Concernant les suites probables de ce travail, les constantes réformes dont le solfège est la cible (Hennion, 2007; Roch-Fijalkow, 2009), révèlent que les institutions prennent des mesures pour essayer de raccommoder la place et l’enseignement-apprentissage de cette discipline. Nous ne considérons pas que les difficultés à faire avancer les pratiques courantes du solfège, fondées principalement sur les exercices d’entraînement aux dictées, soient liées à l’immobilisme des gestionnaires ou des enseignants. Par exemple, peu avant la remise de ce travail nous avons eu l’information que le Conservatoire de Genève, attaché à la Haute École de Musique de la Suisse Occidentale, ne pratique plus la sélection par le solfège des candidats à l’apprentissage d’un instrument. Il conviendrait de vérifier si des mesures similaires ont eu lieu dans d’autres localités et dans quelle mesure cela représenterait une tendance. Par ailleurs, il est important de souligner que nombreux sont les enseignants de solfège (ou de ear-training) qui combinent leurs connaissances en sciences de l’éducation avec leurs intuitions et expériences professionnelles pour concevoir et mettre en place des pratiques aussi riches que diverses. Les pratiques innovantes des enseignants de solfège pourraient faire l’objet de recherches sous l’angle de la didactique des disciplines. D’une part, cela nous permettrait une systématisation des avancées du solfège du point de vue de la didactique; et, d’autre part, pourra favoriser les synergies entre les recherches dans le champ des technologies et celui de l’enseignement-apprentissage du solfège. L’apport des technologies numériques sera d’autant plus efficace que leurs conceptions s’inspirent des besoins ou des souhaits exprimés par les acteurs de l’éducation musicale.

Comme nous l’avons remarqué dans le chapitre d’introduction, les motivations initiales de cette recherche sont liées à une approche pluridisciplinaire dans la conception des technologies numériques destinées à l’enseignement-apprentissage. Dans un deuxième temps, il nous paraît cohérent de passer d’une approche pluridisciplinaire très large à une approche plus centrée vers le développement technique, sans pour autant abandonner la perspective pluridisciplinaire. Par exemple, pour la construction de contours mélodiques, il serait intéressant de s’attarder sur la question de la

segmentation de mélodies en essayant de créer des catégories plus fines, permettant plus de nuances au moment de construire des contours mélodiques.

On remarque une assez longue période séparant les débuts de l’éducation nouvelle et l’application de certains de ses préceptes par l’éducation musicale. Les premières expériences dans la perspective de l’éducation nouvelle proposées par Pestalozzi (Julien, 1842) sont datées du début du XIXe siècle (chapitre 4.1) et les premières propositions de Jacques-Dalcroze du début du XXe siècle.

Ensuite, une période de plusieurs décennies s’est écoulée avant que les pédagogues, notamment ceux du courant éveil-créativité, ne s’approprient le thème de la création dans l’enseignement-apprentissage de la musique. Cela étant, cette période de près de cent ans est plus courte que celle qui sépare la conception du système guidonien de notation musicale et son appropriation généralisée par les musiciens (approximativement quatre siècles). De ce point de vue, l’évolution de l’éducation musicale caractérisée par les longues périodes entre une proposition et son appropriation par la pratique des enseignants ne diffère pas de l’évolution de l’éducation en générale. Il serait difficile de démontrer que toutes les propositions de l’éducation nouvelle (Cousinet, 1950; Decroly & Buyse, 1923; Legrand, Meirieu, Astolfi, Reboul, & Smith, 1996) aient été adoptées par les systèmes scolaires des différents pays d’Occident. Ainsi, il serait intéressant de mieux comprendre les influences (positives et négatives) des forces sociales dans l’éducation musicale, à travers des études en musicologie, et de vérifier dans quelle mesure ces influences font obstacle à une appropriation plus rapide des innovations technologiques par l’éducation musicale. Précisons que nous entendons comme appropriation l’adoption selon les fondamentaux de la discipline, et que pour cela une synergie entre les recherches en technologie et celles concernant l’éducation musicale serait indispensable.

