Le paradoxe Bairoch ou « tariff growth paradox »

Dans le document histoire des faits économiques l1 [pdf] • Economie et Gestion (Page 44-50)

13

Ce paradoxe désigne la corrélation positive qui a été identifiée par beaucoup d’études empi-riques entre l’intensité des droits de douanes et la croissance du PIB par tête pour un grand nombre d’économies avancées durant la fin de la première mondialisation.

Point clé

1. LES ANALYSES PIONNIÈRES DE PAUL BAIROCH

Dès les années 1970, Bairoch s’appuie sur ses propres calculs de droits de douane moyens pour mettre au jour l’existence d’une corrélation positive entre la variation des tarifs et la croissance économique pour les pays de tête durant la première mondialisation. Selon lui, la libéralisation tarifaire qui débute en 1860 provoque un ralentissement de la croissance en Europe continentale. Au contraire, le durcissement de la politique tarifaire postérieur à 1892 est associé à un retour de la croissance après une période de longue stagnation. Plus qu’une approche en termes de protection des industries dans l’enfance (Hamilton, Carey, List), chez Bairoch les mécanismes explicatifs sont centrés sur les interactions entre revenus agricoles et revenus industriels. Selon son scénario, l’assouplissement de la politique commerciale après 1860 a entraîné la progression des importations de produits manufacturés et de produits agricoles. Dans le secteur agricole, une concur-rence plus vive aurait restreint les débouchés internes pour les producteurs nationaux et entraîné une baisse relative et absolue des prix agricoles. La diminution des revenus agricoles aurait entraîné un freinage de la demande adressée à l’industrie (textile, biens de consommation, etc.) et par conséquent de la production industrielle puis un tasse-ment des exportations manufacturières. Bairoch constate que l’Europe ne pouvait pas compenser ce ralentissement de la demande interne par une hausse des exportations vers les États-Unis du fait du niveau de protection élevé qui persistait outre-atlantique après la guerre civile. Pour lui, a contrario, l’affermissement du protectionnisme à par-tir de 1892 va de pair avec la fin de la Grande Dépression : « l’adoption de mesures protectionnistes fut suivie d’une nette accélération de la croissance économique dans les dix premières années, quelle que soit la date de l’entrée en vigueur de cette nouvelle politique » (1994, p. 75). La restauration des revenus agricoles constituerait le canal du retour à une croissance plus forte en inversant les mécanismes à l’œuvre dans les années 1860-1870.

Les résultats de Bairoch, en contradiction frontale avec les enseignements de la théorie économique néoclassique et les résultats des études empiriques pour l’après 1945 ont été, dès le départ, très discutés. Les auteurs déplorent le caractère global et trop simplificateur de son analyse et contestent ses résultats (Capie, Asselain et Messerlin), ils dénoncent la tentation de surestimer l’influence de la politique commerciale sur la croissance, ils in-vitent à analyser avec précision la dynamique des autres facteurs susceptibles d’expliquer la croissance (innovations, processus de convergence). Ils soulignent que le résultat phare de Bairoch est indissociable de la périodisation de la politique commerciale qu’il retient (tournants de 1860 et 1892).

Fiche 13 Le paradoxe Bairoch ou « tariff growth paradox » © D un od - To ut e re pr od uc ti on n on a ut or is ée e st u n lit .

2. LE RENOUVEAU DU DÉBAT, LA REDÉCOUVERTE D’UN « TARIFF GROWTH PARADOX »

Un article de Kevin O’Rourke (2000) réexplore la relation entre tarifs douaniers et croissance du revenu par tête en référence à trois équations de croissance, pour dix pays avancés (Royaume-Uni, France, Allemagne, Italie, États-Unis, Canada, Australie, Nor-vège, Suède, Danemark) entre 1875 et 1913 à l’aide d’outils économétriques modernes. Il établit comme Bairoch l’existence d’une corrélation positive entre protection tarifaire et croissance en termes simples et globaux sans véritablement creuser la question des mécanismes explicatifs, ni revenir sur les controverses suscitées par les travaux de Bai-roch dans les années 1980-1990. Le résultat établit par O’Rourke est qualifié au début des années 2000 de « tariff growth paradox ». Par la suite de nombreuses études ont confirmé cette corrélation positive (voir Becuwe et Blancheton (2013)).

