5. ANALYSE ET PRÉSENTATION DES RÉSULTATS

5.1. ANALYSE DES SÉQUENCES DE RETOUR

5.1.1. Groupe des bébés (PaB-D08-S01)

5.1.1.1. Contexte de la séquence

La première analyse de séquence de retour se déroule dans le groupe des bébés. Il s’agit d’un extrait d’une durée de 4 minutes 9 durant lequel une mère, M109 vient récupérer son fils, Rémy, E109. L’éducatrice, Pr102 est en charge d’effectuer le retour à la maman, tout en continuant à garder une attention sur les autres enfants du groupe. Une autre professionnelle, Pr103, est également présente dans la salle à ce moment ainsi que d’autres bébés, E110 et E106, qui perturberont quelque peu l’interaction entre la mère et l’éducatrice. Cet extrait est très complexe et permet de répondre aux questions de recherche initiales, car il met en lumière les différentes ressources que Pr102 mobilise durant cette interaction. De plus, son déroulement suit un ordre que nous pourrions qualifier de linéaire ou de chronologique.

Pour analyser cet extrait, il conviendra de le séquencer en plusieurs parties, six au total. En effet, cela permettra de mieux identifier les phénomènes ou les micros-évènements qui s’y produisent et de comprendre comment l’éducatrice s’y prend pour les gérer. Comme mentionné précédemment, ce retour suit un déroulement temporel très ordonné. Il commence par ce que nous pourrions appeler un moment d’accueil ou de retrouvailles (extrait 1) durant lequel M109 fait son apparition dans la salle et retrouve son enfant. Il s’agit également du moment où l’éducatrice et la mère se saluent mutuellement. En d’autres termes, cette première partie consiste en tout ce qui précède le moment du retour. Dans cette séquence, ce dernier s’étend de la ligne 1 à la ligne 29. La seconde partie est donc celle du retour. Cette dernière comprend tous les échanges entre la maman et l’éducatrice qui concernent le « feed-back » de la journée de l’enfant. Les éléments constituant ces échanges sont nombreux et s’étendent de la ligne 29 à la ligne 136 (extraits 2, 3. 4 et 5). Nous verrons par la suite que cette seconde partie comprend plusieurs micros-évènements. Puis, pour conclure cette séquence, une phase de clôture qui s’étend de la ligne 137 à 169 a été identifiée (extrait 6). Il s’agit du moment durant lequel l’éducatrice termine son retour et salue la mère et son enfant avant que ces derniers ne partent.

Une figure temporelle a été réalisée afin de mieux comprendre la répartition et la durée des micro-évènements sélectionnés.

5.1.1.2. Analyse des extraits

Extrait 1 :

Pour commencer l’analyse de cette première séquence, il convient de commencer par la première phase identifiée, celle de l’accueil et des retrouvailles. Les phénomènes non verbaux ont été codés en fonction des participants. Différents signes leur ont été attribués afin d’être en mesure de les distinguer. Les symboles suivants ont été utilisés. « * » pour Pr102, « & » pour Pr103, « ^ » pour E106, « § » pour E110, « ^ » pour E109 et « # » pour M109.

M109 #*toi aussi je pourrais te COller #des bisous partout hein 16

pr102 *reg E110--->31 17

m109 #...#prend E109--->>

18

E110 §i:a/

M109 c’est son bonheur ouais 28

Cet extrait de transcription détaillé montre de quelle manière M109 fait son entrée dans la salle des bébés et comment elle est accueillie par les professionnelles. Ici, le phénomène ou le micro-évènement à observer est la manière dont Pr102 s’y prend pour initier le début du retour. Pour commencer, nous pouvons voir que c’est la mère qui introduit le début de l’interaction en disant

