Extrait de la publication

22  Download (0)

Full text

(1)

Extrait de la publication

(2)
(3)
(4)
(5)

OUVERTURE

(6)
(7)

L'humanisme serait la religion des pères, la patrie, la prise en charge de l'individu hu- main par les collectivités antérieures échouées dans la collectivité présente. L'humanisme se- rait l'obligatoire désir de vivre selon diverses formes de parasitismes agglutinants, hérédi-

teurs, mnémotiques et sociaux. L'humanité,

c'est la mode que suivent les hommes.

Les cheveux suivent, eux, la mode des che- veux. Les cheveux sont des spores, des nerfs indolores, des serpents qui sifflent sur. Nos

têtes sont leurs maisons et leurs avenues.

D'une tête à l'autre ils échangent leurs si-

gnaux.

Le sang, de son côté, se cohère en mer Rouge en dépit de nos parois corporelles qui l'isolent cinq litres par cinq litres. Pour l'ins- tant; on en est à convenir que les groupes san-

(8)

l'ouvre-boîte

guins sont aussi nombreux que les individus et qu'il n'y a, pour finir, qu'un seul groupe sanguin, le sang, qu'il soit de marquis, de

femme ou de rat.

La souffrance est une matière, une sub- stance, une personne. Elle a besoin des corps pour se manifester. Elle s'y démène en' pointe magnifique, atroce, fleurie. Elle emplit la ca- vité de la conscience qui par elle se trouve tout entière creusée. Elle devient la conscience, mais elle reste extérieure. Elle viole, elle colo- nise le souffrant, elle l'individualise hurlant et, cependant, je la devine, en dehors de lui, fluide, complète, extensible et disponible, une

vraie cause commune.

On n'est pas parvenu, en dépit des tenta- tives de certains cénacles associant composi- teurs et physiologues, à établir avec toute la précision désirable une échelle musicale de la douleur. Cependant, les gammes et les sous- gammes du gémissement hurlé sont à peu près constantes d'un vivant humain à un autre, dans le cas du tarabustage cisailleur de l'épi-

ploon. Les accords de Wagner, approximatifs

et irrésolus en dépit de leur magnificence autoritaire, contiennent, à dessein, ce malaise

(9)

OUVERTURE

qui, à la longue, crée, chez les auditeurs dont l'oreille ne cesse de rester sur sa faim, un trouble nerveux. On pourrait, là, quasiment expertiser la « solidité» de la souffrance, une certaine « souffrance d'attente », considérée en ses vibrations physiques saisissables.

La joie, de son côté, se pèse. Non seulement elle se détermine en épaisseur de sécrétions justiciables de la balance pure et simple, mais, ceci dédié aux amateurs de digestes, elle ac- cepte qu'on l'évalue à partir de la plus ou moins grande teneur en eau, proportionnelle à l'émotion, des poils orificiels du sujet.

Assimiler la chair humaine à la fibre crus-

tacée ou même légumineuse n'appartient à la fantaisie ou à l'irrévérence qu'autant que le moyen n'a pas été tenté de la repiquer en ter- reau dynamisé ou de l'amener tout entière à la condition de l'ongle ou du tissu conjonctif cicatriciel qui se reforment, le cas échéant, comme des pattes de homard. (Au point où nous voici, « terrain dynamisé» rentre parfai- tement dans cette sifflotante musique de noc- tambule "qu'il semble, et pourquoi pas ? que devienne la Science, où chaque note est pos- sible, chaque hypothèse recevable, sous la ré-

Extrait de la publication

(10)

L'OUVRE-BOÎTE

serve que l'on dispose, pour l'actualiser effec- tivement, des laboratoires adoques et du pouvoir monétopolitique incitateur.)

Le « moi », le sentiment vital individuel, est le même chez la plupart des animaux. Du loqueteux à la sublime jeune fille, et dans le premier cri du nourrisson, et quand le chien de la duchesse pianote du bottillon dans les intestins du cerf, se distribue en portions similaires la monotone poussée de l'équilibre

à maintenir entre soi-même et le restant. De

la tête aux anus chacun est une éponge palpi- tante, absorbante, et restituante. Quand il s'agit d'une éponge humaine, elle engouffre indifféremment asperges, gorgonzola, mathé-

matiques, l'oxygène, les moules marinière et

Platon, quitte à restituer le tout sous les espèces contrastées de rapports de police, livres de vers, cris d'amour et fétides hecto-

grammes gras.