Enfin, dans LOCREAM, l’élève produit un objet original, en ayant une action consciente sur un matériau musical donné. Il s’agit donc d’une activité créatrice. La conduction de recherches pour observer les interactions dans LOCREAM du point de vue de la création devra ouvrir des perspectives, tant sur le plan de l’enseignement-apprentissage du solfège, que sur le plan de la pédagogie de la musique. Les résultats de telles recherches devront contribuer également au développement d’environnements de plus en plus riches en situation d’apprentissage.

Références Bibliographiques

Adams, C. R. (1976). Melodic Contour Typology. Ethnomusicology, 20(2), 179.

Addessi, A. R., & Pachet, F. (2005). Experiments with a musical machine: musical style replication in 3 to 5 year old children. British Journal of Music Education, 22(1), 21–46.

Adorno, T. W. (1962). Philosophie de la nouvelle musique. (H. Hildenbrand & A.

Lindenberg, Trans.) (1958th ed.). Paris: Gallimard.

Agosti-Gherban, C. (2000). L’éveil musical, une pédagogie évolutive. Paris:

L’Harmattan.

Altet, M. (2003). Les pédagogies de l’apprentissage (2ème ed.). Paris: Presses universitaires de France.

Apel, W. (1998). La notation de la musique polyphonique 900-1600. Bruxelles:

Mardaga.

Arom, S. (1999). Trois brèves remarques sur l’ethnomusicologie et une conclusion.

Cahiers D’ethnomusicologie. Anciennement Cahiers de Musiques Traditionnelles, (12), 173–174.

Arsac, Chevallard, Y., Martinand, J.-L., & Tiberghien, A. (1994). La transposition didactique à l’épreuve. Grenoble: La pensée sauvage.

Assayag, G., McAdams, S., Ayari, M., & Lartillot, O. (2004). Segmentation et

reconnaissance de patterns dans la musique. In Actes des journées (SCO/0039) : Action Concertée Incitative (ACI) « Systèmes complexes en Sciences sociales ».

Bamberger, J. (1991). The mind behind the musical ear: How children develop musical intelligence. Cambridge: Harvard University Press.

Bamberger, J. (2003). The development of intuitive musical understanding: A natural experiment. Psychology of Music, 31(1), 7–36.

Bamberger, J. (2013). Discovering the Musical Mind: A View of Creativity as Learning. Oxford: OUP Oxford.

Bamberger, J., & Brody, M. (1984). Perceptual problem solving in music : Some proposals for future research. Psychomusicology: A Journal of Research in Music Cognition, 4(2), 33–58.

Bamberger, J., & Hernandez, A. (2000). Developing musical intuitions: A project-based introduction to making and understanding music. New York : Oxford University Press.

Baroni, M. (2001). Conclusions et commentaires. In Analyse et créations musicales (Société Française d’analyse musicale, pp. 79–87). Paris: l’Harmattan.

Basque, J., Dao, K., Contamines, J., & others. (2005). L’apprentissage «situé» dans les cours en ligne: le cas du colloque scientifique virtuel (CSV).

Beaugé, P. (2001). Didactique de la musique, rationalisation et représentation graphique de la notion spacio-verticale de hauteur, Guido d’Arezzo, un début de transposition des savoirs savants aux savoirs à enseigner. Aix-Marseille.

Beaugé, P. (2002). Un savoir musical: la notion de hauteur, partie 1. Journal de Recherche En Éducation Musicale, 1(1), 55–84.

Beaugé, P. (2004). Transposition didactique de la notion musicale de hauteur: du savoir au savoir à enseigner. Recherche En Éducation Musicale, (22), 1–32.

