Le potentiel libérateur

Texte intégral

(1)

© Joshua Simpson

Interview • Jon Kabat-Zinn

Le potentiel libérateur

aeubpteine consciences

Jon Kabat-Zinn, professeur émérite de médecine, a dédié sa vie au développement de la méditation de pleine conscience (Mindfulness Meditation). Dans son dernier livre L'Eveil de la société, il prône l'application de la pleine conscience pour chacun, mais aussi pour éduquer le corps politique et susciter le bien-être de l'humanité entière.

PROPOS RECUEILLIS PAR LIONEL PIOVESAN

L’interview a été faite en octobre 2020, avant l’élection américaine.

D’après vous, la pratique régulière de la pleine con science profitera à toute la société, politiquement et économiquement.Que répondez-vous aux gens qui pensent que cela pourrait être utopiste ?

En ce moment, encourager une plus grande attention et ouvrir son cœur au monde ne me semble guère utopique. Parmi les nombreux défis auxquels l’hu manité sera confrontée dans la décennie à venir - pan démie de la Covid-19, réchauffement climatique, inégalités institutionnalisées, justice inéquitablement administrée, inégalités de richesse... - l’horizon sem ble fondamentalement menaçant.

L’espèce humaine va devoir vivre et incarner beaucoup plus le nom que Linnaeus nous a donné : Homo Sapiens Sapiens, ou l’espèce qui est consciente et con sciente qu’elle est consciente.

La pleine conscience et la conscience pure sont syno nymes ! Heureusement, nous sommes nés avec cette capacité de conscience, mais souvent, nous n’ap précions pas son potentiel libérateur. Nous avons besoin de cultiver un accès facile et fiable à la con science, afin de pouvoir découvrir de nouvelles dimen sions - que j'appelle parfois orthogonales -, de notre propre humanité et créativité. C’est ce que la pleine conscience en tant que pratique de méditation formelle et mode de vie peut nous apporter. Il n’y a pas une seule

« bonne façon » de cultiver la pleine conscience. Il reste donc beaucoup d’espace pour la créativité et pour arriver à réaliser que, finalement, prendre place dans une méditation formelle et tomber dans le domaine de l’être - même pendant de brefs moments -, est un acte radical de santé mentale et d’amour. Qui plus est, il

(2)

conduit à une prise de conscience directe que la véritable culture de la pleine con science se déroule à chaque instant dans

notre vie quotidienne. Donc, la vie elle- même devient la méditation. N’oubliez pas ce que le grand Biaise Pascal a déclaré à propos de la véritable cause de nos problèmes humains: «Tout le mal heur des hommes vient d’une seule

chose, qui est de ne pas savoir demeurer en repos, dans une chambre. » Il était très perspicace, déjà à son époque.

Comment puis-je commencer à pra tiquer la pleine conscience si je ne sais pas comment faire ?

Pour le moment, avec la crise sanitaire, il y a probablement très peu de cours en

présentiel. Donc, débuter en ligne me paraît être une bonne option. Vous pou vez aussi lire et télécharger des médita tions guidées (toutes les miennes sont en

français) et pratiquer de votre côté. La clé ici, c’est la motivation. Vous voudrez peut-être garder à l’esprit que seule votre vie est en jeu, rien de moins, et que cela améliorera vos relations, personnelles et extérieures. Par ailleurs, les applications et les méditations guidées se révèlent être de très précieuses aides pour développer la discipline d’une pratique quotidienne

de méditation formelle.

Aux États-Unis, il y a un grand mouve ment « de la médication à la méditation ».

Ici, même si des études ont montré les bienfaits de la méditation, les gens ne semblent pas tous convaincus. Quelle serait la meilleure façon de les éduquer ? Cette situation a changé assez rapide

ment au cours des dix dernières années, en particulier avec la popularité crois sante dans le monde du MBSR (réduc tion du stress basée sur la pleine conscience). Mes livres, par exemple, sont publiés dans plus de quarante

langues, et le MBSR se répand partout dans le monde, y compris en Chine. Pour s’informer de manière plus approfondie sur ce mouvement du «médicament à la méditation », il est conseillé bien sûr de lire tout ce qui est relatif au MBSR. Et aussi mes livres consacrés à ce sujet (Au

cœur de la tourmente, la pleine con science; L’Éveil des sens et Reconquérir

le moment présent... et votre vie), par faitement bien traduits en français. Je vous conseille également mon volume plus général sur la pleine conscience au

quotidien Où tu vas, tu es. Pour obtenir plus d’informations et de ressources

diverses, on peut se connecter au site Internet de l’ADM (Association pour le

développement de la pleine conscience, association-mindfulness.org).

