puisqu il est doté d un corps fin et allongé, contrairement au rat commun qui est bien plus costaud.

10  Download (0)

Full text

(1)

Les rongeurs

Les rongeurs, tels que les rats, les souris et les écureuils ont une seule paire de dents incisives en forme de ciseau dans chaque mâchoire. Ils ont une espace très prononcée entre les incisives et les molaires.

Un rongeur, qu'est-ce que c'est ?

Les rongeurs sont des mammifères, végétariens ou omnivores. Ils sont très connus pour leurs dents. Ils ne possèdent pas de canines mais une seule paire d'incisives à croissance continue. Cela signifie que ces deux dents ne cessent jamais de pousser, elles n'atteignent pas un stade adulte définitif. Pourquoi alors n'ont-ils pas des dents encore plus longues ? Tout simplement grâce à la

nourriture qu'ils consomment. Le fait de mâcher les aliments lime les dents : du coup elles s'usent, cela compense la croissance continue.

Rat noir ou surmulot

Nom scientifique : Rattus rattus

Le rat noir est également appelé rat des greniers du fait qu’il est principalement observé dans les greniers des maisons et sous les charpentes des toits.

Son corps mesure une vingtaine de centimètres et il pèse environ 300 g. Il est reconnaissable grâce à l’anatomie de sa queue qui mesure 20 cm, elle est assez grosse et plus longue que son corps. Sa morphologie rappelle celle de la souris

(2)

puisqu’il est doté d’un corps fin et allongé, contrairement au rat commun qui est bien plus costaud.

Il possède un museau pointu et de larges oreilles dépourvues de poils. Son pelage est noir à brun sur le dos, mais peut être plus clair sur le ventre.

Ce rat est capable de grimper aux arbres, d’escalader des structures telles que les murs ou les poutres de bâtisses. En revanche, il n’a pas de prédisposition à la nage. Il pousse de petits cris et des sifflements comme tous ses congénères. Il est également capable de produire des ultra-sons, notamment lors des

accouplements et des affrontements.

Reproduction

Munie que de 5 paires de mamelles, la femelle a 5 à 6 portées dans l’année entre le mois de mars et le mois de novembre. Chacune des portées voit naître entre 5 et 10 petits. La gestation dure moins de 30 jours. Le rat fait un nid grâce à des morceaux de plantes séchées. Il s’installe dans un coin sombre et

tranquille, sous les charpentes ou dans les arbres. Les petits naissent aveugles et nus. Ils sont protégés par leur mère ainsi que par le reste du groupe. À peine un mois après à la naissance, les jeunes se nourrissent seuls et s’aventurent hors du nid. À l’âge de 4 mois, ils sont sexuellement matures et s’accouplent à leur tour.

Milieu de vie

Sa longévité ne dépasse pas un an. Il est actif essentiellement la nuit. Originaire d’Asie, il est présent dans tous les pays du globe. Les hommes ont largement contribué à son expansion avec des moyens de transport de plus en plus sophistiqués. Il crée de nombreux problèmes tels que la transmission de maladies graves (peste bubonique) ou la destruction d’espèces locales. Il se nourrit de nombreuses espèces de végétaux mais aussi d’animaux.

Pour survivre, il doit avoir un point d’eau sur son territoire, car il ne peut vivre plus d’une journée sans boire. Il vit en groupe d’une centaine d’individus et il est très sociable malgré une organisation hiérarchique très stricte. Il est considéré comme nuisible du fait qu’il endommage les réserves alimentaires et qu’il vit dans les greniers des habitations.

Sa présence dans une maison est décelable, outre le bruit qu’il fait, grâce à la présence de ses déjections rondes mesurant un centimètre. En cas d’infestation de la maison par des rats noirs, il est conseillé de faire appel à un exterminateur.

Il saura éradiquer cette espèce très maligne et qui ne se laissera pas prendre facilement.

(3)

Le rat de Norvège

Nom scientifique : Rattus norvegicus.