L’ensemble des travaux empiriques font apparaître le fait que plusieurs groupes de pays doivent être distingués :

• Des pays de la périphérie européenne en retard de développement (Espagne, Portu-gal…) pour lesquels en général des niveaux élevés de protection nominale répondent aux difficultés économiques, les accompagnent et les amplifient.

• Des pays pauvres qui se voient imposer des pratiques commerciales par les puissances coloniales européennes et pour lesquelles le paradoxe a beaucoup moins de sens. L’analyse de leurs relations commerciales extérieures s’insère dans des débats globaux sur le rôle des produits primaires et des marchés coloniaux dans le développement des empires européens ou encore sur la dynamique des termes de l’échange.

• Enfin des pays européens développés (Grande-Bretagne, Belgique, France, Allemagne, etc.) et des pays émergents de culture européenne (Canada, Australie, Argentine, etc.) pour lesquels la corrélation est confirmée. Ce cas constitue le cœur du paradoxe. À la suite de ces travaux, les fondements théoriques du lien positif entre tarifs et crois-sance ont été exposés de façon plus transparente.

3. LES PISTES EXPLICATIVES

Deux grandes pistes ont été privilégiées : une approche sectorielle pour laquelle la pro-gression des tarifs dans l’industrie à travers les externalités aurait des effets positifs sur la croissance et une approche plus centrée sur les caractéristiques institutionnelles des économies en liaison avec une capacité plus ou moins grande à définir une politique com-merciale pertinente.

Partant d’une hypothèse théorique, selon laquelle la protection du secteur industriel peut avoir des effets positifs contrairement à la protection agricole, Lehmann et O’Rour-ke (2008) distinguent la protection des secteurs agricoles et industriels. Pour la période 1875-1913 et pour le même groupe de dix pays riches étudiés par O’Rourke (2000), ils établissent l’existence d’une corrélation positive entre tarif douanier dans le secteur in-dustriel et croissance économique, d’une corrélation négative entre tarif agricole et crois-sance (non significatif au seuil conventionnel).

Selon T. David (2009), qui étudie en détail les économies d’Europe Centrale, les économies européennes de petite taille présentent des caractéristiques institutionnelles particu-lières : leur vulnérabilité aux chocs internationaux y favorise la mise en place d’institu-tions de résolution des conflits. Des systèmes politiques consensuels (basés sur le système d’élections à la proportionnelle et des coalitions gouvernementales) et des «  corpora-tions » au fonctionnement démocratique prévalent souvent dans ces pays. Du fait de leur

Fiche 13 • Le paradoxe Bairoch ou « tariff growth paradox »

dépendance vis-à-vis des marchés mondiaux, elles ne peuvent mettre en œuvre qu’une protection sélective d’ailleurs pour partie à l’origine de leur caractère dual.

Tena-Junguito (2010) se demande si l’hétérogénéité des résultats sur le lien tarifs-crois-sance ne résulterait pas d’hétérogénéités institutionnelles. Les pays les plus avancés se-raient capables de résister aux groupes de pression et de mettre en œuvre une protection centrée sur les bons secteurs (porteurs de fortes externalités). Les gouvernements des pays moins avancés céderaient aux groupes de pression et protégeraient des secteurs traditionnels avec de faibles externalités. Il choisit d’élargir le nombre de pays étudiés. Il distingue arbitrairement plusieurs groupes de pays : pays pauvres dont la politique com-merciale est fixée de manière indépendante (14 pays dont l’Espagne, la Grèce, l’Italie, la Norvège, le Portugal, la Russie, etc.), pays pauvres dont la politique commerciale n’est pas fixée de manière indépendante (14 pays dont la Chine, le Japon, l’Inde, l’Égypte, la Turquie, le Maroc, la Tunisie, etc.) et pays riches dont la politique est fixée en toute in-dépendance (huit pays européens (Allemagne, Autriche, Belgique, Danemark, France, Grande-Bretagne, Pays-Bas et Suisse) et six non européens (Argentine, Australie, Canada, États-Unis, Nouvelle-Zélande, Uruguay). Seule la première catégorie de pays présente une corrélation négative entre tarif et croissance. Mais l’hypothèse centrale du travail de Tena-Junguito apparaît fragile d’autant plus qu’il omet de se référer aux travaux des auteurs de référence sur la question comme Olson : les gouvernements des pays les plus avancés sont-ils réellement capables de résister aux groupes de pression ? Les cas des deux grands pays d’Europe continentale montrent qu’ils cèdent aux demandes de protec-tion du secteur agricole, l’Allemagne avec les tarifs de juillet 1879 la France avec les tarifs de 1881 et la loi Méline de 1892.

