[Compte rendu de:] Luthers Seelsorge. Theologie in der Vielfalt der Lebenssituationen - an seinen Briefen dargestellt / Gerhard Ebeling. Tübingen : J.C.B. Mohr, 1997

Texte intégral

(1)

Article

Reference

[Compte rendu de:] Luthers Seelsorge. Theologie in der Vielfalt der Lebenssituationen - an seinen Briefen dargestellt / Gerhard Ebeling.

Tübingen : J.C.B. Mohr, 1997

ASKANI, Hans-Christoph

ASKANI, Hans-Christoph. [Compte rendu de:] Luthers Seelsorge. Theologie in der Vielfalt der Lebenssituationen - an seinen Briefen dargestellt / Gerhard Ebeling. Tübingen : J.C.B. Mohr, 1997. Etudes Théologiques et Religieuses , 2000, vol. 75, no. 2, p. 277-278

Available at:

http://archive-ouverte.unige.ch/unige:120853

Disclaimer: layout of this document may differ from the published version.

1 / 1

(2)

ŒTUOES

7!HÉOLOGIQUES

& fÆELIGIEUSES

Revue trimestrielle publiée avec

le

concours du Centre National du Livre

161 André LACOCQUE Le grand cri de Jésus dans Matthieu 27/50 189 Pierre PRIGENT L'interprétation de l'Apocalypse en débat

21I Bernard CoTTRET Le paradigme perdu

Le Great Awakening, entre la faute et l'innocence

*

229 Jean Marcel VINCENT «Visionnaire, va-t'en ! »

Interprétation d'Amos 7

Il

0-17 dans son contexte

251 Jean-Daniel CAUSSE Éloge de l'avant-dernier

*

261 PARMI LES LIVRES

*

315 ABSTRACTS

319 Thèses et mémoires soutenus à l'IPT en 1999

Jean-Claude LASSERRE NOUVELLES DE L'!PT

TOME 75 2000 I 2

(3)

2000/2 PARMILESLIVRES

fines, exprimées dans un langage tou- jourstrèsaccessibleetellestémoignent

delaspiritualitéde cecroyant qui avait laconvictionque lethéologiennepeut vraiment s'adresser aux hommes que

s'il«

parledevantDieu»(35).

Jean-DanielCAUSSE

Gerhard EBELING, Luthers Seelsorge.

Theologie in der Vielfalt der Lebenssituationen

-

an seinen Briefen dargestellt,Tübingen:J.C.B.

Mohr (Paul Siebeck), 1997. 25 cm.

511 p. ISBN

3-16-146712-4.

DM148.

?athéologie d'Ebeling connaît, de- puis des décennies, plusieurs éléments constants : la concentration systéma- tique surlerapport entrelaparoleetla foi, ledialogue avec la tradition

-

des grands penseurs du Moyen Âge jus- qu'auxx- s.

-

etrésumant les perspec- tives historiques et

systématiques

: I'étude deLuther, une préoccupation sanslaquelletoutel'évaluationde cette théologieet toute sa concentration ne seraientguère possibles. Entémoignent nonseulementles écrits voués explici- tement à lapensée du Réformateur :

Luther. Einführung in seinDenken (en français : Luther : introduction à une réflexion théologique, Genève : Labor

etFides, 1983), lesLutherstudien (vol.

1-3), les 4 vol. de Wort und Glaube, mais aussi saDogmatik des christli-

chenGlaubens.

Le présent livre est donc le fruit de toute une vie. Je dis exprès : de toute une vie, et non pas par ex. : detoute u?e vie de_recherche. Carils'agitd'un dialogue vivant

-

extrêmement vivant

-

dont parlece livre. Ce

n'est

pas un hasard si

l'a.,

octogénaire, a relu les lettres deLuther.Dansces lettres tous les grands thèmes de la théologie de Luther sont présents ; mais ils y sont donnés dans unetonalité, dans un lan- gage, dans uneorientation particulière.

E. arésuméces thèmes aussi bien que

leur orientation et leur ton sous l'ex- pressionLuthersSeelsorge.Onpourrait

avoir l'impression qu' il s'agit

ici seulement d'un domaine dela théolo- gie de Luther, qui de plus estextrait

d'un

genre littéraire seulement de sa

production: les lettres. «... On

s'y tromperait

», pour le dire avec Montaigne. Seelsorge (cured'âme) ne

signifie pas dans ce livre un domaine d'une discipline théologique

-

lathéo- logiepratique -, mais l'homme dans les situations diverses de la vie,plus précisementl'hommedansla situation desavie etdevantsamort, etlaques- tiondesavoirsilathéologieaunmot à diredanscettesituation,face àcettesi- tuation.Sielle a iciunmot à dire, elle est « cured'âme » ; si elle

n'a

rien à dire dansde telles situations,ellen'est non

seulement

pas de la « cure d'âme», mais pas de la théologie.La théologie comme cure d'âme, comme uneparolequi aideàvivreetàmourir.

C'estceque propose et ce qu'expose celivre. E.,cefaisant, renvoieàI'origi- nalité de la Réforme : « La Réforme doit être comprise commeunrenouvel- lementdel'unitéinséparabledethéolo- gieetpiété... »(498,cf15).

