2 POUR PARTAGER DES TERRITOIRES: L'EXEMPLE DE LA CONFERENCE DE BERLIN

Texte intégral

(1)

2 P OUR PARTAGER DES TERRITOIRES : L ' EXEMPLE DE LA CONFERENCE DE B ERLIN ET DU PARTAGE DE L 'A FRIQUE

Afrique en 1870 Afrique en 1914

- intérieur, soit grande majorité du continent, inconnu des Européens qui n'y ont pas de possessions : en revanche, des Etats africains nombreux (Mandingue, Sokoto au Sahel, Bunyoro dans les Grands lacs etc.)

- seule une partie du littoral est appropriée par les Européens sous forme de colonies :

* le nord, car espace méditerranéen avec lequel les Européens sont en relation depuis l'Antiquité romaine. Devenue turque au XVIe siècle, reste encore une partie turque (Egypte, Tunisie) et une autre française (Algérie conquise sur les Turcs en 1830)

* le sud, une colonie anglaise (fondée par les Hollandais au XVIIe siècle, mais reconquise par les Anglais) au même titre que les EUA ou l'Australie. Ont repoussé hollandais vers le nord (transvaal)

* en Afrique centrale, noire: quelques colonies françaises, anglaises et portugaises qui datent du XVI-XVIIe siècle: des ports et des comptoirs pour le commerce des esclaves et de l'ivoire (France à St-Louis au Sénégal et au Gabon, Portugais en Angola et Mozambique, Anglais en Gold Coast et Sierra Léone, rachetée au Espagnols). Avec l'abolition de la traite négrière en 1815, les colonies déclinent (Libreville au Gabon et Freetown au Sierra Léone sont même créées pour loger les Noirs libérés des bateaux qui continuent illégalement).

- toute l'Afrique est colonisée par Européens sauf l'Ethiopie (seul Etat à avoir résisté), l'Afrique du Sud (autonome, mais appartient à l'empire britannique) et le Libéria (colonie américaine pour esclave libérés, donne indépendance, capitale Monrovia pour remercier le président Monroe)

- des dizaines de milliers de kilomètres de frontières ont été tracées en seulement 40 ans : jamais autant de frontières en aussi peu de temps

- par les puissances coloniales : RU, France, Portugal, auxquels se sont ajoutés l'Allemagne, l'Italie et la Belgique.

=> La vitesse avec laquelle des acteurs extérieurs ont tracé les frontières pose plusieurs questions: Comment les frontières sont-elles tracées ? Est-ce la loi du plus fort ? Les Africains sont-ils associés aux

tracés ? Que reste-t-il de ces frontières aujourd'hui ?

Vers 1870, seul le littoral de l'Afrique est sous influence européenne. Des comptoirs avaient

été fondés au XVIIe pour le commerce des esclaves, mais elles commençaient à décliner en raison

de son interdiction. En 1914, tout le continent est découpé en colonies par le RU, la France,

l'Allemagne etc. En seulement 40 ans, des dizaines de milliers de kilomètres de frontières sont

instaurées pour se partager des territoires. Comment les grandes puissances européennes ont-

(2)

elles tracé les frontières de l'Afrique dans un contexte de concurrence effreiné pour s'approprier le continent ?

2.1 L ES REGLES DE LA CONFERENCE DE B ERLIN (1885)

=> le partage de l'Afrique a commencé à Berlin en 1885 lors d'une conférence entre les pays européens. Ils ont édifié des règles qui ont décidé du sort du continent. Lesquelles ?

Video: extrait du Docu-fiction de Joel Calmettes, La conférence de Berlin: la ruée vers l'Afrique, 2011 (6') 1. Qui sont les principaux acteurs de la conférence de Berlin ? sont-ils légitimes pour découper l'Afrique ?

