CENTRE INTERNATIONAL DU COMMERCE CNUCED/OMC D ÉVELOPPEMENT DU SECTEUR DU COTON EN A FRIQUE

Dans le document ORGANISATION MONDIALE (Page 99-105)

SÉANCE V: SÉANCE DE CLÔTURE Président: Secrétariat de l'OMC

CENTRE INTERNATIONAL DU COMMERCE CNUCED/OMC D ÉVELOPPEMENT DU SECTEUR DU COTON EN A FRIQUE

L'ASSISTANCE TECHNIQUE QUE POURRAIT FOURNIR LE CCI

Qu'est-ce que le CCI?

Le CCI est une organisation de coopération technique qui a pour mission d'aider les pays en développement et les pays en transition, en particulier leur secteur commercial, à réaliser pleinement leur potentiel de développement des exportations et à améliorer leurs opérations d'importation, l'objectif final étant un développement durable. Le CCI axe son effort sur les secteurs prioritaires susceptibles de contribuer fortement à la croissance, au développement et à la diversification des exportations.

Information, formation et conseils sont les trois formes de soutien qu'apporte le Centre. Son

"client" est, en dernière analyse, le monde des affaires et, plus précisément, le segment des milieux d'affaire qui est porteur des meilleures perspectives de croissance des exportations et qui a le plus besoin d'un appui lié à l'exportation: les petites et moyennes entreprises (PME). Toutefois, pour que son assistance technique ait le plus fort impact possible, le CCI travaille avec des "organisations qui ont un effet multiplicateur" ou avec des institutions de soutien aux échanges (ISE) plutôt qu'avec les entreprises elles-mêmes.

Les cinq objectifs du CCI sont les suivants:

• Faciliter l'intégration dans le système commercial mondial des entreprises des pays en développement/en transition.

• Appuyer les efforts nationaux pour concevoir et mettre en œuvre des stratégies de développement du commerce.

• Renforcer les services clés, tant publics que privés, qui appuient les échanges commerciaux.

• Améliorer les résultats à l'exportation des secteurs ayant une importance déterminante et qui offrent les meilleures perspectives.

• Favoriser la compétitivité internationale au sein des milieux d'affaires en général et du secteur des PME en particulier.

Pour atteindre ces objectifs, le CCI centre son activité sur le renforcement des capacités nationales et régionales des ISE des secteurs public et privé, dont les activités sont cruciales pour la compétitivité des PME.

Le secteur du coton: produits sur lesquels pourrait se porter l'activité du CCI

• Le coton brut, y compris le coton biologique.

• Les sous-produits du coton: graines de coton, huile de coton, tourteaux d'huile de coton et farines.

• Les produits à valeur ajoutée dans lesquels entre le coton: fils, cotonnades et vêtements.

Possibilités d'assistance technique liée au commerce en faveur du développement du secteur du coton

Les activités ciblées de coopération technique du CCI sont fondées sur la demande. Aussi, c'est d'une évaluation détaillée des besoins, effectuée en étroite coopération avec les organismes nationaux de contrepartie, que partira l'élaboration de programmes et projets d'assistance technique précis ayant pour but d'aider à déterminer les besoins à satisfaire en priorité pour soutenir le développement des exportations de coton, de sous-produits du coton et de produits à valeur ajoutée dérivés du coton.

Des activités proposées par le CCI pourraient être menées aux niveaux national, sous-régional ou régional. Il est aussi possible de planifier des activités à l'échelle de plusieurs pays pour compléter les activités menées à l'échelle d'un seul pays.

Pour que le CCI puisse élaborer des projets et programmes d'assistance technique visant à identifier les besoins prioritaires et à y répondre, un apport de ressources financières est requis.

1. Au niveau national

Le CCI pourrait, en matière d'assistance technique, offrir des solutions à l'aide d'une vaste gamme d'outils et de services ayant pour but d'aider au renforcement des capacités des institutions de soutien aux échanges (ISE) et d'aider les PME à tirer profit des marchés internationaux en expansion.

En apportant aux ISE des conseils sur mesure, les outils nécessaires et la formation adaptée en vue de leur utilisation, le CCI veille à ce que les capacités acquises au niveau national soient conservées sur le long terme.

