Des résultats consolidés pro forma qui traduisent la dynamique opérationnelle des métiers

In document Actualisation du document de référence (Page 94-98)

Bilan au 30 juin 2005

Note 2 – INFORMATIONS SUR LES REGLES ET PRINCIPES COMPTABLES

3. Des résultats consolidés pro forma qui traduisent la dynamique opérationnelle des métiers

3.1 Résultats pro forma du Groupe Caisse d’Epargne

En millions d'euros 2004 2004 PF 2005

1e r s e m . 1e r s e m . 1e r s e m .

Produit net bancaire 4 091 4 900 5 170 270 6%

Frais de gestion -2 808 -3 490 -3 679 -189 5%

Résultat brut d'exploitation 1 283 1 410 1 491 81 6%

Coefficient d'exploitation 68,6% 71,2% 71,2%

--Coût du risque -137 -239 -65 174 -73%

Résultat des sociétés mises en équivalence 80 107 122 15 14%

Résultat des actifs immobilisés 13 -2 3 5 ns

Résultat courant avant impôt 1 239 1 276 1 551 275 22%

Résultat exceptionnel 95 -13 -153 -140 ns

Impôts sur les bénéfices -383 -380 -237 143 -38%

Amortissements des écarts d'acquisition -7 -30 -41 -11 ns

Dotations aux FRBG -75 -115 -46 69 -60%

Intérêts minoritaires -12 -18 -44 -26 144%

Résultat net (part Groupe) 857 720 1 030 310 43%

Capacité bénécifiaire (*) 932 835 1 076 241 29%

Rendement des fonds propres (**) 11,5% 10,0% 11,7% 1,7 pt

--* Capacit é bénéficiaire = Résult at net (part du groupe) + Dot at ions nett es aux FRBG (part du groupe)

** Rendement sur fonds propres moyens

Variation

2005 / 2004 P F

Sur la base des comptes pro forma du 1er semestre 2004, le Groupe affiche une croissance toujours renouvelée ainsi qu’une rentabilité en progression.

ƒ Au premier semestre 2005, le PNB s’établit à 5,2 milliards d’euros soit une hausse de 6 %. Cette progression des revenus traduit la hausse des encours de la Banque commerciale et de la gestion d’actifs ainsi que la bonne performance des activités de marchés et financements.

ƒ Les frais de gestion s’élèvent à 3,7 milliards d’euros sur le 1er semestre 2005, en hausse de 5 %.

Les frais de personnel représentent 60% de ces frais de gestion. Ils s’établissent à 2,2 milliards d’euros et progressent de 3 % par rapport à l’exercice précédent. Cette hausse est notamment liée à la progression de la rémunération variable, corrélativement à l’augmentation du PNB de la Banque d’investissement et à la convergence des accord sociaux du Crédit Foncier (suite de la fusion avec Entenial). Les effectifs du Groupe sont quant à eux en augmentation de 2% à près de 53 150 ETP (effectif temps plein).

Les autres frais de gestion augmentent de 9 %. Cette forte progression est la résultante de plusieurs effets cumulatifs: le renforcement des fonctions d’animation et de pilotage des métiers ainsi que la structuration de la filière risque ; les lourds investissements engagés dans le cadre des projets réglementaires (Bâle II, IFRS), de pilotage et de maîtrise des risques ; les frais de restructuration et travaux de migration informatique dans les filiales de la Banque commerciale.

ƒ Compte tenu de ces investissements, le résultat brut d’exploitation s’établit à 1,5 milliard d’euros, en hausse de 6% sur l’exercice précédent.

La dégradation du coefficient d’exploitation entre les comptes publiés de juin 2004 et le pro forma de juin 2004 traduit essentiellement l’intégration à 100 % de filiales ayant des coefficients d’exploitation plus élevés (Groupe Crédit Foncier, Banque Palatine, IXIS AM…), le retraitements de revenus exceptionnels de 2004 (plus-values, indemnités dans le cadre de Refondation).

ƒ Le coût du risque pro forma s’établit à 65 millions d’euros en baisse de 174 millions d’euros par rapport à l’exercice précédent du fait de la baisse générale de la sinistralité constatée sur la Banque commerciale et la Banque d’investissement.

