Plan régional des industries agroalimentaires 2015

Texte intégral

(1)

12 décembre 2014

Plan régional des industries

agroalimentaires 2015

(2)

COMMISSION (

CROISSANCE

VERTE ET MUTATION ÉCOLOGIQUE, SOCIALE ET SOLIDÄIRE

DE

L'ÉCONOMIB

>)

Objet

: Plan

filière

Industries Agroalimentaires 2015

L'

industrie agroalimentaire constitue

le

premier secteur industriel régional en termes d'emplois salariés, de valeur ajoutée et d'expoftations.

Elle

participe fortement de I'attractivité du territoire à

l'échelle internationale.La

filière

englobait 795 établissements hors aftisanat comrnercial en 2012, 292 industries de fabrication des boissons et 503 industries fabriquant des alirnents autres que des boissons. Ce secteur est marqué par une forte présence de petits établissements, 94 o/o ayant moins de 50 salariés ef 77 o/o moins de 10, répartis sur I'ensemble du territoire, en lien plus ou moins étroit avec la production agricole selon le niveau de transformation.

L'industrie

agroalimentaire Poitou-Charentes se distingue

par la

grande variété

de la filière

de transformation des produits issus de I'agriculture régionale

: lait,

viande,

fruits et

légun-res. Cette

situation

engendre

une multitude de

situations professionnelles exercées

dans des

contextes industriels eux-mêmes très variés. Le secteur coopératif régional est puissant dans le domaine de la collecte et de la transformation.

Il

représente environ 100 coopératives et plus de l2o/o des effectifs salariés du secteur.

une agriculture puissante

en

amont largement transformée

en

Région mais des secteurs fragilisés notamment l'élevage, des activités de transformation peu présentes dans certaines filières agricoles, une fofte volatilité des

prix

des matières premières impactant directement la transformation,

une

présence marquée

de produits

sous

signe d'identification de qualité, une

marque régionale soutenue par les distributeurs locaux, la notoriété et image importante de produits phares notamment le Cognac, mais des signes et marques encore peu lisibles et des produits phares peu valorisés

en

appui des autres filières,

un poids économique de

la filière IAA

important avec de nombreuses activités connexes (emballage, services

aux

entreprises),

un

rnaillage dense

du territoire,

des emplois peu délocalisables

et la

présence

de

leaders européens mais beaucoup d'entreprises de petite taille avec des fonds propres limités,

la

présence

de

réseaux

de

compétences spécialisés

dont le pôle

aliments

et

santé

et

le dynamisme global de I'innovation en tête des régions françaises mais des résultats contrastés selon les secteurs et une activité marketing au sein des entreprises limitée,

la présence d'établissements de formation de poids et une charte

IAA

rnise en place mais une

faible attractivité de la filière, un taux

encadrement

lirnité et

des postes souvent peu qualifiés.

Elle

présente

de réelles

opportunités

autour

notamment

du

développement

des

réseaux, de

l'économie connexe

(emballage, laboratoires, recherche),

du

développement

durable, de

la

communication

sur les

grands noms

de

I'agroalimentaire régionaux

pour

améliorer I'image des métiers, du développement de I'alimentation bien-être (thématiques alirnents santé, bio et travail sur I'emballage), d'une demande nouvelle des consommateurs en produits régionaux, d'une demande de produits typés à I'export (bio, gastronomie française).

Mais elle

fait

I'objet de menaces qu'il faut dépasser : la dépendance au marché intérieur régional, la 2

(3)

faible valeur ajoutée de ceftains produits, le niveau de transformation limité de certains produits. les diff,rcultés

à

recruter des personnes qualifrées,

le

vieillissement de

la

population

et

[a baisse du nombre d'actifs, des évolutions réglernentaires contraignantes et une augmentation

du

coût

de

la rnatière première.

Ce projet de plan s'inscrit dans la continuité des actions régionales et nationales déjà engagées :

Au

niveau résional.

