la délimitation (délimiter les zones de travail interdisant l’accès dans les zones à risques, baliser)

In document Consignes. générales. de sécurité. Une société de Steel Invest and Finance Joint-venture Duferco & NLMK 1 (Page 54-124)

1 Coordination :

Toute intervention doit préalablement faire l’objet d’une concertation entre l’équipe intervenante et le maître de l’ouvrage.

2 Séparation :

Tout équipement de travail sur lequel, ou à proximité duquel doit avoir lieu une intervention, doit être séparé de toutes les sources d’énergie pouvant provoquer des mouvements, des incendies, des électrocutions, intoxications, irradiations, etc. La séparation doit impérativement être effectuée par une action directe sur le circuit de puissance ou sur l’énergie elle-même.

ATTENTION

Ne pas oublier les énergies dans les réservoirs, les condensateurs électriques, les accumulateurs hydrauliques et pneumatiques, les pressions résiduelles dans les canalisations et les réservoirs.

3 Notification :

Les organes doivent être identifiés par des plaques nominatives et datées informant que des interventions sont en cours et qu’il est interdit de déconsigner cet organe. La déconsignation ne peut se faire que par la personne ayant réalisé la consignation.

Remarque : Dans la mesure du possible cadenasser les organes de commandes.

4 Vérification :

Avant d’intervenir, il y a lieu de contrôler que l’appareil (installation) est bien coupé. Par exemple, par un essai de mise en marche de la machine, en essayant les commandes, etc.

5 Immobilisation :

Blocage mécanique par verrouillage, brochage. Bloquer mécaniquement en utilisant des moyens de blocage résistant aux efforts auxquels ils pourraient être soumis.

6 Délimitation :

Balisage, feux, vigie efficace, etc.

LA DECONSIGNATION !

C’est l’ensemble des dispositions permettant de remettre en état de fonctionnement un équipement, une installation ou une machine préalablement consigné, en assurant la sécurité des intervenants.

C’est une partie importante du travail qu’il ne faut pas négliger.

Consignations

ATTENTION

Cas particulier des travaux dans le gabarit des voies de chemin de fer.

Dans ce cas il y a nécessité :

> d’avoir l’accord de travail écrit du service de traction

> de faire consigner la voie par le service traction

Gestion et le contrôle

de nos équipements

et accessoires

de levage

Gestion et le contrôle de nos équipements et accessoires de levage

La législation impose, par service, la tenue d’un registre répertoriant l’ensemble du matériel. Ce registre doit contenir entre autres le numéro d’ordre, le nom du fournisseur, la date de mise en service ainsi que la date de construction.

La législation nous impose également des visites (trimestrielle et annuelle) par un Service Externe Contrôles Techniques (SECT).

Le rapport du SECT doit être en tout temps à la disposition du fonctionnaire chargé de la surveillance de l’établissement.

En résumé, le SECT réceptionne notre matériel, mais : La gestion de ce matériel incombe aux services utilisateurs.

RESPECTONS CETTE LEGISLATION, IL Y VA DE NOTRE RESPONSABILITE ET DE LA SECURITE DE TOUS LES UTILISATEURS ! ! !.

Le Service Externe Contrôles Techniques est notre partenaire, il est là pour nous aider !

13.1 La procédure «Colson»

Pendant la visite, l’inspecteur du SECT place un colson sur chaque accessoire qui lui est présenté.

1. Si cet accessoire est bon,

Le colson a une couleur qui représente le trimestre du contrôle.

« La couleur du colson change chaque trimestre ».

2. Si cet accessoire n’est pas en ordre,

Le colson placé sur l’accessoire sera de couleur ROUGE.

Un accessoire de levage peut être UTILISE SEULEMENT SI :

Il a un colson et que ce colson est de la couleur du trimestre en cours.

(en cas de doute vous devez reprendre le n° de l’accessoire et voir sur le rapport SECT si celui-ci à été vérifié dans le trimestre)

Le pourquoi des colsons ?

Pour permettre aux utilisateurs de voir en un seul coup d’œil si un accessoire est réceptionné et s’il est en ordre.

Après la réception, le SECT nous transmet, par service, un rapport reprenant l’ensemble des accessoires connus.

