REMEDES ET RECOMMANDATIONS

Texte intégral

(1)

Fiche

2

PRESENTATION

LA DEFICIENCE AUDITIVE ET L’EMPLOI

La Belgique compte quelque 400.000 déficients auditifs, tous degrés confondus, dont environ 40.000 sourds. Ces derniers sont 2 millions en Communauté européenne et environ 30 millions dans le monde.

La conséquence majeure de la surdité est la difficulté de communication.

L’accessibilité au langage – qui reste extrêmement difficile – est favorisée par le port de prothèses auditives, la rééducation logopédique ou l’utilisation d’aides à la communication (aides à la lecture labiale tel que le LPC). De nombreux sourds préfèrent néanmoins avoir recours à la langue des signes, véritable langue de la communauté des sourds. Il convient alors de faire appel à un interprète en langue des signes (voir ci-après).

Aspect social de la surdité

La personne sourde, qui a grandi dans le silence, dans le manque crucial de toutes les informations sonores qui construisent et structurent l'individu dans son environnement, est confrontée à toute une série de limites que l’entourage peut à peine imaginer.

Malgré de réelles capacités, une grande motivation ou une volonté sans bornes, les personnes sourdes restent handicapées sans le bénéfice d’un interprète en langue des signes ou d’une autre aide à la communication.

Si les aides techniques (minitel, fax, internet, SMS, …) contribuent à sortir partiellement les sourds de leur isolement, les possibilités de contact restent cependant parfois limitées au regard des difficultés qu’un grand nombre d’entre eux éprouve face à la langue écrite et parlée.

L'intégration sociale et professionnelle des sourds représente donc un chemin semé d'embûches difficiles à surmonter.

LA DEFICIENCE AUDITIVE

(2)

REMEDES ET RECOMMANDATIONS

QUELQUES SOLUTIONS

Les petits plus qui aident à la communication

9 Garder son calme en toute occasion…

9 Attirer doucement l’attention du sourd avant de lui parler

9 Eviter donc de lui parler s’il a le dos tourné ou depuis une autre pièce 9 Parler face au sourd, pas trop loin, à hauteur de son visage

9 Articuler distinctement et à une vitesse modérée

9 Si malgré tout, il ne comprend pas, modifier la phrase en utilisant des mots plus simples ou en la raccourcissant

9 Si besoin, se servir d’un support écrit

9 Ne pas exagérer les mimiques et ne pas crier, sans perdre de vue que l’expression du visage, le regard, les gestes et l’attitude générale sont pour un sourd aussi importants que la voix

9 Eviter de masquer sa bouche ou de tourner la tête dans tous les sens 9 Eviter de fumer, de manger ou de marcher en parlant

9 Réduire les bruits de fond (radio, télévision, fenêtre ouverte, etc.)

9 Veiller à ce qu’il y ait suffisamment de lumière mais qu’elle n’éblouisse pas le sourd ; ne pas se mettre à contre-jour

En groupe

9 Essayer d’inclure le sourd dans la conversation en lui faisant comprendre le sujet de

(3)

LES AIDES TECHNIQUES

Pour remédier concrètement à certaines difficultés voici quelques unes des aides techniques existantes :

La sonnerie de la porte d’entrée (du téléphone ou du fax) :

Il existe des systèmes lumineux ou vibrants qui peuvent remplacer les systèmes sonores.

Il s’agit de systèmes d’appel sans fil (flash lumineux) qui transforment les signaux acoustiques (sonnerie de porte, …) en signaux lumineux.

Il existe, selon les fonctions souhaitées plusieurs sortes d’émetteurs et de récepteurs, par exemple :

9 L’émetteur sonnette porte d’entrée possède deux entrées distinctes : l’une pour la porte principale de l’immeuble, l’autre pour la porte du bureau.

9 L’émetteur sonnerie de téléphone permet à la personne sourde d’avertir une personne entendante que le téléphone sonne.

9 D’autres options sont également disponibles : émetteur d’alarme, témoin de température, indicateur de niveau liquide, stylo vibrant servant de minuterie...

