L universitédepau oubliée par l Etat BUDGET Le futur contrat de plan Etat-Région ne prévoit que 14 M pour les

Texte intégral

(1)

JEUDI 29 JANVIER 2015 N°21344 – 1,30 €

JEUDI 29 JANVIER 2015 N°21344 – 1 €

BÉARN Un gradé de la gendarmerie poursuivi pour harcèlement PAGE 4

PAU Un retraité de 76 ans disparu depuis mardi PAGE 4

OLORON PAGE 5

JeanLassalle épinglépour sesbureaux

Il a acquis sa permanence en utilisant ses frais de mandat parlementaire.

BÉARN PAGE 6

L’historien Tucoo-Chala

s’est éteint

©JEAN-PHILIPPEGIONNET

Nelson-Paillou, la ruche sportive

OMNISPORT Structure unique en France, ce centre réunit à Pau des comités départementaux et met en relation tous les niveaux sportifs : des amateurs aux professionnels. PAGE 25

L’université de Pau oubliée par l’Etat

BUDGET Le futur contrat de plan Etat-Région ne prévoit que 14 M¤ pour les universités de toute l’Aquitaine, quand Pau a besoin en urgence de 80 M¤. P. 2-3

ET SI VOUS PROFITIEZ DU WEEK-END ?

& larepubliquedespyrenees.fr

- Chaque vendredi, nos pages spéciales week-end - Tous les jours, un agenda complet des sorties

BT_5x66_Pyr Week-End 2014

Mon journal, ma vie en Béarn et Soule

(2)

2 |

2 AUJOURD’HUI

JEUDI 29 JANVIER 2015

Directeur de la Publication, Directeur Général : Christophe GALICHON Rédacteur en chef : Jean MARZIOU Rédacteur en chef adjoint : Hubert BRUYÈRE Directeur des Services : Philippe CARRERE CPPAP no0917 C 82082

Pyrénées-Presse : S.A. à conseil d’administration au capital de 228.578 euros.

Président du Conseil d’Administration : Olivier Gerolami

Principal actionnaire : GSO SA Publicité et petites annonces : - 6, rue Despourrins, Pau - Place Mendès-France, Oloron Publicité nationale :

COM>QUOTIDIENS, tél. 01 55 38 21 00

6 , rue Despourrins

BP 129 - 64001 Pau Cedex Tél. 05 59 82 20 20 Fax : 05 59 82 20 11

JE M’ABONNE À

Prélèvement...

mensuel

298 e 158 e 79 e 27 e 0,98e/ex en semaine

et 1,28e/ex le samedi Au comptant:

1 an (304 ex.) ...

6 mois(152 ex.) ...

3 mois (76 ex.) ...

1 mois (26 ex.) ...

Choisissez votre formule

Portage à domicile matinal

(uniquement dans les zones desservies)

Abonnement chez votre marchand de journaux (il vous réserve le journal chaque matin)

Par la Poste

Renvoyez ce bulletin avec votre paiement

LA RÉPUBLIQUE

« Service Abonnements » 6, Rue Despourrins / B.P. 129

64001 PAU Cedex

Nom :

. . . .

Prénom :

. . . .

Adresse :

. . . .

Code postal :

. . . .

Ville :

. . . .

E-mail :

. . . .

Tél. :

. . . .

avec TV Magazine chaque samedi +l’accès gratuit au journal

en numérique sur web + iPad

Pour le paiement par prélèvement bancaire ou postal, contactez le Service Abonnements : abonnement@pyrenees.com

Tél. 05 59 82 20 14

du lundi au vendredi (8h30-12h / 14h-17h30)

Cochez votre paiement

L’université de

O ubliée lors du dernier contrat de plan entre l’État et la Région, l’Université de Pau et desPaysdel’Adourrisqueencore desouffrirdumanquedegénéro- sité de l’État pour le prochain contrat 2015-2020.

Depuis décembre, on sait que l’État propose 606 millions d’eurosàl’Aquitainedanslecadre du contrat de plan Etat-Région 2015-2020. De son côté la Région abonderait de 520 millions, ce qui offrira plus d’1 milliard d’euros pour assurer les investis- sements nécessaires au dévelop- pement économique des cinq départements aquitains.

Sur cette somme allouée par l’État, il n’y aurait que 14 millions d’euros dédiés à l’enseignement supérieur, la recherche et l’innovation.Dequoifairebondir le président de la Région, Alain Rousset, qui refuse de signer le projet en l’état. « Cette somme estvraimentdécevanteetj’aiécrit au Premier ministre ManuelValls en demandant 30 millions de plus. Et pour justifier cette demande, j’ai fléché tous les travaux à faire à l’université de Pau et en soulignant le manque de crédits pour la recherche : 6 millions pour six ans. »

Toutefois et heureusement, des contrats pour la recherche seront négociés hors contrat de projet, tandis que des sommes peuvent venir d’autres structu- res comme le Commissariat général à l’investissement.

« La Région

mettra 230 millions »

« Au total, l’État devrait arriver à mettre environ 70 millions quand la Région mettra 230 millions », poursuit Alain Rousset.«Onadéjàfaitbeaucoup pour l’université de Bordeaux.

Nous avons plusieurs projets pour l’UPPA, à l’IPRA (Institut pluridisciplinaire de recherche appliquée dans le domaine du génie pétrolier), l’IPREM (Insti- tut des sciences analytiques et

de physico-chimie pour l’environnementetlesmatériaux) ou au parc technologique des LandesdeJuzan,àAnglet(quivise lasynergieentreleséquipements d’enseignement supérieur et les activités de haute technologie) », poursuit le président, qui souli- gne le succès de l’IPREM « qui est passé de six à 230 chercheurs avec une excellence reconnue ».

80 millions demandés pour les 6 ans à venir

« L’UPPA reste une priorité pour le conseil régional. Nous ne laisserons jamais tomber Pau », promet-il en rappelant que les laboratoiresdel’universitéconfor- tentleslaboratoiresprivéscomme celui de Total. « L’ancrage scien- tifique doit rester attractif pour fairevenirdesentreprises»,souli- gne Alain Rousset. L’Aquitaine consacre près de 13 % de son budgetàlarechercheetl’innova- tion, ce qui la place en tête des régions françaises en la matière.

Les paroles d’Alain Rousset devraient réconforter le prési- dent de l’UPPA, Mohamed Amara, qui n’en finit pas de lister les travaux urgents : « On a fait remonter pour 80 millions d’euros d’investissements pour les six ans à venir. Sur cette sommeilya30millionspourdes réhabilitations urgentes. » Et de lister les bâtiments que pourraient faire fermer les sapeurs-pompiers pour cause de sécurité (lire ci-dessous).

« L’État ne joue pas le jeu »

Et il faut aussi investir pour l’avenir. Ce sont, pour la recher- che,6millionsd’eurosàl’IPREM, 12 millions à l’IPRA et autant sur les Landes de Juzan, etc. « Au début, on avait demandé 130 millions », se souvient Mohamed Amara. « Mais on a supprimédesprojetspourarriver à 80 millions », précise-t-il.

Et de pointer la différence de traitement entre Pau et Bordeaux : « Si on a 80 millions cettefois-ci,celafera100millions sur deux contrats de plan, quand Bordeaux aura reçu plus d’1 milliard. En gros, Bordeaux reçoit cinq fois plus que Pau à effectif égal. L’État ne joue pas le jeu », conclut-il.

Sera-t-il entendu ? Réponse mi-mars.

l LAURENTVISSUZAINE

FINANCES Parent pauvre de l’enseignement supérieur dans le dernier plan

Travaux Universite de Pau - Fev 2015-Infographie Studio Graphique PP

« L’UPPA reste une priorité pour le conseil régional.

