La prise en charge du Trouble Déficit de l’Attention avec ou sans hyperactivité: actualités thérapeutiques.

174  Download (0)

Texte intégral

(1)
(2)

ﺎﻨﺘﻤﻠﻋ ﺎﻣ ﻻﺇ ﺎﻨﻟ ﻢﻠﻋ ﻻ ﻚﻧﺎﺤﺒﺳ

ﻢﻴﻜﳊﺍ ﻢﻴﻠﻌﻟﺍ ﺖﻧﺃ ﻚﻧﺇ

ﺔﻳﻵﺍ :ﺓﺮﻘﺒﻟﺍ ﺓﺭﻮﺳ



31

(3)

UNIVERSITE MOHAMMED V DE RABAT FACULTE DE MEDECINE ET DE PHARMACIE - RABAT DOYENS HONORAIRES :

1962 – 1969 : Professeur Abdelmalek FARAJ 1969 – 1974 : Professeur Abdellatif BERBICH

1974 – 1981 : Professeur Bachir LAZRAK 1981 – 1989 : Professeur Taieb CHKILI

1989 – 1997 : Professeur Mohamed Tahar ALAOUI 1997 – 2003 : Professeur Abdelmajid BELMAHI

2003 – 2013 : Professeur Najia HAJJAJ - HASSOUNI

ADMINISTRATION :

Doyen : Professeur Mohamed ADNAOUI

Vice Doyen chargé des Affaires Académiques et estudiantines

Professeur Mohammed AHALLAT

Vice Doyen chargé de la Recherche et de la Coopération

Professeur Taoufiq DAKKA

Vice Doyen chargé des Affaires Spécifiques à la Pharmacie

Professeur Jamal TAOUFIK

Secrétaire Général : Mr. Mohamed KARRA

1- ENSEIGNANTS-CHERCHEURS MEDECINS ET

PHARMACIENS

PROFESSEURS :

Décembre 1984

Pr. MAAOUNI Abdelaziz Médecine Interne – Clinique Royale

Pr. MAAZOUZI Ahmed Wajdi Anesthésie -Réanimation Pr. SETTAF Abdellatif pathologie Chirurgicale Novembre et Décembre 1985

Pr. BENSAID Younes Pathologie Chirurgicale Janvier, Février et Décembre 1987

Pr. CHAHED OUAZZANI Houria Gastro-Entérologie

Pr. LACHKAR Hassan Médecine Interne

Pr. YAHYAOUI Mohamed Neurologie

(4)

Pr. OUAZZANI Taïbi Mohamed Réda Neurologie Janvier et Novembre 1990

Pr. CHKOFF Rachid Pathologie Chirurgicale Pr. HACHIM Mohammed* Médecine-Interne

Pr. KHARBACH Aîcha Gynécologie -Obstétrique Pr. MANSOURI Fatima Anatomie-Pathologique Pr. TAZI Saoud Anas Anesthésie Réanimation Février Avril Juillet et Décembre 1991

Pr. AL HAMANY Zaîtounia Anatomie-Pathologique

Pr. AZZOUZI Abderrahim Anesthésie Réanimation –Doyen de la FMPO

Pr. BAYAHIA Rabéa Néphrologie

Pr. BELKOUCHI Abdelkader Chirurgie Générale Pr. BENCHEKROUN Belabbes Abdellatif Chirurgie Générale Pr. BENSOUDA Yahia Pharmacie galénique

Pr. BERRAHO Amina Ophtalmologie

Pr. BEZZAD Rachid Gynécologie Obstétrique Pr. CHABRAOUI Layachi Biochimie et Chimie

Pr. CHERRAH Yahia Pharmacologie

Pr. CHOKAIRI Omar Histologie Embryologie

Pr. KHATTAB Mohamed Pédiatrie

Pr. SOULAYMANI Rachida Pharmacologie – Dir. du Centre National PV

Pr. TAOUFIK Jamal Chimie thérapeutique V.D à la pharmacie+Dir du CEDOC

Décembre 1992

Pr. AHALLAT Mohamed Chirurgie Générale V.D Aff. Acad. et Estud

Pr. BENSOUDA Adil Anesthésie Réanimation

Pr. BOUJIDA Mohamed Najib Radiologie

Pr. CHAHED OUAZZANI Laaziza Gastro-Entérologie Pr. CHRAIBI Chafiq Gynécologie Obstétrique Pr. DEHAYNI Mohamed* Gynécologie Obstétrique Pr. EL OUAHABI Abdessamad Neurochirurgie

Pr. FELLAT Rokaya Cardiologie

Pr. GHAFIR Driss* Médecine Interne

Pr. JIDDANE Mohamed Anatomie

Pr. TAGHY Ahmed Chirurgie Générale

Pr. ZOUHDI Mimoun Microbiologie

Mars 1994

Pr. BENJAAFAR Noureddine Radiothérapie

Pr. BEN RAIS Nozha Biophysique

Pr. CAOUI Malika Biophysique

Pr. CHRAIBI Abdelmjid Endocrinologie et Maladies Métaboliques Doyen de la FMPA

(5)

Pr. ETTAYEBI Fouad Chirurgie Pédiatrique

Pr. HADRI Larbi* Médecine Interne

Pr. HASSAM Badredine Dermatologie

Pr. IFRINE Lahssan Chirurgie Générale Pr. JELTHI Ahmed Anatomie Pathologique Pr. MAHFOUD Mustapha Traumatologie – Orthopédie Pr. RHRAB Brahim Gynécologie –Obstétrique

Pr. SENOUCI Karima Dermatologie

Mars 1994

Pr. ABBAR Mohamed* Urologie

Pr. ABDELHAK M’barek Chirurgie – Pédiatrique

Pr. BELAIDI Halima Neurologie

Pr. BENTAHILA Abdelali Pédiatrie

Pr. BENYAHIA Mohammed Ali Gynécologie – Obstétrique Pr. BERRADA Mohamed Saleh Traumatologie – Orthopédie

Pr. CHAMI Ilham Radiologie

Pr. CHERKAOUI Lalla Ouafae Ophtalmologie Pr. JALIL Abdelouahed Chirurgie Générale Pr. LAKHDAR Amina Gynécologie Obstétrique

Pr. MOUANE Nezha Pédiatrie

Mars 1995

Pr. ABOUQUAL Redouane Réanimation Médicale Pr. AMRAOUI Mohamed Chirurgie Générale Pr. BAIDADA Abdelaziz Gynécologie Obstétrique Pr. BARGACH Samir Gynécologie Obstétrique Pr. CHAARI Jilali* Médecine Interne

Pr. DIMOU M’barek* Anesthésie Réanimation Pr. DRISSI KAMILI Med Nordine* Anesthésie Réanimation Pr. EL MESNAOUI Abbes Chirurgie Générale Pr. ESSAKALI HOUSSYNI Leila Oto-Rhino-Laryngologie

Pr. HDA Abdelhamid* Cardiologie - Directeur HMI Med V

Pr. IBEN ATTYA ANDALOUSSI Ahmed Urologie Pr. OUAZZANI CHAHDI Bahia Ophtalmologie

Pr. SEFIANI Abdelaziz Génétique

Pr. ZEGGWAGH Amine Ali Réanimation Médicale Décembre 1996

Pr. AMIL Touriya* Radiologie

Pr. BELKACEM Rachid Chirurgie Pédiatrie Pr. BOULANOUAR Abdelkrim Ophtalmologie Pr. EL ALAMI EL FARICHA EL Hassan Chirurgie Générale

Pr. GAOUZI Ahmed Pédiatrie

Pr. MAHFOUDI M’barek* Radiologie

(6)

Pr. FELLAT Nadia Cardiologie

Pr. HAIMEUR Charki* Anesthésie Réanimation Pr. KADDOURI Noureddine Chirurgie Pédiatrique

Pr. KOUTANI Abdellatif Urologie

Pr. LAHLOU Mohamed Khalid Chirurgie Générale

Pr. MAHRAOUI CHAFIQ Pédiatrie

Pr. TAOUFIQ Jallal Psychiatrie

Pr. YOUSFI MALKI Mounia Gynécologie Obstétrique Novembre 1998

Pr. AFIFI RAJAA Gastro-Entérologie

Pr. BENOMAR ALI Neurologie – Doyen de la FMP Abulcassis

Pr. BOUGTAB Abdesslam Chirurgie Générale Pr. ER RIHANI Hassan Oncologie Médicale

Pr. BENKIRANE Majid* Hématologie

Pr. KHATOURI ALI* Cardiologie

Janvier 2000

Pr. ABID Ahmed* Pneumophtisiologie

Pr. AIT OUMAR Hassan Pédiatrie

Pr. BENJELLOUN Dakhama Badr.Sououd Pédiatrie

Pr. BOURKADI Jamal-Eddine Pneumo-phtisiologie Pr. CHARIF CHEFCHAOUNI Al Montacer Chirurgie Générale Pr. ECHARRAB El Mahjoub Chirurgie Générale Pr. EL FTOUH Mustapha Pneumo-phtisiologie Pr. EL MOSTARCHID Brahim* Neurochirurgie

Pr. ISMAILI Hassane* Traumatologie Orthopédie- Dir. Hop. Av. Marr.

