cause ils ne peuvent être ignorés par une philosophie et une épistémolo-gie qui se penchent sur l’organisation et le fonctionnement de l’esprit hu-main.

(irréa-liste ?) que de travailler avec, en quelque sorte, deux fondements philo-sophiques différents, pour tenter, rigoureusement, d’en saisir les possibi-lités respectives de validité ? Ainsi, dans le cadre de l’approche conventionnelle séparant le physique du mental, ne pouvant éliminer le monisme (matérialiste en général), il nous faudrait par souci de rigueur scientifique tenir pour possible (et même productive) l’hypothèse d’un dualisme même si nous ne pouvons, en l’état, concevoir les liens entre un esprit séparé d’un corps ni même envisager de la tester.

Pourrait-on alors dire que le monisme est actuellement prédominant au seul titre qu’il est scientifiquement concevable, ou plus simple à pen-ser (comme les fonctions cérébrales…) ? Mais que penpen-ser alors de la va-lidité d’une positiona priorisimplificatrice (parce qu’on ne peut penser l’autre, ou les deux), pour aborder le redoutable problème de l’esprit ? Le monisme matérialiste (avec son physicalisme réductionniste) est fi-nalement problématique, nous l’avons vu, pour deux raisons principales.

La première est que, majoritairement, le paradigme physicaliste standard des sciences cognitives utilise une physique « simple » qui, bien qu’elle commence à intégrer le paradigme de la complexité, ignore la réalité et les conséquences scientifiques et épistémologiques de la mécanique quan-tique. Celle-ci, on l’a vu, dissout notamment la notion classique de ma-tière et, partant, de matérialisme standard. Par cette négligence sont ainsi refusées aux sciences cognitives des ouvertures épistémiques qui seraient particulièrement fructueuses, si l’on prenait soin d’éviter les transposi-tions brutales des concepts de la physique quantique au domaine de la philosophie de l’esprit, comme on l’a fait si légèrement avec la physique galiléo-newtonienne (Lurçat, 1995). La seconde raison, à notre sens réd-hibitoire, est que le paradigme physicaliste standard, veut, au nom de l’ob-jectivité éliminer l’expérience vécue du domaine de l’analyse scientifique.

Une possibilité de dépasser la problématique du monisme versus le dualisme (ou celle de l’objectivisme versus le subjectivisme) est propo-sée par Bitbol (2000). Celui ci suggère, pour abandonner tout schéma de pensée incluant une partition entre physique et mental (et l’inévitable ten-dance à réduire l’un à l’autre, ou à les faire interagir de manière discu-table), de retourner à l’expérience subjective selon le geste initial même de la phénoménologie husserlienne. Bitbol, soulignant l’isomorphisme entre mécanique quantique et philosophie de l’esprit en ce qui concerne l’incomplétude descriptive et la complétude performative, suggère la

pré-sence de deux modes d’accès : l’un objectif-physique (assertotif descrip-tif, en 3èmepersonne, scientifique), l’autre subjectif-expérientiel (en pre-mière personne), plus large, incluant le premier et relatif à l’engagement effectif dans une vie, inassimilable par quelque ordre descriptif que ce soit. Dès lors, « non seulement les problèmes de la philosophie de l’es-prit se trouvent de fait résorbés par une certaine forme de vie , mais ils font partie de ceux dont la « solution » n’est en principe accessible qu’à condition de la vivre » (Bitbol, 2000, p 328). Ainsi, Bitbol propose une modalité d’être au monde, plus vaste que l’attitude scientifique, parce, qu’incluant cette dernière comme un cas particulier de l’expérience per-sonnelle. Cette position, intégrant à la fois la phénoménologie, une phi-losophie wittgensteinienne et une réflexion scientifique de type neurophénoménologique, permet de penser autrement et à nouveaux frais les problèmes de la philosophie de l’esprit et de dissoudre, si l’on veut res-ter moniste, le difficile problème des relations entre corps et esprit (com-pris comme en partie lié au langage), dans une réalité d’abord vécue et incarnée, puis éventuellement et (très) partiellement objectivée sous le mode scientifique, partageable en 3ème personne. Une autre manière de dire cela est d’affirmer, en fait, que la conscience existe avant les neu-rones, car ceux-ci n’existent que parce que nous sommes capables, nous êtres conscients, de les imaginer et de les voir (Bitbol, 2008).