-

la commission mixte lait Région-Ceser en février 2012,

-

le plan à l'internationalisation, I'exportation et la relocalisation des activités de la

filière

des Industries agroalirnentaires mis en place en

juillet

2012,

-

les rencontres régionales des Industries agroalimentaires et du bois (mars 2013),

- la

stratégie régionale de I'innovation pour une spécialisation intelligente (S3) identifiant la qualité alimentaire coûrme I'un des cinq domaines d'activité stratégique en Région,

-

I'accord régional emploi-formation des Industries Agroalimentaires voté en octobre 2013,

-

la démarche de Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Cornpétences Territoriale en cours sur le territoire de production du cognac,

- le

plan régional de

filières (uin

2013),

la

conférence agricole et agroalimentaire de mars 2014,le plan de compétitivité (septemhe 2014),

-

les politiques régionales complémentaires en matière de soutien à une agriculture de qualité et de développement des circuits courts, de développement des énergies durables.

Au

niveau national,

- le

Contrat Stratégique National de

filière

Industries Agroalimentaires

mis

en place par le

Ministère de I'Agriculture,

I'Agroalimentaire

et la Forêt (MAAF) et

I'Association des

Régions

de

France

(ARF)

en

juin 2013 suite aux

renaontres régionales des Industries Agroalimentaires. Ce plan comporte

5

axes prioritaires

:

Emploi-Financement/Innovation-

Défi

vert-Expoft et promotion-Relations au sein de la

filière, l5

sous-axes et 36 actions,

-

le Programme National pour I'Alimentation

(fin2072),

du projet agro-écologique

(fin

2012), du programme arnbition bio 2017 (mai 2013), du plan d'action pour I'export

(anvier

2013), du pacte contre le gaspillage alimentaire

(uin

2013),

- le plan

<

la Nouvelle

France Industrielle

>

intégrant

un plan

spécifique concernant les Industries Agroalimentaires pour une << alimentation sûre saine et durable >.

Au

niveau européen

-

les programmes opérationnels FEDER et FEADER proposés à la Commission Européenne par

la

Région en tant qu'autorité de gestion, de nouvelles possibilités d'intervention étant proposées au titre du soutien des industries agroalimentaires.

Les acteurs régionaux sont déjà très impliqués et se sont mobilisés pour mettre en place des actions qu'il convient de poursuivre et de renforcer. Des actions nouvelles restent à définir.

Six thèmes principaux sont retenus :

-

I'innovation et la qualité alimentaire et la cornpétitivité des entreprises ;

-

la transition énergétique de la

filière

;

-

les métiers, I'emploi et la formation ;

-

le financement et la stratégie ;

(4)

I

-

INNOVATION- OUALITE ALIMENTAIRE ET COMPETITIVITE

DES ENTREPRISES

I-1 L'innovation

L'innovation

est

un

des premiers leviers

de la

compétitivité.

Les

industries agroalirnentaires de Poitou-Charentes présentent

une

dynamique d'innovation

panni les

prernières

de

France. Les entreprises ont des difficultés à appréhender les outils de financement rnultiples.

L'Objectif est le suivant

.

Renforcer les politiques d'accompagnement favorisant l'émergence des projets d'innovation, déjà nombreux en Région.

Des actions restent à développer

.

Développement des démarches marketing et design des entreprises ;

.

Créer un contrat d'objectif avec le

CRITT IAA

pour faire émerger, porter et développer les pro.jets d'innovation latents ;

.

Développer les activités et la valeur ajoûtée dans la transformation de la pêche ;

. Développer les

coopérations

et mutualiser les outils en rnatière de

recherche et développement en lien avec les bureaux

R&D

des entreprises régionales sur les produits de qualité respectueux de I'environnement.

l-2.

Le développement de la compétitivité.

La

Région en septembre 2014 a adopté un plan régional de soutien

à

I'investissement industriel

pour la

compétitivité

et l'emploi afin

d'accompagner les TPE,

PME qui

vise

à

accompagner les entreprises

à fort potentiel de

croissance

dont le

développement nécessite

des

innovations irnprtantes

et

des moyens financiers, les entreprises engagées dans

la

démarche

"usine du

futur Poitou-Charentes" qui vont mettre en oeuvre leur plans d'actions et de développernent.

I-3 Export

et

promotion

L'export des entreprises agroalimentaires représentait 2,3

milliañs

en

201I,

soit en moyenne 45 o/o du chiffre d'affaires

(10%

pour les entreprises hors boissons et

8l

o/opour les entreprises du secteur des boissons). Les produits régionaux manquent de

lisibilité

et ont du mal à se différencier.