Pr. MAHMOUDI Abdelkrim* Anesthésie-Réanimation Inspecteur du SSM

Pr. TACHINANTE Rajae Anesthésie-Réanimation Pr. TAZI MEZALEK Zoubida Médecine Interne Novembre 2000

Pr. AIDI Saadia Neurologie

Pr. AJANA Fatima Zohra Gastro-Entérologie

Pr. BENAMR Said Chirurgie Générale

Pr. CHERTI Mohammed Cardiologie

Pr. ECH-CHERIF EL KETTANI Selma Anesthésie-Réanimation

Pr. EL HASSANI Amine Pédiatrie Directeur Hop. Chekikh Zaied

Pr. EL KHADER Khalid Urologie

Pr. EL MAGHRAOUI Abdellah* Rhumatologie

Pr. GHARBI Mohamed El Hassan Endocrinologie et Maladies Métaboliques Pr. MAHASSINI Najat Anatomie Pathologique

Pr. MDAGHRI ALAOUI Asmae Pédiatrie

Pr. ROUIMI Abdelhadi* Neurologie

Décembre 2000

(7)

Pr. BENAMAR Loubna Néphrologie

Pr. BENAMOR Jouda Pneumo-phtisiologie

Pr. BENELBARHDADI Imane Gastro-Entérologie

Pr. BENNANI Rajae Cardiologie

Pr. BENOUACHANE Thami Pédiatrie

Pr. BEZZA Ahmed* Rhumatologie

Pr. BOUCHIKHI IDRISSI Med Larbi Anatomie Pr. BOUMDIN El Hassane* Radiologie

Pr. CHAT Latifa Radiologie

Pr. DAALI Mustapha* Chirurgie Générale Pr. DRISSI Sidi Mourad* Radiologie

Pr. EL HIJRI Ahmed Anesthésie-Réanimation Pr. EL MAAQILI Moulay Rachid Neuro-Chirurgie

Pr. EL MADHI Tarik Chirurgie-Pédiatrique Pr. EL OUNANI Mohamed Chirurgie Générale

Pr. ETTAIR Said Pédiatrie Directeur. Hop.d’Enfants

Pr. GAZZAZ Miloudi* Neuro-Chirurgie

Pr. HRORA Abdelmalek Chirurgie Générale

Pr. KABBAJ Saad Anesthésie-Réanimation

Pr. KABIRI EL Hassane* Chirurgie Thoracique Pr. LAMRANI Moulay Omar Traumatologie Orthopédie

Pr. LEKEHAL Brahim Chirurgie Vasculaire Périphérique Pr. MAHASSIN Fattouma* Médecine Interne

Pr. MEDARHRI Jalil Chirurgie Générale Pr. MIKDAME Mohammed* Hématologie Clinique Pr. MOHSINE Raouf Chirurgie Générale

Pr. NOUINI Yassine Urologie Directeur Hôpital Ibn Sina

Pr. SABBAH Farid Chirurgie Générale

Pr. SEFIANI Yasser Chirurgie Vasculaire Périphérique Pr. TAOUFIQ BENCHEKROUN Soumia Pédiatrie

Décembre 2002

Pr. AL BOUZIDI Abderrahmane* Anatomie Pathologique

Pr. AMEUR Ahmed * Urologie

Pr. AMRI Rachida Cardiologie

Pr. AOURARH Aziz* Gastro-Entérologie

Pr. BAMOU Youssef * Biochimie-Chimie

Pr. BELMEJDOUB Ghizlene* Endocrinologie et Maladies Métaboliques

Pr. BENZEKRI Laila Dermatologie

Pr. BENZZOUBEIR Nadia Gastro-Entérologie Pr. BERNOUSSI Zakiya Anatomie Pathologique Pr. BICHRA Mohamed Zakariya* Psychiatrie

(8)

Pr. KRIOUILE Yamina Pédiatrie

Pr. LAGHMARI Mina Ophtalmologie

Pr. MABROUK Hfid* Traumatologie Orthopédie Pr. MOUSSAOUI RAHALI Driss* Gynécologie Obstétrique Pr. OUJILAL Abdelilah Oto-Rhino-Laryngologie Pr. RACHID Khalid * Traumatologie Orthopédie Pr. RAISS Mohamed Chirurgie Générale

Pr. RGUIBI IDRISSI Sidi Mustapha* Pneumophtisiologie

Pr. RHOU Hakima Néphrologie

Pr. SIAH Samir * Anesthésie Réanimation

Pr. THIMOU Amal Pédiatrie

Pr. ZENTAR Aziz* Chirurgie Générale Janvier 2004

Pr. ABDELLAH El Hassan Ophtalmologie

Pr. AMRANI Mariam Anatomie Pathologique Pr. BENBOUZID Mohammed Anas Oto-Rhino-Laryngologie Pr. BENKIRANE Ahmed* Gastro-Entérologie Pr. BOUGHALEM Mohamed* Anesthésie Réanimation

Pr. BOULAADAS Malik Stomatologie et Chirurgie Maxillo-faciale Pr. BOURAZZA Ahmed* Neurologie

Pr. CHAGAR Belkacem* Traumatologie Orthopédie Pr. CHERRADI Nadia Anatomie Pathologique

Pr. EL FENNI Jamal* Radiologie

Pr. EL HANCHI ZAKI Gynécologie Obstétrique Pr. EL KHORASSANI Mohamed Pédiatrie

Pr. EL YOUNASSI Badreddine* Cardiologie

Pr. HACHI Hafid Chirurgie Générale

Pr. JABOUIRIK Fatima Pédiatrie

Pr. KHARMAZ Mohamed Traumatologie Orthopédie Pr. MOUGHIL Said Chirurgie Cardio-Vasculaire Pr. OUBAAZ Abdelbarre* Ophtalmologie

Pr. TARIB Abdelilah* Pharmacie Clinique Pr. TIJAMI Fouad Chirurgie Générale Pr. ZARZUR Jamila Cardiologie Janvier 2005

Pr. ABBASSI Abdellah Chirurgie Réparatrice et Plastique Pr. AL KANDRY Sif Eddine* Chirurgie Générale

Pr. ALLALI Fadoua Rhumatologie

Pr. AMAZOUZI Abdellah Ophtalmologie

Pr. AZIZ Noureddine* Radiologie

Pr. BAHIRI Rachid Rhumatologie

Pr. BARKAT Amina Pédiatrie

Pr. BENYASS Aatif Cardiologie

Pr. BERNOUSSI Abdelghani Ophtalmologie Pr. DOUDOUH Abderrahim* Biophysique

(9)

Pr. LYAGOUBI Mohammed Parasitologie Pr. NIAMANE Radouane* Rhumatologie

Pr. RAGALA Abdelhak Gynécologie Obstétrique

Pr. SBIHI Souad Histo-Embryologie Cytogénétique Pr. ZERAIDI Najia Gynécologie Obstétrique

Décembre 2005

Pr. CHANI Mohamed Anesthésie Réanimation Avril 2006

Pr. ACHEMLAL Lahsen* Rhumatologie

Pr. AKJOUJ Said* Radiologie

Pr. BELMEKKI Abdelkader* Hématologie

Pr. BENCHEIKH Razika O.R.L

Pr. BIYI Abdelhamid* Biophysique

Pr. BOUHAFS Mohamed El Amine Chirurgie - Pédiatrique Pr. BOULAHYA Abdellatif* Chirurgie Cardio – Vasculaire Pr. CHENGUETI ANSARI Anas Gynécologie Obstétrique

Pr. DOGHMI Nawal Cardiologie

Pr. FELLAT Ibtissam Cardiologie

Pr. FAROUDY Mamoun Anesthésie Réanimation Pr. HARMOUCHE Hicham Médecine Interne Pr. HANAFI Sidi Mohamed* Anesthésie Réanimation Pr. IDRISS LAHLOU Amine* Microbiologie

Pr. JROUNDI Laila Radiologie

Pr. KARMOUNI Tariq Urologie

Pr. KILI Amina Pédiatrie

Pr. KISRA Hassan Psychiatrie

Pr. KISRA Mounir Chirurgie – Pédiatrique Pr. LAATIRIS Abdelkader* Pharmacie Galénique Pr. LMIMOUNI Badreddine* Parasitologie

Pr. MANSOURI Hamid* Radiothérapie

Pr. OUANASS Abderrazzak Psychiatrie

Pr. SAFI Soumaya* Endocrinologie

Pr. SEKKAT Fatima Zahra Psychiatrie

Pr. SOUALHI Mouna Pneumo – Phtisiologie

Pr. TELLAL Saida* Biochimie

Pr. ZAHRAOUI Rachida Pneumo – Phtisiologie Octobre 2007

Pr. ABIDI Khalid Réanimation médicale

Pr. ACHACHI Leila Pneumo phtisiologie Pr. ACHOUR Abdessamad* Chirurgie générale

(10)

