• Aucun résultat trouvé

«Le système bancaire est un obstacle majeur à l'investissement»

N/A
N/A
Protected

Academic year: 2022

Partager "«Le système bancaire est un obstacle majeur à l'investissement»"

Copied!
15
0
0

Texte intégral

(1)

24 e

heure

La

L'explosion de la cité 583 lots d'Aïn Oulmène (dans la

wilaya de Sétif) survenue le 1er février dernier dans un entrepôt de produits cosmétiques et ayant causé la morts de 8 personnes et 14 blessés, connait les premières arresta- tions. Le juge instructeur de l'affaire a, ainsi, ordonné la mise sous mandat de dépôt du propriétaire du local, de son neveu et d'un employé sous le chef d'inculpation de non déclaration d'entreposage de produits dangereux au milieu d'habitations.

Pour rappel, l'explosion, suivie d'incendie dans une habi- tation individuelle contenant un entrepôt de produits cos-

métiques, a vu les flammes se propager pour atteindre les étages supérieurs de l'habitation, ainsi que 3 autres mai- sons limitrophes, en plus de deux véhicules touristique et utilitaire complètement incendiés.

Le bilan a été fatidique pour le propriétaire du local puisque les 8 victimes (2 femmes âgées de 35 et 38 ans, et 6 enfants âgés de 4 à 16 ans) sont membres de sa famille, et 14 blessés (des voisins pour la plus part) dont 6 femmes, 3 hommes et 3 enfants affectées de détresse respiratoire, de brûlures au 1er et 2e degrés, et des fractures des membres.

EXPLOSION D'AÏN OULMÈNE : 3 PERSONNES SOUS MANDAT DE DÉPÔT

Le CFCM est mort, place au Forif ! Le paysage institutionnel

hexagonal s'est doté, ce week-end, d'une nouvelle structure chargée de servir de cadre aux relations entre les pouvoirs publics français et la deuxième religion de France.

SANS SURPRISE, l'acte de décès du Conseil français du culte musul- man a été signé samedi à la faveur d'une réunion à Paris. Un peu moins d'une centaine d'acteurs s'y sont retrouvés pour acter la fin du CFCM et la naissance du Forum de l'islam de France (Forif). En présen- ce des représentants du bureau central des cultes du ministère de l'Intérieur - département ministé- riel en charge du dossier des reli- gions -, les quelque quatre-vingts représentants de l'islam ont été les témoins d'une énième initiative gouvernementale dans ce registre de la vie publique française.

Initiateur, au nom du gouver- nement, de cette nouvelle devantu- re du dialogue entre les autorités françaises et le culte musulman, le ministre de l'Intérieur a qualifié le Forif d'"instance de dialogue natio- nale" entre la République et les représentants de l'islam. Présent à la clôture de la rencontre, Gérald Darmanin a précisé les contours organiques de la nouvelle instance.

"Désormais, il n'y aura plus pour le gouvernement de représentant unique du culte musulman".

Changement de taille par rapport au CFCM, le Forif sera la vitrine "des collectifs organisés par théma-

tiques pour obtenir des résultats concrets", explique le ministre cité par la presse. Visiblement, le gou- vernement français a choisi de rompre avec la démarche prônée par Nicolas Sarkozy au ministère de l'Intérieur entre 2002 et 2007 puis à l'Élysée entre 2007 et 2012, date de sa défaite électorale face à François Hollande.

Cette énième reconfiguration institutionnelle du culte musulman était en l'air depuis plusieurs semaines. À l'aube de 2022, des groupes de travail - quatre - s'étaient réunies à deux reprises par visio-conférence. La compo- sante de ce double conclave a été constituée par le ministère de l'Intérieur avec des représentants de l'islam. Les échanges enregis- trés lors des deux réunions ont fait l'objet d'une synthèse qui a nourri une note rédigée par le bureau cen- tral des cultes et adressée - via les préfets - aux représentants de l'is- lam de France.

«Un coup de com pour Macron»

Quatre sujets avaient été sériés par les pouvoirs publics dans le cadre des groupes de travail et dans la note transmise aux repré- sentants du culte musulman, selon le quotidien Le Monde : l'organisa- tion et le fonctionnement des trois aumôneries (prisons, armée et hôpitaux), la professionnalisation et le recrutement des imams, l'ap- plication de la loi inhérente au res- pect des principes de la République et la sécurité des lieux de culte et la lutte contre les actes antimusulmans.

Les représentants du culte musulman étaient invités à sou- mettre des propositions avant le 27 janvier, ultime délai avant l'accélé- ration de la démarche de Gérald Darmanin et la tenue de la premiè- re session du Forif. Autre change- ment organique notable par rap- port au CFCM, le Forum de l'islam de France se réunira une fois par

an. "Ce forum n'a pas vocation à être une structure permanente, mais plutôt un cadre destiné à dis- cuter et régler avec les pouvoirs publics des difficultés concrètes auxquelles se heurtent les acteurs du culte musulman aujourd'hui", fait remarquer Cécile Chambraud en charge de ce dossier cultuel au Monde.

Chose prévisible, cette énième reconfiguration du cadre institu- tionnel du culte musulman n'a pas manqué de susciter des commen- taires contrastés. Bien avant la naissance du Forif, Franck Frégosi, un familier de ces questions, a épinglé cette énième initiative du gouvernement dans une tribune adressée au quotidien du soir.

Chercheur au CNRS et auteur de nombreuses publications sur le culte musulman, Franck Frégosi épingle cette "nouvelle gouvernan- ce de l'islam" et y voit une "opéra- tion médiatique" pour le président Emmanuel Macron. Y. Z.

Le Président français, Emmanuel Macron a annoncé hier, dans un message vidéo diffusé lors du Forum des mondes méditerranéens la création d'un fonds de 100 millions d'euros pour inciter les entrepreneurs français à investir au Maghreb. "Nous voulons permettre à tout entrepreneur français qui le souhaite de pouvoir se lancer de l'autre côté de la

Méditerranée, afin de générer de l'emploi, des investissements et des opportunités", a expli- qué Emmanuel Macron, précisant que "les modalités de cette mesures sont encore en train d'être étudiées".

Le président français a annoncé aussi la créa- tion d'une "académie des talents de la Méditerranée" regroupant "artistes, cher- cheurs et entrepreneurs" avec un programme de boursiers pour accompagner les talents identifiés. Enfin, il a fait part du lancement d'un appel à projet à hauteur de 3 millions d'euros pour aider les porteurs de projets de la rive sud, issus de la société civile.

Evoquant la question de l'émigration, objet d'une surenchère en cette période pré électo- rale en France, Macron a déclaré que "ceux qui viennent de l'autre rive de la Méditerranée

sont une chance de faire la France en plus grand", dénonçant ceux qui "jettent un doute"

sur les Français "venus d'ailleurs".

Macron abordera aussi sans s'y attarder la question des visas disant souhaiter "faciliter la circulation de ceux qui contribuent à nos échanges économiques, culturels, scienti- fiques", dans le cadre d'une coopération entre Etats pour "réguler efficacement les migra- tions". Il n'en dira pas plus et on ne sait pour le moment s'il compte revoir sa dernière déci- sion de réduire de moitié le nombre de visas accordés aux pays du Maghreb. R. N.

Macron annonce un fonds de 100 M€ pour entreprendre au Maghreb

Un test PCR ou antigénique suffit pour le hadj ou une omra

A partir de demain, ceux qui voudront faire une omra ou un pèlerinage seront appe- lés à présenter un résultat négatif d'un test PCR ou anti- génique réalisé lors des der- nières 48h. Cette information a été annoncée par l'Agence Presse Saoudienne suite à une décision prise par le ministère du Hadj et Omra dont le but est de contrôler la situation sanitaire de ce pays, mais aussi afin de protéger les visi- teurs de la Mecque.