« bonjour » dès son entrée dans la salle. Du point de vue des cadres participatifs, M109 prend un rôle de locutrice en agissant de la sorte. Elle place donc les deux professionnelles comme destinataires ratifiées, car ces deux dernières lui répondent. La maman est accueillie par un autre enfant, E110 qui vient vers elle. Nous pouvons constater que Pr102 observe la scène, car elle fait un commentaire sur la situation en disant « quel accueil ». M109 continue son entrée en s’adressant à E110. Pr102 ne dit rien et adopte un rôle de témoin perçue en attendant de pouvoir initier le début du retour. C’est d’ailleurs ce qu’elle essaie de faire à la ligne 13 en regardant dans le classeur et en prenant la parole, mais la mère ne semble pas encore disponible à écouter l’éducatrice, car elle continue à interagir avec E110 et son enfant qui est venu vers elle entre-temps. Pr102 adopte donc une autre stratégie en commençant à participer à l’interaction qui a pris place entre la mère et les enfants. En effet, elle observe la situation, comme nous pouvons le voir à la ligne 17, puis, à la ligne 24, elle commente ce qui est en train de se passer en parlant de E110 et de ses habitudes. De cette façon, la mère a pu avoir le temps de retrouver son enfant avant que le retour ne commence. La transition entre le moment de l’arrivée et des retrouvailles s’est donc faite progressivement par le travail d’adaptation de l’éducatrice. Cette dernière est passée de témoin perçu à locutrice en prenant la décision de participer à l’interaction que M109 avait mise en place avec les enfants. En effet, à la ligne 29, nous pouvons voir qu’elle change de sujet en disant une seconde fois « alors Rémy ».

Mais il ne s’agit pas de la seule stratégie que l’éducatrice a mise en place pour signifier à la maman que le retour allait commencer. En effet, à la ligne 14 elle utilise la ressource matérielle principale, le classeur, dans lequel se trouvent les éléments de retour pour essayer de signifier à la maman qu’elle aimerait commencer. Ce geste est accompagné d’un premier « alors Rémy » à la ligne 13. Même si cette première tentative n’a pas fonctionné, elle la remet en place à la ligne 29 ce qui cette fois a eu pour effet d’amorcer le début du retour. Cependant, la transcription montre une autre stratégie mise en place par l’éducatrice. Cette dernière modifie également sa prosodie en haussant la voix au moment de répéter « alors Rémy ».

Extrait 2 :

Une fois le retour commencé, Pr102 va devoir faire face à plusieurs contraintes liées à l’activité éducative. En effet, même si une autre éducatrice, Pr103 est présente dans la salle, tous les enfants ne peuvent pas être pris en charge par cette autre personne. L’éducatrice en charge d’effectuer le retour mobilise une multitude de stratégies pour maintenir une interaction avec la maman, tout en veillant aux autres enfants. La phase du retour s’étend de la ligne 29 à la ligne 123.

Une première phase du retour a été identifiée comme étant « continue » dans la mesure où elle ne subit pas de perturbation liée à l’activité éducative environnante. Elle s’étend donc de la ligne 29 à la ligne 45. Après ce passage, nous verrons que l’éducatrice a dû modifier la façon de faire son retour en raison d’un micro-évènement. Mais avant cela, il est intéressant de voir comment se déroule l’interaction et comment Pr102 s’y prend pour rendre les informations

une sieste de 30 minutes/ . jusqu’à 10h50/ .* ce midi il 40

*reg M109->47 41

a très bien mangé\ alors- étonnement je sais pas pourquoi 42

il avait le re- il avait le menu d’hier mais- euh c’était 43

petits poi:s non courgettes fenouil poulet et riz/

44

M109 ok/

45

Pour commencer, en reprenant la théorie des cadres participatifs, nous pouvons voir que Pr102 occupe désormais le rôle de la locutrice en plaçant M109 dans celui d’une destinataire ratifiée.

Ce phénomène est observable par les interventions courtes de la maman. En effet, ses seules interventions sont des acquiescements survenant à deux reprises par des « ok » à la ligne 37 et 45. L’autre professionnelle, Pr103, présente dans la salle au moment du retour, participe également à l’interaction. À la ligne 32, l’éducatrice oriente son regard en direction de sa collègue ce qui entraine une prise de parole de cette dernière. Elle passe d’une position de témoin perçu, dans la mesure où elle écoutait ce qui se disait, à un rôle de destinataire ratifiée.

Pr103 apporte donc un complément d’information et une validation aux dires de Pr102. Nous pouvons donc observer ici un rapport de travail collaboratif. En effet, même si Pr103 ne fait pas directement partie de l’interaction, sa présence et son écoute sont tout de même utilisées par l’éducatrice comme des ressources.