Pr. EHIRCHIOU Abdelkader* Chirurgie générale Pr. ELABSI Mohamed Chirurgie générale Pr. EL MOUSSAOUI Rachid Anesthésie réanimation

Pr. EL OMARI Fatima Psychiatrie

Pr. GHARIB Noureddine Chirurgie plastique et réparatrice

Pr. HADADI Khalid* Radiothérapie

Pr. ICHOU Mohamed* Oncologie médicale

Pr. ISMAILI Nadia Dermatologie

Pr. KEBDANI Tayeb Radiothérapie

Pr. LALAOUI SALIM Jaafar* Anesthésie réanimation

Pr. LOUZI Lhoussain* Microbiologie

Pr. MADANI Naoufel Réanimation médicale

Pr. MAHI Mohamed* Radiologie

Pr. MARC Karima Pneumo phtisiologie

Pr. MASRAR Azlarab Hématologique

Pr. MRABET Mustapha* Médecine préventive santé publique et hygiène

Pr. MRANI Saad* Virologie

Pr. OUZZIF Ez zohra* Biochimie-chimie

Pr. RABHI Monsef* Médecine interne

Pr. RADOUANE Bouchaib* Radiologie

Pr. SEFFAR Myriame Microbiologie

Pr. SEKHSOKH Yessine* Microbiologie

Pr. SIFAT Hassan* Radiothérapie

Pr. TABERKANET Mustafa* Chirurgie vasculaire périphérique

Pr. TACHFOUTI Samira Ophtalmologie

Pr. TAJDINE Mohammed Tariq* Chirurgie générale

Pr. TANANE Mansour* Traumatologie orthopédie Pr. TLIGUI Houssain Parasitologie

Pr. TOUATI Zakia Cardiologie

Décembre 2007

Pr. DOUHAL ABDERRAHMAN Ophtalmologie

Décembre 2008

Pr ZOUBIR Mohamed* Anesthésie Réanimation Pr TAHIRI My El Hassan* Chirurgie Générale Mars 2009

Pr. ABOUZAHIR Ali* Médecine interne

Pr. AGDR Aomar* Pédiatre

Pr. AIT ALI Abdelmounaim* Chirurgie Générale Pr. AIT BENHADDOU El hachmia Neurologie

(11)

Pr. BOUHSAIN Sanae* Biochimie-chimie

Pr. BOUI Mohammed* Dermatologie

Pr. BOUNAIM Ahmed* Chirurgie Générale

Pr. BOUSSOUGA Mostapha* Traumatologie orthopédique Pr. CHAKOUR Mohammed * Hématologie biologique

Pr. CHTATA Hassan Toufik* Chirurgie vasculaire périphérique

Pr. DOGHMI Kamal* Hématologie clinique

Pr. EL MALKI Hadj Omar Chirurgie Générale Pr. EL OUENNASS Mostapha* Microbiologie Pr. ENNIBI Khalid* Médecine interne

Pr. FATHI Khalid Gynécologie obstétrique

Pr. HASSIKOU Hasna * Rhumatologie

Pr. KABBAJ Nawal Gastro-entérologie

Pr. KABIRI Meryem Pédiatrie

Pr. KARBOUBI Lamya Pédiatrie

Pr. L’KASSIMI Hachemi* Microbiologie Directeur Hôpital My Ismail

Pr. LAMSAOURI Jamal* Chimie Thérapeutique Pr. MARMADE Lahcen Chirurgie Cardio-vasculaire

Pr. MESKINI Toufik Pédiatrie

Pr. MESSAOUDI Nezha * Hématologie biologique Pr. MSSROURI Rahal Chirurgie Générale

Pr. NASSAR Ittimade Radiologie

Pr. OUKERRAJ Latifa Cardiologie

Pr. RHORFI Ismail Abderrahmani * Pneumo-phtisiologie

PROFESSEURS AGREGES :

Octobre 2010

Pr. ALILOU Mustapha Anesthésie réanimation Pr. AMEZIANE Taoufiq* Médecine interne Pr. BELAGUID Abdelaziz Physiologie

Pr. BOUAITY Brahim* ORL

Pr. CHADLI Mariama* Microbiologie

Pr. CHEMSI Mohamed* Médecine aéronautique Pr. DAMI Abdellah* Biochimie chimie

Pr. DARBI Abdellatif* Radiologie

Pr. DENDANE Mohammed Anouar Chirurgie pédiatrique

Pr. EL HAFIDI Naima Pédiatrie

Pr. EL KHARRAS Abdennasser* Radiologie

Pr. EL MAZOUZ Samir Chirurgie plastique et réparatrice

Pr. EL SAYEGH Hachem Urologie

Pr. ERRABIH Ikram Gastro entérologie Pr. LAMALMI Najat Anatomie pathologique

(12)

Pr. BELAIZI Mohamed* Psychiatrie

Pr. BENCHEBBA Driss* Traumatologie Orthopédique Pr. DRISSI Mohamed* Anesthésie Réanimation Pr. EL ALAOUI MHAMDI Mouna Chirurgie Générale Pr. EL KHATTABI Abdessadek* Médecine Interne Pr. EL OUAZZANI Hanane* Pneumo-phtisiologie Pr. ER-RAJI Mounir Chirurgie Pédiatrique

Pr. JAHID Ahmed Anatomie pathologique

Pr. MEHSSANI Jamal* Psychiatrie

Pr. RAISSOUNI Maha* Cardiologie

Février 2013

Pr. AHID Samir Pharmacologie – Chimie

Pr. AIT EL CADI Mina Toxicologie

Pr. AMRANI HANCHI Laila Gastro-Entérologie Pr. AMOUR Mourad Anesthésie Réanimation Pr. AWAB Almahdi Anesthésie Réanimation Pr. BELAYACHI Jihane Réanimation Médicale Pr. BELKHADIR Zakaria Houssain Anesthésie Réanimation Pr. BENCHEKROUN Laila Biochimie-Chimie

Pr. BENKIRANE Souad Hématologie

Pr. BENNANA Ahmed* Informatique Pharmaceutique Pr. BENSGHIR Mustapha* Anesthésie Réanimation Pr. BENYAHIA Mohammed* Néphrologie

Pr. BOUATIA Mustapha Chimie Analytique

Pr. BOUABID Ahmed Salim* Traumatologie Orthopédie Pr. BOUTARBOUCH Mahjouba Anatomie

Pr. CHAIB Ali* Cardiologie

Pr. DENDANE Tarek Réanimation Médicale

Pr. DINI Nouzha* Pédiatrie

Pr. ECH-CHERIF EL KETTANI Mohamed Ali Anesthésie Réanimation Pr. ECH-CHERIF EL KETTANI Najwa Radiologie

Pr. ELFATEMI Nizare Neurochirurgie

Pr. EL GUERROUJ Hasnae Médecine Nucléaire Pr. EL HARTI Jaouad Chimie Thérapeutique

Pr. EL JOUDI Rachid* Toxicologie

Pr. EL KABABRI Maria Pédiatrie

Pr. EL KHANNOUSSI Basma Anatomie Pathologie

Pr. EL KHLOUFI Samir Anatomie

Pr. EL KORAICHI Alae Anesthésie Réanimation Pr. EN-NOUALI Hassane* Radiologie

Pr. ERRGUIG Laila Physiologie

Pr. FIKRI Meryim Radiologie

(13)

Pr. LATIB Rachida Radiologie Pr. MAAMAR Mouna Fatima Zahra Médecine Interne

Pr. MEDDAH Bouchra Pharmacologie

Pr. MELHAOUI Adyl Neurochirurgie

Pr. MRABTI Hind Oncologie Médicale

Pr. NEJJARI Rachid Pharmacognosie

Pr. OUBEJJA Houda Chirurgie Pédiatrique Pr. OUKABLI Mohamed* Anatomie Pathologique Pr. RAHALI Younes Pharmacie Galénique

Pr. RATBI Ilham Génétique

Pr. RAHMANI Mounia Neurologie

Pr. REDA Karim* Ophtalmologie

Pr. REGRAGUI Wafa Neurologie

Pr. RKAIN Hanan Physiologie

Pr. ROSTOM Samira Rhumatologie

Pr. ROUAS Lamiaa Anatomie Pathologique Pr. ROUIBAA Fedoua* Gastro-Entérologie Pr. SALIHOUN Mouna Gastro-Entérologie

Pr. SAYAH Rochde Chirurgie Cardio-Vasculaire Pr. SEDDIK Hassan* Gastro-Entérologie

Pr. ZERHOUNI Hicham Chirurgie Pédiatrique

Pr. ZINE Ali* Traumatologie Orthopédie

Avril 2013

Pr. EL KHATIB Mohamed Karim* Stomatologie et Chirurgie Maxillo-faciale

Pr. GHOUNDALE Omar* Urologie

Pr. ZYANI Mohammad* Médecine Interne

(14)

MARS 2014

ACHIR ABDELLAH Chirurgie Thoracique

BENCHAKROUN MOHAMMED Traumatologie- Orthopédie BOUCHIKH MOHAMMED Chirurgie Thoracique

