La littérature hispano-américaine JACQUES JOSET

Texte intégral

(1)
(2)

Q U E S A I S - J E ?

L a littérature hispano-américaine

JACQUES JOSET

Professeur à l'Université d'Anvers

Deuxième édition mise à jour 1 6 mille

puf

(3)

Dépôt légal. — 1 édition : 3 trimestre 1972 2 édition : 4 trimestre 1977

© 1972, Presses Universitaires de France

Tous droits de traduction, de reproduction et d'adaptation réservés pour tous pays

(4)

INTRODUCTION

L'histoire des pays d'Amérique latine se présente actuellement comme un rapport de forces entre les idées de « dépendance » et d' « émancipation ».

Dépendance totale vis-à-vis de la puissance colo- niale jusqu'en 1750 environ, indépendance poli- tique de l'époque des libérateurs, émancipation falla- cieuse s'il en est puisque aucune rénovation des structures économiques et sociales ne l'accompagne, tentatives contemporaines de libération authen- tique et totale.

Cette manière d'appréhender l'histoire latino- américaine vaut également, nous semble-t-il, pour le domaine particulier de la littérature. L'évolution des tendances et des genres littéraires de l'Amé- rique de langue espagnole — seul le critère linguis- tique peut justifier scientifiquement l'exclusion de la littérature brésilienne que nous opérons pour des raisons évidentes de convenance pratique — s'ins- crit dans un système de tensions entre le respect, parfois servile, des traditions espagnoles, puis plus généralement européennes, et la conquête d'une indépendance culturelle enfin capable d'exprimer les particularités du Nouveau Monde, tout en leur conférant une dimension universelle.

Si jusqu'au milieu du XVIII siècle la littérature

hispano-américaine peut être considérée comme une

partie intégrante de la littérature espagnole, il

(5)

n'en va plus de même après. Petit à petit, un véri- table esprit américaniste apparaît et se développe sous l'effet de courants idéologiques et de mutations socio-économiques partielles que nous aurons à rap- peler. Il faudra cependant attendre le dernier tiers du XIX siècle pour assister, avec le modernisme, à la naissance d'une littérature hispano-américaine décidément originale. Sans doute est-elle parrainée par les écoles littéraires françaises de la fin du siècle (Parnasse, symbolisme, naturalisme...), le préra- phaélisme anglais et la poésie nord-américaine du siècle (Poe, Whitman, Emerson), mais elle fait entendre un « son nouveau » qui ne pourra plus être désormais confondu avec aucun autre. Dès lors il existe un style hispano-américain qui ne cessera de s'affirmer dans la prose comme dans la poésie, même en réaction contre le modernisme.

L'indépendance littéraire ne sera définitivement acquise que par la recherche et la découverte d'une langue propre. Voici un siècle que cette lutte pour le Verbe se déroule. Elle n'est pas encore achevée.

Le sera-t-elle un jour ? Le problème des écrivains

latino-américains actuels n'est-il pas de reconquérir

sans cesse une langue qui peut leur apparaître

comme étrangère mais qui leur assure une indispen-

sable audience universelle ? On peut d'ailleurs se

demander si cette révolution permanente du lan-

gage qu'ils ont mis en branle n'est pas la grande

chance de l'espagnol d'aujourd'hui et de demain,

y compris de l'espagnol d'Espagne.

(6)

CHAPITRE PREMIER

LA LITTÉRATURE DE LA CONQUÊTE (fin quinzième siècle - début dix-septième siècle)

I. — Les premières relations

La découverte des premières îles du Nouveau Monde et du continent qui portera le nom d'un usurpateur, Americo Vespucci, coïncide avec l'époque la plus brillante de la patrie des conquérants ou de ceux qui les paient. La rencontre n'est pas tout à fait fortuite. Dans cette Espagne unifiée qui se prépare à rassembler un Empire, la littérature, elle aussi, change insensiblement de cap. Les clercs médiévaux cèdent la place aux humanistes renaissants. Navigateurs et découvreurs possèdent souvent un bagage culturel qui n'est pas négligeable.

