La prise en charge psychologique de fillettes victimes de violences sexuelles au Sud Kivu

Texte intégral

(1)

Disponible

en

ligne

sur

ScienceDirect

www.sciencedirect.com

Article

original

La

prise

en

charge

psychologique

de

fillettes

victimes

de

violences

sexuelles

au

Sud

Kivu

Evaluation

of

a

therapeutic

device

for

girls

victims

of

sexual

violence

in

South

Kivu

V.

De

Keyser

a,b

,

C.

de

Kerchove

b

,

C.

Amisi

c

,

S.

Ntamwenge

b,c

,

A.

Blavier

a,b,∗

aFacultédepsychologie,logopédieetsciencesdel’éducation,centred’expertiseenpsychotraumatismeetpsychologielégale,universitédeLiège,placedes

Orateurs,1—bâtimentB33—quartierAgora,4000Liège,Belgique

bASBLLesEnfantsdePanzietd’Ailleurs,4000Liège,Belgique cHôpitaldePanzi,Bukavu,RépubliquedémocratiqueduCongo

i

n

f

o

a

r

t

i

c

l

e

Motsclés: Traumatisme Enfants Centrafrique Humanitaire Dispositifthérapeutique

r

é

s

u

m

é

Objectif.–Cetarticleévalueundispositifdepriseenchargepsychologiquedefillettesvictimesde vio-lencessexuellesdanstroisvillagesdifférentsautourdeBukavu(RDC).

Participants.–Cinquante-septfillettesdemoinsde10ansayantsubidesviolencessexuellesdanstrois villagesdifférentsautourdeBukavuetsuiviesparl’associationEPAetlaFondationPanzi.

Méthode.–Lestroiséchantillonsd’enfantscorrespondantauxtroissitesontététestésafindevoirs’ils étaientcomparables,unesériededonnéesconcernantlesfillettesaétérecueillieafindevérifierleur influencesurl’évolutiondel’enfantet,finalement,unindicedefonctionnementglobalaétéutilisépour mesurerl’efficacitédelathérapieparlejeu.

Résultats.–Lestroiséchantillonsd’enfantssonttrèssemblablesetdonccomparables.Aucunevariable n’estprédictivedel’évolutiondel’enfant,unefoiscellesliéeausiteetàlaprésencedupèreexclues.La thérapieparlejeun’aététotalementpositivequepourunsite,leplussécurisédestrois.

Conclusion.–Ilexisteunfacteurdecontexteliéauxparticularitésdusiteainsiqu’unfacteurindividuel ouintrafamilialquiinfluencel’évolutiondel’enfant.Lathérapieparlejeun’apasd’effetsignificatifsur ceux-cimêmesiellepermetdeluttercontrelastigmatisationdecesfillettes.

©2020ElsevierMassonSAS.Tousdroitsr ´eserv ´es.

Keywords: Trauma Children Humanitarian Playtherapyprogram

a

b

s

t

r

a

c

t

Objective.–Thisarticleevaluatesapsychologicalcareprogramforgirlswhowerevictimsofsexual violenceinthreedifferentvillagesaroundBukavu(DRC).

Participants.–Fifty-sevengirlsunder10yearsofagewhohavesufferedsexualviolenceinthreedifferent villagesaroundBukavuandfollowedbytheEPAassociation(“EnfantsdePanzietd’Ailleurs”)andthe PanziFoundation.

Method.–Thethreesamplesofchildrencorrespondingtothethreevillagesweretestedtoensurethat theywerecomparablethroughdifferentvariablessuchasthefather’spresence,theageofthevictims andthechildren’stigmatization.Aseriesofdataaboutthegirlswascollectedandtransformedinto13 variablesinordertotesttheirinfluenceonthechild’sdevelopment.Finally,anoverallfunctioningindex wasusedtomeasuretheeffectivenessofplaytherapy.Thisglobalfunctioningindexconcernedfivefields: feelingofsecurity,health,cognitivedevelopment,familyintegrationandcommunityintegration. Results.–Thethreesamplesofchildrenwereverysimilarandthereforecomparable.Novariableswere predictiveofthechild’sdevelopment,oncethoserelatedtothesiteandthepresenceofthefatherwere excluded.However,ahigh-riskgroupofchildreninthethreeregionsemergedfromtheanalysis.Play

∗ Auteurcorrespondant.Facultédepsychologie,logopédieetsciencesdel’éducation,centred’expertiseenpsychotraumatismeetpsychologielégale,universitédeLiège, placedesOrateurs,1—bâtimentB33—quartierAgora,4000Liège,Belgique.

Adressee-mail:Adelaide.Blavier@ulg.ac.be(A.Blavier). https://doi.org/10.1016/j.neurenf.2019.12.001

(2)

therapywasonlytotallypositiveforonesite,themostsecureofthethree.Moreover,agroupof high-riskchildrenfromallregionsoforiginwasidentifiedinthestudyandpresentedsomeveryworrying characteristics.

Discussion.–Thedenialofyoungrapedchildrenallowscriminalstogounpunished.TravellinginDCRis difficultforvictimsbecauseofdistance,costandroadinsecurity;moreover,thenumberofvictimsishigh, anditisthusdifficulttocreateindividualtherapy.Moreover,asthecommunityisanessentialsymbol,the useofgrouptherapy,andinparticularplaytherapy,isreallyappropriateinsteadofindividualtherapy. Themother-childrelationshipshouldbefurtherinvestigatedandcouldbeanimportantvariableforthe high-riskgroup.

