I. Chapitre I

I.3. Transport : Les différents modes

Préalablement considérés chacun dans son propre contexte, les moyens de transport qu’ils soient publics ou privés possèdent leurs propres avantages et inconvénients. Parmi les principaux problèmes du transport en commun en particulier, la limitation des zones de desserte qui est en réalité un inconvénient majeur et un principal handicap à la mobilité des individus. Pour remédier à cet inconvénient, des combinaisons de plusieurs modes de transport permettent de fournir plus de flexibilité et de souplesse dans les déplacements rendant ainsi le réseau de transport plus fiable et beaucoup plus rentable. Dans ce contexte, les services de transport sont passés du monomodal au comodal en passant par d’autres modes de transport. Tous sont définis dans ce qui suit.

I.3.1. Le transport monomodal

Ce type de transport concerne les déplacements réalisés avec un seul mode tout au long du trajet à effectuer ; un mode de transport désignant le moyen utilisé pour déplacer un objet (un bien ou une personne) d’un lieu à un autre11. Le transport monomodal désigne ainsi le fait d’utiliser un mode particulier pour réaliser les opérations de transport et considère, par conséquent, un type spécifique de véhicule (e.g. Bus, Métro, Tram, etc.).

I.3.2. Le transport intermodal

Le transport combiné est une forme de transport intermodal de type « rail-route ». En effet, à l’opposé du transport monomodal, l’intermodalité désigne le fait d’adopter la possibilité de changer de mode de transport pour effectuer un déplacement d’une origine à une destination données. Ainsi, deux modes de transport ou plus peuvent être utilisés pour réaliser un trajet complet entre deux points. Cherchant à répondre à une question cruciale qui est celle de remédier aux restrictions imposées par les transports en commun par rapport aux zones hors d’atteinte pour ces réseaux, l’intermodalité se trouve être une solution bien adaptée. Elle vise

11

48 ainsi à réduire l’usage de l’automobile privée connue pour être l’alternative la plus appropriée pour répondre au besoin de mobilité en zones extra-urbaines. L’intermodalité favorise, de ce fait, l’usage de modes de transports moins polluants en combinant les moyens de transports collectifs entre eux, mais aussi aux vélos et autres modes (17).

I.3.3. Le transport multimodal

La multimodalité concerne toute offre de transport faisant usage de plusieurs moyens de transport pour une même demande de déplacement d’une origine vers une destination données. Plusieurs offres de plusieurs moyens de transport différents peuvent ainsi exister pour un unique trajet. Le libre choix revient donc à l’usager de décider du moyen qu’il veut emprunter pour se déplacer, comme il existe aujourd’hui bien des systèmes à qui ce rôle incombe. Une multitude de travaux (18) (19) (20) traitent ainsi du sujet de la multimodalité en tant que service de transport de grande ampleur. Plusieurs systèmes d’aide au déplacement des voyageurs existent aussi et ont pour mission de fournir à leurs utilisateurs des solutions indiquant la panoplie de modes de transport qu’ils peuvent emprunter pour effectuer un trajet bien déterminé. Des systèmes particuliers peuvent aller jusqu’à choisir pour leurs usagers le mode qu’il convient de prendre selon certaines stratégies de résolution fixées au préalable. Le choix s’effectue alors selon la pertinence du service de transport et l’optimalité des combinaisons.

Dans un élan d’essai pour l’optimisation des services de transport (21) (22), de grands efforts ont été dépensés dans ce domaine afin de développer des services de transport multiples dans le but premier de satisfaire les usagers de tels systèmes. Nous citons à titre d’exemple ceux de M.F. Feki (2) qui propose une étude des systèmes de transport visant l’élaboration d’un support informatique fiable tout en faisant figure de point médiateur entre les différents opérateurs de transport, et ce afin de pouvoir extraire l’information nécessaire. Cette étude a abouti à la mise en place d’un Système d’Information d’Aide au Déplacement (SIAD) des voyageurs proposant de fournir les plus courts chemins selon les demandes des usagers du service. A ce titre, le système proposé concrétise une approche d’aide à la décision pour l’extraction d’itinéraires les plus courts selon l’intervalle de temps requis et selon l’offre existante durant cet intervalle. Tous les moyens de transport sont ici considérés et l’étude des trajets se fait sur la base des données collectées à partir des bases de données des opérateurs de transport collaborant. Toute demande aboutit à l’élaboration d’un carnet de voyages

49 proposant plusieurs alternatives relativement à des chemins solutions pouvant être empruntés, tout en fournissant le détail sur les différentes combinaisons possibles.

A l’aube d’une optimisation intégrée dans les systèmes de transport, la qualité de service est un facteur pivot auxquels aspirent les systèmes de transport aujourd’hui existants. Offrant des services d’aide au déplacement, les travaux existants sont ainsi une poussée d’innovation aidant à propulser le secteur du transport vers l’amélioration de la qualité du service offert tout en jouant la carte du développement durable. Les principales préoccupations quant à la bonne conduite de ces travaux étant de gérer au mieux l’offre de transport dans un contexte d’amélioration de la qualité de service du transport, chercheurs et praticiens n’oublient toutefois pas l’enjeu principal qui est de relever le challenge économique et environnemental. Dans ce contexte, les dispositifs politico-sociaux considérés conditionnent la voie dans laquelle ont été menés ces projets (21) (23) (19) (24) pour ainsi considérer un contexte d’optimisation dans l’ensemble de ces travaux. Toutes les notions relatives à ce concept seront définies et profondément détaillées dans le chapitre suivant. Nous nous intéressons effectivement à cet aspect en particulier, notre but premier étant de cadrer avec l’efficacité et l’optimisation de la qualité de service dans nos propres travaux.

I.3.4. Le transport comodal

Dans l’optique de réunir l’ensemble des moyens de transport précédemment énoncés, un quatrième mode de transport a émergé. Ayant été introduit dans le domaine de la politique des trasports en 2006 par la commission européenne (25), il s’agit d’un mode particulier adoptant le transport sous toutes ses formes afin de fournir un service souple offrant un maximum de flexibilité à l’usager. C’est dans ce contexte que sont alors envisagées des combinaisons rassemblant les moyens de transports en commun (Tram, Train, Avion, etc.) et privés (automobile privée, etc.). A l’opposé, l’intermodalité incite à aller plutôt vers les transports en commun suscitant de ce fait une sorte de rivalité entre les services de transport se basant sur l’un et l’autre des pratiques collectives ou privées (25). La comodalité vient par ailleurs contrer cette concurrence pour imposer et instaurer un certain équilibre mettant en exergue la complémentarité entre les modes de transports collectifs et privés (26). Le but principal de par les systèmes de transport comodaux étant unique, seule la qualité de service est visée. Les aspirations de tels systèmes vont donc dans un seul sens qui est celui de l’optimalité du service offert. Pour bien expliquer cette initiative, la section suivante sera consacrée à une étude approfondie de ce mode émergent.

50

I.4. Le transport comodal : Vers un système de

Dans le document Combinaison des techniques d’optimisation et de l’intelligence artificielle distribuée pour la mise en place d’un système de covoiturage dynamique (Page 48-51)