Nous ne laisserons jamais tomber Pau »

Alain Rousset, président du conseil régional d’Aquitaine

Et pourtant, les résultats sont bons

Une étude du ministère de l’Enseignement supérieur sur la réussite des étudiantsenlicence(1

er

cycle)placel’UniversitédePauetdesPaysdel’Adour en8

e

positionenFrance,en2014commeen2013.L’établissementestprécé- dépard’autresuniversitésdeprovince,commeVersailles,Angers,Clermont- Ferrand,etc.Letauxderéussiteenlicencepermetdehiérarchiserlesétablis- sements qui « accompagnent le mieux leurs étudiants, de la première année de licence au diplôme de fin de troisième année ». Avec un taux de réussite de 52 % en licence, l’UPPA devance les universités bordelaises.

REPÈRES

1. Droit et lettres en souffrance

Isolation, accessibilité, mise auxnormes,l’UFRdelettresaura besoin de travaux pour un montantde3millionsd’euros,et l’Institut Claude Laugénie (ex- IRSAM) doit être restructuré (1,4 million). Mise en sécurité et aux normes et isolation de la bibliothèque de droit et lettres coûteront 1,3 million de plus. A noter aussi le chantier en cours qui permettra de stocker les produits chimiques, celui du PC sécurité derrière l’UFR de scien- ces.Coût :environ800 000euros.

2

3

O n peut, bien sûr, s’arc-bouter sur ses certitudes, se figer dans ses a 1

prioriidéologiques,maisdanslaviequotidienneonpréfèrelessolutions pragmatiques.Lechoixdesjeunes,avecinternet,enfaveurdel’écono- mie du partage est en forte progression. C’est une nouvelle culture quenoshommespolitiquesferaientbiendeprendreenconsidération.Ellesigni- fie que l’on préfère utiliser que posséder, des solutions communautaires, plus technologiques, bref plus modernes. Ces solutions sont aussi plus économi- ques,cequin’empêcheévidemmentpasdedemanderuneaugmentation,même ce pragmatisme sied à des temps de crise !

Iln’estpasanormalquecettetendancesetraduisedansleschoixpolitiques.

Avec la faillite des idéologies qui, jusqu’à la chute du mur de Berlin, faisaient encorevibrer,latendanceétaitdéjàauréalisme,àfairesonmarchédansplusieurs magasins plutôt que dans le même.

Loinderéactiverlevieuxfantasmeni droitenigauche,ilfautconstatercette nouvelle disposition de l’opinion, confortée par de récents sondages.

Alorsquetoutelaclassepolitiquese déchire autour de questions aussi cruciales que le nombre de diman- chestravaillés,outentededurcirdans unsensplus«néolibéral»,unefranche majorité exprime son soutien à la loi Macron :61%desFrançaisvoteraientlaloiMacron,mêmes’ilsrestentscepti- ques. 58 % des sympathisants de gauche y sont favorables alors que 66 % estimentqu’ilnes’agitpasvraimentd’uneloidegauche !LesFrançais,conscients que,danslamondialisation,l’aveniréconomiquedupaysétaitenjeu,estiment que cette loi ne met pas en cause leur modèle social mais peut, grâce à des mesures « pragmatiques », remettre en marche un pays encalaminé.

Même pragmatisme dans leurs réactions après les attentats. Contrai- rement à ce qu’on aurait pu redouter, les Français font la différence entre l’islametledjihadisme,ilsontété«convaincus»parlesreprésentantsdel’islam deFrancequ’ilsonttrouvés«assezprésents».Ilssontfavorablesàunmaintien ouàuneaugmentationdel’engagementmilitaireextérieurcontreledjihadisme.

Evidemment, l’effroi provoqué par les attentats les fait nettement pencher du côtédespartisansdelasécuritéplutôtqueducôtédesdéfenseursdeslibertés, mêmes’ilesttristequ’ilsneréalisentpassuffisammentlesgarantiesdémocra- tiques qu’offre l’implication d’un magistrat dans les procédures d’écoute ou de perquisition.Maissurtout,ilssemblentsurprisdeleurattachementauxvaleurs d’un pays plus aimé qu’ils ne le pensaient, même si une courte majorité refuse d’en déduire une plus grande confiance dans « l’avenir du pays ». Pragma- tiques mais pas ingénus pour autant !

Les Français et leur

nouveau pragmatisme

« Les Français […]

estiment que la loi Macron ne met pas en cause leur modèle social mais peut, grâce à des mesures “pragmatiques”, remettre en marche un pays encalaminé »

Editorial Jean-Marcel

Bouguereau

(3)

Aujourd’hui | 3

IBEAS IAE

UFR DROIT

IPRA

Palassou Duboué Institut

Claude Laugénie

IUT STID

IUT

GTE Présidence

Parking

Parking

Parking

Parking

Parking

Avenue du Doyen Poplawski

Allée du Doyen Jean Loiseau

Cours Léon Bérard

Entrée Nord Entrée Ouest

1, 8m 1, 8m

Bibliothèque Droit-Lettres

Bibliothèque Sciences

UFR Sciences Chaufferie

UFR Lettres ENSGTI

Halle technologique Lycée

St-John-Perse

g ni kr a P

Parking

g yr r e F s el uJ e ur

levard Audrey Benghozi Boulevar

Hélioparc Pau Pyrénées

CNAM IPREM

LGE

d’Alembert

Les 5 chantiers urgents

Pau est oubliée par l’État

Etat-Région, l’université béarnaise risque encore de souffrir lors du prochain contrat. Alors que les travaux urgents s’accumulent.

2. La chaufferie est à bout

Les problèmes de chauffage concernent tout le campus. On a pu constater que les chaudiè- res de la faculté de sciences sont aussi vieilles que le bâtiment. Le projet est de construire une nouvellechaufferiepourl’ensem- ble du campus, quitte à partager avec le CLOUS et l’École supérieure de commerce (ESC).

Pourleschaudièresetlesréseaux, il faudra compter plus de 3 millions d’euros, selon Hélène Carré, vice-présidente en charge du patrimoine.

3. Le numérique doit s’adapter

Dans un campus éclaté entre quatre sites (Pau, Tarbes, Bayonne, Mont-de-Marsan), les connexions internet sont vitales.

« Il y a une multitude de petits projets pour un total d’environ 6 millions d’euros », explique Hélène Carré. Moderniser l’équipement des visioconféren- ces, le centre d’e-learning et les amphis, le « data center » pour stocker les données des chercheurs, sans oublier le Wifi (8 000 utilisateurs à Pau) et la téléphonie à améliorer.

4. D’Alembert

a mauvaise mine

Bel exemple de l’architecture des années 60, le bâtiment d’Alembert (qui abrite la forma- tion continue) est une magnifi- que passoire thermique. « Toute l’enveloppe du bâtiment est à refaire», note Hélène Carré. Pour réhabilitertotalementlesfaçades, mursethuisseries,plusconstruire un petit bâtiment pour mieux structurer les bâtiments entre eux, il faudra envisager une enveloppe d’environ 9 millions d’euros, dont près de 90 % pour la seule réhabilitation.

5. Déchéance

en sciences

Les deux bâtiments (A et B) de la faculté de sciences et techni- ques n’ont pas grand-chose à envieràd’Alembert(lireci-contre) en termes de vétusté. Une tranche sur quatre a pourtant été rénovée mais certaines parties sont fermées pour des raisons de sécurité (éléments de plafond fragilisés, cloisons en train de tomber…).

Pour refaire l’isolation du bâtiment et les aménagements intérieurs, l’enveloppe sera de 10 à 11 millions d’euros.

François

Bayrou : « C’est honteux »

Maire de Pau mais aussi ancien ministre de l’Éduca- tion nationale, François Bayrou ne saurait être indif- férent à l’avenir de l’univer- sité. «L’université de Pau n’est pas menacée mais elle est fragilisée. C’est un élément essentiel de notre avenir et je trouvehonteusecettemanière dedistribuerl’argent.»Rappe- lant que dans le dernier contrat Etat-Région, l’UPPA n’a reçu que 2 % des crédits alloués à l’Aquitaine, il ne cache pas son amertume :

« C’est d’autant plus scanda- leux de ne pas donner plus pour ce contrat. On peut être en colère contre cet abandon de notre université. Et je suis déterminé à partager le combat pour qu’il n’en soit pasainsi. Ilfautrefuserceplan.

