PARTIE 1 - LES DETERMINANTS DE LA CROISSANCE DES DEPENSES : UNE ANALYSE MEDICALISEE . 9

3. L A POLYPATHOLOGIE

Avec l’allongement de l’espérance de vie lié aux meilleures conditions de vie et à une meilleure prise en charge des pathologies, et avec le vieillissement de la population, on constate un poids croissant des pathologies chroniques sur la population et le système de santé. La polypathologie, définie comme la présence simultanée de plusieurs pathologies chez le même individu, s’est ainsi imposée depuis quelques années comme un défi majeur, un nombre croissant de personnes étant dans cette situation, nécessitant des prises en charge d’une complexité également croissante.

Il faut bien distinguer la notion de polypathologie où l’on appréhende l’intégralité du profil de pathologies d’une personne, sans considérer de pathologie index, à celle de comorbidité, qui désigne toute situation clinique se surajoutant à une pathologie index étudiée. En cela, la notion de polypathologie est plus centrée sur la personne elle-même. Il est maintenant établi que la polypathologie est associée à la fois à l’état de santé et à la mortalité mais également à l’utilisation de services de soins et aux dépenses de santé.

A partir des données de morbidité de la cartographie on peut étudier de manière précise la polypathologie à l’échelle nationale, en analysant les combinaisons de pathologies les plus fréquentes. L’analyse de ces associations permet d’illustrer la diversité des situations cliniques rencontrées désignées sous le terme de polypathologie et de préciser les spécificités de ces situations cliniques en fonction de l’âge et aussi en fonction du sexe.

Encadré 5 : Méthodologie de l’étude de la polypathologie

L’étude de la polypathologie fait l’objet d’un chapitre dans le rapport Charges et Produits pour l’année 2016.

Pour l’analyse présentée ici, un travail de sélection argumentée des groupes de pathologies à considérer a été effectué.

L’ensemble des variables de morbidité disponibles dans la cartographie a été analysé, pour sélectionner celles qui correspondent à des pathologies chroniques (et de possibles décompensations aiguës ou non), nécessitant un suivi médical au long cours et une prise en charge médicale spécifique. Pour certaines pathologies, le niveau d’agrégation le plus adéquat a été retenu (par exemple « Maladie coronaire » plutôt que « Syndrome coronaire aigu » et « Maladie coronaire chronique »). Les traitements, les états non pathologiques (par exemple la maternité non compliquée) et les regroupements trop larges, de pathologies hétérogènes avec des tableaux cliniques différents (par exemple le groupe « Maladies cardioneurovasculaires » en tant qu’entité) n’ont pas été retenus. La liste finale retenue comporte 37 états cliniques qui couvrent la morbidité de l’ensemble des organes et appareils identifiables dans la cartographie. De ce fait, même si les principales tendances peuvent être comparées entre les résultats publiés dans les deux rapports, la prévalence de la polypathologie n’est cependant pas comparable, car les mesures ont été établies à partir de listes de pathologies différentes, donc sur deux périmètres différents (49 groupes de pathologies dans le rapport pour l’année 2016 contre 37 groupes de pathologies dans le présent rapport).

Les résultats descriptifs sur la polypathologie sont étroitement liés à la liste de pathologies considérée pour sa mesure. Ces résultats apportent un ordre de grandeur et la fréquence de la polypathologie est probablement sous-estimée : certains groupes de population n’ont pas été considérés (comme par exemple les « traitements antihypertenseurs » et les

« traitements hypolipémiants », qui correspondent probablement à des prises en charge de prévention primaire), certains états cliniques ne sont pas identifiés par la cartographie (comme par exemple les arthroses, l’ostéoporose ou l’obésité) et certaines personnes âgées polymorbides peuvent ne pas être repérées lorsqu’elles résident en EHPAD. Ainsi, en l’absence de méthodologie communément admise, les comparaisons internationales sur la polypathologie restent difficiles.

