Édition critique

Top PDF Édition critique:

La transposition numérique de l'édition critique : éléments pour une édition de l'Isopet 1- Avionnet

La transposition numérique de l'édition critique : éléments pour une édition de l'Isopet 1- Avionnet

texte lui-même produit par l’éditeur et présenté au lecteur. La fidélité semble une notion complexe qu’il convient d’aborder afin de la préciser. 3.2. 1 Les formes de la fidélité dans l’édition critique Dans le domaine de l’édition critique, la fidélité est une notion fréquemment traitée par les éditeurs, en ce qu’elle interroge directement leurs méthodes et leurs pratiques. Lorsque Frédéric Duval a organisé, en 2005, une journée d’étude sur les pratiques philologiques en Europe, il a justement demandé aux conférenciers de construire leurs interventions autour de cette notion de fidélité. Selon lui, la fidélité constituait un angle de vue commode pour « faire le lien entre les pratiques éditoriales et les conceptions du texte qui les sous-tendent » (Duval, 2006, p. 8). En effet, dans une édition critique, la fidélité est abordée différemment par les éditeurs en fonction des écoles philologiques et des méthodes d’édition de texte pour lesquelles ils ont opté. Ainsi, un tenant de l’école lachmanienne travaillera avant tout la fidélité à l’auteur et à son système linguistique, alors qu’un tenant de l’école bédiériste sera plus enclin à rester fidèle au texte du manuscrit de base qu’il aura choisi. La fidélité devient alors un critère de différenciation entre les éditions critiques. Frédéric Duval parle de tension à résoudre entre fidélité à l’auteur, fidélité au texte et fidélité au lecteur. Jean-Baptiste Camps interroge lui aussi cette notion ; il analyse et croise deux axes de fidélité – fidélité à l’intention de l’auteur et fidélité aux manuscrits – pour définir le type d’authenticité attribuable à l’édition (Camps, 2015). Pour notre part, nous allons examiner ce que recouvrent les fidélités à l’auteur et au manuscrit témoin, avant d’interroger la notion de relativité de la fidélité.
En savoir plus

468 En savoir plus

LES VOIES DE LA PÉRENNITÉ : TRANSMISSION TEXTUELLE ET ÉDITION CRITIQUE À L'ÈRE DU NUMÉRIQUE

LES VOIES DE LA PÉRENNITÉ : TRANSMISSION TEXTUELLE ET ÉDITION CRITIQUE À L'ÈRE DU NUMÉRIQUE

Revenons sur les florilèges prosodiques, sur le document encodé en XML : à partir de ce fichier source, ou fichier pivot, nous pouvons obtenir les deux types d’éditions, numérique et papier, grâce à la nature convertible propre à ce format. Ce fichier pourra en effet être converti en langage HTML pour avoir une collocation optimale dans le web, avec toute l’interopérabilité possible. En même temps, à travers une conversion vers un format plus éditorial, ou à partir du code XML auquel on aura appliqué une feuille de style CSS, nous pourrions avoir une mise en page digne d’une édition critique traditionnelle.
En savoir plus

7 En savoir plus

La Passio sanctae Salsae. Recherches sur une passion tardive d’Afrique du Nord. Avec une nouvelle édition critique d’A. M. Piredda et une traduction annotée du G.R.A.A.

La Passio sanctae Salsae. Recherches sur une passion tardive d’Afrique du Nord. Avec une nouvelle édition critique d’A. M. Piredda et une traduction annotée du G.R.A.A.

La Passion de sainte Salsa, jeune chrétienne de Tipasa martyrisée pour avoir décapité une statue du dieu Draco, est restée longtemps dans l’oubli. Cette passion “épique” ou plutôt “romanesque”, datée ici des premières décennies du v e siècle, offre pourtant un témoignage exceptionnel sur le niveau culturel de la Maurétanie Césarienne à la veille ou au moment de l’invasion vandale. L’hagiographe, doté d’un talent rare, pratique une prose d’art, maniériste et poétique, caractérisée par le mélange des genres tardif et par le “style de joaillerie”. On trouvera dans ce volume une nouvelle édition critique du texte avec une traduction annotée et une série d’articles qui étudient les restes archéologiques du culte de Salsa à Tipasa et abordent tous les aspects littéraires de l’œuvre en la comparant notamment aux Passions contemporaines de Marciana et de Fabius, qui ont souvent été attribuées au même auteur.
En savoir plus

