édifices de spectacles

Top PDF édifices de spectacles:

Les édifices de spectacles antiques de Gaule Narbonnaise : documents iconographiques, interprétations, restaurations

Les édifices de spectacles antiques de Gaule Narbonnaise : documents iconographiques, interprétations, restaurations

archéologiques et monuments historiques par leur aspect inachevé ou altéré, et édifices de spectacles modernes — ou « modernisés » — par leur réaménagement, engagerait par ailleurs à aborder, à travers les mêmes documents, les différents stades de leur « interprétation », depuis leur abandon à la fin de l’Empire romain et leur trans- formation en forteresse et quartier d’habitations, jusqu’à leur dégagement, leur restau- ration et leur exploitation. Parce que les unes brossent le monument bien souvent à grands traits et en offrent quoi qu’il en soit une vision nécessairement subjective, tandis que les autres s’arrêtent en général à l’exposition des motifs justifiant l’inter- vention et ne s’accompagnent presque jamais de la reproduction de l’impact des reprises ni de l’état des structures avant leur remaniement, les gravures comme les programmes de restauration et d’aménagement révèleraient en effet la « condition » accordée à ces vestiges au cours des siècles, de témoins d’un héritage prestigieux à la référence d’un « art de bâtir » en devenir, de « monument-type » intégré dans l’histoire de l’architecture romaine à l’espace de plein air propice à l’organisation de spectacles, jusqu’à l’ouvrage d’architecture à part entière qu’ils ont peut-être en un sens conservé aujourd’hui. Certes sans exagérer l’importance de ces « résurrections », on peut se demander du moins jusqu’à quel point, et pour reprendre la remarque de R. Peyre, il n’y a pas là « tout un symbole dans les efforts ainsi faits pour rattacher le présent à un passé
En savoir plus

1008 En savoir plus

Spectacles et édifices de spectacles dans l'Antiquité tardive : la mémoire prise en défaut

Spectacles et édifices de spectacles dans l'Antiquité tardive : la mémoire prise en défaut

Enfin, on n’a, à partir du IV e siècle, de témoignages des prestations concernant les édifices de spectacles qu’en relation avec les empereurs. Leurs mentions, pour l’essentiel textuelles/manuscrites, suivent, en tous les cas, et leurs actions et leurs déplacements : — en 310, Constantin aurait ainsi relevé la ville de Trèves de ses ruines en même temps qu’il l’aurait agrandie, lui offrant, entre autres bâtiments publics, un circum maximum aemulum […] Romano [Panégyrique VIII] — fait exceptionnel, semble-t-il, pour l’époque. Dans un registre différent mais non moins parallèle, on connaît aussi
En savoir plus

21 En savoir plus

Particularités architecturales des édifices de spectacles en Gaule Lyonnaise

Particularités architecturales des édifices de spectacles en Gaule Lyonnaise

L’archive ouverte pluridisciplinaire HAL, est destinée au dépôt et à la diffusion de documents scientifiques de niveau recherche, publiés ou non, émanant des établissements d’enseignemen[r]

9 En savoir plus

A propos des céramiques ornementales sur les édifices médiévaux du sud de la France

A propos des céramiques ornementales sur les édifices médiévaux du sud de la France

Cette première enquête permet, après de nouvelles et parfois spectaculaires découvertes, comme Silvacane, Pont-Saint-Esprit, Utelle, de mieux appréhender l'aire de diffusion de ce parti ornemental. Les édifices actuellement recensés font l'objet d'une notice. Les bacini de l'église Saint- Véran d'Utelle soulèvent des problèmes complexes, plus particulièrement développés. Citer ce document / Cite this document :

