Texte intégral

(1)

A. HAUSER

ETUDE D'UN QUESTIONNAIRE DE PSYCHOSOCIOLOGIE DU T.RAVAIL

'-=======-~-=-"""'=----"""==~=-.,...----. ~---_...:..ji

(2)

- Etude d'un guestionnaire de PSyc.hcê0ciolo~e

du travail

Table des matières

1. Présentation de llétude 2. Le codage

3. Résultats de la première analyse factorielle des correspondances

4. Analyse de l'échantillon MINE + USINE - tableau KS1 X (A

1 UAS Ur)

5. Analyse de l'échantillon USINE - tableau KSU X (A

1 U AS U I)

6. Analyse de l'échantillon MINE - tableau

KSIrI X (A

1 U AS U I)

C.1 C.2

C.6

C.15

C.30

C. 46

\

7. Corrélation entre les facteurs des trois dernières

analyses C.63

8. Traitement du questionnaire de satisfaction au travail

par la classificntion automatique C.67

Annexe 1 - Questions et identificateurs utilisés

Annexe 2 - Correspondance entre l'ancien code et les attitudes prises pour l'analyse

Annexe 3 - Distribution des identificateurs socio-professionnels (Echantillon)

(3)

C.1 •

1. PRESENTATIon Dm

R'

ETUDE

L'étude du questionnaire de "Satisfaction au Travail"

qui nous a été proposée par Monsieur le Professeur J.P. BENZECP~,

constitue l'objet· d'un contrat passé entre le L S M et

~. ' 0 R S TOM. Ce questionnaire est la deuxième partie d'une en-

qu~te psyœ~sociologiqueeffectuée sous la direction de lfunsieur A. HAUSmR dans une entreprise minière de phosphate au Togo. La pre- mière partie de cette enquête ( Questionnaire A) comporte d'une

part des questions factuelles de base - instruction, formation pro- fessionnelle, conditions de vie, vie sociale, •••• - qui situent le travailleur du point de vue socio-professionnel, et d'autre part des questions d'attitudes concernant les coutumes matrimoniales et ftUléraires qui placeront l'enquêté par rapport à la culture tradi- tionnelle. La deuxième partie de l'enquête (Questionnaire B) est

constit~éede questions portant sur les attitudes d'intégration à la vie industrielle, les aspirations du travailleur, l'entreprise, les agents d'encadrement, les compagnons de travail, les relations sociales, et encore quelqUES problèmes de la vie professionnelle comme le travail de nuit, l'absence, la sécurité du travail.

Seul a répondu à l'enquête le persomlel africain de l'entreprise - manoeuvres, ouvriers spécialisés, ouvriers profes- sionnels, agents de maitrise. Le persol1nel de l'entreprise est dis- tribué en les services suivants : service de la carrière (ou servi- ce de l'extraction - mine), sel~ice de la fabrication (chargé de la production - usine), service électromécanique (entretien), ser- vice maritime et service administratif. Les 4 derniers services . sont regroupés dans le centre industriel.

On remarquera quo les conditions de travail à la mine sont différentes de celles à l'usine, cela indépendemment des J~_

ches proprement dites. Tandis que la mine est à ciel ouvert, l'usine est installée dans tUl local couvert; d'autre part la division du travail par quarts - 8 heures par jour - qui est le régime de tra-

(4)

vail normal pour presque tout le personnel de l'extraction et de la production, constitue aussi une différenciation entre la mine et l'usine : il y a trois équipes de quart à la mine et quatre équipes à l'usine, avec roulement pour permettre aux travailleurs d'avoir des journées normales à intervalles de temps réguliers.

La population touchée par l 'enquete est constituée par l'onsamble du personnel de l'entreprise à l'exception du persolUlel admilùst:ra tif.

L'échantillon de 350 individus qtÙ ont répondu au questionnaire B de satisfaction au travail a été constitué de la manière suivante : on a pris 150 travailleurs à la mine, par tirage aléatoire, pondéré par la qualification et stratifié en fonction des quarts de travail ; ct on a pris 200 travailleurs au centre in- dustriel, comprenant les agents d'encadrement, les travailleurs non qualifiés de la fabrication et ceux qualifiés de l'entretien.

2.

AD

CODAGE

On disposait d'un jeu de 6 cartes pour chacun des 350 individus ayant répondu au questionnaire B ; la carte 1 contenait les identificateurs socio-professionnels, et les autres cartes dé- crivaient les qUGstions d'attitudes. On a éliminé 6 individus pour losquels les jeux de six cartes n'étaient pas complets, ce qui nous

E:. donné un ensemble initial S de 344 individus entièrement dé- cri ts.

Une liste de questions d'attitudes (annexe

1-A),

et une liste de variables factuelles (annexe 1-B), fournies par M. HAUSEn, nous ont permis d'établir: un ensemble A de 116 attitudes dont la correspondance avec les questions originales est montrée à l'U1ll1GXe 2 ; et un ensemble l de 44 identificateurs dont les sigles et ex- plications sont dOIli1ées à l'annexe 1-B.

(5)

C.3.

Dans l'ensemble A d'attitudes on distinguera les trois sous-ensembles A

1ill des non réponses, AS des attitudes supplémentaires et Am des attitudes éliminées

')m =

{YO' Y1 • Y2 • Y3 • Y4 • Y5 • Y6 • Y7 • YS • Yg)

AS = {6,53, 9,56, 10,57, 97,11,58,12,59,16,63,17,64, 19, 66, 20, 67, 21, 68, 98, 25, 72, .X 9, 28, 75, 40, 87, X 7, 47, 94, X 8 )

~

= 149, 50, 51, 99, 100}

On verra plus loin comment ces sous-ensembles d'atti- tudes furent formés.

Appelons A' = A - ANR l'ensemble des attitudes sans y compter les non réponses. On a commencé par analyser le ta- bleau des correspondances I~xA' des réponses des 344 ouvriers aux attitudes de A' : K ,=1 si l'ouvrier adopte l'attitude a',

sa

=0 sinon.

Les résultats de cette analyse nous ont amené à former les sous- ensembles d'attitudes A

NR, AS et AB déjà cités; et à passer à considérer un sous-ensemble S1CS d'ouvriers, qui diffère de S par l'élimination de 24 individus qui n'étaient pas complète- ment décrits par l'ensemble d'attitudes A

1

=

A - A

E - AS.

Le tableau KS1 x A1 est sous forme disjonctive complète, c'ost- à-dire, chaque ouvrier sE S1 répond à une et à une seule des attitudes associées à chacune des questions originales qtÙ contribuent à la formation de A

1" Co fait a une importance ap- préciable, puisque l'analyse des tableaux sous forme disjonc- tive complète est en général préférable.

On distinguera dans S1 les sous-ensembles SM et

Su

constitués respectivement par les ouvriers de la mine et de l'usine qtÙ ont été conservés pour la sui te de l'étude.

On a enfin analysé les tableaux de correspondances

(6)

pour cela on a toujours pris l~Su.Icomme ensemble d'éléments supplé- mentairos, c'est-à-dire, on a fait l'analyse de KS'1 (

x A1 et

les 'u

x A

1 ct

IS3

U 1:A1) et on a ensuite projeté les a tti tudes et identificateurs de k

SU l sur les axes de ces analyses en les considé- rant comme éléments supplémentaires.

Avant de passer à la présentation des résultats des 4 ana- lyses l~~ mot s'impose sur le besoin d'analyser en plus de S1' les sous-échantillons SM et Su de la mine et de l'usine. On se reportera pour cela à l'annexe 3 qui dOlli16 la distribution des identificateurs socio-professionnels SUl~ les ensembles S'1' SM' SU'

On y constate des différences profondes entre la mine et l'usine. Ainsi, du point de vue 11i§..rr:,I\UCTION, i l y a davantage

d'illettrés, et on général de moins instruits, à la mine qu'à l'usine.

Quant à l'~ il y a déséqtùlibre principalement dans les classes d'ftge A1 - moins de 25 ans, A3 - "de 30 à 34 ansll, A4 - "de 35 à 39 ans" et A5 - IIde 40 à 44 ans", la mine étant sous-représontée darw les classes A1 et A4 et sur-représentée dans les classes A3 et A5.