Aussi appelé rat surmulot, rat gris ou rat d’égouts, ce gros rat mesure une cinquantaine de centimètres, queue comprise. Il pèse jusqu’à 800 g. Il présente une nuance grise à brune sur le dos, tandis que le ventre est plutôt gris-blanc. Il est doté de dents et de griffes acérées qui lui permettent de creuser ses galeries sans rencontrer le moindre problème. Il a aussi l’étonnante capacité de nager et de pouvoir rester quelque temps sous l’eau. Il a une durée de vie de 2 à 3 ans.

Reproduction

Il se reproduit durant toute l’année. La femelle porte jusqu’à douze portées, chacune comprenant une dizaine de bébés. Mais les périodes les plus propices au développement du rat de Norvège sont le printemps et l’automne.

La gestation est de 3 semaines. La progéniture naît sans poil et les yeux fermés.

Il n’ouvre ces derniers qu’au bout de quinze jours. Ils atteignent leur maturité à l’âge de 3 mois.

Lieu de vie, environnement

Ils sont originaires d’Asie. On les trouve dans les villes, dans les fermes et dans les champs. Il n’est pas rare non plus de l’apercevoir dans les granges et dans les entrepôts céréaliers. Dans la nature, il se positionne le long des cours d’eau.

Il est capable de s’introduire dans les habitations et dans les égouts.

Habitudes

Il mange de tout, mais essentiellement des légumes, des graines, des fruits et de la viande. Il s’attaque même aux poules et aux canards dans les fermes. Ils sont nocturnes et actifs toute l’année. Ils sont porteurs de maladies et provoquent des dégâts considérables dans les stocks de nourriture. Il est préférable de faire appel à un exterminateur du fait qu’il est très difficile à éradiquer. Il reconnait les aliments toxiques grâce à son odorat très développé. Il est robuste et doté d’une incroyable capacité de reproduction.

(4)

Le campagnol

Nom scientifique : Microtus ravalais

Le vocable « campagnol » désigne un grand nombre d’espèces de petits

rongeurs. Par rapport à la souris, le campagnol est plus costaud et présente une queue plus courte. Ses yeux ne sont pas globuleux. Ils sont bruns et mesurent, au maximum, une trentaine de centimètres, la queue comprise. Leur poids est d’environ 40 g. Le campagnol se caractérise par le fait qu’il est doté de trois molaires sur chacune de ses mâchoires.

Reproduction

Les femelles et les mâles s’accouplent à partir du mois de février, et cela jusqu’au mois d’octobre. En une année, les femelles mettent bas 3 à 6 portées.

Chacune de ses portées comprend en moyenne 4 à 5 petits. La gestation prend trois semaines.

Développement

Les mâles atteignent leur maturité au bout d’un mois tandis que les femelles ont besoin de deux fois moins de temps. Les jeunes sont sevrés 3 semaines après la naissance. Sa longévité moyenne est de 6 mois à un an et demi. Il est capable de pulluler et devenir invasif.

Lutte

Il se nourrit de plantes herbacées, de graines et de céréales. Il est l’ennemi des cultures et des jardins. Il apprécie les racines des légumes qu’il détecte lorsqu’il creuse son terrier. Il est très commun au Québec mais il est rencontré un peu partout dans le monde. Bien que certaines espèces soient menacées, la plupart présentent des populations très nombreuses et très dangereuses pour les agriculteurs et les jardiniers. S’il est constaté une invasion de campagnols dans les cultures ou dans les jardins, il vaut mieux faire appel à un expert. Il ne faut pas les empoisonner du fait que cela affecterait toute la faune environnante.

L’exterminateur saura, mieux que quiconque, régler cette invasion.

(5)

La souris

Nom scientifique : Mus musculus

La souris est le mammifère rongeur le plus important en nombre, dans les villes, avant le rat. C’est ainsi que l’on trouve principalement 7 espèces de souris au Canada, la souris-moissonneuse, la souris sylvestre, la souris des cascades, la souris de sitka, la souris à pattes blanches, la souris à bretelles et, la plus connue, la souris commune qui fut introduite par les premiers colons venus d’Europe.