EL KABBAJ DRISS Néphrologie

EL MACHTANI IDRISSI SAMIRA Biochimie-Chimie

HARDIZI HOUYAM Histologie- Embryologie-Cytogénétique

HASSANI AMALE Pédiatrie

HERRAK LAILA Pneumologie

JANANE ABDELLA TIF Urologie

JEAIDI ANASS Hématologie Biologique

KOUACH JAOUAD Gynécologie-Obstétrique

LEMNOUER ABDELHAY Microbiologie

MAKRAM SANAA Pharmacologie

OULAHYANE RACHID Chirurgie Pédiatrique RHISSASSI MOHAMED JMFAR CCV

SABRY MOHAMED Cardiologie

SEKKACH YOUSSEF Médecine Interne

TAZL MOUKBA. :LA.KLA. Gynécologie-Obstétrique

*

Enseignants Militaires

DECEMBRE 2014

ABILKACEM RACHID' Pédiatrie

AIT BOUGHIMA FADILA Médecine Légale

BEKKALI HICHAM Anesthésie-Réanimation

BENAZZOU SALMA Chirurgie Maxillo-Faciale

BOUABDELLAH MOUNYA Biochimie-Chimie

BOUCHRIK MOURAD Parasitologie

DERRAJI SOUFIANE Pharmacie Clinique

DOBLALI TAOUFIK Microbiologie

EL AYOUBI EL IDRISSI ALI Anatomie

EL GHADBANE ABDEDAIM HATIM Anesthésie-Réanimation EL MARJANY MOHAMMED Radiothérapie

FEJAL NAWFAL Chirurgie Réparatrice et Plastique

JAHIDI MOHAMED O.R.L

LAKHAL ZOUHAIR Cardiologie

OUDGHIRI NEZHA Anesthésie-Réanimation

Rami Mohamed Chirurgie Pédiatrique

SABIR MARIA Psychiatrie

(15)

AOUT 2015

Meziane meryem Dermatologie

Tahri latifa Rhumatologie

JANVIER 2016

BENKABBOU AMINE Chirurgie Générale

EL ASRI FOUAD Ophtalmologie

ERRAMI NOUREDDINE O.R.L

NITASSI SOPHIA O.R.L

2- ENSEIGNANTS – CHERCHEURS SCIENTIFIQUES

PROFESSEURS / PRs. HABILITES

Pr. ABOUDRAR Saadia Physiologie

Pr. ALAMI OUHABI Naima Biochimie – chimie

Pr. ALAOUI KATIM Pharmacologie

Pr. ALAOUI SLIMANI Lalla Naïma Histologie-Embryologie

Pr. ANSAR M’hammed Chimie Organique et Pharmacie Chimique Pr. BOUHOUCHE Ahmed Génétique Humaine

Pr. BOUKLOUZE Abdelaziz Applications Pharmaceutiques Pr. BOURJOUANE Mohamed Microbiologie

Pr. CHAHED OUAZZANI Lalla Chadia Biochimie – chimie

Pr. DAKKA Taoufiq Physiologie

Pr. DRAOUI Mustapha Chimie Analytique Pr. EL GUESSABI Lahcen Pharmacognosie

Pr. ETTAIB Abdelkader Zootechnie

Pr. FAOUZI Moulay El Abbes Pharmacologie

Pr. HAMZAOUI Laila Biophysique

Pr. HMAMOUCHI Mohamed Chimie Organique Pr. IBRAHIMI Azeddine Biologie moléculaire Pr. KHANFRI Jamal Eddine Biologie

Pr. OULAD BOUYAHYA IDRISSI Med Chimie Organique

Pr. REDHA Ahlam Chimie

Pr. TOUATI Driss Pharmacognosie

Pr. ZAHIDI Ahmed Pharmacologie

(16)
(17)

À

FEU SA MAJESTÉ LE ROI

HASSAN II

(18)

À

SA MAJESTÉ LE ROI

MOHAMED VI

Chef Suprême et Chef d’Etat-Major Général

des Forces Armées Royales

(19)

À

SON ALTESSE ROYALE

LE PRINCE HÉRITIER

MOULAY EL HASSAN

(20)

À

SON ALTESSE ROYALE

LE PRINCE MOULAY RACHID

Que Dieu le protège.

À

(21)

A

Monsieur le Général de Corps d’Armée

Bouchaib AAROUB

Inspecteur Général des FAR et Commandant de la Zone Sud

En témoignage de notre grand respect

Notre profonde considération et sincère admiration

A

Monsieur le Médecin Général de Brigade

Abdelkrim MAHMOUDI

Professeur d’Anesthésie Réanimation.

Inspecteur du Service de Santé des Forces Armées Royales.

En témoignage de notre grand respect,

Et notre profonde considération

(22)

A

Monsieur le Médecin Colonel Major

Abdelhamid HDA

Professeur de Cardiologie Directeur de l’HMIMV –Rabat.

En témoignage de notre grand respect

Et notre profonde considération

A

Monsieur le Médecin Colonel Major

Mohammed Abbar

Professeur d’urologie

Directeur de l’HMMI-Meknès.

En témoignant de notre grand respect

et notre profonde considération

(23)

A

Monsieur le Médecin Colonel Major

Khalid SAIR

Professeur de chirurgie viscérale

Directeur de l’Hôpital Militaire Avicenne de Marrakech

En témoignant de notre grand respect

et notre profonde considération

A

Monsieur le Médecin Colonel Major

Abdelouahed BAITE

Professeur d’Anesthésie Réanimation

Directeur de l’E.R.S.S.M

En témoignage de notre grand respect

Et notre profonde considération.

A

Monsieur le Médecin Colonel

BOUSNANE Abdelaziz

(24)

A mes chers parents,

Merci de m'avoir inculqué les sens de la responsabilité, de l'optimisme

et de la confiance en soi face aux difficultés de la vie.

Votre patience sans fin, votre compréhension et vos encouragements

sont pour moi le moteur nécessaire qui me laisse aller de l'avant.

Je vous dois ce que je suis et ce que je serai.

Je ferai de mon mieux pour être votre fierté et ne jamais vous décevoir.

Que le tout puissant vous préserve, vous accorde santé bonheur,

quiétude et vous protège de tout mal.

Je vous aime.

(25)

A ma très chère tante Oumnia,

Que ce modeste travail, soit l'expression de ma gratitude

et l'exaucement de tes vœux et prières.

Merci pour tes sacrifices toi qui a toujours étais là pour nous,

merci pour ton attachement et tout l'amour dont tu as su nous

entourés.

A mon frère Salim et ma sœur Sawsane,

C'est dans le même nid que nous avons grandi,

l'enfance c'est bien vite enfuie,

Cela dit de bons souvenirs elle était rempli.

Je vous aimerais toute ma vie.

(26)

A ma belle famille,

Je vous remercie pour vos encouragements et

pour m'avoir accueilli à bras ouverts.

En témoignage de l'affection que je vous porte.

A mon coquelicot, ma très chère épouse Insaf,

Aucune dédicace ne peut exprimer mes sincères sentiments,

Je te remercie pour ta patience, ton dévouement,

Je te remercie d'être là pour moi, d'être à mes côtés tous

les jours que dieu fait.

Merci de rendre mon monde parfait.

(27)

(28)

A notre maître et Président de thèse

Monsieur le Professeur A.OUANASS

Professeur de psychiatrie

Vous nous faites l’’honneur d’accepter la présidence de notre thèse.

Nous avons pu apprécier vos qualités humaines et professionnelles.

Veuillez cher président et maitre, croire à l’expression de notre plus

(29)

A notre maitre et rapporteur de thèse

Monsieur le colonel major professeur J. MEHSSANI

Professeur de psychiatrie

Vous m’avez guidé tout au long

de l’élaboration de cette thèse, avec bienveillance

et compréhension. Flexibilité et disponibilité ont été vos qualités

Veuillez trouver ici, cher maître, l’expression de notre vive

(30)

A notre maître et juge de thèse

Monsieur le colonel Major professeur Z.BICHRA

Professeur De Psychiatrie

Nous sommes très sensibles à l’honneur que vous nous

faites en acceptant de juger cette thèse.

Nous avons apprécié, vos qualités d’enseignant et de médecin, votre

dynamisme et votre extrême sympathie.

Veuillez trouver ici, cher maître, l’expression de notre vive

reconnaissance et notre gratitude.

(31)

A notre maître et juge de thèse

Monsieur le colonel Professeur M.KADIRI

Professeur de psychiatrie

Nous sommes très sensibles à l’honneur que vous nous

faites en acceptant de juger cette thèse.

Nous avons apprécié, vos qualités d’enseignant et de médecin, votre

dynamisme et votre extrême sympathie.

Veuillez trouver ici, cher maître, l’expression de notre vive

reconnaissance et notre gratitude.

(32)

A notre maître et juge de thèse

Monsieur le colonel professeur R.ABILKASSEM

Professeur de pédiatrie

Nous sommes particulièrement heureux et honorés

que vous avez bien accepté de juger notre thèse.

