Disponible à / Available at permalink :

Texte intégral

(1)

- - -

- - -

Dépôt Institutionnel de l’Université libre de Bruxelles / Université libre de Bruxelles Institutional Repository

Thèse de doctorat/ PhD Thesis Citation APA:

Araujo, J. (1978). Anatomie comparée et ultrastructurée des systèmes de défense chimique des staphylinidae (insectes, coleoptères) (Unpublished doctoral dissertation). Université libre de Bruxelles, Faculté des sciences, Bruxelles.

Disponible à / Available at permalink : https://dipot.ulb.ac.be/dspace/bitstream/2013/209019/4/02e3cf8b-9d57-404d-8d15-46d5ed71c060.txt

(English version below)

Cette thèse de doctorat a été numérisée par l’Université libre de Bruxelles. L’auteur qui s’opposerait à sa mise en ligne dans DI-fusion est invité à prendre contact avec l’Université (di-fusion@ulb.ac.be).

Dans le cas où une version électronique native de la thèse existe, l’Université ne peut garantir que la présente version numérisée soit identique à la version électronique native, ni qu’elle soit la version officielle définitive de la thèse.

DI-fusion, le Dépôt Institutionnel de l’Université libre de Bruxelles, recueille la production scientifique de l’Université, mise à disposition en libre accès autant que possible. Les œuvres accessibles dans DI-fusion sont protégées par la législation belge relative aux droits d'auteur et aux droits voisins. Toute personne peut, sans avoir à demander l’autorisation de l’auteur ou de l’ayant-droit, à des fins d’usage privé ou à des fins d’illustration de l’enseignement ou de recherche scientifique, dans la mesure justifiée par le but non lucratif poursuivi, lire, télécharger ou reproduire sur papier ou sur tout autre support, les articles ou des fragments d’autres œuvres, disponibles dans DI-fusion, pour autant que :

Le nom des auteurs, le titre et la référence bibliographique complète soient cités;

L’identifiant unique attribué aux métadonnées dans DI-fusion (permalink) soit indiqué;

Le contenu ne soit pas modifié.

L’œuvre ne peut être stockée dans une autre base de données dans le but d’y donner accès ; l’identifiant unique (permalink) indiqué ci-dessus doit toujours être utilisé pour donner accès à l’œuvre. Toute autre utilisation non mentionnée ci-dessus nécessite l’autorisation de l’auteur de l’œuvre ou de l’ayant droit.

--- English Version ---

This Ph.D. thesis has been digitized by Université libre de Bruxelles. The author who would disagree on its online availability in DI-fusion is invited to contact the University (di-fusion@ulb.ac.be).

If a native electronic version of the thesis exists, the University can guarantee neither that the present digitized version is identical to the native electronic version, nor that it is the definitive official version of the thesis.

DI-fusion is the Institutional Repository of Université libre de Bruxelles; it collects the research output of the University, available on open access as much as possible. The works included in DI-fusion are protected by the Belgian legislation relating to authors’ rights and neighbouring rights.

Any user may, without prior permission from the authors or copyright owners, for private usage or for educational or scientific research purposes, to the extent justified by the non-profit activity, read, download or reproduce on paper or on any other media, the articles or fragments of other works, available in DI-fusion, provided:

The authors, title and full bibliographic details are credited in any copy;

The unique identifier (permalink) for the original metadata page in DI-fusion is indicated;

The content is not changed in any way.

It is not permitted to store the work in another database in order to provide access to it; the unique identifier (permalink) indicated above must always be used to provide access to the work. Any other use not mentioned above requires the authors’ or copyright owners’ permission.

(2)

UNIVERSITE LIBRE DE BRUXELLES FACULTE DES SCIENCES

LABORATOIRE DE BIOLOGIE ANIMALE ET CELLULAIRE

ANATOMIE COMPAREE ET ULTRASTRUCTURE DES SVSTEMES DE DEFENSE CHIMIOUE DES STAPHVLINIDAE (INSECTES ,COLEOPTERES)

___ ALBUM

(TOME::!%)

Memoire presente en vue de . l'uhtentinn du grade scientifique.

de Docteur en Sciences ( zoologie)

JORGE ARAUJO

JANVIER 1978

(3)

Fig. 72 Cellules E2;

Ces cellules sont pourvues d'un ergastoplasme developpe

(39.600 x)

(4)
(5)

Fig. 73 Cellules E2

Region apicale. (39.600 x)

(6)
(7)

Fig. 74 Cellules E.'Z

;;

La chambre apicale contient une pelotte dense de filaments enchevetres.

