PartIE 4 - RÉsultATs

4.4 Résumé du formulaire de rétroaction

On a sollicité des participants à la simulation leurs commentaires sur la séance au moyen d’un formulaire de rétroaction faisant partie du dossier de documentation.

Soixante-trois formulaires remplis ont été remis. Le tableau qui suit résume les réponses des participants aux questions d’évaluation. Certains participants n’ont pas répondu à toutes les questions. Les questions 10 et 11 demandaient des réponses rédigées, qui suivent le tableau. L’Annexe 14 présente les commentaires relatifs aux autres questions.

Rétroaction sur l’exercice GLOBAL GRIPPE

1. Comment notez-vous la contribution de la discussion du groupe d’experts du gouvernement à votre compréhension de l’approche, du rôle et des responsabilités du gouvernement en cas de pandémie d’influenza?

□ Faible □ Acceptable □ Moyenne □ Bonne □ Excellente

1 5 13 30 11

2. Comment notez-vous la contribution de la discussion du groupe d’experts de l’industrie à votre compréhension de l’approche, du rôle et des responsabilités de l’industrie

agroalimentaire en cas de pandémie d’influenza?

□ Faible □ Acceptable □ Moyenne □ Bonne □ Excellente

3 2 39 16

3. Quel a été le degré d’efficacité de l’exercice GLOBAL GRIPPE pour mieux vous faire comprendre les effets d’une pandémie d’influenza sur le secteur agroalimentaire et les interrelations des divers éléments du secteur?

□ Faible □ Acceptable □ Moyen □ Bon □ Excellent

1 3 30 25

4. Quel a été le degré d’efficacité de l’exercice GLOBAL GRIPPE pour mieux vous sensibiliser au besoin et aux approches de la préparation en cas de pandémie d’influenza dans le secteur agroalimentaire?

□ Faible □ Acceptable □ Moyen □ Bon □ Excellent

6 31 23

5. Quel a été le degré d’efficacité de l’exercice GLOBAL GRIPPE pour vous convaincre du besoin d’une capacité de communications d’urgence et de sa coordination dans le secteur agroalimentaire en situation d’urgence de pandémie d’influenza?

□ Faible □ Acceptable □ Moyen □ Bon □ Excellent

3 27 30

6. Comment évaluez-vous globalement la simulation théorique GLOBAL GRIPPE, notamment le lieu, l’animation, le rythme, la présentation, etc.?

□ Faible □ Acceptable □ Moyenne □ Bonne □ Excellente

1 5 32 22

7. Comment notez-vous l’utilité du matériel qui vous a été communiqué avant l’exercice GLOBAL GRIPPE et du matériel distribué à la séance?

□ Faible □ Acceptable □ Moyenne □ Bonne □ Excellente

1 12 34 10

8. Quelle est votre évaluation des modalités administratives de l’exercice GLOBAL GRIPPE?

□ Faible □ Acceptable □ Moyenne □ Bonne □ Excellente

1 3 34 20

9. Est-ce que vous participeriez à de futurs ateliers et exercices d’AAC/CCFASA sur la préparation d’urgence dans la filière de l’approvisionnement alimentaire?

□ Non □ Peu probable □ Peut-être □ Probablement □ Certainement

10 28 20

10. À l’issue de cette séance de préparation à une pandémie d’influenza, quelles sont les trois mesures que vous aimeriez que votre organisation adopte?

a.

b.

c.

11. Quelles mesures aimeriez-vous que prenne AAC ou la CCFASA à l’égard de la préparation en cas de pandémie d’influenza dans le secteur agroalimentaire?

a.

b.

c.

12. Quelle est votre évaluation globale de cette simulation de préparation d’urgence en cas de pandémie d’influenza?

□ Faible □ Acceptable □ Moyenne □ Bonne □ Excellente

1 33 20

Réponses au formulaire de rétroaction – Questions 10 et 11

Remarque : La plupart des commentaires similaires n’ont pas été répétés. Autrement, tous les commentaires sont présentés afin d’offrir au lecteur une impression plus directe et complète de tout l’éventail des réponses. Les commentaires ont été regroupés par catégorie pour favoriser la consultation.