Ce que tous en tout cas partagent, c'est une foi inébranlable en leur destin. Ils ont conscience d'entrer dans un mythe. La découverte, par le fait même qu'elle est découverte, participe de l'épopée et du drame dont les acteurs s'identifient aux prota- gonistes des romans de chevalerie qu'ils avaient lus. Christophe Colomb croit avoir découvert le lieu du Paradis terrestre (1) et Hernán Cortés, conquérant du Mexique, veut, dit-il dans une de ses cinq Lettres de relation (1519-1526), découvrir le secret de cette terre merveilleuse. Mais ces héros, qui se croient tels et désirent faire connaître leurs exploits, ne sont que des hommes. Leurs rapports ne manquent ni de pragma- tisme ni de calcul intéressé. Il leur faut justifier des entreprises peut-être condamnables en Europe, demander aide au roi, aux fonctionnaires, aux banquiers et aux savants, poser dès le début les problèmes d'organisation. Le Journal de Colomb est celui d'un aventurier qui étale sans fard son triomphe personnel et les moyens employés pour toucher ce but. Alvar Núnez Cabeza de Vaca relate sa vie de héros picaresque sur le chemin de la Floride dans ses Naufragios y comentarios (1542),

(1) Une traduction du Journal de bord de Christophe COLOMB dans Sommets de la littérature espagnole, t. III, Lausanne, Editions Rencontre, 1962 ; voir également Charles VKRLINDEN, Christophe Colomb. Paris, Presses Universitaires de France. 1972, coll. « Que sais-je ? », n° 1457.

(7)

t a n d i s q u e P e d r o d e A l v a r a d o n e n o u s f o u r n i t n i p l u s ni m o i n s q u ' u n r a p p o r t m i l i t a i r e s u r l a c o n q u ê t e d u G u a t e m a l a . D è s 1518 A l o n s o d e Z u a z o , e n v o y é d u c a r d i n a l d ' E s p a g n e X i m é n e z d e C i s n e r o s à H i s p a n i o l a ( S a i n t - D o m i n g u e ) , f a i t p a r v e n i r à C h i è v r e s , m i n i s t r e d e C h a r l e s Q u i n t , u n r a p p o r t s u r l ' o r g a n i - s a t i o n d e s r e l a t i o n s e n t r e les s e i g n e u r s b l a n c s , les I n d i e n s t r a v a i l l e u r s p r o t é g é s p a r l a c o u r o n n e e t les e s c l a v e s n o i r s . Ce m ê m e p r o b l è m e f a i t l ' o b j e t d ' u n e p a r t i e d u r a p p o r t e n v o y é p a r F r a y J u a n d e Z u m á r r a g a à C h a r l e s Q u i n t e n 1529. L e p r e m i e r é v ê q u e e t a r c h e v ê q u e d e M e x i c o s ' y m o n t r e i n d i g n é , c o m m e s o n c o n t e m p o r a i n L a s C a s a s , d u t r a i t e m e n t i n f l i g é p a r les n o u v e a u x m a î t r e s à la p o p u l a t i o n i n d i g è n e .

Ces r a p p o r t s , l e t t r e s e t c o m m e n t a i r e s n e c o n s t i t u e n t p a s u n e v é r i t a b l e « l i t t é r a t u r e » m ê m e si l ' o n p e r ç o i t c h e z c e r t a i n s c o n q u é r a n t s u n é c h o h u m a n i s t e ( v o i r p a r e x e m p l e le s t y l e d e Cortés). Il s ' a g i t p l u t ô t d e r e p o r t a g e s é m e r v e i l l é s é c r i t s d a n s u n e i n t e n t i o n p r a t i q u e p r é c i s e , d e s t i n é s , c o m m e les c h r o n i q u e s , à d e s l e c t e u r s e u r o p é e n s .

I I . — L e s p r e m i è r e s d e s c r i p t i o n s

P a s s é l e c h o c d e l a r e n c o n t r e e n t r e l e s d e u x m o n d e s , v o i c i l e t e m p s d e s l o n g u e s c h r o n i q u e s h i s t o r i q u e s , d e s m i n u t i e u s e s d e s c r i p t i o n s d e s s o c i é t é s i n d i g è n e s , d e s p e i n t u r e s d e l a f a u n e e t d e l a f l o r e . O n q u i t t e l e d o m a i n e d u « p r i s s u r l e v i f » e t o n s ' e s s a y e d é j à à u n e i n t e r p r é t a t i o n d u p h é n o m è n e d e l a c o n q u ê t e . B i e n s û r l e s h o m m e s d ' E s p a g n e s ' é m e r v e i l l e n t e n c o r e e t t o u j o u r s d e v a n t l e s b e a u t é s e t l e s é t r a n g e t é s d u p a y s a g e a m é r i c a i n , m a i s l e u r a d m i r a t i o n e s t d é s o r m a i s r a i s o n n é e , e n c a d r é e p a r d e s c o n s i d é r a t i o n s « s c i e n t i f i q u e s », h i s t o r i q u e s o u m o r a l e s . C e t t e l i t t é r a t u r e ( m a i n t e n a n t n o u s p o u v o n s p a r l e r d e « l i t t é r a t u r e ») s ' a d r e s s e t o u j o u r s à l ' E u - r o p e , à t e l l e e n s e i g n e q u e n o m b r e d ' a u t e u r s d ' é c r i t s s u r l e t h è m e a m é r i c a i n n ' o n t j a m a i s m i s l e p i e d s u r l e n o u v e a u c o n t i n e n t . C ' e s t l e c a s p a r e x e m p l e d ' A n d r é s B e r n á l d e z q u i a p p u i e l a p a r t i e d e s o n H i s t o r i a d e l o s R e y e s C a t ó l i c o s c o n s a c r é e à l a d é c o u - v e r t e s u r d e s d o c u m e n t s q u e l u i f o u r n i t s o n a m i