La polypathologie a été définie comme la présence simultanée d’au moins deux pathologies (parmi la liste préétablie) chez le même individu, conformément à la majorité des études dans ce domaine à l’échelle internationale. Ainsi, la polypathologie couvre une importante diversité de situations cliniques : deux pathologies identifiées chez une même personne pouvant ne pas avoir de lien direct (comme la démence et les maladies respiratoires chroniques), être la conséquence l’une de l’autre (comme la maladie coronaire et l’insuffisance cardiaque), ou appartenir au même ensemble nosologique (comme dans le cas précédant ou pour les pathologies psychiatriques). Dans le domaine des pathologies mentales en particulier, une même affection peut faire l’objet de recours successifs aux soins qualifiés par des diagnostics différents, avant l’identification précise du trouble dont souffre la personne. L’interprétation des résultats ci-dessous doit tenir compte de cette complexité.

La fréquence de la polypathologie augmente avec l’âge. En 2016, elle concerne au moins 1 personne sur 5 à partir de 65 ans et au moins 1 personne sur 3 à partir de 85 ans (Figure 34 et Tableau 5). Les hommes sont plus fréquemment atteints de plusieurs pathologies que les femmes, ce qui est particulièrement notable à partir de 65 ans.

Figure 34 : Fréquence de la polypathologie et évolution entre 2012 et 2016, selon l’âge et le sexe

Champ : Régime Général (y compris SLM) – France entière Source : Cartographie (Cnam, version G5)

Tableau 5 : Nombre de pathologies identifiées (parmi la liste préétablie) à partir de 65 ans, selon sexe, en 2016 :

Champ : Régime Général (y compris SLM) – France entière Source : Cartographie (Cnam, version G5)

Le profil de pathologies et de polypathologie évolue en fonction de l’âge : avant 45 ans, les principales pathologies identifiées concernent le domaine de la santé mentale ; entre 45 et 85 ans, le diabète et la maladie coronaire représentent une part importante de la polypathologie ; enfin, à partir de 85 ans, la démence et l’insuffisance cardiaque font partie des pathologies les plus souvent présentes (Tableau 6, Tableau 7 et Tableau 8). Les « maladies respiratoires chroniques » sont présentes pour tous les âges, aussi bien chez les hommes que chez les femmes polypathologiques.

effectifs % effectifs % effectifs % effectifs %

ensemble 4 140 450 100 3 197 413 100 940 855 100 379 469 100

Pas de pathologie 2 297 078 55,5 1 357 036 42,4 328 656 34,9 94 491 24,9

1 pathologie 1 200 041 29,0 1 030 547 32,2 319 980 34,0 125 020 33,0

2 pathologies 438 804 10,6 504 116 15,8 179 842 19,1 88 578 23,3

3 pathologies 143 000 3,5 200 825 6,3 76 013 8,1 44 503 11,7

4 pathologies ou plus 61 527 1,5 104 889 3,3 36 364 3,9 26 877 7,1

Femmes de 65 à 84 ans Hommes de 65 à 84 ans Femmes de 85 ans ou plus Hommes de 85 ans ou plus

Tableau 6 : Associations de pathologies les plus fréquentes chez les personnes polypathologiques, tous sexes, selon l’âge, en 2016

Champ : Régime Général (y compris SLM) – France entière Source : Cartographie (Cnam, version G5)

Classes d'âge Effectifs %*

251 293 100

22 820 9,1 Troubles névrotiques et de l’humeur Troubles psychotiques 20 450 8,1 Troubles névrotiques et de l’humeur Troubles addictifs

9 052 3,6 Troubles névrotiques et de l’humeur Maladies respiratoires chroniques

8 142 3,2 Troubles psychotiques Troubles addictifs

7 492 3,0 Diabète Maladies respiratoires chroniques

50 842 100

5 688 11,2 Troubles névrotiques et de l’humeur Troubles psychotiques Troubles addictifs

1 658 3,3 Troubles névrotiques et de l’humeur Troubles addictifs Maladies du foie ou du pancréas

1 556 3,1 Troubles névrotiques et de l’humeur Troubles addictifs Maladies respiratoires chroniques

1 276 2,5 Troubles névrotiques et de l’humeur Troubles psychotiques Maladies respiratoires chroniques

