• Aucun résultat trouvé

Retour sur la grande invasion

N/A
N/A
Protected

Academic year: 2022

Partager "Retour sur la grande invasion"

Copied!
2
0
0

Texte intégral

(1)

DRAAF Auvergne-Rhône-Alpes Service Régional de l'Alimentation - Pôle Santé des Forêts

16B rue Aimé Rudel - BP 45 - 63370 LEMPDES dsf.draaf-auvergne-rhone-alpes@agriculture.gouv.fr 1

Les forestiers alpins font le point sur les problèmes sylvosanitaires

la pyrale du buis, espèce invasive en provenance d’asie du sud-est est arrivée en France en 2008. Cet insecte à la forte prolificité a connu un développement particulièrement dynamique au cours de la saison 2016 avec le passage de la pyrale dans le milieu forestier. Les dommages enregistrés sont divers, ils concernent bien entendu le buis avec les enjeux associés mais aussi l’environnement des buxaies. Le Département de la Santé des Forêts a construit une stratégie de surveillance adaptée aux enjeux et reste moteur dans les partenariats avec la recherche

forestière.

Retour sur la grande invasion

Sur la région, la pyrale du buis a été détectée en 2011 dans les parcs et jardin, ce n’est qu’à partir de 2015 que les premiers dommages concernant le milieu naturel ont été enregistrés. Ces

premières attaques se sont traduits par des défoliations totales sur des spots assez concentrés.

Le cycle de la pyrale du buis est particulièrement dynamique, ainsi avec la prolificité des

femelles(jusqu’à 1200 oeufs) et les 3 générations par an,(lien) en 2016 les forêts ont subies une véritable invasion.

Les défoliations totales les défoliations totales et continue des buxaies ont concernés les départements de l’Ain, la Savoie, l’Isère, la Drôme et l’Ardèche. Dans ces départements, ce sont plusieurs milliers d’hectares qui ont été atteints. (carte)

Les défoliations ne concernent pas seulement la masse foliaire des buis, mais aussi les écorces et les bourgeons de la ramification fine aux branches et tiges. Ces derniers dommages sont à l’origine de dépérissements marqués correspondant à la mortalité totale ou partielle des parties aériennes des buis. La survies des buxaies est remise en cause et mérite d’être analysée.

Durant cet épisode, en fin d’été 2016, les zones défoliées ont présenté une sensibilité particulière aux départs de feu. Dans l’Ain et la Savoie, plusieurs départs de feu ont été enregistrés, des arrêtés interdisant l’accès aux massifs forestiers ont été pris.

Pendant la période d’activité des pyrales, la présence abondante de chenilles dans les buis a constitué une gêne majeure à la fréquentation des massifs. On peut rappeler que ces chenilles ne sont pas urticantes. Elles n’ont pas occasionné à ce jour de dommage significatif sur d’autres essences que les buis. Durant chaque essaimage les vols de papillons ont constituées une

véritable gêne pour les riverains des massifs affectés. L’éclairage est un élément qui a abouti à la concentration des papillons. Dès la tombée de la nuit, des pluies de papillons se sont déversées dans les zones urbanisées. Parmi les autres désagréments identifiés, on a pu noter de réels gênes aux fonctionnements de certaines installations (groupe frigo et climatisations avec des échangeurs colmatés). La gêne à la visibilité dans la circulation automobile a pu ponctuellement perturber les conditions de circulation automobile.

DRAAF AUVERGNE – RHONE – ALPES Juillet 2019

Service Régional de l’Alimentation Pôle Santé des Forêts

Le DSF organise depuis 2016 des formations au niveau des Grandes Régions Ecologiques (Greco). Ces réunions permettent d’avoir une vision précise et complète de l’état de santé des forêts sur des territoires spécifiques. Les 27 et 28 juin dernier, une vingtaine de forestiers de trois pays, en charges des suivis sanitaires, se sont réunis à Modane (73) pour échanger sur la forêt alpine.

L L ’é é v è ne n e me m en nt t

L’événement était organisé par le Pôle Santé des Forêts de la DRAAF Auvergne-Rhône-Alpes (AURA) avec l’appui du réseau local des Correspondants Observateurs.

Les organismes représentés étaient constitués du DSF, des Pôles Santé des Forêts AURA et Sud-Est accompagnés de leurs réseaux respectifs de Correspondants Observateurs, des représentants du Bureau de la surveillance Sanitaire pour le Corps Forestier de la région autonome du Val d’Aoste et du WSL pour la Suisse.