Question 10 : À l’issue de cette séance de préparation à une pandémie d’influenza, quelles sont les trois mesures que vous aimeriez que votre organisation adopte?

• Communications et plans de communications

o Confirmer les ressources clés au gouvernement.

o Confirmer les ressources clés chez les fournisseurs et la clientèle.

o Élaborer un plan d’urgence ou de communications de crise.

o Élaborer une stratégie des communications spécifique à une pandémie, reposant sur un plan opérationnel en cas de pandémie.

o Rédiger une stratégie des communications pour le ministère.

o Améliorer le plan des communications internes.

o Intensifier les communications et mettre à jour la liste des personnes-ressources.

o Répertorier les points de contact gouvernementaux en cas de pandémie.

o Préparer un guide des communications à l’avance.

o Créer un plan et une équipe de communications en cas de pandémie, en complément de notre plan de continuité des opérations.

o Préparer une stratégie de communications internes.

o Savoir qui nous devrions écouter au gouvernement.

• Éducation et sensibilisation

o Organiser des ateliers de sensibilisation.

o Sensibiliser tous les employés aux répercussions sur le personnel, l’organisation, le secteur de l’industrie.

o Garder le cap dans notre approche d’éducation et de sensibilisation.

o Expliquer et prouver aux employés l’importance de leurs fonctions.

o Former les employés.

• Plans d’urgence ou d’activités

o Accélérer l’achèvement de notre plan.

o Vérifier, mettre à jour, raffiner, mettre au point notre plan en cas de pandémie en fonction des nouveaux éléments appris.

o Réaliser une évaluation du risque.

o Consolider les notes sur des crises antérieures (panne totale, verglas, etc.) pour cerner les points logistiques à envisager dans le plan.

o Mieux assimiler les incidences d’une pandémie sur la filière d’approvisionnement pour perfectionner notre planification en cas de pandémie.

o Établir pour l’organisation un plan en cas de pandémie d’influenza.

o Explorer les stratégies actuelles de préparation à une pandémie.

o Élargir et intégrer les plans avec le gouvernement provincial, les municipalités, les fabricants, les producteurs et les distributeurs pour aborder globalement la filière d’approvisionnement.

o Établir quel est l’état actuel de préparation et définir des projets pour combler les lacunes.

o Repérer les points critiques et énoncer le détail des solutions à l’avance.

o Mettre plus l’accent sur la reprise.

o Faire circuler le plan d’urgence établi.

o Se préparer aux imprévus, la mise en œuvre d’un plan se heurte toujours à des obstacles.

o Définir de trois à cinq priorités. Entreprendre ou poursuivre le travail sur ces priorités.

o Revoir le plan de reprise des activités.

o Passer en revue des conclusions et décider si le secteur devrait élaborer des plans, de quelle façon, etc.

o Simplifier notre plan Æ les scénarios évolueront rapidement dans la réalité.

o Mettre le plan à jour en fonction de phases ou de scénarios différents.

• Aspects financiers

o Prendre des dispositions financières.

o Réserver un budget et des ressources.

• Leadership et prise de décision

o Accroître la sensibilisation et le sentiment d’urgence chez la direction et le conseil d’administration.

o Définir plus clairement les pouvoirs législatifs fédéraux et provinciaux.

o Expliciter le rôle de notre ministère en situation d’urgence.

o Étudier la fonction définie de gestion d’urgence dans l’organisation.

o Consulter le conseil.

o Demeurer axé sur le niveau supérieur.

o Rédiger un document expliquant le besoin d’un plan à l’intention du conseil d’administration.

o Susciter l’engagement des décideurs envers l’importance de la préparation (et le temps qu’il faudra y consacrer).

o Améliorer la connaissance des mécanismes d’approvisionnement.

o Transmettre les éléments appris aux leaders de l’industrie.

o Comprendre le processus décisionnel.