Les Objectifs sont les suivants

-

Capter les opportunités de marché

à

I'export et développer I'activité des entreprise régionales à

I'export :

.

renforcer I'efficacité de I'appui à I'export,

.

réaliser un accompagnement personnalisé des entreprises à I'expor1.

- Renforcer la part de marché des produits régionaux dans et hors région :

.

renforcer I'identité et la

lisibilité

des produits régionaux,

.

travailler à la mutualisation des actions de communication,

' favoriser

I'accès

à de

nouveaux marchés

via le

développement

en colnll'run

d'outils logistiques.

Des actions sont déià ensasées

.

dérnarches

de

I'agence

à

I'internationalisation,

à l'exportation et la

relocalisation des activités,

.

création d'un club expott, appui à Ia certification Opérateurs économiques agréés,

.

dérnarches collectives dans le secteur de la restauration collective,

.

développementd'accordsARIA-Sopexa,

.

dispositifs de soutien régionaux à

I'AzuA

et à la marque Produit en Poitou Charentes.

4

(5)

Des actions restent à développer

.

présence sur les évènements phares notamment sur I'exposition universelle de

Milan,

et via une mission économique Hermione et Moyen orient,

.

organisation de rencontres acheteurs,

.

présence des produits régionaux lors des salons concernant les autres filières régionales en vue de développer I'attractivité,

. valorisation à I'export des

locomatives

produits et

entreprises

du

Poitou-Charentes notamment le Cognac,

.

développement de la mission attractivité régionale en lien avec le tourisme notamment,

.

valorisation des entreprises régionales présentes à I'international.

II - LA TRANSITION ÉNERGÉTIOUE

DE

LA FILIÈRE AGROALIMENTAIRE

La maîtrise des enjeux environnementaux est un des éléments majeurs de la compétitivité des

IAA.

Les prix de l'énergie progressent régulièrement depuis 2004.

Les Objectifs sont les suivants

.

Renforcer

la compétitivité par I'exploitation des leviers

environnementaux

:

efficacité énergétique, gestion des déchets, gestion de I'eau ;

.

Lutter contre le gaspillage alimentaire ;

.

Accompagner la démarche RSE ;

.

Diminution de la consommation énergétique et de l'impact environnemental des entreprises ;

. Favoriser le

développement d'emballages éco-conçus

en tirant parti des pôles

de compétences présents en région autour du design, du packaging, de la filière verrière.

Des actions sont déià enpasées

.

Programme Usine sobre porté par le CRITT

IAA

;

.

Accompagnement d'entreprises par le Pôle des éco industries ;

.

Soutien

aux

éco-industries

et

éco-activités

(FREE et FEDER) :

effrcacité énergétique, énergies renouvelables, éco-conception, management environnemental,

promotion

des

achats éco-responsables, réduction des déchets,

AMI

écologie industrielle

et

territoriale,

. AMI RSE;

Usine du futur volet environnement.

Des actions restent à développer

.

Développer les interventions spécialisées ;

.

Valoriser les critères environnernentaux dans la marque collective de

I'ARIA

;

. Tirer parti de la

présence de

I'INDP,

d'Atlanpack

et

de

I'Institut

de

la

chirnie

vefte

pour développer des emballages verts ;

. Renforcer

I'accompagnement

des

entreprises

dans leurs

démarches

de gestion

des ressources;

. Aider

les entreprises à investir pour réduire leurs consommations énergétiques et améliorer leur compétitivité.

III-MÉTIERS. EMPLOIS ET FORMATIONS

Hors artisanat commercial, I'agroalimentaire compte environ 12 400 salariés:

'

30 %o dans I'industrie de transformation et de conservation des produits à base de viande ;

.

26 o/o dans le Cognac

(6)

L'emploi dans les entreprises agroalimentaires de plus de 20 salariés progresse de

1l

Yo en

201l,

de

25 %o dans les entreprises du Cognac. La région se classe au lOème rang national en terme d'emploi dans les

IAA. La filière

manque toutefois d'attractivité. Les niveaux de qualification des salariés restent relativement faibles. Des formations agroalimentaires performantes sont présentes

sur

le

territoire,

susceptibles d'accompagner I'innovation nécessaire

à

I'agro-industrie, mais restent peu connues et peinent à recruter des étudiants ou des élèves.