L’alternance des regards de Pr102 montre également de quelle manière cette dernière s’y prend pour, d’une part accéder aux informations, et d’autre part pour manifester son adressage. Ses regards oscillent entre le classeur, sa collègue et la maman. La transcription rend apparent le fait que l’éducatrice effectue cette alternance tout en continuant à parler. Nous pourrions donc qualifier cette double activité comme étant parallèle dans la mesure où ses regards ne l’empêchent pas de continuer son retour. En ce qui concerne le contenu du retour, les informations livrées par l’éducatrice sont nombreuses et précises. C’est probablement la raison pour laquelle Pr102 regarde souvent dans le classeur.

Extrait 3 :

Jusque-là, l’activité éducative n’est pas venue perturber celle du retour. Cependant, la suite de la transcription montre qu’un enfant, E110 va venir compromettre le déroulement linéaire de l’interaction mise en place par l’éducatrice.

PR102 *§euh: par contre il a pas trop mangé le yaourt\ il a bu*

46

*reg class---*

47

e110 §touche classe[#1]--->54 48

49 50 [#1]

PR103 *il a mangé- 51

pr102 *reg PR103--->55 52

E104 ((commence à pleurer)) 53

PR102 ça va Léa\

54

E104 ((pleure plus fort)) 55

PR102 *attend James je fais le retour *à la maman* de : Rémy\*

56

*reg E110---*

57

*...pose le class,,,*

58

PR103 ouais\ . ça fait ma:l 59

PR102 euh: il* a pas trop mangé le yaou:rt/

60

PR103 o::h\

61

PR102 *euh::: * et §en sui:te cette après-midi *il a dormi une*

62

*se lève*[#2+#3] *regarde E110[#4]* 63

64

[#2] [#3] [#4]

65

heure- 67

E104 ((recommence à pleurer fort)) 68

PR103 (tu veux venir dans mes bras/) vient je vais te donner 69

à boire de l’eau\

70

PR102 *attend- je continue le retour à la maman de Rémy 71

*prend E110--->>

72

d’accord/. *il a dormi* *une heure cette après-midi*

73 moment où elle était en train de le regarder. Presque au même moment, un autre enfant, E104 commence à pleurer. Pr102 interrompt cette fois-ci son retour pour s’adresser à l’enfant en question. La transcription montre que c’est sa collègue qui a pris en charge ce problème. En revanche, la présence de E104 doit être gérée par l’éducatrice en charge du retour. Le retour est donc suspendu de la ligne 56 à la ligne 60 par l’activité éducative. Cette coupure est relativement courte. Pr102 gère cette multiactivité de manière imbriquée dans la mesure où elle alterne son retour avec le fait de s’adresser rapidement à E110. De plus, elle mobilise le mode corporel pour tenter de signifier son implication dans le moment de retour. En effet, à la ligne 63, elle décide de se lever (voir image [#2 ]et [#3]). En agissant de la sorte, l’éducatrice passe du monde des bébés, le monde du sol (voir image [#2]), au monde des adultes, le monde debout (voir image [#3]). Malgré la combinaison de ces deux ressources, elle est amenée une nouvelle fois à interrompre son interaction avec la maman, toujours à cause du même enfant à la ligne 69 (voir image [#4]). Elle met donc en place une nouvelle stratégie, celle de le prendre parallèlement dans les bras, ce qui lui permet de continuer sa première activité sans être à nouveau interrompue par cet enfant. Cet extrait met en lumière la manière dont l’éducatrice s’y est prise pour gérer à la fois le retour et une partie de l’activité éducative. Elle alterne entre un mode de multiactivité dite « imbriquée » pour passer à un mode « parallèle » en prenant l’enfant

dans les bras jusqu’à la fin du retour. La figure ci-dessous montre de quelle manière les ressources se sont articulées et comment ont pris forme les modes de multiactivité « imbriqué » et « parallèle ». La couleur bleue représente le mode verbal de Pr102 adressé à la maman, le vert le mode verbal de Pr102 adressé à E110 et le jaune, l’action de porter E110.

Figure 1

Nous pouvons donc voir qu’au début de la séquence, Pr102 a mis en place un mode imbriqué de la multiactivité en alternant entre son retour (cases bleues) et ses adressages à E110 (cases vertes). La figure montre également qu’à partir du moment où elle a pris E110 dans les bras, son mode de multiactivité est passé au mode parallèle. Ceci est visible par la superposition de la dernière case bleue et de la case jaune.