11 En savoir plus

Spectacles au music-hall. Le cas de quatre salles parisiennes, 1917-1940

Spectacles au music-hall. Le cas de quatre salles parisiennes, 1917-1940

55 quotidiens après un an de représentations 42 . Les recettes d'On dit ça ! présentée au Casino de Paris en 1923 seraient, elles, de 2 millions de francs en seulement deux mois de représentations 43 , même s'il est légitime de supposer que ces chiffres ont été gonflés pour faire la publicité de la revue. Ces recettes sont proportionnelles aux frais engagés par les entrepreneurs qui englobent les salaires des personnels administratifs et techniques, ainsi que les nombreux travaux d'aménagement effectués dans les salles. Mais parmi eux, c'est évidemment la production des spectacles qui représente le poste de dépense le plus élevé. La mise en œuvre d'une revue « exige d’énormes capitaux ainsi qu’une puissante organisation technique et commerciale 44 ». En 1929, un critique déclare d'ailleurs que ce genre est à l'agonie et qu'« il n’y aura plus que deux salles qui [y] consacreront, non pas leur effort mais leur argent 45 », preuve que monter une revue est devenu une opération commerciale que seuls les Folies-Bergère et le Casino de Paris peuvent désormais se permettre. Au début des années 1920, Louis Lemarchand investit 200 000 francs pour monter une revue aux Folies-Bergère et espère gagner le double si elle réussit 46 . À la fin de la même décennie, Maurice Verne estime ainsi que Paul Derval, le directeur des Folies- Bergère a besoin de 2 millions de francs pour monter une revue 47 . Derval étant à la fois producer et directeur de la salle, il est probable qu'il soit le seul à investir dans les revues. Mais un écart aussi considérable à dix ans d'intervalle traduit une forte augmentation des besoins en capitaux. Un journaliste estime quant à lui en 1930 que trois tableaux finalement supprimés d'une revue représentent « deux cent mille francs inutilement dépensés 48 », ce qui permet d'estimer le prix d'un tableau à plus de 60 000 francs, soit 34 000€. Une revue comportant une trentaine de tableaux à grosse mise en scène, le coût de revient total est comparable à celui annoncé par Paul Derval. Les entrepreneurs récupèrent cependant une large partie de leur investissement grâce aux droits d'auteur : ainsi, en tant que producer, Paul Derval toucherait entre 700 et 800 000 francs – soit entre 450 et 500 000 € – de droits d'auteur par revue 49 . Pour cette raison, toute tentative de plagiat est
En savoir plus

325 En savoir plus

Faits saillants : des fondations résistantes aux séismes ? les édifices canadiens sont-ils à la hauteur?

Faits saillants : des fondations résistantes aux séismes ? les édifices canadiens sont-ils à la hauteur?

Cathy Taraschuk, ingénieure au Centre des codes canadiens du CNRC, se spécialise dans la conception des structures. Elle explique que la partie 4 du code porte sur la résistance à la contrainte latérale des grands édifices alors que la partie 9 présente les mêmes exigences, mais pour les bâtiments résidentiels ou les immeubles commerciaux d’envergure plus modeste.

5 En savoir plus

LES MAISONS-TOURS ET ÉDIFICES SUR SOUBASSEMENT À CAISSONS DE TELL EL-HERR

LES MAISONS-TOURS ET ÉDIFICES SUR SOUBASSEMENT À CAISSONS DE TELL EL-HERR

Deux grands types d'infrastructures ont été repérés ; d'une part, des fondations en tranchées droites filantes dont la profondeur dépend de la compacité du sous-sol ou de la présence de maçonneries plus anciennes et, d'autre part, des fondations en fosse et caissons qui permettent de s'affranchir des contraintes engendrées par la nature du sédiment encaissant. L'analyse des éléments actuellement disponibles sur le site montre que les fondations en tranchées sont le plus couramment employées pour les édifices sans étage mais également pour ceux dont l'épaisseur des murs porteurs extérieurs (entre 50 et 65 cm) et la présence d'un massif d'escalier attestent l'existence d'un niveau supérieur, étage construit et/ou terrasse.
En savoir plus

23 En savoir plus

La maîtrise de l'eau au sein des édifices romains de spectacle : l'amphithéatre nîmois

La maîtrise de l'eau au sein des édifices romains de spectacle : l'amphithéatre nîmois

Il recevait, en effet, par différents aménagements, avaloirs et/ou canalisations secondaires, les eaux pluviales tombées non seulement sur l’ensemble des gradins, mais également dans[r]

10 En savoir plus

Observations architecturales sur quelques édifices de Batujaya (Java Ouest-Indonésie)

Observations architecturales sur quelques édifices de Batujaya (Java Ouest-Indonésie)

