Okrent : une caricature humoristique mais sévère de la culture espérantiste

Dans le document Quelle image pour l'espéranto? : Regard sur l'image à travers les principales positions idéologiques du mouvement en Europe (Page 65-69)

2.6. Critiques émises à l’égard des espérantistes et défense de ceux-ci

2.6.1. Okrent : une caricature humoristique mais sévère de la culture espérantiste

Dans son essai « In the land of invented languages: a celebration of linguistic creativity, madness and genius » (Okrent 2010), Okrent livre un regard acerbe et ironique sur la culture associative espérantiste, qu’elle a étudiée en assistant à de nombreux congrès mondiaux et régionaux.

Pour Okrent, l’image première de la langue espéranto est celle de la simplicité, de l’ordre et de la logique. Cependant, l’auteure présente un florilège de préjugés sur l’idéologie espérantiste, tout en démontrant qu’au final, ces préjugés ne sont pas totalement infondés.

Elle décrit, par exemple, le congrès annuel de la Ligue d’espéranto d’Amérique du Nord tenu en 2003 au MIT campus à Cambridge : « Some were the retired teachers and spry socialist grandpas I was prepared for. » (Okrent 2010, p.82). [« Certains étaient les enseignants retraités et les fringants grands-pères socialistes que je m’attendais à voir. »] ou encore:

« Their emotional proselytizing about the noble ideals of “our dear language” clicked right into the Esperanto landscape I’d imagined. » (ibid.) [« Leur prosélytisme émotionnel au sujet des nobles idéaux de « notre chère langue » correspondait en tout point au paysage espérantiste que j’avais imaginé. »] et : « A quick look around me told me that I qualified as a young person (I was 33 at the time). » (ibid. p.83). [« Un rapide coup d’œil autour de moi m’informa que je pouvais être considérée comme faisant partie des jeunes (j’avais 33 ans à ce moment-là).»]

A elles seules, ces quelques lignes dépeignent le milieu espérantiste comme étant vieillissant, forcément adepte du socialisme, sectaire, utopiste, ou encore fou et excentrique : « As time went on and the crackpot element of esperanto society became more pronounced, people concerned about their public image became less willing to be associated with it. » (ibid.

p.143). [« Avec le temps, le côté fêlé de la communauté espérantiste devenait plus prononcé,

65

et les personnes soucieuses de leur image publique étaient moins enclines à y être associées. »].

Pour décrire un certain sectarisme, l’auteure évoque un personnage qu’on surnomme le

« verda Papo » (« le Pape vert »). C’est un membre du groupe qui prêche inlassablement les idéaux espérantistes. Bien qu’il soit lassant, il y a un devoir de l’aimer au sein du groupe,

« Because he is one of us. He is part of what makes us us. In other words, it’s an Esperanto thing. You wouldn’t understand. » (ibid. p.113-114). [« Parce qu’il est l’un des nôtres. Il fait partie de qui nous fait nous. En d’autres termes, c’est une chose espérantiste. Vous ne pouvez pas comprendre. »] Sur ce point, Calvet reproche également aux espérantistes une approche subjective et sectaire: « On cite souvent Antoine Meillet « toute discussion théorique est vaine : l’espéranto a fonctionné » sans citer la phrase suivante du même auteur : « il lui manque seulement d’être entré dans l’usage pratique. » (Calvet 1999, p. 278).

Dans sa description colorée de l’univers espérantiste, l’auteure laisse entrevoir un art de vivre embrassant typiquement les idéaux utopistes révolutionnaires, en particulier l'anarchisme et le New Age: « The youth congresses are often sex-booze-and-rock-and-roll debauches, of the friendly, international variety of course. » (ibid. p.114). [« Les congrès des jeunes espérantistes sont souvent des débauches de type « sexe, alcool et rockn’n’roll », du genre amical et international, bien sûr. »]

Evoquant le Pasporta Servo, un service d’aide au voyage et d’hébergement gratuit pour espérantophones lancé par TEJO en 1974, l’auteure atteint le comble de l’ironie : « You can stay with a painter in Tajikistan, a nudist in Serbia or a gay, vegetarian ornithologist in Belgium. You might like to stay with an anarchist who likes to go out to bars in Brazil or a father of five and founder of the « club of light and peace » in Mozambique. Head to Ukraine, where hosting is provided only for hippies, punks, freaks and cannabis smokers.» (ibid.

p.115). [« Vous pouvez loger chez un peintre tadjik, un nudiste serbe ou un ornithologiste belge, gay et végétarien. Vous aimerez peut-être loger chez un anarchiste qui aime fréquenter les bars au Brésil, ou chez un père de cinq enfants et fondateur du club « paix et lumière » au Mozambique. Partez en Ukraine, où l’hébergement est disponible uniquement pour les hippies, les punks, les personnes bizarres et les fumeurs de cannabis. »]

66

C’est de manière à peine voilée que l’auteure présente les espérantistes comme des adolescents attardés: «If I were still entranced by the backpacking-through-Europe idea (many Esperantists never leave this phase), not being an Esperantist would be almost stupid. » (ibid.

p.115). [« Si j’étais encore fascinée par l’idée du voyage sac à dos à travers l’Europe (beaucoup d’espérantistes ne dépassent jamais cette phase), ne pas être espérantiste serait presque stupide. »]

L’auteure endure des réunions interminables, où l’égalité du droit à l’expression signifie un temps de parole trop généreux et forcément accordé à chacun: « I’ve always hated meetings, and the Esperanto ones kind of perfectly embody many of the reasons why. » (ibid. p. 129).