Aéroport

d'Alger : saisie de 82.000 €

Les services des Douanes algériennes ont déjoué une tentative de transfert illicite de devises à l'aéroport Houari-Boumediene hier. En effet, les agents des Douanes et ceux de la police des fron- tières ont saisi une importan- te somme en devises estimée à 82.000 euros dissimulée dans des boites de gâteaux et des flacon de produits cosmé- tiques d'un passager qui s'ap- prêtait à embarquer pour Istanbul (Turquie).

Un réseau

international de trafic de voitures accidentées et volées démantelé

Un réseau international de trafic de voitures accidentées et volées a été démantelé après une longue enquête menée par les services de la Gendarmerie nationale.

Composée de trois personnes, des frères originaires de la wilaya de Blida, cette bande avait pour habitude de chan- ger le numéro de châssis des véhicules ayant reçu des coups ou qui ont été volés pour les revendre comme étant des voitures neuves. Les personnes interpellées ont fait tomber avec eux plusieurs complices, des personnes qui avaient pour mission de leur faciliter la tâche afin d'obtenir de nouveaux papiers pour les voitures et pouvoir arnaquer les acheteurs.

Islam de France : un nouveau départ l e Q u o t i d i e n d ’ I n f o r m a t i o n L ’ A l g é r i e A u j o u r d ’ h u i - N ° 8 8 - M a r d i 8 f é v r i e r 2 0 2 2 - 3 0 D A

Zeghdar tire la sonnette d’alarme

Situation hydrique en Algérie

LES EXPERTS RELATIVISENT

Le Midcat pourrait être relancé

DU GAZ

ALGÉRIEN

VERS L'ALLEMAGNE

Le pain ordinaire à 10 DA, le pain amélioré à partir de 15 DA

LES BOULANGERS DE TIZI OUZOU METTENT FIN À LEUR GRÈVE Explosion

d'Aïn Oulmène 3 PERSONNES SOUS MANDAT DE DÉPÔT

Rahabi : «Israël, un des outils des USA pour contenir la Chine et la Russie en Afrique»

Automobile

LE NOUVEAU CAHIER DES CHARGES EST SUR LE BUREAU

DU PREMIER MINISTRE

«Le système bancaire est un obstacle majeur

à l'investissement»

(2)

LE SÉNÉGAL enfin sur le toit de l'Afrique.

Dimanche 6 février, les Sénégalais ont décroché le premier titre de leur histoire en Coupe d'Afrique des Nations en l'emportant au bout de la séance de tirs au but face à l'É- gypte (0-0, 4-2 aux t.a.b). Cette édition 2022 a offert son lot de surprises, avec notam- ment les sorties prématurées de l'Algérie, du Maroc ou encore du Nigeria. De quoi redistribuer les cartes avant les élimina- toires pour la Coupe du monde 2022, qui auront lieu les 24 et 29 mars. Et pour cause, dans la course aux cinq tickets délivrés pour le Mondial, de nombreuses affiches offriront des revanches de la CAN.

Sénégal - Égypte,

une revanche à prendre pour les Pharaons

Un remake de la finale de la Coupe d'Afrique des Nations. Sénégal - Égypte, un mois et demi après le premier sacre des Lions de la Teranga dans une CAN, Sénégalais et Égyptiens se retrouvent dans le cadre du dernier tour des éliminatoires de la Coupe du monde 2022. Forts de leur suc- cès contre les Phararons, les Sénégalais arriveront avec le plein de confiance. Mais les coéquipiers de Sadio Mané devront tout de même se méfier de la solidité affichée par les Egyptiens lors la CAN.

L'Algérie en danger face au Cameroun

Tenants du titre de la Coupe d'Afrique des Nations, les Fennecs ont été boutés hors de la compétition dès la phase de poules de l'édition 2022. Un coup derrière la tête pour les joueurs de Djamel Belmadi. Mais les coéquipiers de Riyad Mahrez vont devoir

rapidement réagir. Car une nouvelle échéance importante arrive vite. Les 24 et 29 mars, les Fennecs affrontent le Cameroun, demi-finaliste de " sa " CAN.

Qualifiés en 2010 et 2014, mais pas du voyage en Russie en 2018, les Algériens auront encore fort à faire pour ne pas rester à quai. De leurs côtés, les Camerounais ont alterné le bon et le moins bon dans le jeu lors de cette Coupe d'Afrique des Nations.

Avec les Comores et la Gambie en huitièmes puis en quart de finale, les Lions Indomptables ont bénéficié d'un tableau relativement accessible.

Avant de buter sur la solidité égyptien- ne en demi- finale (0-0, 3-1 t.a.b.).

Maroc - RD Congo,

les Lions de l'Atlas favoris

Éliminés en quarts de finale de la Coupe d'Afrique des Nations, les Marocains seront favoris de leur confrontation face à la République Démocratique du Congo. Pas qualifiée lors de la CAN qui vient de se terminer au Cameroun, la RDC n'a plus participé à une phase finale de Coupe du monde depuis 1974. La seule qualification du pays d'Afrique centrale à ce jour.

Mali - Tunisie,

comme on se retrouve

Adversaires en phase de poules de la Coupe d'Afrique des Nations, le Mali et la Tunisie seront à nouveau adversaires les 24 et 29 mars prochains. En jeu, un ticket pour la Coupe du monde au Qatar. Au Cameroun, les Maliens avaient battu les Aigles de Carthage sur le plus petit des scores (1-0).

Le Mali bénéficiera donc de ce petit avantage psychologique. Le bilan des confrontations entre les deux nations est équilibré. Sur les dix rencontres entre Maliens et Tunisiens, les Aigles de Carthage l'ont emporté cinq fois contre quatre succès pour les Maliens.

Ghana - Nigeria,

les Super Eagles pour vite passer à autre chose

Très impressionnant en phase de poules, avec trois succès en autant de matches (6 buts marqués pour 1 but encais- sé), le Nigeria a finalement chuté dès les hui- tièmes de finales, battu par la Tunisie sur le plus petit des scores (1-0). Malgré cette éli- mination précoce, les Super Eagles conser- veront l'étiquette de favori dans cette confrontation face au Ghana. En effet, les Ghanéens n'ont pas remporté le moindre match dans cette CAN 2022.

Tenu en échec par le Gabon et battu par le Maroc et les Comores - surprise de la compétition - le Ghana a fait ses valises dès la phase de poules. Qualifiés lors de trois des quatre dernières phases finales de Coupe du monde (200, 2010, 2014), les Blacks Stars, absents en 2018, tenteront de décrocher leur ticket pour le Qatar.

SPORT

Après la CAN, quels sont

les favoris pour les barrages de la Coupe du monde ?

CAN 2023 :

DES ÉMISSAIRES DE LA CAF EN VISITE EN

CÔTE D'IVOIRE

A en croire Véron Mosengo Omba, secrétaire général de l'instance afri- caine, des émissaires sont en Côte d'Ivoire ce lundi pour une visite qui

constitue "une première prise de contact de la CAF avec la FIF et les autorités étatiques pour préparer uti- lement l'organisation" de la compéti- tion. "Nous souhaiterions visiter le siège du bureau CAF a Abidjan, les sites de Korhogo et San Pedro et les grands hôtels de la capitale", informe

Véron Mosengo Omba. A l'issue de la CAN 2021, qui s'est achevée ce dimanche avec le sacre du Sénégal, le

ministre des Sports ivoirien a reçu le drapeau de la CAF.

La Coupe d'Afrique des Nations a offert son lot de surprises à l'occasion de l'édition 2022 qui vient de s'achever au Cameroun, dimanche 6 février. Pour les sélections africaines, une nouvelle échéance importante se profile avec les barrages des éliminatoires de la zone Afrique, les 24 et 29 mars. Avec quelques affiches aux airs de revanche de la CAN.