Il faut donner à l’UPPA la part quiluirevientetqu’ellen’apas eu lors du dernier contrat », insiste le maire de Pau.

« Des travaux pour bien enseigner »

Michel Braud, responsable de la vie étudiante et de la formation, reconnaît certai- nes difficultés : « Nos bâtiments datent des années 60 et sont de vraies passoires thermiques. Les amphis sont difficiles à chauffer. On a des collègues qui protestent, des étudiants pas contents, j’en entends parler chaque hiver ! On fait des travaux pour colmater les fuites mais il y a de gros travaux à faire pour la chaufferie. Celle des scien- ces est aussi vieille que le bâtiment, plus de 40 ans ! Il y a des travaux à faire si l’on veut garder le niveau pour fonctionner comme un établissement d’enseigne- ment supérieur. »

« Des

économies partout »

HervéThépault, syndicaliste CGT représentant les person- nels, constate que la vétusté

« engendre des coûts et des contraintes. Mais le plus dur est de fonctionner au quoti- dien en faisant des écono- mies sur les fournitures, les remplacements, car l’essen- tiel de l’argent doit aller à la masse salariale ou aux grands travaux ».

4

5

(4)

FAITS DU JOUR

4 |

UN RETRAITÉ A DISPARU DEPUIS MARDI

F rancis, un retraité de 76 ans habitant rue Castet- nau, dans le centre de Pau, n’a plus donné de nouvelles depuis mardi matin : vers8h45,ilestpartiseuldechez lui, sans dire au revoir à sa femme.Ilnes’estpasrenduchez son dentiste, avec lequel il avait rendez-vous.

Lesrecherchessontengagées depuis mardi : l’enquête pour

disparition inquiétante a été confiéeauxpoliciersdelaSûreté départementale. Le septuagé- naire est parti sans son alliance, sans ses papiers, ni son téléphone. Il n’a pas pris sa voiture.

Francis mesure 1,68 m. C’est un grand marcheur, mince. Ses cheveux blancs sont coupés court. Mardi matin, il était vêtu d’une chemise à carreaux kaki,

d’un pantalon de sport marron avecdespochessurlecôté,etde chaussuresdesportnoiretblanc.

Hier, les policiers ont mené les recherches – notamment le long du Gave et au bois de Pau – avec les renforts de sapeurs- pompiers et de gendarmes, et deséquipescynophiles. Envain.

Unappelàtémoinsaétélancé par la police et le parquet : téléphoner au 05 59 98 22 22. l EN LUMIÈRE

Francis, 76 ans, a disparu depuis mardi matin.

© REPRO P. P.

PAU Francis, un habitant de la rue Castetnau, a quitté son domicile mardi matin. Il n’a plus donné de nouvelles depuis.

L ’ancien commandant d’unebrigadedegendar- merie du piémont béarnais répondra de

« harcèlement », le 26 février prochain,devantletribunalcorrec- tionneldePau.Dénoncéspardeux jeunesgendarmesadjointsvolon- taires (GAV), les faits qui lui sont reprochés se sont déroulés entre août 2011 et août 2012. Ils sont donc antérieurs à la loi de 2012 qui aurait pu entraîner des poursuites pour harcèlement sexuelaggravésurcesdeuxjeunes femmes, qui étaient âgées de 19 et 21 ans quand cette « déviance verbale puis tactile » a débuté.

Le29février2012,le« gestede trop » conduit une des victimes – plaquée ce jour-là contre un mur – et sa collègue à dénoncer àlahiérarchielesagissementsdu sous-officierquilescommande : réflexions répétées sur leur manièredeserviretsurleurphysi- que, propos à connotation sexuelle, gestes déplacés (main danslescheveux,danslecou,aux fesses, sous les habits), etc.

Rapidement sanctionné par sa hiérarchie

Unjour,également,l’adjudant- chefutiliseletéléphoneportable personneld’unedesdeuxjeunes femmespourrédiger,ensefaisant passer pour celle-ci, un message – toujours à connotation sexuelle – à un autre gendarme de l’unité. Une autre fois, alors quelavictimeestsousunbureau en train de brancher une prise, il lui appuie les mains sur les reins et prend une photo des fesses de la GAV avec son portable.

Informée, la hiérarchie de la gendarmerie ouvre une procé- dure disciplinaire en mars 2012.

Etellesévit :pourdes«paroleset gestesdéplacés»,l’adjudant-chef écope de vingt jours d’arrêt, la

sanction maximale qui peut être prise par l’officier commandant le groupement à l’époque. Le sous-officierestégalementaffec- té dans un autre département, sans cependant qu’une enquête judiciaire soit ouverte – les deux jeunes femmes n’ayant alors pas encore déposé plainte.

L’adjudant-chef a seulement reconnu un « manque de discer- nement » face à de jeunes

femmes :ilsoutientqu’enaucun cas il pensait que ses « plaisante- ries»pouvaient affectersesdeux subordonnées.

Le procureur engage une procédure pénale

À l’été 2012, les deux victimes sontmutéesdansd’autresunités, comme elles le souhaitent. Mais elles considèrent que la sanction disciplinaire prise par la hiérar-

chie est insuffisante : elles se sentent abandonnées, et sont toujours profondément boule- versées par ce qu’elles ont vécu.

Elles s’en ouvrent à des collè- gues. C’est ainsi un gendarme local qui saisira l’Inspection généraledelagendarmerienatio- nale (IGGN) : celle-ci diligente alorsuneenquêteinterne. Paral- lèlement,Jean-ChristopheMuller, leprocureurdelaRépublique,est avisédel’affaire :illanceaussitôt une enquête judiciaire, confiée aux gendarmes de la section de recherches d’Agen (47).

Harcèlement moral par des agissements répétés

Cetteprocédurepénaleaboutit doncaurenvoiencorrectionnelle du gradé – qui aura bientôt 50 ans –pouravoirharcelésesdeux jeunes subordonnées « par des agissements répétés ayant pour objet ou pour effet une dégrada- tion des conditions de travail susceptible de porter atteinte à [leurs] droits et à [leur] dignité, d’altérer[leur]santéphysiqueou mentale, ou de compromettre [leur]avenirprofessionnel».Pour l’une des victimes, il lui est aussi reproché«d’avoirexercésurelles des pressions relatives à l’obten- tion de sa qualification profes- sionnelledegendarmeadjoint».

« Ce gendarme avait des états de service irréprochables et il a, tout au long de sa carrière, été aucontactdepersonnelsféminins sans qu’il y ait de problème », souligne M

e

Pierre Santi, l’avocat de l’adjudant-chef. « Il conteste les faits. Et il est stupéfait de se retrouverbientôtdevantuntribu- nalcorrectionnelalorsqu’iladéjà été sanctionné par vingt jours d’arrêt et le retrait de son habili- tation d’officier de police judiciaire… »

l BRUNO ROBALY

L’adjudant-chef a-t-il dérapé

avec ses jeunes subordonnées?

En 2012, l’affaire avait secoué la gendarmerie des Pyrénées-Atlantiques, qui avait fait l’objet d’une enquête de l’Inspection générale.

© ARCHIVES P. P.

GENDARMERIE L’ancien commandant d’une brigade de gendarmerie du piémont béarnais sera jugé à Pau pour des faits dénoncés par deux jeunes femmes gendarmes adjoints volontaires.