[« Les réunions espérantistes condensent la plupart des raisons pour lesquelles j’ai toujours détesté les réunions. »]

Afin sans doute de s’absoudre de sa forte critique, l’auteure fait des commentaires positifs, tout en y ajoutant encore de l’ironie : « While Esperantoland has its share of people you don’t want to meet – insufferable bores, sanctimonious radicals, proselytizers for Christ, communism, or a new kind of vegetarian healing – for the most part, the Esperantists I encountered were genuine, friendly, interested in the world and respectful of others. » (ibid.

p.129). [« Certes il y a, au Pays d’Espéranto, un bon nombre de personnes que vous ne voudriez pas rencontrer, d’insupportables casse-pieds, des moralisateurs radicaux, des propagandistes pour le Christ, pour le communisme, ou pour un nouveau régime végétarien, mais pour la plupart, les espérantistes que j’ai rencontrés étaient authentiques, amicaux, intéressés par le monde et respectueux des autres. »]

L’auteure évoque le déficit d’image en termes d’aspect pratique de la langue, de son utilité dans le commerce et les voyages, de son potentiel de partage des connaissances scientifiques.

Selon elle, cela date des débuts, Zamenhof ayant insufflé un idéal spirituel trop abstrait. A Boulogne-Sur-Mer (1905), déjà, certains auditeurs s’en étaient offusqués, souhaitant introduire davantage de rationalité pour inspirer la crédibilité et le sérieux. Mais à Genève, en 1906, Zamenhof déclara ne pas vouloir entendre parler d’un espéranto qui ne servirait que des objectifs commerciaux et l’utilité pratique (ibid. p.109).

67

Clairement, l’auteure brise de nombreux tabous en touchant du doigt les aspects de l’image de l’espéranto qui ne riment pas avec succès, jeunesse, modernité ou richesse. Elle relève plus ou moins directement les éléments suivants :

• Vétusté, ancienneté

• Idéologie politique de gauche, même radicale (« notre chère langue », en référence au

« cher leader » nord-coréen Kim Jong-Il)

• Attachement à la pensée utopiste et révolutionnaire

• Aspect sectaire

• Minorité (faiblesse des audiences) et marginalité

• Culte de la personnalité (Zamenhof).

Enfin, l’auteure assène la plus importante critique vis-à-vis de l’espéranto dans sa conclusion : notre lien à nos langues nationales est viscéral. Il relève d’un fort attachement identitaire, subjectif, unique et lié à l’expérience personnelle. C’est de cela que l’espéranto nous prive :

«It is not hard to understand why so many people find Esperanto so repellent. Language is not just a handy tool for packing up our thoughts and sending them along to others. It’s an index to a set of experiences both shared and extremely personal.[…] We love our languages for this. They are the repositories of our very identities. Compared to them, Esperanto is an insult.

It asks us to turn away from what makes our languages personal and unique and choose one that is generic and universal. […] It’s a threat to beauty: neutral, antiseptic, soulless. A Mao jacket. A concrete appartment block. » (ibid. p.112). [« Il n’est pas difficile de comprendre pourquoi tant de gens trouvent l’espéranto repoussant. Une langue n’est pas qu’un outil pratique pour mettre en forme des idées et les transmettre à autrui. C’est l’indice de nos expériences, à la fois partagées et personnelles. Nous aimons nos langues pour cette raison.

Elles sont les dépositaires de nos identités mêmes. Comparé à elles, l’espéranto est une insulte. Il nous demande de nous détourner de ce qui rend nos langues personnelles et uniques, et de choisir ce qui est générique et universel […]. Il est une menace à la beauté : neutre, aseptisé, sans âme. Une veste Mao. Un immeuble en béton. »]

Cette critique selon laquelle l’espéranto demande à ses locuteurs de « se détourner » de leur langue nationale est relativement récurrente, et ce, malgré l’appel insistant du mouvement à la complémentarité avec les langues nationales. Cette critique de même que les autres reproches habituels a reçu maintes réponses de la part des espérantistes, que nous explorons plus loin.

68

Dans le document Quelle image pour l'espéranto? : Regard sur l'image à travers les principales positions idéologiques du mouvement en Europe (Page 65-69)