• Aucun résultat trouvé

2.3 Résultats

2.3.1 Caractéristiques des sujets

2.3.2.2 Effet pendant 2hrs chez sujets ODT2

La Figure 13 illustre les enregistrements de FSTA effectués pendant 120 min après injection de 300 µl d’AV ou de solution saline (Tableau 3). Les 4 AV ont augmenté le FSTA significativement au-dessus de celui du site salin. Ces données de FSTA sont celles utilisées pour le calcul des paramètres de la Figure 14. Le FSTAmax et le facteur multiplicatif de l’iloprost sur 120 min tendent à être significativement plus élevés que pour le sildénafil (p = 0,0793 et 0,0506 respectivement; correction pour 6 comparaisons). Le tFSTAmax et l’ASCi0-120min de l’iloprost sont significativement plus importants que ceux de la papavérine et du sildénafil. L’ASC0-120min des sites injectés avec la solution saline sont similaires entre les groupes.

    )LJXUHeYDOXDWLRQGHO¶HIIHWGHO¶LORSURVWODSDSDYpULQHO¶LVRSURWpUpQROHWOH VLOGpQDILOSHQGDQWPLQFKH]GHVVXMHWV2'7 &KDTXHUpVXOWDW Q FRUUHVSRQGDX)67$PHVXUpVXUXQHSpULRGHGHPLQjVLWHVFHOXL LQMHFWpDYHFXQ$9HWDXVLWHFRQWURODWpUDOLQMHFWpDYHFGHODVDOLQH/DqUHYDOHXUGHFKDTXH FRXUEHUHSUpVHQWHODPR\HQQHGX)67$EPHVXUpDXPrPHVLWHDYDQWO¶LQMHFWLRQG¶$9/D IOqFKH QRLUH LOOXVWUH OH WHPSV W  R OHV LQMHFWLRQV RQW pWp DGPLQLVWUpHV /D GRVH G¶$9 HPSOR\pHHVWFHOOHDYpUpHODSOXVHIILFDFHORUVGXWHVWGRVHUpSRQVHHWDpWpGLOXpHGDQV —OGHVDOLQH$LORSURVWQPRO%SDSDYpULQH—PRO&LVRSURWpUpQROQPROHW' VLOGpQDILOQPRO'HX[JURXSHVGHVXMHWV2'7RQWWHVWpVRLWLORSURVWSDSDYpULQHRXVRLW LVRSURWpUpQROVLOGpQDILO /HVGRQQpHVVRQWH[SULPpHVHQPR\HQQHV“GpYLDWLRQVVWDQGDUGV SDUUDSSRUWjVDOLQH S   S  SWHVW QRQSDUDPpWULTXHSRXUYDULDEOHVGpSHQGDQWHV GH )ULHGPDQ VXLYL GH FRPSDUDLVRQV PXOWLSOHV GH 'XQQ¶V YDOHXUV GH S DMXVWpHV SRXU  FRPSDUDLVRQV )67$K IORW VDQJXLQ GX WLVVX DGLSHX[ SHQGDQW  KUV 2'7 REqVH HW

GLDEpWLTXHGHW\SH





)LJXUH&RPSDUDLVRQGHODUpSRQVHGX)67$SRXUO¶LORSURVWODSDSDYpULQH O¶LVRSURWpUpQROHWOHVLOGpQDILOSHQGDQWPLQGHVFKH]GHVVXMHWV2'7

&KDTXHUpVXOWDW Q FRUUHVSRQGDX)67$PD[DXIDFWHXUPXOWLSOLFDWLI )67$PD[)67$E jOD GXUpH GX )67$PD[ W)67$PD[  HW j O¶$6&LPLQ $6& )67$ VWLPXOp PRLQV )67$E PHVXUpVDXPrPHVLWH SRXUODGRVHG¶$9ODSOXVHIILFDFHGDQV—OGHVDOLQHLORSURVW QPRO SDSDYpULQH  —PRO LVRSURWpUpQRO  QPRO HW VLOGpQDILO  QPRO $ )67$PD[

% )DFWHXU PXOWLSOLFDWLI & W)67$PD[ ' $6&PLQ GHV VLWHV FRQWURODWpUDX[ LQMHFWpV DYHF OD VROXWLRQ VDOLQH ( $6&LPLQ 'HX[ JURXSHV GH VXMHWV 2'7 RQW WHVWp VRLW LORSURVWSDSDYpULQHRXVRLWLVRSURWpUpQROVLOGpQDILO

/HVGRQQpHVVRQWH[SULPpHVHQPR\HQQHV“GpYLDWLRQVVWDQGDUGV SDUUDSSRUWjO¶LORSURVW S S SWHVWQRQSDUDPpWULTXHSRXUYDULDEOHVLQGpSHQGDQWHV GH.UXVNDO:DOOLVVXLYLGHFRPSDUDLVRQVPXOWLSOHVGH'XQQ¶VYDOHXUVGHSDMXVWpHVSRXU FRPSDUDLVRQV $6&L DLUH VRXV OD FRXUEH LQFUpPHQWDOH )67$PD[ IORW VDQJXLQ GX WLVVX

2.3.2.3 Tests supplémentaires avec les kinines

Pour les 3 AV kininergiques testés, le volume de solution injectée était de 70µl, les doses nettes administrées varient ainsi de 0,07 nmol à 7 nmol; correspondant à des concentrations de 10-6 M à 10-4 M (Tableau 3). La Figure 15 montre les enregistrements de FSTA des expériences dose-réponse chez les sujets PN, et ODT2. Le FSTA avant stimulation tend à être plus élevé pour le groupe PN. Le groupe PN a une réponse plus importante avec les 3 AV mais sans être statistiquement significative.