- les principaux pays européens (14 en tout) dont les puissances de l'époque représentés par des diplomates: le baron de Courcel pour la France, sir Edward Malet pour le RU, le chancelier Bismark qui préside pour l'Allemagne

- aucun de ces hommes n'est allé en Afrique ni ne connaît l'Afrique

- ils se basent sur des cartes très vagues réalisées par explorateurs dans le courant du siècle (Stanley, Livingston, les héros des sociétés de géographie et des journaux au milieu du XIXe) : par exemple, la carte de Dunand (1889) est très imprécise sur la région du Golfe de Guinée et du Sahel: les fleuves sont de vagues lignes droites qui se perdent dans le vide + les Mts de Kong n'existent pas ! (prouvé par l'expédition du capitaine Binger en 1889)

- aucun Africain n'est convié

2. Justification de la prise de possession européenne en Afrique selon Bismark ?

- apporter la civilisation/l'humanité : c'est à dire le commerce, l'instruction, la paix aux populations de l'intérieur de l'Afrique + veiller à interdire totalement l'esclavage car quelques Etats africains le pratiquent encore et vendent même des Noirs à des négriers clandestins

- vision positive de la colonisation, presque une mission divine : "le fardeau de l'homme blanc" (Kipling), "Dieu offre l'Afrique à l'Europe" (Hugo)

3. Quel est le but réel des Européens ?

- économique: les matières premières (plantes, minerais, métaux), de nouveaux débouchés

- politique: surtout s'approprier des territoires gigantesques pour des raisons de prestige et de puissance, être les égaux sur le plan territorial de la Russie et des Etats-Unis

+ caricature: voient l'Afrique comme un gâteau à se partager équitablement. Dès l'époque, les journalistes ne sont pas dupes de la mythologie humaniste du colonisateur.

4. Quel est le risque si toutes les puissances européennes souhaitent des territoires au même endroit ? Quel évènement a déclenché la réunion de la conférence de Berlin en 1884 ?

- le risque est évidemment un conflit entre Européens qui voudraient les mêmes territoires, dont les armées coloniales se feraient face au même endroit

- un conflit est sur le point d'éclater en 1884 autour du Congo et de sa région, que l'on sait être l'un des plus longs fleuves d'Afrique: le Portugal (soutenu par l'Angleterre) veut payer des taxes sur les marchandises qui en sortent. La France et la Belgique refusent

- explications:

* la France a commencé l'exploration du fleuve en 1879-1880 en payant l'italien Pierre Savorgnan de Brazza. Il part de l'embouchure de l'Ougoué dans le Gabon français, remonte le fleuve, atteint le Congo et le redescend jusqu'à la mer. Durant son expédition, il fonde des stations où il plante le drapeau français (dont Brazaville) et signe des traités avec les chefs locaux (comme Makoko). En 1882, la France de Jules Ferry revendique tous les territoires découverts.

* la Belgique, sous la direction immédiate de son roi Léopold II, passionné de géographie, lance plusieurs expéditions concurrentes menées par l'anglais Henri Stanley entre 1880 et 1884. Il remonte plus au nord et fonde également des stations où il plante le drapeau belge (dont Léopoldville, juste en face de Brazaville)

* le Portugal s'inquiète car il est présent au sud de l'embouchure avec sa colonie d'Angola et craint de ne plus avoir accès au fleuve qu'il utilisait de temps en temps. En 1884, prend possession de Cabinda en signant un traité avec un chef local juste au nord de l'embouchure. Soutenu par les Anglais (qui veulent embêter leurs concurrents) pour taxer les navires français et belges qui descendent et remontent le Congo.

* on est au bord du conflit entre la France et la Belgique qui revendique des territoires autour du fleuve, et surtout avec le Portugal qui revendique le contrôle de l'embouchure. La GB s'en mêle. L'Allemagne propose une conférence pour régler cette question spécifique mais surtout pour édifier des règles pour l'avenir, non sans arrière pensée car l'Allemagne en pleine expansion se rêve aussi un destin colonial.

La conférence de Berlin est réunie par le chancelier Bismark pour officiellement civiliser l'Afrique et éviter les conflits entre puissance européennes qui veulent y fonder des colonies.

A cette époque, les Européens cherchent en réalité à s'étendre pour des questions

économiques et des questions de prestige. Un risque de guerre existe, notamment pour le

(3)

partage de la région du Congo entre la France, la Belgique, le Portugal et l'Angleterre.

Document 2 p. 205: l'acte final de la conférence de Berlin

1. Rappelez les objectifs de la conférence énoncées dans le préambule ? - développement du commerce et de la civilisation en Afrique

- liberté du commerce pour les Européens en Afrique

- prévenir les conflits entre puissances européennes qui veulent s'approprier des territoires 2. Quelles sont les deux grandes règles édictées pour le partage de l'Afrique ?