ƒ Le résultat courant avant impôt atteint 1,6 milliard d’euros au premier semestre 2005 en hausse de 22% sur l’exercice précédent. La progression des résultats des sociétés mises en équivalence de 14 % traduit la bonne activité des filiales d’assurances Ecureuil Vie et CNP.

ƒ La capacité bénéficiaire atteint 1,1 milliard d’euros à la fin du premier semestre 2005, en hausse de 29% par rapport à l’exercice précédent. Cette progression tient compte de la baisse du coût du risque ainsi que des effets induits liés au passif social : la couverture de la marge de solvabilité de la CGRCE impacte négativement les résultats exceptionnels de 150 millions d’euros, et le transfert accéléré des engagements et des actifs dédiés à la CGRCE génère un gain d’impôt sur le 1er semestre de 176 millions d’euros.

ƒ Enfin, le rendement des fonds propres s’élève à 11,7% au 1er semestre 2005, en hausse de 1,7 point sur l’exercice précédent.

3.2 Forte progression des résultats des métiers

Le Groupe Caisse d’Epargne après l’acquisition des filiales de la Compagnie Financière Eulia s’est organisé au cours de l’exercice 2004 selon un schéma matriciel avec la création de pôles transverses fonctionnels et 2 grands pôles métiers : le pôle Banque commerciale (BC) et le pôle Banque d’investissement (BI).

Le pôle Banque commerciale englobe :

- l’ensemble des activités de distribution de crédit, d’épargne et de services bancaires réalisées par les Caisses d’Epargne et les autres enseignes du Groupe (Crédit Foncier, Banque Palatine, OCEOR, Compagnie 1818) ;

- la gestion des excédents de ressources clientèles et des fonds propres ainsi que le refinancement associé ;

- les filiales supports dédiées aux réseaux de distribution ;

- et les filiales d’assurances et dommages (CNP, Ecureuil Vie, GCE Garanties - ex Eulia Caution - notamment).

Le pôle Banque d’investissement s’est structuré autour de 4 filiales métiers :

- IXIS Corporate & Investment Bank en charge des activités de marché et de financements. Pour assurer sa présence sur les marchés mondiaux, elle dispose, outre son implantation principale à Paris, de succursales à Francfort, Londres et Tokyo, et de filiales à New York et Hong Kong ; - IXIS Asset Management Group en charge de la gestion d’actifs financiers et immobiliers en

Europe, Asie et Amérique du Nord ;

- IXIS Investor Services en charge de la conservation et l’administration de fonds ainsi que des services aux investisseurs institutionnels en Europe ;

- IXIS Financial Guaranty (CIFG) en charge des activités de Garantie financière pour la plupart logées aux Etats unis.

A ces deux pôles métiers s’ajoute le pôle Holding qui comprend les activités de portefeuille pour compte propre des Caisses d’Epargne et de la CNCE, la fonction de centrale financière exercée par la CNCE et Martignac Finance pour l’ensemble du réseau des Caisses d’Epargne, les activités de support de la CNCE

hormis celles directement affectables aux métiers (animation des métiers), la gestion des participations non consolidées, le placement normatif des excédents de fonds propres des Caisses d’Epargne et les éléments du compte de résultat considérés comme exceptionnels (provisions pour risque général de crédit en 2004 par exemple, les amortissements des écarts d’acquisition, les incidences des engagements CGRCE).

Les conventions retenues pour l’élaboration des résultats par métier ont pour objectif de donner une image représentative des résultats et de la rentabilité de chaque métier. Les principales règles et méthodes sont les suivantes:

ƒ Produit net bancaire

Le PNB de chaque pôle métier comprend les revenus générés par l’activité du pôle, hormis les produits exceptionnels. Pour le pôle Banque commerciale, s’y ajoute la rémunération des fonds propres normatifs alloués au réseau des Caisses d’Epargne.

ƒ Frais de gestion

Les frais de gestion de chaque pôle correspondent à l’addition des frais des entités juridiques constituant chacun des pôles, les frais des Caisses d’Epargne affectés à la Banque commerciale, ainsi que les coûts directs logés à la CNCE pour l’animation et le pilotage des métiers (impactant essentiellement la banque commerciale).