Conclusion.–Therewasacontextfactorrelatedtotheparticularitiesofthesiteaswellasanindividual orintra-familyfactorthatinfluencesthechild’sdevelopment.Evenifplaytherapydidnothaveadirectly significanteffectonchildren,ithelpedtocombatthestigmatizationofthesegirls.Moreover,playtherapy mayhaveaneffectonvariablesotherthanthoseconsideredinthisstudyormaybemaskedbymediating variables.Finally,agroupofhigh-riskchildrenthathasbeenidentifiedinthestudypresentedworrying clinicaldataandparticularfeaturesthatareofgreatconcernandwillrequirespecialattentionandcare.

©2020ElsevierMassonSAS.Allrightsreserved.

1. Contexte

LarégionduSudKivuestexcessivementrichedupointdevue

desressourcesminièresetfaitdoncl’objetdeconvoitises.Elleest

devenue,suiteauxblessuresmalpanséesdelaguerre,àl’impunité

descrimesenregistrésdanslerapportMappingdel’Onude2010[1]

etàsesrichessesàlaportéedetouslesprédateurs,unezonede

non-droitoùlaviolences’estgénéralisée.Etdanssonimmensemajorité,

lapopulation,loindeprofiterdecesrichesses,estdansunétat

desurvieéconomique.Laplupartdesfamillesviventavecmoins

dedixdollarsparmoispourdesfratriesd’unedizained’enfants.

Laviolencequ’onenregistredanslescommunautésvientausside

cettebataillepourlasurvieetlesenfantssonttousassociésàcette

bataille.Depuisunedizained’années,lesviolsdefemmesetde

jeunesfillesnesontpluslesseulesviolencessexuellesenregistrées.

Desviolsdebébésetdejeunesenfants(uniquementdesfillettes)

sontapparusdanscertainsvillagesautourdeBukavutoujoursen

touteimpunité.Cesvillagessontentourésdemilices,maisaussi

deforcesarméesetdelaMonusco.Lemodusoperandidecesviols

estconnu:lespetitessontenlevées,endormiesdanslacase

fami-liale,etrejetées,ensanglantéesàproximitéousurle seuildela

maison.Onignorelemobiledecescrimes.S’agit-ildeterroriser

levillageoudecollecterdusangpourdesmilitairesoumiliciens

afindesatisfaireàd’obscurescroyancesd’invulnérabilitéoude

puissanceaucombatgrâceàcesangvirginal?Certainesdeces

victimesmeurent,d’autresparviennentàsurvivregrâceàla

chi-rurgieréparatriceduDocteurMukwegeàPanzi.Panziesteneffet

leseulhôpitaldelarégionàopérerparlaparoscopie.Cette

tech-niquechirurgicaleestmoinsinvasiveetpermetd’éviteraubébé

lechocd’uneincisiontropgrandealorsqueleviolaété

dévasta-teur.

Dèsquelapetitevictimes’estremisedesonintervention

chi-rurgicale,ellerentreavecsamèredanssonvillage.C’estsurcette

dernièrequereposelesoindenourrirlafamilleetellenepeuts’en

éloignerlongtemps.Lespetitesfillesvioléesn’ontdoncpasla

possi-bilitématérielledebénéficierdessoinsprodiguésparPanziencas

deviol.L’hôpitalfonctionneeneffetsurbased’unmodèle

holis-tiquedéveloppéparleDocteurMukwege.Lemodèletientcompte

delaglobalitédesproblèmesrencontrésencasdeviol:onytrouve

unpilieréconomiqueavecledéveloppementdesmoyensdesurvie

dessurvivantesdeviolencessexuellesgrâceàdelaformation

pro-fessionnelleetdesmicrocrédits,unpilierjuridique(misesurpied

d’unecliniquejuridique)pourfavoriserleretouràunétatdedroit,

grâceàlaluttecontrel’impunité;unpilierreconstructionducorps,

aveclessoinsgratuitsfournisparl’hôpitaldePanziauxvictimes;

unpilierreconstructiondupsychiqueaveclessoinspsychologiques

fournisauxvictimesparlespsychologuesdePanzi.

Maislesfillettesquirentrentimmédiatementauvillagevont

devoir,commel’attestentlalittératurescientifiqueetl’expérience

dansd’autreszonesdeconflit,fairefaceàdesséquellesdurables.

En10ans, Panzia brièvementaccueilli plusdetrois-mille cinq

mineuresviolées,soitenvironuneparjour,etparmielles,environ

2500enfantsdemoinsdedixans.C’estsanscompterlesdécèset

lesfillettessoignéesdansd’autreshôpitauxlocaux,quin’ontpaseu

dechirurgieréparatriceetontdesséquellesphysiquesintolérables

(fistules,infectionsurinaires,incontinence,etc.).Malconnue,

dis-perséedansdifférentsvillages,cettepopulationd’enfantsviolées

—privéesdeleurenfance,parfoisprivéesdetouteinstruction,de

soinsmédicauxetd’accompagnementpsychologique—aunbesoin

urgentd’aide.

