• Aucun résultat trouvé

Sur l'extrémité nord-est du massif du mont Blanc

N/A
N/A
Protected

Academic year: 2022

Partager "Sur l'extrémité nord-est du massif du mont Blanc"

Copied!
3
0
0

Texte intégral

(1)

Article

Reference

Sur l'extrémité nord-est du massif du mont Blanc

DUPARC, Louis, MRAZEC, Ludovic

DUPARC, Louis, MRAZEC, Ludovic. Sur l'extrémité nord-est du massif du mont Blanc.

Comptes rendus hebdomadaires des séances de l'Académie des sciences, 1893, vol.

117, p. 705-706

Available at:

http://archive-ouverte.unige.ch/unige:138480

Disclaimer: layout of this document may differ from the published version.

1 / 1

(2)

( 705 )

penser qu'il peut en sortir un Gymnodinium homœomorphe de H (et par conséquent

de C), mais de volume moitié moindre. ·

)> En somme. notre culture nous a mis én'présence de huit formes A, B,

C, D, E, F, H, J, au moins, sous lesquelles P. acuminatum Ehr. s, offre à nous, et dont trois tout au moins, C, E, H, devraient prendre place dans un genre différent, d'après la classification actuellement adniise pour les Péri- diniens.

» Il convient d'observer que Cet H d'une part, B, F et J d'autre part, sont <les formes en réalité distinctes bien qu'homœomorphes, H n'étant jamais appelé à grandir et à devenir C. De même pour

J,

F, B; de même pour 1 et A. Nous avions déjà montré, dans G. pulvisculus, un exemple ren1arquable de cette régulière et rapide décroissance de volume chez les individus issus de segmentation, tout à fait comparable à la décroissance de volume

.

des premières sphères de segmentation du vitellus des Méta- zoa1res. »

GÉOLOGIE. - Sur l'extrémité nord-est du massif du mont Blanc.

Note de MM. L. DuPARc et L. llRAZEc, présentée par M. Fouqué.

<( Dans une précédente Note, nous avons donné la description pétro-

graphique des éclogites du Greppon et de Trient. Depuis lors, nous avons continué nos recherches sur ces roches basiques, et d'une 1nanière géné- rale sur Je versant nord-est du tnassif du mont Blanc. Ce versant, relati- ven1ent moins couvert de glaciers que les parties centrales du massif,

montre admirablemen l le contact de la protogine avec les roches cristallines.

Celui-ci, après avoir re1nonté de 1' Angle ( 1ner de glace) sur l'arête qui va de l' Aiguille du Bochard aux Grands l\1outets, se continue par les Rachasses et le glacier d'Argentières, traverse ce dernier, passe sous l'ai- guille du Chardonnet et le massif du Tour et de là descend dans la gorge de Vesvet, puis il traverse le glacier de Trient pour aboutir au Durnant où la protogine atteint sa limite nord.

» Le contact paraît être souvent filonien, comme on le voit très bien dans le petit vallon de Vesvet, où il est identique au contact sous les Grandes Aiguilles.

» Du Col de Baln1e jusqu'à Vesvet, après avoir successiven1ent traversé les calcaires gris du lias et la mince bande de cargneule triasique, on quitte les terrains sédin1entaires pour pénétrer dans les micaschites granulitisés

(3)

( 706 )

et protoginisés qui passent par place à des facies franchement gneissiques (gneiss du bois à Magnin d'Alphonse Favre). Ce type se poursuii du Col de Balme jusqu'au Chalet des Grands, il a com1ne limite sud-est le vallon de Jorneretta et au sud-ouest le petit vallon situé entre les pàturages des (;.rands et les rochers de la Croix de Bron. Ces gneiss se retrouvent aussi dans les pâturages de Pétoude.

» Le glacier .des Grands est séparé en deux bras par nn inassif rocheux dans lequel on observe des puissants filons d'une granulite à mica blanc qui traverse les schistes. l.'un de ces bras donne naissance à la Jornerelta, l'autre au torrent du grand Jarret. Ces mêmes granulites se retrouvent dans les rochers qui bordent la rive droite du glacier qui descend dans le

vallon dê Vesvet. -

>l Ces granulites ont un aspect très particulier. Elles se distinguent de

suite de celles qui percent la protogine. Généralement riches en microcline, . elles traduisent leur abondance en minéralisateurs par la fréquence de la

tourmaline. Ces granulites. passent par place au type pegmatoïde : c'est à elles qu'il faut rattacher les grandes lentilles pegniatoïdes incluses dans

les schistes, qui sont si fréquentes dans le massif de Trient.

» Dans l'arête rocheuse qui tnonte des Autannes de Pétoude au Pissoir (point coté 2778 sur la carte Sigfried), et qui forme la paroi ainsi que la rive gauche dn glacier de Vesvet, nous avons retrouvé en place les éclogites signalées par A. Favre et étudiées par nous ensuite, mais dont la position exacte, à notte connaissance du moins, n'a jamais été déterminée. Ce gi- sement est curieux, les amphibolites et éclogites ne présentent pas de stra- tification apparente: ce sont de si1nples lentilles, enveloppées par de la granulite éruptive qui les dis.loque visiblement, sans toutefois donner naissance aux phénomènes cl' injection et de résorption visibles en d'autres

endroits, notamment

a

la base des Grandes Aiguilles .

. il Toutefois l'abondance en quartz granulitique observable dans certaines

variétés de ces éclogites, et la présence chez elles de certains miné~aux caractéristiques des rochers acides semblent inontrer que, si l'action de la roche éruptive n'a pas élé aussi manifeste que sur d'autres points, elle n'est cependant pas absolutnent nulle. >1

Références

Documents relatifs

156 Des progrès ont été réalisés aux fins du développement du système international des brevets dans le sens des intérêts et des politiques des États membres et du renforcement

La composante sur laquelle la société a dû être très attentive lors du lancement est la composante institutionnelle, en effet, la multitude des normes

Respect des contraintes horaires de production Mise en œuvre des techniques professionnelles Production dans le respect des consignes Réalisation de productions

Votre grande &#34;ronde autour du Mont-Blanc&#34; vous conduit ensuite dans la quiétude du Val Ferret suisse pour se terminer par le balcon des Aiguilles Rouges et la Vallée

A l'Angle, près du contact avec la protogine on trouve une multitude de bancs de leptynite très minces. L'analyse de cette roche montre qu'elle peut être

médians, fertiles, les autres, les latéraux, stériles ( 1 ). Les premiers forment les bour- relets placentaires antérieur et postérieur; les seconds, ce qu'on a souvent appelé

Le plus tôt possible, car ainsi vous êtes sûrs que votre inscription soit prise en compte et vous augmentez les chances de départ du séjour ou circuit en question.. En effet, un

OHV ODPHV GH OD 5RVHOHWWH GH O$UROOH\ HW OHV WURLV ODPHV GX 3ODQ -RYHW /XQH GH FHV GHUQLqUHV VH SURORQJH VXU OD IDFH 6( GH O$LJXLOOH GH OD 3HQD] /D ODPH GH OD 5RVH OHWWH