Les couleurs des colsons

Les couleurs des colsons ont été déterminées pour chaque trimestre :

Premier trimestre : JAUNE

Deuxième trimestre : GRIS

Troisième trimestre : VERT CLAIR

Quatrième trimestre : BLEU CLAIR

Gestion et le contrôle de nos équipements et accessoires de levage

13.2 Appareils de levage et accessoires de levage

Un appareil de la société DLL ne peut être utilisé que par du personnel de DLL qualifié et formé pour ce poste de sécurité.

Tout appareil de levage propriété d’une entreprise extérieure doit faire l’objet d’un rapport de contrôle par un organisme agréé, (SECT) et ce, avec une périodicité maximum de trois mois.

Ce rapport sera à tout moment à la disposition du service de surveillance et du service SIPPT de DLL.

Consignes :

> Utiliser l’engin de levage uniquement pour le type de travail pour lequel il a été prévu.

> Ne pas dépasser la charge maximum autorisée.

> Un seul homme donnera les instructions au moyen des gestes réglementaires (voir annexes). Le pontier et la personne qui commande la manœuvre au sol sont complémentaires.

> Ne permettre l’amarrage de la charge et la communication par signaux qu’à des personnes compétentes et formées pour ce type de travail.

> Ne pas laisser une charge suspendue à un appareil de levage qui n’est pas sous contrôle de l’opérateur (pontier).

> Ne pas accéder aux chemins de roulement et aux ponts sans avoir reçu l’autorisation du pontier (Consignation).

> Ne pas véhiculer de personnes sur un pont roulant ou sur une charge suspendue.

> Ne pas stationner sous une charge suspendue, s’en tenir le plus écarté possible.

> Ne pas utiliser d’accessoires en mauvais état, en état douteux ou non contrôlés par un organisme agréé (SECT).

> Préparer les lieux de chargement et de dépose, reconnaître le parcours qui sera effectué par la charge et maintenir les allées de circulation dégagées sur une largeur compatible avec les dimensions des pièces à manutentionner.

> S’assurer que les élingues utilisées sont en bon état avant chaque usage.

> S’assurer que tous les éléments de la charge sont solidaires.

> Veiller à équilibrer les charges et à bien choisir le type d’élingage et les élingues en fonction de la charge.

> Après le travail, ranger les accessoires de levage aux endroits prévus.

> Interdire de ponter les sécurités.

> Respecter la charge maximale des élingues, chaînes, cordes et accessoires de levage suivant le mode d’utilisation (tableau d’élingage).

Gestion et le contrôle de nos équipements et accessoires de levage

LES SIX REGLES D’OR DE L’ELINGUEUR :

1. Evaluer la charge

(poids, encombrements) 2.Consulter le tableau d’élingage

3. Mettre des gants adéquats

pour manipuler les élingues 4. Contrôler les élingues utilisées

5. Protéger les aretes vives 6. Commander clairement la manoeuvre

’ ’

Manutentions

Manutentions

Utiliser des engins et accessoires de manutention : - adéquats au travail à effectuer.

- en bon état.

- contrôlés régulièrement par un organisme agréé.

- inspectés par l’utilisateur avant chaque usage ou la prise de poste.

Consignes :

> Ne permettre la conduite d’un engin de manutention qu’à des personnes compétentes et formées à l’utilisation de cet engin.

> Remarque : la conduite d’un chariot de manutention automoteur est interdite aux étudiants-travailleurs.

> Etablir une bonne organisation du travail : soulever, déplacer, reposer la charge et baliser l’aire de travail suivant les règles de l’art.

> Il est interdit de voyager comme passager sur un engin de manutention.

> Ne pas dépasser la charge maximum de l’engin en res-pectant le tableau de charge dont le chariot de manuten-tion est obligatoirement muni (habituellement fixé près du poste de conduite).

> Si vous devez modifier ou adjoindre un nouvel équipement porte-charge, il est obligatoire de faire une nouvelle réception de l’engin par un organisme agréé.

> Il est strictement interdit d’élever des personnes en hauteur à l’aide des fourches.

> Lors de l’arrêt de l’élévateur, serrer convenablement le frein à main, enlever la clef de contact pour ne pas tenter d’éventuels débutants.

> Suivez une formation cariste qui est organisée par l’entreprise afin d’obtenir une autorisation de conduite d’un engin de manutention automoteur.

> Boucler la ceinture de sécurité lors de l’utilisation de l’engin quand celui-ci en est équipé.