Si nous revenons à notre question initiale, nous voyons que la conception de l’esprit que promeuvent les sciences cognitives et la phi-losophie de l’esprit est finalement une conception assez théorique de l’es-prit, désincarnée dans laquelle l’homme n’apparaît que comme un robot informatique (sophistiqué) ou un zombie (tel que le pense Denett). Cette attitude, nous l’avons vu au § 7.1, est appelée par Dupuy (2002, 2004) la

« mécanisation de l’esprit». C’est en ce premier sens qu’il nous semble que nous ayons à craindre des sciences cognitives : de leur idéologie sous-jacente (réductionnisme réfutant les approches subjectives) et plus en-core d’une vulgarisation malhonnête qui escamotte la complexité des concepts et la véritable question des limites de notre science. Car selon la conception computationnelle de l’esprit poussée jusqu’au paradoxe, un dément n’est rien de plus, au bout du compte, qu’un système informa-tique qui a un problème irréversible d’unité centrale et l’embryon un « sac à cellules » dans lequel le programme cognitif n’est pas encore implanté.

On conçoit alors les conséquences éthiques de telles conceptions.

Ajou-tons que, face à un malade cérébro-lésé, comme nous l’avons mentionné pour les démences, on souvent a beaucoup de mal à faire « coller », au cours de l’évolution parfois erratique de la maladie, les modèles des sciences cognitives et parfois même de la neuropsychologie parce que le malade n’est pas un schéma dans lequel des flèches reliant des boîtes se-raient effacées, ou les boîtes abîmées, et qu’ils nous faudrait des appa-reils conceptuels plus sophistiqués que ceux de la classique neuropsychologie.

Ainsi, osons-nous poser la question suivante. Malgré les acquis considérables permis par les modèles C-E (performants en intelligence artificielle et bientôt dans les neuroprothèses), par les méthodes d’ana-lyse des réponses et comportements de groupes neuronaux (neurocalcul), par les nouvelles méthodes d’imagerie fonctionnelle et d’électrophysio-logie, le modèle actuel dominant des (neuro)sciences cognitives comme les approches actuelles des neurosciences cognitives sont-elles vraiment pertinentes dès lors qu’elles échouent à donner une explication, même embryonnaire, à la conscience et à la subjectivité ? Nous voyons ainsi se dessiner la difficulté qu’il y a à comprendre à la fois scientifiquement et philosophiquement les problèmes de la genèse de la pensée, c’est-à-dire ce qui caractérise notre condition d’hommes. La difficulté de ces pro-blèmes est telle que, dans le tréfonds des laboratoires de neurosciences (notamment cognitives), le questionnement philosophique sur la perti-nence des paradigmes utilisés jusqu’alors émerge, lentement. Il ne serait pas impossible que nous fussions alors à l’aube d’une révolution concep-tuelle qui garderait ce qu’il faut (sans plus) d‘imagerie et d’intelligence artificielle et qui s’enracinerait dans une neurophénoménologie, complé-tée par les concepts la physique quantique et la co-productivité des des-criptions subjectives vécues et des analyses objectives externes.

En même temps le paradigme physicaliste et objectiviste est telle-ment prégnant et par ailleurs, en apparence, telletelle-ment conforté par l’om-niprésence des nouvelles méthodes d’imagerie, qu’il n’est pas impossible qu’il cherche à marginaliser toute approche incluant la subjectivité et la prise en compte de l’incarnation. La mécanisation de l’esprit n’irait-elle pas alors sans une position dogmatique qui nous amèneraient aux confins d’une sorte de totalitarisme ? Traverso (2002) a montré comment une sim-plification et une déformation des thèses darwiniennes avaient contribué à la genèse des grands totalitarismes du XXèmesiècle et plus

particulière-ment à celle du nazisme. Rien n’indique qu’il n’en sera pas de même avec les neurosciences cognitives, comme le concept d’« intelligence cogni-tive » peut nous le faire craindre (cf Hamon et Pichot-Duclos, 2005). C’est en ce second sens également que nous répondons positivement à la ques-tion de Maldamé.