ZOOM

« La gendarmerie a tiré les conséquences de cette affaire »

LecolonelWilliamVaquetteaprislecommandementdugroupementdegendar- merie des Pyrénées-Atlantiques en août 2013, un an après les faits. Il ne se prononcera donc pas sur une affaire qui n’a pas encore été jugée par la justice et qui a fait l’objet d’une enquête interne de l’Inspection générale de la gendar- merie nationale. « La seule chose que je peux dire, c’est que la gendarmerie a tiré les conséquences de cette douloureuse affaire : notre institution doit aussi tout faire pour protéger ses personnels », indique le colonel Vaquette, citant en exemple le dispositif « Stop Discri ». Mis en place depuis mars 2014, ce dernier permet à tous les gendarmes de signaler toutes les discriminations, violences, harcèlements ou dysfonctionnements graves dont ils sont victimes ou témoins.

CONSEIL GÉNÉRAL

Polémique autour du

château de Laàs

ESPAGNE

Lors de la commission permanente de ce vendredi 30 janvier, l’exécutif départe- mental soumettra au vote deux projets de délibération qui concernent le château de Laàs.

Ils avaient été évoqués lors de ladernièresessionsurlesorien- tations budgétaires.

Le premier projet de délibé- ration propose la cession de parcelles de terres agricoles à Laàs(4,5hectares).«Cettevente est le marqueur du désengage- ment du Département dans la gestion de son patrimoine culturel », estime le groupe d’opposition Forces 64.

Le second projet prévoit l’adhésion du château départe- mentaldeLaàsauConseilinter- national des musées (ICOM).

Cette adhésion permettra le transfert d’œuvres du château en dehors de ses murs. « Par cette vente et cette adhésion, l’exécutif socialiste organise le démantèlementd’unepartiedu patrimoine départemental, fustige Forces 64. […] Il est inadmissible que l’exécutif du conseilgénéralbradeainsinotre patrimoinepourcompenserses choix budgétaires imprudents et irresponsables. » Jacques Pédehontaà, maire de Laàs et conseiller général de Navar- renx, préfère garder le silence pour l’instant. « Ce serait digne de la part du président Georges Labazée de retirer ces deux délibérations », suggère-t-il. l

Le procès de Batasuna encore repoussé

Le procès de 35 membres présumés de Batasuna, qui devait démarrer ce jeudi à Madrid après avoir été repous- sé suite à l’arrestation d’une partiedesavocatsdeladéfense, a été à nouveau ajourné.

Le procès a été repoussé en raison de la décision d’un des six avocats des 35 accusés, Haizea Ziluaga, de renoncer à assurerladéfensedesesclients.

Lors de ce procès, très atten- du, sont jugés des membres et dirigeantsprésumésdeBatasu- na – considérée comme la branche politique de l’organi- sation séparatiste basque ETA.

Parmieuxfigurentdeuxmilitan-

tes françaises, Aurore Martin et

Haizpea Abrisqueta, et 33

Espagnols, dont des dirigeants

historiques comme Pernando

Barrena ou Juan Jose Petriko-

rena. Ils sont accusés d’avoir

poursuivi leurs activités politi-

ques (conférences de presse,

meetings...) pour le compte de

Batasuna,endépitdesoninter-

diction après 2003. l

(5)

Faits du jour | 5

Jusqu’au samedi 31 janvier

BÉNÉJACQ

Truite Portion

La pièce de 170g minimum

La pièce 1 ,50 E

Raclette pasteurisé

Le kg

Crevettes cuites

Cal 60/80

Le kg

Foie gras de canard

1

er

choix

IGP Sud Ouest

Le kg

8 ,50 E

Magret de canard x3

IGP Sud Ouest

Le kg

Jambon cuit avec os

Transformé en France

Le kg

Orange à feuilles

Naveline Cal 3/4 Cat. 1 Mini plateau de 3,5 kg soit le kg 1,13

Tarte

aux pommes

6 parts

La pièce

Blanquette à mijoter

Veau - Origine France rayon L.S.

Le kg

Filet mignon

Porc - Origine France rayon L.S.

Le kg 9 ,90 E

19 ,99 E 7 ,30 E

11 ,99 E 9 ,90 E 6 ,45 E 3 ,95 E 4 ,00 E

60808890-np

A bus ou pas ? Selon l’association«Pourune démocratiedirecte»,ils sont 24 députés à avoir acheté un local de permanence avec leur indemnité pour frais de mandat. C’est le fruit d’une enquêtede6mois.D’unmontant de 5 770 euros bruts mensuels, l’indemnité sert à l’élu à payer le loyerdesapermanenceouàrégler sesdépensesdecommunication.

Mais ne doit pas permettre d’enrichir son patrimoine. D’où une réforme qui est en cours.

Parmilesdéputésépinglés,deux centristes connus : Jean-Christo- pheLagarde,leprésidentdel’UDI et… Jean Lassalle, le député de la 4

e

circonscription des Pyrénées- Atlantiques. Pour l’achat d’un bâtimenten2003,au2,rueSaint- Grat à Oloron.

«Àl’époquec’étaittotalement légal et cela l’est encore aujourd’hui,réagitledéputéaspois.

Je suis toujours prudent sur ces

aspects-làetonm’avaitassuréqu’il n’yavaitaucunproblème.Etjen’ai pas pensé un seul instant qu’il pouvait y en avoir un. J’ai rempli toutes les déclarations de patri- moineetpersonnenem’ajamais repris sur quoi que ce soit. »

A l’époque, cela faisait un an (depuisqu’ilavaitétééludéputé) qu’il cherchait à louer quelque chosequandonluiasignalé«cette

vieillemaisonquisevendaitàun prixrelativementmodique».Jean Lassalle est en train de procéder aux vérifications, mais dans son esprit, le prix d’achat était « de l’ordre de 60 000 euros ». « J’en ai restauré une partie, précise le député, le reste est dans le même état qu’en 2003, avec un toit pas toujours très imperméable. »

« Une belle leçon d’humilité »

« Maintenant, je comprends quelasituationaévoluéavectoute la misère présente dans ce pays, admetJeanLassalle.Etjesuisbien placépourmesurerquecelapeut représenterunproblèmemoral.»

Àencroirel’éludeLourdios-Ichère, il ne prend pas cette affaire à la légère : « Même si je ne suis pas le seul concerné, j’assume. Mais je n’aurais jamais pensé que je seraisunjourprisendéfautsurce plan-là. C’est une belle leçon d’humilité. » Il tient aussi à repla-

cer les choses dans un certain contexte : « J’avais huit salariés quandd’autresn’enontquetrois.

Une grosse partie de l’indemnité de frais de mandat passait dans les salaires. Cela fait partie d’un tout. Personne ne me demande quoi que ce soit quand je fais des emprunts personnels : 150 000 euros pour la campagne de 2012 et150000eurospourlamarche…»

Quellesuiteseradonnéeàtout cela ? Le sujet est inscrit à l’ordre du jour du prochain bureau de l’Assembléenationale.Ceci,alors qu’uneréformedel’indemnitéde frais de mandat est en cours de réformesousl’égideduprésident PSClaudeBartolone,lesquesteurs et le déontologue de l’institution.

« Je participerai à la réflexion et je suivrai les décisions qui seront prises,assureJeanLassalle.Jem’en veux.Etj’assumerailesconséquen- ces. S’il faut rembourser, je rembourserai. »

l E. B. (AVEC AFP)

Patrimoine : Jean Lassalle parmi les députés épinglés

Jean Lassalle a acheté sa perma- nence, rue Saint-Grat à Oloron, en 2003.

© ARCHIVES N. SABATHIER

ASSEMBLÉE NATIONALE Une association épingle 24 députés propriétaires du local de leur permanence grâce à leur indemnité pour frais de mandat. Dont Jean Lassalle.