(8)

Christophe Colomb. Francisco López de Gómara lui non plus ne fit pas le voyage des Indes quoiqu'il fut chapelain de la maison de Cortés. On ne s'éton- nera donc pas si la seconde partie de son Historia general de las Indias (1552) n'est qu'une longue apologie passionnée du conquérant du Mexique. La lecture de son ouvrage reste fort agréable : l'élé- gance de son style, la clarté de l'exposition, le souci d'être complet ne compenseront peut-être pas aux yeux de l'historien certaines injustices de ses juge- ments (condamnation de Las Casas, mise sous le boisseau des « exploits » des capitaines de Cortés...).

Gonzalo Fernández de Oviedo en revanche est un homme d'action. Il participa à diverses expé- ditions de conquête et occupa des postes officiels en Amérique. Son œuvre principale, l'Historia gene- ral y moral de las Indias (qui ne fut connue au XVI siècle que dans sa première partie), est renom- mée pour la minutie de ses descriptions géogra- phiques, zoologiques et botaniques. Autodidacte, Oviedo n'en connaît pas moins bien ses classiques qui lui servent de modèles et en tire des leçons morales. Telle est l'Histoire que Charles Quint, à qui elle était destinée, pouvait lire.

L'Histoire des Indes qu'écrivit le jésuite José de Acosta (1590) est, elle aussi, naturelle et morale.

Elle est très prisée aujourd'hui encore par les anthro- pologues qui y trouvent une foule de renseignements sur les mythes et légendes indigènes, sur les reli- gions des Indiens et leurs institutions. Ces études amenèrent Acosta à prendre la défense des Indiens contre les abus des conquistadors.

Nombreux et variés sont les traités, histoires,

tableaux et chroniques du genre. Toutes n'ont pas

les qualités de celles que nous avons mentionnées

mais toutes en partagent les limites.

(9)

III. — Chroniqueurs polémistes. Soldats et moines Le problème du statut à accorder aux Indiens, on l'a vu, fait l'objet de nombreuses discussions entre les Espagnols. Des raisons d'ordre économique poussent ces derniers à pratiquer le système de l'encomienda ou de répartition entre eux des popu- lations. Cette solution, qui exclut théoriquement l'esclavage, est recommandée sous prétexte de faci- liter l'évangélisation. Les premières dénonciations des exactions, la chute de la population indienne (particulièrement visible dans les Antilles où l'on peut parler d'extermination) bouleversent certains esprits généreux. Parmi eux, Fray Bartolomé de Las Casas (1474-1566) se pose en défenseur passionné des indigènes. Devenu dominicain en Amérique, nommé évêque de Chiapa (Mexique), il s'attaque résolument au système de l'encomienda après avoir essuyé un échec dans un essai de colonisation paci- fique au Venezuela. Nullement découragé, il veut faire entendre sa clameur prophétique et indignée jusqu'en Espagne. Il écrit une Apologética historia...

de las Indias et une Historia general de las Indias, mais c'est sa Brevisima relación de la destrucción de las Indias (1552) (1) qui produira le plus d'effet en son temps et jusque dans les siècles suivants. Com- ment ne pas réagir en effet à la lecture de cet impla- cable acte d'accusation contre la cupidité et la cruauté des conquérants ? Comment rester indiffé- rent à ces énumérations de génocides, à ces « statis- tiques » passionnées de l'extermination que les histo- riens de l'avenir contesteront ? Cette relation qui oppose la bonté des Indiens à la barbarie des Espa-

(1) P o u r une traduction française récente, voir Sommets de la littérature espagnole, t . IV. A consulter également M. BATAILLON et A. SAINT-LU, Las Casas et la défense des Indiens, Paris, Julliard, 1971, coll. « Archives ».