En somme, dans le domaine des neurosciences cognitives, nous avançons dans un brouillard intense et chacun se débat dans l’obscurité de son inconnaissance. Il nous faut abandonner tout triomphalisme scien-tifique (ou scientiste ?), pour nous arrêter et réfléchir avec humilité. Les bougies du savoir neuroscientifique nous éclairent à peine ; elles nous donnent l’impression de n’être pas totalement aveugles, ce qui n’est d’ailleurs pas négligeable. Mais elles ne nous disent même pas si nous conceptualisons et travaillons dans la bonne direction pour comprendre les véritables questions posées par l’esprit. La question, qu’on peut juger scandaleuse et qui, finalement, reste entière, est de savoir si nous, hu-mains, avons les moyens conceptuels (cérébraux) d’avoir accès à la com-préhension de la conscience et de la pensée. Après tout, on l’admet maintenant, les singes ne font pas de mécanique quantique…

Remerciements

Ce texte a été élaboré dans le cadre a) du séminaire d’Epistémologie et Phénoménologie des Neurosciences Cliniques et b) s’enrichit des travaux du Groupe d’Etude Neuroexpérientielle (ou groupe de Buoux), l’un et l’autre groupes de travail duRéseau Philosophie et Neurosciences (ré-seau réunissant des chercheurs de plusieurs unités CNRS de la Région PACA et de Paris).

Je tiens à remercier mes collègues et amis de l’équipe Langage Musique Motricité (de l’Institut des Neurosciences Cognitives de la Méditerranée ; UMR-CNRS 6193) pour les nombreuses discussions qui, depuis 5 an-nées, ont enrichi ma réflexion dans les neurosciences cognitives.

ABSTRACT

Between mecanisation and embodiment: comments about funda-mental and clinical cognitive neurosciences

Contemporary cognitive neurosciences display an increasing develop-ment with an extended pluridisciplinarity. Nevertheless, their philosoph-ical foundation (physphilosoph-icalist monism) has some significant consequences on research programs which are favoured, neglected or rejected. Cogni-tive sciences have been historically constructed over the cognitivist par-adigm (brain is a computer, and this computation is performed on symbols). The consequences are that neurobiologists consider the brain as an information treatment system. In clinical neurosciences these propo-sitions are generally accepted and, in neuropsychology, the information treatment is postulated to be performed in modules localized in brain structures. Such hypotheses about mental functioning are discussed or re-jected by other scientific or philosophical propositions, mainly because the current concepts in cognitive neurosciences and cognitive philosophy do not allow to solve the “hard problem” of consciousness. Phenome-nology suggests that taking into account the subjective dimension of ex-perience might help us to reduce these difficulties. In addition, in clinical cognitive neurosciences, to pay attention to subjective experience has eth-ical consequences that must not be neglected.

RÉFÉRENCES

Andler, D. (1992).Introduction aux sciences cognitives. Gallimard. Folio/essais.

Andler, D. (2001).Article « sciences cognitives », Encyclopedia Universalis.

Ansermet, F., Magistretti, P. (2004).A chacun son cerveau : plasticité et inconscient, Odile Jacob, Paris.

Arsac, J. (1998). « L’informatique et le mur du sens ». Dans Cazenave, M. (Ed)Aux frontières de la science. Dictionnaire de l’ignorance(pp. 213-234). Pluriels, Albin Michel Paris.

Barberousse, A., Kistler, M., Ludwig, P. (2000).La philosophie des sciences au XXème siècle. Flammarion (Champs), Paris.

Bitbol, M. (1996).Mécanique quantique, une introduction philosophique. Flammarion, Paris.

Bitbol, M. (2000).Physique et philo de l’esprit. Flammarion, Paris.

Bitbol, M. (2008). Is consciousness primary ?Neuroquantology, 6 (1) : 53-71.

Bouwmeeqter, D., Pan, J-W, Mattle, K., Eibks, M., Weinfurter, H., and Zellinger, A.

(1997). Experimental quantum teleportation.Nature, 390 (11), 575-579 Changeux, J.P. (1983)L’homme neuronal. Fayard, Paris.

Chertok, L. (2008) Article Hypnose.Encyclopaedia Universalis.

Chevalley, C. (1995). Nature et lois. Dans Kambouchner, D. (Ed) «Notions de philo-sophie» (pp 127-, 230), tome I, Gallimard (Folio), Paris.