Bélis, A. (1984). Un nouveau document musical. Bulletin de Correspondance Hellénique, 108(1), 99–109. http://doi.org/10.3406/bch.1984.1848

Bélis, A. (1999). Les musiciens dans l’Antiquité. Hachette littératures.

Berchtold, A. (2000). Emile Jaques-Dalcroze et son temps (Vol. 184). Lausanne:

L’Age d’Homme.

Bessot, A. (2003). Une introduction à la théorie des situations didactiques. Les Cahiers Du Laboratoire Leibniz, (91), 1–31.

Bigand, E. (2004). L’oreille musicale experte peut-elle se développe par l’écoute passive de la musique ? Revue de Neuropsychologie, 14(1-2), 191–221.

Bigand, E. (2008). Musiciens et non-musiciens perçoivent-ils la musique différemment ? In Questions de personne (pp. 207–236).

Blacking, J., Byron, R., & Nettl, B. (1995). Music, Culture, and Experience: Selected Papers of John Blacking. University of Chicago Press.

Bolduc, J. (2011). Les influences de l’approche d’éducation musicale Orff-Schulwerk sur le développement des connaissances musicales et les compétences

pédagogiques. Formation et Pratiques D’enseignement En Questions, (12), 65–

80.

Bosseur, D., & Bosseur, J. Y. (1993). Révolutions musicales: la musique contemporaine depuis 1945. Paris: Minerve.

Bosseur, J. Y. (2003). Texture et matériau dans la pensée musicale contemporaine.

Muzikologija, (3), 129–139.

Bosseur, J. Y. (2005). Du son au signe: histoire de la notation musicale. Paris:

Editions Alternatives.

Bouchard-Valentine, V. (2007, avril). L’éducation musicale scolaire contemporaine:

vers un modèle axiologique. Université du Québec à Montréal, Montréal.

Boulez, P. (1988). Jalons (Pour une décennie). (P. Boulez & J. J. Nattiez, Eds.) (Christian , p. 452). Paris: Collection Musique/Passé/Présent.

Bourdieu, P. (2012). La distinction: critique sociale du jugement. Paris: Les Éditions de Minuit.

Bourdieu, P., & Passeron, J.-C. (1970). La reproduction: Eléments pour une théorie du système d’enseignement (Editions de Minuit). Paris.

Brice, M. (2004). Pédagogie de tous les possibles...: la rythmique de Jaques-Dalcroze à la lumière de la théorie des intelligences multiples du professeur Howard Gardner. Genève: Papillon.

Bronckart, J.-P. (2002). Développement du langage et développement musical. In M.

Wirthner & M. Zulauf (Eds.), A la recherche du dévéloppement musical (pp. 99–

131). Paris: L’Harmattan.

Bronckart, J.-P., & Plazaola Giger, I. (1998). La transposition didactique: histoire et perspectives d’une problématique fondatrice. Pratiques, (97-98), 35–58.

Brousseau, G. (1980). L’échec et le contrat. Recherches, (41), 177–182.

Brousseau, G. (1982). Les « effets » du « contrat didactique ». In Actes de la 2ème école d’été de didactique des mathématiques IREM Orléans. (p. 16). Orléans.

Brousseau, G. (1984). Le rôle central du contrat didactique dans l’analyse et la construction des situations d’enseignement et d’apprentissage des

mathématiques. In Actes du colloque de la troisième Université d’été de didactique des mathématiques d’Olivet. Adelaïde.

Brousseau, G. (1986). La relation didactique: le milieu. In Actes de la IVe école d’été de didactiques des langues (pp. 33–115). Paris: IREM de Paris VII.

Brousseau, G. (1988). Le contrat didactique : le milieu. Recherches En Didactique Des Mathématiques, 9(3), 309–336.

Brousseau, G. (1998). Théorie des situations didactiques. Textes rassemblés et préparés par N. Balacheff, M. Cooper, R. Sutherland & V. Warfield. Grenoble.

