plus

41 En savoir plus

La définition des actifs : le regard du juriste

La définition des actifs : le regard du juriste

Pensons au droit de souscription d’actions à émettre et au réméré qui permettent de racheter la chose vendue. Le juriste reconnait ce droit, parfois jusque dans sa dénomination, mais il ne faut pas en conclure pour autant qu’il s’agisse toujours d’une ressource économique actuelle pouvant être comptabilisée comme actif au bilan. Il faut en déterminer la raison. Si le droit est, par hypothèse, incontesté, s’agit-il d’une question de valeur, d’utilité ou de tout autre motif tenant à la technique de construction des états financiers ? 3. Sans parler des modes d’évaluation, ce qui dépasserait les limites de notre étude, ces deux modèles se confrontent autant du point de vue notionnel qu’au regard des techniques de comptabilisation et de qualification. Comme nous l’illustrons dans l’analyse de quelques cas particuliers, un des enjeux du débat de la normalisation comptable internationale revêt un aspect plutôt technique. Il s’agit de savoir dans quelle mesure il est plus ou moins efficace d’adopter une définition large de la notion d’actif en introduisant au besoin des limitations au moyen de restrictions dans les conditions de comptabilisation ou, à l’inverse, de rester souple dans les conditions de comptabilisation parce que la définition elle-même serait suffisamment restrictive. Les études en cours à l’occasion de la révision du cadre conceptuel de l’International Accounting Standards Board encouragent la recherche de pistes de rapprochement, car on ne peut ignorer que les entreprises susceptibles d’appliquer le référentiel IFRS se rattachent à un ordre juridique national, même si elles développent leurs activités dans un contexte international.
En savoir plus

25 En savoir plus

Les dérivés climatiques : des parapluies financiers ?

Les dérivés climatiques : des parapluies financiers ?

Progressivement, le marché semble s'être organisé sur deux niveaux, un peu à l'image de n'importe quel marché financier ou comme pourrait également l'être un marché d'assurance. Il existe ainsi un marché primaire ou marché d'acceptation (dans lequel sont émises ou conclues les couvertures climatiques) et un marché secondaire qui est un marché de rétrocession. Sur le premier marché se retrouvent les utilisateurs des couvertures climatiques, ceux qui cherchent à se protéger directement contre les aléas climatiques. En général, du moins aux Etats unis, se sont les teneurs de marché, salle des marchés des groupes d'énergie américains, qui offrent ces services financiers. Ce marché est caractérisé par des engagements importants et des transactions pluriannuelles (pour reprendre notre comparaison ci-dessus se serait donc un marché d'assurance) Dans un deuxième temps, les teneurs de marché échangent entre eux leurs risques climatiques afin d'équilibrer leur portefeuille de risque. C'est ce marché qui se rapproche d'un marché d'échanges que l'on pourrait qualifier de secondaire, les transactions y sont de plus faible capacité et sur des périodes plus courtes. Les réassureurs sont alors des acteurs majeurs de ce marché, avec l'aide active de leurs courtiers, et on peut donc comparer ce marché à un marché de réassurance.
En savoir plus

28 En savoir plus

La sensibilité des volleyeurs les plus " actifs"

La sensibilité des volleyeurs les plus " actifs"

Nous pouvons désormais conclure de nos analyses précédentes des pratiquants les plus actifs qu’ils ont communément incorporé ce sens premier. En tant que joueurs individuels , c’est cet enjeu de rupture de l’échange qui constitue leur visée permanente. Mais surtout e n tant qu’équipiers, car leurs actes, leurs ressentis compris, révèlent : qu’ils sont spontanément et intensément disponibles pour compenser les interventions maladroites de leurs partenaires ( c’est le jeu de l’équipe qui compte) ; qu’ils ressentent une profonde insatisfaction en cas de non intervention de ces derniers (car cela pénalise le jeu de l’équipe). joueurs au service (1896) et de la rotation des joueurs (1916). De même, l’introduction de la règle indiquant que le ballon peut entrer en contact avec n'importe quelle partie du corps autorise le jeu au pied, rompant ainsi l’identification du volley à un jeu de mains.
En savoir plus