Coltheart, M. et Davis, M. (1992 ). Le concept de modularité à l’épreuve de la neuros-pychologie. Dans Andler, D. (Ed) «Introduction aux sciences cognitives» (pp 109-129), Gallimard (Folio) , Paris

Churchland, P. M. (2002). Le matérialisme éliminativiste et les attitudes proposition-nelles. Dans Fisette, D. et Poirier, P. (Eds) «Philosophie de l’esprit - I -: Psy-chologie de sens commun et sciences de l’esprit» (pp 117-151). Vrin , Paris.

Clerget, Y. (2008). Le cerveau et la ville : à propos du film : cerveau, morceaux choi-sis. Dans Vion-Dury, J. et Clarac F. (Eds), «La construction des concepts scien-tifiques : entre l’artéfact, l’image et l’imaginaire». L’Harmattan, Paris , sous presse.

Damasio, A.R. (1999).Le sentiment même de soi : corps, émotions conscience. Odile Jacob,.Paris.

Debono, M.-W. (2006).Le concept de plasticité : un nouveau paradigme épistémolo-gique. Dogma <http://dogma.free.fr/>.

Depraz, N. (2001).La conscience : approches croisées des classiques aux sciences co-gnitives. Armand Colin (Cursus), Paris.

Depraz, N. (2006).Comprendre la phénoménologie, une pratique concrète. Armand Colin, Paris.

Descartes, R, (1970),Discours de la méthode, Gallimard, Paris.

Descartes, R. (1996)Les passions de l’âme, Flammarion, Paris.

Didierjean, A, Ferrari, V. et Marmèche, E. (2004). L’expertise cognitive au jeu d’échecs.

Quoi de neuf depuis de Groot (1946).L’année psychologique, 104 : 771-793.

Dokic, J. (2000 ) « La philosophie de l’esprit. » Dans P. Engel (Ed) «Précis de philoso-phie analytique» (pp 35-64). PUF, Paris.

Dreyfus, H. (1983)Alternative philosophical conceptualizations of psychopathology.

<http://garnet.berkeley.edu/~hdreyfus/html/papers.html>

Dupuy, J.P. (1999).Aux origines des sciences cognitives. La Découverte, Paris.

Dupuy, J.P. (2000). «Les savants croient-ils en leurs théories. Une lecture philosophique de l’histoire des sciences cognitives». INRA éditions, Paris.

Dupuy, J.P. (2002).Avions-nous oublié le mal? Bayard, Paris.

Dupuy, J.P. (2004). L’esprit mécanisé par lui même. Dans Pacherie E et Proust J. (Eds).

«La philosophie cognitive» (pp 85-101). Orphys, Paris.

Eccles, J. (1989).Evolution du cerveau et création de la conscience. Flammarion (Champs). Paris,.

Edelman, G.M. (2000).Biologie de la conscience. Odile Jacob, Paris.

Farago, F. (1999).Le langage. Armand Colin, Paris.

Fisette, D., Poirier, P. (2000).Philosophie de l’esprit. Etat des lieux. Vrin, Paris.

Fisette, D., Poirier, P. (2003).Problèmes de conscience. L’Harmattan, Paris.

Fodor, J.A., Pylyshyn, Z.W. (2003) . Connexionnisme et architecture cognitive. Dans Fisette D. et Poirier P. (Eds) «Philosophie de l’esprit – II - . Problèmes et pers-pectives» (pp 269-327). Vrin, Paris.

Fodor, J.A. (2003).L’esprit, ça ne marche pas comme ça. Odile Jacob, Paris.

Freund, A. (1991).Journalisme et mésinformation, La pensée sauvage, Paris.

Ghazanfar, A.A. et Schroeder, C.E., (2006). Is neocortex essentially multisensory ? Trends in cognitive sciences,10 (5) : 278-285.

Gazzaniga, M.S., Ivry, R.B, and Mangun. G.R.(2001).Neurosciences cognitives : la biologie de l’esprit. De Boeck Université, Bruxelles.

Goldstein, K. (1983).La structure de l’organisme, Gallimard, Paris.

Goodman, N. (1984).Langages de l’Art. Hachette (Pluriels) Paris.