Description

La souris commune adulte pèse de 10 à 20 grammes, les plus grosses pesant parfois 50 g, et mesure jusqu’à 10 cm avec autant de longueur de queue,

recouverte d’écailles cornées, disposées en anneaux parsemés çà et là de petits poils. Elle se reconnaît à son pelage brun ocre et gris foncé, plus clair sur la partie ventrale. Elle possède un museau assez pointu, des pattes fines et des oreilles largement développées par rapport à sa taille. Elle présente également cinq paires de mamelles, trois paires sur les pectoraux et deux sur la partie pelvienne.

Cycle de vie

La souris commune a une espérance de vie de 2 à 3 ans maximum. Si on observe une augmentation des accouplements au printemps et à la fin de l’été, on peut dire que la souris se reproduit toute l’année à raison de 5 à 15 portées par an donnant parfois jusqu’à 18 souriceaux par portée. La moyenne se situe entre 5 et 12 petits qui naissent aveugles, sans poils, et se nourrissent du lait maternel pendant 3 semaines. Les souriceaux sont considérés matures, entre 6 et 10 semaines.

Animal nocturne, la souris commune ne différencie pas les couleurs. Elle est dotée d’un excellent odorat, et possède aussi le goût et le toucher très

développés. Les souris communes peuvent adopter des caractères différents,

(6)

c’est ainsi que dans un groupe, certaines seront plus téméraires que d’autres et n’auront pas peur de s’aventurer près des pièges, alors que d’autres resteront plus craintives.

Habitat

Elle vit à l’état sauvage, en milieu naturel, dans les champs, ou très souvent à proximité des habitations où elle vit en étroite relation avec l’homme. La souris creuse aussi le sol pour y nicher si elle ne trouve pas un abri suffisamment sécurisant pour elle. Ce nid est le plus souvent constitué de morceaux de papier, ou parfois de tissus et prend l’apparence d’une boule d’environ 15 centimètres de diamètre. Lorsqu’elle a choisit un secteur, elle s’y déplace quotidiennement dans un rayon de 10 mètres alentours.

Alimentation

A l’inverse du rat, la souris commune est moins dépendante des points d’eau.

Omnivore à tendance granivore, la souris consomme moins de 5 grammes de nourriture quotidiens. Friande de graines, elle raffole également les aliments riches en protéines, en gras ou en sucres. Elle adore grignoter du chocolat, du beurre ou de la charcuterie. Elle se nourrit également de légumes, de fruits frais ou secs et bien-sûr de fromage !

Dommages

Les souris communes sont vecteurs de maladies comme la méningite (environ 69 % des souris communes en seraient infectées), ou encore le ver solitaire.

Elles véhiculent aussi de nombreux agents pathogènes qu’elles transmettent en mordant ou par les puces qu’elles transportent. Elles provoquent des dégâts dans les habitations en particulier les incendies qu’elles peuvent déclencher en endommageant les fils électriques.

Prévention à une infestation

Le moyen le plus efficace de prévenir l’infestation de souris est de posséder un chat. C’est un animal voué à une mort certaine s’il est en liberté. On doit éliminer tous les accès faciles considérant qu’elles peuvent se faufiler dans des

minuscules fissures; remplir de laine d’acier les orifices autour des tuyaux avant de les calfeutrer avec des feuilles de métal galvanisé, ou recouvrir les conduits de ventilation d’un fin grillage métallique. En règle générale, il convient d’éliminer tous les endroits propices à la nidification du rongeur et garder les aliments secs dans des récipients en verre ou métal. Une excellente gestion des ordures ménagères est un bon moyen de prévenir l’infestation.

(7)

Le tamia rayé

Nom scientifique : Tamias stratus.

