Choix  de  la  zone  d’étude,  des  communautés  et  des  familles,  caractéristiques de l’échantillon

Dans le document The DART-Europe E-theses Portal (Page 37-41)

Carte 2  : Les grandes régions naturelles de Bolivie

1.3.  Éléments de méthodologie

1.3.3.  Enquêtes et observations de terrain

1.3.3.1.  Choix  de  la  zone  d’étude,  des  communautés  et  des  familles,  caractéristiques de l’échantillon

d’organisations boliviennes et internationales, en particulier celles de l’Institut National de  Statistiques (INE), de la FAO, et du PNUD17. Le site de lʹINE offre des séries statistiques  concernant la démographie, mais aussi le développement socio‐économique à lʹéchelon régional  et municipal. Ces statistiques sociales et économiques sont reprises par la FAO et le PNUD,  généralement agrégées à lʹéchelon national. Ces sources statistiques ont été complétées par une  bibliographie  historique,  sans  doute  non  exhaustive  mais  qui  a  permis  de  resituer  les  dynamiques actuelles dans le cours des changements survenus depuis la fin du XIXe siècle.  

La  collecte  dʹinformations  statistiques  et  cartographiques,  en  Bolivie,  est  une  opération  fastidieuse car limitée par le manque ou l’incomplétude des bases de données et des fonds  cartographiques. Par exemple, il nʹexiste pas de documents qui fournissent la base légale des  limites administratives, les listes des communautés et leur localisation précise. À partir des  documents accessibles, mais disparates, nous avons donc dû procéder à un lourd travail de 

« nettoyage » afin de créer une base de données spécifique à notre zone d’étude. Pour les  données statistiques, nous avons utilisé les recensements généraux de population réalisés en  1950, 1976, 1992 et 2001. Mais leur exploitation a été complexe car les niveaux de désagrégation  des informations diffèrent à chaque recensement, sans compter les erreurs dans celui de 2001  quant à la localisation administrative de certaines communautés. De nombreuses données sont  apparues erronées ou fort variables selon les sources (population, nombre de communautés…),  ce qui a rendu difficile le recoupement des informations et l’analyse des phénomènes. Enfin,  précisons que la région de l’Altiplano Sud, très peu investie par les institutions nationales ou  internationales de recherche, n’a fait l’objet que de rares études, ce qui explique qu’aucune base  de données localisées n’existait jusque là.  

1.3.3. Enquêtes et observations de terrain 

La majeure partie des résultats de ce travail se fonde sur l’apport des enquêtes de terrain  menées en 2007‐2008 dans la zone d’étude ayant permis, à l’échelle locale, d’analyser les  pratiques sociales et territoriales à partir d’une méthodologie qualitative (entretiens, récits de  vie, observations et relevés de terrain, participation aux activités quotidiennes).  

1.3.3.1.  Choix  de  la  zone  d’étude,  des  communautés  et  des  familles,  caractéristiques de l’échantillon 

Le choix de la zone d’étude a été guidé, d’une part, par les données sur les volumes de  production de quinoa à l’échelle des municipes18 (figure 4) et d’autre part par le choix de  travailler sur un ensemble géographique continu (carte 3 p. 33). Ainsi, nous avons étudié neuf  municipes qui sont, dans le département d’Oruro, les municipes de Salinas de Garci Mendoza19,  Santuario de Quillacas et Pampa Aullagas ; dans le département de Potosi, les municipes de  Uyuni, Colcha ʺKʺ, Llica, Tahua, San Pedro de Quemes et San Agustín. 

19 Le municipe de Salinas de Garci Mendoza a été déclaré par résolution du conseil département de Oruro « capitale  de la quinoa real de Bolivie » en 1998 (cf. annexe 1). 

 

Figure 4 : Production totale de « quinoa real » par municipe de l’Altiplano Sud en 2008 

  Source : sur la base des estimations de Fundación Autapo, 2008, p. 19. 