Extrait 4 :

Les sujets abordés s’enchainent rapidement. Collation du matin, activité du matin, première sieste, repas de midi, deuxième sieste, goûté sont les topics dont l’éducatrice fait mention. Ce déroulement prend donc la forme d’un script linéairement ordonné. En revanche, à partir de la ligne 79, Pr102 aborde un autre sujet qui semble engendrer un autre type de réponse de la part de la maman. En effet, l’éducatrice interrompt l’énumération des topics ordinaires du retour avec une demande spéciale. Nous verrons que cela va avoir un impact sur l’interaction en cours.

Pr102 *euh voilà/ après* *est-ce que il a des petites 83

*reg class---* *reg M109--->88 84

chaussures pour les balades/

85

M109 euh:: pas encore mais euh: du coup il euh:- 86

Pr102 *parce qu’en fait c’est plus pour-* *pour le ban:c ou 87

*reg ses pieds et mime[#5]---* *reg M109[#6]--->94 88

89

[#5] [#6]

90

euh:: parce que on lui met la couverture mais souvent euh:

91

elle pa:rt ou elle s’envole- 92

M109 *a:h oui oui d’accord ah oui alors* des chaussons comme 93

pr102 *reg derrière elle[#6]---*

94

95

[#7]

96

ça oui 97

PR102 *oui voilà des chaussons pardon ouais\

98

*reg M109--->102 99

M109 parce qu’il a des chaussons mais il a rien pour la marche 100

PR102 oui oui non ((rire)) *oui non non non .* *oui alors ça 101

*reg devant elle[#7]* *reg M109[#8]->106 102

103

[#8] [#9]

104

oui\ *on a marqué chaussure mais-*

105

*reg class---*

106

M109 des chaussons alors\

107

PR102 *des petites chaussures/ et puis cette aprèm on a fait 108

Ici, M109 change sa manière de s’adresser à Pr102 dans la mesure où ses interventions ne sont plus que des acquiescements, mais des manifestations d’incompréhension. L’éducatrice tente donc de se faire comprendre en définissant mieux ce qu’elle entend par « chaussures », mais cela prend tout de même quelques secondes avant que la mère ne comprenne. Contrairement aux autres topics abordés précédemment, cette demande prend plus de temps ce qui engendre un comportement particulier chez Pr102. En effet, cette dernière oriente ses regards dans plusieurs directions. Elle balaie la salle en regardant au sol (voir image [#5]), puis en direction de la maman (voir image [#6], puis derrière elle (voir image [#7]) puis devant elle (voir image [#8]) et encore une fois en direction de la maman (voir image [#9]. La courte incompréhension des deux partis a eu comme effet un accroissement de l’attention portée à l’activité éducative par l’éducatrice et une multiplication d’effort pour se faire comprendre, comme nous pouvons le voir par un geste mimétique (voir image [#5]).

Figure 2

La figure ci-dessus permet de comprendre de quelle manière se sont articulés les regards. En bleu, il s’agit de l’interaction verbale entre la maman et l’éducatrice. Nous pouvons voir que cet échange n’a subi aucune interruption. La seconde ligne représente le mode corporel, à c’est-à-dire l’alternance entre les différentes orientations des regards. En jaune, il s’agit des regards orientés vers la ressource matérielle principale, le classeur, en orange, les regards vers la maman, en violet, un regard pour donner de la signification à ce dont elle est en train de parler, et en vert, des regards portés en direction des enfants. La troisième ligne correspond au mode gestuel, à savoir, au geste symbolique effectué par Pr102 lorsqu’elle tente de faire comprendre à la maman de quoi elle parle.

Cette figure permet également de comprendre de quelle manière l’éducatrice organise l’activité de retour et l’activité éducative. En effet, nous pouvons voir qu’il y a une forme de multiactivité parallèle dans la mesure où il n’y a pas d’interruption du cours de la discussion entre elle et la maman. En revanche, nous pourrions dire qu’elle effectue une forme de multiactivité imbriquée de par l’alternance de ses regards.