Jon Kabat-Zinn

LÉVEIL

DE LA SOCIÉTÉ

La révolution de la méditation

Jon Kabat-Zinn a fondé et dirigé la Clinique de réduction du stress et préside actuellement le Center for

Mindfulness in Medicine, Health Care, and Society, à l'université de l'école de médecine du Massachusetts, aux États-Unis.

À lire: L'éveil de la société - La Révolution de la méditation

(Les Arènes, I9,90€).

(3)

Le virus de la COVID-19 a un réel impact sur la façon d’agir des gens et il génère de multiples

peurs. Comment pensez-vous que la Mindful ness puisse les aider?

En honorant ce que l’on sait sur le virus et sa propagation en termes scientifiques/médicaux/

de santé publique. La pleine conscience peut nous aider à prendre les précautions appropriées (gestes barrières) et à les respecter strictement tout en profitant au moins de nos sorties en plein

air. Aux États-Unis, nous vivons en ce moment un échec total du leadership à

ce sujet. La pleine conscience est extrême ment utile pour se replier dans cette période d’isole ment forcé et l’utiliser tel un laboratoire afin de développer ses relations avec soi-même, sa famille et ceux que l’on aime le

plus. Mais se tourner vers l’intérieur, c’est aussi vrai ment se tourner vers l’ex

térieur, car la conscience transcende l’intérieur et l’extérieur, et tous les dualismes et dualités.

Une de nos craintes, en Europe, c’est que les conséquences économiques de cette pandémie

amènent le désespoir, la haine et de possibles émeutes. Quel est votre point de vue à ce sujet ? C’est une préoccupation tout à fait légitime. Cela peut effectivement se produire, et alimente bien sûr les forces qui mettent l’accent et font

respecter «la loi et l’ordre» à tout prix. Mais on sait qu’historiquement, la plupart des mouve ments sociaux ont très peu détruit. Ils doivent être examinés dans les cercles de pouvoir avec respect et intérêt sincère pour ce qu’ils représen

tent. Nous devons nous montrer intelligents et nous garder du phénomène selon lequel, lorsque les choses deviennent extrêmement difficiles

socialement, il y a toujours une tendance de ceux qui détiennent le pouvoir à blâmer certains

groupes de personnes, généralement les moins puissants et les plus démunis.

La pleine conscience peut constituer le seul élé ment contre le genre de choses auxquelles nous pensions mettre fin après la Seconde Guerre

"La pleine conscience est extrêmement utile pour développer ses relations avec soi-même, sa famille

et ceux qu'on aime. "

mondiale, du moins en Europe, mais qui ressur gissent actuellement. Il existe de nombreuses circonstances et forces dystopiques en jeu en

Europe, en ce moment même, et la pleine con science est plus que jamais nécessaire si nous voulons ne pas succomber aux dictateurs et détruire la liberté, l’égalité et la fraternité, si fon damentales à l’éthique française. Ne vous y trompez pas, la pleine conscience signifie adopter une position éthique dans le monde. Peut-être pourrions-nous en appeler au fondement du serment universel d'Hippocrate:

d’abord ne pas nuire, qui se traduit en yoga, par

«ahimsa».

Avez-vous entendu parler du mouvement de la collap- sologie ? Et qu’en pen sez-vous ?

Si vous faites référence aux études concernant l’effon drement de diverses civili

sations, oui, bien sûr, je connais ce mouvement, même si je ne l’ai pas étudié ou lu largement. Mais nous savons que les sociétés en général, et les démocraties en partic ulier, peuvent s’effondrer assez rapidement si les personnes stressées sont trompées en faisant

confiance aux « sauveurs », des despotes ou des tyrans. La démocratie est très jeune et très fragile puisqu’elle accepte la contestation en son sein.

Si nous ne créons pas les bonnes conditions, elle sera détruite. Nous voyons une tendance à l’émergence d’un pouvoir politique cynique se

répéter en ce moment partout dans le monde, y compris ici, aux États-Unis.

Comment éviter le despotisme à la tête des plus

grandes nations. Pouvez-vous nous parler de l’élection américaine ?

Les choses changent si vite qu’il est difficile de

dire quoi que ce soit sur la situation actuelle. Il s’agit d’une élection extrêmement importante et la démocratie est en jeu ! Beaucoup de gens au pouvoir actuellement ont enfreint tant de lois

qu’ils devraient être emprisonnés. Pourtant, ce sont eux qui dirigent les prisons en ce moment !

