écriture de l’histoire

Top PDF écriture de l’histoire:

Histoire de l'oeil de Georges Bataille : une écriture sans sublimation ?

Histoire de l'oeil de Georges Bataille : une écriture sans sublimation ?

L’étayage illustre de son double mouvement (d’opposition et de relation) les relèves d’Histoire de l’oeil. Chaque fois que le récit de Bataille répète la scène primitive en l’aggravant, [r]

133 En savoir plus

Mémoire et écriture dans les préfaces des historiens romains

Mémoire et écriture dans les préfaces des historiens romains

Après le futur du récit à venir, nam ouvre un développement au passé, qui remonte dans le temps pour embrasser toute l’histoire antérieure depuis la fondation de Rome, post conditam urbem ; mais il ne s’agit pas de l’histoire politique et événementielle. Tacite confie à la mémoire de son texte la manière dont l’histoire avant lui a été écrite, il se fait historien de l’historiographie pour dessiner une histoire littéraire structurée sur une antithèse entre le passé et le présent, qui lui permet de mettre en scène sa propre historicité comme historien. Ce mouvement réflexif donne à appréhender une conscience auctoriale souveraine qui pense et met au jour pour le lecteur la dépendance de l’écriture par rapport au contexte politique, les contraintes extérieures qui pèsent sur la perception des événements et leur relation, les contraintes qui lient l’écriture historique comme construction d’une mémoire avec le moment politique. Ce que dit Tacite avec une lucidité teintée d’amertume, c’est qu’après Actium, la disparition d’un état politique, celui de la res publica, a conduit (simul) à la disparition des grands historiens, car l’Vrbs et avec elle la mémoire collective se sont trouvées désormais monopolisées par le princeps 31 .
En savoir plus

19 En savoir plus

Y a t-il une écriture sceptique ?

Y a t-il une écriture sceptique ?

dogmatique plus grande encore que celle qu’il s’agissait de soigner ; en l’occurrence le remède serait pire que le mal. L’entreprise de guérison sceptique proportionne donc les arguments qu’elle propose à la valeur de l’argument contraire, au degré de croyance du dogmatique, tout comme un médecin proportionne la force de son traitement au degré du mal qu’il doit guérir. L’écriture sceptique mise en œuvre par Sextus Empiricus répond alors à une autre exigence que celle de l’écriture dogmatique. Il s’agit d’une écriture désengagée, une écriture sans thèse, étrangement déliée de son auteur. Elle implique une pratique philosophique de la seconde main qui fait que, en un sens, Sextus Empiricus n’est pas un écrivain. Son écriture se rapproche de celle d’une liste, du répertoire, du catalogue d’arguments, et parfois du dictionnaire, autant de formes qui supposent peut-être moins de croyance dans l’acte même d’écrire 37 . L’écriture sceptique évolue, comme le pyrrhonisme a évolué, en fonction des formes nouvelles de dogmatisme. Telle est aussi la force du scepticisme : ses avatars s’adaptent aux successions des dogmatismes de l’histoire de la philosophie.
En savoir plus

15 En savoir plus

Écriture postcoloniale du corps et pathologies coloniales

Écriture postcoloniale du corps et pathologies coloniales

processus de réification du maître-fantôme qui apparaît sous de nouveaux visages inattendus. Cette réification est présente chez le post-colonisé sous la forme d’un mépris de soi : le retournement pathologique de la violence coloniale contre soi. Elle se manifeste dans le procès de l’identification du maître à la Norme et à la Loi de l’universel. Pourtant, « contrairement à ce qu’on est le plus souvent tenté de croire, le maître n’est rien. Et il n’a rien en propre » [5], écrit Jacques Derrida. Nous la voyons aussi à l’œuvre dans le devenir- maître du post-colonisé symbolisé par des rapports de domination et de violence entre frères et sœurs, entre père et fils, en somme entre autochtones engendrant l’autodestruction et l’auto- enchaînement. D’où « […] l’intensité de ‘la violence du frère à l’égard du frère’ et le statut problématique de la ‘sœur’ et de la ‘mère’ au sein de la fratrie » [6]. Enfin, elle est surdéterminée et omniprésente chez l’ex-colonisateur par son enfermement dans l’enclos de l’imaginaire colonial de la race. Cela donne lieu, dans le premier cas de figure, à tout un ensemble de rituel prenant la forme d’une exorcisation de la part maudite de soi constituée en dette et culpabilité à la fois (Schuld) pour le sujet postcolonial. Dans la seconde configuration, elle nourrit l’idée d’une histoire ponctuée de répétition des scènes de malheur contre tout devenir. En dernier lieu, elle renvoie à l’impossibilité d’instituer une scène de rencontre égalitaire (lieu d’apparition des corps) par-delà la race entre anciens maîtres et anciens colonisés.
En savoir plus