Observations architecturales sur quelques édifices de Batujaya (Java Ouest - Indonésie) Christophe Pottier (EFEO Siem Reap) À l'invitation de Pierre-Yves Manguin, directeur de la mission archéologique française à Batujaya, je me suis rendu trois jours (16/18 octobre 2003) sur ce site pour y observer les vestiges architecturaux récemment dégagés par les services archéologiques. Sur une période aussi courte, je n'ai pu avoir qu’un aperçu rapide des fouilles en cours et des structures architecturales dégagées, dans un contexte géographique qui ne m’est pas familier. Les notes qui suivent demeurent donc assez conjecturales.
En savoir plus

12 En savoir plus

La confection des édifices: Analogies textiles en architecture aux XIXe et XXe siècles

La confection des édifices: Analogies textiles en architecture aux XIXe et XXe siècles

pour la précision du costume anglais a également été bien étudiée (L UBBOCK , 1983). Les travaux sur Bernard Rudofsky (S COTT , 1998) ont tout particulièrement mis en évidence le potentiel critique d’une analyse architecturale au prisme du vêtement. Dans une exposition organisée en 1944 au Museum of Modern Art de New York (fig. 11), il interroge implicitement la conception des édifices de son temps (Are Clothes Modern ?..., 1947). Adoptant une perspective anthropologique, l’auteur rapproche certaines déformations corporelles provoquées par les habits modernes avec celles qu’imposent les artefacts vestimentaires de sociétés dites primitives, dénonçant ainsi la pseudo-fonctionnalité du design contemporain. Ses analyses rejoignent les critiques que l’architecte Paul Schultze-Naumburg adressait déjà à la coercition des costumes de la fin du siècle (S CHULTZE -N AUMBURG , 1902). Loin de se limiter à la question vestimentaire, les réserves de Rudofsky visent aussi la normalisation de l’espace architectural, au moment où se diffuse le Style international.
En savoir plus

24 En savoir plus

Améliorer l'environnement intérieur des postes de travail à aire ouverte dans les édifices à bureaux

Améliorer l'environnement intérieur des postes de travail à aire ouverte dans les édifices à bureaux

Compte tenu de ces faits, l’Institut de recherche en construction (IRC) a entrepris, conjointement avec ses partenaires du consortium de recherche, un projet de recherche de grande en[r]

9 En savoir plus

Factions et spectacles de l'hippodrome dans les papyrus grecs à Hermou polis de Thébaïde. Etude préliminaire

Factions et spectacles de l'hippodrome dans les papyrus grecs à Hermou polis de Thébaïde. Etude préliminaire

L’archive ouverte pluridisciplinaire HAL, est destinée au dépôt et à la diffusion de documents scientifiques de niveau recherche, publiés ou non, émanant des établissements d’enseignemen[r]

7 En savoir plus

Morphing appliqué aux simulations numériques dans le cadre de la recherche en sismologie et de la protection des habitats et édifices

Morphing appliqué aux simulations numériques dans le cadre de la recherche en sismologie et de la protection des habitats et édifices

 la construction de l'image intermédiaire, en exécutant un procédé de morphing entre les images de départ et d'arrivée avec le taux T1, les intensités des pixels de cet[r]

100 En savoir plus

Ordering spectacles online : how good are patients at taking measurements?

Ordering spectacles online : how good are patients at taking measurements?

• Three simulated online spectacles orders in a randomized order, using each site’s method to self-measure their horizontal pupil distance • A pair of -3.00D spectacles had previously been ordered from each site: their vertical optical height was compared to that measured by a skilled dispenser for each participant

1 En savoir plus

2017 — Analyses préliminaires de la réduction de l'énergie consommée par les spectacles itinérants du Cirque du Soleil