Concernant le choix plus précis des communautés d’étude au sein des municipes, nous avons  fixé les critères de sélection en fonction de la problématique et des objectifs de la thèse, et en  cherchant à diversifier au maximum les situations locales. Les critères ont donc été les suivants :  

‐  les comportements migratoires des populations locales 

‐  leur inscription dans des microenvironnements naturels et des étages agro‐climatiques 

différenciés  

‐ leur ancienneté et leur degré dʹinsertion dans les dynamiques productives liées à la  production de quinoa 

Pour plus de précision sur cette question, nous renvoyons à l’annexe 2 qui donne le descriptif  plus détaillé de chacune des communautés en fonction de ces différents critères. 

Le critère de « faisabilité » a été également primordial dans le choix des communautés rurales  étudiées, et en particulier la possibilité d’y être introduite et acceptée après des contacts et un  temps d’immersion préalables. Le choix des communautés à étudier s’est donc fait en deux  temps. La première année, nous avons commencé à travailler avec deux communautés situées  dans la zone Intersalar (entre le salar de Coipasa et le salar d’Uyuni) où l’ONG AVSF avait des  contacts (carte 3). La première est celle de Chilalo (municipe de Salinas de Garci Mendoza20) où  AVSF travaille depuis plusieurs années. La seconde, Otuyo (municipe de Salinas de Garci  Mendoza), est la communauté d’origine d’une responsable de cette même ONG, par ailleurs  représentante  officielle  de  la  communauté  pour  l’année  2007.  L’entrée  dans  ces  deux  communautés nous a permis une première immersion dans le contexte local et d’avancer,  parallèlement, dans la caractérisation régionale. Les trois autres communautés de notre zone  d’étude concernent, pour la zone ouest frontalière avec le Chili, Palaya (municipe de Llica) où  nous avions aussi des contacts préalables, ainsi que celles de Candelaria de Viluyo à l’est du  salar d’Uyuni (municipe d’Uyuni) et celle de San Juan de Rosario au sud du salar d’Uyuni  (municipe de Colcha ʺKʺ), sélectionnées suite à une mission de reconnaissance sur le terrain  ayant permis un accord des responsables communautaires.  

Salinas de Garci Mendoza  Santuario de Quillacas  Santiago de Huari  Pampa Aullagas  Uyuni  Colcha "K" Llica  San Pedro de Quemes  San Agustín  Tahua  San Pablo de Lípez 

Municipes du département  d'Oruro

Municipes du département de Potosi Production en 

tonnes

Carte 3 : Localisation des municipes et des communautés d’étude. Zone Périsalar, Bolivie. 

 

Source : A. Vassas Toral, 2010. 

Une fois les communautés sélectionnées, l’objectif était de procéder au choix des ménages avec  lesquelles nous avons conduit une série d’entretiens approfondis et répétés durant les deux  années de terrain, visant en particulier à reconstituer les trajectoires de la mobilité résidentielle  et professionnelle des individus, ainsi que les systèmes productifs et les modes des gestion des  ressources locales (voir infra). Pour les raisons théoriques explicitées antérieurement, nous  avons adopté la position de ne pas interroger uniquement les résidents permanents mais bien  l’ensemble de la population originaire des communautés et impliquée, d’une manière ou d’une  autre, dans la gestion des ressources et du territoire. Autrement dit, certains ménages et  individus enquêtés ont fait l’objet d’entretiens réalisés à leur retour dans les communautés ou  bien sur leurs lieux même de résidence, dès lors que nous avions leurs contacts via les réseaux  de parenté. Cela signifie donc que ce sont les ménages et individus producteurs de quinoa  ‐  ceux qui ont une action tangible sur le territoire  ‐ qui ont été les principales cibles de notre  étude. Mais sont inclus également dans notre échantillon des membres originaires qui ne  cultivent pas la terre et entretiennent d’autres types de liens avec leur communauté d’origine. 

Leur témoignage a contribué à éclairer le thème de l’identification territoriale, cʹest‐à‐dire les  liens profonds et complexes au lieu d’origine qui ne passent pas nécessairement par le travail de  la terre. 