Yazid Iarichen a reconnu au coup de sif- flet final du match face aux Léopards que son équipe n'a rien fait pour arra- cher le billet qualificatif pour la phase des poules de la coupe de la CAF. "Je suis très déçu par cette élimination, mais il faut reconnaître qu'on n'a rien fait pour se qualifier.

Ce qui fait beaucoup plus mal, ce n'est pas l'élimination en elle- même, mais c'est le fait de n'avoir rien fait pour ren- verser la vapeur", a tonné le président Iarichen. Déçu par la prestation de cer- tains éléments, le président Iarichen promet de faire une véritable purge en se séparant de tous les éléments qui n'ont pas le niveau pour porter le maillot de la JSK. "Tout le monde a vu le

match et il est temps qu'on prenne les mesures qui s'imposent. Il y aura une véritable purge, car on ne peut pas continuer comme ça", a-t-il menacé.

«Seuls les joueurs qui méritent de porter ce maillot resteront»

Estimant qu'il y a des éléments qui n'ont pas le niveau pour défendre le maillot du club le plus titré d'Algérie, le premier responsable des Jaune et Vert de la JSK promet de mettre fin à cela.

"Ce n'est pas n'importe quel joueur qui défendra le maillot de ce prestigieux club. Désormais, il n'y aura dans l'équi- pe que des joueurs qui méritent de por- ter le maillot de ce grand club", a-t-il

promis. Regrettant l'absence des spon- sors et des aides des pouvoirs publics, le président Iarichen a confié que depuis sa venue, il ne cesse de mettre la main à la poche. "Ce n'est pas normal ce qui se passe dans notre championnat. Il y a des clubs qui roulent avec des budgets de plus de 150 milliards et d'autres qui ne reçoivent rien à l'image de la JSK. Il n'y a ni sponsors ni aides des pouvoirs publics. La seule aide qu'on avait reçue, c'était celle du président de la

République que je remercie au passage lors de notre déplacement au Maroc. Je gère le club avec mon argent et il y a les deux membres du conseil d'administra- tion, à savoir Azouaou et Azlef qui m'ai- dent."

APRÈS L'ÉLIMINATION DE LA JSK EN COUPE DE LA CAF

Iarichen va faire la purge L’ÉVÉNEMENT

PAR CHAFIK S.

Des sources gouvernementales espagnoles citées par le quotidien espagnol La Vanguardia annon- cent la possibilité de construire un gazoduc traversant la péninsule ibérique et la France pour atteindre l'Europe du Nord.

Le média espagnol, toujours selon ses sources gouvernemen- tales, annonce que ce gazoduc sera alimentée par du gaz algérien et du gaz liquéfié au marché européen

"afin d'alléger la dépendance de l'Europe centrale vis-à-vis du gaz russe". D'autres supports média- tiques, à l'image de RT en espagnol, estime que "l'un des pays les plus intéressés par le projet est l'Allemagne, en raison de sa forte dépendance au gaz russe, que le journal décrit comme l'une des principales faiblesses géostraté- giques de l'Union européenne dans le colossal tour de force avec la

Russie sur le statut de l'Ukraine . En fait, le projet qui se dénom- me Midcat, avait été étudié dans un premier temps, pour être ensuite annulé en 2019 par les autorités espagnoles et françaises qui esti- maient à l'époque qu'il ne pouvait être réalisé, mettant en avant l'émergence des énergies renou- velables largement plus à la mode.

Aujourd'hui, face aux besoins grandissant des économies euro-

péennes, la nécessité à encore recourir aux énergies fossiles se fait grandement ressentir. On apprend qu'en 2019, le projet avait alors été évalué à 400 millions d'euros (457 millions de dollars), et s'il venait à être concrétisé, la péninsule ibérique pourrait deve- nir une "plate-forme de distribu- tion" et de stockage de gaz naturel dans huit usines de regazéification situées en Espagne et au Portugal.

Une capacité de 7 mil- liards de m

3

L'Espagne, à elle seule, possède 30% de la capacité de stockage de gaz liquéfié en Europe, grâce à ses sept stations de regazéification.

Néanmoins toujours selon La Vanguardia, "le pays n'est pas encore prêt à assumer le rôle de centre de distribution de gaz natu- rel pour toute l'Europe en raison du manque de pipelines". Le quoti- dien estime que le flux de gaz en provenance de la péninsule n'est pas en mensure à l'heure actuelle de concurrencer "les 55 milliards de mètres cubes par an du Nord Stream 2", écrit La Vanguardia. A ce propos, les données de l'Office statistique européen donnent la Russie comme le plus grand four- nisseur de gaz de l'Europe sur l'an- née 2021. Avec ses principaux gazoducs dans la région, Nord Stream 1 et Yamal-Europe, la Russie, sur le premier semestre de

l'année, a fourni 46,8% de tous les approvisionnements en gaz vers l'Europe.

Actuellement, à partir de l'Espagne, les seules liaisons avec la France sont celles du Pays basque et de la Navarre, qui ont une capacité conjointe de 7 mil- liards de mètres cubes de gaz par an. Selon les sources gouverne- mentales, le Midcat, qui serait relié à l'usine de regazéification de Barcelone, pourrait apporter 7 mil- liards de mètres cubes de gaz sup- plémentaires par an au marché européen. Ce qui va doubler la capacité actuelle.

A rappeler également, que les dirigeants de la Sonatrach ont déjà annoncé la possibilité de porter la capacité de transport du Medgaz à 16 milliards de m3 an. "Pour peu que les partenaires de l'Algérie en expriment la demande", avait-on souligné du côté de la Sonatrach.

C. S.

LE MIDCAT POURRAIT ÊTRE RELANCÉ

Du gaz algérien vers l'Allemagne

Se dirige-t-on vers une autre année sèche ? Les citoyens lambda sont convaincus que oui, les agriculteurs, bien qu'inquiets, espèrent que non, mais les spécialistes dans le domaine estiment

"qu'il est trop tôt pour en juger".

PAR BRAHIM AZIEZ

LE MINISTÈREdes Ressources en eau, quant à lui, avait promis aux Algériens, les Algérois en particulier "qu'ils ne revivront pas le calvaire de l'été dernier" et que ses services ont pris les mesures nécessaires pour que l'année 2022 soit paisible.

Selon le ministère des Ressources en eau et de la sécurité hydrique, le niveau national de remplissage des barrages a légè- rement augmenté pour atteindre 37,66%, contre 36,24% au 12 décembre dernier.

L'APS qui a donné le dernier bilan, établi hier, précise que le taux de remplissage des barrages en exploitation a atteint, par région, les 22,8% dans l'ouest du pays et la région du Cheliff (contre 23,12% dans l'ouest et 23,61% à Cheliff en décembre dernier), 18,33% dans le centre (contre 16,06%) et 61,92% dans la région Est (contre 59,22%).

Une situation qui semble peu reluisante par rapport à la même période de l'année dernière où, à la mi-mars 2021, le taux de remplissage était de 44,63%, un niveau sta- bilisé par rapport à janvier 2021 (44,60%), grâce aux apports pluviométriques enregis- trés entre début janvier et mi-mars. Des niveaux qui n'ont pas évité aux Algériens (à l'ouest et au centre notamment) de passer un été marqué par des perturbations de l'alimentation en eau potable qui a fini par être rationnée. Certaines localités reçoivent, aujourd'hui encore, l'eau dans les robinets 1 jour par semaine. Des chiffres qui appuient la thèse d'un stresse hydrique imminent, une menace face à laquelle la tutelle a entre- pris plusieurs démarches et lancé plusieurs projets.

Forages et stations de dessalement d'eau de mer à la rescousse

Pour faire face au stress hydrique que connait le pays, le ministère avait lancé un programme de réalisation de 700 forages dont 320 ont été mis en services effective- ment. Les programmes d'autres institutions à travers le pays comprennent un total de 1.200 forages dont 577 ont été réalisés, d'après les chiffres du ministère. C'est dire que sur 1900 forages prévus, moins de la moitié seulement a été réalisé.