811 1,6 Troubles névrotiques et de l’humeur Troubles psychotiques Diabète

913 902 100

57 524 6,3 Diabète Maladies respiratoires chroniques

52 549 5,7 Diabète Maladie coronaire

24 398 2,7 Maladies respiratoires chroniques Troubles névrotiques et de l’humeur

22 944 2,5 Diabète Troubles névrotiques et de l’humeur

21 889 2,4 Maladies respiratoires chroniques Troubles addictifs

253 322 100

7 363 2,9 Diabète Maladies respiratoires chroniques Maladie coronaire

5 437 2,1 Diabète Maladie coronaire Artériopathie oblitérante du membre inférieur

4 910 1,9 Diabète Maladies respiratoires chroniques Troubles névrotiques et de l’humeur

3 384 1,3 Diabète Maladie coronaire Insuffisance cardiaque

3 288 1,3 Maladies respiratoires chroniques Troubles névrotiques et de l’humeur Troubles addictifs 1 453 161 100

100 597 6,9 Diabète Maladie coronaire

75 378 5,2 Diabète Maladies respiratoires chroniques

40 642 2,8 Diabète Autres cancers

31 838 2,2 Maladie coronaire Maladies respiratoires chroniques

24 449 1,7 Diabète Accident vasculaire cérébral

510 241 100

15 869 3,1 Diabète Maladie coronaire Maladies respiratoires chroniques

12 041 2,4 Diabète Maladie coronaire Artériopathie oblitérante du membre inférieur

10 576 2,1 Diabète Maladie coronaire Insuffisance cardiaque

7 839 1,5 Diabète Maladie coronaire Autres cancers

6 477 1,3 Diabète Maladies respiratoires chroniques Insuffisance cardiaque

452 177 100

13 043 2,9 Diabète Maladie coronaire

11 488 2,5 Diabète Démences (dont maladie d'Alzheimer)

10 956 2,4 Démences (dont maladie d'Alzheimer) Troubles névrotiques et de l’humeur

10 529 2,3 Maladie coronaire Insuffisance cardiaque

8 818 2,0 Maladies respiratoires chroniques Insuffisance cardiaque 183 757 100

3 383 1,8 Diabète Maladie coronaire Insuffisance cardiaque

3 309 1,8 Maladie coronaire Maladies respiratoires chroniques Insuffisance cardiaque

2 232 1,2 Diabète Maladies respiratoires chroniques Insuffisance cardiaque

2 111 1,1 Maladie coronaire Insuffisance cardiaque Démences (dont maladie d'Alzheimer)

2 052 1,1 Diabète Maladie coronaire Maladies respiratoires chroniques

*les pourcentages sont calculés parmi les personnes avec 2 pathologies ou plus et parmi les personnes avec 3 pathologies ou plus, respectivement

Associations les plus fréquentes parmi les personnes avec 2 pathologies ou 3 pathologies, en 2016

85 ans et plus 65 à 84 ans 45 à 64 ans 18 à 44 ans

ensemble des personnes avec 2 pathologies ou plus

ensemble des personnes avec 2 pathologies ou plus

ensemble des personnes avec 2 pathologies ou plus

ensemble des personnes avec 2 pathologies ou plus ensemble des personnes avec 3 pathologies ou plus

ensemble des combinaisons de 3 pathologies

ensemble des personnes avec 3 pathologies ou plus

ensemble des personnes avec 3 pathologies ou plus

Tableau 7 : Associations de pathologies les plus fréquentes chez les femmes polypathologiques, selon l’âge, en 2016

Champ : Régime Général (y compris SLM) – France entière Source : Cartographie (Cnam, version G5)

Classes d'âge Effectifs %*

119703 100

10 605 8,9 Troubles névrotiques et de l’humeur Troubles psychotiques

7 779 6,5 Troubles névrotiques et de l’humeur Troubles addictifs

6 486 5,4 Troubles névrotiques et de l’humeur Maladies respiratoires chroniques

4 532 3,8 Maladies respiratoires chroniques Diabète

2 557 2,1 Maladies respiratoires chroniques Autres cancers

22 443 100

1 548 6,9 Troubles névrotiques et de l’humeur Troubles psychotiques Troubles addictifs