Grenoble: La pensée sauvage.

Brousseau, G. (2000). Education et Didactique des mathématiques. Educacion Matemática, 12(1), 5–39.

Brousseau, G. (2011). La théorie des situations didactiques en mathématiques.

Education & Didactique, 5(1), 101–104.

Brunetti, R., & O.Belardinelli, M. (2004). Effects of musical acculturation: learning, reproducing, and recalling music from different cultural traditions. In Proceedings of the 8th International Conference on Music Perception & Cognition8th

International Conference on Music Perception & Cognition (pp. 392–396). [S.l.]:

Society for Music Perception & Cognition.

Cage, J. (1970). Song Books (Peters, Vol. 1). New York: Peters. Retrieved from http://www.woodbrass.com/vocale-chorale-choeur-et-ensemble-vocal-edition-peters-cage-john-solo-for-voice-1-soprano-voice-(par-10-minimum)-p110598.html Cain, T. (2004). Theory, technology and the music curriculum. British Journal of

Music Education, 21(2), 215–221. http://doi.org/10.1017/S0265051704005650 Cambier, J.-J. (2011). La musique à votre portée - Manuel de formation musicale.

Bruxelles: J.-J. Cambier.

Cambouropoulos, E. (2006). Musical Parallelism and Melodic Segmentation. Music Perception, 23(3), 249–268. http://doi.org/10.1525/mp.2006.23.3.249

Carlucci, L., & Case, J. (2013). On the Necessity of U-Shaped Learning. Topics in Cognitive Science, 5(1), 56–88. http://doi.org/10.1111/tops.12002

Ceulemans, A.-E. (1996). Les dissonances dans la polyphonie des XVe et XVIe siècles: quelques indications en vue d’une analyse assistée par ordinateur.

Musurgia, 3(2), 7–21.

Chaiklin, S. (2003). The zone of proximal development in Vygotsky’s analysis of learning and instruction. Vygotsky’s Educational Theory in Cultural Context, 1, 39–

64.

Channouf, A., Mangard, C., Baudry, C., & Perney, N. (2005). Les effets directs et indirects des stéréotypes sociaux sur une décision d’orientation scolaire. Revue Européenne de Psychologie Appliquée/European Review of Applied Psychology, 55(3), 217–223. http://doi.org/10.1016/j.erap.2005.02.003

Chartier, A.-M., & Hébrard, J. (2006). Chronique « histoire de l’enseignement ».

Méthode syllabique et méthode globale : quelques clarifications historiques. Le Français Aujourd’hui, 153(2), 113–123. http://doi.org/10.3917/lfa.153.0113

Chevallard, Y. (1981). Pourquoi la transposition didactique. In Actes de l’année 1981 Instituts de recherche sur l’enseignement des mathématiques (Vol. 1982, pp. 167–

194). Marseille: Instituts de recherche sur l’enseignement des mathématiques.

Chevallard, Y. (1986). La Transposition didactique: du savoir savant au savoir enseigné. Revue Française de Pédagogie, 76, 89–91.

Chevallard, Y. (1991). La transposition didactique: du savoir savant au savoir

enseigné (2e édition revue et augmentée, en coll. avec Marie-Alberte Joshua, 1re édition 1985). Grenoble: Ed. La Pensée Sauvage.

Choi, J.-I., & Hannafin, M. (1995). Situated cognition and learning environments:

Roles, structures, and implications for design. Educational Technology Research and Development, 43(2), 53–69.

Chomsky, N. (1955). The logical Structure of Linguistic Theory.

Chomsky, N. (1965). Aspects of the theory of syntax. Cambridge, Massachusetts:

MIT Press.

Chosky, L. (1998). The Kodaly method: comprehensive music education from infant to adult. Cachan: Lavoisier.

Coadou, F. (2004). Adorno : un musicologue-clé des temps modernes.

Coeurdevey, A. (1998). Histoire du langage musical occidental. Presses universitaires de France.