Suivant la source sonore, le flash du récepteur émet des éclairs lumineux de rythmes différents. Les diodes du récepteur permettent d’identifier l’origine de l’appel.

(4)

La communication extérieure : les aides à la communication téléphonique

Pour communiquer, les sourds peuvent utiliser le GSM, le téléphone à texte, le fax, le réseau internet, …

1. Les solutions mobiles

a) Le GSM ou téléphone portable

Aujourd’hui, la téléphonie mobile est devenue un mode de communication incontournable. Grâce aux SMS (Short Message Service), les sourds ont à leur disposition un moyen simple pour communiquer. Actuellement, tous les GSM peuvent envoyer des SMS par le biais du clavier numérique. Certaines marques ont même développé un clavier alphanumérique à brancher sur le portable, facilitant l’écriture des SMS.

Depuis juillet 2000, les trois opérateurs de Belgique (Proximus, Mobistar et Orange) ont conclu un accord de partenariat pour que les SMS puissent être échangés entre les trois réseaux.

Il est aussi possible d’envoyer des SMS via Internet (www.planetinternet.be, www.proximus.be, ou à partir du site de la FFSB : www.ffsb.be).

L’utilisation des SMS reste néanmoins limitée à l’envoi de 160 caractères par communication et ne permet pas le dialogue car à chaque message correspond une communication téléphonique. Or, il faut savoir qu’une conversation entre sourds se compose parfois de 10 messages aller-retour… ce qui, à l’usage, peut coûter cher.

Pour information, Proximus a un numéro de fax (02/205.30.32) que les sourds peuvent utiliser comme Help Line pour poser leurs questions relatives à l’utilisation des GSM. Depuis le 15 septembre 2000, ce même opérateur offre aux sourds et malentendants un tarif préférentiel (3 BEF au lieu de 6) pour l’envoi de SMS au départ de leur GSM. Pour en bénéficier, il suffit de remplir un formulaire de demande et de faire compléter, par un spécialiste, un certificat médical attestant de la déficience de l’audition ou de la voix. Ces documents sont disponibles auprès du service clientèle de Proximus soit par E-mail (service.clientele@proximus.be), soit sur simple demande par téléphone (0800/15.211).

Il existe 3 types d’appareils à utiliser suivant les besoins et le degré de surdité de la personne :

8 le GSM « traditionnel », utilisé uniquement dans sa fonction « texte » c’est à dire envoi et réception de SMS ;

8 le GSM-Fax combiné (Nokia Communicator 9110). Cet appareil est équipé d’un clavier alphanumérique qui lui permet, outre ses fonctions GSM, d’envoyer et de recevoir des SMS, des fax et des courriers électroniques provenant d’un téléphone portable ou d’un fax/téléphone fixe. Il peut activer la fonction Internet et mémoriser des informations qui peuvent être retransmises sur PC. Cet appareil est néanmoins très cher et donc peu accessible ;

8 pour les sourds moyens et malentendants appareillés, il existe un accessoire adaptable sur les GSM NOKIA appelé boucle à induction. Il permet, moyennant un réglage de la

(5)

2. Les solutions fixes

a) Le téléphone amplifié

Il dispose d’un réglage d’amplification du son mais son efficacité dépend du degré de malentendance. Ce type d’appareils doit être testé en situation réelle.

On trouve notamment :

ƒ l’amplificateur portatif pour combinés téléphoniques, à fixer sur le cornet du téléphone ;

ƒ l’amplificateur fixe, boîtier que l’on intercale entre le poste téléphonique et le cornet ;

ƒ l’amplificateur téléphonique infrarouge, boîtier qui est fixé sur le poste téléphonique. La réception téléphonique se fait par un casque récepteur ;

ƒ le téléphone doté d’un système d’amplification intégré.

