• Aucun résultat trouvé

CHAPITRE I LE DROIT DU TRAVAIL : CONNAISSANCE,

4. Un niveau de connaissance différencié selon les acteurs

Si l’on cherche à jauger le degré de connaissance du droit du travail, qu’il s’agisse des dispositions du Code du travail et de leur éventuelle interprétation jurisprudentielle, ou encore des stipulations conventionnelles par les entreprises, il apparaît assez nettement que l’ensemble de règles qui en résultent, dans leur contenu comme dans leurs évolutions, est connu et appréhendé de manière différente par leurs assujettis et leurs acteurs, confrontés plus ou moins directement à l’application de ce droit.

4.1. Les entreprises

Si l’on s’attache en premier lieu au niveau de l’entreprise, on peut assez aisément émettre l’hypothèse selon laquelle le niveau de connaissance est différencié selon la taille, la structure, voire le secteur ou la filière dans lesquels se situent ces entreprises.

Le sens du collectif se développe en effet avec le nombre, c’est presque une tautologie. Un établissement important ne peut, encore plus difficilement qu’un autre, fonctionner sans des règles minimales de gestion et d’organisation. Il est impossible de gérer une collectivité, la vie de travail de vingt personnes, comme on gère celle de cent vingt, cinq cents, mille personnes, ou plus. Dans les grandes entreprises, il est patent que l’existence de syndicats et d’une représentation élective du personnel, comme celle d’un secteur spécialisé dans les affaires sociales auprès du chef d’entreprise, minimisent au moins pour partie l’ignorance collective ; et si une ignorance individuelle subsiste malgré tout, au moins chacun peut-il avoir recours à ceux qui lui sauront lui indiquer la règle à appliquer.

Dans les entreprises les plus importantes, les institutions représentatives du personnel sont davantage présentes et le plus souvent actives, au sein même de l’entreprise, voire interviennent, dans le cadre de délégations syndicales, au niveau de la branche. Cette implication dans la détermination des règles du jeu

social semble de nature à favoriser dans l’entreprise l’effectivité de l’information et du conseil en direction des salariés.

De leur côté, les employeurs des grandes entreprises, plus systématiquement peut-être adhérents à une organisation patronale dans le secteur d’activité considéré, pèsent dans les négociations ou disposent des moyens d’entrer en contact et de faire connaître leurs positions et leurs argumentaires, pour le compte de la branche d’activité, auprès des ministères et des parlementaires. Ils peuvent par ailleurs être membres de divers clubs et réseaux patronaux, au sein desquels ils peuvent faire valoir leurs points de vue et échanger régulièrement sur leurs pratiques managériales dans le domaine économique et social.

Enfin, ces grandes entreprises ont la capacité d’assurer en interne, grâce à la fonction de veille développée au sein de leurs services spécialisés des ressources humaines et des relations sociales, le suivi de l’évolution des textes légaux et conventionnels applicables. Ils peuvent ainsi avoir en permanence une idée des évolutions de la jurisprudence, dont ils tireront tous les enseignements utiles dans leur stratégie de management social.

A l’inverse, les petites et moyennes entreprises, prises individuellement, sont généralement moins directement impliquées dans les négociations de branche et également moins présentes au niveau national, dans les ministères et dans les instances de décision ou de réflexion.

Représentées ou non dans les négociations de branche du fait de leur adhésion à une fédération patronale, elles sont en tout état de cause confrontées à l’obligation d’appliquer la convention collective de leur secteur d’activité, en vertu du caractère réglementaire que lui confère son extension.

Enfin, dans les entreprises de moindre effectif, où la représentation du personnel et les pratiques de dialogue social sont moins développées, les conventions collectives peuvent apparaître comme des normes externes difficiles à appliquer, tant leurs stipulations renvoient aux compromis de la négociation qui les a précédées.

Les Très petites entreprises (TPE)1 et les entreprises artisanales, quels que soient leur degré et la nature de leur représentation aux niveaux professionnel et interprofessionnel, se trouvent plus encore que les Petites et moyennes entreprises (PME) dans la situation de ne pas être en mesure, prises individuellement, d’appréhender de manière intime le domaine de l’élaboration des règles étatiques et conventionnelles et le contenu de celles-ci.

Pour répondre à cette problématique, les représentants de l’Union professionnelle artisanale (UPA) ont conclu le 12 décembre 2001 un accord avec les cinq centrales syndicales de salariés2, visant à développer le dialogue social dans leur secteur d’activité.

1 Ce vocable désigne habituellement les entreprises de moins de 10 salariés.

2 Accord UPA - CFDT, CGT, CGT-FO, CFTC, CFE-CGC du 12 décembre 2001.

De façon générale, un artisan employant un ou deux salariés dispose-t-il du temps nécessaire et se sent-il suffisamment compétent sur le plan juridique pour s’impliquer dans la négociation de branche, ou faire valoir les intérêts de sa profession dans d’autres instances ?

La question est moins, dans le cadre du présent rapport, de regarder de quelle manière et selon quelles règles est assurée la représentation des entreprises pour la définition de normes qu’elles auront à appliquer, ou encore de mesurer leur adéquation à leurs besoins ou capacités, que de mettre en évidence le fait que les chefs d’entreprise, pris individuellement, ne sont pas, sauf exception, directement impliqués ou associés dans ce processus qui leur reste pour bonne partie étranger.

L’analyse qui précède peut pour une bonne partie être transposée aux représentants du personnel dans les PME, appuyés et formés ou non par un syndicat, ainsi qu’aux représentants syndicaux, parfois mandatés à la faveur de négociations sur l’aménagement et la réduction du temps de travail.