Les présentations en salle ont alterné avec des phases de terrain afin d’illustrer l’état sanitaire de diverses formations forestières de la Haute Maurienne.

Le L es s p pr é oc o cc c up u pa a ti t io on ns s s s yl y lv vo os s an a ni it ta a ir i r es e s s s ur u r l la a Gr G re ec c o o

Parmi les préoccupations des forestiers, les organismes invasifs présentent une menace commune aux territoires alpins. Pyrale du buis, chalarose du frêne, Phytophthora ramorum sont dans l’actualité.

L’écureuil gris présente une menace sur le long terme pour la forêt française. Cette menace évoquée fait partie des vigilances portées par nos réseaux de surveillance.

Chaque territoire a présenté son bilan sanitaire :

Les forestiers du Val d’Aoste restent très préoccupés par la gestion de la processionnaire du pin qui présente un développement épidémique depuis 2015 avec des conséquences marquées pour la santé publique. Le fomes en pessières et le Sphaeropsis en pinède constituent des pathologies préoccupantes.

En Suisse, les menaces les plus fortes sont liées à l’impact du climat et de ses aléas qui touche plus les zones de piedmonts et de plateaux du nord du pays. La sécheresse de

(2)

DRAAF Auvergne-Rhône-Alpes Service Régional de l'Alimentation - Pôle Santé des Forêts

16B rue Aimé Rudel - BP 45 - 63370 LEMPDES dsf.draaf-auvergne-rhone-alpes@agriculture.gouv.fr 2 l’été 2018 a été à l’origine de

dépérissements marqués de hêtre ainsi que d’épidémies de scolytes sur les épicéas et les sapins.

En France, la situation des alpes du sud est marquée par la processionnaire du pin avec des pics de développement au cours de l’hiver 2015/2016. La tordeuse, Epinocia subsequana poursuit son développement sur sapin pectiné, essence qui continue à dépérir en liaison étroite avec les déficits hydriques. Le bombyx disparate est entré en phase épidémique avec le développement de foyers.

Pour les alpes du nord, les inquiétudes face à la menace

« scolytes » reste de vigueur sur les sapins et surtout les épicéas. L’arrivé de spots de défoliations de bombyx disparate en Savoie constitue un événement marquant mais localisé.

La L a t to ou ur rn é e e d de e t te e rr r ra a in i n

Les tournées de terrain ont permis de visualiser :

des dessèchements marqués dans les formations d’aulnes verts. Ils ont donné lieu à des échanges intéressants qui mettent en exergue la complexité du diagnostic pathologique.

la situation des pessières vieillissante des zones d’altitude confronté au fomes et au risque scolyte.

Cette première rencontre transfrontalière sur la thématique de la gestion des problématiques sylvosanitaires de forêts de montagne a permis de regrouper les forestiers s’intéressant à la surveillance sanitaire des zones alpines au travers de trois pays. Nous avons pu constater que les menaces identifiées sont communes au territoire. Cette rencontre a permis d’élargir nos contacts. La richesse des échanges et la diversité des approches ont été bénéfiques à tous. Gageons que ce type d’échange puissent se renouveler.

Références

Documents relatifs

▪ Demande robuste d’H 2 pour le Raffinage, arrêts clients pour maintenance aux E-U. ▪ Montée en puissance d’unités aux E-U et en

Comme on peut remarquer, que dans la deuxième version qui évalue la mémoire spatiale de préférence non conditionnée le temps de séjour dans le bras éclairé a été durant toute

Le Syndicat Mixte du Parc National Régional de Brière (SMPNRB) a assuré les suivis scientifiques (suivis d’impact sur la Jussie, sur les autres cortèges biologiques, et sur

Vu la lettre en date du 5 août 1991 , enregistrée sous le numéro F 431 , par laquelle le ministre d'Etat , ministre de l'économie , des finances et du budget , a saisi le Conseil de

464-6 du code de commerce énonce : "Lorsque aucune pratique de nature à porter atteinte à la concurrence sur le marché n’est établie, le Conseil de la concurrence peut

Considérant, en premier lieu, que la Fédération départementale des groupements de défense contre les ennemis des cultures de l’Orne, association de la loi de 1901, à

Quant aux prédateurs, Chrysoperla carnea, punaise prédatrice s’attaquant aux œufs de la pyrale, divers orthoptères (Ephippiger diurnus) et coléoptères (Calosoma

Même si la hiérarchisation de l’importance des agents biotiques dans les dépérissements actuels n’est pas chose aisée, il est malgré tout probable que la