Au total, l’échantillon est constitué de 149 ménages sur l’ensemble des communautés, soit 170  entretiens individuels traités par l’enquête (voir en annexe 3 la liste des entretiens réalisés). Il  convient de préciser que l’échantillonnage n’est pas fondé sur une méthode de représentativité  statistique, opération impossible à réaliser dans tous les cas, compte tenu de l’absence de  données  préalables  et  fiables  sur  les  caractéristiques  de  la  population  originaire  des  communautés, et surtout du pragmatisme avec lequel nous avons été contrainte de procéder  dans un contexte de relatif hermétisme et méfiance des populations. L’échantillon s’est donc  constitué de manière empirique et constructiviste, c’est à dire au fur et à mesure de nos  rencontres et de l’acceptation des personnes à participer aux enquêtes, et surtout à livrer leur  expérience de vie. Signalons, à ce titre, que le nombre total d’entretiens réalisés est supérieur à  ceux exploités et systématisés (au nombre de 170) car une cinquantaine de témoignages se sont  révélés incomplets ou peu fiables, et donc inexploitables. Par ailleurs, dans chacune des familles  et dans la mesure du possible, nous avons cherché à obtenir des entretiens individualisés  auprès des deux membres du ménage de producteurs (conjoint et conjointe). Les cas de familles  pour lesquelles l’ensemble des membres ont été enquêtés (parents et enfants, voire frères et  sœurs) ont été, en revanche, beaucoup plus rares compte tenu de la lourdeur d’une telle  méthodologie. Notons également que nous avons veillé à ce que lʹéchantillon des individus  enquêtés  présente une dispersion satisfaisante  en termes d’âge et de  sexe, de  manière  à  permettre une bonne vision diachronique et éviter les biais de profil démographique.  

Enfin, signalons des écarts entre les communautés en fonction de leur taille. Pour les petites  communautés de Chilalo et Otuyo, nous avons pu enquêter la totalité des résidents permanents  et une grande partie des producteurs circulants, cʹest‐à‐dire ceux qui ne sont présents que lors  des travaux agricoles. Pour les communautés de taille plus importante en revanche, comme  celles de Palaya, Candelaria et San Juan, il n’était pas question de pouvoir rencontrer toutes les  familles. Nous nous sommes focalisée donc sur les résidents de longue date et les ménages  revenus plus récemment pour cultiver.  

Les caractéristiques générales de notre échantillon sont présentées dans les trois tableaux  suivants. 

   

 

Tableau 1 : Nombre d’individus enquêtés par communauté et par sexe    

San Juan  Chilalo  Otuyo  Candelaria Palaya  Total 

H  F  H  F  H  F  H  F  H  F  H  F 

Nombre dʹindividus 

enquêtés  26  30  18  19  15  14  26  1  14  7  99  71  Source : A. Vassas Toral, enquêtes par entretiens 2007/2008. 

Tableau 2 : Caractéristiques générales de l’échantillon par communauté 

   San Juan  Chilalo Otuyo  Candelaria  Palaya  Total 

Nombre de ménages enquêtés  48  28  26  26  19  147 

Nombre d’individus enquêtés 

enquêtés (années)  19 à 68  19 à 90  27 à 84  23 à 70  35 à 79  19 à 90  Source : A. Vassas Toral, enquêtes par entretiens 2007/2008. 

échantillon  56  17  12  8  7 

Source : A. Vassas Toral, enquêtes par entretiens 2007/2008. 

Si, a posteriori l’échantillon est très hétérogène, il permet d’appréhender la diversité des acteurs  et des stratégies avec l’objectif d’en tirer des tendances générales. Cette démarche est justifiée  par D. Bertaux (1997 : 99) pour qui, « à partir d’un très petit nombre de cas, on peut découvrir des  mécanismes sociaux (des logiques sociales) de grande ampleur, touchant des milliers voire des millions de  parcours ». Mais E. Le Bris (1981 : 132) nous met en garde contre des généralisations hâtives,  soulignant que « la nécessité de multiplier les « biographies » ne procède pas seulement dʹexigences  statistiques : il sʹagit de séparer lʹaccidentel de lʹessentiel, de ne pas théoriser sur des phénomènes  uniques  en  privilégiant,  par  exemple,  certains  itinéraires  migratoires,  longs  et  tourmentés  mais  manifestement exceptionnels. ». Nous reviendrons sur cet aspect au moment de la présentation des  résultats, notamment dans les chapitres 4 et 5. 

Dans le document The DART-Europe E-theses Portal (Page 37-41)

Outline

documents relatifs