4. LES ZONES D’OMBRE DU PARADOXE : LA COMPLEXITÉ DES LIAISONS ENTRE POLITIQUE TARIFAIRE, OUVERTURE ET CROISSANCE

Au cours des dernières années, certains travaux invitent à la prudence en rappelant, à juste titre, la difficulté d’établir des liens aussi directs entre politique tarifaire et crois-sance. La politique tarifaire n’est qu’un déterminant parmi d’autres de l’ouverture com-merciale (celle-ci est également influencée par les autres instruments protectionnistes, les coûts de transport, le taux de change réel) et l’ouverture n’est, elle-même, qu’un dé-terminant parmi beaucoup d’autres de la croissance économique (très influencée par le progrès technique ou encore l’évolution de la composition sectorielle de l’économie). La plupart des travaux empiriques assimilent trop rapidement politique tarifaire et po-litique commerciale En réalité la protection non tarifaire est loin d’être négligeable sur la période. Des prohibitions persistent sur la période dans la plupart des pays. À titre d’exemple, pour la France les prohibitions associées au tarif de 1881 concernent les ta-bacs, allumettes, poudre à tirer, cartouches de chasse pleines, médicaments composés ne figurant pas dans la pharmacopée officielle… Par ailleurs, le protectionnisme gris est déjà largement développé. Dans beaucoup d’économies, les politiques industrielles et com-merciales sont pensées en articulation afin de freiner les importations. Ainsi, lorsqu’en 1888 la première loi sur les brevets est adoptée en Suisse, la chimie est exclue du régime général afin de préserver cette spécialisation nationale qui aurait pu être menacée par des dépôts de brevets chimiques allemands en Suisse.

Les travaux invitent à la prudence en termes d’interprétation de la corrélation tarifs – croissance. Ils montrent que les résultats peuvent être affectés par l’introduction dans l’échantillon d’O’Rourke de pays émergents de l’époque (Canada et Argentine). La

Fiche 13 Le paradoxe Bairoch ou « tariff growth paradox » © D un od - To ut e re pr od uc ti on n on a ut or is ée e st u n lit .

rapide croissance de l’Argentine et du Canada (pays avec des niveaux de protection très élevés) est fondée sur l’accueil de capitaux étrangers, le dynamisme des exportations et non sur la volonté de mettre en œuvre une stratégie de substitution aux importations ; les tarifs élevés de l’époque s’expliquent simplement par la volonté des gouvernements d’obtenir des recettes budgétaires.

P. Temin (2002) établit un lien entre les performances de croissance des économies eu-ropéennes et leur dynamique intersectorielle. Le transfert de main-d’œuvre agricole vers l’industrie a des effets positifs sur la productivité globale des économies et permet de concilier forte protection et forte activité économique.

5. LA NÉCESSITÉ D’ÉTUDIER LES POLITIQUES COMMERCIALES AU NIVEAU LE PLUS DÉSAGRÉGÉ POSSIBLE

Les explications du paradoxe se concentrent sur les caractéristiques institutionnelles et la capacité des économies avancées à protéger des secteurs porteurs de fortes externalités, particulièrement dans l’industrie. Cette hypothèse ne paraît pas avoir été validée par la littérature.