Colette, M.-N. (2008). Guy D’Arezzo et « Notre Notation Musicale Moderne »: La transmission écrite du chant dans le haut Moyen Âge. Revue de Synthèse, 129(3), 363–387. http://doi.org/10.1007/s11873-008-0045-4

Comeau, G. (1989). Analyse comparative de trois approches d’éducation musicale:

Dalcroze, Orff et Kodaly (PHD). Université d’Ottawa, Ottawa.

Cope, D. (2000). The Algorithmic Composer (Vol. 16). Middleton: A-R Editions.

Cope, D. (2004). Virtual Music: Computer Synthesis of Musical Style. Massachusetts:

MIT Press.

Cousinet, R. (1950). L’éducation nouvelle. Delachaux et Niestlé.

Csikszentmihalyi, M. (2009). Creativity: Flow and the Psychology of Discovery and.

New York: HarperCollins.

Da Lage-Py, E. (2004). Le public, ce « tiers-légitimant » ? In La légitimité culturelle en question (Presses Universitaires de Limoges, pp. 21–42). Limoges: Sylvette Giet.

De Coster, M. (1975). L’art mass-médiatisé: l’exemple de la musique classique enregistrée. International Review of the Aesthetics and Sociology of Music, 255–

268.

Decroly, O., & Buyse, R. (1923). Les applications américaines de la psychologie à l’organisation humaine et à l’éducation (No. 2) (Maurice Lamertin.). Bruxelles.

Delalande, F. (1989). Le rôle des dispositifs dans une pédagogie de la création musicale enfantine. In L’éducation musicale à l’école (pp. 34–46). Paris: Melun.

Delalande, F. (1996). La musique électroacoustique coupure et continuité. Musurgia, 3(3, La création musicale et l’analyse aujourd’hui), 36–55.

Delalande, F., Formosa, M., Frémiot, M., Gobin, P., Pedler, E., & Mandelbrojt, J.

(1996). Les Unités sémiotiques temporelles – Eléments nouveaux d’analyse musicale (MIM - Musurgia). Paris: MiM - Musurgia - ESKA.

Delalande, F., Vidal, J., & Reibel, G. (1984). La musique est un jeu d’enfant. Paris:

Buchet/Chastel.

Deliège, C. (2003). Cinquante ans de modernité musicale: de Darmstadt à l’IRCAM:

contribution historiographique à une musicologie critique. Editions Mardaga.

Deliège, I. (1987). Grouping Conditions in Listening to Music: An Approach to Lerdahl

&Jackendoff’s Grouping Preference Rules. Music Perception: An Interdisciplinary Journal, 4(4), 325–329.

Demaizière, F. (1996). Multimédia et enseignement des langues : rêves, craintes et réalités nouvelles ... Les Langues modernes, 90(1), 381.

Dennery, A. (1982). Les notations musicales au moyen âge. Médiévales, 89–103.

Dennery, A. (1983). Du mélos à la note : Les notations musicales au Moyen Age.

Médiévales, 2(3), 40–54. http://doi.org/10.3406/medi.1983.906

Develay, M. (1992). De l’apprentissage à l’enseignement,. Paris: ESF éditeur.

Dewey, J. (2003). Reconstruction en philosophie. (J. Zask, Trans.) (Vol. I). Pau: Léo Scheer.

Donin, N. (2005). Les cours d’été de Darmstadt, du mythe au chantier. Circuit:

Musiques contemporaines, 15(3), 5. http://doi.org/10.7202/902366ar

Duarte, M. de A., & Mazzotti, T. B. (2006). Representacões sociais da música:

aliadas ou limites do desenvolvimento das práticas pedagógicas em música.

Educ. Soc., Campinas, 27(97).