(10)

gnols devait servir bien des causes. On la traduit en anglais, on la réimprime en 1898 pour l'utiliser comme moyen de propagande antihispanique lors de la guerre de Cuba et des Philippines. Le cri d'angoisse de Bartolomé de Las Casas n'aura pas été vain. Le Conseil des Indes promulgue les Nou- velles Lois dès 1542. Au grand dam des colons, les répartitions de terres et d'indigènes sont suppri- mées. Commence alors la traite des Noirs !

Tout le monde n'est pas d'accord avec Las Casas.

Juan Ginés de Sepúlveda répond, en latin, aux arguments de l'apôtre des Indiens qui est secouru par le sous-chantre de la cathédrale de Santiago de Chile, Cristóbal de Molina. Sa Relación de la conquista y población del Perú (1552) témoigne en outre de la conquête du Chili par Almagro et narre la pénible exploration des Andes à laquelle l'auteur participa.

Car la conquista continue et s'organise. Elle est l'œuvre de soldats et de moines. Les premiers se souviennent de leurs exploits et les donnent à connaître. L'un d'eux, Bernai Díaz del Castillo, acquerra une juste renommée avec sa Verdadera historia de la conquista de la Nueva España (écrite en 1552, publiée seulement en 1632). Ce soldat de Cortés s'indigne, en vrai grognard, des falsifications de l'histoire de la conquête du Mexique telle qu'elle est rapportée par López de Gómara. Cortés, que Bernai admire, n'a pas combattu seul. López de Gómara a oublié sa « garde ». Bernal, heureusement, est là pour réparer cette négligence. Son ton vivant, presque moderne, le rend proche de nous. La chance de Bernal Díaz del Castillo est due sans doute à son manque d'éducation littéraire (1).

(1) L a t r a d u c t i o n de José-Maria de HEREDIA de l'œuvre de Bernal a été reprise dans Sommets de la littérature espagnole, t . IV.

(11)

La soumission du second grand Empire préco- lombien nous est également connue, entre autres, par le récit d'un soldat. La Crónica del Perú (première partie publiée en 1553) de Cieza de León est certes de l'histoire vécue, mais l'explication, le commen- taire, la recherche des causes n'y font point défaut.

Cieza de León ne prend pas fait et cause pour Pizarre et les Espagnols, mais son éloge des Incas paraît parfois fort hypocrite. D'ailleurs il ne manque pas de se retourner contre eux quand il s'agit de juger les désastreuses guerres civiles du Pérou conduites avant tout par les ambitions divergentes des maîtres de l'heure. Ces événements susciteront aussi une abondante littérature souvent plus polémique qu'his- torique que nous abandonnerons aux spécialistes.

La mission des moines est d'évangéliser, de « civi- liser ». Cela ne se fait pas sans cruels abus. Certains membres du clergé nous ont au moins laissé de remarquables documents sur la culture indienne.

Dans la ligne du P. José de Acosta, il faut situer Fray Bernardino de Sahagún et son Historia General de las cosas de Nueva España (publiée seulement au XVIII siècle). Il n'est guère possible de bien connaître la civilisation mexicaine au moment de la conquête sans avoir lu Sahagún dont l'œuvre est une mine de renseignements pour les anthropologues et surtout pour les linguistes. Sahagún a un autre mérite : celui de nous livrer le point de vue indien sur la conquête du Mexique (1).

(1) Sur la valeur historique de l ' œ u v r e de SAHAGÚN et d ' a u t r e s récits de la conquête du Mexique vue d u côté indien, voir Miguel LEON-PORTILLA, Le crépuscule des Aztèques, trad. de l'espagnol p a r A. JOUCLA-RUAU, Tournai, Casterman, 1965, coll. « Latitude- Sud ». Les réactions indiennes à la conquête d u Pérou ont été consi- gnées dans le livre de N. WATCHEL, La vision des vaincus, Paris, Gallimard, 1971, coll. « Bibliothèque des Histoires ».