(25.000x)

(8)
(9)

Fig. 75 Cellule E 3. Appareil terminal.

Les filaments sent reunis en;

faisceaux qui s'entremelent et sent etrangles dans un col cuticulaire. (cl)

Pf: pelote de filaments (65.000 x)

Petit carre: 350.000 x

(10)

.,..,. '

,,-

,f-'

I.

..

~ ... ., 't ~ _.

,~- .(~:.fM~;t7

5'

~-~ .

. ; ;

,. ..

_.

·'

- .~ ...

(11)

Fig. 76 Cellule E 3• Appareil terminal

A partir du col, les filaments

s'engagent au sein de la cuticule

et atteignent la surface externe

au niveau de pores epicuticu-

laires. (65.000 x)

(12)
(13)

Fig. 77

Fig. 78

Region cuticulaire ou aboutis- sent les conduits collecteurs des cellules E1

(M.E.B. 40.000 x)

Region cuticulaire concernee par les cellules E3•

(M.E.B. 40.000 x)

(14)
(15)

Fig. 79 Drusilla canaliculata:

Unites glandulaires n 1 La membrane plasmique delimite une

chambre apicale et entoure completement une ampoule receptrice (a).

Dcp; Dcd: Cellules canaliculaires proximale et distale.

Tr: Trachee. (2.500 x)

(16)
(17)

Fig. 81 Cellules D1

Les microvillosites sont serrees

les unes contre les autres, si

bien que chacune entoure six

autres. (42.000 x)

(18)
(19)

Fig. 82

Fig. 83

Cellule n 1

Chambre apicale:

Sl: Structure lamellaire a: ampoule receptrice.

(10.000 x)

Schema de la chambre apicale

en vue du calcul de la surface

totale des microvillosites.

(20)

Calcul de la surface totale des microvillosites (Sm)

Pour simplifier le calcul on admettra la sphericite du manchon de microvillosites. Les calculs s'effectuent en mm, d'apres les mesures prises sur la micrographie ci-jointe. Le resultat final est ramene aux dimensions reelles, tenant compte du facteur d'agrandissement.

A.

Pour simplifier le calcul on assimilera les microvillosites

a

des cylindres dont le diametre (dl est la moyenne de leurs diametres basal et apical.

s m 2W~ h

2 2 x 0,55 x 36

2 62 mm2

B. Calcul du nombre de microvillosites

---

Pour effectuer ce calcul on fait appel

a

une surface spherique imaginaire qui sectionne les microvillosites en deux moities

[au niveau ou leur diametre reel correspond au diametre moyenJ.

Cette surface spherique est decomposee en triangles equilateraux de 10 mm de cote. Sachant que les microvillosites s'agencent selon un modele hexagonal (voir fig.

chaque triangle en sectionne 171.

J on determine que

Surface d'un triangle de 10 mm de cote : st= 33 mm2 Surface de la sphere imaginaire : S = 36600 mm 2

Nombre de triangles composant la sphere n t S/s t = 1109 Nombre total de microvillosites : nm= n t x t71 = 189.639

c.

Sm = sm x nm

189.639 x 62 11.757.600 mm2 117.576.108 µm2

Reduction

a

l'echelle reelle Sm= 117.576 µm2 :: 0, 1 mm2

Rappelons que le diametre de la cellule est de 35µm en moyenne.

(21)
(22)

Fig. 84 Cellules D1 Region apicale

La base des microvillosites est en-

t ouz-Se. d' une zone depourvue de micro- villosi tes. On observe des vesicules pinocytiques de type revetu.

(M.E.T. : 24.000 x)

Fig. 85 Cellule D1 et cellule cana- liculaire proximale (Dcp)

(M.E.T. : 22.400 x)

(23)
(24)

Fig. 86

Fig. 87

Cellu1-e D1 - :Pegion basale De nombreuses citernes de reticulum endoplasmique lisse s'adjoignent aux in- vaginations membranaires.

(M.E.T. : 22.400 x)

Cellule D1 - region basale La cellule est recouverte d'une epaisse lame basale

(300 nm)

(M.E.T. : 67.000 x)

..