Il est aussi appelé Suisse. Il est facilement reconnaissable grâce aux cinq bandes noires qu’il possède sur le dos. Il est doté de bandes foncées sur les joues. C’est un rongeur qui pèse une centaine de grammes et mesure jusqu’à 30 cm, dont 10 cm de queue. Après l’hibernation, c’est le mâle qui sort en premier de son terrier, la femelle ne se montre qu’une à deux semaines plus tard.

Reproduction

L’accouplement se déroule durant les mois d’avril et de mai. La femelle met bas d’une seule et unique portée, comprenant 5 jeunes. La gestation se déroule sur un mois et la femelle élèvera seule sa progéniture.

Développement des petits

Après un mois à un mois et demi passé dans le terrier, les jeunes le quitteront pour chercher eux-mêmes de la nourriture. Ils grandissent très vite et atteignent l’âge adulte dès la fin du mois de septembre. Ils sont capables de se reproduire dès le printemps suivant. Les tamias se nourrissent de graines. Ils ne dédaignent pas les fruits. Ils amassent leur nourriture dans leurs joues pour ensuite la

déposer dans leur terrier. Ils se font des réserves.

Environnement

Ils vivent principalement en forêt, mais on les rencontre dans les caves ou dans les hangars. Avec l’expansion des villes, ils se sont bien adaptés à la condition citadine.

Lutter contre le tamia

Il ne faut surtout pas les empoissonner, cela aurait de graves conséquences sur l’environnement et les espèces voisines. Il est conseillé de faire appel à un exterminateur spécialiste des rongeurs et des animaux sauvages. Lui seul saura traiter convenablement la situation.

(8)

Extermination des rats

Le rat impose le dégout, véhicule une image de saleté, d’agressivité, et il est porteur de maladies. Il est très intelligent et il déjoue les pièges qu’on lui tend. La gestion d’une infestation de rats nécessite une vraie connaissance de l’animal et la mise en place d’une stratégie globale. Sa neutralisation impliquera parfois un plombier pour vérifier l’étanchéité de votre installation.

Le rat s’introduit chez vous par les portes de garage ou des locaux à poubelles laissées ouvertes. Il profite de travaux sur les conduites d’égouts de votre quartier, d’un trou dans vos tuyaux d’évacuation des eaux usées pour remonter jusqu’à votre toilette. Son habitat de prédilection est humide. La température tempérée de la cave de service de votre logis lui convient parfaitement.

Le rat est socialement structuré, hiérarchiquement organisé et terriblement discipliné. Il communique avec ses congénères et il n’hésite pas à en sacrifier quelques uns pour identifier un danger. C’est pourquoi la dératisation implique une analyse exhaustive de la situation. Dans chaque colonie de rats, il y a un mâle dominant (Mâle Alpha). Chaque groupe est constitué d’environ 40 à 60 individus (Bêta et Oméga), les plus grands groupes pouvant compter jusqu’à 200 rats. Les membres d’un groupe s’identifient par une odeur distinctive. La

communication se fait par des attitudes corporels, des cris et des ultrasons inaudibles pour l’homme. Les rats sont des animaux extrêmement prolifiques, leur maturité sexuelle est atteinte à 2 mois.

Une rate peut donner naissance à une soixantaine de petits par an. Ses portées sont de 7 à 12 bébés. Les mâles peuvent s’accoupler avec plusieurs femelles et les femelles avec plusieurs mâles. La durée de gestation est d’une vingtaine de jours.

Le rat est un animal très propre, comme les chats, il se nettoie plusieurs fois par jour. Le rat est un sujet d'étude privilégié pour les scientifiques aussi bien en laboratoire pour l'étude de nouvelles substances médicamenteuses que pour l'étude de son comportement. Il a une nette aptitude à l'apprentissage. La plupart de ses comportements s'apprennent très jeune, jusqu'à six semaines.

Les dommages d’une colonie de rats

Les rats se localisent principalement dans les égouts et ils circulent dans les sous-sols à la recherche de nourriture. Le rat gris est omnivore, c’est-à-dire qu’il peut se nourrir d’aliments d’origine végétale ou animale. Il mange environ 10 % de l’équivalent de son poids par jour, soit 30 à 40 grammes. Ses préférences alimentaires vont vers la viande, les fruits et les céréales ; soit à peu près le même régime alimentaire que l’homme.