Les Objectifs sont les suivants :

.

Faire évoluer les compétences des salariés dans les entreprises agroalimentaires ;

.

Améliorer I'attractivité des rnétiers du secteur :

.

informer sur les métiers, les formations et les opportunités d'emploi,

.

améliorer les conditions de fravail et Ie dialogue social,

.

Développer la formation professionnelle :

.

maintenir la cohérence de la carte des formations initiales,

.

développer la formation continue et la compétence des salariés de la

filière,

.

Développer la gestion des ressources hurnaines.

Des actions sont déià ensasées

La Région a déjà engagé, avec ses partenaires, des actions visant à développer la formation initiale

et

continue (plan de formation de 300 salariés),

à

favoriser

le

développement

de la

gestion des ressources huuraines,

à

améliorer

l'information et

I'orientation,

ou

encore

à

encourager l'égalité professionnelle, notamment dans le cadre de I'accord régional Emploi-Formation.

Des actions restent à développer

Sur le champ de I'orientation, de la formation, des ressources humaines et des conditions de travail :

.

poursuite de I'action visant à accompagner les entreprises de

I'IAA

dans une démarche de changement afin de les aider à développer des nouvelles compétences et à mettre en place

des

organisations

flexibles et

polyvalentes.

Cette action doit

permettre

aux

salariés d'acquérir de nouveaux savoir-faire et permettre aux entreprises une meilleure compétitivité;

'

déployer les démarches de gestion prévisionnelle des emplois et des compétences (GPEC)

qui

organisent, en terme de développement des compétences, I'accompagnement nécessaire des entreprises dans leurs stratégies globales de développement industriel, et concourrent à

la compétitivité des entreprises;

. poursuivre et développer les actions d'information-orientation sur les rnétiers

de

I'agroalimentaire dans le cadre de la mise en oeuvre, à compter de début 2015,

du

Service

Public

Régional d'Orientation

dont la

coordination est confiée

à la

Région

par la loi

du 5 mars 2014;

' repérer, évaluer, former les

demandeurs

d'emploi aux métiers de la

production

agrolirnentaire afin de mieux répondre aux besoins des entreprises;

' inciter les

entreprises

à mettre en oeuvre une

démarche

durable

d'arnélioration des

conditions de travail et de

sécurité-santé

au travail,

notamment

en

encourageant la mutualisation de moyens.

IV- FINANCEMENTS.STRATÉGIE

La filière

représente 5,3 milliards de

chiffre

d'affaires

en20ll

et affiche, entre

201I

et 2012, une progression

de

17 o/o

du chiffre

d'affaire

et de

1

5

o/o

de la valeur

ajoutée hors taxes des

IAA,

rnasquant des évolutions négatives qui affectent principalement la fabrication des produits laitiers, notamment celle des fromages, tandis que

la

valeur ajoutée au coût des facteurs est

dix fois

plus élevée en Cognac qu'en produits laitiers.

(7)

Les Objectifs sont les suivants

'

Simplifier et développer I'accès des entreprises au financement de leurs projets ;

.

Favoriser la mise en place de plans stratégiques dans les entreprises.

Des actions sont déjà engagées

Elles

concernent

I'information

des entreprises

sur des dispositifs

d'aide,

la simplification

des procédures, le diagnostic des entreprises rencontrant des difficultés, la compétitivité des entreprises, le développement de groupements d'achats, le dispositif Usine du Futur et le recours aux missions

d' intel ligence économique.

Des actions restent à développer En matière de financement

'

Création d'une plateforme unique d'orientation des demandes de financement communes à

tous les financeurs ;

'

Création d'un fonds de retournement pour les entreprises rencontrant des difficultés ;

.

Renforcement des fonds propres des entreprises ;

' Mobilisation

renforcée des aides

aux

investissements relevant des leviers

du

diagnostic usine du futur et des priorités du plan de compétitivité.