(25)
(26)

Fig. 88 Cellule D1 - region basale Des dictyosomes sont etroi- tement associes au reticu~

lum lisse peripherique.

(M.E.T. 57.600 x)

"

(27)
(28)

Fig. 89 Cellule D1 - noyau Le n0yau est generale- ment lobe.

(M.E.T. : 15.000 x)

(29)
(30)

Fig. 90 .Cellule D1

Chambre apicale

L'ampoule receptrice pre- sente des discontinuites et est entouree de struc- tures lamellaires.

(M.E.T. 22.000 x)

Fig. 91 Cellule D1

Chambre apicale

La paroi de·l'ampoule pre- sente une structure ty- piquement ~picuticulaire externe.

(M.E.T. : 38.000 x)

"

(31)
(32)

Fig. 92/93 Ampoule receptrice isolee apres digestion potassique pendant 18 et 24 heures des structure~

cytoplasmiques.

(M.E.'a. Fig.92 : 18000x) Fig.93 : 24300x

a: ampoule

ea: ~paiss:issement annulaire r: renflement

sl: structures lamellaires

(33)
(34)

Fig. 94/95 Cellules canaliculaires Ces cellules poss~dent un ergastoplasme bien developpe, et des dicty-

os.omes , LI epicuticule du canalicule est tra- versee de filaments e.pi- cuticulaires. Les cana- licules sont recouverts

a l'interieur d'une sub stance de forte opacite.

Fig. 94 26700x

M.E .. T. Fig. 95: 29800x

(35)
(36)

Fig. 96 Cellules non glandulaires de la paroi du reservoir Cellules pauvres en reti- culum endoplasmique lisse et granulaire

(M.E.T. 23.200 x)

Fig'. 97 Cellule non glandulaire On observe des hemides- mosomes (hd)

(M.E.T. 23.200 x)

Eig. 98 ve~~u~es non g~anau~aires

rt .,., ., ., ., .,

~j On observe egalement des corps denses, des corps multivesiculaires et des vesicules de pinoc~tose de type revetu (vr '

(M.E.T. : 23.200 x

(37)
(38)

.Ei.g , .99 Cellules ~pith~liales '· _ glandulaire et non glan- dulaire du reservoir Les deux cellules se distinguent par le

contenu. cytoplasmique et par la taille.

(20.000 x)

(39)

·-~~\~~~ .. -

-::-

...

'>

'•

GI

... ~:

t , ...

-, ·.•· . ( ·.: ' I -', I

(40)

· Fig. 100 Cellules D2

Les cellules D2 forment un ~pithelium palissa- dique

(M.E.T. : 15.000 x)

(41)

~,I

(42)

Fig. 101 Cellules D2 Region apicale

La cuticule est traver- see par des faisceaux de filaments epicuticulaire~

Ceux-ci s'epanouissent dans l'espace sous-cuti-

culaire. - -

(M.E.T. : 23.200 x)

(43)
(44)

Fig. 102 Cellules D2 Region basale

Le reticulum lisse est par-

ticulierement abondant et

associe a des dictyosomes

(M.E.T. : 23.200 x)

(45)

; J

, -;~~~~;~~·_:t:.tt;':~~;.. ,;-,. :·.-~' -, ·-~~ '~:

' ·• ..;.- 1~-. ·:·~ v·•.

(46)

_[_ -

Fi!S. 103 Cellule_s D2 R.egion basale

Des vesicules a contenu

floconneux sont etroitement' as soc i.ees aux reticulum.

endoplasmiques lisse et granulaire. (45•000 x)

Fig. 104 Cellules n 2 (23.200 x) Region perinucl~aire Certaines inclusions

sont etroitement associes au reticulum endoplas- mique. Il pourrait s'agir de gouttelettes lipidiqus

..

(47)
(48)

e-e llul es - D 4---m:r-:-Dr~sJ:Tia _

canaliculata

Cell ules .en forme de bouteille

g :"goulot"

b :"bouchon" (3.00 x)

_ Rig=- 106 · Cellules n 3

Canaliculaset appareils terminaux

(M.E.B: 2000 x)

...

-

'

-F4-g.-~l9·9 -- CelJ:ules · n 3

,Canalicul~ conducteurs et appareils terminaux

Le canalicule recepteur se tortille avant de se prolonger par le canali- cule conducteur.