Les fondements théoriques du lien entre protection et croissance ont été étayés par des études qui mobilisent des modèles de croissance endogène. Ces nouvelles approches (Nunn et Trefler, 2006) font apparaître les effets ambigus de la protection en matière de croissance, très dépendants de l’importance des externalités positives associées à tel ou tel secteur selon leur niveau de protection. Mais les auteurs qui travaillent sur le pa-radoxe agrègent souvent l’ensemble du secteur industriel et n’ont pas de réflexion sur l’importance des externalités associées à telle où telle nouvelle industrie.

En outre, les analyses en termes de protection effective conduites sur des expériences nationales font apparaître, d’une part, des conclusions contradictoires (négative pour l’Allemagne, l’Italie et la France, positive pour la Suisse) et d’autre part, ne semblent pas à même de valider cette hypothèse. Le nombre de secteurs étudiés est souvent réduit, les données ne concernent qu’un nombre limité d’années, le lien entre niveau de protection des produits primaires et dynamisme des exportations n’est le plus souvent pas établi. Il nous semble difficile de tirer des conclusions à partir de nomenclatures aussi agrégées. Chaque rubrique ainsi définie inclut un grand nombre de produits taxés à des taux de douane différents. Par ailleurs, ces analyses ne tiennent pas compte de l’existence d’une dispersion tarifaire selon la provenance des produits.

À ce stade, il apparaît que le paradoxe peut avoir un caractère plus fictif que réel et ne résulter en fait que d’une question de méthode : l’utilisation de droits de douane moyens comme mesure de la politique tarifaire (voire commerciale chez certains). Pour pouvoir faire toute la lumière sur cette controverse il nous semble qu’il conviendrait de chercher à aller plus loin dans l’analyse du caractère effectif de la protection en cherchant à croiser les dimensions produites et pays au niveau le plus désagrégé possible. Dans chacun des pays quels secteurs ont été protégés ? Avec quelle intensité ? Quelles conséquences cette stratégie a-t-elle sur la chaîne des avantages comparatifs ?

Repères chronologiques

• 1860 : signature du traité commercial entre la Grande-Bretagne et la France • 1881 : mise en place d’un nouveau tarif général en France

• 1892 : mise en place des tarifs Méline

Le Taylorisme

14

Le Taylorisme est une méthode de production qui repose sur une division du travail en taches répétitives ainsi que la mise en place d’une rémunération au rendement. Le Taylorisme sym-bolise l’ère industrielle du xxe siècle vecteur d’importants gains de productivité mais facteur « d’aliénation » pour l’ouvrier.

Point clé

1. MISE EN PERSPECTIVE

Après les travaux d’Adam Smith sur la division de travail, de nombreux auteurs ont ré-fléchi de manière rigoureuse à l’amélioration de l’efficacité de l’organisation productive. On attribue à l’ingénieur américain F.W. Taylor (1856-1915) l’étude scientifique de la division du travail à partir des années 1880. Il formalise sa méthode dans l’ouvrage The

Principles of Scientific Management (1911). Les principes de cette organisation scienti-fique du travail se diffusent aux États-Unis au début du xxe siècle en particulier dans la sidérurgie (notamment chez la Midvale Steel Co). L’organisation scientifique du travail constitue un aspect important du Fordisme (voir fiche 30). Les principes Tayloriens se diffusent par la suite plus lentement dans d’autres pays comme en France où elle est adoptée à partir de l’entre-deux-guerres.

2. LES PRINCIPES DE BASE DU TAYLORISME

Taylor part du constat que le travail en groupe est à l’origine de perte de temps (nom-breux mouvements, discussions…). En assignant à chacun une tache unique à un poste fixe et en organisant de manière méthodique, le processus de production, l’efficacité doit pouvoir être améliorée.