Pour la ~ASSIFICATIOILPROFES.SIONNELLEce sont les 5 premières caté- gories qui sont le point de désaccord : la mine a davantage d'appren- tis (2oÇ; de plus que l'usine) et moins d'ouvriers des autres catégo- ries; cela représente le fait que le travail à la mine nécessite moins de qualification professionnelle qu'à l'usine; et aussi la fa- çon dont les deux sous-écllantillons ont été formés (cf. Paragraphe 1 Présentation de l'étude). On ne s'étonnera donc pas que la :E:0..m·I[AT.:çQfI

pnOFDSSIOI~mLLD ait une distribution différente dans les deux loculŒ de l'entreprise en question. En effet il y a abondance de gens sans qualifications à la mine par rapport à l'usine (19,3% de différence) l'usine, au contrairo, a beaucoup plus de gens ayant appris un seul métior ( 66,3% des ouvriers de l'usine ont un apprentissage contre

40,~; à la mine 1), ct aussi davantage de travailleurs ayant passé par l'école professiollilelle et par le cours professionnel. Enfin la distribution des modalités de l'ANCIE11lETE n'est ~~s la môme dans la

(7)

C.5.

mine et dans l'usine. lfuus semblent significatives les différencos suivantes: la mine est GOUS représentée dans les tranches d'an- ciClmeté ::5 il - "1 an 6 mois à 2 ans 5 mois", 61. - "4 ans 6 mois à 5 ans 5 mois" et surtout 9A "7 nns 6 mois à 8 ans 5 mois", tandis qu'olle est sur-représentée dans llt - "moins de 6 mois", 7 .A. "5 ans 6 mois à 6 ans 5 mois", a",. "6 ans 6 mois à 7 ans 5 mois", et

BA - "plus de 9 alls 5 mois" ; on remarquera m~mG les pourcentages élevés dos trcllches d'ancienneté 91,;. à l'usine (37,1~~ des ouvriers dG l'usine ont ontre 7 ans 6 mois et 8 ans 5 mois d'ancienneté, tandis que los autres 10 tranches se partagent les 62,9% restants !) et cm- core 71,. à l'usine, dont; 24,1;:~ des ouvriers ont l'Elncienneté "5 ans 6 mois à 6 ans 5 mois".

En réstuné : les échantillons de la mine et de l'usine sont fondamentalement différents du point do vue d'ilwtruction et qualification professionnelle (Classif. professionnelle et formation professionnelle) ; il Y a aussi dos différences quant à l'ftge et l'ancienneté. Cela ne laissera pas de se reflecter au niveau de la satisfnction au travail. L'analyse des deux échantillons en plus de l'analyse de l'échantillon global MINE + USI~m s'impose donc.

* *

*

(8)

c.6.

:3. ~ULTATS D.E. IJ~ PRErg•.E.RE. ANl\LYSE FACTORIELLE DES CORrJESPONDAUC$.§

Comme on l'a dit, il s'agit de l'analyse au tableau de corrospondances K.-S x .L~• " des réponses dos 344 ouvriers pour lesquels la description était complète aux 106 attitudes décrites à l'a!llleXe 2 s~ns y compter les attitudes de non réponse Y

Oà Y9

Regardons le dessin du plan (1,2) des deux premiers fac- teurs. Il rend compte de 12,71b de l'inertie totale du système, dont

7,7%

correspond au premier f~cteur et 5,~b au deuxième f~cteur. D'tune malùère générale, on rencontre dans le demi-plan gauche les attitudes de l'illSatisfaction et dans 10 demi-plan droit cellesde la satisfac- tion. Du côté de l'insatisfaction deux groupes d'attiuldes s'OP1~­

sent sur le deuxième axe :

- Celui qui so développe autour de l'attitude

.4. -

"Préfère le comp- toir" avec les critiques envers le chef:

.§1 -

"chef n'améliore pas les conditions de travail" et 83 - "chef ne laisse pas de liberté dans le travail" ; les critiques envers l'entreprise; 32 - "L'entre- prise a créé dos difficultés" et

12 -

"ayant travaillé ailleurs, ne préfère pas cette entreprise" et encore.7.1 - "pense que n'utilise pas tou.tes ses connaisscnces".

Procl1e de ce groupe, on rencontre les attributs suivants qui aident à mieux définir le type d'ouvriers concernés : .22-"chef crée quelque- fois des difficultés",

25 -

"possible de faciliter les choses",

w7.Q - "quelque chose empÛche de mieux travailler", .1-.§ - "préfère

travail salarié",

.2? -

"':!. eu envie de quitter l'entreprise autrefois", 1§. - "veut travailler dans autre entrepriso",

.2.4. -

"n' est ~s bien

habitué à l'entreprise".

Co groupe d'attitudes concerne un type d'individus on co11flit avec le chef et avec l'entreprise, ayant déjà expérience du t~avuil industriel (attitude 12) ct· qui étant déçus ~~r co type

d'~ctivité préfère autro travail qui leur laisse plus de liberté d'ac- tion, où les rapports entra eux ct l'encadrement soient d'autre

type ( ••• le comptoir••• ).

(9)

1

i .i

..

:" ... t

."

, ..

AXE 2 (-)

AIA

(10)

---,.-~.-- . ~.. - -.. - : " _ - _ -~.-•. _ , -... - . . . .-.~ r -

fi"'t.~~e

11.

p'"-1t\t

1J

~\Ù4J.u.sti~

90L...J.<.lt..~~fi.liJ1(a. tA.~

o r~ 'u\~~<UtJt~

AXE 1.0·

Àt:o,1iO =iJ?

%

~ ~s.:bft J.\.~~t, ~~

.8.G~c-h~}I.L~~k~~~~ o~~ ~w."J~~ tk~~ct-v

~r~ \. F~ . . . . .

Je" ~:dt~ ~ •

M;

~k4 rai~~ ~ l e:Wc: ..

SATisFACTioN AV TRAVAiL

=TO&O=

ANAL'JSr:. 'j)\J TABI.E.AV .

1<

5 XA'

(1~1"tANAL.'JSe)

. PLAN (~, 2.) . Eé.~f fft -

t Cm : o}i 1'O\lY'ctc.dA.~

cl

'L\\t'f~(: ~2.)=1

%

~k~lbA1 a. "14~ltl k ~~Gt~1/

oX6

(11)

C.7.

- Le second groupe d'attitudes opposé, sur le deuxième axe à celui qui vient d'être décrit est développé autour de

2. -

"préfère le bu- reau" ; il concerne des travailleurs dont le pale d'insatisfaction sembla ùtre l'entourage (compagnons de travail) :

12. -

"travaille avec des gei.1..Q qu'il n'nime pas", 99 - " travaille avec au plus 3 personnes qu'il n'aime pus", 1.QQ - "travaille avec plus de 3 per- sonnes qu'il n'eime pas", ~ - "rejets de races pour comp.::.gnons",

.iL -

"préférences de races pour compagnons. Les ouvriers qui expri- ment ces attitudes ne sont pns satisfaits de leur travail mais ils no savent pns très bien ce qu'ils veulent (confusion, anxiété, ne savent pas très bien commen s'cnsortir de la situation? •• ) :

Pl. -

"autro travail ailleurs 1= meilleur travail dans la vic" et

~~ - "autre travail ailleurs 1= autre travail dansl' entreprise" ; ils n'espèront pas grand chose de leur avonir professionnel, puisque:

8Q. - "11'espère pas de l'avancement" et

1.ê. -

"il Y 0. autre travail ailleurs qu'il voudreit faire" ; mnis les attitudes de mobilité vers autre entreprise ou autre type d'activité sont loin de ce groupe, plus proches du type d'ouvriers qui a été décrit d'abord.

Entre ces de~~ types d'insatisfaits plus remarquables, on notera deux attitudes dont la corrélation est grande: 44 -

"rejets de races pour commandement" et 43 - "préférences de races pour commandement" ; elles sont très proches du .Qg, - "chef n'aide pas à mieux ff.l.ire le travail" (relation de cause-effet, le fait quo le chef n'aide pas dans 10 travail soit conséquence de l'impossibi- lité de communication - langues différentes, cultures différentes? •• ).