24 HEURES CHÔMAGE

Dartigolles : « Désastre social et humain »

« Avec plus

de 7 %

d’augmenta- tion, les P y r é n é e s - Atlantiques enregistrent une forte détériora-

tion du marché de l’emploi pour l’année 2014, analyse Olivier Dartigolles, secrétaire départemental du PCF. Natio- nalement et départementa- lement, avec la publication des chiffres du chômage du mois de décembre, on mesure, une nouvelle fois, l’étendue du désastre social et humain qui frappe notre pays. Avec de tels chiffres pour l’année 2014, comment le gouvernement peut-il maintenir une politique aussi désastreuse ? La bataille de l’emploi a été perdue par François Hollande et ses équipes gouvernementales.

(…) C’est cette réalité et son

lot de souffrances, de priva-

tions et de désespérance qui

nourrissent les fractures dans

notre société (…). »

(6)

6 | Faits du jour

Populaire

Mardi, Jean Lassalle sortait de l’Assemblée nationale quand il expliqueavoirétéassailliparune meutedejournalistes.«Jecroyais qu’ilsvenaientmeparlerdemon livre, raconte le député. En fait non,c’étaitpourmeparlerdema permanence.»JeanLassallefait en effet partie des 24 députés épinglés pour être propriétaires de leur permanence grâce à l’indemnité représentative de frais de mandat (lire page 5).

Même s’il n’a peut-être pas été aussiàl’aisequepourparlerd’«A larencontredesFrançais»,lerécit desalonguemarchedanstoutle pays, l’élu aspois a accepté de s’expliquer. Il a laissé passer l’orage.Ethiersoir,déjà,ilestimait queleschosessetassaient :«Les journalistesviennentànouveau me voir pour mon livre. » Ouf !

Entre les lignes

l Christian Desplat, historien :

« J’ai beaucoup de chagrin. Je l’ai connu en seconde et ne l’ai plus quitté. C’était un professeur et un personnage hors normes. Il voulait qu’on donne une lecture personnelle de ce que l’on avait appris. Il fallait travailler dur et être rigoureux. Il n’était pas un maître à penser. Il ne souhaitait pasfabriquerdesclonesmaisdes êtres libres. C’était un éveilleur.

Tout le contraire des mandarins.

Je lui en suis très reconnaissant.

Il m’a suivi jusqu’à l’agrégation.

Je peux dire qu’il a organisé mes étudestechniquement.Jemesuis attaché à lui. Plus tard, nous avons réalisé en commun cinq à six livres, dont l’histoire du Béarn. Je trouve que la formule de Fébus “En avant” lui sied à merveille. Jusqu’à la fin de sa vie, il a fait preuve de stoïcisme. » l François Bayrou, maire de Pau :

« Il est un point de repère pour l’identité du Béarn, son histoire et sa vie intellectuelle. Il était un

puissant savant d’une grande humilité.LaVilledePauluirendra hommage dans quelques jours.

C’est une très grande figure du monde culturel et universitaire qui disparaît. »

l Jacques Pérot, président de la Société Henri IV : « J’ai beaucoup de peine. C’était un ami et un grand serviteur de l’histoire et de la culture de son pays, dont l’œuvre prolifique a marqué la vie culturelle. Nous avions créé ensemble l’association “Henri

IV 1989” pour l’organisation des célébrations du quatrième centenaire de l’avènement d’Henri IV. »

l Jean-François Saget (librairie Marrimpouey) : « Notre maison a édité plusieurs de ses livres. Il avait impulsé la collection commune“Béarn Adour” (1970- 1978) et contribué à la création d’une société d’édition indépen- dante avec Jean Marrimpouey.

C’étaitunhommesimple,affable, populaire. »l

« Un professeur hors normes et un éveilleur »

E minent spécialiste de Gaston Fébus et de l’histoire médiévale – fil rouge d’une vie intellec- tuelle foisonnante –, l’universi- taire PierreTucoo-Chala nourris- sait une passion dévorante pour le pays de son père, un artisan- commerçant originaire de Soumoulou.C’estdanslacapitale du Béarn, héroïne d’écrits souve- rains consacrés au passé de la cité, qu’il a rendu son dernier soupir le 23 janvier au centre Vignalou où il était hospitalisé.

Autour de Suzanne, sa veuve, et leur fils François, avocat au barreau de Pau, les proches ont dit adieu au défunt, hier matin, lors d’une cérémonie au créma- torium de Pau.

Né à Bordeaux le 20 avril 1924, Pierre Tucoo-Chala, benjamin de deux garçons, arriva à Pau dans sa prime jeunesse. Elève de l’école Gaston-Phoebus puis du lycée Louis-Barthou, il décroche, en 1942, un huitième accessit au concours général d’histoire, prélude à une pléiade de diplô- mes glanés à Bordeaux et Paris : licence d’histoire-géographie (1942-1945), DES (1946), agréga- tion (1948) et doctorat d’Etat à la Sorbonne (1960). En 1952, il avait épousé Suzanne, étudiante à Bordeaux, elle aussi vouée à l’enseignement supérieur.

Bibliographie féconde

Successivement professeur à Bordeaux et au lycée Louis- Barthou, maître de conférence à l’université de Bordeaux (1964- 1966)etdirecteurduCollègelitté- raire universitaire de Pau (1966), il œuvrera intensément à la

créationdel’UPPAaveclesoutien de la municipalité de Louis Salle- nave.«Ils’enétaitfaitundevoir», résume Suzanne Tucoo-Chala.

Doyen de la faculté des lettres de Pau, directeur du centre d’études pour étrangers et du départe- ment d’histoire, il prendra sa retraite en 1992. Son action lui valut, entre autres distinctions, lesinsignesd’officierdelaLégion d’honneur (1994).

Sur les chemins de la connais- sance, le couple évolua dans la complémentarité des engage- ments. Si Suzanne fonde le Centre de recherches sur le protestantisme béarnais, Pierre publie, dès 1974, des travaux pointus sur Gaston Fébus, le Béarn, l’Aragon et la péninsule ibérique au Moyen Age, ou encore l’épopée anglo-saxonne

de Pau au XIX

e

siècle… Riche d’une bonne vingtaine de titres, la bibliographie du professeur émérite fut saluée de plusieurs prix : Schlumberger (1961), Les Trois Couronnes (1980), Jules- Michelet (1991) et l’Académie française (1995). Il ne ménagea pas non plus ses efforts pour animer et tenter de fédérer les cénacles d’érudition.

62 ans de mariage

A la tête de la Société des sciences, lettres et arts de Pau (1965-1991) et de l’Académie de Béarn (1975-1998), « il rêvait de fusionner toutes les sociétés culturelles », rappelle l’épouse.

Le chercheur eut enfin « le souci de diffuser l’histoire béarnaise hors du campus ». Ainsi s’employa-t-il à organiser maints

colloques, séminaires et autres expositions.

Dansl’intimité,l’hommed’un commerce fort agréable s’attachait la sympathie de tous, y compris sur le lit de souffrance qu’il ne quittait plus depuis sept ans. « En 62 ans de mariage, je n’ai pas le souvenir d’une dispute », s’attendrit Suzanne.

«Nousétionsformésdelamême façon », ajoute-t-elle, comme pour justifier une aussi belle harmonie.

En 2015, l’œuvre de référence perdure avec la sortie de « Signé Fébus, comte de Foix, prince de Béarn » sous la direction de Véronique Lamazou-Duplan, un ouvrage édité par l’UPPA dans un esprit de « continuité » avec le maître disparu.

l RENÉE MOURGUES

La mort de l’universitaire et historien Pierre Tucoo-Chala

Le brillant intellectuel Pierre Tucoo-Chala œuvra sur plusieurs fronts : la création de l’université de Pau et des Pays de l’Adour, la recherche historique, l’écriture et l’animation de sociétés culturelles du Béarn.

© ARCHIVES P.P.

HOMMAGE Pionnier de l’université paloise, professeur d’histoire-géographie et auteur d’ouvrages-clés sur Pau et le Béarn, l’érudit Pierre Tucoo-Chala s’est éteint le 23 janvier à 90 ans.