Duchez, M.-E. (1983). Des neumes à la portée: Élaboration et organisation

rationnelles de la discontinuité musicale et de sa représentation graphique, de la formule mélodique à l’échelle monocordale. Canadian University Music Review, (4), 22. http://doi.org/10.7202/1013897ar

Dufour, V. (2003). La “Poétique musicale” de Stravinsky: Un manuscrit inédit de Souvtchinsky. Revue de Musicologie, 89(2), 373–392.

Dunsby, J. (2006). Thematic and motivic analysis. In The Cambridge history of western music theory (pp. 907–926). University Press: Cambridge University Press.

Ecole préparatoire de musique. (2007). Programme des matières théoriques : théorie, solfège, dicté. Université de Sherbrooke.

Eno, B. (1996). Generative Music. In Motion Magazine, (7).

Faerber, R. (2003). Groupements, processus pédagogiques et quelques contraintes liés à un environnement virtuel d’apprentissage (pp. 199–210). EIAH 2003.

Fairfield, S. M. (2010). Creative thinking in elementary general music: a survey of teacher’s perceptions and practices. Lowa: University of Iowa.

Favory, J. (2007). Les unités sémiotiques temporelles. Mathématiques et Sciences Humaines. Mathematics and Social Sciences, (178), 51–55.

Fijalkow, J., Cussac-Pomel, J., & Hannouz, D. (2010). L’écriture inventée: empirisme, constructivisme, socioconstructivisme. Education & Didactique, 4(3), 63–97.

Fortier, G. (1998). Crevier, F. (1996). Conception et validation d’une méthode d’ingénierie didactique. Thèse de doctorat, Faculté des sciences de l’éducation, Université de Montréal. Revue des sciences de l’éducation, 24(2), 441.

Francès, R. (1984). La perception de la musique. Paris: Vrin.

Fregona, D. (1995). Les figures planes comme “milieu” dans l’enseignement de la géométrie: interactions, contrats et transpositions didactiques (Thèse de doctorat).

Bordeaux 1, Bordeaux.

Freinet, C. (1959). La méthode globale cette galeuse. L’Educateur, pp. 1–8.

Fremiot, M. (1999). De l’objet musical aux Unités Sémiotiques Temporelles. In Ouïr, entendre, écouter, comprendre après Schaeffer (pp. 227–242). Paris: Castel.

Gagnepain, B. (1996). Histoire de la musique: XIIIe-XIVe siècle (Vol. 2). Paris: Seuil.

Gallo, S. (1999). Educação, ideologia e a construção do sujeito. Perspectiva, 17(32), 189–207.

Ganvert, G. (1999). L’enseignement de la musique en France. Paris: l’Harmattan).

Garcia-Debanc, C., Grandaty, M., & Liva, A. (1996). Didactique de la lecture.

Presses Universitaires du Mirail.

Garson, A. (1969). The Suzuki teaching method. Australian Journal of Music Education, (4), 9–14.

Gérard, M. (1825). Methode de chant - Etude de solfège et de la vocalisation (Pleyel). Paris: Pleyel.

Giglio, M. (2007). Créativité musicale et réflexions partagées: étude pilote chez des élèves d’école secondaire. Revue Recherche En Éducation Musicale, 26, 195–

207.

Giglio, M., & Perret-Clermont, A.-N. (2009). L’acte créatif au coeur de l’apprentissage. Enjeux Pédagogiques, (13), 16–17.

Giroux, S., & Tremblay, G. (2002). Méthodologie des sciences humaines: la recherche en action. Saint-Laurent (PQ) : ERPI.

Goldman, J. (2000). Défense d’Adorno contre ses enthousiastes. Theodor W. Adorno (1999), Sound Figures , Stanford, Californie, Stanford University Press, coll.

“Meridian : crossing aesthetics”, 229 p. Circuit: Musiques contemporaines, 11(2), 85–90. http://doi.org/10.7202/004673ar

Gonin, F. (2008). Processus créateurs et musique tonale. Paris: L’Harmattan.