14 En savoir plus

Y a-t-il eu une écriture oudmourte dans des temps reculés ?

Y a-t-il eu une écriture oudmourte dans des temps reculés ?

Их coбрать в слова и речи. Les rassembler en parole et en discours. (Jašin 1986, p. 132) Dans les versions populaires, la christianisation n’est pour rien dans la disparition du livre : c’est Dieu ŕ Inmar lui-même ŕ qui punit les Oudmourtes d’avoir perdu, par la faute du livre, la pratique vivante de la prière. C’est là une sorte de transposition oudmourte de l’histoire de la tour de Babel : le livre, origine de tout le mal, est détruit par Inmar. Les Oudmourtes sont ainsi privés de l’art de l’écri- ture, et donc du moyen de communiquer entre eux : chacun ne connaît plus qu’un seul signe, le sien propre. Notons que cette légende a un équivalent mari, connu même depuis plus longtemps, puisqu’il est cité par Strahlenberg de la sorte : « Ils n’ont ni Livres ni Écriture, et quand on leur en demande la Raison, leur réponse est qu’ils ont eu ce genre de choses dans des temps reculés ; mais la grande Vache les a tous dévorés » (in De Weese 1980, p. 111).
En savoir plus

29 En savoir plus

Performance et écriture de la critique

Performance et écriture de la critique

C’est une longue histoire que je vais essayer de te résumer, me répondit Moneytime. Le jour où naquit Polémos, les Dieux faisaient un grand festin. Et parmi les convives, Position fêtait tous ses territoires et les gloires qu’elle en tirait. Mais du fait de l’abondance de nectar qu’elle avait bu, elle s’était endormie ivre sur une banquette. Là survint dans un de ces brefs passages desquels il était coutumier, Mouvement qui prit un instant de repos dans le giron de Position. Quand elle se réveilla, Mouvement était déjà bien loin, mais elle avait gagné une nouvelle possession dans un nouveau-né qu’elle nomma Polémos. De son père Mouvement, il a hérité d’une nature toute instable. Il est toujours animé par les fuites, les coups, les tours ; il se repositionne chaque fois, s’éloigne quand on veut l’attraper, réapparaît quand on croyait l’avoir banni. Il n’appartient à personne, ne dort que d’un œil et semble dépérir chaque fois qu’on veut le maintenir en place. Mais de sa mère, il est toujours à vouloir gagner de nouvelles positions et possessions, il veut de l’ordre et de la discipline dans son empire, il attribue des places et des classes, il bloque et étouffe les lieux assiégés bien qu’il ne semble jamais se suffire de ce sur quoi il règne.
En savoir plus

