Le projet du partenariat transpacifique : vers une restructuration des échelles de coopération régionale et internationale ?

Download (0)

Full text

(1)

LE PROJET DU

PARTENARIAT

TRANSPACIFIQUE :

VERS UNE

RESTRUCTURATION DES

ÉCHELLES DE

COOPÉRATION RÉGIONALE

ET INTERNATIONALE ?

Antonios Vlassis, FNRS-Center for International

(2)

Introduction

Partenariat transpacifique (TPP) - vaste projet

de coopération régionale couvrant une zone

géographique du Canada à la Nouvelle-Zélande.

TPP signé par 12 États le 5 octobre 2015:

Australie, Sultanat de Brunei, Canada, Chili,

États-Unis, Japon, Malaisie, Mexique,

Nouvelle-Zélande, Pérou, Singapour et Vietnam.

(3)

1. Anatomie du TPP

Négociations commerciales de grande

envergure

TPP, PERG, TTIP

TPP: 40 % du PIB mondial, un tiers du commerce

mondial, plus de 11 % de la population mondiale.

Disparités entre ses participants, révélant des

économies de taille et de vitesse asymétrique.

Le TPP formalise des relations commerciales

(4)

2. Le TPP en tant que recomposition

des liens régionaux existants

L’ASEAN compte au total 10 membres, dont 4 participent au

TPP : Malaisie, Singapour, Brunei, Vietnam.

Tous les signataires du TPP sont aussi membres de la

Coopération économique pour l’Asie-Pacifique (APEC).

L’ALENA, aujourd’hui essoufflé, atteignant ses limites

commerciales et institutionnelles.

L’Alliance du Pacifique, établi en 2011 par le Chili, le Pérou, le

Mexique, signataires du TPP, ainsi que par la Colombie.

Les participants au TPP s’unissent déjà entre eux de façon

(5)

3. Contexte politique du TPP : la fin

des années ‘spaghetti bowl’ sous le

leadership américain?

Années 2000 et région asiatique: Spaghetti bowl/noodle bowlALEs sans la participation des États-Unis

Échec du Projet des Amériques

Administration Obama: renouer les rapports commerciaux des États-Unis avec les pays de l’Asie-Pacifique et renforcer leur leadership politiqueTPP: alternative concrète vis-à-vis du spaghetti bowl

TPP: rupture face à la diplomatie commerciale à la carte de l’administration W. Bush

Vision libérale de l’intégration économique d’Asie-Pacifique liée à des

considérations domestiques: Lettre des 34 présidents de firmes de

hautes technologies (2009); mise en place de l’US Business Coalition for TPP (2010); Coalition of Services Industries.

(6)

4. TPP, construire une référence

normative

« Interconnecter » des économies différentes en termes de

structure institutionnelle et de taille

Mettre en place des normes communes

Accord-cadre de grande portée permettant une cohérence

réglementaire

Grand nombre de secteurs: des normes environnementales

et des DPI aux Sociétés d’État et au renforcement des

capacités, passant par l’agriculture et les investissements

Pierres d’achoppement: agriculture, DPI et brevets,

mécanisme de règlement des différends entre États et

investisseurs étrangers, Trade promotion authority.

(7)

5. TPP, composante d’un

processus global

Tournant de la diplomatie commerciale des États-Unis vers l’Asie-Pacifique

États-Unis: acteur majeur dans l’évolution des ordres régionaux

Chine et contrepoids politique: ‘une ceinture, une route’, mégaprojet

d’infrastructures, pas d’ambition de devenir une référence normative  Pression complémentaire auprès de la Chine

Assurer l’inclusion future d’autres acteurs majeurs de la région

Composante d’une stratégie des coalitions

TTP, TTIP, TiSA, Information Technology Agreement (OMC): éléments

déterminants d’une stratégie consistante des États-Unis pour

reconstruire les relations économiques internationales à travers le plurilatéralisme et le multilatéralisme institutionnel

Approfondir, par étapes successives, l’apprentissage des nouvelles

Figure

Updating...

References

Related subjects :