On dég~ge enfin un troisième groupe d'insatisfaction en- tourant 10 premi0r a::w, avec deuxième coordonnée assez faible, et qui rassemble les questions de mobilité et celles des torts envers l'en- treprise:

2-

"n eu envie autrefois de quitter l'entreprise",

92 -

"1~ encore envie de quitter l'entreprise",

l i -

"Veut trc..vniller dans une autre entreprise"

(92.

et l§. déjà citées avnnt ••• ) .?$Ol. -

"pense qu'il fern, un jour, autre travail ailleurs", 77 - "ne con-

(12)

C.B.

scille pas l' entreprisell, .§i - "ne fora pas autre travail entreprise un jourll ; ce troisième groupe d'insatisfaction /J. encore des criti- ques au travail proprement dit: 69 - "pElS fier de son travailll,

1.2.-

"autre travail aillours = meilleur travail dans la vie", 16 - "l.utre h'avail ailleurs

=

meilleur travail dans l' entreprisell,

--- 2

8 - "ne dOill1C aucune raison d'ôtre mis au poste actuelll, .§1.

-

"quel-

que chose déplai t dans le travail", .§Q - lIr ien ne plait dans le travail".

* *

*

Du côté do la satisfaction (demi-plan droit) on commen- cern par remnrquer l'attitude ~ - "préfère l'industrie", qui est ontourée par : ~ - I1fier de son trllvnill1,

lQ. -

"conseille son en- treprise", .§§ - "p.-'2S de préférence de races pour compagnons",

§3.. - \Ip<'l.S de rejets de races pour compagnons", 90 - "pas de préfé- rence de races pour cOIlUl1.'1ndement\l,

21.-

lIpas de rejets de races pmu' cOlIllIlD.ndement", .?.§. - "ne travaille pas aVeC des gens qu'il n'aime paSIl,

1 -

I1bien habitué à l'entreprise". On voit se développer vers le haut :

.1l. -

"quelque chose plai t dans le travail",

.2 -

"indiffé- rence à travailler seul ou en lfquipell,

.l2. -

"no voudrait pes faire autre travail dans l'entreprise", §.2. - " ne voudrait pas faire autre travail ailleursll ; et vers la gauche, approchant du côté de l'insa- tisfaction, on voit le tl'inngle

2. -

"pense gagner quelquo chose en dehors du salaire",

2J.. -

"l'entreprise fait un effort socialll,

~ - meilleur travail dans la vie

=

meilleur travail dans l'entreprise.

Une étude complémentaire montre que les attiiudes denon lipon- .~ aux questions de critique de l'encadrement (coordonnées calcu-

lées par le principe du centre de gravité), attitudes assez fréquen- tes, sont représentées par des points qui vont tomber à l'intérieur du polygone dont les sommets sont : 9 - 31 - 65 - x 9 - 13 - 30 - 33

(voir dans 10 graphique du plan (1,2) la "zone des non réwnse~1I , située dans le premier quadrant).

(13)

C.9.

Les cttitudos de satisfnction concernées jusqu'ici doi- vont donc concerner Ul~ groupe de travailleurs relativement satis- faits de leur travail sans que cependant tout soit de leur gré

(CD.l" l'nttitud8l2. - "quelque chose plnit dans le trnvnil" est beau- coup plus proche que celles :

1.1. -

"rien ne déplai t dans le trnvail et .97 - "exerce déjà meilleur travail dSlls la vic", celle-ci fran- chement loin déjà), ambitieux, disposés à faire leur vie profession- nelle dans l'entreprise et, donc, peu disposés à soulever des pro- blèmes, d'où les cns de non réponse aux questions de chef.

Sur le 4ème quadrant np~~raissent les autres questions de satisfD.ction, caractérisant un ~pe d'ouvriers content de tout, attitude qui se trD.nsfol."'!ne progressivement vers l'extrémité infé- rieure en un type indifférent, marqué par des attitudes d'indiffé- rence (indifférence réelle ou non compréhension des questions po- sées) dans les réponses.

On propose donc lJinterprétation des deux premiers facteurs :

- Le premier facteur est sans doute celui qui reflète l'orientation générnle do l'enquête, car il oppose les attitudes de satisfaction à celles d'insatisfaction. Il représente l'nttitude générale d'ad~p­

tntion au travail industriel dans l'entreprise.

- Le deuxième facteur est peut-être le facteur ambition, duquel la question 44 b) - "Espérez-vous de l'avancemEmt à l'avenir

?",

semble bien rendre compte ~ ses trois modalités s'échelonnent ainsi de lu partie négative vers lD. partie positive:

E& -

indifférent (F

1(X 6) = -0,89),

.ê.9- -

lfn'espère pas de l'avancement" (F

1(80) = -0,62), 3~ - "espère de l'avancement" (F

2(33) = + 0,26).

Il oppose une attitude générale d'inconformisme du côté positif sntisfaction ~~rtiülle du travail, critique de l'entreprise, non D.cceptation du chef; à une attitude générale de satisfaction du travail elissant vers ln ~~ssivité et l'indifférence, du c8té né- gatif.

(14)

AXE 3 (+)

À~"O)o(,3 4)4%

450

AXE i

(+)

.6:> .,0

' 0

.4 .<Jl. .48 .U.

. 3~ °3Z.

~44Y~et.,tlf'fl).u., fowI- 25.

c.o ·...k~ .1f .

Y.10.~ ~

..-

. 4?>rdt::U)<k~L&olILltu<Â

.e..

....8~S SO

(>

C) ~ , . .

~4 -Il 34 7-

oZ

0.30

".

AXË 3 (-)-

SATisFACTioN AlI TRAvA iL

=,"OGto~

ANAt.'lS& ~u TA~LSAU K

s

xA'

(1

~Y"( o.h~ e~ ~)

'PrC1A.((~13) . E~~tr~-

icm;oJi

?ovvetce.t"'d!

d'llctr~t: -11}i

%

(15)

C.10.

Le troisième facteur1Il_ _ - - . . . -

Le troisième facteur - voir plan (1,3) - est celui des

rûl~tions sociales dnns le travail: il oppose les attitudes 26 -

"ne truv2.illG pas avec des gons qu'il n'aime pas (F

3(26)

=

+ 0,34), Q? - "p..'l.S de préférence de rc.ces pour compagnons (F

3(88)

=

+ 0,30),

89 - IlpaS de rejets do rc.cûs pour compagnons (F

3(89)= + 0,31) du

d~té positif de l'axe, :-.u.'C 2.ttitudes

22. -

"travc.illo avec ['.u plus 3 personnes qu'il n'r'.ime }?<".s"(F

3(99)

= -

1,16), lQQ. - "tro.vo..ille [wec plus de 3 personnes qu'il n'aime pas"(F

3 (100)

= -

1 ,54),

12. -

"tr.:wc.ille avec des gens qu'il n'aime pas" (Foz(73) =-1,28), :t-J~

-

II préférence de rnces pour compagnons" (F :J

3(41)

= -

1 ,33),

.1-.? -

"rGjets de rn.ces pour compagnons" (F~(42)

, = -

1,33) qui sc

situent à l'extrémité négative du 3ème aXe. Ces 8 attitudes appor- tent à l'axe une somme do contributions absolues qtu est de 56%

de

~3:

c'est dire l<n:r importance pour l'interprétation du 3ème facteur. Il est intére8GD.nt de vérifier que les cttitudes sélectives dos comp..".gnons de travail sont accompe'l.gnées (coordonnées F3 ( •• )

<

0)

pe'l.r des attitudes do satisfaction du travail et do l'entrepriso,

t~ndis qu'attitudes do cOl~ormisme et confusion entourent le noyr.u d1nccoptntion des comp..'1.gnons : on n §.Q. - II n 'espère pas de l 'avance- menJc, !-9 "indifférence ù travailler seul ou en équipe, X8 - "indif- férencû à. aimer parler de son travail", 57 - IIn'nurn pc.s meilleur trc.vnil dQns la vie un jour 110 fera pas nutre travail ailleurs un jour, tnndis que 20 "autre trnvail 2.illeurs

=

nutre tr::~V['.il entre- prise" ct §1 - "~utrc ·i;rnvnil entreprise

1=

meilleur trn.vail entre- prise.

* *

*

Après l'analyse du tableuu K

SAlt1 des réponses des 344 ouvriers nux 106 attitudes de A', on n dÜ repenser le codage fait et l'ensemble des attitudes à prendre pour l'analyse.