14 En savoir plus

Entre écriture de biais et écriture biaisée : Méduse ou l’art du détour

Entre écriture de biais et écriture biaisée : Méduse ou l’art du détour

Le détour par la mythologie est une manière pour l’écriture d’appréhender l’objet de son désir : au lieu de chercher à raconter la scène du coït parental ou l’origine sexuée de l’humain, qui sont d’après Quignard des secrets que chacun de nous cherche inconsciemment, ou encore l’histoire de son propre mutisme, de sa propre fascination pour sa mère, Quignard raconte l’histoire de Méduse, et à travers elle de plusieurs figures féminines. Et c’est de biais, sous le titre de Petit traité sur Méduse, qu’il en vient à parler de sa mère, de la manière dont elle cherche un mot et donne ainsi à ses enfants la conscience que le langage n’est pas inhérent à l’homme. Cette expérience enfantine de la précarité du langage est donc associée, dans ce petit texte, à la figure de Méduse qui devient, sous la plume de l’auteur, l’incarnation de la fascination de l’homme pour la femme qui se tait : comme Quignard enfant était fasciné par sa mère silencieuse, coupée du langage par le mot qu’elle ne trouvait pas, les hommes sont pétrifiés, dans le mythe, par le regard de Méduse et, dans la lecture que fait Quignard de ce mythe, par son silence. C’est cette fascination pour le silence, associée à la nécessité de l’affronter (comme Persée affronte Méduse), qui permet à l’écrivain, dans le Petit Traité sur Méduse, de parler de sa manière d’écrire, d’une écriture biaisée : il écrit en ouvrant son langage au silence, en permettant au silence d’exister dans le langage, par différents procédés que nous étudierons dans le détail (étymologie, mythe, aphorisme, répétition, incantation, etc.) Quignard s’attache surtout à la scène d’affrontement entre Méduse et Persée. Or cette scène appréhende de biais le paradoxe de l’écriture telle que la pratique l’écrivain. Méduse, sur le point d’être tuée par Persée, lui dit :
En savoir plus

12 En savoir plus

Parole, récit et écriture. Les arcanes de la professionnalisation.

Parole, récit et écriture. Les arcanes de la professionnalisation.

vers la linguistique (Bakhtine, 1977) ou encore vers la psychologie (Vygotsky 1985), ces dimensions sont reprises. Dans une recherche sur l’écriture comme passage, nous avons mis en évidence (Gippet & Jorro, 2000), le rôle médiateur de l’écriture. La médiation résultant d’un processus interprétatif par lequel le scripteur convoque et met à l’épreuve sa pensée, son histoire de scripteur, la charge émotionnelle et affective qui adhèrent à telle expression, qui habitent telle pratique langagière. Elle résulte également d’un processus cognitif permettant l’affirmation d’une pensée et visant le plan de la conceptualisation. C’est ainsi que plusieurs fonctions de l’écriture sont identifiées :
En savoir plus

14 En savoir plus

Écrire le qualitatif : écriture réflexive, écriture plurielle, écriture performance

Écrire le qualitatif : écriture réflexive, écriture plurielle, écriture performance

La voix du chercheur est également en général ethnocentrée. Même lorsqu’on veut comprendre l’autre, les concepts (et la langue) sont ceux de l’occident. On en peut éviter de voir là une résistance du colonial. C’est ce que dénonçait déjà S AÏD (1978) : même lorsqu’elle s’intéresse à l’orient, l’orient de l’académie est l’orient de l’occident. Les savoirs, les concepts, les méthodes, les modes d’argumentation occidentaux sont supposés supérieurs à ceux des autres cultures (P RASAD , 2003). Un texte qui s’appuierait sur la théorie postcoloniale pourrait même d’une certaine façon être encore colonial tant le concept (et une partie des théories) de postcolonial s’inscrit dans l’histoire et la conception occidentale (W ESTON & I MAS , 2018). L’écriture postcoloniale tente d’échapper à ce colonialisme par deux voies principales. D’abord en incorporant et se fondant sur des savoirs, concepts et modes d’expression « indigènes ». Ensuite en travaillant avec des représentants de l’autre culture pour la conception de la recherche et l’interprétation. On cherchera à ce que les interlocuteurs ou participants s’expriment dans leurs propres modalités culturelles, par exemple sous forme de performances (D ENZIN , 2003). On pourra tenter, pour reprendre une expression de Deleuze et Guattari, de faire un usage mineur de la langue académique majeure (M ORICEAU , 2017). L’écriture acoloniale tentera de renverser et déchirer ces oppositions. Écriture de la pensée du tremblement, du tout-monde (G LISSANT , 1997), de la créolité, autant d’écritures de l’éclatement des démarcations et des étiquettes. Écritures qui demandent de substituer aux critères habituels de validité (eurocentrés) un travail de réflexivité notamment sur les différents ancrages culturels et sur les modes d’écriture (W ESTON & I MAS , 2018)… tout en essayant de se faire publier.
En savoir plus