2. Lapriseenchargethérapeutiqueetlessitesd’action

EPAaentamédès2016,lapriseenchargede63fillettesdemoins

dedixans,violéesdans3villagesautourdeBukavu.Cettepriseen

chargesefaitenpartenariataveclaFondationPanzi,bâtiedans

l’enceintedel’hôpitaldumêmenom.Elleanotammentconsistéen

l’organisationdejeuxthérapeutiquescollectifs,mêlantàpartégale

desenfantsvioléesetd’autresquinelesontpaspourévitertoute

stigmatisationdesvictimes.L’aidede«mamans»pourpréparerles

collationslorsdesjeuxaétésollicitéeafind’intégrerla

commu-nautélocale.Lesécolesontétéassociéesàcettedynamique,etles

fraisdescolaritédesenfantslespluspauvresontétéprisencharge

parEPA.Lathérapieparlejeuestaujourd’huilargementutilisée

pourreconstruirepsychologiquementlesenfantsvictimesdestress

posttraumatique[2–6].Sanspathologiserleurétat,sanséloigner

lesenfantsdeleurcommunauté,ellepermeteneffetl’expression

desémotions,delasouffrancelatente,leretouràlasocialisation

etàlaconfiancedansunenvironnementbienveillant.C’estune

porteouverteaussisurl’imaginaire,surunavenirmeilleurdans

lesquelslesenfantspeuventseprojeter,euxdontlaviesemblait

figéesurl’événementtraumatiqueduviol.Durantl’année2017,

desjeuxthérapeutiquesontétéorganisésdeuxfoisparmoissur

lestroissitesparlacoordinatriceetlestroisassistantessociales

affectéesauxdifférentssites.Àcôtédecettepriseencharge

collec-tive,unsuiviindividualiséetàdomiciledesfamillesdesvictimes

aétéassuréetunesérie dedonnéesaétérecueilliepoursuivre

l’évolutiondesenfants.

3. Méthodologieethypothèsesdetravail

Unesériededonnéesconsidéréescommedesvariables«

(3)

âgeaumomentduviol,opérationchirurgicaleaprèsvioloupas,

niveaudepauvretéde lafamille,scolarisation oupas, présence

ounondupèreaufoyer.Entout,13variablesdecetypeontété

inventoriées.

L’évolutionde l’enfant au cours de la thérapie par le jeu a

étésuiviegrâceàunindicedefonctionnementglobaldel’enfant

(le Pentagone d’équilibre) mis au point par le Prof. De Keyser

del’universitédeLiège,card’autresindicesouéchellesexistants

étaient,surle planculturel,inadéquatsdanslecontexte

congo-lais.LePentagonecomporte5axes:unaxesentimentdesécurité,

unaxesanté,unaxedéveloppementcognitif,unaxeintégration

ausein dela famille, un axe intégrationdans la communauté.

Chaqueaxesedéclineàtravers5questions;l’assistantesociale

yrépond en fonctionde son observationdu comportementde

l’enfantetdesinformationsfourniesparlafamillelorsdesesvisites

àdomicile.Lesscoresl’aiguillentnonpasversundiagnosticde

pathologiecliniqueparticulière,maisversdesconseils

psychopé-dagogiquesàprodiguerauxmamansouàlacommunauté.L’objectif

esteneffetd’éviterquenesoitcolléeauxenfantsuneétiquette

depathologiementale,dontlesinterprétationsparlafamilleet

lacommunautépeuventserévélerdésastreuses.Lacroyanceen

l’existenced’enfantspossédés,d’enfantsditssorciers,etlerecours

àdesexorcismesoudesguérisseurspourlesdésenvoûterrestent

unemenacedanscetterégiondepostconflit,marquéeparla

vio-lenceetlamisère[7–9].Àpartirdesvariablesindépendantesetdes

mesuresrépétéesduPentagoned’équilibrependantlessixderniers

moisde2017,troishypothèsesdetravailontétéposées:

• H.1.Lestroissitessontcomparablessurleplandel’échantillon

d’enfantsviolésquis’yrattachent;

• H.2.Lathérapieparlejeuaméliorelefonctionnementglobaldes

enfantsdansleurmilieu;

• H.3.Certainesvariables«indépendantes»influencentlamanière

dont les enfants évoluent : par exemple la sévérité du viol,

l’absencedupère,l’absencedescolarisation,lapauvretéextrême

delafamille,etc.sontattenduscommeinfluenc¸antnégativement

lefonctionnementglobaldel’enfant.

4. Résultats

4.1. Lestrois«échantillonsd’enfants»sont-ilsapriori

comparables,surleplandeleurscaractéristiquesindividuelles?

Lorsqu’onexplorel’âgedesvictimesetl’âgeaumomentduviol,

lapauvretédesfamilles,laprésenceounondupère,la

stigmati-sation,onnetrouveguèrededifférencessignificativesentreles

échantillonsdestroissites([F2,59]=0,14,p=0,87).

Lesressourcesdesfamillestouchéesparleviolsonttrèsfaibles:

33%ontmoinsde10dollarsparmois,43%viventavec11à20

dol-larsparmois,10%ontde21à50dollarsparmoiset14%ontplusde

50dollarsparmois.Enfait,laconclusiondecesurvolestterrible:

75%desenfants violéessontissuesdegrandesfratriesqui

sur-viventavec20dollarsoumoinsparmoiset1tiersdel’échantillon

des57famillesa10dollarsoumoinsparmois(voirTableau1).

Lascolarisationdesenfantsesttrèsimportante,cequipeut

sur-prendre,maislesfraisdescolaritéde2017ontétéprisencharge

pourlesenfantsengrandedifficultéfinancièrepardeux

associa-tions:EPApourdeuxsitesetuneONGespagnole,Coopera,pourle

troisième.Lepèreestabsentdansprèsdelamoitiédesfamilles.La

stigmatisationdelafamilleauseindelacommunautétouche40%

desfamillesdesvictimes.