Extrait 5

PR102 *des petites chaussures/ et puis cette aprèm on a fait*

108

*reg M109---*

109

*un: temps musica:l avec des instruments/* *il ado:re les 110

*reg class---* *reg M109->115 111

maracas\

112

M109 ah les maracas oui\

113

PR102 il nous faisait un rythme/ . *là les petites œu:fs les 114

*pointe les œufs[#9]--->117 115

116

[#10]

117

petits œufs maracas là/ il adore ça/. *voilà toujours*

118

*reg class---*

119

*son petit XX caché avec le ri:deau: aussi: voilà:

120

*reg M109--->126 121

M109 ok\ . et puis les dents visiblement/

122

PR102 oui . ah ouais les dents encore 123

M109 parce que là il mord il mord il mord il mord 124

PR102 ouais ouais ouais\ . *il mordille et puis pour le: pour*

125

PR102 quand on l’a couché il: *il gesticulait un petit peu::

134

*reg M109--->137 135

M109 ouais .. ok\

136

Le script du retour reprend son cours à partir de la ligne 108. Pr102 aborde un dernier sujet, celui de l’activité de l’après-midi. Cette fois-ci, l’éducatrice mobilise une autre ressource sémiotique pour donner de la signification à son discours. En effet, à la ligne 115, la transcription montre qu’un geste indexical a été utilisé pour montrer à la maman l’objet dont il est question (voir image [#10]). Après cela, Pr102 enchaîne avec un autre sujet, propre aux habitudes de l’enfant. Le retour arrivant à son terme, M109 occupe un autre rôle dans l’interaction en prend provisoirement la place de la locutrice en posant une question à la ligne 122 à laquelle Pr102 répond.

Ce dernier passage du moment de retour est également intéressant à observer du point de vue de l’activité éducative. À la ligne 132, un autre enfant intervient en tendant un objet à l’éducatrice. Cette fois-ci, cette dernière n’interrompt plus son retour et adresse simplement un regard (l. 133) à l’enfant tout en continuant sa phrase. Elle combine donc à nouveau ces deux activités de manière parallèle.

Extrait 6 :

La dernière phase de ce retour identifiée est celle de la clôture. Il s’agit du moment où l’éducatrice met un terme au retour et où se fait la transition entre la crèche et la maison. Dans cet extrait, ce micro-évènement est relativement long dans la mesure où Pr102 part chercher un objet avant que la mère et l’enfant puissent partir. En revanche, il est intéressant de voir comment cette dernière s’y prend pour faire comprendre à M109 que le retour va prendre fin et qu’il va être temps de s’en aller.

PR102 *bon bah voilà sinon bonne* journée\ je vais vous 137

PR103 ses chaussettes elles doivent être dans son casier 141

M109 dans son casier\ . ok\

142

PR102 *voi :là\

143

*revient avec les chaussettes--->146 144

M109 #merci/

145

#prend les chaussettes--->147 146

PR103 ils ont retrouvé ses chaussettes bleu clair/

147

M109 °ok° alors bonne soi:rée à demain:

160

164

[#11]

165

dan:s les nuages là\ ((rire)) . cia:o\

166

M109 #au revoir/ . ciao/

167

#sort--->>

168

PR102 je te pose James/

169

Entre le moment où Pr102 commence à initier la clôture du retour et le moment où M109 quitte la salle, il s’écoule un peu plus d’une minute, sachant que l’entier la séquence dure 4 minutes et 9 secondes. Cette phase représente donc un quart l’interaction. L’éducatrice signifie à la maman que le retour touche à sa fin à la ligne 137. En effet, en disant : « bon bah voilà sinon bonne journée », elle conclut l’entièreté de son récit en donnant une appréciation globale. Elle le manifeste également en se détournant de la maman pour aller chercher les chaussettes. À la ligne 138, Pr102 jette un dernier regard au classeur, probablement pour s’assurer de n’avoir rien oublié.

À la ligne 147, Pr103 intervient en posant une question à la maman. Cela va avoir pour effet de rallonger le moment du retour, car le sujet va s’étendre jusqu’à la ligne 151. Pr103 passe donc une nouvelle fois de témoin perçu à locutrice. Pr102 va tenter de reprendre le contrôle de l’interaction à la ligne 158 par le biais de l’adressage indirect. En effet, à la place de s’adresser

À la ligne 147, Pr103 intervient en posant une question à la maman. Cela va avoir pour effet de rallonger le moment du retour, car le sujet va s’étendre jusqu’à la ligne 151. Pr103 passe donc une nouvelle fois de témoin perçu à locutrice. Pr102 va tenter de reprendre le contrôle de l’interaction à la ligne 158 par le biais de l’adressage indirect. En effet, à la place de s’adresser

Dans le document L’analyse interactionnelle comme levier de compréhension du caractère complexe et invisible du travail : le cas de l’éducation de la petite enfance (Page 41-69)