Travaux en hauteur >2m,

sur toitures et cheminées, auto-leveur,

échelles,

échafaudages

Travaux en hauteur >2m, sur toitures et

cheminées, auto-leveur, échelles, échafaudages

15.1 Avant le travail

> Faire appel obligatoirement au responsable du service concerné qui renseignera sur l’accessibilité normale et les zones de danger et procédera éventuellement à la rédaction de la procédure de travail.

> Examiner l’état général de la structure/toiture sur laquelle on va intervenir. Se méfier tout particulièrement des panneaux translucides (très fragiles) : après quelques années, ils peuvent se confondre dans l’ensemble du toit …

> Signaler (baliser) les zones de danger au sol avec des moyens adéquats.

> Coordonner avec tous les intervenants la mise en place des protections collectives et/ou individuelles (ouverture de chantier).

Remarques :

> Sauf impossibilité technique, recourir toujours aux protections collectives pour assurer la sécurité des intervenants et éviter la chute de matériaux et de matériel.

> Mettre en œuvre une ou plusieurs solutions suivantes, pour éviter la chute dans le vide :

- placer des garde-corps.

- placer des auvents.

- utiliser un auto-leveur avec plate-forme - placer des filets de recueil…

Protections individuelles pour travaux en hauteur

Si les risques de chute n’ont pu être totalement éliminés à la source, ou suffisamment limités par des mesures, des méthodes d’organisation du travail ou par des moyens techniques de protection collective alors il faut utiliser les protections individuelles.

Remarques si vous utilisez un harnais:

> Le personnel devant utiliser le harnais de sécurité doit avoir reçu l’information et la formation nécessaire à l’utilisation de cet EPI.

> Les harnais de sécurité doivent être soumis à un examen par un organisme agréé (SECT) au moins tous les douze mois et chaque fois qu’un harnais a retenu une personne au cours d’une chute (code titre VII art 16).

Pendant le travail :

> Placer, selon la nécessité, une vigie au sol qui signalera le danger et écartera toute personne qui voudrait s’engager dans la zone interdite.

> Ne pas laisser intervenir une personne seule sur une toiture ou une cheminée.

> S’assurer que le matériel, les matériaux et outils présents sur la toiture ne peuvent tomber ni s’envoler et blesser du personnel ou abîmer les installations.

Travaux en hauteur >2m, sur toitures et

cheminées, auto-leveur, échelles, échafaudages

15.2 Auto-leveur avec plate-forme pour des personnes, nacelles et paniers Les auto-leveurs doivent être contrôlés trimestriellement par un organisme agréé (SECT) et le certificat de réception sera à tout moment à la disposition du service Surveillance et SIPPT de DLL.

Il est nécessaire également de :

> posséder le permis adéquat ;

> faire fonctionner en permanence sur l’engin un feu clignotant pendant l’utilisation avec des personnes ;

> interdire le déplacement en position haute avec du personnel dans la plate-forme;

> avoir une deuxième personne au sol qui peut intervenir en cas de malaise, etc ;

> baliser la zone de travail.

> munir l’engin d’une plaque rappelant les conditions d’utilisation.

Porter pendant le travail en hauteur un harnais de sécurité avec le point d’attache fixé à la nacelle.

En ce qui concerne les nacelles de travail, paniers ou dispositifs semblables suspendus à une grue.

de tels équipements ne peuvent être utilisés qu’exceptionnellement pour le levage de personnes et s’il n’est pas possible ou plus risqué d’utiliser pour le levage de personnes des équipements conçus à cet effet (nacelles à ciseaux, nacelle à bras télescopique,…)

Par conséquent, une telle utilisation ne peut être mise en œuvre que dans des situations exceptionnelles pour lesquelles en outre l’évaluation des risques a montré que, moyennant l’observation des dispositions réglementaires ainsi que des mesures et procédures appropriées, la sécurité des travailleurs concernés est assurée, en particulier par rapport au risque de chute et de coincement.

Il est donc impératif de réaliser une étude particulière pour utiliser ce type de matériel.

15.3 Echelles

Les échelles sont des moyens d’accès et elles ne peuvent être utilisées pour un travail que si le niveau de risque de chute est faible et que leur utilisation est de courte durée.

> Utiliser exclusivement des échelles en bon état et contrôlées régulièrement par une personne compétente.

> Installer les échelles sur sol stable, avec l’inclinaison voulue, dépassant d’un mètre au moins le niveau d’accès, avec le recouvrement prévu dans le cas d’échelles coulissantes et avec liaison dans le cas d’échelles doubles et amarrées si elles dépassent 25 échelons.