Hamon, J.P. et Pichot-Dulos, J. (2005) Intelligence cognitive : la France en retard d’un paradigme. Défense nationale et sécurité collective,

<http://www.defnat.com/acc_frames/resultat.asp?cid_article=20050607&ccodop er=3&cid=200506&ctypeencours=0>

Henry, M. (2000).Incarnation. Une philosophie de la chair. Seuil, Paris.

Imbert, M. (1992). Neurosciences et sciences cognitives. Dans Andler, D. (Ed) « In-troduction aux sciences cognitives» (pp 49-76), Gallimard (Folio , Paris.

Jacquot, R., Trémolières, J. (1970). Fonctions de nutrition : signification du phénomène de nutrition ; nutrition cellulaire, ; nutrition de l’être pluricellulaire, dans Kaiser, C. (Ed) «Physiologie» ; Tome 1, (pp738-768). Editions médicales Flammarion (Paris).

Jankélévitch, V. (1983).La musique et l’ineffable. Seuil, Paris.

Jonas, H. (1990).Le principe responsabilité.Flammarion (Champs). Paris.

Klein, E. (1996).La physique quantique. Flammarion (Dominos), Paris.

Klein E. (1998). Que reste-t-il de l’idée de matière.Études389 (1-2) : 49-59.

Koelsch, S., Siebel, W. (2005). Towards a neural basis of music perception.Trends in

Cogn Sci, 9 (12 ): 578-584.

Kuhn, T. (1983).La structure des révolutions scientifiques. Flammarion, Paris.

Lakoff, G., Johnson, M. (1980).La métaphore dans la vie » quotidienne. Editions de Mi-nuit, Paris.

Lalande, A. (2002).Vocabulaire technique et critique de la philosophie. PUF (quadrige), Paris.

Levine, J. (2003). Omettre l’effet que cela fait. Dans Fisette D. et Poirier P. (Eds) « Phi-losophie de l’esprit – II - . Problèmes et perspectives» (pp 195-221). Vrin, Paris.

Ludwig, P. (1997).Le Langage. Flammarion (Corpus), Paris . Lurçat, F. (1995).L’autorité de la Science. Cerf, Paris . Lurçat, F. (1999).Le chaos.PUF (Que sais-je), Paris .

Lutz, A., Greischar, L.L., Rawlings, N.B., Ricard, M., Davidson, R.J. (2004). Long-term meditators self induce high-amplitude gamma synchrony during mental practice.

Proc. Natl, Acad Sci,101 (46) : 16369-16373.

Maldamé, J.M. (2002). Faut-il avoir peur des sciences cognitives?Etudes,3961: 51-62.

Merleau-Ponty, M. (1945).Phénoménologie de la perception. Gallimard, Paris.

Mino, J.C., Frattini M-O, et Fournier, E. (2008). Pour une médecine de l’incurable.

Etudes, 408 (6) :753-764.

Nadeau, R. (1999).Vocabulaire technique et analytique de l’épistémologie. PUF, Paris.

Nagel, E., Newman, J.R., Gödel K., Girard, J.Y. (1989).Le théorème de Gödel.Seuil (Point sSciences), Paris.

Nattiez, J.J. (1975).Fondements d’une sémiologie de la musique. Union générale d’édi-tions, Paris.

Nicolescu, B. (2002). Nous, la particule et le monde. Editions du Rocher, Paris.

Nicolis, G., Prigogine, I. (1992).A la rencontre du complexe.PUF, Paris.

Nikseresht, I. (2005).Physique quantique. Origines, interprétation et critiques. Ellipses, Paris.

Pacherie, E., Proust, J (2004). Introduction . Dans Pacherie, E. et Proust, J. Eds : «La philosophie cognitive» (pp 1-16) Orphys. Paris.

Pacherie, E. Naturaliser l’intentionalité et la conscience. Dans Pacherie, E. et Proust, J.

Eds :«La philosophie cognitive.» (pp 17-34) Orphys. Paris.

Paty, M. (2003).La physique du XXème siècle. EDP sciences Les Ulis.

Pelletier, J., Vers une philosophie cognitive du langage. Dans Pacherie, E. et Proust,J.

Eds «La philosophie cognitive.» (pp 123-142). Orphys. Paris.

Penrose, R. (1995).Les ombres de l’esprit. Interéditions, Paris.

Peretz, I et Lidji, P. (2006). Une perspective biologique sur la nature de la musique.Rev Neuropsychol, 16 (4) : 361-413.