« La création de

l’université de Pau, il s’en était fait un devoir »

Suzanne Tucoo-Chala, épouse de l’universitaire disparu

ÉLECTRICITÉ

ERDF investit 22 millions

ERDF va présenter vendre- diàOloronunplan«exception- nel » de 22 millions d’euros d’investissementsetdemainte- nance sur la période 2015-2018 dans les Pyrénées-Atlantiques.

Pour l’entreprise gestionnaire du réseau de distribution d’électricité, il s’agit de « stabi- liserletempsmoyendecoupure sur incident par an et par client (hors incidents exceptionnels) en dessous de 70 minutes ». Il se situe « autour de 87 minutes depuis 2011 ». l

A NOTER

L’ESC à l’hippodrome. Samedi 31 janvier se déroulera à l’hippodrome de Pau la journée de l’École supé- rieure de commerce. L’ob- jectif est de faire venir au Pont-Long des jeunes, et plus particulièrement des élèves de l’ESC Pau. Plus de 150 étudiants sont attendus.

Ce sera pour eux l’occasion de découvrir le monde des courses, de s’initier aux pa- ris et de passer un moment convivial dans un salon pri- vatisé. Les 6 courses de plat au programme à partir de 10h sont sponsorisées par l’ESC mais aussi par cinq associations de l’école. Ins- cription au 05 59 92 64 64.

Visiteurs de malades. L’asso-

ciation VMEH (Visite des

malades dans les établisse-

ments hospitaliers), secteur

Béarn, tiendra son assem-

blée générale lundi 2 février,

à 15h15, à l’hôpital de Pau,

salle de conférence n° 1.

(7)

Faits du jour | 7

services mémo

CRÉATION ET RÉNOVATION DE VOTRE SALLE DE BAINS

Notre équipe expérimentée et formée aux techniques innovantes assure un travail propre, de qualité, avec des délais réduits.

Nous proposons également l’aménagement d’un espace douche sur mesure, posé dans la journée, à la place de votre baignoire.

S2B CLÉ EN MAIN

ARGAGNON 06 12 24 36 90

s2b-cle-en-main.fr

DAL’ALU

Spécialiste de l’aluminium prélaqué.

- Gouttières

- Habillages d’avant toit et planche de rive - Lambrequins DEVIS GRATUIT

SARL DALLES DU LAC

Secteur Béarn & Soule Contacts : 06 28 46 13 35 Tél. 05 59 83 39 21 Fax. 05 59 83 39 20

e-mail : dallesdulac@gmail.com

MENUISERIE PVC, ALU, BOIS

Des prix défiant toute concurrence.

Fenêtres. Vérandas.

Portes de garage.

Volets battants.

Volets roulants. Stores de terrasses.

Un service de qualité dans la pose et des produits de haute performance.

MAISON DÉVELOPPEMENT

67, avenue Rauski - JURANÇON Tél. 05 59 13 45 06 - 06 77 86 90 37

www.maison-developpement.fr

P

Taille et réduction d’arbres

P

Démontage et abattage d’arbres dangereux avec nacelle 22 m

P=

Broyage de branches

P

Entretien parcs et jardins

SARL VERT FOREST JOSÉ CALVO - 20, chemin Romas - MONTARDON Tél. 09 63 20 50 50 - 06 85 46 89 93 Fax 05 59 12 07 37 - vertforest@orange.fr

VERT FOREST SARL

26 ans d’expérience

ISOLATION DES COMBLES PAR SOUFFLAGE DE LAINE DE ROCHE

- Grand pouvoir couvrant - Durée de vie 50 ans - Produit certifié

- Excellente résistance thermique - Idéale pour combles difficiles d'accès - Rapidité de mise en oeuvre - Sécurité incendie - Crédit d’impôt - Excellente performance acoustique - Barrage aux termites et aux insectes

MAISON DÉVELOPPEMENT

67, avenue Rauski - JURANÇON Tél. 05 59 13 45 06 - 06 77 86 90 37

www.maison-developpement.fr

SALLE DE BAIN

CLÉ EN MAIN

15 ans d’expérience.

De la dépose de votre baignoire pour la création d’une douche à la rénovation complète de votre salle de bain.

Avec plus de 500 réalisations sur PAU.

Réalisant moi-même les devis et les tra- vaux sans intermédiaires, je vous assure un travail de qualité et m’engage sur la tenue des délais.

Créer votre salle de bain est mon métier.

CHRISTOPHE LASSERRE

MONTARDON

05 59 33 29 38 - 06 13 15 90 19

Bonne an née 2015

GOUTTIÈRES ALUMINIUM DAL’ALU

Fabrication et pose de gouttières aluminium, de marque Dal’Alu.

4 modèles différents. 33 ans d’expérience.

Lambris et planche de rive en aluminium ou en P.V.C. Neuf ou rénovation.

DEVIS GRATUIT.

E.U.R.L. SARRAT

115, rue du Poumet Zone Eurolacq - 64170 ARTIX Tél. 05 59 83 31 23 - Fax : 05 59 83 38 18

http://www.sarratalu.com sarrat.dalalu@orange.fr

RENOVATION ET DÉCOUPE DE BAIGNOIRES

Ne cassez plus votre salle de bain pour changer votre baignoire : faites-la rénover en blanc ou en couleurs.

Vous ne pouvez plus enjamber votre baignoi- re: nous effectuons une ouverture sur mesu- re pour plus de sécurité. NOUVEAU en option une porte étanche. Tous ces travaux sont réalisés sur place, dans la journée sans démontage ni poussière. DEVIS GRATUIT.

RENOVBAIN

LARRESSORE - Tél. 05 59 93 09 09 06 64 98 09 09 www.renovbain.fr

CTS

PATRICK COVES LE SPÉCIALISTE DE L’ENTRETIEN DE VOS ARBRES

Avec le concours de grimpeurs-élagueurs diplômés. C.T.S peut intervenir sur tous vos arbres. Pour la taille raisonnée, la restauration, le traitement phytosanitaire, l’abattage ou l’essouchement, contactez C.T.S au 05 59 84 35 94. Membre du Cercle de Qualité de l’Arboriculture Ornementale, diagnostic gratuit.

C.T.S

Parc d’Activités Pau-Pyrénées 05 59 84 35 94 - Fax 05 59 84 08 29

cts9@wanadoo.fr

60611780-np

BÂTIMENT / CONSTRUCTION

MAISON /

DÉCORATION SERVICE

À LA PERSONNE

JARDIN / TRAVAUX EXTÉRIEURS

Pour paraître dans cette rubrique, appelez le

05 24 36 35 00

BOIS

DE CHAUFFAGE

Chêne et hêtre sous abri.

Le stère : en 50 cm 65ETTC en 33 et 40 cm 70ETTC Livraison incluse. Autres dimensions disponibles.

Commandez votre bois dès maintenant pour l’hiver prochain.

LE BOIS DES PYRÉNÉES

06 67 53 19 44

www.leboisdespyrenees.fr

EVITEZ LES RISQUES DE CHUTE

Remplacez votre baignoire par une douche, concept unique !!

Installation rapide.

Plus besoin d’enjamber votre baignoire.

Vous conserverez votre faïence actuelle.

Pas de gros travaux, chantier propre.

Receveur sur mesure.

DEVIS GRATUIT

ESPACE-DOUCHE

SAUVAGNON - 06 22 06 65 15

contact@espace-douche.com www.espace-douche.com

ISOLATION MENUISERIE POËLES A BOIS OU A GRANULES

Vente de granulés Rénovation - Charpente Couverture

Isolation des murs par l’extérieur Qualibat RGE. Crédit d’impôt.

BCMB

Chemin Lapeirade à Morlaàs Contacts :

Tél. 05 59 02 52 95 contact@bcmb.fr www.bcmb.fr

TERMITES ISOLATION

- Lutte contre les termites avec le système par appâts «Sentri-Tech»

- Traitement de charpente Isolation des combles, tous types d’isolants

Entreprise certifiée Qualibat 20 ans d’expérience

Entreprise reconnue garant de l’environne- ment (RGE) et conventionnée par la région Aquitaine pour l’EcoChèque.