2017 — Analyses préliminaires de la réduction de l'énergie consommée par les spectacles itinérants du Cirque du Soleil

permet d’anticiper une diminution importante de la charge de climatisation, qui est très grande pendant les spectacles du Cirque, surtout dans les pays chauds (Australie, Espagne, Mexique, États-Unis en été) et pendant les périodes estivales. Après une analyse plus poussée réalisée par les techniciens et ingénieurs du CDS, il s’avère que les systèmes CVCA sont capables de fonctionner à 60% de leur utilisation maximale pendant les spectacles, grâce à la tente blanche, contre 80% habituellement avec une tente bleue et jaune. Cette constatation a permis de proposer une troisième voie d’analyse des réductions du coût pour l’énergie consommée par les climatiseurs à l’équipe de design du Cirque, à partir de leurs propres données. Cependant, pour calculer plus précisément le débit d’air envoyé dans les tentes pendant les représentations, il serait nécessaire d’utiliser un appareil mesurant le débit des ventilateurs, comme un anémomètre à fil chaud. Après plusieurs discussions avec le CDS, une analyse directe concernant la consommation du CDS dédiée à la charge de climatisation a été mise en place. Une fois la consommation énergétique des systèmes CVCA connue, il est possible de connaître la quantité d’énergie qui a été sauvée grâce à l’utilisation de la tente blanche et donc les économies qui ont été réalisées et qui pourront être réalisées dans le futur si toutes les tournées étaient équipées de tentes blanches.
En savoir plus

200 En savoir plus

Quartier culturel et communauté artistique locale : les artistes montréalais face au quartier des spectacles.

Quartier culturel et communauté artistique locale : les artistes montréalais face au quartier des spectacles.

45 En deuxième lieu, il est intéressant de constater que peu des artistes rencontrés fréquentent le QDS de façon régulière et surtout pour des motifs extérieurs à leurs activités professionnelles. Une perception partagée par la majorité veut que cet espace ne soit pas attirant de manière générale : il y absence de bons restaurants, surabondance de touristes, et la culture présentée ne correspond pas au type qu’ils aiment consommer. Bien entendu, que la culture et la création soient le gagne-pain des individus rencontrés peut expliquer qu’ils aient peu envie de se retrouver dans un quartier culturel pour leurs loisirs. Suzanne, flûtiste à l’OSM, confirme cette hypothèse : « Je vais pas aux spectacles moi, je les donne ! Et puis, si j’ai une soirée off, je suis bien contente d’être à la maison. » Cependant, tout ne peut se résumer à cette seule variable. L’enjeu du type de productions présenté est l’un des éléments les plus fréquemment cités. Alors que Sébastien nous dit que « c’est pas ce que je recherche, ce n’est pas ce que je veux consommer comme culture, pis ça répond pas à ce que moi je veux voir comme spectacle de musique, ou comme film », Antoine renchéri : « Ça s’adresse au montréalais moyen, celui qui sort pas en galerie, celui qui va pas gratter pour aller voir des shows plus indépendants, qui s’intéresse pas à la scène.» La plupart des interviewés présentent un penchant en faveur des plus petits lieux de diffusion qui ont une programmation moins « grand public », plus spécialisée.
En savoir plus

104 En savoir plus

Utilisation des animaux sauvages dans les spectacles : bien-être animal, intérêts et préoccupations sociétales

Utilisation des animaux sauvages dans les spectacles : bien-être animal, intérêts et préoccupations sociétales

77 IV Quel futur pour les animaux de cirque ? 1 Les animaux de cirque prennent-ils du plaisir ? S’il est assez récent que l’on accepte que les animaux soient « des êtres sensibles » doués d’émotions, ceux sont les émotions négatives ou leurs conséquences qui ont été largement étudiés ces cinquante dernières années, car il parait plus simple d’induire expérimentalement une expérience négative comme la peur ou la douleur à un animal (Boissy et al, 2007). Mais le bien-être ne se résume pas à l’absence d’émotions négatives, il dépend également des expériences positives que fait l’animal. Il est cependant difficile d’objectiver ou de mesurer à quel point un animal prends du plaisir dans ce qu’il fait. Les comportements sociaux, de jeux, ou encore de « grooming », certaines vocalises et expressions faciales sont aujourd’hui étudiés afin de pouvoir évaluer les émotions positives des animaux. Cependant, de telles études n’ont pas encore été menées sur des animaux de cirque, notamment pendant des séances de dressage ou de spectacles. Pour Hediger (1955) le cirque offre aux animaux une raison de « vivre », ou en tout cas de « s’occuper » leur permettant d’être plus « heureux » que leurs confrères des parcs zoologiques, mais aucunes preuves scientifiques ne permettent d’appuyer de tels propos. Par ailleurs, différentes observations n’ont pas montré de signes évidents de peur ou de détresse des animaux pendant des sessions de dressage ou des spectacles (Kiley-Worthington, 1990, Krawczel et al. 2005).
En savoir plus

123 En savoir plus

Comprendre les freins à la consommation de spectacles vivants à travers la conception individuelle de l'art.