Au delà de cette première distinction, entre grandes entreprises d’une part, PME, et enfin TPE et artisanat de l’autre, il semble souhaitable de lister les types d’acteurs ayant à connaître le droit du travail et se trouvant parfois en état de méconnaissance partielle ou totale.

4.2. Les salariés

En ce qui concerne les salariés, on peut tout d’abord citer le cas des plus jeunes entrant sur le marché du travail, que ce soit, par exemple, par la voie de l’apprentissage ou encore d’autres formes de contrats en alternance. Leur connaissance du droit du travail est nécessairement très réduite, du fait d’un contenu éducatif initial limité dans ce domaine, comme cherchera à le mettre en évidence la suite du rapport. Mais il est évident que la question de la connaissance des règles de base du droit de la relation de travail n’est a priori pas mieux appréhendée des jeunes sortant du système universitaire, dès lors que le domaine d’études ne touche pas précisément à la connaissance du droit en général et du droit du travail en particulier.

De la même façon, les salariés intégrant des entreprises à effectifs limités, d’où les organisations syndicales et plus largement les instances représentatives du personnel sont absentes, auront a priori une difficulté plus grande à appréhender ce droit qui pourtant les concerne rigoureusement de la même manière que les salariés de structures aux effectifs plus importants.

En outre, les relations du travail ne sont pas plus simples dans l’administration. La vie administrative procède1, autant et même parfois plus que dans le privé, du principe d’autorité. Le patronat privé tire sa légitimité théorique

1 Le droit du travail et les règles statutaires applicables aux fonctionnaires ne peuvent être regardées comme posant des règles similaires, ni fondées sur des principes analogues. Toutefois, si l’on sort de la stricte analyse juridique, il apparaît intéressant de porter le regard sur la manière dont se vivent au quotidien les relations professionnelles dans l’administration, et de comparer, « toutes choses égales par ailleurs », les dispositifs qui, du secteur privé, s’étendent progressivement au secteur public et notamment aux fonctions publiques, du fait de transpositions par le biais de principes généraux du droit ou encore du fait de la transposition en droit interne de normes communautaires.

de la propriété et de la responsabilité individuelle. Dans l’administration, la légitimité du pouvoir découle du service de l’Etat et de l’intérêt général, formule dont le contenu, jamais défini, permet bien des interprétations.

Il faut bien constater que les fonctions publiques sont parfois plus mal loties que le secteur privé (au moins par rapport aux grandes entreprises), tant, par exemple, sur la prévention des risques professionnels que sur l’obligation de consultation des institutions représentatives du personnel. Peut-on en trouver un début d’explication dans le sentiment d’une spécificité du secteur public par rapport au secteur privé ? Si tel est le cas, les salariés du secteur public n’ont pour autant aucune raison de faire leur deuil de dispositions adoptées depuis longtemps dans le privé.

La question de l’ignorance revient encore une fois avec force, s’agissant de la connaissance du statut des fonctions publiques, terre étrangère pour le secteur privé, et la réciproque étant vérifiée de la même manière pour les fonctionnaires vis-à-vis du « statut » du privé. Cette imperméabilité, due à l’histoire de la République, n’est pas signalée pour promouvoir la fonctionnarisation du privé, ou la privatisation du public ; il s’agit de savoir si le manque de connaissance de

« l’autre » et des règles qui lui sont applicables ne conduit pas à des comportements inadaptés, voire rétrogrades, dans des domaines où l’expérience acquise pourrait permettre des ajustements sans heurts.

4.3. Les autres acteurs

Par ailleurs, les entreprises sont amenées au quotidien à faire appel à des partenaires extérieurs dont le rôle, en matière de droit du travail, est loin d’être négligeable. Il en est ainsi des cabinets de conseils (avocats, experts-comptables, conseils juridiques…), divers dans leurs formations et dans leur champ de compétences, peu homogènes enfin dans leur capacité à bien connaître, pour bien faire appliquer, les règles du droit du travail.

Pour ne prendre qu’un exemple, lorsqu’un cabinet d’expert-comptable élabore les fiches de paye de son entreprise cliente, il est conduit à s’interroger sur la convention collective applicable.

Dans la majeure partie des cas de petites structures, dont les activités principales sont clairement déterminées, la question est aisée et ne souffre aucune contestation. En revanche, il peut arriver que certaines entreprises méconnaissent les règles en vigueur ou fassent une application erronée des critères de choix de la convention collective applicable, ou encore que la situation de l’entreprise soit de ce point de vue difficile à appréhender. De bonne foi, soit l’employeur, soit le cabinet dont il s’attache les conseils peuvent mal interpréter les règles et faire ainsi durablement application d’une convention collective qui ne soit pas la bonne.

Il ne s’agit toutefois en aucun cas, par cet exemple, de mettre en cause la compétence des cabinets d’expertise dans leur domaine d’intervention spécifique et technique, mais plutôt de considérer que leur capacité à connaître, voire à maîtriser tout ou partie du droit du travail, n’est pas a priori assurée, en particulier pour les besoins des petites entreprises qui ne peuvent s’attacher de compétences multiples et pour lesquelles ils constituent le plus souvent la seule ressource en la matière.

Enfin, les cabinets d’avocats spécialisés, qui se plaignent de l’instabilité juridique dans laquelle serait plongé le droit du travail, en raison d’une jurisprudence créatrice de normes, fluctuante, excessivement volumineuse et aux effets ravageurs dans le temps du fait de sa possible rétroactivité, peuvent être considérés, à l’instar des services spécialisés ou des organisations syndicales des grandes entreprises, comme les meilleurs spécialistes du droit du travail, praticiens reconnus appelés à intervenir au sein des entreprises, mais aussi parfois de structures patronales ou syndicales, pour capitaliser le savoir disponible et en faire bénéficier le plus grand nombre.