Lamoyenned’âgedel’échantillondes57victimesestde7,7ans

(voirFig. 1)et l’âge moyen aumoment duviol estde 5,4 ans.

Maiscettedernièremoyennecacheunecourbebimodaleavecdeux

momentsclés:autourdel’âgede4ansetautourdel’âgede8ans

Tableau1

Étatdequelquesvariablesindépendantesdansles3sites.

Ressources 0à10dollars/mois:19(32,76%) De11à20dollars/mois:25(43,1%) De21à50dollars/mois:6(10,34%) +de50dollars/mois:8(13,79%) Scolarisation 52oui(89,66%),6non(10,34%) Présencedupèreaufoyer

34oui(58,62%),24non(41,38%) Stigmatisation

23oui(39,66%),35non(60,34%)

Fig.1. Âgemoyendesfillettessurlestroissites,àK.,B.etM.Pasdedifférence significativeentrelestroissites([F2,59]=0,14,p=0,87).

Fig.2.Âgemoyenduviol,courbebimodaleaveceffetsignificatifdel’âge.

(voirFig.2).Cesontlesâgesoùlesenfantssontlesplusexposésau viol.

La conclusion de l’analyse des variables indépendantes est

que les troiséchantillons sont homogènes pour l’ensembleces

variables. Deplus il serévèle quela variableindépendante qui

auraitpuêtredéterminante—àsavoirlagravitéduviolestimée

àtraversl’interventionchirurgicalequil’asuivi—n’estpas

(4)

Fig.3.Moyennedesrésultatsdel’axesécuritédanschacundestroissites,K,Bet M.Ànoterquelescoteslesplusélevéesrévèlentlesperturbationsdel’enfantles plusimportantes.Lesbarresverticalesreprésententl’intervalledeconfianceautour delamoyenne.Ladifférenceentreles3sitesestsignificative.

4.2. Incidencedesjeuxthérapeutiquessurl’équilibredel’enfant

eteffetdecontexte

Cette exploration statistique permet de voir si les enfants

semblentbénéficierdelapriseenchargethérapeutiqueparlejeu.

LePentagoned’équilibreaétéutilisépourdéfinirl’étatdel’enfantet

lesuivre,pardesmesuresrépétéeschaquemois,demaiàdécembre

2017.

Danslestroissites,l’axequiprésenteleplusdeperturbationest

l’axesécurité,puisl’axesanté.Lesaxesdéveloppementintellectuel,

intégrationfamilialeetintégrationsocialesontdansdes limites

acceptables.Ànoterquelacotationdechaqueaxevade1à5.Un

scorede5estledéséquilibremaximalet1l’optimal.Toutecoteà

partirde3estconsidéréecommepréoccupante.

4.2.1. L’axesécurité

LaFig.3témoigned’unedifférencesignificativeentrelestrois

sites,nonpasaudépartdelapriseencharge,cequiest

impor-tant,maissix moisplustard,fin décembre2017(F[2,26]=35,8,

p<0,000). Lamoyenne sur l’axe sécuritédes enfants de K. est

significativement plusélevéeque cellede B. quiestelle-même

significativementsupérieureàM.

CommeentémoignelaFig.4,lestendancesmarquéesparM.et

K.fin2017sontloind’êtreencourageantes.K.sedégradelentement

etfinitàprèsde4demoyennealorsqueB.s’amélioreaucoursdu

tempsdefac¸onspectaculaireettermineenfind’annéeàmoinsde

2(F[12,156]=12,2,p<0,00).L’effetdecontextequesuggèrentces

résultatsseracommentédansladiscussion.Ilfautnoterquelesjeux

varientchaquemois,maissontlesmêmesdanslestroissites,avec

lamêmecoordinatricepsychologique.L’effetenregistrén’estdonc

pasliéàlaméthodethérapeutiqueutilisée,niauxintervenantssur

place.

4.2.2. L’axesanté

L’axe santésuit lamême évolution que l’axesécurité. Ilya

unedifférencede moyennesentre les troissites (F[2,27]=7,34,

p<0,005), et une évolution au cours des mois qui atteste une

amélioration notable de B., et une dégradation de M et de K

(F[12,138]=4,48,p<0,00).Ànoterquel’axesantén’estpasunaxe

rempliparunmédecinetn’apasdeviséediagnostique:iltient

comptedesplaintesdelamèreetdel’enfant:céphalées,mauxde

ventre,fièvresfréquentes,etc.Lessymptômespeuventêtred’ordre

psychosomatique.

Surleplandesmoyennes,lesautresaxesneprésententpasde

scoresmoinsinquiétantsetleurévolutionn’estpassignificative.

Maislesmoyennesnesontquedesindicateurstrèsgrossiers.

4.3. Certainesvariablesindépendantesaffectent-ellesl’évolution

del’enfant?Y-a-iluneffetquipourraits’apparenteràuneffet

médiateur,accentuantouminimisantl’effetduviol?

Peut-onimaginerquelasévéritéduviol,l’absencede

scolari-sation,laprésenceounondupèreoud’autresvariablesparmiles

13relevées,jouentsurl’équilibredel’enfant,telqu’appréhendépar

lePentagoned’équilibre?Onasoulignéunepremièreinfluence,

celledusite(contextegéographique,sécuritaireetculturel)dont

provientl’enfant.Voyonsàprésentl’influencepossibledela

pré-sencedupèredanslafamille.

Laprésencedupèredanslafamille(rappelonsqu’untiersdes

enfantsviventdansdesfamillesoùlepèren’estpasprésent)aun

effetpositifsurlesentimentdesécuritédel’enfantquelquesoit

lesite,maisceteffetn’estpassignificatif(F[1,23]=2,53,p=0,14).