1.1 Renforcement des capacités au niveau des institutions:

• Analyse stratégique et opérationnelle des marchés: Elle passe par une analyse des statistiques des courants d'échanges effectuée à l'aide du TradeMap du CCI, qui permet d'évaluer les résultats commerciaux au niveau du secteur et des produits. On peut à partir de là évaluer le potentiel commercial multilatéral/bilatéral et mieux identifier les marchés prioritaires pour le développement des exportations de coton et des produits du coton. Les décideurs et les producteurs sont alors mieux à même de mobiliser leurs efforts, compte tenu en particulier de l'élimination en 2005, des continents pour les textiles et les vêtements, qui aura un impact sur les principaux marchés de destination qui se trouveront vraisemblablement dans les grands pays en développement d'Asie. Une formation sera assurée à tous les acteurs, qui apprendront à se servir de l'outil TradeMap et à interpréter les tableaux analytiques qu'il produit.

• Évaluation de l'accès aux marchés et outil de simulation: Les décideurs du secteur cotonnier peuvent se servir de la Carte d'accès aux marchés du CCI – MacMap – pour évaluer les conditions d'accès aux marchés. La fonction de simulation de la MacMap peut aussi aider les pays producteurs de coton à mieux comprendre la signification des changements en cours pour le secteur du coton. Des cours de formation au maniement de cet outil et des séances d'information sont assurés.

• Information commerciale: Le CCI peut aider les ISE à renforcer leurs services d'information commerciale pour aider les milieux d'affaires du secteur cotonnier à s'adapter aux tendances qui se font jour. La méthodologie du CCI et les opérations

fondamentales pour créer et animer un service d'information commerciale efficace abordent des questions clés telles que l'évaluation des besoins en information des utilisateurs, la formulation d'une stratégie pour communiquer l'information commerciale, le fonctionnement d'un service d'information commerciale efficace et la diffusion de l'information aux utilisateurs. Les spécialistes de l'information commerciale du CCI peuvent activement aider leurs homologues à appliquer cette méthodologie en leur offrant la formation et les services ainsi que le matériel d'information et l'équipement nécessaires.

• Gestion de la qualité des exportations: Le CCI peut renforcer la capacité des points d'information nationaux (PIN) sur les Accords SPS et OTC afin de fournir une information pointue et ciblée sur les prescriptions techniques des marchés d'exportation et organiser des séminaires consacrés à l'évaluation des normes et de la conformité dans le secteur du coton.

• Élaboration de stratégies pour le secteur du produit: Pour tirer profit de manière durable de l'exportation du coton ou de produits à valeur ajoutée issus du coton, il faut adopter une approche stratégique et ce, tout particulièrement, face aux changements attendus en 2005. Pour assurer aux pays l'adoption d'une démarche soutenue reposant sur la pleine maîtrise de leurs ressources, le CCI est prêt à inculquer à toutes les parties les connaissances nécessaires pour élaborer elles-mêmes leurs stratégies en ce qui concerne le coton, les sous-produits du coton et les produits du coton à valeur ajoutée. Cette stratégie tendra à aider le secteur cotonnier, y compris les petits producteurs et les communautés rurales, à exploiter au mieux leur potentiel d'exportation, notamment en lançant des opérations d'ampleur réduite (exploitation des sous-produits du coton, comme la production d'aliments pour animaux, la culture du champignon, la fabrication d'engrais biologiques, etc.).

1.2 Renforcement des capacités au niveau des entreprises:

• Confection de produits et développement de marchés du vêtement: Avec l'élimination des contingents en 2005, la compétitivité des fabricants de vêtements sera mise à rude épreuve. Pour leur permettre de relever les défis qui s'annoncent, la CCI étudie cinq grandes questions qui se poseront aux fabricants de vêtements des pays en développement et propose à ceux-ci des solutions qui seront mises en œuvre de manière concertée par tous les grands intervenants, y compris les acteurs du marché. Ces questions sont les suivantes: i) élaboration d'une stratégie pour le secteur du vêtement; ii) élaboration de critères avec des concurrents du monde entier;

iii) diffusion de l'information et des connaissances en matière de gestion de l'offre;

iv) prise en considération de l'évolution que subiront les marchés après 2005 et mise au point de méthodes de pénétration des marchés, tant traditionnels que nouveaux;

enfin, v) promotion du commerce électronique dans le secteur du vêtement.