• Opérations

o Définir plus clairement la préparation au travail à domicile.

o Plan d’urgence en cas d’absence des employés.

o Prévoir un cas d’urgence en cas de pénurie de personnel.

o Voir aux stocks d’aliments.

o Étudier une équipe de reprise.

o Passer en revue les pratiques des RH afin de se préparer (p. ex. congés, etc.)

• Relations

o Définir plus clairement les interdépendances.

o Continuer de travailler sur les relations avec les fournisseurs et acheteurs, le gouvernement.

o Continuer de renforcer les liens avec d’autres ministères et des intervenants.

o Convoquer un groupe de travail du secteur alimentaire.

o Encourager les membres à rédiger un plan en cas de pandémie ou à l’ajouter à leurs plans d’urgence.

o Améliorer nos messages du gouvernement à l’industrie.

o Améliorer les relations avec les fournisseurs, les clients et les gouvernements.

o Accroître le réseautage avec l’industrie et le gouvernement provincial.

o Intensifier les pressions sur l’association de l’industrie afin de rehausser l’engagement du gouvernement auprès de l’industrie.

o Intégrer au comité un ou deux membres manquants (opérations, distribution).

o Exercer des pressions auprès du gouvernement de la C.-B. pour qu’il s’implique et travaille avec nous.

o Préparer direction contact – médical – gouvernement.

o Fournir aux membres de l’information et des liens Internet relativement à des plans en cas de pandémie.

o Relever d’un cran les discussions avec des partenaires dans toute la filière d’approvisionnement.

o Entrer en contact avec les vendeurs.

o Renforcer les partenariats.

o Faire connaître les résultats de cet exercice aux entreprises membres.

o Partager notre plan avec nos partenaires commerciaux.

• Mise à l’essai et ateliers

o Réunir les équipes internationales de gestion de crise de l’entreprise pour une planification théorique.

o Réaliser une simulation théorique au niveau de l’entreprise.

o Exécuter un exercice, une simulation. Faire un exercice.

o Effectuer un exercice de son propre plan de continuité des opérations.

o Tenir des séances similaires dans les régions – peut-être avec des tables rondes de la chaîne de valeur.

o Simulation théorique interne à partir du matériel reçu ici.

o Envisager d’organiser une séance sectorielle.

o Mettre à l’essai un scénario de pandémie à l’occasion des exercices de gestion de crise (nous avons de tels exercices au moins une fois par trimestre, mais nous pourrions effectuer une simulation théorique de pandémie).

o Entreprendre une simulation théorique. Mettre à l’épreuve le plan opérationnel, y compris les communications.

• Autres

o Meilleure orientation sur la priorité relative de cet élément dans le contexte plus large des autres priorités de travail.

o Formuler une stratégie de promotion de la volaille pendant la pandémie.

o Trouver une autre forme d’emballage de la volaille.

o Besoin d’étudier plus attentivement les changements dans la demande des services de l’ASFC en situation de pandémie.

o Réaliser une meilleure évaluation des incidences aux plus hauts niveaux du gouvernement.

o Se regrouper et discuter de ce que nous avons entendu et appris.

o Travailler à garder la frontière ouverte.

Question 11 : Quelles mesures aimeriez-vous que prenne AAC ou la CCFASA à l’égard de la préparation en cas de pandémie d’influenza dans le secteur agroalimentaire?