- prise de possession d'un territoire en Afrique doit être suivi d'une notification aux autres puissances : donc transparence, prévenir immédiatement par la diplomatie, la revendication d'un territoire. Que les autres puissent contester ou acter.

- prise de possession doit être assurée par une autorité suffisante : il ne suffit pas de planter un drapeau ou signer un traité avec des chefs locaux. Il faut une présence humaine, notamment militaire.

+ hors-document : la liberté de navigation sur les fleuves, queque soit la propriété de la colonie.

Bilan:

- une règle fondamentale : annoncer aux autres pour revendiquer. Donc priorité à la diplomatie : seul un traité transparent garantit la possession. C'est le début des accords bilatéraux/trilatéraux:

d'ailleurs, en coulisse France, Belgique et Portugal règlent leurs différends:

* la France et la Belgique se mettent d'accord sur une frontière entre les deux Congo:

Français au nord du Congo et de l'Oubangui ; Belges au Sud.

* le roi Léopold II dessine de manière très vague une carte pour l'est et le sud qu'il soumet à Bismark : les lacs à l'est (dt Tanganika) et au dernier moment (quelques jours avant la fin de la conférence alors que non annoncé avant), il inclut une vaste région au delà des sources du Congo.

Bismark accepte tant que les fleuves sont librement navigables. C'est le futur Katanga. Léopold, sur les dires de Stanley, soupçonnait des richesses minières.

* le Portugal se voit reconnaître l'enclave de Kabinda au nord de l'embouchure, intégrée administrativement à l'Angola.

- mais une autre règle tacite: 1er arrivé, 1er servi: déclenche une "course au clocher", c'est à dire une course aux conquêtes. Pour cette raison, la conférence de Berlin est perçue aujourd'hui par les historiens comme le point de départ du découpage.

La conférence de Berlin édicte deux règles fondamentales dans le partage de l'Afrique : 1) la transparence des revendications et donc la nécessité de signer un accord bilatéral avec les autres puissances. D'ailleurs, la France et la Belgique règlent leur différend en se reconnaissant mutuellement des colonies au nord d'une ligne Congo-Oubangui.

2) la prise de possession réelle sur le plan humain et militaire. Cela déclenche une course aux explorations et conquêtes car cela revient à "premier arrivé, premier servi".

2.2 A LA SUITE DE LA CONFERENCE , LA COURSE AUX EXPEDITIONS ET LA MULTIPLICATION DES ACCORDS BILATERAUX

Carte des expéditions:

1) Quels pays multiplient les expéditions ? Pourquoi eux ?

- multiplication des expéditions anglaises, françaises et allemandes. C'est eux qui vont se partager l'Afrique.

- car ce sont les 3 pays les plus puissants à cette époque. La règle de la conférence de Berlin sur l'occupation réelle exclut de facto les petits pays qui n'ont pas les moyens d'avoir une présence militaire sur de grandes régions: Espagne et Portugal déclinant, Belgique qui devra se limiter au Congo.

2) Trouvez sur la carte une région où deux puissances semblent vouloir aller au même endroit ? Quel risque ?

- il y a beaucoup de régions de superposition possibles entre deux puissances : anglais et allemands dans la région du lac Tanganika ; anglais, français, allemands dans le Golfe de Guinée

- la situation la plus tendue est à Fachoda: site dont on besoin les Français pour relier leur colonie de Djibouti à leurs colonies d'Afrique de l'Ouest; mais dont les Anglais ont besoin pour relier leur colonie d'Egypte à leur colonie d'Afrique

(4)

Australe (Kenya)

- le site est occupé en 1898 par une expédition française (capitaine Marchand); quelques semaines plus tard, une expédition anglaise l'atteint (général Kirchner). Les Français sont arrivés en 1er, mais les Anglais ont plus de forts dans la région. Donc quelle interprétation de la conférence de Berlin doit prévaloir ? Avoir annoncé en 1er la prise de possession ou l'autorité suffisante.

- crise diplomatique gérée par les ministères des Affaires étrangères : la France laisse Fachoda aux Anglais par peur de la guerre => dans ce cas, c'est la loi du plus fort qui a prévalu.