Des sentiments aussi généreux et « hu- mains » que l'amour-propre et l'honneur che- valier appartiennent à toutes les espèces, du patricien au kangourou. Ils sont inscrits dans le rampement animal universel. Morale et vertu sont des données colloïdales à quoi il est

(11)

OUVERTURE

affreusement facile de raccorder l'émulation

biologique dans un carré de topinambours (la médaille du travail promise à celui des topi- nambours qui dépassera les autres), le sens paternel de l'oiseau troglodyte, le don archi- tecte du poisson épinoche, la prodigieuse tris- tesse-d'Olympio des papillons mâles, ils se suicident à coups de tête contre la mince vitre qui les sépare d'une papillonne, la noble vo-

lonté de vivre de l'humble oursin. Mutilé comme Nelson, il s'efforce néanmoins de marcher. C'est une désopilante définition du mariage humain moyen que donne Charles Laville décrivant les spirogyres accolant leurs filaments cloisonnés et se reliant par une sorte de pont au milieu duquel la réunion de deux

membranes cellulaires dresse une barrière

Que l'homme classe, fiche, complique et verbalise les motifs de ses dévouements, les objets de ses transports, qu'il dédalise, ruche et godronne le simple et l'élémentaire, n'em- pêche que ses mobiles plongent au même bac fondamental que ceux des solanées, des cryp- togames, des lépidoptères et des savoureux échinodermes. Le même, en tout cas, dans le cadre de l'univers analysable et perceptible.

Extrait de la publication

(12)

L'OUVRE-BOÎTE

On peut, dans la nature, au choix, promener

le cruel miroir positif et radical où tout s'ins-

crira combinaisons de forces, associations flui- des ou heurtées, compositions, décomposi- tions, retours, coïts et traversées ou, au

contraire, dépister jusque dans la soie rude des

petits sangliers rageurs une pensée, une esthé- tique, une bonté en exercice dont les sommets chastépurs étincelleraient dans les lunettes laborieuses de la vieille fille qui éleva, sans s'être jamais caressé le grouf, une sœur idiote, et, de plus, trouva le moyen de faire de son neveu le préfet de Poitiers.

Halte-là Fourrer dans le même sac l'élan

de l'âme et le saut de la panthère, c'est faire profession de brutalisme, de mécanisme, de matérialisme, de struggleforlifisme.

Ce sont des vocables qui ne veulent rien dire, hormis, bien entendu, eux-mêmes. Pas plus que le mysticisme, le christianisme, l' « idéalisme ». Il s'agit, là comme ici, de dispositifs de la pensée qui, même capables

d'engendrer des conséquences concrètes telles

que croisades, révolutions, cathédrales et guerres du droit, n'apportent jamais la preuve qu'ils coïncident avec le mot d'ordre exact de

(13)

OUVERTURE

l'univers (pour ne pas dire le cosmos) dont ils ne sont qu'une facette, possiblement infime, au niveau de notre verbiage mental.

Être chrétien, autrement dit, c'est la même chose qu'être poisson, sans allusion. Être marxiste, c'est être castor ou puceron. Il s'agit de masques psychiques où le bonhomme croit adapter sa tête intelligente alors que personne encore, thomiste ou zélateur du colonel Ba- tista, n'a pu expliquer en quoi l'intelligence, couronne humaine, se distinguait pour de bon de l'instinct, torrent magnétique, l'intelligence et l'instinct étant archi mûrs, d'ailleurs, pour aller rejoindre la liberté au débarras des pro-

thèses encombrantes.

L'abhumanisme serait la disponibilité ab- solue, le refus de sanctionner le choix qu'on se trouve avoir fait, ou avoir subi, dans l'in- sondable passé, d'être un homme, d'être cela qui est moi, d'être cela qui se surprend ici en train de parler, après s'être trouvé, voici quel- que cinquante ans, nez à nez avec lui-même dans son berceau où des marraines impercep- tibles avaient déposé les éléments de son signalement physique, mental et fatal. Mais ce refus souhaite ne pas nourrir la série tra-

(14)

L'OUVRE-BOÎTE

ditionnellement policière et humaniste des

réformes, des jérémiades et des manifestes.

Le mot « abhumanisme » vit le jour sous ma plume, à propos d'un écrivain sicilien, Beniamino Joppolo. De ce compatriote de Pirandello et de Giuliano j'avais traduit un roman qui m'avait plu. Un roman sec et broyé jusqu'à l'os, écrit dans une langue person- nelle, assez étrangère au scrupule générale- ment savant des écrivains péninsulaires.

Joppolo pratique une langue impression- niste approximative. Les vocables s'y juxta-

posent pour leur forme et leur vibration in- trinsèques tout autant que pour leur sens,

lequel, cependant, se manifeste sous la

cadence. Ce livre m'avait plu pour sa fran-

chise. Une franchise pareille à la galopade d'Attila, si, vraiment, elle ne laissa derrière elle que le désert.