Nous avons été particulièrement touchés par la simplicité,

la gentillesse et la rigueur de travail qui vous caractérisent.

Permettez-nous de vous exprimer notre profond respect

et vive reconnaissance.

(33)

A notre maître et juge de thèse

Monsieur le professeur H.KISRA

Professeur de psychiatrie

Nous sommes très sensibles à l’honneur que vous nous

faites en acceptant de juger cette thèse.

Nous avons apprécié, vos qualités d’enseignant et de médecin, votre

dynamisme et votre extrême sympathie.

Veuillez trouver ici, cher maître, l’expression de notre vive

reconnaissance et notre gratitude.

(34)

LISTE DES ABREVIATIONS

AMM : Autorisation de Mise sur le Marché

ANSM : Agence Nationale de Sécurité du Médicament et des produits de santé APA : American Psychiatric Association Société Américaine de Psychiatrie ATC : Classification Anatomique, Thérapeutique et Chimique

CHMP: Committee for Medicinal Products for Human Use Comité des

Médicaments à Usage Humain

CIM: Classification Internationale des Maladies

DDD : Defined Daily Dose Posologie journalière établie

DHCP : Direct HealthCare Professional communications Communications

directes adressées aux professionnels de santé

DSM : Diagnostic and Statistical Manuel of mental disorders Manuel

Diagnostique et Statistique des troubles mentaux

EMA : Agence Européenne du Médicament

FDA : Food and Drug Administration Agence américaine des produits

alimentaires et médicaux

HAS : Haute Autorité de Santé LI : Libération Immédiate LP : Libération Prolongée MP : MéthylPhénidate

NCA : National Competent Authority Autorité Nationale Compétente sur la

régulation des médicaments

OMS : Organisation Mondiale de la Santé

(35)

LISTE DES FIGURES

Figure 1 : Extrait de Crassa-Tignasse ... 5 Figure 2 : Les neurones noradrénergiques au niveau du système nerveux

central ... 22

Figure 3 : Les faisceaux méso-limbique et méso-cortical du système

dopaminergique central ... 24

Figure 4 : Les différentes ondes cérébrales humaines ... 27 Figure 5 : Formule chimique du méthylphénidate ... 74 Figure 6 : Action du méthylphénidate sur les monoamines au niveau de la

synapse ... 77

(36)

LISTE DES TABLEAUX

Tableau 1 : Tableau représentatif des données épidémiologiques

internationales ... 18

Tableau 2 : Les facteurs neurobiologiques ... 26 Tableau 3 : Les différentes ondes cérébrales humaines ... 27 Tableau 4 : Pharmacocinétique du méthylphénidate en fonction de la forme

pharmaceutique du médicament ... 78

Tableau 5: Les effets indésirables des médicaments contenant du

méthylphénidate ... 83

Tableau 6 : Les effets indésirables des médicaments contenant de

(37)

LISTE DES ANNEXES

Annexe 1 : CIM-10 - Dixième Classification Internationale des Maladies,

Organisation Mondiale de la Santé, 2008

Annexe 2 : DSM-5 - Cinquième Diagnostic and Statistical Manuel of mental

disorders, Société

Américaine de Psychiatrie, 2013

Annexe 3 : Questionnaires de Conners pour les parents Annexe 4 : Questionnaires de Conners pour les enseignants

(38)

SOMMAIRE

INTRODUTION... 1

LE TROUBLE DEFICITAIRE DE L’ATTENTION / HYPERACTIVITE ... 3

I.CONTEXTE HISTORIQUE DE LA MISE EN EVIDENCE

DEL’HYPERACTIVITE ... 4 A. La naissance du concept de l’instabilité à partir de la description de ses symptômes ...4 B. Les apports de la recherche étiologique pour arriver à une description de l’hyperactivité ...6 1. Les facteurs psychosociaux ... 6 2. Les facteurs neurobiologiques ... 7 3. L’évolution de la description de l’hyperactivité grâce à l’apport de ces deux approches ... 8

II.DESCRIPTION DES SYMPTOMES ET ELABORATION DES

CLASSIFICATIONS ... 11 III.EPIDEMIOLOGIE ... 14 A. La prévalence ... 14 1. Données épidémiologiques au Maroc ... 14 2. Données épidémiologiques internationales... 15 B. L’âge et le sexe ... 20 IV.ETIOLOGIE ... 21 A. Les facteurs psychophysiologiques ... 21

(39)

2. Système dopaminergique ... 23 C. Les facteurs neuro-anatomo-psychologiques ... 26 1. L’électro-encéphalogramme ... 26 2. L’imagerie par résonance magnétique (IRM) ... 27 3. Le scanner ... 28 D. Les facteurs génétiques ... 29 1. Les vulnérabilités génétiques ... 29 2. Les gènes candidats ... 29 E. Les aspects tempéramentaux ... 30 F. Les facteurs environnementaux et culturels ... 31 V.DESCRIPTIONCLINIQUE ... 32 A. Les difficultés attentionnelles ... 32 B. L’hyperactivité / impulsivité ... 33 1. L’hyperactivité (ou l’agitation) ... 33 2. L’impulsivité ... 34 3. L’hyperactivité et l’impulsivité ... 34 C. Les symptômes associés ... 35 VI. LEDIAGNOSTIC ... 37

A. Le diagnostic clinique ... 37 B. Les systèmes de classification diagnostique ... 39 C. Les échelles d’évaluation comportementale ... 41

(40)

a. Les pathologies somatiques ... 50 b.. Les pathologies psychiatriques ... 50 b. Les contextes psychosociaux ... 52 c. Les hyperactivités iatrogènes ... 52 H. Les comorbidités ... 53 1. Le trouble oppositionnel ... 53 2. Les troubles des apprentissages ... 53 3. Les troubles du sommeil ... 54 VII.EVOLUTIONAVECL’AGE ... 56 A. L’âge préscolaire... 56 B. L’âge scolaire... 57 C. L’adolescence ... 58 D. L’âge adulte ... 59 LA PRISE EN CHARGE DU TROUBLE DEFICITAIRE DE L’ATTENTION / HYPERACTIVITE ... 61 I.LAPRISEENCHARGENONPHARMACOLOGIQUE ... 63 A. L’étape informative ... 63 B. Les thérapies cognitives ... 64 C. Les thérapies comportementales ... 65 D. Les thérapies cognitivo-comportementales ... 67 E. Les thérapies analytiques ... 69 F. L’éducation familiale et la pédagogie scolaire ... 70 II.LAPRISEENCHARGEPHARMACOLOGIQUE ... 72

(41)

a. La formule chimique ... 72 b. Les classifications ... 73 2. La pharmacologie ... 75 a. La pharmacodynamie... 75 b. La pharmacocinétique ... 77 2. La thérapeutique ... 78 a. Les indications ... 78 b. La posologie et le mode d’administration ... 78 c. Les risques ... 81 c.1 Les effets indésirables... 81 c.2 Les mises en garde ... 83 c.3 Les contre-indications ... 83 d. L’optimisation du suivi du patient ... 84 B. L’Atomoxétine ... 86 1. Présentation de la molécule ... 86 a. La formule chimique ... 87 b. Les classifications ... 87 c. Les formes pharmaceutiques ... 88 d. Les conditions de prescription et de délivrance ... 88 2. La pharmacologie ... 89 a) La pharmacodynamie ... 89

(42)

3. La thérapeutique ... 92 a) Les indications ... 92 b) La posologie et le mode d’administration ... 93 c) Les risques ... 94 c.1 Les effets indésirables... 95 c.2 Le surdosage ... 95 c.3 Les contre indications ... 96 c.4 Les interactions médicamenteuses ... 97 d) L’optimisation du suivi du patient ... 98 C. Les autres alternatives médicamenteuses ... 99 1. Les amphétamines ... 99 2. Les antidépresseurs ... 99 3. Les antipsychotiques ... 100 4.Les autres traitements : clonidine, carbamazépine, modafinil, fer ... 101 D. L’évolution statistique de la prise en charge du TDAH en France ... 102

CONCLUSION ... 106

ANNEXES ... 109

RESUME ... 117

BIBLIOGRAPHIE ... 121

(43)
(44)

Le Trouble Déficit de l’Attention avec ou sans Hyperactivité (TDAH) est l’un des diagnostics les plus fréquents en pédopsychiatrie de nos jours dans les pays industrialisés. Il toucherait 5% des enfants d’âge scolaire et 3% des adultes. Pourtant il reste sous diagnostiqué et sous traité alors qu’il impacte tous les secteurs de la vie de l’enfant et de sa famille et, plus tard, sa vie d’adulte si il n’est pas prise en charge.

Les étiologies du TDAH sont multiples, son diagnostic est essentiellement clinique et son traitement est multimodal, complexe et mal codifié.

Au Maroc, il n’existe pas d’étude épidémiologique évaluant la prévalence de ce trouble chez l’enfant. L’obtention de chiffres nationaux permettra certainement de mieux apprécier son étendue, et de mettre en place une stratégie diagnostique et thérapeutique univoque.