• Communications et plans de communications

o Indication claire des ministères avec lesquels communiquer.

o Communication avec l’industrie.

o Établir les points de contact centraux – qui communiquera avec qui?

o Formuler un « arbre des relations gouvernementales » de coordonnées d’information pour l’industrie.

o Élaborer une stratégie de communications propre à une pandémie.

o Formuler des messages de communication proactive au public à titre préventif, afin de gérer les attentes.

o Dialoguer à l’avance avec les médias.

o Distribuer du courrier et de l’orientation d’un point de vue unifié pour le groupe.

o Assurer un lien de communication clair et direct avec les associations de l’industrie.

o Identifier l’organe principal de communications en cas de pandémie.

o Communications et consultations accrues sur les produits et services perçus comme étant critiques.

o Quel est l’état d’avancement des travaux avec d’autres groupes de travail?

Besoin d’une mise à jour, de savoir ce que font tous les groupes de travail.

o Centrales d’information.

o Assurer la diffusion des communications et des mises à jour.

o Maintenir l’échange d’information.

o Se tenir au courant des activités gouvernementales – ils devraient être plus proactifs et fournir plus de ressources.

o Ouvrir un dialogue entre les provinces – être sur la même longueur d’onde.

o Préparer des dossiers de presse (communications) pour les diverses étapes.

o Présenter une information plus claire et mieux harmonisée à l’industrie des produits alimentaires.

o Fournir des listes de points de contact d’urgence, par secteur, par région.

o Publier des ébauches de messages et de communications.

o Mise à jour trimestrielle (imprimé posté).

• Éducation et sensibilisation o Éducation.

o Engagement accru d’autres ministères pour augmenter la sensibilisation, p. ex.

réunions d’information casse-croûte à mesure que progresse la planification.

• Plans d’urgence et d’activités

o AAC –Partager le plan de préparation d’Agriculture Canada – consulter les groupes de l’industrie et solliciter leur rétroaction.

o Coordonner la planification des gouvernements fédéral, provinciaux et municipaux, ils semblent travailler isolément.

o Formuler notre propre stratégie et collaborer avec l’industrie à la mise au point d’une stratégie plus étendue.

o Diffuser le plan d’urgence du ministère.

o Encourager une activité accrue de planification et de communication des plans au niveau de l’ensemble du gouvernement.

o Explorer les stratégies actuelles de préparation à une pandémie.

o Explorer avec des ministères et organismes gouvernementaux des réponses aux questions et préoccupations soulevées dans la présente simulation à propos des aspects financiers, de RH, de salubrité des aliments, etc.

o Assurer le suivi de l’évolution de la planification en cas de pandémie auprès des paliers de gouvernement.

o Former des sous-groupes chargés de combler des lacunes, p. ex. transports.

o Aider à élaborer des plans sectoriels en cas de pandémie.

o Aider à énoncer des priorités.

o Beaucoup de plans disponibles – un seul est nécessaire! Possible?

o Besoin de définir un ensemble d’hypothèses que tous pourraient utiliser – les mêmes pour tout le monde – p. ex. baisse de 40 % de la production d’un produit cru.

o Définir les priorités – p. ex. qui est l’employé essentiel d’un service? Qui recevra un vaccin? Qui prend les décisions?

o Préparer et mettre à jour des modèles de plan.

o Préparer le transport et la distribution de l’approvisionnement alimentaire en situation de pandémie.

o Fournir des modèles de plan adaptables, plutôt que des thèmes de réflexion.

Cette démarche permettrait de sauver énormément de temps administratif, en évitant d’entrer à nouveau le même type d’information pour chaque entreprise.

o Commencer à rédiger des lignes directrices propres à l’industrie.

o Voir comment s’inscrit l’industrie dans leur plan en cas de pandémie.

• Aspects financiers

o AAC – Planification financière en cas de pandémie – éviter les faillites en série dans la filière d’approvisionnement alimentaire.

o Examiner maintenant un soutien financier aux producteurs et aux employés – avant qu’il ne soit nécessaire.

o Intégrer les répercussions financières macroéconomiques (comme les pressions sur les ressources gouvernementales, les pénuries de matières brutes ou les hausses de prix – même les faillites; montant des taxes perçues).

o Mettre l’assurance-emploi à la disposition des employés en difficulté financière.

o Financer des activités de sensibilisation dans l’industrie et communiquer la stratégie (réseau fédéral de communications).

o Affecter des ressources appropriées à des projets de renforcement des capacités.

o Recours financiers.