Pour la wilaya d'Alger, à titre d'exemple, trois programmes d'urgence ont été lancés en 2020, rappelle le ministère des Ressources en eau. Il s'agit du programme de la direction des ressources en eau de la wilaya, celui de la société des eaux et de l'assainissement d'Alger (Seaal) ainsi que le programme de forage de la wilaya d'Alger.

L'ensemble de ces programmes au niveau de la capitale incluent la réalisation de 217 forages, dont 171 ont d'ores et déjà été mis en service, a fait savoir la même source.

Mais il n'y a pas que les forages. Les sta- tions de dessalement ont connu une activité intense pour pallier le manque d'eau dans la capitale. En octobre dernier, le ministre des Ressources en eau et de la sécurité hydrique,

Karim Hasni, avait affirmé, lors d'une sortie à Alger, que la population de la capitale passera l'été 2022 "en toute aisance" concernant l'ali- mentation en eau potable (AEP), à la faveur de l'augmentation de la production d'eau à plus de 900.000 m3/jour en juin prochain (2022), notamment après l'entrée en service des sta- tions de dessalement de Corso, de Bordj El- Kiffan et d'El-Marsa. Le ministre avait, toute- fois, précisé que la production totale d'eau à Alger s'élève, actuellement, à près de 750.000 m3/jour et sera augmenté à plus de 900.000 m3/jour". Il faut savoir que les barrages assu- rent 33% des besoins nationaux en eau potable, estimés à 3,7 milliards de m3. La moi- tié de ces besoins est assurée à partir des eaux souterraines (forages) et 17% à partir du dessalement d'eau de mer.

«Trop tôt pour parler de sécheresse»

Qu'en est-il de la pluviométrie ? Après les trombes qui se sont abattues sur le pays entre le 5 novembre et la fin décembre 2021, l'on a naïvement pensé que les barrages avaient fait le plein. Mais les experts avaient expliqué que les pluies n'avaient pas arrosé les régions où sont implantés les quelques 80 barrages en exploitation à travers le territoire national, sauf pour l'ouest du pays. Depuis la dernière

semaine de décembre dernier, de très faibles quantités de pluies sont tombées dans diverses régions du pays, sans grande inci- dence sur le niveau de remplissage des bar- rages. Du coup, le stress hydrique est large- ment appréhendé par les populations du centre et de l'est du pays, mais par les agricul- teurs, aussi, qui voient pointer à l'horizon une saison aussi perturbée que l'année dernière, si ce n'est pire. Mais pour la chargée de com- munication à l'Office national de météorolo- gie (ONM), les prochains jours augurent d'un retour de la pluie. Houaria Benrekta a affirmé, hier que le retard de la saison des pluies dans certaines régions du pays en cet hiver était dû à une forte pression atmosphérique concen- trée en Méditerranée, estimant qu'il est "trop tôt pour parler de sécheresse". Mieux encore, Mme Houria Benrekta a affirmé qu'"un chan- gement de météo est prévisible à partir du 12 février en cours et les jours du même mois qui s'en suivront". L'intervenante a rappelé que "le même phénomène météorologique avait été observé durant les trois dernières années 2019, 2020 et 2021, soit un retard de la saison des pluies attendues en décembre et janvier jusqu'aux dix derniers jours du mois de février, et des intempéries en février et mars incluant même des chutes de neige".

Abondant dans le même sens, le direc- teur du Centre climatologique national (CCN), Salah Sahabi Abed, a déclaré : "Il y a dix ans qu'il a été constaté, en Algérie, que le mois de janvier est devenu un mois sec, sans que cela ne signifie que le pays est entré dans une phase de sécheresse". Il soulignera, à ce sujet, que "le CCN avait établi des prévisions pour les mois de décembre, janvier et février der- niers, annonçant des précipitations infé- rieures à la moyenne saisonnière, tandis que les prévisions pour les trois prochains mois démontrent que les taux de pluviométrie seront dans la normale".

Salah Sahabi Abed rappellera que les études réalisées par des spécialistes dans le domaine "indiquent qu'au cours des pro- chaines années, et jusqu'en 2030 ou encore en 2050, la pluviométrie saisonnière dimi- nuera à 20%, voire oscillera entre 15 et 30%".

Il ajoutera : "On constate que les taux de plu- viométrie ont diminué en Algérie au cours des trente dernières années". B. A.

SITUATION HYDRIQUE EN ALGÉRIE

Les experts relativisent

(3)

QUOTIDIEN NATIONAL D'INFORMATION ÉDITÉ PAR LA SARL DESTINATION ALGÉRIE

Directeur général : RAFIK ABIB Directeur de la publication : OMAR BOUDJEDOU

Rédacteur en chef : KHALIL METAHRI

Adresse : 18, 24, rue Mustapha El-Ouali Assayed Adresse email : lalgerie.aujourdhui@gmail.com

Tel : 023 69 70 50 Compte bancaire : AGB agence Hassiba Ben Bouali

Impression : SIA Publicité : Anep : 1, rue Pasteur Tel : 021 71 16 64 - 021 73 71 28 Fax : 021 73 95 59 - 021 73 99 19

agence.regie@anep.com.dz

SPORT

ALIOU CISSÉ ENFIN

RÉCOMPENSÉ

ILS L'ONT FAIT ! Deux ans après l'échec en finale contre l'Algérie (0-1) en

2019, le Sénégal a remporté la première Coupe d'Afrique des Nations de son his- toire en prenant le dessus sur l'Egypte (0- 0, 4-2 tab.), dimanche soir, au Cameroun.

Les Lions ont mis fin à ce qui semblait devenir une malédiction. Pour le plus grand bonheur de leur sélectionneur Aliou Cissé.

«On n'a jamais abandonné»

En tant que joueur, ce dernier avait déjà échoué en finale de la plus presti- gieuse des compétitions du continent africain. Après la victoire contre l'Egypte,

il était forcément aux anges, dimanche soir. "Champions d'Afrique ! Ce fut long, ce fut difficile, mais on n'a jamais abandon- né. On a eu notre temps fort tout au début avec ce penalty qu'on a loupé, puis d'autres opportunités qu'on n'a pas su concrétiser. Après, le match s'est équili- bré, les garçons n'ont jamais abandonné", s'est félicité le technicien en conférence de presse d'après-match. "Ce match, nous l'avons préparé dans tous les sens, on savait qu'on pouvait aller en prolongation ou gagner aux tirs au but, on n'a jamais douté, on a toujours eu la foi, on a conti- nué à se battre sur le terrain", a ensuite apprécié Aliou Cissé, fier du visage affiché.

«On a une étoile sur le maillot»

Désormais, l'heure est aux célébra- tions, le tout avec une étoile que personne ne pourra leur enlever.

"Nous dédions cette victoire au peuple sénégalais.

Maintenant sur notre maillot, on a une étoile nous aussi. Le Cameroun est une terre de foot, gagner ici est un symbole, et gagner face à l'Égypte, qui a remporté sept CAN, c'est un autre symbole. C'est ce que je disais à mes joueurs, ils ont écrit l'his- toire", a enfin confié le sélectionneur sénégalais. Magique.

Mané a dormi avec le trophée de la CAN

Élu meilleur joueur du tour- noi et vainqueur de la CAN 2021 avec le Sénégal dimanche soir, Sadio Mané est apparu dans son lit avec le tro- phée en or.