1 En savoir plus

Lire Grégoire de Nazianze à l'époque byzantine : édition critique, traduction et analyse des Commentaires de Basile le Minime aux Discours 4 et 5 de Grégoire de Nazianze

Lire Grégoire de Nazianze à l'époque byzantine : édition critique, traduction et analyse des Commentaires de Basile le Minime aux Discours 4 et 5 de Grégoire de Nazianze

III Résumé Basile le Minime, évêque de Césarée en Cappadoce au milieu du X e siècle, est principalement connu pour avoir écrit un Commentaire à tous les Discours de Grégoire de Nazianze. En effet, bien qu’il ait eu un rôle à jouer à la cour de l’empereur Constantin VII Porphyrogénète, entre autres lors de la prise du pouvoir par ce dernier et lors de la nomination du patriarche Polyeucte, deux événements qui ont marqué sa carrière ecclésiastique, c’est d’abord grâce à son œuvre exégétique qu’il passa à la postérité. Ses Commentaires connurent dès leur publication un certain succès, comme le prouve le nombre de manuscrits qui transmettent son œuvre, plus de quatre-vingt. Cette bonne fortune n’est peut-être pas étrangère au soutien de l’empereur Constantin, à qui les Commentaires étaient dédiés, mais elle s’inscrit également au sein d’un mouvement de mise en valeur de la figure de Grégoire de Nazianze, qui prit de l’ampleur tout au long de l’époque byzantine. Par la suite, son œuvre fut légèrement éclipsée par les contributions des commentateurs postérieurs, qui réutilisèrent toutefois une partie de ses exégèses, avant de tomber finalement en oubli partiel à la fin de l’Empire byzantin. En 1827, Jean-François Boissonade trouva dans la bibliothèque du Roi les Commentaires de Basile le Minime et en publia trois avec la Lettre dédicatoire par laquelle Basile annonçait son œuvre et l’offrait à Constantin VII. Il fut suivi de peu par Louis de Sinner qui publia un autre des Commentaires. Réédités peu de temps après dans la Patrologie grecque, ces quatre Commentaires furent toutefois les seuls et derniers à être publiés en entier et l’œuvre de Basile retint très peu l’attention des chercheurs, jusqu’aux travaux récents de Thomas Schmidt, qui reprit l’édition critique de la Lettre dédicatoire et fit l’édition princeps du Commentaire au Discours 38.
En savoir plus

405 En savoir plus

Comparaison de manuscrits sanskrits (édition critique et classification)

Comparaison de manuscrits sanskrits (édition critique et classification)

Mots clés: édition critique, sanskrit, distance intertextuelle, arbres phylogénétiques. 1. Introduction Une édition critique est un ouvrage qui fait apparaître toutes les différences existantes entre les variantes d'un texte. L'élaboration d'une édition critique prend toute son importance et revêt toute sa difficulté lorsqu'un texte est connu au travers d'un vaste ensemble de manuscrits dispersés à la fois dans le temps et dans l'espace. En effet, la retranscription des manuscrits est affectée non seulement par des modifications successives provenant de façon volontaire ou non des scribes, mais aussi par des atteintes du temps qui peuvent rendre inutilisable telle ou telle partie. En outre, il est possible qu’un manuscrit provienne de plusieurs sources : manuscrits recopiés par d’autres scribes, épigraphies, ...
En savoir plus

20 En savoir plus

Dialogue avec Tryphon : édition critique

Dialogue avec Tryphon : édition critique

Cette première édition critique, avec introduction (en plusieurs chapitres), traduction, notes, commentaires et indices, se fonde sur un examen nouveau des manuscrits. Elle prend en compte toutes les éditions antérieures et l'abondante bibliographie suscitée par le Dialogue. Elle vise à faire progresser l'établissement du texte en faisant ressortir l'originalité de sa composition, et l'influence probable, pour le détail comme pour l'ensemble, d'une exégèse rabbinique dont Justin paraît exceptionnellement bien informé.