Comprendre les freins à la consommation de spectacles vivants à travers la conception individuelle de l'art.

Au regard de cet objectif, deux nécessités apparaissent. Il est tout d’abord essentiel de situer le spectacle vivant dans son ensemble évoqué, dans la mesure où l’on ne peut envisager de comprendre pourquoi les individus ne vont pas voir des spectacles sans analyser les autres formes de consommation culturelle. On ne peut en effet isoler les pratiques artistiques les unes des autres au regard des substitutions qui existent car, au sein de cet ensemble évoqué, à de mêmes motivations (recherche de sensations, par exemple), des réponses artistiques différentes peuvent être apportées. D’autre part, certaines pratiques impliquent une relation principalement individuelle (telle que la lecture) ou en cercle restreint (la contemplation d’un tableau par exemple), alors que d’autres s’inscrivent dans une relation avec l’artiste mais également avec le public (ce qui est le cas des spectacles vivants). C’est pour cette raison qu’il faut situer les différentes expériences artistiques les unes par rapport aux autres et identifier les dimensions qui interviennent dans les arbitrages que font les individus entre les diverses formes d'expériences artistiques. La conception de l’art qu’ont les non-consommateurs pourrait ainsi contribuer à expliquer le fait qu’ils n’assistent pas à des spectacles vivants.
En savoir plus

27 En savoir plus

La favorisation de l'émergence musicale dans le secteur privé. Quelles contraintes et quelles solutions pour les entrepreneurs de spectacles ?

La favorisation de l'émergence musicale dans le secteur privé. Quelles contraintes et quelles solutions pour les entrepreneurs de spectacles ?

Celui-ci s’est étendu entre le 17 janvier et le 19 juillet 2019, avec un point culminant de la réalisation de mon projet les 29 et 30 juin 2019 lors du Festival RETRO C TROP. 
 En ce qui concerne la problématique de ce mémoire, elle s’est décidée assez naturellement au vu de mes missions lors de mon stage. Outre les tâches de gestion administrative, et de promotion locale des spectacles que nous avions cette saison et la saison prochaine, le nerf de mon stage est tout de même resté l’organisation du « Tremplin HEROES », et j’ai pu découvrir, au fur et à mesure de l’avancée du projet, quelles étaient les possibilités, et les contraintes pour une entreprise du secteur privé, d’organiser un tel événement. Vouloir favoriser l’émergence, et financer un nouveau projet en règle générale, n’est pas une mince affaire pour une structure où le bénévolat n’est pas autorisé, et où les obtentions de subventions publiques sont mal perçues d’un point de vue éthique (bien que tolérées). 

En savoir plus

67 En savoir plus

Les ambiances patrimoniales au sein des opérations de reconversion des édifices de la Médina de Tunis

Les ambiances patrimoniales au sein des opérations de reconversion des édifices de la Médina de Tunis

L’adaptation, également désignée par le terme ‘reconversion’, consiste à « modifier un lieu ou un bien pour qu’il réponde à sa vocation actuelle ou à un usage proposé » (ICOMOS Australie, 1999 p. 4) . Plusieurs textes internationaux, notamment la Charte de Venise (1964) ont insisté sur l’importance de l’affectation des biens du patrimoine bâti à des fonctions utiles, dans le but de leur assurer une meilleure conservation. La reconversion (ou adaptation) peut être limitée (insertion d’une nouvelle fonction et maintien des volumes et configurations anciennes) comme elle peut être accompagnée d’interventions sur le bâti (démolitions, ajouts, extensions…). Dans les deux cas, et comme le préconise la Charte de Venise, les nouvelles affectations ne doivent guère altérer l’ordonnance ou le décor des édifices, « les adjonctions ne peuvent être tolérées que pour autant qu'elles respectent toutes les parties intéressantes de l'édifice, son cadre traditionnel, l'équilibre de sa composition et ses relations avec le milieu environnant » (ICOMOS, 1964 p. 3).
En savoir plus

358 En savoir plus

Show all 62 documents...