En matière de stratégie

'

Accompagnement spécifique d'entreprises fragilisées via des diagnostics adaptés ;

'

Renforcement de la place des

IAA

dans I'Acadérnie du dirigeant pour qu'elles développent leurs stratégies et compétences ;

.

Développement des diagnostics stratégiques d'entreprises ;

' Appui

des réseaux professionnels dans le cadre d'un contrat d'objectif de

suivi

spcécifìque des entreprises à potentiel.

V- RELATIONS AU

SEIN DE

LA FILIÈRE

Objectifs

- Développer les stratégies des filières amont

- aval

:

'

Renforcer la communication auprès du consommateur sur l'achat responsable en région;

.

valoriser les démarches régionales de f,ilière;

.

développer les relations économiques durables et équilibrées;

'

favoriser

la

mise en place de dispositifs de contractualisation amont-aval sur les produits sous SIQO ou sous marque.

Actions ensasées

'

Manifestations régionales concourrant à la valorisation des filières (carrefour des métiers de bouche, salon de la croissance verte);

.

Soutien à Mangeons Bio Ensernble;

.

Démarches approvisionnement des lycées.

Actions à dévelooner

'

Relancer un appel à projet Bio (la première édition avait fait émerger 46 projets innovants);

'

Renforcer le pôle

territorialVAL BIO

OUEST autour de Saint Jean d'Angely;

.

Poursuivre le Plan d'avenir pour la

filière

laitière;

' Développer I'achat en Région, valoriser l'origine

régionale

des produits, favoriser

la relocalisation;

'

Développer et valoriser I'identité régionale Poitou Charentes à travers une marque ombrelle

(8)

Développer

la

plateforme logistique de

I'ARIA

et

I'ouvrir

notamment aux produits "signé poitou charentes".

VI

-

RELATIONS AVEC

LES

ACTIVITÉS D'ABATTAGE

La Région Poitou-Charentes se caractétrise par un nombre important de structures d'abattage liées à sa production d'élevage.

Elle

compte

l6

établissements

dont 4

abattoirs

publics,

des abattoirs spécialisés en ovins, bovins et porcins (hors volailles et lapins) de tailles très differentes.

Elle

est plutôt en situation de surcapacité d'abattage.

Objectif

-

Valoriser et développer les compétences et groupements d'entreprises du Poitou-Charentes pour constituer un pôle d'excellence dans le domaine des bâtiments d'élevage.

Lors de la conference agricole de mars 2014, la Région a proposé de mettre en place un plan de renouvellement du parc de bâtiments d'élevage hors sol.

Actions ensasées

'

Des actions particulières à développer en direction de la filière élevage amont ;

'

Lancer

un

appel

à Pojet "Bâtiment

d'élevage"

visant à

proposer

aux

éleveurs

un

outil performant sur le plan environnemental et bien être animal et favorisant le développement d'une

filière

spécialisée en Région autour des cornpétences déjà présentes, notamment dans le domaine du bois du photovoltaique et de la méthanisation.

Ceci doit permettre de

lier

les producteurs aux et pérenniser le potentiel de production autour des industries d'abattage en Poitou-Charentes. L'objectif est de s'appuyer sur les compétences régionales de la

filière

bâtiments et permettre de réaliser des bâtiments à énergie positive à bas coût.

' Clarifier

le positionnernent et la complémentarité des outils d'abattage en poitou Charentes et identif,ier les possibilités de mutualisation des activités.

Méthodolosie oour I'ensemble du nlan

La Région

souhaite accompagner

des

entreprises

pivots

dans

la filière des

Industries Agro- alimentaires reconnues en tant que tel du

fait

de leur potentiel de croissance ou de leur importance économique

en Région. Elle

réalisera

un

appel

à

manifestation d'intérêt

visant à identifier

et soutenir les entreprises souhaitant s'inscrire dans une démarche de progrès et sollicitera I'appui des réseaux pour les accompagner. Elle accompagnera des projets structurants portés par des entreprises ou des consoftiums

alliant

structures de recherche, collectivités, associations. Les réunions devront identifier des actions collectives précises à financer notamment sur les aspects internationaux.

Je vous demande de bien vouloir délibérer sur le présent rapport.

Jean-Fra s

MACAIRE

Figure

Updating...

Références

Updating...

Sujets connexes :