Restent inscrits dans le pôle Holding, les frais de gestion du portefeuille pour compte propre des Caisses d’Epargne et de la CNCE, les frais de structure non directement imputables aux pôles métiers, et ceux correspondant à des événements exceptionnels.

ƒ Provisions pour dépréciation et pour risques.

Le coût du risque de chacun des pôles traduit les risques inhérents aux activités menées par les pôles.

Les provisions pour risque à caractère général comptabilisées par les différentes structures juridiques du Groupe sont logées dans le compartiment Holding.

ƒ Résultats des actifs immobilisés

Les résultats sur actifs immobilisés enregistrent les plus-values dégagées par les pôles sur la cession de titres de participations ou d’investissement. Par exemple, les plus-values dégagées en 2003 sur la cession du siège du Crédit Foncier ont été inscrites dans le pôle Holding.

ƒ Résultats exceptionnels

Les éléments comptabilisés dans ce solde intermédiaire de gestion ont par nature un caractère extraordinaire. Ces éléments sont inscrits pour leur totalité dans le pôle Holding.

ƒ Ecart d’acquisition

Les amortissements des écarts d’acquisition sont affectés au compartiment Holding.

ƒ Charge fiscale

La charge fiscale des pôles est représentative de la charge comptabilisée au niveau des structures juridiques, retraitée le cas échéant des activités et éléments de résultats compris dans la holding. Les gains d’impôts issus de la gestion de la position du Groupe d’intégration fiscale CNCE ainsi que les éléments exceptionnels sont inscrits dans le pôle Holding.

ƒ Fonds bancaires pour risques généraux

Les dotations ou reprises de FRBG sont inscrites au sein du pôle Holding pour leur totalité.

ƒ Résultat par pôle métier

e n ME 2004p 2005 2004p 2005 2004p 2005 2004p 2005 e n ME e n %

1e r s e m . 1e r s e m . 1e r s e m . 1e r s e m . 1e r s e m . 1e r s e m . 1e r s e m . 1e r s e m .

Produit net bancaire 3 499 3 599 1 228 1 363 173 208 4 900 5 170 270 6%

Frais de gestion -2 602 -2 660 -802 -877 -86 -142 -3 490 -3 679 -189 5%

Résultat brut d'exploitation 897 939 426 486 87 66 1 410 1 491 81 6%

Coefficient d'exploitation 74,4% 73,9% 65,3% 64,3% 49,7% 68,3% 71,2% 71,2%

--Coût du risque -75 -61 -36 7 -128 -11 -239 -65 174 -73%

Résultat des sociétés mises en équivalence 103 113 4 8 1 107 122 15 14%

Résultat des actifs immobilisés 7 24 7 -3 -16 -18 -2 3 5 ns

Résultat Courant avant impôt 932 1 015 401 498 -57 38 1 276 1 551 275 22%

Résultat exceptionnel -13 -153 -13 -153 -140 ns

Impôts sur les bénéfices -269 -305 -130 -158 19 226 -380 -237 143 -38%

Amortissements des écarts d'acquisition -30 -41 -30 -41 -11 37%

Dotations aux FRBG -115 -46 -115 -46 69 -60%

Intérêts minoritaires -10 -16 -18 -30 10 2 -18 -44 -26 144%

Résultat net (part Groupe) 653 694 253 310 -186 26 720 1 030 310 43%

Capacité bénécifiaire 653 694 253 310 -71 72 835 1 076 241 29%

Variati on Groupe

Caisse d'Epargne Banque

Commerciale

Banque

d'Investissement Holding

Au 1er semestre 2005, les pôles métiers Banque commerciale de proximité et Banque d’investissement ont réalisé de très bonnes performances, leur capacité bénéficiaire ayant progressé respectivement de 6 % et 23

%. Pour mémoire, les éléments exceptionnels ont été inscrits au sein du pôle Holding et expliquent l’essentiel des variations sous le Résultat Brut d’Exploitation entre les 2 exercices.

Avec la diversification du portefeuille métier intervenue dans le cadre de l’opération Refondation, le pôle Banque d’investissement représente 26% du PNB du Groupe et 29% de la Capacité bénéficiaire au 1er semestre 2005. La Banque commerciale, cœur de métier du Groupe Caisse d’Epargne représente 64% de la Capacité bénéficiaire.

In document Actualisation du document de référence (Page 94-98)