La quantité la plus efficace pour augmenter le FSTA (FSTAmax vs. FSTAb) était la plus forte pour tous les AV chez les sujets PNKIN et ODT2KIN, cependant la Lys-des-Arg9-BK ne semble pas avoir augmenté significativement le FSTA chez les sujets ODT2KIN (Figure 16). Le FSTAmax était statistiquement différent entre les doses seulement dans le cas de la Lys- des-Arg9-BK chez le groupe PNKIN. Il n’y a pas de différence statistiquement significative entre les 2 groupes pour les 3 AV kininergiques. Le FSTAi (FSTAmax - FSTAb) était significativement plus élevé entre la dose la plus faible et la plus élevée pour les 3 AV et chez les 2 groupes, mais sans différence entre les groupes PNKIN et ODT2KIN (Figure 17). Le facteur multiplicatif des AV (FSTAmax/FSTAb) est aussi similaire entre les 2 groupes et les doses maximales demeurent les plus efficaces, même pour la Lys-des-Arg9-BK chez les sujets ODT2KIN (Figure 18). L’effet des AV sur l’ASCi0-40min est également plus important avec les doses les plus élevées, sauf dans le cas la Lys-des-Arg9-BK chez les sujets ODT2KIN où il n’y a pas de différence significative entre les doses (Figure 19). Les ASCi0- 40min sont aussi similaires entre les 2 groupes pour les 3 AV. Finalement, le FSTAmax et l’ASCi0-40min obtenus avec les plus fortes doses de bradykinine, de Lys-des-Arg9-BK et de labradimil sont tous statistiquement similaires dans le groupe PNKIN et le groupe ODT2KIN (Figure 20).

     )LJXUH'RVHUpSRQVHGX)67$SRXUODEUDG\NLQLQHOD/\VGHV$UJ%.HWOH ODEUDGLPLOFKH]GHVVXMHWV31HW2'7

&KDTXH H[SpULHQFH Q  FRUUHVSRQG DX )67$ QRQVWLPXOp W  j  PLQ  HW DX )67$ VWLPXOpDYHFGRVHVFRQVpFXWLYHVG¶$9GDQV—O PHVXUpVDXPrPHVLWHVXUO¶DEGRPHQ GXVXMHW $EUDG\NLQLQH%/\VGHV$UJ%.HW&ODEUDGLPLO

/HVGRQQpHVVRQWH[SULPpHVHQPR\HQQHV“GpYLDWLRQVVWDQGDUGV31YV2'7S! QV  WHVW QRQSDUDPpWULTXH SRXU YDULDEOHV LQGpSHQGDQWHV GH .UXVNDO:DOOLV VXLYL GH FRPSDUDLVRQVPXOWLSOHVGH'XQQ¶VYDOHXUVGHSDMXVWpHVSRXUFRPSDUDLVRQV )67$QRQ VWLPXOp HWFRPSDUDLVRQV )67$VWLPXOp %.EUDG\NLQLQH)67$IORWVDQJXLQGXWLVVX DGLSHX[PD[LPDO2'7REqVHHWGLDEpWLTXHGHW\SH31SRLGVQRUPDO

Figure 16. Dose-réponse exprimée en FSTAmax pour la bradykinine, la Lys-des-Arg9-

BK et le labradimil chez des sujets PN et ODT2.

Chaque expérience (n) correspond au FSTAb et au FSTAmax pour 3 doses consécutives d’AV dans 70 µl (mesurés au même site sur l’abdomen du sujet). A : bradykinine, B : Lys- des-Arg9-BK et C : labradimil.

Les données sont exprimées en moyennes ± déviations standards; * par rapport à la base du même groupe; † par rapport à la 1ère dose du même groupe; * p < 0,05; ** p < 0,01; *** p < 0,001; test non-paramétrique pour variables dépendantes de Friedman suivi de comparaisons multiples de Dunn’s, valeurs de p ajustées pour 6 comparaisons; test non- paramétrique pour variables indépendantes de Kruskal-Wallis suivi de comparaisons multiples de Dunn’s, valeurs de p ajustées pour 3 comparaisons. BK, bradykinine; FSTAmax, flot sanguin du tissu adipeux maximal; ODT2, obèse et diabétique de type 2;

Figure 17. Dose-réponse exprimée en FSTA incrémental pour la bradykinine, la Lys- des-Arg9-BK et le labradimil chez des sujets PN et ODT2.