Notre travail a pour objectif de porter la lumière sur ce trouble afin de mieux le cerner et de mettre le point sur les thérapeutiques disponible actuellement, ainsi que de détailler sa prise en charge.

(45)

LE TROUBLE DEFICITAIRE DE

L’ATTENTION / HYPERACTIVITE

(46)

I. CONTEXTE HISTORIQUE DE LA MISE EN EVIDENCE

DEL’HYPERACTIVITE

Après la révolution industrielle, les conditions de vie des enfants commencent à s’améliorer et être réglementés en Europe. à cette époque, la société occidentale a développée des mesures de protection et d’éducation de l’enfant et des jeunes .

C’est dans ce contexte que les premiers experts s’intéresseront à l’hyperactivité chez l’enfant. Les premières descriptions et définitions du Trouble Déficitaire de l’Attention / Hyperactivité (TDAH) seront établies plus d’un siècle après.

A. La naissance du concept de l’instabilité à partir de la

description de ses symptômes

L’hyperactivité est décrite pour la première fois en 1844 par le Docteur Heinrich HOFFMANN (1809- 1894) dans une bande dessinée qu’il a réalisée pour son fils alors âgé de trois ans. Le médecin allemand a étudié à Heildelberg, puis à Paris, avant de diriger et réformer le département de psychiatrie de Francfort-sur-le-Main. Dans son ouvrage Der Struwwelppeter, dont la traduction littérale est « Pierre l’ébouriffé » traduite en France sous le titre de Crassa-Tignasse, l’auteur décrit le comportement d’enfants hyperactifs à travers des comptines. Dans ce recueil, l’histoire de Philippequi-gigote [Figure 1] est l’une des comptines qui illustre le mieux le comportement de ces enfants.

(47)

Ce livre a connu un immense succès en Allemagne puis dans les pays anglophones, après sa traduction par Marc TWAIN. Il fut notamment cité en 1916 par FREUD dans son introduction à la psychanalyse commune illustration du mode de formation des symptômes(1).

Depuis la fin du XIXème siècle, les symptômes de l’hyperactivité ont été décrits de façon constante par de nombreux auteurs. Cependant, ces derniers ne s’accordent pas sur les conceptions étiologiques et thérapeutiques où transparaissent les affrontements idéologiques, notamment sur l’inné et l’acquis, en fonction de leur approche médicale, psychologique ou sociologique du Trouble déficitaire de l’Attention / Hyperactivité (TDAH).

(48)

B. Les apports de la recherche étiologique pour arriver à

une description de l’hyperactivité

Les différents experts qui se sont intéressés au TDAH ont d’abord étudié les facteurs psychosociaux qui pouvaient caractériser ce trouble, avant de rechercher son origine parmi des facteurs neurobiologiques pour le décrire.

1. Les facteurs psychosociaux

Désiré-Magloire BOURNEVILLE, neurologue français, dans son traité " Le traitement médicopédagogique des différentes formes de l’idiotie" de 1897, évoque l’instabilité psychomotrice des enfants qualifiés de « débiles instables » dont il propose une description clinique : « Leur mobilité est exubérante, ils ne restent en place nulle part, se lèvent de table à chaque instant sans motif. S’ils jouent, ils passent rapidement d’un jeu à l’autre, ils se font remarquer par l’indifférence aux observations, la désobéissance et l’indiscipline, ils sont susceptibles et irritables, ils sont contrariants et manifestent des penchants pour la destructivité par manque d’harmonie entre l’impulsivité et les inhibitions […] si on veut les occuper, il faut varier leurs occupations, à peine ont-ils commencé à lire qu’ils veulent écrire. » Dans son ouvrage, l’auteur classe l’instabilité parmi l’imbécillité légère qu’il distingue de l’idiotie absolue et de l’idiotie profonde. L’instabilité est donc tout d’abord rattachée à une déficience intellectuelle. (1) (2) (3)

(49)

Les aliénistes établissent ensuite une description des difficultés de l’attention. Le psychiatre français Henri DAGONET la caractérise comme « ce qui nous empêche d’être impulsif » et le philosophe Théodule RIBOT, considéré comme le fondateur de la psychologie française, est « l’inventeur du phénomène du trouble de l’attention-hyperactivité » selon le Docteur Eric KONOFAL.

Emil KRAEPELIN, psychiatre allemand, parle en 1898 de « psychopathes instables » présentant des troubles de l’activité, une absence de ligne directrice, une absence de compréhension d’autrui, une humeur versatile et ludique, un manque de persévérance et une tendance à la fatigabilité et à la distractibilité. (1) (2) (3)

2. Les facteurs neurobiologiques

Jean DEMOOR, médecin belge, évoque l’expression « chorée mentale » en 1901 en soulignant que ce syndrome peut se rencontrer chez des enfants d’intelligence normale et se manifeste par « un déséquilibre de l’affectivité, des variations excessives des émotions, un manque d’inhibition et d’attention, un besoin incessant de mouvements… Les paroles et les gestes s’expriment par saccades ». (1)

En 1902, date clé dans l’histoire du TDHA, le pédiatre anglais George STILL publie dans la revue The Lancet une description clinique précise de l’impulsivité, de l’inattention et des troubles de l’apprentissage à partir de ses observations sur un groupe d’enfants instables qu’il avait suivis. Le médecin avait remarqué que ces derniers présentaient de grosses lésions cérébrales, de méningo-encéphalite ou de traumatisme crânien et avait conclu que l’instabilité pouvait être liée à une lésion neurologique : le « brain damage syndrome ». Cette hypothèse sera minimisée par la suite jusqu’à parler de dysfonction cérébrale mineure, faute de démonstration probante d’existence de lésion à ce

(50)

3. L’évolution de la description de l’hyperactivité grâce à l’apport de ces deux approches

Au XXème siècle, il est admis que l’enfant doit être surveillé et éduqué. Dans les milieux aisés, ces tâches sont ainsi confiées à l’époque aux précepteurs et aux éducateurs spécialisés. De nombreux auteurs s’intéressent alors au devenir scolaire et social des enfants instables. Georges PHILIPPE et Jean PAUL-BONCOUR, deux médecins français, consacrent un chapitre à l’instabilité dans leur livre

″Anomalies mentales des écoliers″ de 1905, où il est mentionné que l’écolier instable ne peut «fixer son attention soit pour écouter, soit pour répondre, soit pour comprendre. Perpétuellement et malgré lui, son esprit se tourne ailleurs. L’instabilité physique n’est pas moins prononcée que l’instabilité mentale. Ils sont brillants en certaines branches de l’enseignement, ils sont nuls dans d’autres. Ils montrent une déconcertante dysharmonie […] on les retrouve dans la vie comme à l’école avec les mêmes habitudes d’instabilité».

PAUL-BONCOUR distingue dans La sélection morale des écoliers instables à l’école Théophile-Roussel de 1919 les indisciplinés ou instables simples de ceux atteints de troubles associés. Emile LAURENT, médecin-inspecteur des écoles, publie La criminalité infantile en 1906 où il dépeint des élèves « irréductibles qui sont grossiers et insolents, prompts aux coups, se mêlant à toutes les querelles […] en classe, ils sont une cause perpétuelle de désordre. Ce sont des impulsifs. Toute réprimande les met hors d’eux-mêmes. Ils se lèvent sans raison, parlent à haute voix, apostrophent leurs camarades ou leurs maîtres ».

(51)

Philippe CHASLIN, psychiatre français met au point un questionnaire sur l’attitude en classe dans ″Eléments de sémiologie clinique mentale″ de 1912 où sont listés des symptômes comme : bavardage, agitation, turbulence, dissipation, attention apparente, attention réelle, continuité de l’attention… Le docteur Marcel NATHAN et l’éducateur Henri DUROT écrivent leur définition de l’instabilité« incapacité à garder l’immobilité et à fixer l’attention sur un exercice scolaire » dans leurs Conférences médico-pédagogiques sur les arriérés pédagogiques de 1913. Le fondateur de la pédopsychiatrie en France, Georges HEUYER, évoque dans sa thèse Les enfants anormaux et les délinquants juvéniles de 1914, les composantes de l’instabilité : « un défaut d’attention ou instabilité mentale, hyperactivité et incorrigibilité […] quelques fois ces instables sont intelligents, ce sont des arriérés scolaires par défaut d’attention ».

Le neuropsychiatre français Henri WALLON, dans sa thèse L’enfant turbulent de 1925, soulève les difficultés d’adaptation sociale des enfants instables : « Il veut imposer ses règles à ses camarades mais sans persévérance de sorte que, plutôt que de diriger les jeux, ils les désorganisent ». La psychiatre française Jadwiga ABRAMSON qui réalisa les premières évaluations psychométriques comparatives chez l’enfant instable et l’enfant sain, précise dans son livre L’enfant et l’adolescent instables de 1940 que « le niveau intellectuel général de l’enfant instable est équivalent à la moyenne d’une

(52)

Dans la seconde édition du Manuel Diagnostique et Statistique des troubles mentaux (Diagnostic and Statistical Manuel of mental disorders DSM-II), ouvrage de référence qui classifie et catégorise des critères diagnostiques et des recherches statistiques sur les troubles mentaux spécifiques, publiée en 1968 par la Société Américaine de Psychiatrie (American Psychiatric Association APA), l’agitation, la distractibilité et le manque d’attention sont associés à un diagnostic de « réaction hyperkinétique » seulement si ces caractéristiques résultent d’une souffrance affective. Ce diagnostic doit cependant être écarté si les symptômes résultent d’une lésion cérébrale. Cette distinction s’imprègne de l’approche analytique très présente aux Etats-Unis à cette époque.