(12)

C H A P I T R E I I

L A L I T T É R A T U R E D E L ' É P O Q U E C O L O N I A L E ( d i x - s e p t i è m e s i è c l e - v e r s 1 7 5 0 )

I . — L ' A m é r i q u e s t a g n a n t e d e l ' é p o q u e c o l o n i a l e L ' A m é r i q u e e s p a g n o l e d u X V I I siècle e t d e la p r e m i è r e m o i t i é d u X V I I I siècle c o n n a î t u n a c c r o i s s e m e n t sensible d e sa p o p u l a t i o n b l a n c h e . E l l e v o i t a u s s i se c o n s t i t u e r u n e i m p o r - t a n t e p o p u l a t i o n m é t i s s e . Ces f a i t s n e s o n t p a s é t r a n g e r s a u x c a r a c t é r i s t i q u e s d e la l i t t é r a t u r e d e l ' é p o q u e e t d e l ' a v e n i r . L e s n o u v e a u x i m m i g r é s a m è n e n t a v e c e u x les d e r n i è r e s m o d e s e s p a g n o l e s ; l e u r n o m b r e t o u j o u r s c r o i s s a n t e x p l i q u e q u ' i l s n e p e u v e n t b i e n t ô t p l u s se s a t i s f a i r e d e s q u e l q u e s l i v r e s q u e la M è r e P a t r i e l e u r e n v o i e p l u s o u m o i n s c l a n d e s t i n e m e n t . L e s colonies n e v e u l e n t a u c u n e m e n t se laisser d i s t a n c e r c u l t u r e l - l e m e n t p a r l a m é t r o p o l e e t , à l ' o c c a s i o n , se m o n t r e n t p l u s e s p a g n o l e s q u e l ' E s p a g n e . Q u a n t a u x Métis, v i c t i m e s e n c o r e d ' u n e société s é g r é g a t i o n n i s t e , ils c o n s t i t u e n t u n e m a s s e d e r é s e r v e q u i s e r a b i e n t ô t s u j e t e t o b j e t d e l i t t é r a t u r e .

P a r a l l è l e m e n t à u n c e r t a i n p r o g r è s d e l ' i n s t r u c t i o n p u b l i q u e e t à l a d i f f u s i o n d e l ' i m p r i m e r i e , b i e n f a i t s q u i n e p r o f i t e n t q u ' a u x seuls B l a n c s o u à p e u p r è s , les s t r u c t u r e s sociales s ' é t a b l i s s e n t e t se f i g e n t . L e s p r o f i t s q u e les colons t i r e n t d u sol a m é r i c a i n p e u v e n t m a i n t e n a n t ê t r e r é i n v e s t i s s u r p l a c e , d u m o i n s e n p a r t i e . L ' A m é r i q u e e s p a g n o l e e n t r e d a n s l'ère d e l ' a c c u m u l a t i o n c a p i t a l i s t e q u i p r e n d l a f o r m e d e l a g r a n d e p r o p r i é t é e t d e la m o n o c u l t u r e e x t e n s i v e . L ' i n t é r ê t d e s c o l o n s e s t d e s t a b i l i s e r les c a d r e s s o c i a u x q u i l e u r s e r v e n t si b i e n . L ' o r g a n i s a t i o n d e l ' E m p i r e e n v i c e - r o y a u t é s e t e n a u d i e n c i a s est g a g e d e s é c u r i t é ; l ' i m m o b i l i s m e a d m i n i s t r a t i f e s t f a v o r i s é e t les s t r u c t u r e s d ' u n e société e s c l a v a g i s t e s o n t b i e n e n t e n d u r e s p e c t é e s t a n t q u e les I n d i e n s a c c e p t e n t s a n s r é v o l t e la d o u b l e a u t o r i t é d e l e u r s chefs t r a d i t i o n n e l s e t d e s corregidores b l a n c s . D a n s c e t t e A m é r i q u e s t a g n a n t e d e l ' é p o q u e coloniale (1), s e u l e l ' E g l i s e f a i t m o n t r e d ' u n d y n a m i s m e s p i r i t u e l c e r t a i n . (1) Nous empruntons l'expression à M. Pierre CHAUNU (L'Amé- rique et les Amériques, Paris, A. Colin, 1964, coll. « Destins du Monde », pp. 121-132) que l'on consultera pour corriger et nuancer la néces- saire simplification que nous p r é s e n t e n t ici.