771 3,4 Troubles névrotiques et de l’humeur Troubles addictifs Maladies respiratoires chroniques 765 3,4 Troubles névrotiques et de l’humeur Troubles psychotiques Maladies respiratoires chroniques 455 2,0 Troubles névrotiques et de l’humeur Troubles addictifs Maladies du foie ou du pancréas

430 1,9 Troubles névrotiques et de l’humeur Troubles psychotiques Diabète

415 043 100

30 741 7,4 Maladies respiratoires chroniques Diabète

18 364 4,4 Maladies respiratoires chroniques Troubles névrotiques et de l’humeur

14 836 3,6 Troubles névrotiques et de l’humeur Diabète

12 747 3,1 Troubles névrotiques et de l’humeur Troubles psychotiques

10 898 2,6 Diabète Maladie coronaire

103 889 100

3 534 3,4 Maladies respiratoires chroniques Diabète Troubles névrotiques et de l’humeur

2 099 2,0 Maladies respiratoires chroniques Diabète Maladie coronaire

1 860 1,8 Diabète Troubles névrotiques et de l’humeur Troubles psychotiques

1 727 1,7 Maladies respiratoires chroniques Troubles névrotiques et de l’humeur Troubles addictifs 1 454 1,4 Maladies respiratoires chroniques Troubles névrotiques et de l’humeur Troubles psychotiques 643 331 100

38 437 6,0 Diabète Maladies respiratoires chroniques

28 044 4,4 Diabète Maladie coronaire

18 230 2,8 Diabète Autres cancers

18 213 2,8 Diabète Cancer du sein de la femme

15 297 2,4 Diabète Troubles névrotiques et de l’humeur

204 527 100

4 668 2,3 Diabète Maladies respiratoires chroniques Maladie coronaire

3 732 1,8 Diabète Maladie coronaire Insuffisance cardiaque

3 294 1,6 Diabète Maladies respiratoires chroniques Insuffisance cardiaque

2 960 1,4 Diabète Maladies respiratoires chroniques Troubles névrotiques et de l’humeur

2 192 1,1 Diabète Maladies respiratoires chroniques Autres cancers

292 219 100

9 949 3,4 Démences (dont maladie d'Alzheimer) Troubles névrotiques et de l’humeur

9 161 3,1 Démences (dont maladie d'Alzheimer) Diabète

6 911 2,4 Démences (dont maladie d'Alzheimer) Insuffisance cardiaque

6 859 2,3 Diabète Maladie coronaire

6 684 2,3 Démences (dont maladie d'Alzheimer) Accident vasculaire cérébral 112 377 100

2 045 1,8 Diabète Maladie coronaire Insuffisance cardiaque

1 927 1,7 Maladies respiratoires chroniques Maladie coronaire Insuffisance cardiaque

1 565 1,4 Démences (dont maladie d'Alzheimer) Maladie coronaire Insuffisance cardiaque

1 536 1,4 Maladies respiratoires chroniques Diabète Insuffisance cardiaque

1 410 1,3 Démences (dont maladie d'Alzheimer) Maladies respiratoires chroniques Insuffisance cardiaque

*les pourcentages sont calculés parmi les personnes avec 2 pathologies ou plus et parmi les personnes avec 3 pathologies ou plus, respectivement 85 ans et plus

Associations les plus fréquentes parmi les femmes avec 2 pathologies et parmi les femmes avec 3 pathologies, en 2016 ensemble des personnes avec 2 pathologies ou plus

ensemble des personnes avec 2 pathologies ou plus

ensemble des personnes avec 2 pathologies ou plus

ensemble des personnes avec 2 pathologies ou plus ensemble des personnes avec 3 pathologies ou plus

ensemble des personnes avec 3 pathologies ou plus

ensemble des personnes avec 3 pathologies ou plus

ensemble des personnes avec 3 pathologies ou plus 65 à 84 ans

45 à 64 ans 18 à 44 ans

Tableau 8 : Associations de pathologies les plus fréquentes parmi les hommes polypathologiques, selon l’âge, en 2016

Champ : Régime Général (y compris SLM) – France entière Source : Cartographie (Cnam, version G5)

Classes d'âge Effectifs %*

131 590 100

12 671 9,6 Troubles névrotiques et de l’humeur Troubles addictifs 12 215 9,3 Troubles névrotiques et de l’humeur Troubles psychotiques