Avant tout un mot s'impose sur les trois nttitudes

:?1. -

"satisfait avec le travail dnns l'entreprise",

14. -

"insatis- fuit avec le travail dans l'entreprise" ct X1 - "partiellement sa-

(16)

c.

11.

tisfnit avec le trnvnil dnns l'entreprise", qui résultent de l~

question

J:L.!iJ -

"Que pensez-vous du travail en général dans cette entreprise?/I. On s'nttendG.it à ce que, étant donné l'orionto.tion générale du premier nxc, les nttitudes ~ et 74 s'y opposent nette- ment; 011 fait, celn ntnrrive pns, les 3 ntti tudes:?:L, 74,

U

so

projectant proches de l torigine. Sui te à une remarque do IIi[. HAUSEH.,

qtÛ a contr81é le poids do ces attitudes, on n vérifié qu'elles avaient été mal codées, les regroupements des réponses des ouvriers à ln question 2Jb) ayunt été erronés .• On a dft faire ~.c correction pour Iv.. sui te del' étude.

Six attitudes furent puroment et simplement éliminées:

..12 -

"ne préfère p..1.s l' iadustrie",

1Q. -

"ne préfère p.."..s 10 bureau",

11 -

"ne préfère pus le comptoir", qui sont les centros do gravi té des atti tudûs, prises doux à deux, ~ - "préfère l'industrie",

l -

"préfère le burenull et

.1 -

"préfère le comptoirll, pv..rce qu t elles no sont pns nécessaires ; les o.tti tudes

.22 -

"travnille nvoc nu plus 3 porsonnes qulil n'niLlo p..'l.S" ct

.!.Q.Q. -

"travaille avec plus de 3 perSOlllles qutil n'aimû pus" ont aussi été occ.rtées parce que clest leur centre de gravi té

J2.. -

"trnvnille avec des gens qu'il n'aime Pc.s" qui est import..'l.nt pour l'aru11yse ; finalement on v.. éliminé l'nt- ti tude

32. -

"indifforence à etre bien hnbi tué à l'entreprise" car un seul ouvrier o.vait pris cGtte attitude, son faible poids le faisait toujours sortir à llextr~mité des axes successifs.

On a ensuite mis comme éléments supplémentaires des ntti- tudes codées à partir de questions qui dépendaient elles-mernes d'au- tres questions comme celles résultant des questions 8 e), 19 e), 20 e) et 27 c), ou encore celles obtenues psr croisement de varia- bles du type "meilleur trnvnil entreprise

=

meilleur travail vic", c'est-à-dire les attitudes correspondant aux croisements 80. x 8 c, 19b x Sn, 20b x 8c, 20b x 19b, 560. x 56b z 56 d. On n encoro passé à llensemble des variables supplémontaires les attitudes de sigles 11 et 58, codées à partir de ln question 13b), car le codage est

(17)

C.12.

nmbigu ct n'est pes dnns l'esprit de notre étude (satisfaction au travail) ; de m~me les attitudes

2

et ~ (question 5a)) et jg et

22

(question 15n) ) qui ont une contribution faible pour les premiers facteurs (elles se projectent proches de llorigine) ; enfin les

a tti tudes

.11,

84,

:f8,

résul tentes de 21 a), question qui no faisait p..'"S partie de la liote de questions fournie par M. HAUSER.

On a ainsi constitué les 2 sous-ensembles 1~ et AS des attitudes éliminéeo et des attitudes supplémentaires nuxquels on a fo.it allusion au pc.ragrnphe 2. Cela a été fuit dans un double souci:

celui de rendre plus rigoureuse l'informction à traiter, celui de rendre moins coftteux les calculs postérieurs. L'élimiIk~tionde vn- riables sens importance et le passage à l'ensemble des éléments sup- plémentaires des attitudes qui par leur nature m~ne entravait ln non réponse, rendeit compte de cette double intension. Restait à créer les attitudes non réponse pour celles dont le taux d'absten- tion était grand, et ninsi fut créé un ensemble A

1m d'attitudes de non réponse, constitué principalement par des abstentions eux ques- tiOlill d'appréciation du chef; et enfin à réduire l'ensemble S de sujets à celui S1 des ouvriers qui répondent à tout l'e~~emble

d'attitudes A

1

=

A - EE - AS' pur l'élimination de 24 sujets qui s'abstiellnOnt à l'une ou l'autre attitude de A

1•

Nous sommes ainsi crrivés à constituer un tableau KS1 r (A1 UASUI ) dont le sous-tableau KS1x!~ est sous forme disjonc- tive complète, chaque sujet ayant mame poids et répondant à une et à lUlû seule des attitudes issuos d'une m~e question contribuant à la formation de A1. Il restait à traiter ce tableau par l'analyse factorielle des correspondances, en considérant ASùI~ comme ensemble d'éléments supplémentaires; et à refaire llalk~lyse ensuite pour les

éclli~ntillonsMINE ot USINE auxquels on a déjà fait allusion avnnt.

* *

*

(18)

C.13.

Avant d'exposer les résultats obtenus, un mot s'inpose sur le critère de choL~ des éléments pour l'interprétation des fr'.cteurs.

Un facteur ùe ran~ est lié aux éléments j qui lui apportent plus grande contribution, c'est-à-dire, aux élénents pour lesquels est plus grande la valeur

COl~&\BS (J)

=

Fo( 2 (j) fj

où Po( (j)

=

valeur du facteur pour l'élément j

fj

=

poids de l'élément j

comme le moment principcl d'inertie de l'axeo( ,

-"\0(,

est donné par ~

= L

CONTRAR S (j)

j

cela revient à dire qu'un élément j est d'autant plus intéressant pour l'interprétation d'un facteur de rang 0(, que le rapport

est grande.

Dans ln suite de l'étude, l'ensemble A1 d'attitudes prises pour sur elles basel' l'anrtlyse est constitué de 77 éléments. Si chncUlle de ces 77 attitudes avni t lImême importance" pour l'inter- prétation du facteur de rang

0(,

alors on aurait POURCABS (j)

=

constnnt, pour tout j ; c'est-à-dire, POURCABS (j)

=

1OO/TId .3~~ de

Ac(

~ On prendra donc pour l'interprétation de chaque fncteur, los a tti tudes j pour lesquelles POURCABS est "significn tifll, c' est-à- dire au moins égal à 1

.35;

de ~ , soit: POUnCABS (j)~ 0.013.

h~ constitution des listes d'attitudes ayant cette pro- priété est facile à l'aide des résultats d'un programme d'analyse fnctorielle des correspondnnces, dont on dispose maintenant. Co programme fourni t,en particulier pour chaque facteur et pour chaque ensemble (attitudes d'abord et ouvriers après), une liste dans l'or- dre des valeurs du facteur (coordolLnées des éléments sur l'axe

(19)

C.14.

correspondant au facteur), dès la plus grande valeur (extrémité positive de l'axe) jusqu'à ln plus petite valeur (extrémité néga- tive de l'~~e) ; cette liste où chaque élément figure par son siglel

contiont pour chaque élément des renseignements importants comme los qucntités CO~~RABS ot POURCABS auxquelles on s'est référé et encore les contributions relatives CONTREL et les contributions cumuléeo C01~cm{L qu'on utilisera quelquefois.

* *

*

(20)

C.15.

Les sui tes des moments principuux d' inerti e et des . taw:

d'inertio expliquée correspondant aux 8 premiers facteurs de ce tablenu sont

Facteurs 1 2 3 4 5 6 7 8

momonts princi-

p..'1UX d'inertie

( Ac()

~,145 0,105 0,076 0,072 0,069 0,061 0,058 0,046

tnux dtinertie

55 (

c:.( ) ~,8 ~,1 5,1 4,8 4,7 4,1 3,9 3,1

..

Ltinertie expliquée par les 3 premiers facteurs de cette al1Ulyse est plus grande que colle correspondant aux 3 pre- miers facteurs de l t nnalyso précédente : 22% contre 17, 1~b.

Le moment total d'inertie est lui aussi un peu plus grand: 1.48, contre 1.43 pour l'annlyse nntérieure. Les modifica- tions npportées nu tableau ont donc, en dépit de ln diminution du nombre de varinbles contribuant à l'annlyse, nugmonté ln dispersion du système, cc qui ost salW doute à porter nu crédit des attitudes do non-réponse.