371 En savoir plus

Dialogue avec Tryphon : édition critique

Dialogue avec Tryphon : édition critique

Cette première édition critique, avec introduction (en plusieurs chapitres), traduction, notes, commentaires et indices, se fonde sur un examen nouveau des manuscrits. Elle prend en compte toutes les éditions antérieures et l'abondante bibliographie suscitée par le Dialogue. Elle vise à faire progresser l'établissement du texte en faisant ressortir l'originalité de sa composition, et l'influence probable, pour le détail comme pour l'ensemble, d'une exégèse rabbinique dont Justin paraît exceptionnellement bien informé.

309 En savoir plus

Érasme en français : édition critique de la "Paraphrase sur l’epistle de saint Paul l’apostre aux Roumains" d’Hubert Kerssan (1526)

Érasme en français : édition critique de la "Paraphrase sur l’epistle de saint Paul l’apostre aux Roumains" d’Hubert Kerssan (1526)

se repentent. Qui est bien long de les mauldire. Ausquelz, veu que ne leur poés bien fair par œvre, toutfois vous leur debvés desirer tout bien. Soit entre vous vrai amistié, laquelle [r]

234 En savoir plus

Édition critique des Avantures de Monsieur Robert Chevalier, dit de Beauchêne d'Alain-René Lesage, précédée d'un commentaire

Édition critique des Avantures de Monsieur Robert Chevalier, dit de Beauchêne d'Alain-René Lesage, précédée d'un commentaire

1540 Les Espagnols bien loin de soupçonner pourquoi nous en usions ainsi avec 1541 un de nos Camarades, intercederent fortement pour lui. Ils eurent beau nous 1542 presser de leur appren[r]

689 En savoir plus

Stendhal, <em>Œuvres romanesques complètes II</em>, Édition critique par Y. Ansel, P. Berthier et X. Bourdenet

Stendhal, <em>Œuvres romanesques complètes II</em>, Édition critique par Y. Ansel, P. Berthier et X. Bourdenet

Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 2007, 1488 p. Jean-Jacques Hamm Université Queen’s Dans la Bibliothèque de la Pléiade a paru en 2007 le second volume des Œuvres romanesques complètes de Stendhal, édition établie par Yves Ansel, Philippe Berthier, Xavier Bourdenet. Celle- ci contient les textes rédigés par l’auteur entre 1831 et 1837. Disons l’intérêt d’une démarche qui, d’une part, adopte un principe chronologique et ne morcelle donc pas la production stendhalienne en Chroniques Italiennes et Romans et Nouvelles, comme c’est le cas dans bien des éditions; et qui, d’autre part, à côté de Lucien
En savoir plus

8 En savoir plus

Problèmes de transmission textuelle et d’interprétation dans l’épique, le cas du prologue de la Chanson de la Croisade albigeoise, édition critique synoptique

Problèmes de transmission textuelle et d’interprétation dans l’épique, le cas du prologue de la Chanson de la Croisade albigeoise, édition critique synoptique

En fin de compte, Raynouard donne une édition de la première laisse et du début de la deuxième. On peut remarquer que les trois derniers vers de la première laisse (telle que A nous permet de l’appréhender) sont absents du texte donné par Raynouard, sans que l’on sache si la source de R (ce fragment perdu d’un manuscrit perdu) était elle-même lacunaire de ces trois vers (posant un problème d’enchaînement des laisses 1 et 2), auquel cas Raynouard ne reprend pas A pour se conformer à son fragment, ou bien si le texte de R était en tout point similaire à celui de A et donc qu’il ne juge pas bon de le reprendre. Il en va de même à la fin de sa première longue citation de la Chanson, 16 on ignore en réalité où finissait le fragment con- sulté par Raynouard, la dernière variante touchant le premier vers de la deuxième laisse faita (A) ou facha (R).
En savoir plus