(13)

E l l e s ' a p p u i e r é s o l u m e n t s u r l ' e s p r i t d e l a C o n t r e - r é f o r m e e t se f a i t c h a m p i o n n e d e l ' o r t h o d o x i e r e l i g i e u s e . A c t i v e d a n s s a m i s s i o n d ' é v a n g é l i s a t i o n , elle p e u t a u s s i e n t r e t e n i r u n e intelli- g e n t s i a d o n t la p l u s f o r t e p e r s o n n a l i t é e s t s a n s d o u t e S o r J u a n a I n é s d e l a Cruz. Elle e s t a u s s i l ' i n s t r u m e n t d e p r o p a - g a t i o n d u c a s t i l l a n . A p r è s u n e p é r i o d e d ' h é s i t a t i o n , d o n t t é m o i g n e n t les c a t é c h i s m e s o u a u t r e s t r a i t é s e n n a h u a t l e t q u e c h u a et les i n s t r u c t i o n s c o n t r a d i c t o i r e s d o n n é e s a u x m i s - s i o n n a i r e s q u a n t à l ' e m p l o i d e s l a n g u e s d a n s la d i f f u s i o n d e l a b o n n e p a r o l e , l ' E g l i s e r e c o m m a n d e v i v e m e n t l ' u t i l i s a t i o n d e l ' e s p a g n o l c o m m e l a n g u e d e c o n q u ê t e s p i r i t u e l l e . L e s r é s u l t a t s , f a u t - i l le d i r e , f u r e n t m é d i o c r e s . L e s I n d i e n s , j u g é s i n a p t e s à t o u t e r é c e p t i o n d u l a n g a g e c h r é t i e n , s e r o n t a b a n d o n n é s à l e u r s o r t d ' i g n o r a n t s . M a i s à L i m a e t à M e x i c o , q u i c o n n a i s s e n t u n d é v e l o p p e m e n t p r o d i g i e u x , l a b o n n e s o c i é t é o r g a n i s e d e s a c a d é m i e s e t d e s c o n c o u r s l i t t é r a i r e s à l ' i m i t a t i o n d e ce q u i se f a i t e n E s p a g n e . O n n ' y c r a i n t p a s la s u r e n c h è r e , o n y f a i t t r i o m p h e r le c l a s s i c i s m e p u i s le g o n g o r i s m e . L a p r é c i o s i t é e n v a h i t t o u t e l a vie sociale e t a r t i s t i q u e , se f a i t c h a q u e j o u r p l u s s u b t i l e e t n e s ' é p a r g n e s u r t o u t p a s le r i d i c u l e .

M a l g r é la q u a l i t é réelle d e c e r t a i n e s œ u v r e s q u e n o u s a l l o n s e x a m i n e r , la l i t t é r a t u r e d e l a n g u e e s p a g n o l e é c r i t e à l ' é p o q u e d e l a c o l o n i s a t i o n n ' a p a s e n c o r e t r o u v é u n s t y l e h i s p a n o - a m é r i c a i n . L a m e i l l e u r e p r e u v e n e r é s i d e - t - e l l e p a s d a n s le f a i t q u e les h i s t o i r e s d e s l e t t r e s e s p a g n o l e s d ' E s p a g n e se l ' a n n e x e n t v o l o n t i e r s e t s o u v e n t à b o n d r o i t ?

I I . — L e s g e n r e s e u r o p é e n s t r a n s p o s é s e n A m é r i q u e C e t t e s i t u a t i o n n e p e r m e t p a s l a c r é a t i o n d e g e n r e s n o u v e a u x n i u n e r é n o v a t i o n p r o f o n d e e t o r i g i n a l e d e c e u x q u i e x i s t a i e n t d é j à . T o u t a u p l u s a s s i s t e - t - o n à l e u r a d a p t a t i o n , p a r f o i s r e m a r q u a b l e , à l a m e n t a l i t é c r é o l e . L e m o u l e e m p r u n t é r e s t e e u r o - p é e n m ê m e l o r s q u ' i l l ' e s t p a r d e s I n d i e n s o u d e s M é t i s . 1 L ' h i s t o i r e c o n t i n u e s u r s a b r i l l a n t e l a n c é e d u s i è c l e p r é c é d e n t . E l l e s e f a i t p l u s c l a i r e , p l u s m é t h o - d i q u e . L e s c l e r c s h i s t o r i e n s r e m p l a c e n t p r o g r e s s i - v e m e n t l e s s o l d a t s e t o f f r e n t d e s c o m p o s i t i o n s p l u s o r d o n n é e s . E l l e e s t l ' œ u v r e a u s s i d ' é c r i v a i n s m é t i s q u i , t o u t e n s ' i n s c r i v a n t d a n s l e s y s t è m e

Figure

Updating...

Références

Updating...

Sujets connexes :