M.E.B. 4000 x

Fig. 108 Cellule E2

( c • s • f • : 2 • 500 x) .

---- ---

-

-

-

-~ --- ---

"

(49)
(50)

Fig. 109 Cellule n 3

Le cytoplasme est parti- culierement riche en er- gastoplasme et dictyosomes.

(M.E.T. : 32.000 x)

(51)
(52)

Fig. 110 Cellule D4

La chambre apicale prolon- geepar un cylindre cuticu- laire penetre profondement dans l'endocuticule.

(M.E.T~ : 22.600 x)

Cc : cylindre cuticulaire

cn 3: canalicule de la cellule n 3

(53)
(54)

Fig. 111 Cellule D4 (31.200)

L ' ·appareil terminal est

constitue par un ensemble

de filaments enchevetres

qui aboutissent a des in-

vaginations epicuticulai-

res (fb)

(55)

t ''.i-<.~ .. ~""'· ' ,/~}

(56)

Cellule D - 4

Disque crib.le

F.ig. 113

(M.E.B. : 23.000 x)

''

Fig. 114 Cell.ule n 4 Region apicale

(M.E.T. : 23.000 x)

Cellules n 4

Les filaments aboutissent

a de menues invaginations de la cuticule.

(}!.E.T. 112.000 x)

(57)
(58)

Fig. 115 Cellule_D4 Region basale

La membrane plasmique basale forme des repli . qui deli- mitent, a certains endroits, des colonnes de cytoplasme.

(M.E.T. : 32.000 x)

Fig. 116 Cellule D4

Le s' membranes plasmiques basale et laterale sont tapissees de canaux et ve-

sicules de reticulum lisse.

Celui-ci se prolonge par de l'e~gastoplasme.

(M.E.T. : 28.6QO·x)

(59)
(60)

<l.)

H

,,,... ·r--1

x m 0

,<l.) rl 0 0

.o ::s • s::

CX) ·r--1 (\J

:::TH

I=! .. <l.) Pi <l.)

rl

s::

8

::s

0

rl ·r--1

r.£1

rl

bO •

<l.) ,<l.) ;;?:; 0

P::

<:»

C'- '\"" -'' '\""

• bO

·r--1

~

(61)
(62)

Fig. 118 Cellule epidermique tegu- mentaire au 2eme jour de·

la vie nymphale ..

Le depot de l'epicuticule commenc.e.

(M.E.T. : 36.000 x)

Fig. 119 Cellule canaliculaire A et pseudocil (70.200 x) L'epicuticule externe com~

' A ,

't'

mence a etre secre ee par

la cellule canaliculaire A

autour du pseudocil. On ob-

serve ~galement des vesicules

de pinocytose.

(63)
(64)

Fig. 120 Cellule ciliair~D~u 2~me jour

Le pseudocil est entour~,

a sa base, par un collier cylindrique dont les parois.

presentent une striation periodique.

(Ll..n nnn .,,'\ ",_ .

...., ... ....,, ~)

Fig. 121 Le pse~docil comprend un diplosome situe juste en- dessous d'une petite inva- gination de la membrqne plas- mique apicale.

(46.000 x)

(65)
(66)

Fig. 122

. Fig. 123

Au 2e jour, la cellule D\

delimite une chambre

1

apicale. ~ ce niveau, on observe eg~lement le debrit du depot de l'epicuticule

externe.

' (M.E.T. : 16,.000 x) •

Pendant le depot.de l'epi cuticule exterhe, la · cellule D secrete des sut stances d'aspect homogene

(sh)

(M.E.T. : 40.000)

(67)

·..,:r- ..

. ~

·::

'.

:~

. "

... .:''

"'

"

(68)

Fig. 124

Fig. 125

Les cellules B, C et D se disposent autour du pseudocil.

(M.E.T. 22~000 x)

Au 3e jour,l'ensemble · des cellules C et D (org) plonge entierement dans l'h~mocele

(c.s.f. 1.800 x)

(69)
(70)

La structure trilaminaire de l'epi- cuticule externe est deja apparente, 60 heures environ: apres la-mue nym- phale

Fig. 126 Fig s: 127

Epitheliutn tegumentaire Cellule canaliculaire.

Le pseudocil (PC) est enveloppe d'un manchon fibreux(mf).

(M.E.T. : 43~200 x)

(71)

, .. '!..~

'\,·

.. ··~.