7 036 5,3 Troubles addictifs Troubles psychotiques

2 960 2,2 Maladies respiratoires chroniques Diabète

2 566 1,9 Troubles névrotiques et de l’humeur Maladies respiratoires chroniques 28 399 100

4 140 14,6 Troubles névrotiques et de l’humeur Troubles addictifs Troubles psychotiques

1 203 4,2 Troubles névrotiques et de l’humeur Troubles addictifs Maladies du foie ou du pancréas 785 2,8 Troubles névrotiques et de l’humeur Troubles addictifs Maladies respiratoires chroniques 511 1,8 Troubles névrotiques et de l’humeur Troubles psychotiques Maladies respiratoires chroniques

491 1,7 Troubles névrotiques et de l’humeur Troubles addictifs Epilepsie

498 859 100

41 651 8,3 Maladie coronaire Diabète

26 783 5,4 Diabète Maladies respiratoires chroniques

12 213 2,4 Maladie coronaire Maladies respiratoires chroniques

11 931 2,4 Troubles névrotiques et de l’humeur Troubles addictifs

10 773 2,2 Diabète Maladies du foie ou du pancréas

149 433 100

5 264 3,5 Maladie coronaire Diabète Maladies respiratoires chroniques

4 692 3,1 Maladie coronaire Diabète Artériopathie oblitérante du membre inférieur

2 636 1,8 Maladie coronaire Diabète Insuffisance cardiaque

2 038 1,4 Maladie coronaire Maladies respiratoires chroniques Artériopathie oblitérante du membre inférieur 1 926 1,3 Troubles névrotiques et de l’humeur Troubles addictifs Maladies du foie ou du pancréas 809 830 100

72 553 9,0 Maladie coronaire Diabète

36 941 4,6 Diabète Maladies respiratoires chroniques

22 412 2,8 Diabète Autres cancers

21 379 2,6 Maladie coronaire Maladies respiratoires chroniques

20 352 2,5 Diabète Cancer de la prostate

305 714 100

11 201 3,7 Maladie coronaire Diabète Maladies respiratoires chroniques

9 875 3,2 Maladie coronaire Diabète Artériopathie oblitérante du membre inférieur

6 844 2,2 Maladie coronaire Diabète Insuffisance cardiaque

6 099 2,0 Maladie coronaire Diabète Autres cancers

4 721 1,5 Maladie coronaire Diabète Cancer de la prostate

159 958 100

6 184 3,9 Maladie coronaire Diabète

3 904 2,4 Maladie coronaire Insuffisance cardiaque

3 545 2,2 Maladie coronaire Maladies respiratoires chroniques

3 426 2,1 Maladie coronaire Autres cancers

3 006 1,9 Diabète Maladies respiratoires chroniques

71 380 100

1 382 1,9 Maladie coronaire Insuffisance cardiaque Maladies respiratoires chroniques

1 338 1,9 Maladie coronaire Diabète Insuffisance cardiaque

1 029 1,4 Maladie coronaire Diabète Maladies respiratoires chroniques

976 1,4 Maladie coronaire Diabète Autres cancers

847 1,2 Maladie coronaire Diabète Artériopathie oblitérante du membre inférieur

*les pourcentages sont calculés parmi les personnes avec 2 pathologies ou plus et parmi les personnes avec 3 pathologies ou plus, respectivement ensemble des personnes avec 3 pathologies ou plus

ensemble des personnes avec 2 pathologies ou plus ensemble des personnes avec 3 pathologies ou plus 18 à 44 ans

Associations les plus fréquentes parmi les hommes avec 2 pathologies et parmi les hommes avec 3 pathologies, en 2016

ensemble des personnes avec 3 pathologies ou plus 85 ans et plus

65 à 84 ans 45 à 64 ans

ensemble des personnes avec 2 pathologies ou plus

ensemble des personnes avec 3 pathologies ou plus

ensemble des personnes avec 2 pathologies ou plus

ensemble des personnes avec 2 pathologies ou plus

4. Données de mortalité et cartographie médicalisée

Les causes de décès renseignées sur le certificat de décès ne reflètent pas systématiquement l’ensemble des pathologies présentes ou prises en charge au moment du décès. Ainsi, l’étude de la mortalité pour une pathologie repérée par la seule information contenue dans les certificats de décès ne concernera pas l’ensemble des personnes atteintes par cette pathologie.