Gosselin, P., Potvin, G., Gingras, J.-M., & Murphy, S. (1998). Une représentation de la dynamique de création pour le renouvellement des pratiques en éducation artistique. Revue Des Sciences de L’éducation, 24(3), 647.

Grabócz, M. (2009). Musique, narrativité, signification. Paris: l'Harmattan.

Gruhn, W. (2005). Children need music. International Journal of Music Education, 23(2), 99–101. http://doi.org/10.1177/0255761405052400

Guichard, L. (2009). «Il faut bien faire du solfège pour avoir de bonnes bases»!

Réflexions sur les finalités du cours de formation musicale et son utilité pour tous les élèves. CEFEDEM Rhône-Alpes.

Guirard, L. (1997). L’apport des théories attributionnelles de la motivation dans l’étude des questions d’aptitude musicale. Musicae Scientiae, 2(1), 183–204.

Guirard, L. (1998). Abandonner la musique ? Psychologie de la motivation et apprentissage musical. Paris: l’Harmattan.

Gutierrez, L. (1930). Convertir les éducateurs chrétiens à l’éducation nouvelle. Mars, 99.

Gut, S. (1987). MusicologieLes fondements de la musique tonale. Une perspective analytique post-schenkerienne by Célestin Deliège. Société Française de

Musicologie, 73(1), 139–143.

Gut, S. (1996). Schenker et la “schenkéromanie”: essai d’appréciation d’une méthode d’analyse musicale. Revue de Musicologie, 82(2), 344.

http://doi.org/10.2307/947133

Guyard, M.-R. (1974). Ruwet revew par Natiez.pdf. In Anales. Economies, Sociétés, Civilisations (Vol. 29, pp. 764–765). Retrieved from

http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/ahess_0395-2649_1974_num_29_3_293507_t1_0764_0000_002

Hagège, H. (2007). La démarche scientifique : invariants et spécificités disciplinaires.

IREM -LIRDEF (Laboratoire Interdisciplinaire de Recherche en Didactique, Education et Formation) Université de Montpellier II.

Hanninen, D. A. (2012). A Theory of Music Analysis: On Segmentation and Associative Organization (Vol. 92). New York: University of Rochester Press.

Hargreaves, D. J., Marshall, N. A., & North, A. C. (2003). Music education in the twenty-first century: a psychological perspective. British Journal of Music Education, 20(2), 147–163.

Hasty, C. (1981). Segmentation and Process in Post-Tonal Music. Music Theory Spectrum, 3, 54–73.

Hennion, A. (2007). La passion musicale: une sociologie de la médiation. Paris:

Métailié.

Herrington, J., & Oliver, R. (2000). An Instructional Design Framework for Authentic Learning Environments. Educational Technology Research and Development, 48(3), 23–48.

Hiller, L. (1981). Composing with Computers: A Progress Report. Computer Music Journal, 5(4), 7.

Hiver, M. (2010). Adorno et les industries culturelles: Communication, musiques et cinéma. Paris: L’Harmattan.

Houssaye, J. (1992). Le triangle pédagogique (1992nd ed.). Berne: Peter Lang.

Houssaye, J., Christensen, R., Garin, D., & Sweet, A. (1995). Former à une pensée autonome : la méthode de l’enseignement par la discussion. Revue Française de Pédagogie, 113(1), 137–138.

Huot, H. (1985). Et voilà pourquoi ils ne savent pas lire: propos réalistes sur l’état de l’enseignement du français en France. Paris: Minerve.

Jackendoff, R., & Lerdahl, F. (1983). A Generative Theory of Tonal Music Cambridge, MA: MIT Press.

Jackendoff, R., & Lerdahl, F. (2006). The capacity for music: What is it, and what’s special about it? Elsevier, 100(1), 33–72.

Jacques-Dalcroze, É. (1919). Le rythme, la musique et l’éducation. Paris:

Fischbacher.