12 En savoir plus

Performances et écriture de la critique

Performances et écriture de la critique

« L’émancipation, elle, commence quand on remet en question l’opposition entre regarder et agir, quand on comprend que les évidences qui structurent ainsi les rapports du dire, du voir et du faire appartiennent elles-mêmes à la structure de la domination et de la sujétion. Elle commence quand on comprend que regarder est aussi une action qui confirme ou transforme cette distribution des positions. Le spectateur aussi agit, comme l’élève ou le savant. Il observe, il sélectionne, il compare, il interprète. Il lie ce qu’il voit à bien d’autres choses qu’il a vues sur d’autres scènes, en d’autres sortes de lieux. Il compose son propre poème avec les éléments du poème en face de lui. Elle participe à la performance en la refaisant à sa manière, en se dérobant par exemple à l’énergie vitale que celle-ci est censée transmettre pour en faire une pure image et associer cette pure image à une histoire qu’elle a lue ou rêvée, vécue ou inventée. Ils sont à la fois ainsi des spectateurs distants et des interprètes actifs du spectacle qui leur est proposé. » (Rancière, 2008, p. 19)
En savoir plus

9 En savoir plus

Lecture/écriture/ré-écriture (pratique du récit)

Lecture/écriture/ré-écriture (pratique du récit)

pies, pose le problème de la fiction et de la réalité. Ces événements re­ latés dans les quatre textes ont-ils réellement eu lieu? Une autre remarque s'impose ici au sujet de l'élaboration des textes originels. Comme producteur de ces textes, il m'était difficile de ne pas moi-même "imaginer" une histoire véritable. Bien qu'une direction semble indiquée lorsqu'on examine la situation initiale, l'occasion du récit et la situation finale (la lettre de rupture), je me suis efforcé de ne pas trop en dire sur 1 1 e n t r e - d e u x . En m'efforçant de ne présenter que des in­ dices événementiels, je voulais "ouvrir" le domaine des "possibles narra­ tifs" (Bremond). Le résumé qui s'en suivit de la part des élèves témoigne aussi, nous l'avons dit, du manque de temps pour l'élaboration d'un récit qui, tout en étant cohérent, aurait fait éclater la trame de base vers l'imaginaire de chacun.
En savoir plus

121 En savoir plus

Clarté cognitive et apprentissage de la lecture-écriture

Clarté cognitive et apprentissage de la lecture-écriture

Les auteurs montrent que les obstacles rencontrés par les enfants lors des apprentissages de la lecture – écriture résident dans la difficulté qu’ils ont de comprendre la nature, la structure et les fonctions de la langue. Une compréhension claire des concepts linguistiques techniques est donc nécessaire. Il importe que les enfants découvrent et manipulent assez rapidement les propriétés et les fonctions du langage écrit de façon à passer de la confusion à la clarté cognitive. La perception de la segmentation de l’oral en « mots » et « phonèmes », ainsi que la conscience phonologique sont primordiaux pour la compréhension du système écrit. Sans cette connaissance métalinguistique de la langue, il semble compliqué d’enseigner la correspondance grapho-phonémique et la linéarité existant entre la langue orale et sa segmentation en unités linguistiques. La mise en activité des enfants permet d’opérer une modification des schèmes initiaux par équilibration. L’enfant est actif sur la modélisation de ses représentations. Il peut ainsi transformer les informations reçues en utilisant ses schèmes cognitifs, donc se construire un savoir (processus dynamique) par interaction avec l’objet. Il interagit sur sa propre clarté.
En savoir plus

55 En savoir plus

Comptage et écriture en ligne d’égalités numériques

Comptage et écriture en ligne d’égalités numériques

L’archive ouverte pluridisciplinaire HAL, est destinée au dépôt et à la diffusion de documents scientifiques de niveau recherche, publiés ou non, émanant des établissements d’enseignemen[r]

25 En savoir plus

Ibère : langue véhiculaire ou écriture de contact ?

Ibère : langue véhiculaire ou écriture de contact ?