18 En savoir plus

Implants pour la délivrance de principes actifs

Implants pour la délivrance de principes actifs

mais leurs temps de résidence au niveau du site d’action restent incertains. Il est important de noter que l’utilisation d’antibiotiques pour cette application (systémique ou locale) est très controversée [41] . L’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) recommandait fortement, en juillet 2011, de ne pas uti- liser d’antibiotiques dans le traitement de la parodontite chronique, en raison du risque élevé de sélectionner des souches de bactéries résistantes, pour un bénéfice insuffisant [42] . Le recours aux anti- biotiques doit donc être limité aux cas où ils sont réellement justifiés. Pour les parodontites, ces cas se limitent aux parodontites agressives ou réfractaires. Pour les parodontites chroniques, les actifs antisep- tiques offrent un grand potentiel pour éliminer l’infection anaérobie à la base des poches parodontales et dans les tissus gingivaux inac-
En savoir plus

7 En savoir plus

Segmentation d’images Par Les Contours Actifs

Segmentation d’images Par Les Contours Actifs

contexte différents approches ont été développées parmi lesquelles: [His03] ont proposé une méthode de suivi des déformations intra-myocardiques en IRM cardiaque marquée. L’approche utilise les contours actifs dont l’énergie image se construit grâce à une diffusion anisotrope non linéaire paramétrée. Cette méthode à permet d’obtenir des résultats satisfaisants à la fois en terme de précision et de reproductibilité. [Ray02] ont appliqué les contours actifs pour suivre le mouvement des leucocytes (cellules sanguines, globules blanc). La nouveauté de la proposition réside dans la fonctionnelle d'énergie qui impose des contraintes de forme et de taille sur le contour actif. Une nouvelle énergie est proposée basée sur l'échantillonnage implicite des points sur le contour actif. Les auteurs ont pu suivre des leucocytes roulant à des vitesses élevées. Toujours dans l’imagerie biologique, les auteurs de [Zim02] ont dévelopé une méthode pour suivre des cellules biologique, sur une vidéomicroscopie par les contours actifs paramétrique. Pour détercter les objets a faible contrast, les auteurs ont utilisé une carte de contours des dérivations d'intensité locale. La carte de contours comporte les différences d'intensité entre le fond et les cellules. Cette méthode a donnée de bonne résultat de suivi même lorsque les objets sont très proche.
En savoir plus

90 En savoir plus

LA PERTINENCE DES ACTIFS INCORPORELS AVEC LES IFRS

LA PERTINENCE DES ACTIFS INCORPORELS AVEC LES IFRS

l’exception notable de l’évaluation à la juste valeur. 1.2. L’écart d’acquisition Les acquisitions d’entreprises se traduisent souvent par un coût d’acquisition supérieur à la part d’intérêts de l’acquéreur dans la juste valeur des actifs et passifs identifiables de l’entité acquise. Il existe alors un écart d’acquisition positif, en d’autres termes, un goodwill correspondant au surprix que l'acquéreur accepte de payer en raison d’avantages économiques futurs attendus d’actifs incorporels non identifiables et donc non comptabilisés (compétences du personnel, savoir-faire de l’entreprise…) mais également de synergies futures attendues du regroupement, de l’élimination d’un concurrent… L’écart d’acquisition est donc inscrit à l’actif.
En savoir plus

38 En savoir plus

L'intégration de l'information dans le prix des actifs financiers

L'intégration de l'information dans le prix des actifs financiers

Le sujet principal de cette th`ese est l’int´egration de l’information macro´economique et financi`ere par les march´es financiers. Les contributions present´ees ici sont au nom- bre de cinq. Les trois premi`eres utilisent de r´ecentes avanc´ees de l’´econom´etrie de la valorisation d’actifs. L’objectif est de mesurer les anticipations, l’aversion au risque ou simplement de pr´evoir le prix des produits d´eriv´es. (1) Tout d’abord, on introduit une nouvelle m´ethode ´econom´etrique permettant d’estimer l’´evolution de la distribu- tion subjective `a partir des futures sur taux d’int´erˆet.(2) Ensuite, `a partir des cota- tions d’options et des futures sur le march´e europ´een du Carbone, on met en ´evidence l’impact de la publication des quotas d’´emission attribu´es par la Commission Eu- rop´eenne sur l’aversion au risque dans ce nouveau march´e. (3) Puis, on pr´esente un nouveau mod`ele d’´evaluation de produits d´eriv´es bas´e sur des rendements suiv- ant une loi hyperbolique g´en´eralis´ee sous la mesure historique. En supposant que le noyau de prix est une fonction exponentielle affine de la valeur future du sous-jacent, on montre que la distribution risque neutre est unique et `a nouveau conditionellement hyperbolique g´en´eralis´ee. Le mod`ele conduit `a de faibles erreurs de prix, lorsqu’on les compare `a la litt´erature existante. Enfin, deux th`emes li´es `a l’impact des nou- velles macro-´economiques sur la courbe des taux sont pr´esent´es ici: (4) on montre tout d’abord que la perception de l’impact d’une surprise sur le march´e des taux eu- rop´eens est grandement modifi´ee lorsque l’on tient compte de l’influence am´ericaine. (5) Ensuite, on quantifie l’intuition largement r´epandue selon laquelle la forme de la structure par terme de l’impact des nouvelles sur la courbe des taux d´epend des condi- tions ´economiques et mon´etaires, et ceci dans le cas am´ericain.
En savoir plus