Etude et devis gratuits dans le 64 et le 40

EURL HANDY

SAINT-PALAIS Tél. 05 59 65 65 92

NETTOYAGE DE VITRES

Difficile d’accès ou d’entretien.

Un professionnel à votre service.

Poss. paiement CESU TVA 10% - Déduction fiscale Devis gratuit.

Gérant : Antoine Ferrer

N.C.V.

- 174, avenue Jean Mermoz - PAU Tél/Fax 05 59 62 11 15

contact@nettoyageferrer64.fr www.nettoyageferrer64.fr

NOUVELLE STAR Chant, chorégraphies, tournages, inter- views : les journées de Pauline Laffitte, la candidate béarnaise de « Nouvelle Star » (1), sont bien remplies. « On est dans notre bulle, on ne voit pas le temps passer », dit la musicienne, logée dans un hôtel parisien avec les huit autres candidats retenus.

Soutenue par tout son village de Saint-Faust, où une retrans- mission sur écran géant est programmée à la salle polyva- lente, la jeune artiste revient ce

soir en direct avec une chanson folk en anglais, « Home », de Edward Sharpe & The Magnetic Zeros. « Au début on m’a propo- sé une chanson en français de Barbara. Mais je voulais quelque chose qui bougeait un peu plus. » Mathieu, le jeune Landais, est aussi un enfant de Saint-Faust :

« J’y ai vécu jusqu’à l’âge de 4 ans.

Ma mère était prof de français au lycée Monod de Lescar. » Là même où est aujourd’hui scola- risée Pauline ! Ce soir, il interpré- tera une ballade de Ed Sheeran :

« Thinking Out Loud ». Quant à Martial, le Bayonnais, il chante- ra une version acoustique de

« Alter Ego » de Jean-Louis Aubert.

l S. C.

(1) Ce soir à 20h50 sur D8.

Mathieu et Pauline de Saint-Faust sont toujours en lice.

© S. C.

Pauline ce soir sur D8

EN CHIFFRE

20 000

La somme en euros rempor- tée, lundi dernier, par un parieur au Quinté+, au bar-PMU Le Carré d’as, à Lons.Uneville où il fait bon jouer puisque

le plus gros gain de l’année en Béarn a également été enregis- tré à Lons, au tabac Saint-Julien cette fois. La somme se montait à 70 000 euros.

Deux films tournés en partie en Béarn ont été plébiscités par lemondeducinémafrançais.Avec neufnominationsauxCésar2015,

« Les Combattants », de Thomas Caillez,talonnele«SaintLaurent»

de Bertrand Bonello, cité dans dix catégories. « Eastern Boys », de RobinCampillo,estnominéàtrois reprises. Tous deux sont notam- ment en lice pour les statuettes de meilleur film et de meilleur réalisateur. La 40

e

cérémonie des César se déroulera le 20 février au théâtre du Châtelet, à Paris.

Du Béarn aux César

LA GAZETTE DU 64

(8)

8 |

29 rue Montpensier - PAU

05 59 27 45 10

MAISON INDIVIDUELLE

*Voir conditions en agence.60728500-MC

CONCEPTEUR • CONSTRUCTEUR DE VOTRE MAISON

Votre maison

à moins de

100 000 *

Jo Labazée

« perdu » !

Hier,aucoursdes discoursinaugu- raux du collège Marguerite-de- Navarre (lire ci- contre),Georges Labazée, prési- dent du conseil

général,aavoué«êtreperdudans cecollège».Mardiavantdepartir pour Paris, il a demandé à sa femme,ancienneélèvedel’établis- sementilyaplusieursdécennies – dans les années où le collège a étébaptisédunomdeMarguerite de Navarre… « C’était il y a une soixantaine d’années » – de lui dessinerlecollège.Uncollègequ’il n’apasreconnuhier !

Clin d’œil

EN VILLE CENTRE-VILLE La rue des Orphelines sera fermée ce samedi Lacirculationserainterditece samedi rue des Orphelines.

Une fermeture imposée par undéménagementaun°1de la voie. Pendant cette opéra- tion, l’accès au parking Clemenceau se fera unique- ment par rue Louis-Barthou.

Lesautomobilistesvenantdes rues Gambetta, le square AragonetlarueLouis-Barthou.

TRAVAUX

Sécurisation sur une partie de l’avenue Nobel AlorsqueleDépartementavait déjà prévu des travaux d’aménagementsurlaRD943 (avenueNobel)entrelapartie comprise entre la rocade et le pont sur l’A 64, la Ville a décidédesejoindreàceprojet pourrenforcerlasécurisation de cette partie. Notamment en réduisant la largeur des voies, en créant des trottoirs, des îlots séparateurs… Le montant total du chantier s’élèvera à 266 697 € TTC, financés par la ville de Pau et le conseil général.

Treize millions d’euros sont annoncés pour la restructuration et la rénovation complète du collège Clermont. Début des travaux en mai.

© ARCHIVES A. TORRENT

Établissement historique de la ville, le collège Marguerite-de-Navarre, après sa

56 M€ injectés en cinq

ÉDUCATION Depuis septembre 2010, le Conseil général a engagé de très importants travaux de

PAU & GRAND PAU

CONTACT : 05.59.82.18.22 - pau-pp@pyrenees.com

JEUDI 29 JANVIER 2015

Les collèges palois sont en mouvement. Hier, étaient inaugurés les travaux à Marguerite-de-Navarre. C’est l’occasion de faire le point sur la situation et d’envisager l’avenir avec la construction d’un collège expérimental unique dans les Pyrénées-Atlantiques. Une façon de consolider et d’encourager les « bons résultats » du département.

Cette année, les trois collèges existants – dont le seul but est « de ne laisser personne sur le bord du chemin » – accueillent 2 289 élèves répartis en 95 classes. Le léger différentiel (75 élèves en moins au total par rapport à l’année scolaire 2013-2014) n’est en rien « inquié- tant » selon le Conseil général.

Près de 15 millions d’euros de travaux de restructuration (pour 11 900 m

2

de surface). Le collège

« historique de la ville, qui porte lenomd’unehumanisteconvain- cue », précisait l’inspecteur d’académie,abénéficiéd’unbeau chantier de réhabilitation.

Commencés en 2011, ces travaux sont quasiment termi- nés.C’estdoncunétablissement

« adapté, avec des salles spécia- lisées » qui a été inauguré hier midi,parGeorgesLabazée,prési- dent du Conseil général et Pierre Barrière inspecteur d’académie DASEN,enprésencenotamment d’élus.«Cetétablissementprend le virage d’une ère nouvelle, celle du numérique avec 230 postes informatiquesoitunpourquatre élèves.Dansledépartement,nous avons de bons résultats dès le premier degré », notait Pierre Barrière.«Noussommesconfor- tésdansl’idéequelaréussitedoit perdurer... Tout en continuant à être vigilants et à ne pas nous reposer sur nos lauriers ». Pour Georges Labazée, c’est « un

chantier complexe qui s’achève carsituédansunenvironnement protégé».LeprésidentduConseil généraln’apasmanquédesouli- gner « la richesse des aménage- ments»,particulièrementlasalle ULISquiaccueille6jeunesautis- tes, scolarisés dans des classes normales. « Ils ont des compé- tences élevées mais ils ne sont pas en capacité d’avoir des relationssociales».Chacun,dans cette salle, « a son coin pour se sentirensécurité».Laréussiteest là « grâce au fort investissement des enseignants ». Une réussite saluéeetencouragéeparGeorges Labazée.

l MIREILLE DUDUN

Margot rénové et

adapté à la modernité

Seize millions d’euros (dont 3 M€ de l’Anru et 1 M€ du Conseil régional) pour le collège expérimental avec internat de la réussite pour tous et espace culturel. C’est le nouveau challenge que s’est donné le Conseil général. Ce collège, le premier dans le département, sera unique dans l’académie de Bordeaux où n’existent aujourd’hui que des lycées innovants. Il faut aller à La Ciotat, par exemple, pour en trouver un.

