Compléments technologiques sur la production industrielle de zinc

Loading....

Loading....

Loading....

Loading....

Loading....

Texte intégral

(1)

COMPLEMENT

. P

YROMETALLURGIE DU

Z

INC

I. Le Zinc ... 2

1. L'élément ... 2

2. Le métal ... 2

3. Etat naturel ... 2

II. Grillage de la blende ... 2

1. Enrichissement ... 2

2. Oxydation ... 2

III. Métallurgie: réduction de ... 3

1. Étude du couple ... 3

2. Étude des réducteurs et ... 4

3. Réduction de l'oxyde de zinc ... 4

4. Processus industriel ... 5

(2)

CHAPITRE

7.

P

YROMETALLURGIE DU

Z

INC

I. Le Zinc

1. L'élément

 Élément de numéro atomique .

 Configuration électronique : .  C'est un métal de transition (bloc ) appartenant à la colonne 12.

 Il perd facilement ses 2 électrons pour donner l'ion (c'est sous cette forme qu'il se trouve principalement à l’état naturel).

2. Le métal

 Métal bleuâtre de masse volumique .  ; .

 Structure hexagonale compacte h.c.

3. Etat naturel

Abondance : de l'écorce terrestre , en masse.

Essentiellement sous forme de sulfure associé à une gangue (partie non-métallique du minerai) constituée surtout de (calcite) et de (dolomie) ; on le trouve aussi sous forme de silicate (calamine).

La blende est le sulfure de zinc : réseau c.f.c. constitué par les ions , la moitié des sites tétraédriques étant occupés par les ions .

Le minerai peut contenir jusqu'à de zinc ; il contient toujours d'autres métaux ( , ,…) ; on n'en extrait plus en France.

II. Grillage de la blende

Il s'agit de transformer le sulfure de zinc en oxyde de zinc .

1. Enrichissement

Il permet d'augmenter la teneur en zinc du minerai en éliminant une partie de la gangue. L’enrichissement consiste d’abord en un broyage permettant l’obtention d'une poudre fine (particules de diamètre). Ensuite, la flottation est la mise en suspension de la poudre dans l'eau en présence de chaux ( ). La chaux est une base permettant l’élévation du . Un milieu basique est nécessaire pour éviter la formation de sulfure d’hydrogène , dangereux et d’odeur insupportable. La flottation est favorisée par l’addition de tensioactifs. On insuffle alors de l'air : la blende flotte et la gangue précipite.

On obtient un concentré (60 à 90 % de blende).

2. Oxydation

(3)

Le zinc reste au degré d'oxydation , le soufre, oxydé par le dioxygène de l'air, passe du degré au degré .

La réaction est fortement exothermique mais, pour des raisons de cinétique, on opère à plus de . La diminution de la quantité de gaz ( ) explique la valeur négative de (

).

La réaction est favorisée par une augmentation de pression, mais on n'a pas besoin de recourir à ce moyen puisque la réaction est totale : !

La difficulté pratique vient de réactions parasites :

La première ne se produit plus au-dessus de et la seconde est favorisée pour oxyder le dioxyde de soufre en trioxyde de soufre (fumées blanches) afin de fabriquer de l'acide sulfurique.

Dans la pratique, on chauffe le concentré dans un courant d'air, la réaction démarre à ; la température s'élève car la réaction est exothermique ; on obtient le concentré grillé : la calcine.

III. Métallurgie: réduction de

Pour réduire l'oxyde de zinc, les réducteurs utilisés industriellement sont le carbone (couple ) et le monoxyde de carbone (couple ).

L'étude théorique est fondée sur les diagrammes d'Ellingham.

1. Étude du couple

Les données thermodynamiques permettent de construire le diagramme correspondant à la réaction : .

L'enthalpie standard de formation de a pour valeur ; les entropies molaires standard sont : , et pour , et .

Pour le zinc : ; ; ; .

On envisage trois domaines de température suivant l'état physique du zinc (l'oxyde reste solide) et l'on exprime les enthalpies libres standard de réaction en .

;

; .

Il est facile de vérifier la continuité de : et .

(4)

Pour réduire en , il est nécessaire d'utiliser le réducteur d’un couple dont la courbe d'Ellingham est en-dessous de la courbe d'Ellingham représentant .

2. Étude des réducteurs et

Construisons le diagramme d'Ellingham correspondant aux réactions : On calcule et .

Les deux droites d'Ellingham correspondantes se coupent pour .

Pour , les deux demi-droites séparent les domaines de prédominance de , et . Pour , est "prédominant" dans deux domaines disjoints ; il ne peut donc exister dans ce domaine de température et se dismute selon la réaction : .

Seul subsiste l’équilibre entre et , selon la réaction : telle que 

r

G

980

T(K)

0

CO

2

(4)

(2)

CO

C

(3)

3. Réduction de l'oxyde de zinc

Il suffit de superposer sur le même diagramme les résultats des deux paragraphes précédents.

Les deux points remarquables sont les points , intersection de et pour , et , intersection de et pour .

(5)

 si , le réducteur est , il est oxydé en et la réaction s'écrit :

( ).

 si , le réducteur est , il est oxydé en et la réaction s'écrit :

( ).

rG 693 980 1180 1562 T(K) 0 ZnO(s) CO2 (1) B (4) (2) CO C A (3) Zn(s) Zn(l) Zn(g) 4. Processus industriel

Les réactions se déroulent dans un haut fourneau selon le procédé ISP (Imperial Smelting Process) permettant un fonctionnement en continu.

Le haut fourneau est chargé par sa partie supérieure (le gueulard). A la calcine ( ) et au coke (carbone), on associe un fondant permettant la fusion de la gangue que l'on recueille sous forme liquide dans le creuset à la base du haut fourneau.

L'air est injecté à à la base du réacteur ainsi qu'à la partie supérieure : la réaction de combustion du carbone a le double intérêt de produire du et de fournir la chaleur nécessaire aux réactions endothermiques de réduction de .

Le laitier contient du plomb liquide.

Le zinc est récupéré sous forme gazeuse, vers , dans la partie haute ( du mélange gazeux qui contient aussi , , et ). Ce mélange gazeux est refroidi par une pluie de plomb liquide à . Seul le zinc se liquéfie pour donner avec le plomb un alliage qui se sépare en deux phases lorsqu'il est refroidi. Cette opération s'appelle la liquation.

La phase riche en zinc (de l'ordre de de zinc et de de plomb) est appelée zinc d’œuvre. Une distillation fractionnée permet d'obtenir du zinc à .

IV. Utilisations du zinc

C'est un métal utilisé dans le bâtiment et l'industrie (toiture...) ; il est très réducteur mais stable à l'air grâce au dépôt d'une couche superficielle protectrice. Il est utilisé comme anode dans de nombreuses piles.

(6)

Il est utilisé pour la protection des métaux contre la corrosion (galvanisation).

Il est utilisé dans des alliages, principalement avec l'aluminium ou l'aluminium et le cuivre (Zamak). Rappelons que le laiton est un alliage de zinc et de cuivre dont la composition en zinc est comprise entre 5 et 40 %.

Figure

Updating...

Références

Updating...

Sujets connexes :