• Gestion de la qualité des exportations: Le CCI n'exerce pas d'activités dans le domaine de la production agricole, mais il peut contribuer à l'amélioration de la qualité des produits exportés en aidant les producteurs et les égreneurs à répondre aux exigences du marché/des acheteurs, essentiellement au stade qui suit la récolte. Il offre à cette fin, à l'intention des petits producteurs et exploitants, des programmes de formation et de sensibilisation axés sur les moyens d'améliorer les processus de contrôle de la qualité, surtout en ce qui concerne les mesures sanitaires et phytosanitaires, et fait appel aux PIN, le cas échéant, concernant les Accords OTC et SPS.

• Développement de marchés: Le CCI peut aider les PME, les petits producteurs, les égreneurs et les intermédiaires à rencontrer les partenaires dont ils ont besoin pour commercer en organisant des voyages et des missions sur certains marchés. Ces missions visent à renforcer la capacité des PME de satisfaire aux exigences des marchés cibles et d'adopter des techniques nouvelles permettant d'accroître la productivité du secteur.

• Évaluation de la compétitivité: Les outils de "vérification des aptitudes" (Fitness Checker) du CCI aident les entreprises à s'auto-évaluer par le biais de simples listes de contrôle interactives. Entrent dans cette série d'outils ceux de la vérification de l'aptitude à l'exportation, de la vérification de l'aptitude à respecter l'ISO 9001 et de la vérification de l'aptitude à emballer pour le transport. On peut se procurer ces outils sur CD-ROM et sur support papier. Une formation à leur utilisation est dispensée sur le terrain.

2. Aux niveaux régional et sous-régional

Le CCI pourrait fournir une assistance technique liée au commerce aux niveaux régional et sous-régional pour créer des synergies et pour veiller à ce que les initiatives lancées contribuent à renforcer la capacité d'exportation des pays producteurs de coton. Il en résulterait une approche globale du développement du secteur cotonnier grâce à laquelle les milieux d'affaires pourraient mettre à profit les possibilités qui s'offrent à eux d'élargir leurs débouchés.

• Renforcement des capacités de négociations sous régionales: Aux niveaux régional et sous-régional, le CCI peut organiser des ateliers ou des sessions de formation et d'information intitulés "Le monde des affaires au service du développement". Dans ce cadre, les acteurs du secteur privé et du secteur public centrent leur attention sur les problèmes stratégiques concernant le coton et sur les incidences commerciales des négociations de l'OMC pour le développement du secteur.

• Le commerce Sud-Sud dans la filière de création de valeur: Quelques pays africains, en particulier des pays de la CDAA, étudient la possibilité de créer une chaîne de valeur intégrée allant de la production du coton à la fabrication de vêtements. Si le CCI ne peut pas contribuer à la mise en place d'une industrie textile, il peut en revanche aider à l'établissement de liens commerciaux entre pays africains ayant des facteurs de production et des intérêts commerciaux complémentaires. Il peut favoriser le rapprochement de producteurs, d'égreneurs, de fabricants de tissus et des fabricants de vêtements pour que, grâce à des échanges sur la chaîne de valeur régionale, ils parviennent à pénétrer les principaux marchés du vêtement. Cette approche sous-régionale ou régionale est indispensable pour aider les pays africains à se conformer aux règles d'origine pour l'accès aux marchés du vêtement qu'imposent les principaux marchés mondiaux et, partant, à profiter des chances qui s'offrent à eux de commercer. Elle permet non seulement d'accroître les échanges à l'intérieur de l'Afrique mais facilite aussi l'accès aux principaux marchés du vêtement, en particulier vu les bouleversements attendus à partir de 2005. Il faut replacer cette démarche dans le contexte de l'intégration régionale.

3. Au niveau mondial

Un certain nombre de produits/d'activités permettraient aussi au CCI de contribuer à l'établissement de liens entre les capacités nationales et les réseaux régionaux et mondiaux.