Jacques-Dalcroze, É. (1921). Rhythm, music and education. GP Putnam’s Sons.

Jodelet, D. (2002). Les Representations Sociales Dans le Champ de la Culture.

Social Science Information, 41(1), 111–133.

Jorgensen, E. R. (2003). Transforming music education. Bloomington: Indiana University Press.

Julien, M.-A. (1842). Exposé de la méthode d’éducation de Pestalozzi. Paris:

Hachette.

Kane, B. (2007). L’Objet Sonore Maintenant: Pierre Schaeffer, sound objects and the phenomenological reduction. Organised Sound, 12(01), 15.

Kosyvas, G. (2010). Problèmes ouverts: notion, catégories et difficultés. In Annales de didactique et de sciences cognitives (Vol. 15, pp. 45–73). Strasbourg: IREM.

Lando, P. (2006). Conception et développement’applications informatiques utilisant des ontologies: application aux EIAH. 1res Rencontres Jeunes Chercheurs En EIAH, RJC-EIAH.

Lange, A. (1986). Stratégies de la musique. Bruxelles: Mardaga.

Laroche, A. A. (1860). Solfège complet théorique et pratique (Editions Publibook).

Bruxelles: J.B. Katto.

Lartillot, O., & Saint-James, E. (2005). Automating motivic analysis through the application of perceptual rules. Music Query: Methods, Strategies, and User Studies (Computing in Musicology, 13.

Lattard, J. (2003). Intervalles, échelles, tempéraments et accordages musicaux: de Pythagore à la simulation informatique. Paris: l’Harmattan.

Leclair, M. (2009). Voir la musique. Terrain, (2), 4–9.

Lefkowitz, D. S., & Taavola, K. (2000). Segmentation in music: generalizing a piece-sensitive approach. Journal of Music Theory, 44(1), 171–229.

Legrand, L., Meirieu, P., Astolfi, J.-P., Reboul, O., & Smith, F. (1996). La pédagogie Freinet, est-ce une méthode ou une organisation systémique ? Le Nouvel

Éducateur, 5–14.

Lerdahl, F., & Jackendoff, R. (1981). On the Theory of Grouping and Meter. The Musical Quarterly, 67(4), 479–506.

Leroi-Gourhan, A. (1948). Évolution et techniques: Millieu et technique (Albin, Vol. 2).

Paris.

Lévy, F. (2004). Complexité grammatologique et complexité aperceptive en musique (Doctorat). École des Hautes Études En Sciences Sociales, Paris.

Linard, M. (2001). Concevoir des environnements pour apprendre: l’activité humaine, cadre organisateur de l’interactivité technique. Sciences et Techniques

Éducatives, 8(3-4), 211–238.

Lombard, F. (2009). Du triangle de Houssaye au tétraèdre des TIC : comprendre les interactions entre savoirs d’expérience et ceux de la recherche. In B. Charlier & D.

Peraya, (Eds.), Transformation des regards sur la recherche en technologie de l’éducation (De Boeck, pp. 137–154). Bruxelles.

Lorta-Jacob, B., & Rovsing Olsen, M. (2004). Musique, anthropologie: la conjonction nécessaire. Revue Française D’anthropologie, (171/172), 7–26.

Luedy, E. (2006). Batalhas culturais: educação musical, conhecimento curricular e cultura popular na perspectiva das teorias críticas em educação. Revista Da ABEM, (15), 101–107.

Lyon, J. (2014). Pestalozzi et la musique. Publibook/Société écrivains.

Machabey, A. (1959). Introduction à la lyrique musicale romane (1re partie). Cahiers

Machabey, A. (1959). Introduction à la lyrique musicale romane (1re partie). Cahiers

Dans le document Vers un dispositif numérique pour l'enseignement-apprentissage du solfège: convergence de la pédagogie et de la didactique de la musique avec la technologie numérique (Page 182-0)