28 En savoir plus

Les Enjeux d'une édition critique

Les Enjeux d'une édition critique

Jacques-Joseph-Marie Decroix (lillois et avocat au Parlement) entreprit de réunir toutes les sources des œuvres de Rameau qu’il trouva et en fit réaliser, à ses frais, des copies de sauvegarde dans les années 1771-1777. En 1843, ses héritiers léguèrent à la Bibliothèque royale sa collection qui comprend vingt-sept précieux volumes puisque certains constituent la seule source connue d’une œuvre du maître dijonnais. Dans son ouvrage, L’Ami des arts, publié en 1776, Decroix lançait un appel à Louis XVI pour qu’une édition complète fût financée : « Il serait digne d'un souverain qui protège les arts de faire exécuter une édition générale des œuvres d'un homme qui a fait tant d'honneur à la France. » Sa requête resta sans suite.
En savoir plus

11 En savoir plus

La sténographie latine (notes dites “tironiennes”), état de la question (histoire et tradition manuscrite, transcription et édition critique, pratique)

La sténographie latine (notes dites “tironiennes”), état de la question (histoire et tradition manuscrite, transcription et édition critique, pratique)

Le Commentarium Un Commentarium, ou recueil de sténographie latine (i.e. notes dites « tironiennes »), est élaboré tantôt par ordre [Colloquia Aquitana I - 2005 | p. 106] thématique, tantôt par ordre alphabétique, et peut comporter jusqu’à 14000 signes. Les signes de ce système d’écriture sont pour la plupart des abréviations soit par suspension (i.e. la réduction extrême de la graphie à un radical) ou bien par contraction (i.e. la compression extrême d’une graphie à deux de ses éléments) accompagnées soit d’une terminaison flexionnelle (i.e. une désinence casuelle ou verbale), soit d’un point. Le point, en effet, peut entrer dans la composition des sténogrammes de plusieurs parties du discours (verbes, adverbes, adjectifs, noms, pronoms, prépositions, conjonctions), toutefois, il est employé le plus souvent en composition avec certains substantifs (quel que soit leur genre). Le rôle essentiel du point, pour ce qui concerne les substantifs, est d’indiquer le nominatif singulier ainsi que l’emplacement des terminaisons flexionnelles auprès du radical ; en outre, il entre dans la composition de toutes les désinences des substantifs féminins en -tas, y compris, parfois, avec celle du nominatif singulier (cf. n° 27 : æstas). Par ailleurs, la sténographie latine prévoit un syllabaire complet de A à Z permettant ainsi un système d’écriture syllabique des mots dont on ignore le sténogramme, ou bien des mots non répertoriés dans les Commentarii, ou encore des mots d’origine étrangère. La composition des mots par syllabes sténographiques est accompagnée souvent, mais pas obligatoirement, d’un surlignement complet ou partiel, indiquant ainsi qu’il s’agit là d’un sténogramme syllabique. Dans le glossaire critique qui suit se trouvent 16 occurrences de sténogrammes syllabiques, dont 13 avec sur -li ɸɸɸɸ ɸɸɸɸ -gn ɸɸɸɸ e -m ɸɸɸɸ ɸɸɸɸ e ɸɸɸɸ n ɸɸɸɸ t ; ces
En savoir plus

44 En savoir plus

Compte-rendu de Francesco Guicciardini, Consolatoria, Accusatoria et Defensoria, Édition critique et traduction de l’italien par Florence Courriol

Compte-rendu de Francesco Guicciardini, Consolatoria, Accusatoria et Defensoria, Édition critique et traduction de l’italien par Florence Courriol

7 En conclusion, la généalogie foucaldienne se propose, pour Brindisi, comme une « critique de la raison jugeante » qui invite la philosophie et la sociologie du droit à envisager la pratique du jugement et à tenir compte de la dissémination des discursivités hétérogènes concourant au jugement. En ce sens, ce livre offre nombre d’éléments profitables pour un renouvellement de ces disciplines, surtout dans la mesure où il rend manifeste la richesse d’une approche portant sur le droit un regard extérieur, tout en offrant par ailleurs une analyse originale et bien documentée du rapport entre Foucault et le droit, à même de joindre dans une lecture d’ensemble convaincante les trois registres d’intervention du philosophe français – à savoir les cours, les livres et les « lignes d’actualisation », comme les appelait Deleuze, représentées par les textes recueillis dans les Dits et écrits.
En savoir plus