Stérilisant, dans un accomplissement ab- solu, les divers thèmes de révolte qui nour- rissent les protestations adressées aux jour- naux par les citoyens de tout poil et de tout gaz qui se plaignent du prix du dit ou qui dénoncent les lenteurs de la bureaucratie, et les protestations, revendications et prétentions

(15)
(16)
(17)

OUVERTURE

de citoyens et d'usagers plus ambitieux qui

prétendent détenir le secret de la justice, et la

justice serait qu'elle fût eux, la justice serait qu'on les écoutât plutôt que les gouvernants en place et que les empereurs en exercice, Joppolo, dans son petit livre, renvoyait dos à

dos tout le monde. Ni les uns ni les autres

parmi plaignants, gouvernants, justiciables, justiciers, personne, non, personne n'arra- chait au Sicilien une adhésion, une sympa-

thie.

Simple, son récit, comme « bonne nuit ».

Un sergent italien au cours de la guerre ré- cente, pour toucher la prime de vingt-huit mille lires, se fait muter de l'infanterie dans l'aviation. Il en est, pour commencer, très af- fecté. Du stade « fantassin », allant de. soi, bonne franquette, rusticité, gros souliers, chambrée, il se transforme, à la lumière des vingt-huit mille lires, dans un type beaucoup plus odieux, celui de tueur aviateur. L'unani- mité avec quoi ses camarades et ses parents réprouvent sa décision révèle une Italie scep- tique, que l'on pourrait dire « humaine », si, précisément, pour s'aligner sur cette « huma- nité », pour la sauvegarder, le sergent désor-

2

Extrait de la publication

(18)

l'ouvre-boîte

mais aviateur Michele Civa n'introduisait,

dans l'histoire européenne de la littérature narrative, le premier travail pratique d'abhu-

manisme. Comment?

Alors que les fumées de la guerre officielle se transformaient en harangues électorales re- coupées par divers miroitements de cigares illustres mêlés du cri des premiers incendies de la reprise asiatique, Joppolo, lui, dans son roman, nous expliquait que le sergent italien Civa, chargé d'aller avec son avion bombar- der l'ennemi, s'était dit, à bord, que, puisque guerre il y avait, l'ennemi était partout.

L'ennemi, c'était l'homme.

L'homme, c'était lui.

Non seulement il ne largua pas ses bombes sur l'ennemi, mais il poussa la logique jusqu'à les déchaîner sur un manège italien de che- vaux de bois où tournaient gaîment de petits enfants, italiens.

Les ailes de son avion avaient été, en plein

vol, assaillies par une volée d'autres enfants, les mêmes peut-être, pareils à des esprits, des anges, des oiseaux. Ils s'étaient accroupis sur les ailes, ils regardaient l'aviateur. Ils le sup- pliaient avec toute la tendresse enfantine de

(19)

OUVERTURE

leurs petits visages plein de fraîcheur et, parmi eux, une espèce de nain au front énorme, l'éternel fort en thème, représentait l'humanité pensante. « Ah petits enfants petits salauds disait le sergent aviateur, vous voudriez bien que je ne les largue pas, les bombes (il prononçait bombes avec trois ou quatre b, à cause de son accent sicilien). Mais vous, petits enfants quand vous allez dans les ruisseaux chercher les grenouilles, et quand vous mangez les côtelettes de mouton, et de la cervelle de veau, petits salauds et à la saison le boucher vient, il a son tablier bleu et son couteau, et il l'enfonce dans le cou du cochon, ça vous est bien égal, et maintenant, au nom de l'enfance, de la patrie, et de l'humanité, vous voudriez que je ne les largue pas, les

bbbombes »

Le sergent fait la guerre, la sienne. Guerre contre l'humanité bouchère, forte en thème

et guerrière. La seule guerre, au fond, vrai-

ment claire pour lui dans une époque, la nôtre, où l'évolution du système épanouit sous l'embrouillage d'obscurs intérêts lyriques dé- mesurés, et de ressorts prétendus économi- ques, l'antique conception troyenne de la rixe

Extrait de la publication

(20)

L'OUVRE-BOÎTE

organisée à plusieurs sous des étendards con-

trastés.

Michele Civa (avec un C) s'attaque aux principes. Les principes agglomérants de l'hu- manité sont les ferments majeurs de la durée humaniste. Tour à tour, il supprime le prin- cipe « autorité », dans la personne de son

propre colonel, qu'il étrangle. Il supprime le

principe « révolution », dans la personne de son vieux sous-lieutenant qui faisait de la pro- pagande communiste et qu'il noie. Il sup- prime le principe « gouvernement », principe des principes, dans la personne du ministre de l'aviation nationale, (et, par la même occa- sion, le principe « aviation »). Il déboulonne l'appareil du ministre, lequel, de ce fait, en plein vol, s'écrase de haut. Ensuite, dans une maison de tolérance, il est à l'instant de sup- primer le principe « amour » dans la per- sonne d'une pensionnaire, mais quelque pudeur, cette fois, le retient. Et puis la fille est du peuple. Mais il ne perd rien pour attendre. Il supprimera le principe « finance» en laissant tomber dans le chapeau du pre- mier mendiant venu ce qui reste des vingt-

huit mille lires.

(21)

Extrait de la publication

(22)

Figure

Updating...

References

Related subjects :