Petitmengin, C. (2007). Towards the sources of thoughts. The gestural and transmodal dimension of lived experiences.J. Consciousness Studies,14 (3) : 54-82.

Petitot, J. (2002).Eidétique morphologique de la perception. Dans Petitot, J., Varela, F, Pachoud, B.,et Roy, J.M (Eds) «Naturaliser la phénoménologie. Essai sur la phénoménologie contemporaine et les sciences cognitives» (pp 427-484) Edi-tions CNRS, Paris.

Ploton, L. (2007). Résilience, vieillissement et maladie d’Alzheimer, Dans A. Lejeune et Cl Maury-Rouan (Eds). «Résilience, vieillissement et démence» (pp 133-148). Solal, Marseille.

Putnam, H. La signification de « signification », Dans Fisette D. et Poirier P. (Eds) « Phi-losophie de l’esprit – II - . Problèmes et perspectives» (pp 41-83). Vrin, Paris.

Raimond, J.M. (1999). Ordinateur quantique : rêve et réalité.

<http://www.phys.ens.fr/IMG/pdf/jmr.pdf>

Rastier, F. (2008).Sémiotique du cognitivisme et sémantique cognitive. Question d’his-toire et d’épistémologie. <http://www.revue-texto.net/Inedits/Rastier/Rastier_Se-mantique-cognitive.html> .

Rey. A. (1992) (sous la direction de) :Dictionnaire historique de la langue française, Editions Le Robert, Paris.

Roustang, F. (2003).Qu’est-ce que l’hypnose ?Editions de minuit, Paris.

Roy, J.M., Petitot, J., Pachoud, B., et Varela, F. (2002). Combler le déficit : introduction

à la naturalisation de la phénoménologie. Exposé introductif . Dans Petitot, J., Va-rela, F, Pachoud, B.,et Roy, J.M (Eds) «Naturaliser la phénoménologie. Essai sur la phénoménologie contemporaine et les sciences cognitives» (pp 1-100) Editions CNRS, Paris.

Roy, J.M. (2004). Philosophie cognitive et phénoménologie. Dans Pacherie, E. et Proust,J. Eds «La philosophie cognitive» (pp 103-121) Orphys. Paris.

Sacks, O. (2006). The power of music.Brain, 129 : 2528-2532.

de Schloezer, B. (1947).Introduction à J.-S. Bach. Essai d’esthétique musicale. Biblio-thèque des Idées, Paris.

Schwartz, J.M., Stapp, H.P. and Beauregard, M. (2004). Quantum physics in neuro-sciences and psychology : a neurophysiological model of mind-brain interaction.

Phil Trans R Soc B.doi :10.1098 :rstb.2004.1598.

Searle, J.R.. (1999).Le mystère de la conscience. Odile Jacob, Paris.

Sève, B. (2002).L’altération musicale, Seuil, Paris.

Smolensky, P. (1992). IA connexionniste et IA symbolique, Dans Andler, D. (Ed) « In-troduction aux sciences cognitives» (pp 77-106), Gallimard (Folio) , Paris.

Smolensky P. (2003). Le traitement approprié du connexionnsime. Dans Fisette D. et Poirier P. (Eds) «Philosophie de l’esprit – II - . Problèmes et perspectives» (pp 224-268). Vrin, Paris.

Stewart, I. (1994).Dieu joue-t-il aux dés ? Les nouvelles mathématiques du chaos. Flam-marion, Paris.

Stora, J-B. (2006).La neuro-psychanalyse. PUF (Que Sais-je), Paris,

Tammam, D. (2007).La douleur : de la phénoménologie à la clinique, Solal, Marseille.

Thom, R. (1977).Stabilité structurelle et morphogenèse. Interéditions, Paris.

Thomson, E., Lutz, A., and Cosmelli, D. (2005). Neurophenomenology : an introduction for the philosophers. In Brook, A. and Akins, K. (Eds), «Cognition and the brain : the philosophy and neuroscience movement». Cambridge university press, Cambridge.

Timsit-Berthier, M. (2007). Approche biosémiotique des unités sémiotiques temporelles.

Mathematics and Social Sciences,178, (2): 57-62.

In document Entre mécanisation et incarnation : réflexions sur les neurosciences cognitives fondamentales et cliniques (Page 57-69)

Related documents