CettedifférenceestplusgrandeàM.etàB.,contrairementàK.où

l’insécuritéyesttellequelaprésencedupèrenesemblepaspouvoir

l’atténuer(voirFig.5).

Pourlesautresvariables,àpartlaprésencedupèrequiinflue

légèrementsurl’axesécurité,ilnesemblepasyavoirderelation.

Cetteabsencederelationestunrésultatensoi.Ainsi,lesrésultats

(5)

Fig.5.Effetdelaprésencedupèresurlesentimentdesécuritédel’enfantdansles troissites.Lesentimentdesécuritéestenordonnée:pluslanoteestélevée,plus l’insécuritéestgrande.Lavariableprésencedupère,enabscisse,estdichotomique: le1estlaprésencedupèreaufoyeretle2l’absence.

comparantlesenfantsopérésvslesenfantsnonopérésau

Penta-goned’équilibrene sontpas différents(F[6,162]=1,58, p=0,38,

notonsenoutrequ’àK.,ungrandnombred’enfantsaétéopéré

àPanzi). Pasplus que ceuxdes scolarisésvs les non-scolarisés

(F[6,162]=1,12,p=0,52).Lapauvretédesparents(F[6,162]=1,43,

p=0,49)etlastigmatisation(F[6,162]=0,79,p=0,57)pas

davan-tage.Leviol,lapauvretéetsapossiblestigmatisationsontdevenus

lanorme.Laluttepermanentepourlasurvieaussi.Cepoint

égale-mentferapartiedeladiscussion.

4.4. L’existenced’ungroupeàrisqueimportant:circonstancesdu

violoudynamiquefamilialecachée?

Les thérapies par le jeu ont été complétées par des visites

régulières dans les familles des victimes. Les observations des

assistantespsychosocialeset cellesdela coordinatriceEPA, ont

faitapparaîtrequeprèsdelamoitiédesfillettesprésententdes

symptômescliniquesinquiétantsetpersistantsassimilablesàdes

séquelles destress post traumatique. Et ce dans les trois sites

sansprédominanced’unerégion.Unerapidecomparaisonentre

lesrésultatsdePentagoned’équilibredugroupeàrisqueetnonà

risquedanslestroissites,montreunedifférencesignificativeentre

cesdeuxgroupesprincipalementdansl’axesécuritéetsanté,mais

aussi,partiellementdansl’axedéveloppementintellectuelet

inté-grationsociale.Ainsi,lesfillettesidentifiéescommecascomplexes

semontrentsignificativementplusfragilesquelesautressurleplan

delasécurité(F[6,162]=8,82,p<0,01),delasanté(F[6,162]=6,76,

p<0,01),dudéveloppementintellectuel(F[6,162]=4,66,p<0,05)

etdel’intégrationsociale(F[6,162]=3,78,p<0,05).Cerésultatne

s’expliquepasparlesvariablesindépendantes,mêmepasparla

gravitéduviol(opérationoupas);ildoitêtrecreusé,carilest

capitaldanslasuitethérapeutiqueàdonnerauprogrammeEPA.

Nepouvantnousprononcersurlacausedecettedynamique

endo-gène—s’agit-ildeconséquencesliéesauxcirconstancesduviolou

d’unedynamiquefamilialecachée?—nousappelleronscerésultat

un«effetindividuel»àaffinerultérieurement.

4.5. Synthèsedesrésultats

Lespremièresréponsesquel’onpeutfaireauxhypothèsesde

travailénoncéessontdoncassezclaires:

• H1.Ouisurleplandesvariablesindividuelles,lestrois

échan-tillonsd’enfantssonttrèssemblables.Onpeutdonclescomparer.

Etmêmes’ilyaplusdecas«sévères»deviolsàK.,àsavoirdes

violsayantrequisuneinterventionchirurgicale,cedernier

fac-teurnesemblepasavoird’influencesurl’évolutiondel’équilibre

del’enfant;

• H2.Lapriseenchargepsychologiquedel’enfantparlejeusemble

n’avoir ététotalementpositive quesur unsite, celuide B.Le

sitedeM.montreunelégèredétériorationdesscoresau

Penta-goned’équilibre.DanslesitedeK.l’évolutiondesenfantsaété

négative.Unedynamiquecontextuelleparticulièreexpliquesans

doutecettedétérioration;

• H3.Àl’exclusiondelavariableprésencedupèreetdecelleliée

ausite,aucune variableindépendanterelevéen’estprédictive

del’évolution del’enfant. Mais un groupeàrisque, qui

com-prend prèsde la moitié des enfants (25 sur 57) a émergé à

partirdesobservationscliniquesdel’équipepsychosocialequi

suitlesenfantsdanslesfamilles.Proportionnellementaunombre

d’enfants,iln’estpasplusimportantàKquedanslesdeuxautres

sites.

Deuxconclusionsémergentdecetteexplorationdesdonnées

des six premiersmoisde prise encharge d’une soixantainede

fillettesenbasâgevioléesauSudKivu:l’existenced’unfacteur

decontexteliéauxparticularités dusite etd’un facteur

indivi-duelouintrafamilial.Ce dernierserévèle dansl’existenced’un

groupe à risque important, qui résiste aux thérapies ludiques

collectives.

L’effetde contexteest liéàl’histoire du site oùvit l’enfant.