Pour le GSM, les personnes avec un appareil auditif peuvent utiliser la boucle à induction.

b) Le téléphone à texte, (par exemple, le « Maestro Smart » de Belgacom)

Ce type d’appareils permet l’envoi de texte. Il dispose d’un panneau d’affichage de 160 caractères et est équipé d’un clavier alphanumérique. Il permet l’envoi de fax mais aussi, entre deux appareils identiques, le dialogue. Il offre encore d’autres possibilités actuellement testées à la Fédération Francophone des Sourds de Belgique.

c) Le fax ou télécopieur

Il en existe une infinité de modèles. Il permet l’échange de messages plus longs et plus structurés que le GSM (SMS), mais pas un réel dialogue, avec tout correspondant disposant aussi d’un fax.

d) Le Réseau Internet

Les correspondants équipés d’un PC, d’un modem et d’une connexion Internet peuvent communiquer via « e-mails » et même dialoguer si les logiciels adéquats (MIRC, notamment) sont installés chez tous les interlocuteurs. Cet outil promet beaucoup d’autres avantages.

e) Le Système DEAFTEL

Deaftel est une application universelle qui s’utilise avec tout type d’ordinateur (Windows ou Mac OS). Ce système fonctionne aussi bien sur les lignes téléphoniques analogiques que sur des lignes ISDN (RNIS). Il est convivial et ne nécessite qu’un bref apprentissage. La connexion entre 2 personnes est directe et sécurisée. Il sera bientôt compatible avec les GSM moyennant une petite adaptation au portable (sonnerie vibrante et petit clavier). Il s’apparente à l’ancien minitel : il y a un bouton d’acceptation de la communication, un bouton de fin de communication, un répondeur automatique, une identification de l’appelant et un répertoire téléphonique. Pour plus d’information, consultez le site www.deaftel.be

(6)

LES AIDES FINANCIERES

Des aides financières sont octroyées, à certaines conditions, par les organismes d’aide aux personnes handicapées des différentes régions à savoir :

ƒ l’Agence Wallonne pour l’Intégration des Personnes Handicapées (pour les personnes domiciliées en région wallonne) ;

ƒ le Service Bruxellois Francophone des Personnes Handicapés (pour les personnes domiciliées en région bruxelloise) ;

ƒ de Vlaams Fonds voor Sociale Integratie van Personen met een Handicap (pour les personnes domiciliées en région flamande).

Les coordonnées complètes de ces organismes sont reprises plus loin.

Il s’agit tantôt d’incitants financiers destinés aux employeurs mais dont les personnes sourdes ou malentendantes tirent également avantage, tantôt d’aides directement destinées à ces dernières. Parmi ces aides, il est important de citer les tickets d’interprétation en langue des signes et l’adaptation du poste de travail.

Il est conseillé aux personnes sourdes ou malentendantes de présenter ces aides aux employeurs potentiels. Des documents informatifs et de demande sont disponibles auprès des organismes concernés dont vous trouverez les coordonnées ci-après.

PRINCIPALES AIDES FINANCIERES

a) au bénéfice de la personne sourde

Les tickets d’interprétation : destinés à la vie en général, il peuvent être utilisés dans un contexte professionnel. En Région bruxelloise, chaque personne sourde a droit à 30 tickets par an. En Région wallonne, elle a droit à un nombre d’heures illimité pour un forfait annuel de 1.000 francs.

Le Contrat d’Adaptation Professionnelle (CAP) : période de formation en entreprise, qui a pour objectif de rendre possible l’intégration professionnelle au sein de l’entreprise formatrice ou ailleurs et durant laquelle l’AWIPH ou le SBFPH octroie une indemnité de formation et prend en charge une partie des frais de déplacement.

b) au bénéfice de l’employeur

La prime d’insertion du SBFPH ou la prime de compensation de l’AWIPH : interventions destinées à compenser le coût des mesures prises pour limiter les inconvénients liés à la surdité.

L’aménagement du poste de travail : intervention de l’AWIPH ou du SBFPH dans le coût de l’adaptation de l’équipement (par exemple : une alarme lumineuse sur un four dans une boulangerie, un amplificateur téléphonique...).