Cependant, le problème n’est pas seulement le

(4)

président Donald Trump. Il est le symptôme d’une maladie beaucoup plus profonde. Elle intègre tous ceux qui permettent à son narcis sisme et à son manque de compassion de prospérer. Ils créent de l’animosité entre les groupes sociaux et les classes, pour prendre le pouvoir et renforcer l’illusion égocentrique.

« Notre maison brûle et nous regardons ail leurs», disait le président français Jacques Chirac au Sommet de la Terre de Johannesbourg en 2002, au sujet de notre planète. Que pen sez-vous de cette observation ?

Bien sûr, vous avez depuis longtemps cette expression : «Plus ça change, plus c’est la même chose ! » C’est précisément pourquoi nous devons nous réveiller collectivement ! Il est essentiel que nous ne soyons pas cyniques au point de désespérer. Il y a tellement de bien dans le monde, et tant de beauté et de potentiel partout, même dans les pays dirigés par des dicta teurs. Il n’y a rien qu’ils craignent plus que la liberté d’expression. La pleine conscience en tant que pratique formelle de méditation (elle a même été introduite en France, à l’Assemblée natio nale) a le potentiel de nous éveiller à la pleine

dimensionnalité de notre humanité, afin de nous mobiliser pour optimiser le bien-être et mini miser les dommages.

Comment la Mindfulness pourrait-elle aider si Trump est réélu?

La pleine conscience sera essentielle si Trump est réélu ! Et tout aussi essentielle si ce n’est pas le cas et qu’il tente de conserver ses fonctions par

tous les moyens. Aux États-Unis au moins, nous allons avoir besoin d’une mise à niveau vers la

«démocratie 2.0», afin que les leçons apprises ici soient formalisées par des lois et des institutions qui protégeront les gens du genre de folie que nous avons connue et d’autres dangers qui pèsent sur notre humanité. Car ce qu’il faut savoir, c’est qu’il y a une forte augmentation en termes de

«capitalisme de surveillance», à partir d’algorith mes numériques. Ils ont pris le pouvoir et savent qu’en poussant les gens à s’opposer, ils généreront plus d’interactions, plus de consommation, et c’est ce qu’ils font au quotidien. Ils enregistrent tout ce que vous faites pour mieux le retranscrire et vous faire agir dans leur intérêt. Sans occulter les dangers de la biotechnologie, comme le souligne l’historien (et praticien de la pleine

(5)

conscience à long terme) Yuval Noah Harari, auteur de Sapiens, Homo Deus et 21 leçons pour le XXIe siècle.

Comment s’en prémunir ?

Un de mes amis, très au courant de tout ce qui se passe dans le «monde technologique », m’expliquait hier que la « surveillance capi talistique» était en train de croître de façon

exponentielle. On voit maintenant tant de forces sombres, de colères, de haines, véhiculées par l’oligarchie, que les -algorith mes créent des bulles pour nous séparer et

essayer de nous ôter toute humanité. C’est un problème majeur. Même chose pour le réchauffement climatique. Pour se réveiller en tant qu’espèce humaine, nous avons besoin d’une technique universelle comme la

pleine conscience. Dans la Silicon Valley, où ont été inventés tous ces algorithmes et ces

technologies, nombreux sont ceux terrifiés par cette intelligence artificielle qui est en

train de prendre le pouvoir. Ils ne laissent même pas leurs enfants les utiliser. La Mind fulness, dans ces temps actuels, nous permet d’être pleinement lucides sur ce qui nous

arrive. Les glaciers fondent et auront bientôt disparu si nous n’agissons pas. Si nous ne

sommes pas conscients de cela - et la pleine conscience peut nous aider à cela -, nous serons incapables de penser et d’agir. C’est pourquoi il est aussi important de retrouver nos esprits grâce à cette technique de médi

tation, au lieu de nous perdre.

Que pensez-vous justement de cette dichotomie dans la société, entre les «tyrans colériques» et les gens éveillés à ces techniques comme le MBSR? Comment amener les gens en colère à méditer ? On trouve, dans le passé, des histoires de grands meurtriers qui, au travers de la médi

tation, ont dédié ensuite leur vie à Buddha.

C’est le cas, notamment, d’un grand chef indien dakota qui avait tué des milliers de

personnes. Pour Donald Trump, il n’y a pas d’espoir, car je pense que c’est un psycho pathe. Mais il a une sorte de génie qui lui permet de comprendre ce que les gens

veulent. Le problème vient d’une forme d’avidité sans conscience, dénuée de toute éthique dans la société capitaliste actuelle.

Un partage des richesses inéquitable qui rend les gens furieux et désespérés. Les algorith mes vous surveillent, ils vous connaissent et

savent ce que vous allez avoir envie d’acheter.