L’effetindividuelouintrafamilialestliéàl’histoire delafillette

etdesonvioletàladynamiquefamilialequil’aentourée.Pour

l’instantnousavonspeud’informationàcesujet.Maisnos

résul-tatsmontrentquelathérapieparlejeun’aguèred’incidencesur

l’effetindividueletàcejour,guère d’incidencesurl’effetliéau

site —même si lesfamilles déclarentque lesjeuxsont

impor-tantspourleursenfantsetqu’ellestrouventquelesfillettesvont

mieuxaprès.L’intérêtdecettethérapiecollectivecependantn’est

pas nul,car c’estle point d’accès auxcommunautés,l’occasion

derencontresetd’une mixitéentre enfantsviolées etnon

vio-lées sur un terrain de jeu. C’est l’occasion de collations prises

ensembleetd’unpetittravailrémunéréassuréauxmamansdu

vil-lagequilesorganisent.Lafonctionsocialedesjeuxthérapeutiques

estdoncimportantedanslecadredelaluttecontrela

stigmatisa-tion.

Letableaucliniquepréoccupantdeprèsdelamoitiédesfillettes,

appelégroupe àrisque,estunrésultat àprendretoutàfaitau

sérieux.Danscertainscas,desdynamiquesfamilialesqui

dysfonc-tionnentsont suspectées,car lamaltraitance,le rejet,l’absence

desoins etdenourritureaffectentcertainesfratries.Les causes

de ces dynamiques intrafamiliales doivent être explorées plus

attentivement— viol possible de la mèreet d’autres membres

de la famille, prostitution éventuelle liée à la misère, maladie

de la mère,VIH, etc. Mais dans d’autres cas,le comportement

de la fillette exprime de l’anxiété, un état de dissociation, un

mutismeouau contrairede l’agressivitéet mêmechez detrès

jeunesvictimes,unehypersexualitéexplicite.Cessymptômes

sug-gèrentplutôtuneproblématiqueindividuelleliéeàlamémoire

traumatiqueduviol.Un travailthérapeutiqueapprofondi surla

relationmère-enfantetsurlaconstructiond’uneinterprétationdu

violetdesescirconstancessontindispensables.Cetravail

néces-sited’abordunrenforcementdes capacitéscliniquesdel’équipe

psychosocialelocale.Cetteconditionpréalableestenvoiede

(6)

5. Discussion

5.1. Ledéniduviold’enfantsenbasâge

EnAfrique,commeenEurope,desviolencessexuelless’exercent

surdesenfantsentrèsbasâge.Dansl’enquêtequ’elleamenéesur

lesabussexuelsauxmineursen2015enFrance,leDrMuriel

Sal-monamontrequelamoitiédesvictimesd’abussexuelssontdes

mineuresoù,pouruntiers,cesviolsseproduisentavantl’âgede

5ans[10].Lescasdebébésrestentcependantexceptionnelsen

Europesaufquandilssontliésàlaperversionetsonindustrie

pédo-pornographique.Mais enAfrique commeenEurope,l’idéed’un

tabousurlesenfantsfaitpartiedudéniassociéàcephénomène.

C’estcetaboufragile,onlevoit,etledénidesatransgression,qui

permettentauphénomènedeperdurer,etauxcriminelsdejouirde

l’impunité.AuSudKivu,laprésencedemilicesetdeforcesarmées

baséesdanslarégiondepuislafinduconflit[11],l’existencede

croyancesmagiquesliéesausangvirginaldepetitesfilles—sang

quiconcentreraitleschancesdelavie,garantiraitl’invincibilitéou

protégeraitdusida—sontautantd’incitantsàdestraficslucratifs

desangdansuneéconomiedesurvie.Descasdeprostitution

enfan-tinecontrenourritureontégalementétérecensés.Etl’absencede

travaildemémoiresurlesviols,crimesdeguerreetcrimescontre

l’humanitédénoncésdanslerapportMapping[1]onttotalement

délitéleslienssociauxetlanormemoraledescommunautés.La

violencesocialelatenteestpalpable.Lapauvretéendémiquedont

estfrappéelapopulationdansunerégionauxressourcesminières

prodigieusesenestundeséléments.Ilestdifficiledeprendreen

chargecesfillettessansdénoncerenmêmetempslesconditions

extrêmesdanslesquellesellesgrandissentetappeleràdavantage

dejusticesocialeetàunemeilleuregouvernancepolitique.Celle-ci

devraitprotégerlesplusvulnérablesetfaireduviol,desa

préven-tion,dutraitementdesesséquelles,delasanctiondescriminels

etdel’indemnisationdesvictimes,unprogrammepolitiqueetune

prioritédesantépublique.LeplaidoyerentreprisparleDocteur

Mukwege,prixNobeldelapaix2018etdirecteurdel’hôpitalde

Panzi,n’estpasextérieurautravaildesuividesfillettessurle

ter-rain:ilenestaucœur.

5.2. Quellesthérapiesindividuellesdanslesvillages?

Pourde très nombreuses raisons, les prisesen charge

indi-viduelles dans les villages sont compliquées. Les villages sont

étendus,lesroutespeusûresetdifficilesd’accès.Lesenfantsdu

groupeàrisquesontnombreux.Ilssedéplacentuneàdeuxfoispar

moisauxséancesdejeuxthérapeutiques,leurfraisdetransport

sontpayés—maisserendremêmeunefoisparmoisàl’hôpital

dePanziestuneexpéditionimpensablevusoncoût,l’insécurité

desroutesetlemanqueàgagnerdelamamansielles’absentede

sonfoyer.C’estdoncauseinmêmeduvillage,etautourdusocle

queconstituent lesjeuxthérapeutiques,qu’uneprise encharge

individualiséepeutseconstruire.Laduréedecelle-cietsaforme

sontencoreàmodulerenfonctiondescontraintescontextuelles.