].Je premier fucteu,!:

Le monont dtinertio du nuage projecté sur le premier axe est ' \ = 0,.145, et i l représente 9,8}~ du moment d tinortie total du système. Ce premier facteur oppose les groupes d'attitudes indi- quées pur 10.. suite (le i'lUlnéro entre parenthèses nprès chaque élément

(21)

--- .. , ' . :".",..'~ , ".,.:...,..~.~.~ , & k":-'::.~ _.~....~~. - - - .•--~.... - - ... - - - - .

. c.htt

~ ~Wé·

'(~if/,+~ '(Q.CtS ~\)I4ktJ.fltt(J" 83

44 • .

4~() .

r-2'fir~ Yo.«s lo'W\iotA'!dfwwi c~4)\ltl.Ïoàe ~

trQ.'f(1(t

o

82.

~ "'el<l.i:>:tJ. et.d'(.t~iS( 54

l!.\lKl ~...iHt'(t.J'r~~r'st)tLot,1(':133

,

eF3

Ji

AXE 2

(+).

Àt

= 0.106

~z. = 1.~ %

• rc,

• IS

•33t.Sr~,(f all(lke:.t~~d·

.AS

.24

(22)

-:---. -_.-

...

---

...

_---.

o 1A • C6

Sot:+t

o..l1tC.. k\fILi(

~s ekirern\t

• 2.:'

" ,W l

b1

oAA

6s

0

l'It

~Y"Mt rA~ ~Y'-t lIMtY"dfA~f

MUW.YS ...

*E 4iEE 'B &

\\it'f't.<A.1

F

~o.'f(l.(~yeb..s CUA.+r~

• .2<} e.J:h·~r....i~e Ù\JL1~t'r~((·)(9;... 1:mva.if&v

<;.w.f .

(tt( lM. t~l«r(

ras a..1Qu;;';

dt ~lM-tlt\'"

e'e..<-f.c"ttYL'st,GWtr+·s

1 "

. '(& ,",0'"'(tr(J\t~~ ~'lt~-~0<I-5.wCOY"( Q.u\)(t

• J-Q ,...:\I.V t\~"("~r~SL ~.

-ZA

ÀS

SAfiSFAc..rioN

·Av

TfZAVAiL

_ . 0 < 3 , 0 =

(IJsiNE:. + ",i.~/e.)

ANALySe . .D\J ,ABLEAU

Ks.;X/A·A '1)

:1 ~ 1V sU

'PLAN (1,2) . Él.~ttft- ~e.~~

0,065

. foux-e.Q..v..t ().~~ Jh:\\t'ft\Jt·. 16) 9 %

"

(23)

0.16

j est le pourcentage de ln contribution de lIélément j à

À

l '

c'est-à-dire le rapport de F

1(j)2. fj/

À

1).

On D. du c8té positif (c'est-à-dire, evec des coordonnées F

1(j)

>

0,

les coordonnées successivement décroissantes :

Y5 - non réponse à "chef crée-t-il quelquefois des difficultés ?"

(1 t41~;) Y1 - non réponse à "chef nide-t-il à mieux fnire le trnvail?"(3,28Ji) Y2 - non réponse à "chef Inisse-t-il de la liberté dans le trc.vnil?"

(3,43>;) 27 - Satisfait avec le traveil dans l'entreprise (3,5~b)

Y4 - non réponse à "chef fait-il son trnvnil comme l'entreprise voudrni t ?" (1, 5~~)

15 - ne voudrait p.;.'1.S faire autre truv-oil dans l'entreprise (2,4-~;) Y6 - n'a ja.I!k'"lis eu envie de quitter l'entreprise (5,32}.$';)

tlr5 - n'a pns eu envie de quitter autrefois l'entreprise (5,3~~) 14 - aUCUlle chose déplait dans le travail (1,99%)

YO - non réponse à "chef snit-il bien s'occuper de ses hommes?" (1 , 71~.:»

Y3 - non réponse à "chef essni t-il d'améliorer les conditions de trovD..il?" (1,36%)

13 - quelque chose plait dens le travail (2,2qb) 23 - rien l'emp~che de mieux travailler (2,317;)

29 - ne veut pns travailler dans une autre entreprise (3,3Q7b) 65 - ne voudrait pas fl:'.ire autre travail ailleurs (1 ,53~6) 22 - éprouve une certnine fierté de son travail (2,06%) 30 - conseille son entreprise (1,76%)

Du ceté négatif (F1(j)~ 0), les coordonnées successivement décrois- santes, on ['.

69 - n'éprouve aucune fierté de son trawil (1,81);)

81 - chef ne sait pas bien s'occuper de ses hommes (1,36%) 39 - Chef crée quelquefois des difficultés (1,36%)

77 - ne cOlmeille pns son entreprise (2,52%)

92 - e eu autrefois envie de quitter l'entreprise (3,61%) 76 - veut travailler dans une nutre entreprise (3,56%)

(24)

C.17

54 - n'est pas bien habitué à l'entreprise (2,13~) 93 - n encore envie de quitter l'entreprise (3,3~~) 73 - travaille uvec des genD qu'il n'aime pas (1,777b)

83 - chef ne laisse pas de liberté dnns le travail (3,5sr~) 41 - exprime préférences de rnces pour compagnons (1,92f;) 42 - exprioe rejets de races pour compagnons (1,96%) 82 - chef n'aide pns à m.ieu..~ faire le trc.vnil (1 ,4q~)

43 - exprime préférences de races pour commandement (2,80.1;) 44 - exprime rejets de races pour cOIJmD.ndement (2,737b).

L'ensemble de propriétés citées explique 82,95bde l'inertieA l ' c'est-à-dire, plus de quatre cinquièmes du facteur.

D'nutre part les meilleures indica~icesdel'axe, c'est-à-dire celles dont ln corrélation est lu plus grande, sont les attitudes Y6, 45, 29, 76, 92, 93, c'est-à-dire des manifestations de rattache- ment ou de séparntion de l'entreprise, et encore l'attitude 83.

Ce facteur sépare bien

1-

préfère l'industrie (dont ln coordollilée F

1(2)

=

+ 0,27) de ~ - préfère le bureau et

i -

préfère le comptoir (F

1(3)

=

F1(4)

= -

0,31) ; de meme

l -

préfère le tra- vail snlnrié est éloignée de lu. question complémentaire

.1ê. -

ne préfère pas le txv.vuil salarié (F

1(1)

=

+ 0,27 et F

1(48)

= -

0,31).

Si on observe les valeurs de ce fncteur pour les modali- tés de l'identificnteur "clnssification professionnelle nctuelle"

on s'nperçoit qu'il en fournit une échelle parfnite, la cntégorie C1 (= ll~nocuvre) la plus défavorisée, se situant à gauche de l'ori- gine et la cntégorie C8 se pInçant à droite: F1(C11

= -

0,33, F1 (C2) = - 0,28, F

1(C3)

= -

0,21, F1(C4)

= -

0,09, F

1(C5)

=

+ 0,64,

F1 (CS)

=

+ 1,11, F

1(C8)

=

+1,86.

Le premier fncteur doit donc ~tre le facteur d'intégra- tion de l'ouvrier nu travail indus triel ; i l donne l '0.tti tude géné- rale de réponse des différentes catégories du personnel nu question- noire de sntisfaction nu travail ; les ouvriers les moins qtmlifiés et moins catégorisés sont à la fois insatisfaits de leur chef, des

(25)

C.1S.

compngnons de travail et de l fentreprise, tandis que ceux qui exer- cent des fonctions d'encndrement (ouvriers qualifiés de 5ème et 6ème catégorie et agents de mn1trise) sont contents du travail et de l'entreprise et ne répondent pns aux questions d'appréciation du chef.

Une observation s'impose à propos des cas de non répon- se nux questions sur le chef : si on considère qu'ils représentent des sentiments d'insatisfaction camouflés, ça peut 6tre dft à une sorte de solidarité envers le chef (solidarité découlant de ce que les travailleurs ne répondant pns sont sarement à majorité des agents d'encadrement, ù cause de la position des points représenta- tifs de C5, c6 et CS) ou bien L~ non réponse résulte du d8sir de ne ~~s créer des problèmes qui puissent les compromettre (comme ln peur de c1ifficulter leur avenir dans l'entreprise qu'ils ne veulent

~~s qlutter) ; et alors on pourra se demander si la cause de la non réponse est la méfiance nnturelle des gens envers l'enqu~teur

(les conditions de secret de l'enqu8te ne les satisfaisant pns).