176 En savoir plus

Distribution optimale des sites actifs dans les pellets catalytiques : approche théorique vis-à-vis de la fixation des sites actifs

Distribution optimale des sites actifs dans les pellets catalytiques : approche théorique vis-à-vis de la fixation des sites actifs

 Un bon échange de masse et de chaleur inter et intra-granulaires;  Le minimum de résistance aérodynamique. Le choix d'un tel support "idéal" est évidemment un problème très compliqué. En parlant de la structure du support, les exigences précitées souffrent de contradictions internes, et l'obtention d'un compromis semble être très difficile. Par exemple, pour améliorer les conditions de transfert de masse dans le pellet catalytique, on doit augmenter le facteur d'efficacité. Il est nécessaire alors de réduire la dimension du grain catalytique et augmenter la taille des pores. Ceci conduit, pour la première (diminuer la taille du grain), à augmenter la résistance aérodynamique; mais pour la deuxième (augmenter le diamètre des pores), à diminuer l'aire de surface du support donc une augmentation de la concentration des sites actifs par unité de surface du support donnant une mauvaise dispersion ce qui affaiblisse la stabilité thermique du catalyseur. Cette contradiction peut être évitée partiellement en utilisant des supports de type bi-dispersé (Figure 5). Ces supports peuvent être représentés schématiquement comme composés de grands agrégats ("structure secondaire"). Ces agrégats de petites particules fondamentales forment la structure de base. Ces supports sont caractérisés par une grande surface spécifique et une très bonne diffusion effective, mais la stabilité mécanique des pellets diminue.
En savoir plus

123 En savoir plus

Evaluation de la température des composants actifs de puissance

Evaluation de la température des composants actifs de puissance

Dans le cas de l’utilisation du PETS basé sur la mesure de la chute de tension avec injection d’un faible courant, les résultats confirment le maintien d’une b[r]

33 En savoir plus

Les actifs illiquides : une oasis dans le désert du rendement ?

Les actifs illiquides : une oasis dans le désert du rendement ?

LES RISQUES INHÉRENTS AUX ACTIFS ILLIQUIDES La sur-rémunération qui rend ces actifs attractifs s’ac- compagne de risques plus importants que l’on peut, et que l’on doit, analyser et essayer de contrôler en s’in- terrogeant, au-delà de ratios financiers, sur la qualité des projets comme de la gouvernance. Un autre élé- ment important est la robustesse de l’entreprise. Le cycle de vie d’une entreprise n’est pas linéaire, mais des événements tels que la crise de 2008, permettent d’étudier sa résistance à une période de stress. S’il y a peu de défauts actuellement dans le marché de la dette privée par exemple, les défauts ont été très nom- breux dans le marché du transport maritime (shipping) et d’une manière générale, d’autres défauts vont sans doute se produire, probablement lorsque la Banque Centrale Européenne réduira ses mesures non conven-
En savoir plus

4 En savoir plus

L’inévitable conflit entre actifs et retraités

L’inévitable conflit entre actifs et retraités

- baisser le niveau de vie des retraités relativement à celui des actifs ; - avoir des salaires réels en progression plus faible que la productivité du travail, c’est- à-dire en progression très lente compte tenu de la faiblesse des gains de productivité surtout après la crise de la Covid.

5 En savoir plus

Show all 5203 documents...