La cartographie médicalisée des dépenses permet de repérer les personnes suivies pour un groupe de pathologies, même si ces pathologies ne font pas partie des causes du décès ou n’y ont pas directement contribué.

Il est ainsi particulièrement intéressant de croiser ces informations, ce qui est dorénavant possible dans le cadre du SNDS. La mortalité des personnes atteintes de « maladies psychiatriques », identifiées grâce à la cartographie des pathologies et des dépenses, fait d’ailleurs l’objet d’une analyse spécifique dans ce rapport (p.

101). Par ailleurs, la disponibilité des causes de décès permet d’étudier de manière détaillée la mortalité, en analysant les causes initiales et associées des décès, mais aussi d’autres informations sociodémographiques sur les personnes décédées, ou sur les circonstances, comme par exemple le lieu de décès.

Un premier travail d’analyse descriptive sur la mortalité des principaux groupes de pathologies identifiés par la cartographie a été mené avec l’Institut de Recherche et Documentation en Economie de la Santé (Irdes) sur les décès survenus en 2014, données les plus récentes disponibles dans le SNDS au moment de l’étude. En plus d’apporter des éléments comparatifs de mortalité pour un grand nombre de groupes de populations, ces analyses illustrent le potentiel d’études qu’offre l’enrichissement du SNDS avec les causes médicales de décès.

Encadré 6 : Méthode d’analyse croisée des causes de décès et de la cartographie des pathologies et des dépenses L’appariement des causes médicales de décès à la cartographie

La production des données individuelles sur les causes de décès est assurée par le Centre d'épidémiologie sur les causes médicales de décès (CépiDC), laboratoire INSERM chargé d'élaborer annuellement la statistique nationale des causes médicales de décès en collaboration avec l'INSEE. A partir de la partie médicale, non nominative, des certificats de décès, le CépiDC assure le codage des causes de décès selon la Classification internationale des maladies (CIM-10) et détermine la cause initiale du décès, cause à l’origine du processus morbide ayant conduit au décès, tandis que l’INSEE lie le certificat de décès à des informations sociodémographiques.

Il existe un identifiant non nominatif unique pour chaque décès, qui est utilisé lors des échanges entre le CépiDc et l’INSEE.

Cet identifiant n’est pas le même que l’identifiant synthétique non nominatif utilisé pour les données du SNDS et il n’existe actuellement pas encore de correspondance entre les deux. Une méthode d’appariement indirect entre les données de décès et d’autres systèmes d’informations mise au point par le CépiDc, a donc été adaptée au SNDS en collaboration entre la Cnam et le CépiDc. Cet appariement mobilise l’année, le mois et le jour de décès, le sexe, l’année et le mois de naissance, le département et la commune de résidence et, le cas échéant, le département de l’établissement hospitalier dans lequel le patient est décédé.

Les premières données disponibles concernent l’année 2014. Pour cette année, 90,1 % des 561 008 décès traités par le CépiDC ont pu être appariés avec des individus dont les données étaient présentes dans le SNDS. Pour notre étude, nous nous sommes intéressés à la population à la cartographie pour 2014 (version G5) et les causes de décès de ces individus ont pu

4.1. Mortalité et mortalité prématurée en fonction des groupes de pathologie de la cartographie

Le taux standardisé de mortalité de l’ensemble de la population de la cartographie est de 7,2 ‰ (Tableau 9), ce qui est inférieur au taux national estimé par l’INSEE pour l’année 2014, qui est de 8,4 ‰15. Les personnes n’ayant pas consommé de soins en 2014, ou dont la consommation n’a pas été repérée dans la cartographie (soit par leur affiliation aux régimes RSI ou MSA, soit pour les résidents de certains établissements d’hébergement médicalisés financés par budget global), ont donc une mortalité plus élevée que les personnes présentes dans la cartographie, différence qui ne s’explique que très partiellement par une structure d’âge et de sexe différentes.