150 places en internat

Unique, cet établissement le sera par son internat de 150 places, innovant par rapport au temps éducatif mais aussi au temps de vie (avec des lieux collectifs et individuels). Les places seront ouvertes aux collé- giens. Et 30 seront réservées aux

Un collège

C’est en mai que débuteront les travaux de restructuration du collège, proche de l’université.

La livraison est prévue fin octobre 2016. Cet établissement, qui date comme les autres collè- ges palois des années 60-70, se consolera avec ce chantier d’envergure : on se souvient qu’en décembre dernier, l’équipe était marrie de ne pas avoir été retenue par le ministère pour être classé en réseau d’éduca- tion prioritaire. A l’avantage de Jeanne-d’Albret (lire par ailleurs).

Déménagement en mars

Cependant, c’est une très importante – et indispensable aussi bien pour les élèves que l’équipe pédagogique – réhabi- litation qui sera entreprise dans les prochains mois. Le défi : réaliser les travaux tout en conti- nuant d’accueillir élèves et ensei-

gnants. Dès ce mois de mars, l’ensemble de l’établissement déménagera dans des locaux provisoires installés sur le terrain de l’École supérieure du profes- sorat et de l’éducation (ESPE, anciennement l’IUFM, l’Insti- tut universitaire de formation des maîtres).

Plus de 2000 m

2

gagnés

Les travaux seront progressi- vement livrés au fur et à mesure de leur réalisation. Le Conseil général prévoit des réunions régulières d’information ainsi

qu’une réunion de chantier hebdomadaire pendant toute la durée de la réhabilitation.

L’établissement gagnera ainsi plus de 2 000 m

2

, passant de 7 200 à 9 500 m

2

: un nouveau CDI, de nouvelles salles d’ensei- gnement pour la physique et les sciences et vie de la terre. Sont aussi prévues la rénovation des logements de fonction puis la démolition et la reconstruc- tion des locaux de la SEGPA.

L’intérieur de l’existant sera entièrement refait. Les murs, relookés, bénéficieront d’une isolation thermique et phoni- que. Dans un second temps, la rénovation concernera la salle de restauration et les cuisines de la demi-pension. Maîtres d’œuvre : les architectes palois MichelVaisse et bordelais Denis Debaig.

l M. D.

Clermont : un chantier de 17 mois

FICHE TECHNIQUE

Collège Clermont, rue du Mohédan.

614 élèves pour l’année scolaire 2014-2015 répartis dans 28 classes.

Principale : Maryse Bargues.

13 millions d’euros TTC de travaux.

Début du chantier : mai 2015.

Livraison : fin octobre 2016.

FICHE TECHNIQUE

Collège Marguerite-de-Navarre, 14 boulevard Barbanègre.

905 élèves pour l’année scolaire 2014-2015 répartis en 32 classes.

Principal : Christophe Delieux (depuis la dernière rentrée).

14,8 millions de travaux de restructuration effectués.

Début du chantier : juillet 2011.

Livraison : août 2014.

(9)

| 9

11, place Clemenceau - PAU

Grande

Braderie

VÊTEMENTS - CHAUSSURES - HOMME - FEMME

Mercredi 28 • Jeudi 29

Vendredi 30 • Samedi 31 janvier

22011515-vp

Sur ce terrain (anciennement occupé par Jean-Monnet), sera construit le collège expérimental. Seul le gymnase sera conservé (le bâtiment gris au fond).

© A. TORRENT

ans dans les collèges palois

restructuration complète, entre dans une nouvelle ère.

© ASCENCION TORRENT

restructuration des trois collèges existants. La construction du quatrième, « expérimental », démarrera en mars prochain.

Pau

Labonnenouvelleesttombée en décembre dernier : le collège Jeanne-d’Albret, dans le quartier Trespoey, venait d’être classé en tête d’un Réseau d’éducation prioritaire (REP). Un classement loin d’être dénué d’intérêt tant pour les équipes pédagogiques quepourlesélèvescarilest«une reconnaissance du travail ». En tout cas, un « enjeu de réussite ».

Des moyens supplémentaires (plus de cinquante heures attri- buées),desformationsauxensei- gnants assurées, des groupes réduits :FlorenceDupouy,princi- pale,ettoutesonéquipepédago- gique entament le travail de réflexionpour«déterminerl’utili- sationdesmoyensalloués»dans le cadre de ce classement en Réseau d’éducation prioritaire.

Une principale « heureuse et honorée»quiauraplusdemoyens

« pour imaginer la réussite de chaque élève. Ce sera, à partir de larentrée2015,faireencoremieux avec plus pour pouvoir mieux apprendre ensemble ».

Une équipe « prête »

Alorsque«lenombred’élèves devraitresterconstant»,lesecteur derecrutement«identique»(«la sectorisation ne change pas avec

unemixitésocialeimportante» (1), ceclassementenREPestàprendre

«au sens professionnel du terme pourtravaillerenréseaudansune cohérence entre le projet acadé-

mique et le projet de l’établisse- ment ». Déjà, le collège palois a

« largement travaillé sur le climat scolaire avec, maintenant, un établissement pacifié et une communautééducativerassurée.

Nous sommes préparés à offrir tout le potentiel de ce que peut nous donner ce classement ».

l M. D.

(1) Quartiers palois de Saragosse, Ousse des Bois et Trespoey ; et les communes de Sendets, Nousty, Artigueloutan et Ousse.

Pour la rentrée prochaine, l’organisation du temps scolaire aura été repensée par les équipes pédagogiques pour « imaginer la réussite de chaque élève ».

© ASCENCION TORRENT

Jeanne-d’Albret : le bonheur d’être en Réseau d’éducation populaire

lycéensdanslecadredesCordées de la réussite, en lien avec la Région Aquitaine.

Unique, l’établissement le sera par la mixité sociale et la désectorisation. Unique aussi par son ouverture sur le quartier.

Unique encore avec un espace culturel qui aura vocation à recevoir des associations (branchées) et le bureau d’accueil des tournages (en lien avec Biarritz et Orthez). Unique aussi par les deux thématiques

qui le caractériseront : la glisse (sur l’eau, la neige et le macadam) et le numérique.

A la rentrée 2016

Anciennement occupé par le collège Jean-Monnet, le terrain est aujourd’hui en friche. Le chantier commencera en mars.

Livraisonprévueàlarentrée2016.

Maître d’œuvre : l’architecte paloise Nathalie Larradet. Un travaildeconcertationaétémené avec des groupes constitués d’équipespédagogiques,d’agents, d’associations d’éducation populaire,d’ergonomes,derepré- sentants de la mairie, de repré- sentantsdel’Éducationnationale, etc.Leslocauxserontconçusselon la règle des 3C, le centre de connaissances et de culture (les ex-Centres de documentation et d’information) non cloisonné.

l M. D.

expérimental unique

FICHE TECHNIQUE

Collège expérimental avec internat de la réussite pour tous et espace culturel, rue du Chanoine-Laborde.

Un nom lui sera attribué.

Le permis de construire doit être délivré par la Ville très rapidement.

16 millions d’euros de travaux (dont 13 à la charge du CG 64).

Début du chantier : mars 2015.

Livraison : septembre 2016.

FICHE TECHNIQUE

Collège Jeanne-d’Albret, avenue des Lauriers.

770 élèves pour l’année scolaire 2014-2015 répartis en 35 classes.

Principale : Florence Dupouy.

12 millions de travaux effectués.

Début du chantier : septembre 2010.

Fin : avril 2012.

Figure

Updating...

Références

Updating...

Sujets connexes :