Autre hypothèse, elle aussi vraisemblable, est que les gens estiment que les questions ne les concerne pns soit parce qu'ils ont des re- lations de travail particulières üvec le chef, soit encore parce qu'ils sont leur propre chef.

Le deuxième fact~

Le moment d'inertie du nuage projecté sur le 2ème axe,

A

2

=

0,106, représente 7,1~~ du moment d'inertie total du nuage.

On constate que sur le 2ème axe on 0. les oppositions sui- vantes ••

du c8té positif de l'axe, avec des coordonnées dans l'ordre décroissant on a les attitudes:

(26)

C.19.

Y1 non réponse à "chef nide-t-il à mieux fnire le trr:.voil?"(7,41~~) Y2 - non réponse à "chef Inisse-t-il de le liborté dans le truvo.il?"

(8.0s>b) Y5 - non réponse à "chef crée-t-il quelquefois des difficultés?"

(1 , 41~;) Y4 - 110n réponse à "chef fc.it-il son trnvnil comme l'entreprise

voudrait (6,215';")

Y3 - non réponse à "chof essaie-t-il d'aI:l.éliorer les conditions de trnvo.il (7,349b)

39 chef crée quelquefois des difficultés (6,31%)

YO non réponse à "chef suit-il bien s'occuper de ses hommes?"(3,691~) 31 entreprise fuit effort social en faveur des travailleurs (2,5~fi) 5 pense gagner quelque chose en dehors du salaire (3,64%)

32 l tentrepriso n créé des difficultés (3, 11~;)

13 quelque chose plait dalls le travail actuel (1 ,87i6) 83 chef ne laisse pns de le liberté dnns le travail

(1,9q;)

- du c8té négatif de l'nxe,on a les attitudes se suivant dans l'ordre décroissnnt de leurs coordonnées:

52 - pense rien gagner en dehors du salaire (2,24%) 86 - chef ne crée pns des dif fi cultés (2,7(1;6)

79 l'entreprise n'a pas créé des difficultés (2,33%) 23 rien e~pache de mielŒ travailler (1,45%)

37 chef essaie d'améliorer les conditions de trnvail (3,355:;) 14 - rien ne déplait dans le travail actuel (1,6O'j~)

36 - chef laisse de 10. liberté dons le trnvnil (4,61%) 80 - n'espère pas de l'avancement

(1,9gft)

96 indifférence à "était-il possible de fnciliter les choses?"

(2,O~b) Yg - non réponse à "conseillez-vous l tentreprise?" (3, 14~~)

L'ensemble des attitudes ci-dessus donne 815& de l'inter- prétation de l'axe, le groupe d'attitudes envers le chef représen~

-ront 55~~ de

A

2.

(27)

C.20.

Il senble donc que le deuxième facteur explique surtout

ll~ttitude générale envers llencad~nt.

Le deuxiènc fa.cteur sépare les c.ttitudes

.1 -

"préfère le comptoir" (F

2(4)

=

+ 0.38) et

l -

"préfère le bureau"

(F2(3)

= -

0.27) qui ét~ient confondues sur le premier axe l'attitude,g - "préfère l'industrie" (F

2(2) = + 0.01) est tout proche de l'origine. De maIJe, les attitudes

II -

"quelque chose plnit dens le 'travail" et

1.4. -

"rien ne déplnit dnns le trovnil"

sont éloignées ll une de l'autre (elles étaient toutes proches sur le premier axe) ; cela ~rrive c.ussi à leurs complémentaires

2Q -

"rien ne plait dans le travail" et

g -

"quelque chose déplnit dans le trD.vai1"; elles s'échelolli"'1ent comme suit: F2(13) = 0.47,

F2(61)

=

0.14, F2(60)

=

-0.18, F2(14)

=

-0.49.

On recueille un certain nombre d'D.ttitudes d'''indiffé- rencell du caté négatif de Il axe :

2ill -

indifférence à "aimez-vous pnrler de votre travail?" (F

2(X8) = -0.41),

!4. -

indifférence à

"conseillez-vous l'entreprise?" (F

2(X4) = - 0,51),

M -

indifférence à Itespérez-vous de l'avnncement?" (F

2(X6)

= -

0.62), ainsi que.2§. - indifférence à "était-il possible de f8.ciliter les choses ?" déjà.

citée (F

2(96)

=

-1 .46)~ On remarquera que les questions de rncisme et de séparation de l'entreprise ont des coordonnées faibles.

Examinons les identificateurs. L'instruction, la classi- fication professionnelle actuelle et la formation professionnelle ont dos distributions suggestions sur ce deuxième facteur. Pour l'instruction, si on regroupe I 1 - illettré, I 2 - cours prépn- ratoire I

3 - cours élémentaire, I

4 - cours moyen 1ère année et I5 - cours moyen 2ème année , I6 - cours complémentaire , on a comme coordonnées de leurs centres de gravité, respectivement:

- 0,61, - 0.02, + 0,27 ; cela montre la corrélation entre davantage d'instruction et les attitudes qui se placent du c8té positif de l'axe, et entre llk~nque d'instruction et les attitudes situées du ceté négatif de l'axe. La distribution des IJodnlités de la classi- fication professionnelle actuelle seIJble aussi ~tre significative :

(28)

C. 21.

C1, C2, C3 ont des coordolIn6es négatives; C4, C5, C6 et CS ont des coordonnéea positives. Enfin, ln fornntion professiollilelle est répartie de f~çon curieuse: l'npprentissnge au poste de t~nvnil

(F1 à F

4) dOlIne une attitude critique générale qui est différente de l'apprentissage en école professionnelle ou en cours profesion- nel - on voit les cmrdOlmées de

.EL,

,Eg"

.E2" !i

(aucune forron.tion, 1 cpprentissage, 2 apprentissages, 3 apprentissages et plus) pro- gresser de gauche à droite de l'axe (- vers +) ; - 0,21, - 0.01, + 0.42, + 0.S2 ; muis ensuite ~ - école professionnelle se situe à gcuche (+

0.51)

r.t~

-

cours professionnel, encore plus à gauche

( - 0.13) tandis que

El -

1 cpprentissage + cours professioIDlel va vers le droite de F6 (+0.01).

En conclusion, le deuxième facteur appara1t comme une échelle d'attitudes fonction du niveau de cOllilnissances, davantcge d'instruction entrc1nant satisfaction partielle du trnvnil (etti- tudes :

12 -

quelque chose plnit dans le travail, ~ - fier du trcvnil,

.2. -

gngne quelque chose en dehors du travail, mnis

.:?2. -

possible de fcci liter les choses,

12. -

quelque chose emp8che de miel~ trnvniller,

11

n'utilise pns toutes ses connaissances) en I:l8I:le temps qu'une insutisfcction (exprimée, ou ccmo'l1floe p..'"1.r ~es non-répol~es) envers le chef et l'entreprise, mais conservation d'v41e certaine confiance dans le futur (33 - espère de l'avancement, F(33)

=

+ 0.21) ; tandis que manque d'instruction et de formation sont associées à l'insatisfaction et satisfaction totales (attitudes 14 et 60), satisfnction et insatisfaction du chef, indifférence et p..~ssivité, cOllformisne (aliélmtion

?).

lfunis de l'interprétation des deux premiers facteurs, regardons le graphique de la projection du nuage des attitudes sur le pl::m fcctoriel (1 ,2)~ Ce plen représente 16,~b de l'inertie to- tele du n~~ge, ce qui est un pourcentnge noronl pour des tnblenux de données sociologiques.

(29)

C.22.

Les questions d'insatisfaction du chef apparaissent sur le 2ème et le 3ème quadrs.nts, sous forme de deu.."'C noyaux séparés

~~r des attitudes d'insatisfaction et séparation de l'entreprise.