4 En savoir plus

L'Art de servir son monarque. Le Kitāb Waṣāyā Aflāṭūn al-Ḥakīm fī ḫidmat al-mulūk. Édition critique et traduction précédées d'une introduction

L'Art de servir son monarque. Le Kitāb Waṣāyā Aflāṭūn al-Ḥakīm fī ḫidmat al-mulūk. Édition critique et traduction précédées d'une introduction

participent pas à la gestion du pouvoir, mais c’est plutôt le monarque absolu qui gère tout et peut compter sur une obéissance absolue de la part de ses sujets. Le devoir de ceux qui entourent le monarque est de le vénérer, de le respecter, de lui obéir, de se soumettre à lui (pp. 26-27). La précarité, qui accable la position de ceux qui entourent le monar- que, conseille donc à l’homme sage et doté de discernement de rester en retrait par rapport au monarque (p. 157). Les conseils pratiques, comme par exemple les interdits relatifs aux parfums et à l’habillement, l’étiquette à observer quand le monarque se lève, les distances à garder, etc., sont légion. Il en va de même dans un autre ouvrage consacré en principe aux coutumes des monarques, le Àdàb al-mulùk d’al-Ôaaàlibì (m. 429/1038), où un chapitre important est axé sur le service du monarque 22 . Dans celui-ci, l’auteur – un célèbre anthologiste et critique
En savoir plus

22 En savoir plus

L'Art de servir son monarque. Le Kitāb Waṣāyā Aflāṭūn al-Ḥakīm fī ḫidmat al-mulūk. Édition critique et traduction précédées d'une introduction

L'Art de servir son monarque. Le Kitāb Waṣāyā Aflāṭūn al-Ḥakīm fī ḫidmat al-mulūk. Édition critique et traduction précédées d'une introduction

P our l’établissement du texte, nous avons suivi en toute logique le ms. de Liège, tout en ayant recours à l’unique autre copie identifiée (ms. d’Erevan). Les résultats de la collation avec les sources manuscrites et imprimées men- tionnées dans l’introduction ont également été indiqués en notes. Précisons que les rares additions qui ont été apportées au texte à partir de ces sources secon- daires ne l’ont été que lorsqu’il nous est apparu qu’elles étaient nécessaires à la bonne intelligence de celui-ci. Pour la plupart d’entre elles, il est manifeste que le copiste du ms. de Liège a été distrait au cours de son travail de copie. Nous renvoyons, dans l’apparat critique, aux textes mis à profit au moyen des sym- boles que voici :
En savoir plus

26 En savoir plus

Édition critique, traduction et introduction des « deux Livres de Iéou » (MS Bruce 96), avec des notes philologiques et textuelles

Édition critique, traduction et introduction des « deux Livres de Iéou » (MS Bruce 96), avec des notes philologiques et textuelles

L’Anonyme de Bruce parle quant à lui de vingt-quatre assistants (parastavth~; 16,2-4).. Bien que douze éons aient été annoncés par Jésus, on peut néanmoins comprendre la présence d’un t[r]

528 En savoir plus

Ecrits sur la botanique de Jean-Jacques Rousseau: édition critique

Ecrits sur la botanique de Jean-Jacques Rousseau: édition critique

Après son séjour à Môtiers de 1762 à 1765, Rousseau a passé le plus clair de son temps à étudier les végétaux : il a herborisé presque tous les jours en Suisse, en A[r]

536 En savoir plus

Les drames de Hrotsvita de Gandersheim : édition critique avec introduction, traduction et notes

Les drames de Hrotsvita de Gandersheim : édition critique avec introduction, traduction et notes

Ce document est le fruit d'un long travail approuvé par le jury de soutenance et mis à disposition de l'ensemble de la communauté universitaire élargie. Il est soumis à la [r]

462 En savoir plus

Édition critique de trente-huit lettres du Père Bouhours

Édition critique de trente-huit lettres du Père Bouhours

l.. Bouhours conciliait très bien la vje mon~ine et son état d'ecclésiastique. illustre bien la morale compréhensi~e des jésuites, tendant à. concilier les extrêmes. [r]

286 En savoir plus

Show all 1617 documents...