(6)

C’est la première fois que cela arrive sur

la planète. Toutes ces personnes - comme Bill Gates et consorts -, ont fait en sorte de monétiser Internet. Ils ont établi un pacte avec le diable, et ils s’efforcent de vous vendre tout ce qu’ils veulent en util

isant vos émotions, la peur, la joie, la tristesse, la colère...

Vous évoquez un flux dangereux et ininterrompu d’informations qui altère

notre perception de la réalité, sans parler des fake news. Comment y remédier ? Cultiver la pleine conscience dans sa pro pre vie est un travail difficile mais essen

tiel pour vivre en harmonie. Face à un monde de plus en plus petit et conflictuel, un vers de Ryôkan, poète ermite japonais du XVIIIe siècle, me revient : « Pas de nou velles des affaires humaines. » Comme il est agréable de ne pas avoir de nouvelles des affaires humaines de temps en temps.

Comme c’est libérateur. La clarté et la paix ne viennent pas aisément aux indivi

dus, encore moins aux sociétés. En un sens, nous devons tous œuvrer à cultiver continuellement les états mentaux et l’at tention qui nourrissent réellement la

clarté et la paix, l’altruisme et la bienveil lance. Et cela, même si ces qualités, vues sous un autre angle, font partie de nous et nous sont accessibles dans leur plénitude

à cet instant même et, en réalité, à cet instant seul.

Vous parlez d’une inégalité de partage des richesses qui conduit à un asservisse

ment de l’individu et à des divisions.

Comment faire pour l’estomper ? Nous ne pouvons pas être en bonne santé

dans un monde malsain et injuste. Nous devons donc nous soucier des autres et

travailler pour une véritable égalité, comme il est écrit sur tous vos bâtiments

gouvernementaux en France, y compris l’égalité des chances ( ! ) Avec la « liberté » et une «fraternité» véritablement univer

selle. J’ai la conviction profonde et con stante que la France en est capable et qu’elle est une lumière pour les autres

nations à cet égard. Notre Benjamin Franklin aimait votre pays et appréciait

profondément sa culture, ses traditions scientifiques et philosophiques.

"Cultiver la pleine conscience est un travail difficile mais essentiel pour

vivre en harmonie. "

Nous apprécions que vous ayez accolé le

nom de famille de votre femme au vôtre.

Pouvez-vous nous expliquer pourquoi vous l’avez fait ?

Ravi de vous entendre dire ça ! En 1974, lorsque Myla et moi avons décidé de nous

marier, nous voulions chacun garder notre nom de naissance. Mais en même temps, nous souhaitions les unir. Nous avons dû engager un avocat et nous présenter en salle d’audience devant un juge pour démontrer qu’en réunissant ainsi nos

noms, nous n’essayions pas de frauder nos créanciers (pas que nous en ayons eu). De nos jours, chacun dans ces circonstances peut simplement décider de procéder

ainsi, mais à l’époque, c’était une chose très radicale à faire.

Comment souhaitez-vous terminer cette interview ?

Je voudrais dire que j’ai toute confiance que le bien et le beau éclipseront les

ténèbres et les forces de l’avidité, de la haine et de l’illusion, qui semblent pren dre l’ascendant en ce moment. Mais nous

devons nous réveiller assez rapidement pour prendre soin de la vie sur cette

planète, tant que nous en avons encore la chance. Sinon, le mal que nous causons et subissons peut être irréversible.

Le jour des attaques terroristes du World

Trade Center à New York, alors que nous lui rendions visite avec un petit groupe de

personnes, Harada Roshi, un maître zen japonais nous a donné, à Myla et à moi, une affiche du 11 septembre 2001 qui

disait, quelque peu mystérieusement :

«N’oubliez jamais la vision des mille ans

à venir. » Malheureusement, je ne pense plus que nous puissions compter sur mille ans pour apprendre à vivre sur cette planète d’une manière qui optimise le

bien-être et minimise les dommages. Peut- être n’avons-nous même pas dix ans. Les enjeux sont donc très importants.

Pour le moment, nous avons besoin de

«toutes les mains sur le pont» pour pré server ce que Richard Buckminster Fuller

a appelé «le vaisseau spatial Terre».

Nous serons capables de le faire si nous pouvons apprendre à être tout ce que nous

pouvons être en tant qu’espèce. Je ne con nais aucune autre perspective humaine qui ait plus d’importance et d’utilité en ce

moment, que celle universelle du dharma et la pratique de la pleine conscience, de quelque manière que ce soit, pour guérir la planète et nos cœurs.

Figure

Updating...

Références

Updating...

Sujets connexes :