À Ensérune, les suffixes sont peu fréquents : sur les 373 inscriptions éditées, on n’en dénombre que 23 exemples. La séquence complète -ar-en-Mi n’apparaît qu’à deux reprises. Parmi ces occurrences, l’onomastique celtique est bien représentée. Aucun exemple avec un suffixe -te ou avec un suffixe -ku n’a été relevé. À cause du caractère limité des données grammaticales, il est assez difficile d’affirmer que les gens qui utilisaient cette écriture en maîtrisaient totalement la langue. Pour la même raison et malgré un certain nombre de tentatives pour trouver des traits spécifiques dans les adaptations des noms dans les inscriptions étudiées, déceler des variantes dialectales se révèle difficile.
En savoir plus

11 En savoir plus

Une écriture secrète sur la scène publique en Chine

Une écriture secrète sur la scène publique en Chine

En per met tant l’ensei gne ment à grande échelle de l’écri ture ini - tiatique des bimo, les ins tances diri geantes tra hissent le secret de la trans mis sion, de la[r]

19 En savoir plus

Automutilations psychotiques : entre coupure et écriture

Automutilations psychotiques : entre coupure et écriture

mots-clés Passage à l’acte, acting-out, psychose, réel, écriture, processus créatif. abstract Acts of psychotic self-injury that occur in institutions often leave the staff at loss and powerless when facing such acting outs of the body’s “attacks” in the real. The care- givers have trouble giving sense to such acts. It appears fundamental to question the background situation that triggers such an act with a thorough psychopathological study of the body’s return of the real, as defined by modernity. Beyond this point, the clinical study of self-harm questions the idea of a body itself and the individual’s rela- tionship to the world, to the other. The author shows how the transition from cutting the body to a trace, a line or even writing on the body can be an attempt to “knot together” the real, symbolic and imaginary so as to place the body within its bound- aries. These inscriptions of the real on the body are, in certain cases, to be considered as “auto-therapeutic” solutions with their calming effects for the patient.
En savoir plus

24 En savoir plus

Le faux en écriture d’après la documentation papyrologique

Le faux en écriture d’après la documentation papyrologique

Ce texte, ainsi que les autres textes législatifs que je n’ai pas le temps de citer, jette un éclairage complémentaire de celui des papy- rus en montrant les précautions qui ne cessèrent d’être prises dans la rédaction des actes pour essayer de limiter le plus possible la marge de manœuvre des faussaires. Mais avant d’aborder la diplomatique des documents gréco-égyptiens en tant que conditionnée par la crainte du faux en écriture, il nous faut faire une courte parenthèse terminologique puisque la novelle de Justinien nous offre une pano- plie complète des mots relatifs aux faux en écriture qui complète ceux attestés dans les documents égyptiens.
En savoir plus

27 En savoir plus

Le faux en écriture d’après la documentation papyrologique

Le faux en écriture d’après la documentation papyrologique

usuellement de deux ou trois tablettes, dont un côté, évidé et ciré, est écrit au stylet. Ainsi, pour prendre l’exemple d’un diptyque (fig. 4), le texte écrit sur la cire occupe les pages ii et iii, constituant la scriptura interior, tandis que la scriptura exterior est rédigée à l’encre en écriture plus petite sur la surface de la page iv où sont aussi appliqués les sceaux, et, le cas échéant, peut se poursuivre sur la page i. Le codex étant fermé par des cor- delettes scellées (selon un système qui se développe à partir de 61 ap. J.-C.), seule la scriptura exterior était visible, garantie par la scriptura interior qui ne pouvait être retouchée sans ouverture de l’ensemble.
En savoir plus

40 En savoir plus

Bénéfices des pads à la co-écriture numérique

Bénéfices des pads à la co-écriture numérique

Blanchard Rodrigues, C. (2019, juin). Faire produire, par des étudiants, de manière collaborative, une revue sur les sciences du langage. Communication présentée à Journée PEPI (Projets d’Expérimentations en Pédagogie Innovante), Université Clermont Auvergne, Clermont-Ferrand. Blanchard Rodrigues, C., & Andriamasinoro, M. (2019). Écriture numérique à distance : Interventions de co-écriture dans un environnement dynamique. Données numériques et prise en compte de l’apprenant dans les environnements informatiques pour l’apprentissage humain, 295‑300. Paris: ATIEF & Sorbonne Université.
En savoir plus

4 En savoir plus

Conversion didactique en écriture de la fiction

Conversion didactique en écriture de la fiction

la conversion didactique (Buznic- Bourgeacq, 2005) en apprentissage d’écriture désigne les procédés puisant dans le déjà-là pour se loger au cœur d’une production écrite, et qui modèlent[r]

2 En savoir plus

Show all 1656 documents...