Lathérapieindividuelleparlejeu,centréesurl’abussexuelcomme

lapratiqueGavin[3]devraitdonnerdebonsrésultats.Elle

pro-longeraitl’approchecollectiveutiliséejusqu’icipouraffronterplus

directementlaquestionduvioletdelamémoiretraumatique,sans

devoirrepasserparlacasehôpitaldePanzi.Carl’ancragedel’enfant

danssacommunauté,etlesoutiendecettedernièresontessentiels.

Ilssontlecontenantculturelquisertdematriceàlasignification

donnéeauviol,etlavoied’unepossibleréintégrationdecedernier

danslamémoireautobiographiquedel’enfant[10].Parsafonction

symbolique,lacommunautéestdoncunpartenaireessentieldela

thérapie,mêmelorsquecelle-cis’exerceàunniveauindividuel.

5.3. L’effetcontextedanslesitedeK

DanslesitedeK.,oùladétériorationdel’équilibredesenfants

selitdanslesrésultats,cesoutienàlathérapieaétéquestionnéet

faitl’objetdetensions.LevillagedeKestunvillagemartyroùdes

bébésontétéviolésmassivement.Plusencorequ’àB.,l’insécurité

yestmaximale.Cedrameaprovoquéunaffluxd’ONG,

interve-nantsouventsanscoordinationauprèsdesvictimes,quipourles

détraumatiser,quipourlesrelaxer,quipourlesinstrumentaliser.

Laréponsedelasociétécivilelocaleaétéàlahauteurdudéfi:

lesparentsdesvictimes sesontrapidementconstituésen

asso-ciationspourcentraliserlesdemandesd’interventionetlesfiltrer.

Certainesassociations,bienimplantéesàK.,ysontrestéesactives.

Maisen2017,K.aétélethéâtred’unprocèshistorique[12].Un

tribunalmilitaireyajugépourlapremièrefoisdanslarégion,un

députéetsamiliceaccuséd’avoirperpétrédesviolsd’enfants.Il

n’existepasdeloicongolaiseprotégeantlesplaignants:lesfamilles

desvictimesontdoncétédirectementexposéesàunecampagne

d’intimidationetdeterreur,allantjusqu’àdestentativesde

kidnap-pingetd’assassinatdesfillettesavantleprocès.Certainesfamilles

ontretiréleurplainte,d’autresontfuidéfinitivementlepayspar

craintedereprésailles.Lesfamillesquiavaienttenubonetsont

alléesjusqu’auboutduprocèsn’ontcependantpasencorerec¸u,

contrairementàleurattente,d’indemnisationdutribunal.Ellesse

sontdoncretournéesverslesONGsurplaceenespérantytrouver

descompensationsfinancières,souventimpossiblesàassurer.La

communautédeK.arevéculastratégiedesviolsdeguerredont

elleaétévictime,si présenteencoredanstouteslesmémoires.

Danschaqueenfantviolé,c’estellequisesentaitlacibleetla

pre-mièrevictime.Malgrélescollectifsdeparents,lesassociationsde

lasociétécivile,lesmarchesdelacolère,ellen’estpasparvenue,

durantlapériodeexploréedanscetteétude,àassurersonrôlede

référentetdesoutienauxpetitessurvivantes.Cevaetvientde

l’individuelaucollectif,matricedetoutesignificationsymbolique

dansunesociétédominéeparlesocial,n’alongtempsétéàK.qu’un

longchemindusang.Aujourd’huipourtant,EPAaréussi,aprèsde

patientesconcertationsetuneréflexionsursaproprepratique,à

nouerdeslienssolidesaveccettecommunautémeurtrieetàen

fairelepilierd’unereconstructionpsychologiquedesenfants.Un

memorandumfixantlesrelationsentrelacommunautédeK.etEPA

aétésigné:iln’apasd’incidencefinancièresurlesassociationsde

famillesetdescollectivitéslocales,maisfixelesengagementsdes

unsetdesautresdanslathérapiedesenfantsàrisqueetrenforce

l’alliancethérapeutique.

6. Conclusion

Bien conscientes que la prise en charge psychologique des

fillettes ne peut se faire que dans la durée et que six mois

d’observationnesuffisentpas,cespremiersrésultatsontconduit

lesauteuresàrevoirleurdispositifexpérimentaletleursuividela

fac¸onsuivante.

En2018,lesséancesdejeuthérapeutiquesontétéréduitesde

deuxséancesparmoisàuneséance,pourdégagerdutempsetdes

ressourceshumainespourlaformationdustaffàdesapproches

thérapeutiquesindividuelles.

LePentagoned’équilibren’étaitqu’unoutild’analyse

fonction-nelle.Vul’importancedugroupeàrisques,ilaétédécidédemener

uneexplorationdiagnostiqueplusapprofondieenconfrontanttrois

groupes:legroupeàrisque,legroupedesfillettesquiparticipent

auxjeuxthérapeutiquessansêtrevictimesdeviolencessexuelles,

etlegroupedesvictimesquineprésententpasdesignescliniques

deperturbation.Uneformationencesensdel’équipepsychosociale

estencours.L’accorddesparentsetceluideleurcommunautésera

(7)

approfondiedechaquecasdevioletdesescirconstancesserafaite

auseindesfamilles.