A partir de 1885, les trois grandes puissances européennes ( Royaume-Uni, la France et l'Allemagne) multiplient les expéditions pour prendre possessions de territoire en Afrique. Il existe un risque de conflit lorsqu'il y a une interprétation différente des règles de Berlin : en 1898 à Fachoda (Sud Soudan actuel) la France est arrivée en 1er et l'a annoncé aux Anglais;

mais les Anglais estiment que la présence française est insuffisante pour assurer une autorité réelle sur la région. Un accord bilatéral est finalement trouvé pour tracer des frontières entre les colonies françaises et anglaises.

Exemple d'une expédition pour prendre possession du capitaine Binger au nom de la France : 1887-89 (possibilité de travailler sur des documents originaux)

1) Quel est l'itinéraire de l'expédition du capitaine Binger ? Quelle zone compte-t-il découvrir ?

- L'expédition a pour but de relier la colonie française du Sénégal au comptoir français de la Côte d'Or (Grand Bassam).

1500 km dans une région alors appelée le Soudan. Totalement inconnue pour les Européens.

2) Comment Binger fait-il entrer les territoires découverts dans l'influence française ? Rencontre-t-il des oppositions locales ?

- Le capitaine Binger assure la prise de possession par la France en fondant des forts (garnisons permanentes) et en signant des traités avec les chefs locaux => deviennent des protectorats (la France protège leur petit royaume, mais ils sont maintenus en place). Par exemple un certain Samory.

- Parfois, il rencontre une opposition indigène et il faut leur faire la guerre: de nombreux morts des deux cotés pour vaincre Samory et l'obliger à signer un traité. C'est donc avant tout une expédition militaire.

3) Avec quelle autre puissance l'expédition de Binger est-elle en concurrence ? Comment a réagi Binger face à cette concurrence ?

- L'expédition de Binger est en concurrence avec une expédition allemande parti de leur comptoir du Togo. Elle remonte la Volta pour aller jusqu'à Ouagadougou. Il y a donc concurrence pour signer un traité avec le peuple Mossi.

- Binger décide de redescendre vers la mer pour prendre possession des territoires avant les Allemands alors qu'il voulait au départ rejoindre Tombouctou sur le Niger.

4) Montrez que le but de l'expédition est aussi d'explorer. Pourquoi cartographier est-il utile politiquement ?

- Le but de l'expédition est aussi d'explorer : tracer des cartes, faire des croquis de ce qu'ils voient, décrire les mœurs des peuples indigènes.

- Elle est en partie financée par la société de géographie de Paris (mentionnée au début de l'article). Période de fascination pour les territoires lointains. Curiosité géographique.

- Mais aussi cartographie des éléments naturels et ethnographie pour préparer le tracé des frontières...

Les expéditions sont d'abord des conquêtes militaires. Sur place, les missions françaises ou anglaises rencontrent des résistances indigènes qu'elles doivent combattre. Il faut ensuite fonder des garnisons permanentes pour assurer l'autorité suffisante permettant de revendiquer le territoire. Mais dans le même temps, les expéditions cartographient les territoires découverts au nom de la curiosité géographique, mais aussi pour préparer un tracé des frontières...

Le tracé de la frontière sud du Cameroun entre la France et l'Allemagne (dossier documentaire):

1) Le Cameroun existe-t-il en tant que peuple ou région avant l'arrivée des Européens ?

- avant l'arrivée des Européens, le Cameroun n'existe pas. Le nom actuel de ce pays vient d'une expression portugaise, légèrement transformée par les Britanniques "rivière des Crevettes"

- le pays est composée d'une centaine de groupes ethniques très différents sur le plan linguistique, religieux, qui ont également des organisations sociales différentes

2) Dans quel contexte est signé l'accord sur sa frontière sud entre la France et l'Allemagne ? - un accord délimite les frontières de cette colonie en 1885

- c'est le contexte de la conférence de Berlin : les négociations ont certainement commencé en coulisse de la

(5)

conférence: esprit de la conférence.

- esprit de Berlin: des possessions pour chaque puissance européenne, mais liberté de navigation et de commerce pour tous

3) Sur quels critères s'appuie le premier tracé de la frontière en 1885 ? - le 1er critère est le cours d'un fleuve: le Campo

- le 2nd critère, quand ce fleuve redescend dans la colonie française du Congo, est un parallèle jusqu'à un point précis où il rencontre un méridien (sur la carte, on se rend compte que la frontière redevient hydrographique quand rencontre la rivière Dacha)

=> ce sont donc des critères à la fois hydrographiques (cours d'eau) et géométriques (points spatiaux)

4) Sur quels critères s'appuie le second tracé de la frontière en 1911? A quoi sert la mission française et les deux missions allemandes en 1913 ?