• Le "Guide du coton": Le CCI pourrait rédiger un "manuel du coton à l'intention du commerçant". Ce guide contiendrait des renseignements de base et opérationnels sur le marché international du coton et sur ses prescriptions, ainsi que des conseils d'ordre pratique à l'intention du producteur et du commerçant. Des sections y seraient consacrées aux questions qui se posent aux petits exploitants ainsi qu'aux services de vulgarisation (dans une perspective de marché: semences, entreposage, pesticides, prescriptions concernant la production de coton biologique, etc.).

Fondée sur l'approche produits-réseaux du CCI, la formation serait organisée au niveau régional: le manuel serait présenté et l'on étudierait les moyens de l'adapter aux différents contextes locaux. Cette formation viserait les décideurs des organisations professionnelles et les services de vulgarisation se rapportant à la production et au commerce du coton ainsi que les responsables du secteur des textiles.

• Études de marché pour les produits du coton et les produits du coton à valeur ajoutée:

Ces études aideraient les pays producteurs à identifier et analyser les marchés où ils pourraient exporter des sous-produits du coton et des produits à valeur ajoutée afin de diversifier leurs exportations et de déborder le cadre du marché des produits de base.

• Facilitation de la coopération technique entre pays en développement (CTPD):

Comme de plus en plus d'industries consommatrices de coton seront établies dans des pays en développement, en particulier après l'élimination des contingents pour les textiles et les vêtements, le CCI pourrait faciliter le transfert de connaissances et, en particulier, faire bénéficier les producteurs, égreneurs et intermédiaires du savoir que possèdent les industries consommatrices de coton des pays en développement concernant les prescriptions marché/acheteur.

Modes de fourniture de l'assistance technique

L'assistance technique proposée par le CCI pourrait être fournie de l'une des trois manières suivantes:

Outils génériques et programmes intéressant plusieurs pays

Pour atteindre les objectifs définis, on se servirait des outils spécifiques déjà disponibles et l'on pourrait aussi en élaborer de nouveaux pour chacun des éléments décrits. Certains de ces outils seraient accessibles par voie d'abonnement; pour l'utilisation d'autres outils, il faudrait faire appel à des spécialistes du CCI, qui formeraient leurs homologues locaux. Ce serait là le moyen le plus simple et le plus économique de mettre à profit les connaissances spécialisées du CCI et les outils de celui-ci. Ces outils fourniraient notamment des directives pour l'élaboration, l'application et l'exécution de programmes interrégionaux de développement du commerce.

Initiatives sur mesure

L'assistance technique fournie dans ce cadre l'est en profondeur. Elle vise en effet à répondre spécifiquement aux besoins d'un pays en matière de développement de son commerce. Elle comprend, entre autres, la formulation d'initiatives concrètes tendant à répondre concrètement aux

besoins hautement prioritaires du pays dans les domaines mis en évidence. Ces initiatives définissent clairement les activités précises qu'il convient de mener de concert et à bien dans certains délais. Le financement nécessaire pour entreprendre, à l'échelle d'un seul pays, les activités relevant de ce mode d'assistance est en général assez important, et l'assistance fournie de la sorte a une grande efficacité.

Programmes regroupant plusieurs institutions et visant plusieurs pays

Ici, une large gamme d'éléments indiqués plus haut peuvent être intégrés dans les activités menées ou envisagées par d'autres partenaires de développement; on parle alors de programmes regroupant plusieurs institutions et visant plusieurs pays. L'objectif en est de couvrir des secteurs auxquels il n'a pas été fait de place jusque-là afin d'apporter une assistance technique liée au commerce globale. Les activités qui pourront être engagées dans cette perspective devront être structurées de manière à dégager une valeur plus grande que ne le pourrait chacun des partenaires de cette aventure conjointe s'il œuvrait seul. Un des meilleurs exemples de ce type d'assistance est fourni par le Programme intégré conjoint d'assistance technique CCI, CNUCED et OMC (JITAP), qui est actuellement mis en œuvre dans 16 pays d'Afrique et vise à renforcer, à différents niveaux, les capacités en matière de connaissance et de respect du système commercial multilatéral qui se construit et d'aptitude à en tirer parti. Le Cadre intégré, qui coordonne l'intervention de six institutions multilatérales pour favoriser les principaux échanges commerciaux dans le cadre de stratégies de réduction de la pauvreté en offre un autre exemple. On trouvera ci-après un complément d'information sur ces deux initiatives.

Dans le document ORGANISATION MONDIALE (Page 99-105)