L’organisation scientifique du travail est basée sur les principes suivants :

L’étude systématique des pratiques des meilleurs ouvriers pour découvrir le « one best way », c’est-à-dire la meilleure façon de faire, les meilleurs outils, les meilleures sé-quences de geste à réaliser.

• La division de la séquence productive en plusieurs mouvements élémentaires qui peuvent constituer autant de postes de travail.

Les bonnes séquences sont enseignées aux ouvriers et un système de chronométrage et mis en place accompagné d’incitations financières pour tenir les cadences.

3. UNE DOUBLE DIVISION DU TRAVAIL

L’organisation scientifique du travail induit une double division du travail : une division horizontale du travail entre les ouvriers et une division verticale du travail entre les ingé-nieurs qui conçoivent l’organisation du travail, les ouvriers qui l’exécutent et les contrô-leurs qui s’assurent de la bonne application des méthodes.

La division horizontale réside dans la décomposition du processus de production d’un bien en tâches simples dont chacune est confiée à un ouvrier spécialisé. Les ingénieurs

Fiche 14 Le Taylorisme © D un od - To ut e re pr od uc ti on n on a ut or is ée e st u n lit .

définissent la méthode de production. Ils chronomètrent chaque tâche élémentaire, ils éliminent les temps inutiles, ils définissent un temps optimal pour chaque tache, ils rédi-gent les « recettes de fabrication ».

La division verticale du travail correspond à la distinction entre les taches de conception du travail et de formations des ouvriers et les taches d’exécution. Les ingénieurs pensent le travail et les ouvriers ne font que l’exécuter mécaniquement.

4. LES CRITIQUES DE L’OST : LA NÉGATION DE LA DIMENSION HUMAINE

L’école psycho-sociologique des relations humaines d’E. Mayo (1880-1949) montre que les motivations humaines ne reposent pas uniquement sur des incitations matérielles mais également sur l’idée que le travail doit permettre un accomplissement personnel. Ce courant perçoit très tôt que la monotonie et l’ingratitude de l’OST risquent de nuire à l’efficacité.

L’OST revient à considérer le travail au même titre que le capital c’est-à-dire comme un facteur purement technique en niant le fait que le travail fonde l’identité de l’individu et compte dans son épanouissement personnel.

L’évolution des normes sociales a rendu peu à peu insupportable le travail répétitif et la pénibilité des taches. Dans les années 1960 l’hostilité des ouvriers envers l’OST se déve-loppe : elle se manifeste par un absentéisme grandissant, les grèves, le taux important de turnover. La déqualification de l’emploi qui résulte de l’OST devient également de plus en plus difficilement supportable.

5. LE POST-TAYLORISME

Le post-taylorisme désigne l’organisation du travail qui met en place une plus grande im-plication de salariés dans les décisions qui concernent la production. Le post-taylorisme prend plusieurs formes :

La rotation des postes. Elle permet à l’ouvrier d’occuper successivement plusieurs postes et rompre ainsi la monotonie taylorienne. Le salarié acquiert par ailleurs une connaissance plus globale du processus de production qui facilite la communication et l’adaptation.

L’élargissement et l’enrichissement des tâches. Les tâches sont moins fragmentées, moins pénibles et l’ouvrier qualifié peut avoir la responsabilité du réglage et de l’entre-tien des machines.

La constitution de cercles de qualité. Des groupes de travailleurs volontaires réflé-chissent aux possibilités d’amélioration de la productivité et de la qualité des produits (voir fiche 36).

L’élargissement de l’autonomie des salariés. P. Drucker prend appui sur une critique du Taylorisme pour proposer une théorie du management fondé sur une « direction par objectifs ». La fixation d’objectifs clairs et cohérents aux salariés, en leur laissant une certaine autonomie pour y parvenir, permet de les impliquer davantage et d’améliorer ainsi la productivité.

Repères chronologiques

• 1911 : publication par Taylor de l’ouvrage The Principles of Scientific Management • 1960 (années) : remise en cause de l’organisation scientifique du travail (OST)

Le financement de la Première

Dans le document histoire des faits économiques l1 [pdf] • Economie et Gestion (Page 44-50)