- en 1911, la frontière est modifiée dans le cadre d'un accord: l'Allemagne laisse la France coloniser le Maroc (devient un protectorat français); en échange, la France laisse l'Allemagne agrandir sa colonie du Cameroun

- critère géométrique: un parallèle à partir de la crique de Gambo (au début)

- sur la carte, on se rend compte que la frontière suit une ligne montante + qu'elle fait des écarts pour inclure des villes fondées par les Français

- les missions ont pour but de transcrire sur le terrain l'accord réalisé sur carte: trouver le bon parralèle, mettre quelques bornes. Pas évident dans une région marécageuse

5) Justifiez l'expression: les frontières du Cameroun sont "des frontières de papier" ou des "frontières de chancellerie" ? - il s'agit de frontière de papier ou de chancellerie car elles ont été tracées dans des bureaux, par des diplomates à l'aide de carte, avant de l'être sur le terrain

- cela s'oppose aux frontières issues de conflit en Europe comme celles du limes romain ou celles des Etats modernes qui sont tracées sur le terrain, puis reportées sur carte

- elles apparaissent donc comme artificielles car elles ne tiennent pas compte des réalités locales, notamment des peuples qui ne sont même pas consultées

Après les expéditions d'exploration et de conquêtes, les Etats multiplient les accords bilatéraux pour fixer des frontières. Par exemple, 299 accords entre la France et le Royaume- Uni en 1885 et 1902. Il s'agit de frontière de papier ou de chancellerie, c'est à dire tracées sur carte avant de l'être sur le terrain. Il s'agit aussi de frontières exogènes car elles sont fixées par des étrangers qui ne consultent pas les locaux. Elles s'appuient pour l'essentiel sur 2 critères: la géométrie (parallèles et méridiens) et l'hydrographie (cours d'eau).

Afrique en 1870: repérez les frontières géométrique

- la Guinée équatoriale espagnole: un Etat entièrement géométrique + deux îles situées très loin du territoire continental

2.3 L ES FRONTIERES DE L 'A FRIQUE SONT - ELLES TOUTES ARTIFICIELLES ET OBJETS DE CONFLITS ?

Carte de l'Afrique aujourd'hui : d'où viennent les frontières ? Pourquoi les avoirs gardées ?

- les frontières actuelles de l'Afrique sont en grande partie celle héritées du partage colonial entre 1885 et 1914 - les Etats sont devenus indépendants dans les années 1950 - 1970 principalement, avec une grande vague d'indépendance en 1960 (Afrique subsharienne française et belge)

- en 1963, les Etats décident de garder les frontières issues de la colonisation : pas d'ingérence, garantie totale de souveraineté nationale. C'est une façon d'éviter les conflits car les problèmes liés aux frontières sont nombreux. Le respect des frontières est garanti par l'OUA: organisation de l'unité africaine

Carte Côte d'Ivoire + vidéo litige Burkina Faso/Niger: quels problèmes liés aux frontières ?

- 1er problème, exemple de la Côte d'Ivoire: les frontières ne correspondent pas aux groupes ethniques et linguistiques.

Plusieurs dizaines en Côte d'Ivoire.

=> conséquences: le pays est n'est pas homogène culturellement. C'est une mosaïque d'ethnies. D'ailleurs, les ethnies ne s'arrêtent pas aux frontières du pays: il y a de nombreux Baoulés au Ghana. Cela a entraîné des guerres civiles à répétition entre ethnies du nord et du sud.

=> cause: les Français ont tracé les frontières de la Côte d'Ivoire à Paris, dans un contexte de conflit avec les Anglais (Ghana), sans se soucier des réalités locales.

- 2e problème, exemple Burkina Faso/Niger: les frontières sont floues.

=> conséquences: les litiges frontaliers sont nombreux (32 dès 1960 !) et se poursuivent 50 ans plus tard. Ici c'est un

(6)

point froid car le litige a été réglé par la CIJ (cour international de justice, ONU). Mais d'autres ont donné lieu à des guerres inter-étatiques: par exemple entre l'Erythrée et la Somali qui ont réglé leur litige au terme de décennies de guerres en 2013.