L1iiwatisfaction du travail recoupe en partie les zones d'insatis- faction du chef au 3eme quadrant et d'insatisfaction de l'entrepri- se au 2ème quadrant. L'insatisfaction au travail semble ~tre le point de passage de l'insatisfaction à la satisfaction (représen- tée au 1er et 4ème quadJ."8.nts) ; celle-ci se distribue de la façon

suiv~nte : des attitudes de rattachement au travail se projectent sur le premier quadrant (les deux facteurs sont posi tifs pour ces attihldes) ; elles se prolongent par les non réponses aux questions d'appréciation du chef, si on poursuit vers le haut, au long de la première bissectrice du plan (1,2) ; et pal' des attitudes de ratta- chement à l'entreprise et de satisfaction des conditions de travail quand on passe au 4ème quadrant ; ici, enfin, la satisfaction du chef recoupe certaines questions de satisfaction du travail (4ème quadrant) et certaines autres questions de l'insatisfaction du travail (au 3ème qt~drant), et se prolonge par l'indifférence vers le bas du 4ème quadrant.

~e~ ~dentificpjellrssocio-j2rofessionnels

Les deux dessins ci-joints montrent comment se projec- tent les identificateurs sur le plan (1,2) en relation avec les

noyau..~ principaux d'attitudes qu'on y a décelé.

Le premier dessin montre la distribution de l'ancienneté et de l'~~e, le deuxième dessin celle de la classification profe~­

sjouneJ]0 actuelle, de llilwtruction et de la formation profession- nelle.

--~

Examinons le premier dessin :

Pour l'ancienneté, on voit que les modalités

11.., J:! ,

§A,3l::.t...M

et ~, c'est-à-dire les extr~mes de1 1échelle de

(30)

• USINE. .... MINE ...

l'edh (1.,2) . A8

DistributioN

A~E

ltANCIENNHÉ

~

~qttaet.

jA

tJ.,~t

. Z:-a

V4tt

~.:..--_-::::-:::=:"'-

AA

2.+

.

~I.'-

(14' (O.... ~

.

~

t .. ca

. ii

'1i

i

1

l

. ' 1

(31)

C.23.

llancielLneté, se si~~ent du c8té de la satisfaction, tandis que le milieu de l'échelle - )!~,

N-:., 21':., g, 11:. -

se place du c8té de l'insatinfaction. Suivons l'emplacement des points de l'ancieruleté,

011 voit quo

1! -

lImoins de 6 mois" est placé à la limite de la zone de rattachement au travail, au premier quadrant;

i!!!:. -

"de 6 mois à 1 an 5 mois" est glissé vers le rattaa...~ementà l'entreprise, al'.

4ème quadrant ; et ellS1.'.Îte J1;..,

!d::.,

~, §A,

1!

(1 an 6 mois jusqu'à 6 ans 5 mois) vont osciller au 3ème et 2ème quadrants, s'approchant tant8t de l'insatisfaction du chef, tantôt de la satisfaction du chef et m6me de l'insatisfaction et séparation de l'entreprise, mais toujours projectés dans la zone de l'insatisfaction du travail;

enfin les points correspondant au haut de l'échelle d'ancieIh~eté (~, 9~ ~~glissentvers la satisfaction, au 1er quadrant.

L'identificateur âge a une distribution moins variée, ses modalités se plaçant à la limite des zones de satisfaction et d'insatisfaction. On remarque quand m~me la disposition des points

f~1, L..2, A3, fA, A5, qui suggère une augmentation du sens cri tique avec l'âge (les coordonnées sur le 2ème axe augmentent) mais ensuite A6 et A7 ne suivent plus la règle ; étant données les faibles valeurs des coordonnées, il semble plus prudent de dire que 11ftge n'a pas d'influence sur la satisfaction ou l'insatisfaction au travail.

Passons à l'étude du 2ème dessin.

On a déjà suffisamment examiné l'identificateur

~~\fiqation prof~s~i~nnellelors de l'étude des deux premiers facteurs. On a vu que sa distribution sur le premier axe suffisait presque à donner l'interprétation du premier facteur comme celui de l'intégration au travail dans l'entreprise. Examinons quand mame le dessin 2 : on y voit

Qi,

~, ~ se placer dans la zone de recou- vrement de l'insatisfaction du chef par l'ilwatisfaction du travail,

.Q.1

progresser vers la partie posi tive du 2ème axe et se sitv.cr dans la zone charnière de l'insatisfaction et de la satisfaction, et en- suite .Q.2., Q§., glisser vers le rattachement au travail et les non réponses au chef.

(32)

C.24.

L'instrllcti~n'a paB d'influence sur l'insatisfaction ou la satisfaction au travail (coordonnées F1 ( •• ) très faibles).

Une seule modalité, 13, fuit un peu la règle, allant se placer dans le. zone d'insatisfaction au travail ; l'instruction nide à expliquer le deuxième facteur: au manque d'instruction sont associés le con- formisme et la passivi té, m~me une certaine aliénation; davantage d'instruction s'associe à une attitude générale plus active de cri- tique et de confiance en soi.

La formation ~ofessionnelle a déjà av~si été examinée lors de l'étude du 2ème facteur. On voit ici que!1. - "aucune for- mation professionnelle" et E§. - "cours professionnel" sont placés dans la zone de satisfaction du chef ; ~ - "1 apprentissage" et FJ - "2 apprentissagesll glissent, tout au long du 2ème axe, vers davantage de sens critique; et

l i -

113 apprentissages et plus" va se placer franchement dans la zone de non acceptation du chef, tout près de l'attitude

22.

IIchef crée des difficultésll ;

E2. -

"école professionnelle" se projecte au 1er quadrant près des attitudes

.2.1 -

"entreprise fait effort social" et.2. - "gagne quelque chose en dehors du salaire" tandis que

TI -

"1 apprentissage + cours professionnel" se place tout proche de l'origine dans une zone neu- tre de siglùfication.

Le plan des fac,te.urs 3 et .4

Ce plan est celui des relations raciales dans le travail. Il rend compte de 9,9~b de l'inertie totale du nuage, dont 5,1~~ corres- pond au 3ème facteur et 4,~~ retient au 4ème facteur.

La projection du nuage des attitudes sur ce plan a un aspect pareil à une parabole dont les extrémités des bras sont

occupées par les attitudes racistes (envers le chef au 4ème quadrant) et envers les compagnons au 1er quadrant), et dont le foyer est oc- cupé par le non-racisme. Quant au nuage des individus il se projecte approximativement à l'intérieur d'un triangle équilatéral dont un

(33)

-

AS

Ù1Ji~~'nC4'~ ~

CDkSeirPt

X4. e't",1y.(rY'l~t

F3

. - 81. .

cl,tf "'t ~

t""$

biu\s'oCcu.~tY de Sts ~~"",tS

_15 - gO r

• '(3

-1

40

-Al -=/5

• . _ $A

1 .-

52.

'3G -

pg.s J.o~lb &

~-tl.~biiiiiO""7'

"14 -

1~9

8

-_.fa_G1._·~~

...

·~_ll.r_cks_es-i

....:: 12. 2.1

---

Sr

- -11 . - ()

• • - C1

68 1.3 _78

~~ i:yc~.v'o.c:P

f.l.tt (lryùe:f:

~f.lea

. • 63ti.o.lflll e.utYerYlSe

{4 • Y"i~1{ d. trPait

re.tY"a.va.le

_3A

.,

(34)

p'l'lf.tl"t~s t'aus coltl~Q~a,..s

-41 . 0

• 42 t"cjets t'q(tS·c.omraâ"O~

1

1 .

1

.,

AXE 3 (-1)

i

1

~

.• BA

• J:2. .,

SAT\ sFAcTI 01'1

AU

TRAVAiL

= , 0 6 0 =

(USiNE + "'1liE )

AfJAL'(SE D\J TA6LfAV

K~iX(A1VAS(}!)

'PLAN

(3} 4) . EdeHe - ..,

Cm: 0)054

'Pol1ret.l4.t",.\(

J'.:l'It

y

1it.: 9 )9 %

98 Ln

Ji.~Y"llA.C.t 0. ~f(

• cuJn.

tV"tlV"tut

D-iJrt\Â'S

43. prt~\'W.u.~ dt. YtU~ tottr ·c.e~()JA.J~UA.eLtt

. 1,4. Ilt! ti~ ~t vaas taur

CDL4kt.a.U.Jt'W-w.t

(35)

C.25~

des sommets - celui qui correspond à l'absence de racisme - est

ap~,yé sur l'axe 3 et les deux autres sommets sont l'un au premier quadrant et l'autre au 4ème quadrant.