La prime au tutorat en entreprise : l’AWIPH peut accorder une intervention financière à l’entreprise qui désigne un tuteur chargé d’accompagner et de guider la personne

(7)

ADRESSES UTILES

Pour avoir plus d’informations concernant ces interventions

Service Bruxellois Francophone des Personnes Handicapées

Rue du Meiboom 14 – 1000 Bruxelles – Tél. : 02/542 82 11 – Fax : 02/219 47 67 Agence Wallonne pour l’Intégration des Personnes handicapées

Site Saint–Charles ; Rue de la Rivelaine 21 - 6061 Charleroi Tél. : 071/20 57 11 Fax : 071/20 51 04 Vlaams Fonds voor Sociale Integratie van Personen met een Handicap

Sterrenkundelaan 30 – 1210 Brussel – Tél. : 02/225 84 11 – Fax : 02/225 84 05

Autres adresses utiles à l’employeur

¾ Pour avoir un complément d’informations sur l’emploi d’une personne sourde - FOREm, Service Social : aide à l’emploi pour travailleurs handicapés,

Boulevard. Tirou, 104 - 6000 Charleroi – Tél. : 071/20 68 89 – Fax : 071/32 92 03 A l’attention de Mme Léonard.

- O.R.B.Em (Office Régional Bruxellois de l’Emploi) :

Boulevard Anspach 65 – 1000 Bruxelles – Tél. : 02/505 77 54 – Fax : 02/505 77 92 A l’attention de Mme Laurent Anne

- S.A.R.E. (Service d’Aide à la Recherche d’un Emploi) :

Rue Van Eyck 11 A – 1050 Bruxelles – Tél./fax : 02/644 68 90 – Fax : 02/644 68 91 A l’attention de Mme van der Belen Pascale

CE SERVICE SADRESSE A TOUS LES SOURDS FRANCOPHONES. LA BRANCHE BRUXELLOISE RELEVE DE LASBL INFO-SOURDS DE BRUXELLES ET BENEFICIE DU SOUTIEN DE L’ORBEM ET DE L’IRSA.

LA BRANCHE WALLONNE RELEVE DE LA FEDERATION FRANCOPHONE DES SOURDS DE BELGIQUE ET BENEFICIE DU SOUTIEN DU FONDS SOCIAL EUROPEEN, DE LA REGION WALLONNE ET DE L’IRSA.

¾ Pour avoir une information générale sur la surdité et ses conséquences dans la vie journalière

- C.I.D.S. (Centre d’Information et de Documentation sur la Surdité de la Fédération Francophone des Sourds) :

Rue Van Eyck 11 A – 1050 Bruxelles – Tél. : 02/644 69 01 – Fax : 02/644 68 44 A l’attention de Mme Lallemand Lydia

¾ Pour faire appel au service d’un interprète

- S.I.S.B. (Service d’Interprétation pour les Sourds de Bruxelles)

Rue Van Eyck 11 A – 1050 Bruxelles – Tél. : 02/644 68 84 – Fax : 02/644 69 00 A l’attention de Mme Soetens Carole

- S.I.S.W (Service d’Interprétation pour les Sourds de Wallonie) Rue de l’Inquiétude, 23 – 5000 Namur – Tél./Fax : 081/26 05 05 A l’attention de Mme Lambert Cécile

- C.A.B., Doventolkenbureau - Dendermondsesteenweg 449 – 9070 Destelbergen Tél : 09/228 28 08 – Fax : 09/228 18 14

Ter attentie M. De Witte Dirk

(8)

¾

Pour avoir plus d’informations concernant les aides techniques pour sourds et malentendants :

- Service des Aides Techniques de la

FFSB

F

EDERATION

F

RANCOPHONE DES

S

OURDS DE

B

ELGIQUE ASBL

Rue Van Eyck, 11A Bte 4 – 1050 Bruxelles Tél. : 02/644 69 01 – Fax : 02/644 68 44

GSM/SMS : 0474/99 81 34 – GSM/FAX : 0474/99 82 38 Contact : Céline ASSELBORN ou Véronique GERNAY Site :

http://www.ffsb.be

E-Mail :

ffsb.at@brutele.be

Permanence du lundi au mercredi de 14 h 00 à 17 h 00 ou sur rendez-vous.