Danslesinvestigationsplusapprofondies, unsoinparticulier

estaccordé àlarelationmère-enfant-environnementsocialetà

ladynamiquecommunautaire.Silacommunautéeneffetjoueun

rôlederéférentsymboliquequi imprègnetoutesignificationdu

violpourl’enfant, ceréférentestsusceptible d’êtretravaillé: il

doitêtrerespecté,maispassacralisé.Eneffet,certainespratiques

utiliséespourlaverl’honneurdelafamilleetceluidelavictime

(parexemple:médiationfinancièreaveclesfamillesdel’ordrede

quelquesdollars,obligationduvioleurd’épousersavictime,scène

duviolrépétée,maiscettefoisdevanttoutelacommunautépour

laverlatâche)sontincompatiblesavecl’objectifdefairedeces

enfantsmartyresdesfemmesépanouies,ayantenmainlesclésde

leuravenir.

Enfin,noussoulignonsicil’importancedel’évaluationcontinue

despratiquespsychologiquesutiliséessurleterrain,enparticulier

danslessituations extrêmes rencontrées auSud Kivu. Des

fac-teursculturelset des stéréotypespeuventbiaiser l’approchede

psychologueseuropéens—maislescroyancesdescommunautés

elles-mêmesnepeuventêtresanctuarisées.L’exempledes

exor-cismesréalisés sur des enfants considérés commesorciers, car

malades,traumatisésousimplementdifficilesenestl’évidence.La

relation«juste»àétabliraveclescommunautésestaffairedepetits

pas,deréflexionetdeconfiancemutuelle:c’estuntravailen

pro-fondeuretdansladurée,pourrenforcerl’alliancethérapeutiqueet

seseffetsbénéfiques.

Remerciements

Cetravailn’auraitpuêtreréalisésanslesoutienfinancierdu

MinistèrebelgedesAffairesÉtrangèresbelge(programmePeace

Building),deWallonie-BruxellesInternational,delaFédérationde

Wallonie-Bruxelles,delaLoterienationaleetdelaFondationroi

Baudouin.Nouslesenremercions.

Déclarationdeliensd’intérêts

Lesauteursdéclarentnepasavoirdeliensd’intérêts.

Références

[1]Rapportsurlesviolationssévèresdesdroitsdel’hommecommisesentre 1993et2003enRDC,etcommandéparN.Pillay,Hautecommissairedes NationsUniesauxdroitsdel’Hommeetrendupublicenaoût;2010. [2]JernbergA,BoothP.Theraplay.Unenouvellethérapieparlejeubaséesur

l’attachement.DeBoeck;2010[Trad.2014.Trad.F.Hallet].

[3]GavinVG.Lathérapieindividuelleparlejeuetlacréativité.In:CyrilnikB,Seron C,editors.Larésilienceoucommentrenaîtredesasouffrance.Ed.Fabert;2003. [4]SunderlandM.Utiliserdeshistoirescontéescommeoutilthérapeutiqueavec

lesenfants.DeBoeck;2016.

[5]Cariou-RognantAM,ChaperonAF,DuchesneN.L’affirmationdesoiparlejeu derôle.Dunod;2014.

[6]Klinkhamer-SteketeeHT.Psychothérapieparlejeu.Mardaga;1997. [7]CimpricA.Lesenfantsaccusésdesorcellerie.Étudeanthropologiquedes

pra-tiquescontemporainesrelativesauxenfantsenAfrique.RapportUnicef.Dakar: BureauAfriquedel’OuestetduCentre(BRAOC);2010.

[8]DeKeyserV.LesenfantsaccusésdesorcellerieenAfriqueSubsaharienne.Acte ducolloquedu15juin2011.Parlementeuropéen,Bruxelles;2011.

[9]DeBoeckP.Le«deuxièmemonde»etles«enfantssorciers».PolitiqueAfricaine 2000;80:32–57.

[10]SalmonaM.Lelivrenoirdesviolencessexuelles.Dunod;2018.

[11]FouchardI.ViolencessexuellescommisesparlepersonneldesNationsUnies: tolérancezéro,impunitéUN.In:CazalaJ,LecuyerY,TaxilB,editors.Sexualité etdroitinternationaldesDroitsdel’homme.13,rueSoufflot,75005Paris:Ed. A.Pedone;2018.

[12]NaimerK,VolpellierM,MukwegeD.ThecaseofKavumu:amodelof medico-legalcollaboration.Lancet2019;393:2651–4.

Figure

Fig. 1. Âge moyen des fillettes sur les trois sites, à K., B. et M. Pas de différence significative entre les trois sites ([F2,59] = 0,14, p = 0,87).
Fig. 1. Âge moyen des fillettes sur les trois sites, à K., B. et M. Pas de différence significative entre les trois sites ([F2,59] = 0,14, p = 0,87). p.3
Fig. 4. Évolution de l’axe sécurité dans les trois sites sur les 6 mois de recueil des données
Fig. 4. Évolution de l’axe sécurité dans les trois sites sur les 6 mois de recueil des données p.4
Fig. 3. Moyenne des résultats de l’axe sécurité dans chacun des trois sites, K, B et M
Fig. 3. Moyenne des résultats de l’axe sécurité dans chacun des trois sites, K, B et M p.4
Fig. 5. Effet de la présence du père sur le sentiment de sécurité de l’enfant dans les trois sites
Fig. 5. Effet de la présence du père sur le sentiment de sécurité de l’enfant dans les trois sites p.5