> S’assurer de les placer dans des lieux sans risque (lignes électriques, porte d’accès, …).

Travaux en hauteur >2m, sur toitures et

cheminées, auto-leveur, échelles, échafaudages

15.4 Echafaudages

Doivent répondre pleinement aux prescriptions de l’A.R. du 31 août 2005 concernant l’utilisation des équipements de travail pour les travaux temporaires en hauteur.

Quelques points importants :

> L’employeur qui monte, démonte ou transforme l’échafaudage doit disposer de la notice explicative du fabricant ainsi que la note de calcul de résistance et de stabilité qui l’accompagne.

> L’employeur utilisateur de l’échafaudage veille à ce que l’échafaudage reste en tout temps, lors de son utilisation, en conformité avec les dispositions de l’article 15 de l’A.R. ci-dessus et que ses travailleurs n’ont pas accès aux parties de l’échafaudage qui ne sont pas prêtes à l’emploi.

Si l’employeur utilisateur de l’échafaudage apporte des modifications à cet échafaudage qui concernent son montage, son démontage ou sa transformation, il doit respecter les obligations imposées à l’employeur qui monte, démonte ou transforme un échafaudage.

> Ne peuvent monter et utiliser un échafaudage que les travailleurs qui ont reçu la formation requise ; le montage et l’utilisation ne peuvent s’effectuer que sous la supervision d’une personne compétente.

> Un échafaudage doit être contrôlé avant chaque utilisation.

Terrassements

et ouvertures

Consignations

16.1 Terrassements :

> Calculer, exécuter et protéger les terrassements de manière à prévenir tout éboulement ou chute de matériau situé à proximité, selon les règlements, normes et codes de bonne pratique en vigueur en Belgique.

> Protéger en permanence les lieux par des garde-corps ou par une signalisation appropriée placée à plus de 2 mètres.

> S’assurer de la connaissance de la présence de canalisations et de câbles dans la zone de travail.

16.2 Ouvertures dans le sol et/ou dans un plancher :

Protéger par un garde-corps réglementaire ou obturer de manière efficace (résistance, rigidité, fixation) et éclairer tout plancher de travail, ouverture dans un plancher, une citerne, une paroi, une réserve à matériaux, une cage d’escalier, …, de manière à empêcher toute chute de personne ou de matériau, en permanence jusqu’à la fin des travaux.

Machines fixes,

p o r t a t i v e s

et outils

à mains

Machines fixes, portatives et outils à mains

Machines fixes ( perceuse sur colonne, touret à meuler :

> Ne pas travailler sur une machine où les organes de protection sont manquants

> Ne pas court-circuiter les dispositifs de sécurité

> Ne pas procéder au nettoyage, graissage,… des organes en mouvement

> Laisser libre accès aux dispositifs de sécurité

> Se servir d’un crochet ou d’une brosse pour évacuer limailles et copeaux

Machines portatives ( perceuses, disqueuses)

> Immobiliser les pièces à usiner

> Ne pas utiliser une machine dépourvue de ses protections

> Contrôler le bon état des cordelières, allonges, raccords, prises

> Sur les disqueuses, utiliser un disque en bon état, prévu pour le nombre de tours indiqués sur la machine et prévu pour le matériau à usiner

Outils à main

Outils pointus: pointes à tracer, forets, ...

Outils à percussion non explosive: burins, poinçons, ...

Outils à frapper: masses, marteaux, ...

Outils de serrage: clés fixes, tournevis, ...

> Ne pas employer d’outils en mauvais était (ex. manche cassé, burins non ébavurés).

> Utiliser des outils pour l’usage auxquels ils sont destinés (ex. Ne pas frapper sur une tournevis, ne pas frapper sur une clé, ne pas se servir d’une clé comme marteau, ...).

> Ne pas abandonner d’outils dans une position instable (ex. Sur une échelle).

> Ne pas mettre d’outils en poche (ex. outils pointus ou tranchants).

> Ne pas utiliser les clés à molettes sauf en cas de force majeure.

> Vérifier les outils avant usage. Tout outil défectueux doit être supprimé ou envoyé en réparation.

> Veiller régulièrement au calage des outils sur leur manche.

> Protéger les outils pointus.

> Ranger soigneusement les outils après utilisation.

> Employer des outils spéciaux dans les atmosphères explosives.