(9)

Le rat d'égout effectue un travail remarquable. Il s'aménage des abris, récupère ce qui lui servira de nourriture ou de nid, il évite l'encombrement des tuyaux et participe à l'entretient des égouts. Les rats de Paris, par exemple, dévorent 800 tonnes d'ordures par jour. Un fléau bien utile, en fin de compte. On dit que chaque ville compte 2 à 4 rats d'égout par habitant.

En ville, les rats cherchent leur nourriture dans les déchets humains et dans les réserves de denrées. A la campagne, ils se nourrissent dans les réserves de grains emmagasinées à des fins agricoles. Le rat est extrêmement prudent lorsqu’il découvre une nouvelle source de nourriture. Il peut attendre plusieurs jours avant d’y goûter. Souvent, un seul individu de la colonie (Un Oméga) se dévoue et goûte seul le nouvel aliment. Si celui-ci s’avère dangereux, le reste du groupe n’y touchera pas.

Un rat peut manger l'équivalent de quarante grammes de céréales par jour. Les principaux dégâts sont surtout causés par ses excréments qui souillent les aliments non consommés. (Pour 40 grammes de nourriture consommée par le rat, plus de 400 grammes sont contaminés.) Avant qu’on ne les remarque, on trouvera des excréments un peu partout, des réserves de denrées éventrées, des cloisons grugées, des isolants rongés. Ce que l’on ne voit pas, ce sont les attaques portées aux fils électriques capables de provoquer des courts-circuits aux conséquences graves allant jusqu’à l’incendie. Une femelle de rat peut donner naissance à une soixantaine de rats par année (En théorie ce qui fait une descendance de 250000 en une vie de rat! (un à deux ans)

Prévention et pièges à rats

La prévention est la seule option. Gardez très propres les endroits de stockages de nourriture et des vidanges, couvrez d’un grillage les tuyaux d’évacuation des eaux pluviales pouvant offrir un accès facile aux rats. Intervenez au moindre doute et ne donnez pas à une colonie de rats l’opportunité de s’établir. Si les appâts, trappes et pièges à rats sont efficaces pour un rat isolé, il ne faut pas espérer vous débarrasser d’une colonie de rats avec des moyens artisanaux. Le rat est aussi prolifique que la souris.

Lutte intégrée

La dératisation est une spécialité et la lutte intégrée est requise. On doit utiliser un réseau de piège ou d’appât permettant de déceler la présence d’intrus. On détermine les zones les plus fréquentées ou plus exposées au risque. On identifie les endroits ayant permis l’intrusion et on les piège. La suite est affaire de prévention, et il faut éviter toute récidive. Les rats sont reconnus pour être la source de nombreuses maladies touchant les humains, telles que la peste et le typhus murin. Les rats contaminent la nourriture et causent des dommages

(10)

importants aux bâtiments et à l'équipement et accessoires des maisons, des greniers, des restaurants, ou autres lieux où ils sont susceptibles de se cacher.

Les rats sont capables de ronger le bois, les fils électriques et même du béton brut.

Évaluer l’étendue des dégâts

Une inspection des lieux, des réseaux potentiels de circulation et de nichée permet de savoir si on affaire à un rat isolé ou une colonie établie et de prendre les mesures d’éradication appropriée. La répartition stratégique des moyens de lutte et le bouchage des points de trafic font partie du travail à faire pour

dératiser. On estime que les rats et les souris détruisent assez de nourriture chaque année pour nourrir 200 millions de personnes.

Le scénario d'horreur

Vous êtes assis sur le trône et après une escalade du tuyau d'égout et une seconde d'apnée, un rat sort du siphon que vous surplombez! Tous les scénarios sont possibles. Je vous souhaite d’avoir de bons réflexes et que le rat ne soit pas d'humeur agressive.

Figure

Updating...

References

Related subjects :