(9)

BIBLIOGRAPHIE

EN SAVOIR PLUS ENCORE

1. SUR LA SURDITE , EN GENERAL

Le Cri de la Mouette, Emmanuelle Laborit - ROBERT LAFFONT 1994 Quand l’Esprit entend, Harlan Lane - ODILE JACOBS 1991

La Planète des Sourds, Jean Grémion - PRESSES POCKET 1991 Des Yeux pour Entendre, Oliver Sacks - SEUIL 1990

La Voix Sourde, La société face à la surdité - M. Poizat - METAILLIE 1996 Brochure d’information sur la surdité édité par le C.I.D.S.en vente au prix de 150 BEF

2. SUR L’EMPLOI DES PERSONNES SOURDES

La personne malentendante dans le circuit économique,

mémoire de 4ème infirmière sociale à l’école d’infirmière, annexe de l’ULB

Etre sourd dans une société d’entendants et dans une entreprise de travail adapté, mémoire d’assistante sociale de l’Institut Cardijn – Louvain-La-Neuve

Quels sont les métiers accessibles aux sourds et malentendants ?, article de presse « Echo de Familles », septembre 98

Sourds en entreprise,

(série d’article de l’Echo de Familles) : reportages à France Télécom ; à La Poste ; à l’hôpital ; EDF-EDF – aux aéroports de Paris

Christophe, sourd et caissier, change le comportement de la clientèle, article de presse « Echo de Familles », mars 1999

Kinésithérapeute à l’Hôpital St Luc,

article de presse, « Le Soir », samedi 30, dimanche 31 et lundi 1er juin 1998 Trois sourds au pays des entendants,

en engageant des personnes sourdes, Switch On est passé outre les problèmes de communication entre sourds et entendants,

article de presse, « Le Soir », supplément emploi, 20 mars 1999.

Recueil d’informations du 1er Forum Formation-Emploi des Sourds,

publié par le Service d'Aide à la Recherche d'un Emploi de l’asbl Info-Sourds de Bruxelles, 1999, 100 BEF

Recueil d’informations du 2ème Forum Formation-Emploi des Sourds, idem, 2000

(10)

MINI FILMOGRAPHIE

1. SUR LA SURDITE, EN GENERAL

Les enfants du Silence de Mark Medoff Le Pays des Sourds de Nicolas Philibert

Danse des Mains de Phil Dänzer, Peter Hemni et Enrico De Roberto

2. SUR L’EMPLOI DES PERSONNES SOURDES

Si on s’entendait 1. S’approprier le monde du travail

cassette réalisée par l’Association nationale des parents d’enfants déficients auditifs (France), témoignage de différentes personnes sourdes qui parlent de leur expérience professionnelle, 1987

Les 4/5ème de l’Iceberg

émission diffusée sur Télé-Bruxelles sur l’insertion professionnelle des personnes handicapées avec notamment la présentation du Service d’Aide à la Recherche d’un Emploi (Info-Sourds de Bruxelles)

Ces documents sont disponibles au Centre d’Information et de Documentation sur la Surdité, C.I.D.S., rue Van Eyck 11 A Bte 4 - 1050 Bruxelles - Tél. : 02/644 69 01 – Fax : 02/644 68 44 Accessible au public du lundi au mercredi de 9h à 12h30 et de 14h à 16h, sur rendez-vous.

SITES INTERNET

http://www.ffsb.be : site de la Fédération Francophone des Sourds de Belgique http://apedaf.integral.be : site de l’Association des Parents d’Enfants Déficients Auditifs

Francophone

http://www.surdite.net : le Yahoo de la surdité

http://www.semaineph.org : site de la semaine pour l’emploi des personnes handicapées http://www.awiph.be : site de l’Agence Wallonne pour l’Intégration des Personnes

Handicapées

POUR EN SAVOIR PLUS

Figure

Updating...

Références

Updating...

Sujets connexes :