Sadio Mané a emporté le tro- phée de la Coupe d'Afrique des Nations dans son lit tandis qu'Edouard Mendy et le

reste de ses coéquipiers sénégalais ont dansé dans les couloirs de leur hôtel après leur vic- toire finale contre l'Égypte. Dimanche soir, le Sénégal a finalement remporté sa toute pre- mière couronne africaine, exorcisant les démons de ses précédentes défaites en finale en 2019 et 2002. Mané a été le héros de la soi- rée en marquant le penalty décisif dans la vic- toire de son pays aux tirs au but contre l'Égyp- te, et l'attaquant de Liverpool a célébré l'évé- nement de fort belle manière.Sadio Mané, qui a également remporté le titre de meilleur joueur du tournoi après avoir inscrit trois buts et délivré deux passes décisives en sept matches, s'est montré sur les réseaux sociaux allongé dans son lit avec la coupe en or.

L'homme de 29 ans avait également sa médaille d'or autour du cou alors qu'il s'est couché tôt et a laissé le reste de l'équipe du Sénégal poursuivre la fête dans son hôtel au Cameroun. Grand professionnel.

Il révèle ce qu'il a dit à Salah

Sadio Mané est un immense joueur mais c'est aussi un homme de valeurs et un exemple d'humili- té de fairplay. En effet, brillant vain- queur de la finale de la CAN 2022 ce dimanche face à l'Egypte de son coéquipier en club Mohamed Salah (0-0, 4-2 tab), le

capitaine sénégalais a tenu à consoler son par- tenaire à Liverpool et ce, dès fin de la ren- contre. Interrogé au micro de beIN Sports, le meilleur joueur de la compétition est revenu sur leur discussion : " Je lui ai dit qu'il reste un très grand joueur avec qui je partage le même club. J'ai beaucoup de respect pour lui, il a tout donné pour son pays", a confié Mané à propos de l'une des images fortes de la finale.

" Malheureusement il n'a pas gagné mais cela ne veut pas dire que c'est fini pour lui. Il y a d'autres échéances qui arrivent, la CAN 2023.

Ils ont une équipe jeune. Peut-être qu'ils la gagneront un jour," a ajouté l'enfant de Bambali. Malgré l'amertume de ce cuisant revers aux portes du graal, la superstar égyp- tienne des Reds a sûrement apprécié les mots de son partenaire en club.

Le gardien de l'Égypte, Gabaski, a usé d'anti- sèches sur sa bouteille d'eau afin de connaître les tendances des Sénégalais lors de la séance de tirs au but, en finale de la CAN. En vain. La séance de tirs au but, une loterie ? Nul doute que Mohamed Abou Gabal, dit Gabaski, n'est pas de cet avis. Étincelant dans les cages de l'É- gypte lors de la Coupe d'Afrique des Nations, il s'est à nouveau fait remarquer ce dimanche, en finale contre le Sénégal. D'abord par quelques parades bien senties en cours de match. Puis après la rencontre : le journaliste Saddick Adams a récupéré la bouteille d'eau que Gabaski a oubliée sur la pelouse. Sur cette bou- teille ont été collés des morceaux de papiers.

Sur chacun, une cage de foot est dessinée avec le nom d'un joueur sénégalais au-dessus. Il s'agit d'indications sur les tendances de chaque joueur avant la séance de tirs au but. On se rend compte, par exemple, qu'Ismaïla Sarr a une nette préfé- rence pour tirer à droite. De véritables antisèches pour maximiser les chances de repousser un tir au but sénégalais lors de la séance. Gabaski avait déjà une bouteille similaire lors de la demi-finale contre le Cameroun. Lors de la séance de tirs au but, il avait repoussé deux tentatives camerou- naises. En finale, il a arrêté le tir de Bouna Sarr.

Insuffisant pour l'Égypte, qui s'est inclinée lors de la séance (4-2) et qui a vu le Sénégal décrocher la première CAN de son histoire.

POUR LES TIRS AU BUT, LE GARDIEN ÉGYPTIEN AVAIT...

DES ANTISÈCHES SUR SA BOUTEILLE D'EAU Un jour férié pour

célébrer la CAN

Après la victoire contre l'Egypte (0-0, 4- 2 t.a.b.) dimanche en finale de la Coupe d'Afrique des Nations, le président du Sénégal, Macky Sall, a proclamé ce lundi 7 février "férié, chômé et payé"

dans tout le pays, a annoncé la télévi- sion locale. Le Chef de l'État, qui devait initialement s'absenter jusqu'à mercre- di pour des raisons diplomatiques, a même annulé son déplacement pour accueillir ses champions ce lundi à l'aé- roport militaire de Yoff à Dakar.

"Champions d'Afrique. Quel match ! Quelle équipe ! Vous l'avez fait. Beau moment de football, beau moment de communion et de fierté nationale.

Félicitations à nos héros", a lancé le dirigeant sur le réseau social Twitter.

Autant dire que la fête s'annonce magnifique entre le groupe dirigé par Aliou Cissé et le peuple sénégalais.

Meilleur joueur, meilleur gardien, meilleur buteur : les distinctions complètes

Vainqueur de la CAN 2021 avec le Sénégal, Sadio Mané a été désigné meilleur joueur de la compétition. Troisième de cette compétition avec le Cameroun, Vincent Aboubakar ter- mine meilleur buteur. Le portier sénégalais Edouard Mendy a lui été désigné meilleur gar- dien de la compétition. La Coupe d'Afrique 2021 a pris fin ce dimanche 6 février 2022 avec le sacre du Sénégal face à l'Egypte en finale. Véritable orchestre de ce trophée, Sadio Mané a été désigné meilleur joueur de la compétition. Quant à son coéquipier et portier Edouard Mendy, il a été élu meilleur gardien de la compétition. Une seconde distinction pour le gar- dien de Chelsea après celle du meilleur gardien de l'année aux Trophées FIFA THE BEST.

Beaucoup estiment que le portier Egyptien était plus méritant. Le camerounais Vincent Aboubakar, totalisant 8 buts dans cette compétition, a remporté le titre de meilleur buteur, il méritait largement le titre de meilleur joueur. Dans la catégorie du meilleur passeur décisif Martin Hongla (Cameroun), Faï Collins (Cameroun) et Issa Kaboré (Burkina Faso) sont en tête avec 3 passes. En ce qui concerne le collectif, en voici quelques chiffres.

Meilleure attaque : Cameroun (14 buts marqués)

Plus mauvaise attaque : Guinée-Bissau et Mauritanie (0 but marqué) Meilleure défense : Mali (1 but encaissé)

Plus mauvaise défense : Burkina Faso (10 buts encaissés) Nombre de buts : 99

" Cartons jaunes : 206

" Cartons rouges : 13

L’ÉVÉNEMENT

EVÉNEMENTS DE SAKIET SIDI-YOUCEF Benabderrahmane co-préside les

cérémonies

commémoratives

Le Premier ministre, ministre des Finances, Aïmene

Benabderrahmane, co-présidera, aujourd'hui, avec la Cheffe du Gouvernement tunisien, Mme Najla Bouden, les cérémonies commémoratives du 64e anniver- saire des événements de Sakiet Sidi-Youcef dans la ville tunisien- ne du Kef, située à la frontière entre les deux pays frères, a indi- qué hier un communiqué des ser- vices du Premier ministre.

En marge de cet évènement, "le Premier ministre aura des entre- tiens avec son homologue tuni- sienne sur l'état et les perspec- tives de développement des rela- tions bilatérales, notamment en ce qui concerne le développement des zones frontalières entre les deux pays", précise la même sour- ce. M. Benabderrahmane sera accompagné, durant cette visite, par "les ministres de l'Intérieur, des Collectivités locales et de l'Aménagement du territoire et des Moudjahidine et des Ayants- droits", ajoute le communiqué.

PAR ABDELLAH B.