Le grand artd'E.

-

artdelire, d'in-

terpréter

etde concentreren même temps -, consiste à faire ressortir tout un

éventail

(un éventail extrêment vaste) de sujets, de situations (un des mots centraux de la théologie de l'a.) dans

lesquelles

la

contribution

de

Luther à la théologie se résume. Le livre semble peut-êtrepeusystématique

- il

emprunte sa structure à la forme musicale «thème etvariations ». En fait,pourlelecteurqui atraversé,qui a écoutéles 12variations,lathéologiede

Luthersecristallisenonpas dansunta- bleau, dans unpanorama, mais dans uneexpérienceenmouvement,une ex- périence vivante et théologique elle- même.

Non seulement la vie engendre des expériences qui contribuent à I'expé- rience de la vie, mais les lectures y 277

(4)

PARMI LES LIVRES ETR contribuentaussi. Luther en témoigne

au plus haut degré ; E. entémoigne aussi,etlalecturedece livreenest une preuve supplémentaire.

Hans-ChristophASKANI

ErnstTROELTSCH, Die Absolutheitdes Christentums und die Religions- geschichte (1902/1912) mit den Thesen von 1901 und den hand- schriftlichen Zusätzen. Vol. 5 de F. W. GRAF - V. DREHSEN - G. HüBINGER - T. RENDTORFF

(éd.),

Ernst Troeltsch-Kritische

Gesamtausgabe(KGA), Berlin/New York : Walter de

Gruyter,

1998.

25 cm. XVI-317 p. ISBN 3-11- 016114-1.DM268.

Lire Troeltsch fait du bien. Un ami m'a raconté que, quand il a mal à la tête,illituntextedeKant.Jen'oserais pasdire quelire lestextesdeTroeltsch guéritdumal detête.Mais leur lecture provoqueun sentiment debien-être, une aise, qui estquasi immédiat(e) et

incontestable.

Ce

n'est

pas que les phrasessoient faciles

-

loinde! (Les phrasessontdifficiles,mais lestextes

-

paradoxalement

-

sont faciles !) Ce

n'estpas qu'iln'yaitpas desintersec- tions, desrépétitions

-

loinde là. (Ill'y

ena, mais elles sontintégrées dans un contextequi bouge, elles sont portées par une volonté de

progresser.)

Ce

n'estpas que l'on seraitd'accord avec tout ce

qu'il

dit

-

loin de!

C'est

autre chose.

C'est, peut-être, justementla com- plexité des formulations, une com- plexité quireflète celle dela situation, du défi théologique, philosophique, historique. C'est peut-être la perma- nente réflexion méthodologique qui, non seulement accompagne, mais gé- nère le développement théologique.

C'est aussi unehonnetetéintellectuelle qui

-

dépassantde loin la bonne vo- lonté

-

est un effort du réfléchir, une force de penser. Cette force se sédi- 278

mente, elle se «calme» dans la lon-

gueur

des

phrases,

dans des textes longsetcomplexes.C'estfinalementla sensibilité historique évidente

-

peut- être trop évidente ?

-

qui traverse et animecettepensée.Cela faitdubien.

La KGA a accouché une première fois. EllecommenceparleY vol., Die Absolutheitdes Christentums und die Religionsgeschichte (L'absoluitédu christianisme et l'histoirede la reli- gion). Ce texte, qui estd'ailleurs déjà traduit etcommenté dans le t.

III

des Œuvres de T. (Labor et Fides/Cerf, 1996), estle plus célèbre et

-

sije ne

trompe pas

-

leplus discuté parmi les textes de cet a. Déjà, la 1reédition de 1902 avait entraîné les vives réactions deWilhelm Berrmann,RudolfEucken, CarlFriedrich Georg Heinrici, Wilhelm Bousset et beaucoup d'autres. T. le mentionne dans lapréface àla 2e éd.

(83-85 ; cfl'introduction de I'éditeur, 40-47).

Dans

l'évolution

de sapensée, ce texte, quiestlaversion élaboréed'une

conférence

donnée à Mühlacker en 1901,représente une étape décisive.Ce

n'est pas unhasard si T. y revient dix ansplus tard.«Celivre estlegermede

tout cequi suit », disait-il rétrospecti- vement peudetemps avantsamort(3).

Et dans une

autre formulation

des années vingt : la problématique traitée dans ce livre « contient le noyau et le

point

de

départ

de mon

travail

scientifique» (2s).Eneffet, laposition deT. dans l'histoire delathéologie (et dans l'histoiredela pensée du xx- s.) est toujours liée aux réflexions expri- mées dans ce texte, dans lequel

l'a.

expose le problèmedu rapport entre relativité historique et I'absoluité (pré-

tend

ue) du

christianisme

: Y

a-t-il

Zusammenbestehbarkeit, un

aller-

ensemble entre le christianisme et les

sciences modernes, notamment

la sciencehistorique?

La KGAprésente le texte selondes critères qui satisfont aux exigences éditorialeslesplus hautes. L'ouvrage

-

Figure

Updating...

Sujets connexes :