(53)

II. DESCRIPTION DES SYMPTOMES ET ELABORATION DES

CLASSIFICATIONS

L’hyperactivité désigne d’une part un excès ou un désordre de l’activité, mais également l’association de trois groupes de symptômes : l’hyperactivité ou l’agitation, l’inattention et l’impulsivité.

L’hyperactivité désigne donc à la fois le syndrome et le symptôme.

La troisième version du Manuel Diagnostique et Statistique des troubles mentaux (DSM-III) de 1980marque une rupture avec la psychanalyse. La Société américaine de psychiatrie propose une nouvelle terminologie : « trouble déficitaire de l’attention avec hyperactivité ». "L’inattention anormale pour l’âge" est alors en exergue, avant l’hyperactivité motrice elle-même. Ainsi, le diagnostic repose sur l’analyse des trois critères suivants :

- le déficit attentionnel : caractérisé par l’incapacité de terminer une tâche, la fréquence des oublis, la distractibilité et le refus ou l’évitement des tâches exigeant une attention soutenue ;

- l’hyperactivité motrice : constituée d’une agitation incessante, d’une incapacité à rester en place quand les conditions l’exigent (notamment en milieu scolaire) et d’une activité désordonnée et inefficace ;

(54)

Dans la version révisée du DSM-III de 1987 l’appellation «hyperactivité avec déficit de l’attention» remplace la précédente. L’hyperactivité devient donc un critère majeur pour le diagnostic. Une liste de quatorze manifestations liées aux trois critères diagnostiques précédemment évoqués est établie.

La présence de huit de ces symptômes suffit à poser le diagnostic. (3) (4) (5) De nos jours, deux classifications sont utilisées : la dixième édition de la Classification Internationale des Maladies (CIM-10), publiée par l’Organisation Mondiale de la Santé en 1993, ainsi que la classification américaine du DSM-5 publiée en mai 2013. Elles requièrent la présence d’un nombre suffisant de symptômes d’inattention et d’hyperactivité / impulsivité, sans rapport avec le niveau de développement général de l’enfant et persistant depuis plusieurs mois. Ces symptômes doivent être observables dans des contextes différents et être associés à des troubles de l’adaptation et du fonctionnement social. (6)

La DSM-5 adopte l’expression « déficit de l’attention/hyperactivité (TDAH) » qui est définie comme un trouble comportemental d’origine neurobiologique comportant des problèmes de concentration associés à de l’impulsivité et une hyperactivité psychomotrice. Il existe trois types de TDAH : avec prédominance « déficit attentionnel », avec prédominance « hyperactivité / impulsivité » ou de type mixte (hyperactivité et / ou impulsivité et troubles attentionnels associés).

La CIM 10 maintient le terme de troubles hyperkinétiques (code F90) définis comme des « troubles caractérisés par un début précoce (habituellement

(55)

d'une activité à l'autre sans en finir aucune, associés à une activité globale désorganisée, incoordonnée et excessive ». Cette classification exige donc la présence concomitante de symptômes d’inattention, d’impulsivité ou d’hyperactivité.

Des pédopsychiatres français ont proposé une classification, dont la principale caractéristique est de viser à resituer les symptômes manifestes dans une approche du fonctionnement psychique global de l’enfant et non pas seulement sur des syndromes sʼappuyant essentiellement sur la description de comportements. La classification française des troubles mentaux de l’enfant et de l’adolescent (CFTMEA) range l’hyperkinésie avec troubles de l'attention parmi les troubles des conduites et des comportements. Elle est caractérisée ainsi : « sur le versant psychique par des difficultés à fixer l'attention, un manque de constance dans les activités qui exigent une participation cognitive, une tendance à une activité désorganisée, non-coordonnée et excessive, et un certain degré d'impulsivité; sur le plan moteur par une hyperactivité ou une agitation motrice incessante. » (7) (3) (5)

(56)

III. EPIDEMIOLOGIE

Il est difficile d’estimer avec précision le nombre de personnes hyperactives dans une population, cependant il est constamment établi que les enfants de sexe masculin sont les plus touchés par le TDAH.

A. La prévalence

Plusieurs études épidémiologiques ont été menées à travers le monde pour déterminer la fréquence du trouble au sein d’une population. Mais les résultats varient d’une étude à l’autre. En effet, la population clinique est délicate à sélectionner et des biais de recrutement ne sont pas toujours contrôlables notamment dans la population pédiatrique.

Mais selon le DSM-5 le taux de prévalence mondial des TDAH est de l’ordre de 5,29 %. (5)

Malgré un diagnostic basé sur des critères cliniques, le TDAH reste controversé. Il est reconnu comme tel lorsque les symptômes qui le caractérisent constituent un handicap pour l’enfant et donc une source de souffrance. Les chiffres peuvent varier de façon importante selon les critères diagnostiques utilisés.

1. Données épidémiologiques au Maroc

En terre marocaine, il n’existe pas de statistiques relatives à la prévalence du TDAH. Mais selon l’Association marocaine de psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent, «les pédopsychiatres marocains reçoivent de plus en plus d’enfants en souffrance, qui sont soit adressés par les établissements scolaires pour des troubles des apprentissages, soit amenés par leurs familles en raison de troubles

(57)

2. Données épidémiologiques internationales

 Aux Etats-Unis :

D’après les recommandations de l'AACAP (American Academy of Child and adolescent psychiatry) de 2007, la prévalence du TDAH aux Etats-Unis varie entre 7% et 10%, pour des échantillons d'enfants allant du primaire au secondaire (d’après des études réalisées au début des années 2000). Pour ces échantillons, 4,3% à 7% des enfants étaient ou avaient déjà été sous traitement pharmacologique (ce qui représente de 50% à 70% des enfants diagnostiqués positifs, selon les échantillons). Ces études, concernant de larges échantillons de 2800 à 6000 enfants scolarisés, étaient basées soit sur l'interrogation de bases de données médicales, soit sur des questionnaires remis aux parents : ces deux méthodes recensaient les enfants ayant eu un diagnostic de TDAH.

D’après Kessler et al 2006, les données de l’enquête « National Comorbidity Survey Replication » portant sur un échantillon de 3199 adultes estiment une prévalence actuelle du TDAH égale à 4,4% chez l’adulte. (Outil utilisé : Adult ADHD Clinical Diagnostic Scale (ACDS) : entretiens face à face réalisés entre 2001 et 2003 aux Etats-Unis, sur un échantillon représentatif de la population) (45).

 En Europe :

(58)

le DSM III, 10,9% pour la DSM III R et 17,7% pour la DSM IV (9% de forme inattentive, 3,9% de forme hyperactive et 4,8% de forme mixte). Une autre étude confirme cette augmentation (10) : 7,3% pour DSM III, 10,4% pour DSM IV (5,4% de forme inattentive, 2,4% de forme hyperactive et 2,6% de forme mixte).

Selon des études épidémiologiques utilisant la CIM 10, la prévalence serait de l’ordre de 2% pour la période d’âge scolaire. Ces études ne comprennent que les formes les plus sévères de TDAH, retenues par les experts (expertise collective INSERM). De plus, la répartition selon le genre serait la suivante, 3 à 4% chez les garçons et 1% chez les filles (5).

Toujours en France, mais en se basant cette fois sur les critères du DSM-IV-TR, une enquête téléphonique menée en 2008 auprès d’environ mille foyers comprenant un enfant de six à douze ans, le taux de prévalence de TDAH retrouvé est de 3,5 à 5,6% des enfants de plus de six ans avec un rapport de trois garçons pour une fille (5).

En Finlande, la prévalence estimée est de 6.6% d’après une étude publiée en 1998. Les enfants avaient été recrutés par l'intermédiaire des écoles (sur registres). Méthode utilisée : une phase de screening avec 3 questionnaires : Rutter scale A2 pour les parents (Rutter et al. 1970), Rutter scale B2 pour les enseignants (Rutter 1967) et Children's Depression Inventory remplie par l'enfant lui-même, éventuellement avec un adulte pour aider à la lecture des questions mais sans assistance pour répondre (CDI; Ko-vacs 1992). Une seconde phase était basée sur un entretien avec l’enfant et avec l’adulte (à part), puis sur une sélection des sujets de manière aléatoire parmi les répondants (2

(59)

En Allemagne, la prévalence était estimée à 10,9%, (étude publiée en 1995). Méthode utilisée : échelles passées dans des écoles (5 rurales, 5 urbaines). Celles-ci étaient complétées par les enseignants (1077 enfants): items DSM-III-R (attention-deficit hyperactivity disorder, oppositional defiant disorder, conduct disorder), items DSM-IV (attention-deficit/hyperactivity disorders [AD/HDs], oppositional defiant disorder), et items DSM-III (attention deficit disorder, with and without hyperactivity). Puis, les enfants étaient évalués avec le Diagnostic Interview Schedule for Children, child version (DISC-C; Costello et al. 1984).Au final, un diagnostic était réalisé avec les critères DSM III-R.