Le retard dans la publication du nouveau cahier des charges régissant l'importation de véhicules en Algérie continue à susciter la colère des concessionnaires automobile qui n'ont eu de cesse, depuis le début du mois courant, de rappeler au ministre de l'industrie sa promesse. Prévu initialement pour le début de l'année courante, le nou- veau cahier des charges devra encore prendre quelque temps, a affirmé le

ministre de l'Industrie, Ahmed Zeghdar, lors de son passage, hier, à la radio nationale.

Pour ce qui est de la date prévue pour la publication du nouveau cahier, le ministre a préféré maintenir le suspense et ne pas avancer une date précise. M. Zeghdar indi- quera que le nouveau cahier des charges se

"trouve sur la table du gouvernement et son adoption ne devrait pas tarder".

Sur les origines du retard enregistré dans l'élaboration de ce fameux nou- veau cahier des charges, le ministre évoque "la situation sanitaire", mais aussi "l'introduction de nouvelles mesures" dans le nouveau document visant l'organisation et la régulation de cette filière de l'importation de véhicules. "C'est un dossier important qu'on traite avec beaucoup de précau- tions", explique-t-il.

«L'importation est ouverte pour les particuliers»

En fait, face à la pression qui s'exerce, ces derniers temps, sur le ministère de l'Industrie par les concessionnaires automobile, mais aussi la population, le ministre n'a pas retenu sa colère et a décoché quelques flèches en direc- tion de ses détracteurs en affirmant que "le marché est ouvert pour les particuliers qui veu- lent importer des véhicules neufs. Celui qui veut importer avec son propre argent qu'il le fasse". Autrement dit, le marché est ouvert pour ceux qui n'attendaient pas les facilitations fis- cales et les exonérations douanières.

Pour rappel, les concessionnaires automo- biles attendaient toujours l'aval du gouverne- ment pour entamer les démarches pour l'im- portation de véhicules, notamment, après les

orientations du président de la République qui a déjà ordonné la résolution de ce dossier et l'ac- célération de la mise en place du cadre législatif régissant la filière.

Sur ce dossier, le ministre affirme que son département a réceptionné jusqu'à présent près de 73 dossiers et 47 requêtes ont été dépo- sées qui sont, actuellement, en phase d'étude.

Prix onéreux, pièces de rechange indisponibles

Face au retard enregistré dans l'attribution des autorisations d'importation, le prix de l'au- tomobile a enregistré une forte hausse durant ces deux dernières années. Une situation qui s'explique, selon les spécialistes auto par la hausse de la demande et la réticence de l'offre.

Il s'agit donc de la loi du marché qui est valable dans tous les secteurs. Outre la cherté des prix, il est également question de l'in- disponibilité des pièces de rechange sur le marché locale en raison de l'interdic- tion de l'importation de ces produits par une note du ministère du Commerce le mois d'octobre dernier. Enfin, la publica- tion des nouvelles mesures contenues dans le nouveau cahier des charges et l'attribution des autorisations d'importa- tion de véhicules pourront prochaine- ment constituer une solution momenta- née, en attendant la mise en place d'une industrie automobile effective. A. B.

L'adaptation du système bancaire à l'exigence actuelle, celle du développement économique du pays revient au-devant de la scène.

PAR ABDALLAH B.

C'ESTun dossier épineux à résoudre au plus vite pour réussir le redémarrage de l'économie nationale. Il s'agit donc de la nécessité de l'accélération de la réforme du système bancaire entamée l'année dernière pour permettre un meilleur accompagne- ment de la relance économique du pays.

Hauts responsables de l'Etat, opérateurs économiques, économistes et citoyens lambda, tout le monde s'accorde à dire que

"le système bancaire demeure le maillon faible de l'économie nationale". Hier, c'est le ministre de l'Industrie, Ahmed Zeghdar, qui a évoqué cette problématique qui pénalise la réalisation de nombreux projets dans le secteur. Ce dernier tire la sonnette d'alarme en invitant les établissements financiers et bancaires à jouer pleinement leur rôle dans

l'accompagnement du développement éco- nomique du pays.

«Les banques ne sont pas uniquement des guichets !»

Pour Ahmed Zeghdar, les banques doi- vent rompre avec l'ancien mode de gestion.

"Les banques ne sont pas uniquement des guichets, mais une source de financement de l'investissement", affirme-t-il, avant d'ajouter : "Aujourd'hui encore, l'accès aux

crédits bancaires reste l'une des entraves majeures à l'investissement privé.". Pour étayer ses dires, le ministre évoque les nom- breux projets de réalisation et d'autres pro- jets d'extensions qui sont à l'arrêt faute d'ac- cès aux crédits bancaires. Une situation qui renseigne, selon lui, sur l'incapacité des banques à accompagner l'investissement.

En fait, la question de l'implication des banques dans le développement écono- mique du pays ne date pas d'aujourd'hui.

Benabderrahmane a pris en main le dossier

Au début de l'année précédente, l'actuel Premier ministre Aïmene Benabderrahmane, qui était alors au poste de ministre des Finances a pointé les lacunes persistantes dans son secteur et affirmé, dans ce sens, que son département a pris les mesures nécessaires pour résoudre cette situation. Il affirme dans ce sens que son département, a déjà entamé la procédure de la numérisation de l'adminis- tration, et l'injection sur le marché finan- cier de sommes importantes destinées au financement de l'investissement productif.

D'autres mesures ont été également prises, notamment avec l'introduction de la finan- ce islamique dont le principal objectif est de faciliter l'accès aux crédits à l'investisse- ment et à la consommation, deux facteurs de croissance économique. Enfin, le systè- me financier, qui est l'un des principaux piliers de l'économie des pays développés, souffre d'une gestion à l'ancienne et fait perdre à l'Algérie énormément de temps pour remettre son économie sur la voie de développement. Il est temps de remettre de l'ordre dans ce secteur et entamer des réformes plus profondes pour l'adapter à la situation actuelle et à l'évolution qu'enre- gistre le secteur à l'échelle planétaire. A. B.

SYSTÈME BANCAIRE

Zeghdar tire la sonnette d'alarme :

«C'est un obstacle majeur à l'investissement»

AUTOMOBILE

Le nouveau cahier des charges

est sur le bureau du Premier ministre

(4)

SANTÉ

Une étude souligne un risque d'accident vasculaire cérébral (AVC) important chez les patients âgés de plus de 65 ans hospitalisés dans les trois jours suivant le diagnostic de Covid-19. La prise en charge d'un accident vasculaire cérébral (AVC) est une course contre la montre. Plus elle est rapide, moins les séquelles sont importantes. Le Covid-19

n'arrange rien puisque les patients infectés sont cinq fois plus à risque

de faire un AVC. Le virus entraîne une modification importante de la coagulation, augmentant le risque de caillots dans le cerveau. Et lorsqu'il y a une infection Covid et un AVC, le risque de mortalité est multiplié par trois. Une étude présentée lors de la dernière Conférence de l'American Stroke Association va plus loin en précisant le risque.

Cette recherche a analysé le risque d'AVC ischémique (une

obstruction artérielle très transitoire) chez des personnes âgées de plus de 65 ans positifs au Covid-19. Pour cela, les scientifiques ont utilisé les données de plus de 37.000 patients infectés entre avril 2020 et février 2021 et hospitalisés pour un AVC de janvier 2019 à février 2021. Les résultats montrent que le risque le plus élevé d'AVC se situe au cours des 3 jours suivant le diagnostic de

Covid-19. Ensuite, le risque d'AVC diminue rapidement tout en restant plus élevé que le risque d'AVC associé à la période de contrôle. Le risque d'AVC le plus faible survient 15 à 28 jours après l'infection.

Ces résultats vont permettre de mieux prédire le risque d'AVC lié au Covid-19 chez les patients hospitalisés. Ils délimitent également une période plus critique, juste après le diagnostic.

LE CANCERdu pancréas est redoutable. Les symptômes se manifestant tardivement et n'étant pas spécifiques, le dia- gnostic est souvent posé à un stade avancé de la maladie, ce qui réduit les chances de survie des patients. Ce cancer est l'un des plus meurtriers dans le monde.