Chaque expérience (n) correspond au FSTAi (FSTAmax-FSTAb) pour 3 doses consécutives d’AV dans 70 µl (mesurés au même site sur l’abdomen du sujet). A : bradykinine, B : Lys- des-Arg9-BK et C : labradimil.

Les données sont exprimées en moyennes ± déviations standards; * par rapport à la 1ère dose du même groupe; * p < 0,05; ** p < 0,01; test non-paramétrique pour variables dépendantes de Friedman suivi de comparaisons multiples de Dunn’s, valeurs de p ajustées pour 6 comparaisons; test non-paramétrique pour variables indépendantes de Kruskal- Wallis suivi de comparaisons multiples de Dunn’s, valeurs de p ajustées pour 3 comparaisons. BK, bradykinine; FSTAi, flot sanguin du tissu adipeux incrémental; ODT2, obèse et diabétique de type 2; PN, poids normal.

Figure 18. Dose-réponse du FSTA exprimée en facteur multiplicatif pour la bradykinine, la Lys-des-Arg9-BK et le labradimil chez des sujets PN et ODT2.

Chaque résultat (n) correspond au FSTAmax/FSTAb (facteur multiplicatif; mesurés au même site sur l’abdomen du sujet) pour 3 doses consécutives d’AV dans 70 µl. A : bradykinine, B : Lys-des-Arg9-BK et C : labradimil.

Les données sont exprimées en moyennes ± déviations standards; * par rapport à la 1ère dose du même groupe; * p < 0,05; ** p < 0,01; test non-paramétrique pour variables dépendantes de Friedman suivi de comparaisons multiples de Dunn’s, valeurs de p ajustées pour 3 comparaisons; test non-paramétrique pour variables indépendantes de Kruskal- Wallis suivi de comparaisons multiples de Dunn’s, valeurs de p ajustées pour 3 comparaisons. BK, bradykinine; ODT2, obèse et diabétique de type 2; PN, poids normal.

      )LJXUH'RVHUpSRQVHGX)67$H[SULPpHHQ$6&LQFUpPHQWDOHSRXUOD EUDG\NLQLQHOD/\VGHV$UJ%.HWOHODEUDGLPLOFKH]GHVVXMHWV31HW2'7

&KDTXH UpVXOWDW Q  FRUUHVSRQG j O¶$6&L GH OD SpULRGH  j  PLQ SRVWLQMHFWLRQ $6& )67$VWLPXOpPRLQV)67$EPHVXUpVDXPrPHVLWH SRXUGRVHVFRQVpFXWLYHVG¶$9GDQV —O$EUDG\NLQLQH%/\VGHV$UJ%.HW&ODEUDGLPLO

/HV GRQQpHV VRQW H[SULPpHV HQ PR\HQQHV “ GpYLDWLRQV VWDQGDUGV  SDU UDSSRUW j OD qUH GRVH GX PrPH JURXSH  S    S   WHVW QRQSDUDPpWULTXH SRXU YDULDEOHV GpSHQGDQWHVGH)ULHGPDQVXLYLGHFRPSDUDLVRQVPXOWLSOHVGH'XQQ¶VYDOHXUVGHSDMXVWpHV SRXU  FRPSDUDLVRQV WHVW QRQSDUDPpWULTXH SRXU YDULDEOHV LQGpSHQGDQWHV GH .UXVNDO :DOOLV VXLYL GH FRPSDUDLVRQV PXOWLSOHV GH 'XQQ¶V YDOHXUV GH S DMXVWpHV SRXU  FRPSDUDLVRQV $6&L DLUH VRXV OD FRXUEH LQFUpPHQWDOH %. EUDG\NLQLQH )67$ IORW VDQJXLQGXWLVVXDGLSHX[2'7REqVHHWGLDEpWLTXHGHW\SH31SRLGVQRUPDO

 

Figure 20. Comparaison de la réponse du FSTA pour la bradykinine, la Lys-des-Arg9-

BK et le labradimil chez des sujets PN et ODT2.

Chaque résultat (n) correspond au FSTAmax et à l’ASCi de la période 0 à 40 min post- injection (ASC FSTA stimulé moins FSTAb, mesurés au même site) pour la dose d’AV la plus efficace dans 70 µl : 7 nmol. A : FSTAmax PN, B : FSTAmax ODT2, C : ASCi PN, D : ASCi ODT2.

Les données sont exprimées en moyennes ± déviations standards; p > 0,05 (ns); test non- paramétrique pour variables dépendantes de Friedman suivi de comparaisons multiples de Dunn’s, valeurs de p ajustées pour 3 comparaisons et test non-paramétrique pour variables indépendantes de Kruskal-Wallis suivi de comparaisons multiples de Dunn’s, valeurs de p ajustées pour 3 comparaisons. ASCi, aire sous la courbe incrémentale; BK, bradykinine; FSTAmax, flot sanguin du tissu adipeux maximal; ODT2, obèse et diabétique de type 2;

Documents relatifs