Tableau 9 : Nombre de décès et taux de mortalité toutes causes confondues pour les principaux groupes de patients ayant des pathologies repérées par la cartographie, en 2014

a hors pathologies b hors mucoviscidose

Note de lecture : Tous les taux sont exprimés pour 1000 personnes. Un même patient décédé peut avoir été atteint par plusieurs pathologies et son décès peut donc être pris en compte sur plusieurs lignes. Se référer à l'encadré pour les précisions méthodologiques et les précautions à prendre dans l'interprétation des indicateur Champ : Régime Général (y compris SLM) – France entière

Source : Cartographie (Cnam, version G5) appariée avec les causes médicales de décès de 2014

Les personnes traitées pour « maladies du foie ou du pancréas », pour cancer, ou pour insuffisance rénale chronique terminale, ont les taux de mortalité les plus élevés après standardisation sur l’âge et le sexe (Tableau 9). Par rapport à l’ensemble des personnes ayant eu une consommation de soins, ces groupes de personnes malades ont une mortalité plus élevée de 7 à 5 fois (Figure 35). La mortalité prématurée (avant 65 ans) la plus élevée est observée pour ces mêmes groupes de pathologies, avec un ratio de surmortalité de 18 pour les personnes atteintes par une « maladie du foie ou du pancréas »ou un cancer et de 8 en cas d’insuffisance rénale chronique terminale, par rapport à l’ensemble des consommants (Figure 35).

Maladies cardioneurovasculaires 3 629 614 71 218 611 81 60,2 23,9 21,6 11,9

Traitements du risque vasculairea 7 572 662 65 50 825 79 6,7 3,5 2,4 1,5

Diabète 2 999 895 66 80 358 78 26,8 10,3 8,3 3,1

Cancers 2 482 759 67 168 063 74 67,7 39,7 42,1 25,5

Maladies psychiatriques 2 013 094 52 54 681 74 27,2 18,9 10,7 6,3

Traitements psychotropesa 5 314 916 62 94 478 80 17,8 8,9 5,1 3,1

Maladies neurologiques ou dégénératives 1 290 517 67 102 665 84 79,6 26,2 15,8 9,7 Maladies respiratoires chroniquesb 2 971 719 49 77 955 77 26,2 15,4 7,2 4,8 Maladies inflammatoires ou rares ou VIH ou SIDA 928 312 54 16 597 75 17,9 12,0 5,7 3,8

Insuffisance rénale chronique terminale 73 681 62 5 526 75 75,0 34,7 25,5 12,2

Maladies du foie ou du pancréas b 476 626 58 36 099 69 75,7 49,8 44,5 25,9

Figure 35 : Ratios entre les taux standardisés de mortalité et de mortalité prématurée des principaux groupes de pathologies et les taux de l’ensemble des consommants RG et SLM, en 2014

a hors pathologies b hors mucoviscidose

Champ : Régime Général (y compris SLM) – France entière

Source : Cartographie (Cnam, version G5) appariée avec les causes médicales de décès de 2014

Note de lecture : Il s’agit du rapport entre le taux standardisé de mortalité au sein d’un groupe de pathologies donné, sur le taux standardisé de mortalité pour l’ensemble des consommants. La population totale a un ratio de 1 par construction. Les personnes suivies pour des maladies cardioneurovasculaires ont une mortalité 3,3 fois supérieure et une mortalité prématurée 8,2 fois supérieure à celle de l’ensemble des consommants, après standardisation. Pour les ratios de surmortalité prématurée, l’âge moyen des individus identifiés en 2014 dans chaque groupe apparaît entre parenthèses.

Lorsque l’on mesure la part de l’ensemble des décès qui surviennent avant 65 ans, on observe qu’elle est supérieure à celle de l’ensemble des consommants (20 % des décès) pour les personnes avec « maladies du

Lorsque l’on mesure la part de l’ensemble des décès qui surviennent avant 65 ans, on observe qu’elle est supérieure à celle de l’ensemble des consommants (20 % des décès) pour les personnes avec « maladies du

Dans le document Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses - Propositions de l’Assurance Maladie pour 2019 - APHP DAJDP (Page 42-0)