Des chercheurs britanniques pourraient cependant changer la donne. Ils seraient à l'aube de la

"plus grande percée jamais réali- sée" dans le traitement du cancer du pancréas, selon le Dailymail.

Le Times britannique explique que la technologie développée améliore considérablement le

taux de survie dans les cas de can- cer du pancréas inopérable par rapport au traitement conven- tionnel.

Les chercheurs de l'Institute of

Cancer Research de Londres sont parvenus, lors de leurs essais, à prolonger l'espérance de vie des souris de 40% par rapport à celles qui n'avaient pas été traitées.

Une approche porteuse d'espoir

Dans le détail, la technologie combine l'immunothérapie et la destruction par ultrasons focali- sés de haute intensité (HIFU).

Dans la première approche théra- peutique, les médicaments ne s'attaquent pas directement aux cellules tumorales, mais stimulent le système immunitaire pour qu'il les détruise. Le deuxième traite- ment consiste à provoquer la des- truction des tissus cancéreux par la chaleur et par la cavitation.

D'après les données publiées dans le Journal of the Royal Society Interface, les souris traitées avec cette approche ont vécu 25% plus longtemps que celles qui n'avaient été soignées que par la HIFU et 35% de plus que celles qui n'avaient été soignées que par l'immunothérapie. Autre fait notable : ces résultats ont été obte- nus après un seul passage.

Des essais doivent être pro- chainement menés sur l'homme.

S'ils sont concluants, les cher- cheurs espèrent voir le traitement combiné se démocratiser d'ici cinq ans.

On connaît l'origine de la migraine

La propension à développer les céphalées pourrait être la conséquence d'une surexposition à des hormones dans le ventre maternel. La migraine prend sa source durant la

grossesse. C'est la conclusion d'une étude conduite à l'université de Californie à San Diego (États-Unis).

La migraine affecte 7 fois plus les femmes que les hommes

Les chercheurs se sont servis d'une base de données sur les jumeaux : 51.872 individus ont été passés au crible pour identifier ceux souffrant de migraine. Premier

enseignement :

l'environnement prénatal semble augmenter le risque d'être migraineux. Ensuite : des facteurs génétiques, qu'il reste à déterminer, pourraient expliquer les différences entre hommes et femmes. En effet, si la migraine touche environ 12% de la population, elle affecte sept fois plus les femmes.

Des facteurs prénataux pourraient contribuer au risque

Une donnée qui se retrouve dans les travaux des chercheurs : les filles ayant un jumeau ont un risque de migraine plus élevé que si elles ont une jumelle. Ce qui suggère, selon les chercheurs, que des facteurs prénataux - comme les niveaux d'hormones in utero - pourraient contribuer au risque de développer le syndrome.

Une étude sur plusieurs milliers de personnes a permis d'identifier quels microbes intestinaux peuvent avoir une incidence sur des maladies psychiatriques comme la dépression.

On sait depuis quelque temps déjà que les milliards de bactéries qui peuplent nos entrailles peuvent nous aider à être en bonne santé ou, au contraire, contribuer à développer certaines maladies. Pas facile, en revanche, de savoir quel microbe joue un rôle clé pour telle ou telle affection.

"Grâce à une étude menée sur plusieurs milliers de Finlandais, des chercheurs viennent d'identifier de potentiels

coupables impliqués dans certaines formes de dépression", révèle Science. De quoi laisser espérer qu'on puisse un jour utiliser les microbes pour combattre ce type de maladie.

Dans la publication du 3 février de

Nature Genetics, Morganella et Klebsiella sont pointées du doigt. Il s'agit de deux bactéries dont l'abondance serait liée à des maladies psychiatriques comme la dépression. Morganella en particulier semble jouer un rôle crucial. En 2008, déjà, des chercheurs avaient identifié un lien entre dépression et réponse immunitaire plus forte aux produits chimiques fabriqués par Morganella et d'autres bactéries dans les intestins.

À la recherche du

microbe antidépresseur

Jack Gilbert, spécialiste en écologie microbienne à l'université de Californie, qui n'a pas participé aux travaux de 2008 ni à ceux qui viennent d'être dévoilés, commente : "Cette toute nouvelle étude semble donc étayer l'hypothèse selon laquelle

l'inflammation causée par certains microbes

intestinaux peut avoir une incidence sur l'humeur."

Néanmoins, l'exploitation de cette découverte pour lutter contre les maladies psychiatriques n'est pas pour tout de suite.

Il existe en effet de nombreuses formes de dépression, et certainement autant de façons dont les bactéries peuvent être impliquées dans leur manifestation, préviennent certains. "Le graal serait d'identifier un microbe dont l'absence [joue un rôle dans la dépression], que l'on pourrait alors inoculer aux patients", explique Gerard Clarke, spécialiste du microbiome à l'University College Cork, indépendant de ces travaux.

"En revanche, fait remarquer Science, il est plus difficile de déterminer comment se débarrasser de Morganella pour soulager les personnes souffrant de dépression."

COVID-19 : 3 JOURS APRÈS LE DIAGNOSTIC, UN PIC DES AVC

Un nouvel espoir contre le pire des cancers

La vie des patients atteints d'un cancer du pancréas

inopérable pourrait être prolongée de plusieurs années grâce à une nouvelle approche

thérapeutique.

Des bactéries présentes dans nos intestins sont impliquées dans la dépression

ACTUALITÉ

Lancée le 23 janvier dernier, la grève des

boulangers dans la wilaya de Tizi Ouzou aura duré un peu plus de deux semaines avant qu'elle ne soit

interrompue suite à un accord avec les autorités concernées.

PAR FODIL C.

LES BOULANGERS de Tizi Ouzou reprendront leur activité dès aujourd'hui et se remettront à produire du pain au grand soulagement de la population locale. S'ils ont décidé de relancer leur commence, c'est tout simplement parce qu'ils estiment avoir eu gain de cause. Le pain ordinaire se vendra à 10 DA et le pain amélioré à 15 DA mini- mum. Rappelons que ce mouvement de grève a poussé le wali et ses collaborateurs à autoriser les commerçants à ramener du pain des wilayas voisines, à savoir Bouira et Boumerdès.

Samir Djebbar : «Un accord a été trouvé avec la DCP»

Contacté au téléphone, Samir Djebbar, le coordinateur de l'UGCAA/Tizi Ouzou, nous a confirmé cette information et nous a même donné quelques détails. "Nous

étions prêts à maintenir cette grève jusqu'à ce qu'une solution soit trouvée aux pro- blèmes des boulangers. Si on a décidé de mettre fin à cette grève à partir de ce mardi, c'est tout simplement parce que nous avons eu le feu vert de la part des ser- vices de la Direction de la concurrence et des prix pour que la baguette de pain ordi- naire soit vendue à 10 DA alors que celle du pain amélioré démarrera à 15 DA. Le prix de cette dernière peut monter en fonction des ingrédients utilisés. Il a été convenu

aussi que le pain ordinaire soit exclusive- ment vendu au niveau des boulangeries.

Les commerces, tels que les supérettes n'auront le doit de vendre que du pain amélioré."

Les boulangers de Béjaïa menacent !

Pas loin de Tizi Ouzou, à Béjaïa plus exactement, les boulangers ont haussé le ton à leur tour et ont affirmé via leurs représentants qu'ils donnent aux autori-

tés locales un délai jusqu'au 12 février pour que leur problème soit réglé, sinon, ils augmenteront le prix de la baguette à 15 DA. Et si les services de la DCP n'acceptent pas un tel changement au niveau du prix du pain, ils menacent carrément d'enclen- cher une grève illimitée.