Au Royaume-Uni, le NICE (publié en 2008) donne différentes estimations de prévalence du TDAH chez les enfants : 1% à 2 % en se basant sur les critères de la CIM-10, et de 3% à 9% avec les critères DSM-IV (45).

(60)

Pays Prévalence

(%) Population Méthode

France 3,5%à 5,6%

enquête téléphonique menée auprès d’environ 1000 foyers

comprenant un enfant de 6 à 12 ans

Critères DSM-IV-TR

USA 7% à 10% De 2800 à 6000 enfants scolarisés

Recensement des diagnostics Interrogation (bases de données

médicales, et/ou questionnaires remis aux parents)

USA 4,4%

National Comorbidity Survey Replication (3199 adultes, échantillon représentatif de la

pop. générale.)

Adult ADHD Clinical Diagnostic Scale (entretiens face à face)

Europe 3% à 5% Critères DSM IV

Finlande 6.6% Enfants recrutés sur registres scolaires

Screening avec Rutter scale puis entretien avec enfant et adultes Allemagne 10.9% 5 écoles rurales, 5 urbaines

(1077 enfants) DISC-C et critères DSM III

Royaume-Uni

1% à 2%, 3 à 9%

Critères CIM-10 / critères DSM IV

Italie 3,9% 9 écoles 4th grade (enfants de

9-10 ans) Teacher scale, critères DSM III-R

Tableau 1 : Tableau représentatif des données épidémiologiques

(61)

Une étude internationale parue en 2007 (méta-analyse d’articles publiés de janvier 1978 à décembre 2005 et références associées - articles inclus en Anglais, Allemand, Français, Espagnol ou Portugais) a eu pour objectif d’identifier les causes de la variabilité concernant l’estimation des prévalences du TDAH. Cette étude a établi que la variabilité des prévalences d’un pays à l’autre s’explique davantage par la variabilité des méthodes employées d’une étude à l’autre que par la différence géographique.

Les études dont la méthode d’évaluation nécessitait qu’un retentissement significatif des symptômes de TDAH soit rapporté par le patient observent notamment des prévalences plus faibles que les études ne tenant pas compte de ce critère ressenti. De même, les études utilisant les critères DSM III-R ou CIM-10 mesuraient des prévalences plus faibles que celles utilisant les critères DSM IV.

Cette méta-analyse qui porte sur 102 études épidémiologiques comprenant 171 756 patients et menées sur le monde entier, rapporte un taux de prévalence moyen de 5,29% avec une grande variabilité entre les pays, liée essentiellement aux différents critères diagnostiques (DSM IV ou CIM 10) utilisés. Cependant, malgré leur différence culturelle, cette étude n’a pas mis en évidence de différence significative (p=0,40) de prévalence du TDAH entre le continent Nord-Américain et l’Europe (45).

(62)

B. L’âge et le sexe

La prévalence du TDAH varie en fonction de l’âge et du sexe des sujets. La prévalence est plus élevée chez les garçons que chez les filles : 2 à 4 garçons pour une fille dans la population générale, 9garçons pour une fille dans la population clinique. (11)

La plus grande différence de distribution entre garçons et filles est observée chez les enfants d’âge scolaire. A cet âge, la prévalence du TDAH est vraisemblablement sous estimée chez les filles.

Les garçons, hyperactifs impulsifs présentent des tableaux cliniques bruyants facilement repérables, tandis que les filles présenteraient plutôt des troubles de l’attention ce qui retarderait leur prise en charge.

La prévalence du TDAH est élevée dans l’enfance, puis diminue avec l’âge. Le TDAH persisterait dans 66 à 85% des cas à l’adolescence. Cependant, les symptômes tendent à s’atténuer avec l’âge.

L’hyperactivité et l’impulsivité peuvent même disparaître totalement alors que les troubles attentionnels ont tendance à persister. La diminution des symptômes est plus importante chez les garçons que chez les filles du fait que ces dernières présentent plus fréquemment le sous-type déficit attentionnel qui reste plus stable dans le temps.

(63)

IV : ETIOLOGIE

Les causes du TDAH sont multiples et résultent de la combinaison de facteurs biologiques, environnementaux et culturels. (11)

A. Les facteurs psychophysiologiques

Le TDAH est caractérisé par une déficience des processus d’autorégulation ou d’autocontrôle qui permettent une adaptation optimale du comportement de l’individu à son environnement. Ce processus fait intervenir la capacité à sélectionner une réponse parmi d’autres possibles, à la séquencer en opérations élémentaires que le sujet doit organiser, hiérarchiser et planifier. Le défaut d’inhibition de réponse, observé dans le TDAH, perturbe directement les quatre fonctions exécutives suivantes :

- La mémoire de travail

- L’autorégulation des processus de motivation, de vigilance et des affects

- L’internalisation du discours - La reconstitution

L’impulsivité caractéristique du TDAH serait donc le reflet d’une perturbation globale des fonctions exécutives.

B. Les facteurs neurobiologiques

Deux systèmes de transmission de l’influx nerveux sont touchés chez les personnes présentant un TDAH, le système noradrénergique et le système

(64)

1. Le système noradrénergique

Nous nous intéressons tout particulièrement aux neurones noradrénergiques du locus coeruleus qui interviennent dans la vigilance et dans les processus d’attention sélective. Ils réagissent aux stimuli nouveaux et leur activité diminue avec la répétition du stimulus, ce phénomène peut être qualifié « d’habituation ».

Figure 2 : Les neurones noradrénergiques au niveau du système nerveux central (12)

Le système noradrénergique innerve de façon importante le cortex préfrontal, qui joue un rôle fondamental à trois niveaux :

(65)

Les patients atteints de TDAH présentent une diminution de l’activité globale du système noradrénergique. Une hypoactivité corticale serait impliquée dans le déficit de mémoire de travail et une hyperactivité sous-corticale provoquerait l’excitabilité. (1)

2. Système dopaminergique

La dopamine intervient dans l’initiative et l’harmonisation de la motricité, mais également dans l’éveil, l’attention et la mémorisation

Il existe différentes voies dopaminergiques au niveau central, celles qui nous intéressent tout particulièrement sont celles des faisceaux méso-limbique et méso-cortical, qui sont impliquées dans :

- les mécanismes de récompense, - l’apprentissage et la mémoire,

(66)

Figure 3 : Les faisceaux méso-limbique et méso-cortical du système dopaminergique central (13)

La voie méso-limbique, ci-dessus représentée en bleu foncé, trouve son origine dans l’aire tegmentale ventrale (ATV) du mésencéphale et les projections dopaminergiques ont pour cible le noyau accumbens, la stria terminalis, les tubercules olfactifs, le septum l’amygdale, l’hippocampe.

Ce réseau neuronal, qui représente le système de récompense / renforcement participe au contrôle des processus motivationnels et de récompense, il est également impliqué dans les phénomènes de dépendances et

Figure

Figure 1 : Extrait de Crassa-Tignasse

Figure 1 :

Extrait de Crassa-Tignasse p.47
Tableau 1 : Tableau représentatif des données épidémiologiques   internationales (45)

Tableau 1 :

Tableau représentatif des données épidémiologiques internationales (45) p.60
Figure 2 : Les neurones noradrénergiques au niveau du système nerveux central (12)

Figure 2 :

Les neurones noradrénergiques au niveau du système nerveux central (12) p.64
Figure 3 : Les faisceaux méso-limbique et méso-cortical   du système dopaminergique central (13)

Figure 3 :

Les faisceaux méso-limbique et méso-cortical du système dopaminergique central (13) p.66
Tableau 2 : Les facteurs neurobiologiques

Tableau 2 :

Les facteurs neurobiologiques p.68
Tableau 3 et Figure 4 : Les différentes ondes cérébrales humaines (14)

Tableau 3

et Figure 4 : Les différentes ondes cérébrales humaines (14) p.69
Figure 6 : Action du méthylphénidate sur les monoamines au niveau de la synapse (36)

Figure 6 :

Action du méthylphénidate sur les monoamines au niveau de la synapse (36) p.118
Tableau 5 : Les effets indésirables des médicaments contenant du métylphénidate

Tableau 5 :

Les effets indésirables des médicaments contenant du métylphénidate p.124
Figure 7 : Formule chimique de l’atomoxétine  b. Les classifications

Figure 7 :

Formule chimique de l’atomoxétine b. Les classifications p.129
Tableau 6 : Les effets indésirables des médicaments contenant de l’atomoxétine  c.2 Le surdosage

Tableau 6 :

Les effets indésirables des médicaments contenant de l’atomoxétine c.2 Le surdosage p.137

Références

Updating...