~

r l

....

.,

(72)

Fig. 128

Fig. 129

Aspect de l'organule

tel qu'il se presente en coupe transversale au troisierile jour.

(M.E.T. 8.300 x)

Au 3e jour, l'epicuticule externe est complete par- tout sauf daRs la chambre apicale de la csllule D.

(M.E.T. ; 22.000 x)

(73)
(74)

Fig. 130 A la fin du 3e jour, on observe le depot de l'epi- cuticule interne.

(M.E.T. ; 14,300 x)

Fig. 131 - Cellule canaliculaire A.

Au cours du 5e jour de la vie nymphale, on observe le depot contra les parois du cana-

licule, d'une substance de forte opacite.

(M.E.T. 26.700 X)

(75)

;' K"

i

·it,;:(o~,:

•~~I.._

-~:;,

•. \' '!'i,

,i \;

....

.. · ·

.\,),

i t; .

. , .. ·

.... ·· •·

...

...

:."~

(76)

E"ig. 132 Ce L'Lu Les C et D ::

A partir du 4eme jour, la cellule D secrete abondamment des materiaux lamellaires.

( M. E. T ~ : _ 11 •. 7 00 x)

Fig. 13Z

a·.

<Ie-J.Iule D

Les structures lamellaires sont recouvertes de particules pedon- culees. Des matieres fibrillai- res se disposent aur endroits o~

la paroi de l'ampoule receptrice ,presente des discontinuites.

(M.E.T. 26 •. 600)

Fig. 133 Cellule D:

Les structures lamellaires se disposent en double

feuille-t.

(M.E.T. : 18.000 x)

(77)

:

'

t, ..:~'

.~~ ,~~r·

,;' .; .. \ '!.t-

,:rJ ·;~~~

(78)

,

rig. 134 Cellule D et C :

A partir du 5eme jour de la viE nymphale,

1

on assiste ati retrai1 de la cellule D

(M.E.T. 8.000 x)

(79)
(80)

Fig. 135 Cellule C

·La cellule c etablit le

contact avec la chambre apicale et les vesicules- y deversent leur contenu.

(M.E.T. 26.800)

(81)
(82)

Fig. 136 Cellules C et D ( 5eme· · j our)

(M.E.T. : 9.300"9

(83)

vs .. '~-· -,

..

. ~;\.

•,' ~,,~ ~· 6\

.; ,; : 6;\t):::'·,. _;,;·~:

\ .~

J.

0, i~1}.

- .

. ',"

{;{~~::l't: .:: :;;;:

(84)

Fig. 137 Cellules C et D (5eme jour) Les cellules D presentent un reticulum endoplasmique granu- laire tres developpe et associe

~de nombreux dictyosomes.

(M.E.T .. : 8.000 x)

Fig. 138 Noyau de la cellule D (5eme jour)

(M.E.T. : 35.000 x)

(85)
(86)

Fig. 139. L'oeuf de 5 minutes

(M. E.T •.

---· ~--+--

Drusilla canaliculata

1,

Fig. 140 avant l'eclosion.

I

I

:~50 x)

-Fig:-141 -La Lar-ve 12 de Drusilla

C-analiculata tisse un c oco n •.

Un fil de ·soie est de~pose par l'extremite.- de 1

1

abd'omen •.

L Fig. 142

---· ---·-

-Larve L1 de Drusilla canaliculata

au moment de l'eclosion

(M E T . . . ••

'\J-

50 x)

La technique utilisee permet

\

de suivre le developpem~nt de la larve a l'interieur du cocon.

"

(87)
(88)

Fig. 143_" Illustration de la technique~

utilisee pour l'obtention de nymphes d'~ge defini.

Le precede photographique permet de suivre toutes les heures le developpement des larves et de determiner le moment de leur mue nymphale.

Exemple&:

3C: a subi la mue nymphale entre 1 et 2 h 2C

II

2 et 3 h

" " ".

rr It"

1D

It

3 et 4 h

"

II II II

"

3 D et 1F' ant subi la mue nympha Ls entre

( 9 • 3 ·-1 97 5 ) 4. et 5 h_

(89)

·~~~ "l)>I

•GO~·~

• O

t)Q Q,n1

9tt '111

O@iti

.... {J ~\"'

8eooe..,.,

(90)

Figure

Updating...

Références

Updating...

Sujets connexes :