> Porter des lunettes de sécurité et placer des écrans protecteurs pour l’entourage lors de l’utilisation des outils à percussion ou à frapper.

> Porter des gants (éviter les piqûres, coupures et chocs) et le casque (prévenir la chute d’outils d’un niveau supérieur).

> Utiliser des outils isolés pour travailler dans un appareillage sous tension.

Machines fixes, portatives et outils à mains

Soudage ’

ou découpage

Soudage ou découpage

AU CHALUMEAU Les 4 règles de conduite Avoir un lieu d’intervention préparé :

> Disposer à proximité de moyens d’alarme et de lutte contre le feu.

> Eloigner ou protéger tout matériau combustible ou susceptible de provoquer un incendie ou une explosion.

> Prévenir les autres corps de métier du début et de la fin de l’intervention.

> Prévoir une inspection du lieu d’intervention après les travaux et une surveillance pendant deux heures au moins pour vérifier qu’aucun risque d’incendie ne subsiste.

> Baliser la zone de travail et si nécessaire installer des écrans de protection.

> Fixer les bouteilles de manière stable en position debout ou légèrement inclinées.

> Placer les bonbonnes à plus de 5 mètres du lieu où il faut découper ou souder.

> Aérer convenablement la zone de travail pour évacuer les fumées du soudage.

> Protéger les bonbonnes contre toute source de chaleur.

Avoir du matériel en bon état et des circuits gaz étanches :

> Vérifier régulièrement l’état du chalumeau, des buses, des robinets, des organes de réglages.

> Protéger et changer les tuyaux quand ils sont endommagés.

> Vérifier la présence et le bon état des dispositifs anti-retour de flamme sur les conduites de gaz et d’oxygène .

> Changer régulièrement les joints, les colliers et les bagues au niveau des points de raccordement des tuyaux.

> Contrôler régulièrement l’étanchéité du matériel à l’eau savonneuse.

> Ne pas abouter deux tuyaux par un embout en cuivre ou contenant du cuivre.

Utiliser correctement le matériel de soudage :

> Ne jamais utiliser la flamme pour détecter une fuite de gaz.

(La détection des fuites doit se faire à l’eau savonneuse ou avec un produit moussant).

> Ne jamais utiliser la flamme pour dégivrer un détendeur.

> Ne pas introduire de bonbonnes dans les volumes creux et similaires.

> Manipuler les bouteilles de gaz avec précaution et les protéger de la chaleur. L’acétylène présente des risques d’explosion, même sans adduction d’air ou d’oxygène.

C’est un gaz extrêmement instable. Comprimé, il peut se décomposer (explosion spontanée) sous le seul effet de la pression, d’un choc, d’une élévation de température.

> Toute bonbonne d’acétylène ayant été couchée, ne pourra être utilisée endéans une heure.

> Ne pas utiliser la bonbonne comme enclume, cale ou support.

> N’utiliser que les quantités de gaz strictement nécessaires.

> Ne jamais projeter d’oxygène sur les corps gras (peuvent s’enflammer spontanément).

> En cas d’incident, dans tous les cas, commencez par fermer l’alimentation en gaz.

Soudage ou découpage

Avoir une protection individuelle adaptée :

> Porter des lunettes de sécurité adéquates pour le travail.

> Porter des vêtements difficilement combustibles.

> Veiller à la propreté des vêtements.

> Utiliser des protecteurs individuels contre les brûlures (gants, tablier, guêtres, etc.).

A l’ARC

Les 4 règles de conduite Avoir un lieu d’intervention préparé :

> Disposer à proximité de moyens d’alarme et de lutte contre le feu.

> Eloigner ou protéger tout matériau combustible ou susceptible de provoquer un incendie ou une explosion.

> Prévenir les autres corps de métier du début et de la fin de l’intervention.

> Prévoir une inspection du lieu d’intervention après les travaux et une surveillance pendant deux heures au moins pour vérifier qu’aucun risque d’incendie ne subsiste.

> Baliser la zone de travail et si nécessaire installer des écrans anti-éblouissants.

> Avoir une ventilation correcte de la zone de travail et/

ou une évacuation des fumées du soudage (aspiration des fumées).

> En cas de travail en environnement à «risque accru » utiliser un poste à souder avec une tension à vide limitée. ( voir RGIE)

In document Consignes. générales. de sécurité. Une société de Steel Invest and Finance Joint-venture Duferco & NLMK 1 (Page 54-124)

Related documents