• Leadership et prise de décision

o Faire pression sur tous les paliers de gouvernement pour qu’ils rendent leurs approches et leurs politiques cohérentes et prévisibles.

o Définir plus clairement les responsabilités d’AAC.

o Définir clairement les rôles de chaque palier de gouvernement.

o Expliciter la portée de l’engagement de chaque secteur, c.-à-d. indiquer plus clairement quand l’initiative revient au gouvernement.

o S’assurer que le gouvernement définit clairement qui sont les décideurs.

o Besoins de décisions et de communications considérablement plus approfondies de la part des ministères fédéraux et provinciaux pour orienter l’industrie Æ habiliter de meilleurs plans du secteur privé.

o Une fois qu’un rapport est diffusé et approuvé, l’acheminer au gouvernement supérieur.

o Demander des éclaircissements sur le moment et les modalités d’application de mesures d’urgence par le gouvernement, et sur les incidences pour les

détaillants de produits alimentaires et exploitants de services alimentaires.

o Constituer un comité de coordination qui entrerait en activité lorsque survient une éclosion. Ce comité devrait posséder toute l’information.

o Expliquer la hiérarchie gouvernementale.

o Assumer le leadership pour éviter que chacun réinvente la roue.

• Relations

o Constituer une liste de contact/distribution/réseautage des participants.

o Continuer de renforcer les liens avec d’autres ministères et le secteur public.

o CCFASA – Communiquer avec tous les directeurs généraux des associations nationales pour s’informer de leur attitude et les sensibiliser.

o Faciliter l’identification et la mise en rapport des contacts primaires, p. ex. la personne désignée du fabricant A devrait communiquer avec la personne X de l’ASPC, la personne Y de l’ACIA et la personne Z d’un autre organisme gouvernemental.

o Organiser des réunions régulières de représentants de l’industrie et du gouvernement afin de passer les plans en revue et de soutenir les communications.

o Accroître les discussions avec l’industrie.

o Rencontrer régulièrement des représentants de Protection civile Canada.

o Rencontrer des représentants de tous les ministères provinciaux de l’agriculture.

o Réunir les membres d’une même région géographique dans des tables rondes.

o Renforcer les liens avec d’autres ministères, les provinces et l’industrie.

• Mise à l’essai et ateliers

o Mise à jour annuelle sur ce séminaire.

o Poursuivre les exercices de mise à l’essai.

o Envisager des ateliers provinciaux et régionaux (les services de santé municipaux devront prendre l’initiative).

o Séminaire d’une journée avec M. King et Ron Guirguis.

o Éventuelle séance de travail pour présenter les plans et en parcourir le détail.

o Produire des notes de la conférence.

o Faire rapport de l’exercice d’urgence et distribuer des copies des exposés.

o Reprendre ces séances pour les présenter à la base partout au pays.

• Autres

o Assurer le relais.

o Aider à obtenir des réponses plus claires du gouvernement pour l’industrie.

o Identifier un maximum de trois centres de référence avec des sites Web.

o Information sur les réquisitions de camions, d’aliments en cas de pandémie.

o Maintenir la pression sur le gouvernement pour qu’il examine et évalue la filière de l’approvisionnement alimentaire – garder le dossier ouvert.

o KIT de service.

o Assurer l’engagement du gouvernement – Agriculture Æ santé.

o Besoin d’outils en ligne.

o Publier un guide de l’hygiène s’inspirant du Guide alimentaire canadien.

o Travailler comme des damnés pour garder la frontière ouverte.

In document este PROJET DE SIMULATION D INTERVENTION DE L INDUSTRIE AGROALIMENTAIRE EN CAS DE PANDÉMIE D INFLUENZA Exercice GLOBAL GRIPPE Rapport final (Page 62-71)