=> causes: les Français ont tracé les frontières entre le Burkina Faso seuls (c'est une frontière intra-impériale, au sein de l'AOF), sur carte, sans même aller le matérialiser le terrain. D'où un flou.

Entre les années 1950 et 1970, les colonies d'Afrique deviennent des Etats indépendants. Ils décident de garder les frontières pour éviter les guerres dans le cadre de la charte de l'OUA: une organisation régionale responsable de la sécurité sur le continent. Mais nombreux sont ceux qui dénoncent le caractère totalement artificiel de ces frontières : elles ne suivent pas la géographie des peuples et elles sont parfois floues sur le terrain. Par conséquent, les guerres civiles furent nombreuses entre les ethnies qui ne se reconnaissent pas dans les frontières (Côte d'Ivoire, Nigéria, Mali récemment) comme les litiges entre les pays frontaliers.

Non, les frontières ne sont pas toutes artificielles: étude d'un article d'une géopoliticienne

- les frontières existent en Afrique avant l'arrivée des Européens : par exemple les caravanes qui arrivent de la côte méditerranéenne ne traversent pas le Sahara comme ils veulent. Dans le Sahel, entrent dans le sultanat de l'Aïr: ils doivent payer une taxe pour leurs marchandises

- c'est le colonisateur qui a inventé le mythe d'une Afrique sans Etats ni frontières pour justifier sa prise de possession du continent: apporter la loi, l'Etat

- les colons ont repris parfois les frontières pré-existantes à leur arrivée:

* ainsi, au nord entre le Niger et l'Algérie : celle du sultanat de l'Aïr. C'est une frontière intra-coloniale. Elle est propre à la France. Pas de conflit avec un autre pays

* au sud entre le Niger français et le Nigéria anglais: celle du sultanat de Sokoto, issus du djihad entre les peuples qui étaient soumis à Sokoto (sud) et ceux qui arrivaient fui (nord)

* l'intérêt est de s'appuyer sur des autorités locales déjà présentes car les militaires français et anglais sont en réalité peu nombreux pour gouverner

- toutes les frontières sont artificielles, même en dehors d'Afrique, pas de spécificité : des cours d'eau ou des montagnes marquent les frontières de la France, mais c'est le résultat de l'histoire. Ne respecte pas toujours les "peuples": ainsi, des Basques et des Catalans des deux cotés des Pyrénées entre la France et l'Espagne

Certains géopoliticiens critiquent aujourd'hui le mythe des frontières africaines articielles. Selon Michel Foucher, par exemple, 1/6e des frontières suivent la géographie d'Etat pré-existents à la colonisation car les puissances coloniales voulaient s'appuyer sur eux pour gouverner.

Conclusion

Question: y a-t-il d'autres exemples de territoires lointains séparés par des puissances lointaines uniquement à partir de carte ?

- toutes les frontières issues de la colonisation semblent répondre à la même logique: l'Espagne et le Portugal se sont séparés l'Amérique latine sur le même principe à partir du traité de Tordesillas en 1494: une carte est dessinée sous l'égide du pape avant même la découverte du Brésil qui deviendra portugais car il est à l'Est d'une ligne située à 370 lieux de Cap Vert !

- après la 1GM, la France et le RU se partage l'empire ottoman à partir d'une carte réalisée au ministère français des Affaires étrangères: c'est le pétrole qu'on se partage. Les peuples ne sont pas consultés. La réalité est floue sur le terrain avec une carte à si petite échelle.

La majorité des frontières issues de la colonisation sont des frontières exogènes et de

papier (tracées sur carte avant de l'être sur le terrain): c'est le cas en Afrique mais aussi en

Amérique latine où le Portugal et l'Espagne s'étaient séparées le continent en vertu du traité

de Tordesillas en 1494 avant même la découverte du Brésil. C'est le cas aussi au Moyen-Orient

où la France et le Royaume-Uni se partagent l'empire ottoman sur une carte avant sa défaite

en 1916. Les populations arabes locales sont peu prises en compte par rapport à l'intérêt

pétrolier.

Figure

Updating...

Références

Updating...

Sujets connexes :