Hazab Benchohra : «On ne compte pas défier l'Etat»

Joint par téléphone, Hazab Benchohra, le secrétaire général de l'Union Générale des Commerçants et Artisans Algériens (UGCAA), qui n'a pas cautionné la grève de Tizi Ouzou, nous a déclaré : "Pour la premiè- re fois, le dossier des boulangers est pris sérieusement en considération par l'Etat.

Nous avons été reçus par le ministre du Commerce en présence de huit autres représentants des autres ministères. Après de longues discussions, le dossier a fini par arriver entre les mains du Premier ministre. Nous attendons les prochaines décisions et il faut savoir que nous ne comptons pas défier l'Etat pour avoir gain de cause. Nous faisons confiance à nos res- ponsables et nous ne représentons pas uni- quement les boulangers d'Alger, mais ceux de tout le pays ainsi que tous les commer- çants. Nous avons eu des garanties pour que nos revendications soient traitées car nous n'avons pas demandé uniquement que le prix de la baguette soit revu à la haus- se. Il y a eu un accord, de bons signes et nous attendons à présent ce qui va se déci- der lors des jours ou semaines à venir."F. C.

PAR WAFIA SIFOUANE Bonne nouvelle pour les retraités avec la revalorisation des pensions qui prend effet dès ce mois. En effet, la Caisse natio- nale des retraites a annoncé qu'elle a entamé l'application du nouveau barème relatif au calcul de l'IRG de la catégorie des retraités ayant un revenu brut supérieur à 30.000 DA. Tout en précisant que la pension men- suelle de janvier a déjà été ver- sée, elle affirme que la prochaine pension du mois de février se calculera en fonction du nou- veau barème. Pour ce faire, la valeur mensuelle totale dédiée à cette majoration est estimée à 2,8 milliards de dinars, soit 34 milliards de DA pour l'année 2022, a annoncé hier le directeur par intérim de la Caisse nationa- le des retraite Djaâfer Abdelli.

Quant à la valeur des hausses des pensions elles oscilleront entre 500 DA et 8.000 DA, a indiqué le responsable en soulignant que

"plus le salaire sera important plus le gain sera conséquent" en précisant que les plus gros béné- ficiaire de cette revalorisation

sont les retraités qui perçoivent entre 30.000 DA et 80.000 DA.

Leur nombre s'élevé à 800.000.

Seulement 2 cotisants pour un retraité

Concernant le nombre de retraités, le responsable a affir- mé qu'il s'élève actuellement à 3.323.568 et que la CNR enre- gistre près de 130.000 nouveaux retraités par an. Cependant, il n'a pas manqué de déplorer un véri- table déséquilibre entre le nombre de cotisants et celui des retraités. "La CNR repose sur un système social de réparation mais pour ce faire la norme veut qu'il faut compter cinq cotisants pour un retraité. Or chez nous, on ne compte que deux cotisants pour un retraité", précise-t-il.

Une des raisons de l'énorme déficit financier dans lequel patauge la Caisse nationale des retraites depuis quelques années. Un déficit estimé actuel- lement à 700 milliards de dinars, selon Djaâfer Abdelli mais reste toute de même "contrôlable" si l'on croit ses propos. "La CNR a enregistré un déficit depuis 2013 mais il s'agit d'un déficit sur

lequel on a eu le contrôle depuis 2017 avec la nouvelle loi des retraites et la suppression de la retraite anticipée et retraite pro- portionnelle. Il y a, certes, des hausses mais elles restent de de faibles proportions", explique le responsable. Pour rappel, cette loi a pris effet à compter du 1er janvier 2017. Elle a été adoptée, à la majorité, par les membres de l'Assemblée populaire nationale en date du 30 novembre 2016 face à un important mouvement de protestation sociale initié par les syndicats du secteur public.

Par ailleurs, s'agissant de la durée des traitements des dos- siers des retraités, le responsable a affirmé que d'importants efforts ont été fournis par la CNR pour réduire le temps de traite- ment du dossier.

"De nos jours, il est inadmis- sible qu'une personne qui part à la retraite ne perçoive pas sa pension le mois qui suit son arrêt de travail. Idem pour les cas de réversion comme les veuves. Il y a eu des périodes où les

employés ont dû travailler même les week-end ", indique-t-il.

W. S.

LE PAIN ORDINAIRE À 10 DA ET LE PAIN AMÉLIORÉ À PARTIR DE 15 DA

Les boulangers de Tizi Ouzou mettent fin à leur grève

2,8 milliards de dinars par mois pour revaloriser les retraites

LES MICRO- ENTREPRISES AUTORISÉES À VENDRE DE LA VIANDE

Les porteurs de pro- jets et les propriétaires de micro-entreprises seront désormais en mesure de pratiquer la vente de viande rouge et blanche. C'est ce qu'a indiqué le ministre délégué chargé des micro-entreprises. Ces projets seront financés par l'ANADE, a-t-on appris. Cette décision a été prise lors d'une réunion technique au siège du ministère. Elle a été marquée par la présence du ministre délégué auprès du pre- mier ministre chargé des micro-entreprises, ainsi que le directeur général de l'Agence Nationale d'Appui et de Développement de l'Entreprenariat. Mais aussi, des cadres du ministère. En plus des représentants du minis- tère de l'Agriculture et les directeurs des com- plexes AGROLOG, ONAP et ALVIAR.

Du lait et du sucre destinés à une exportation clandestine

récupérés à Adrar

Les services des Douanes de la wilaya d'Adrar ont réalisé une belle prise à Reggane. En effet, ils ont réussi à récupé- rer 62.544 briques de lait, 617 sacs de sucre soit 15.425 kg, 10.100 kg de farine, 90 paquets de pates, 1350 kg de semoule, 5800 litres de diesel et 70 sacs de charbon.

Tous ces produits allaient être exportés d'une manière clandestine vers d'autres pays comme cela a été signalé dans un communiqué posté sur la page Facebook des Douanes algériennes.

Sit-in des médecins mécontents

à Timimoun

Ayant été victime plusieurs fois de vio- lence, qu'elle soit verbale ou morale de la part des agents de sécurité, les médecins de l'hôpital de Timimoun ont organisé un sit-in durant lequel ils ont réclamé plus de sécurité mais aussi des conditions de tra- vail meilleures à l'avenir. Jusqu'au moment où nous mettons sous presse aucune suite n'a été donnée à leurs réclamations, mais de nouveaux rebondissements dans ce dossier devront avoir lieu lors des pro- chains jours. C'est en tout cas ce que les membres du corps médical qui exercent à Timimoun espèrent.

Références

Documents relatifs

Confl it enfi n entre la contrainte de s’occuper de ses larves et la solution « coucou » de les placer chez une autre femelle (parasitisme social).. Et pour fi nir, confl

Etant donné deux points A et B et une droite (Δ) qui coupe la droite AB en un point C, discuter, selon la position de C sur la droite AB, l'existence et le nombre de cercles passant

Un cercle tangent ` a la droite ∆ (du moins sa partie r´ eelle) est enti` erement situ´ e dans l’un des demi-plans cr´ e´ es

1/2 Pour parcourir une même distance dans la savane africaine, l'éléphant fait 3 pas, la gazelle 15 pas, le singe 5 fois plus que la gazelle.. Le rhinocéros fait 2 fois plus de

heureusement qu'elle m'a fait vivre sinon je n'aurais jamais. de copains et

Écrire un programme qui demande à l'utilisateur le rayon R de la base d'un cylindre et sa hauteur H et qui calcule :.. son aire sachant que l'aire d'un cylindre est égale à 2π

Ceux-ci soutenaient la légitimité de la domination terrestre, en contrepartie de quoi on leur accordait un pouvoir d’interprétation très vaste de l’islam conservateur qui

These factors include, but are not limited to, the presence of a competitive offer for ABN AMRO, satisfaction of any pre-conditions or conditions to the proposed offer, including