~0 troisième fact~u~est le facteur racisme. On y re- lève en offet que les attitudes, qui sortent sur ln partie positive du 3ème axe:

41 - préférences de races pour compagnons 42 rejets de races poux compagnons

43 préférences de races pour commandement 44 rejets de races pour commandement

73 travaille avec des gens qu'il n'aime pas attitudes compl6men~~ires

s'opposent aux

26 ne travaille pas avec des gens qu'il n'aime pas, 91 pas de rejets· de races pour cOIllIIlll.ndement

90 pas de préférences de races pour cO!.Illll8.ndemont 89 pas de rejets de races pour compagnons

88 - pas de préférences de races pour compagnons

qui ont des coordonnées négatives. Ces 10 attitudes expliquent à elles toutes 55~~ de

À

3. Elles sont encore celles dont la corré- lation avec le fllcteur est la plus grande, c'est-à-dire, cellos qui ont plus grande contribution relativo (oscillant entre 0.39 et 0.12).

Examinons un peu les implications des satisfactions sur los nk~nifestationsde racisme et non racisme. On constate que du ceté de ceU:;~ qui expriment préférences et rejets de races sortent les non réponses aux questions sur 10 chef, ainsi que certaines de celles qui expriment des torts envers le chof comme ~ - chef ne fait ~~s son travail comme l'entreprise voudrait, §g - chef n'aide pc.s à faire le travail, .§1.. - chef no sait pas bien s'occuper de ses hommes; ot encore le rattachement à l'entreprise (45 - n'a pas eu err vie de quitter l'entreprise, autrefois), ainsi que

gg -

fier do son tmvail,

:rL -

exerce déjà meilleur trovail vie. Sur la p!Lrtie néga- tive, accompagnant les attitudes non racistes, on remarque:

(36)

C.26.

~ - chef crée quelquefois des difficultés mais

11

-chef sait bien s'occuper de ses hommes ; ainsi que ~ - pas fier de son tra- vail et

2± -

pas bien habitué à l'entreprise mais .~ - no voudrait puB faire autre travail ailleurs et

l i -

rien déplai t dans 10 trn~

vail.

Le 4ème facteur est plus difficile à interpréter quo~

ne l'a été le 3ème facteur. C'est pourquoi on indique par la suite la liste des attitudes ayant contributions absolues significatives à ce facteur.

- Avec des coordonnées positives successivement décroissantes:

Y9 non réponse à "conseiller-vous l'entreprise?" (4,865;)

Y1 non réponse à "chef nide-t-il à mieux faire le travail?"(:3199/&) Y2 non réponse à "chef laisse-t-il de la liberté ?" (3,465~)

41 préférence de races pour compagnons ( 7 ,23)~) 42 rejets de races pour compagnons (6,55~b)

X6 - indifférenco à espérer de l'avancement (2,74~)

Y4 - non réponse à "chef fait-il son travail comme l'entreprise voudrai t ?" (1,~~;)

73 travaille avec des gens qu'il n'aime pas (3,45%)

Y3 .10n réponse à "chef essaie-t-il d'améliorer les conditions de travail?" (2,5~:;)

14 rien déplait dans le travail (3,03~) 23 rien em~che de mieux travailler (3, 1

21;)

54 - ~~s bien habitué à l'entreprise (2,05%)

65 - ne voudrait pas fcire autre travail ailleurs (2,1~$) 34 chef oait bien 0 'occuper de ses hommes (1, 7ff;b)

93 - ['. encore envie de quitter l'entreprise (1,5~~) 69 pa.s fier de son travail (1,87;;)

92 - a eu autrefois envie de quitter l'entreprise (1,71~) - avec des coordonnées négatives successivement décroissantes 89 - pas de rejets de races pour compagnons (1,58f~)

88 pns de préférence de races pour compagnons (1,74%) 70 quelque chose empache de mieux travailler (1,617'~)

(37)

C.27.

22 - fier de son travail (2,13?b)

Y6 - non réponse à navez-vous oncore envie de quitter 11entrepris.e?"

(2,

34~~.)

45 - n'a pas eu envie do quitter l'entreprise, autrefois (2,535;) 84 - chef n'essaie pas d'améliorer les conditions de travnil (1,66~) 43 - préférence de races pour commnl1dement (1,91%)

44 - rejets de races pour commandement (1,9~)

81 - chef ne sait pas bien s'occuper de ses hommes (4,095"&) 82 - chef ntaide pas à mieux faire le travail (2,06~G)

85 - chef ne fait pas travail comme llentreprlse voudrait (3,85~~).

Llensemble dlattitudes ci-dessus rend compte de 81,~

deA 4, dont 53,8foS pour les attitudes sortant du ceté positif du 4ème axo, et 27,5 pour celles qui se projectent du caté négatif.

Cette disproportion dG 2 contre 1 en faveur de la moitié positif du 4ème axe, laisse supposer que le 4ème facteur sera surtout expliqué pcr ce qui se passe de cc ceté de l'a~e.

10 fait le plus saillant apporté par ce facteur est la sép..1.ration nette des deux fonnes de rejets et p références de races, que les 3 facteurs précédents avaient laissé proches. D'autre part le facteur fait co!ncider le racisme interethnique (compagnons) avec l'abstention de critiq.ue du chef et la non réponse nà conseillez- vous l'entreprise?" (Y9) ; et mélange le racisme contre 1'encadrement avec des ntti tudes de cri tique du chef ; on remarquera que du ct'5té du racisme/commandement se projectent, contrlb1k1.nt significativement au facteur, les attitudes de non racisme envers les compagnons 88 et 89, tandis que la satisfaction mais non la fierté du travail acco~

:rngnent le racisme/compagnons.

On conclura donc que le 4ème facteur oppose :

- un type de travailleur pur rapport aux compagnons, avec lesquels i l entretient des relations peu amicales, qui s'abstient de cri ti- quer le chef et llentreprise (soumission? peur? solidarité

?),

satisfait avec les conditions sous lesquelles son travail se déroule mais pas vraiment sntisfait du travail lui-m~me (pns fier ••• ), et

(38)

C.28.

qui, peut-~tre pour cette marne mison, songe à quitter l'entreprise pour une autre occupation de laquelle il soit plus fier;

à un type d'ouvrier apparemment plUB volonte'l.ire puisqu'il nthésito pas à critiquer le chef, soit du point de vue de ses défnuts, soit en générc..l du point do vue rnciquc, qui est solidaire ~e ses compa- gnons de travail quelle que soit leur rece, rattaché à l'entreprise et fier de son travail.

Retournons au plan (3,4). Il est, comme on l'a déjà affirmé, le plan des relations raoiales. Le racisme envers les comlk1.gnons figure au 1el' quadrant, le racisme envers les agents d'encadrement est au 4èmo quadrant, le non racisme, enfin, occupe le 2ème et le 3ème quadrants.

On fait figurer delU' droites sur le dessin. Celle qui passe par le 1er et 3ème quadrants représente l'axe racisme-non racisme, ello est définie par les centres de gravité des attitudes de préférences et rejets de races d'uno part, et des attitudes de non préférences et non rejets de races, d'nutre part. L'nutre droite est perpendiculaire à la première et passe par l'origine, qui èst évidemment le centre de gravité de l'ensem.ble d'attitudes de rocisme et non racisme ; elle représente la ligne des points "neutres" quant au point de vue racisme-non racisme. Cette deuxièmo droite divise le plan (3,4) en deux régions, le demi-plan de droite où tom.bent les attitudes de r~cism.e et celles en quelque sorte liées au racis- me, et le demi-plan de gauche où se projectent les attitudes de non- racisme et, de manière générale, les attitudes qui ont une certaine corrélation avec le non racisme.

On vérifie ainsi que les non réponses aux questions sur le chef et la mauvaise entente avec les compngnons de . travnil sont liées aux préférences et rejets de races pour compagnons, ainsi que la non réponse à Iletes-vous satisfait avec le travnil dans cette

Figure

Updating...

Références

Sujets connexes :
Outline : AXE 1(+) AXE4(-+1