- Bassins hydrographiques de la région Auvergne-Rhône-Alpes

Dans le document Schéma Régional des Carrières de la région Auvergne Rhône Alpes (Page 47-52)

En partie grâce aux deux massifs que sont les Alpes et le Massif Central, la région dispose de ressources en eau relativement abondantes. Cependant, les nombreux usages de l’eau, associés aux impacts du changement climatique peuvent faire apparaître des tensions locales et mettent en lumière la fragilité de la ressource.

Une ressource souterraine essentielle

La partie rhônalpine de la région présente de nombreux aquifères, bien qu’inégalement répartis. Les nappes les plus exploitées se trouvent au niveau des vallées et des grandes plaines. Les grands types d’aquifère du territoire sont :

- les nappes alluviales anciennes, d’origine fluvio-glaciaire, constituant des réserves importantes et fortement sollicitées (Bièvre-Valloire, Ain, Bourbre, Est Lyonnais, Valence).

Ces nappes sont sensibles aux pollutions diffuses car en contact direct avec les eaux superficielles qu’elles accompagnent ;

- les alluvions récentes des grands cours d’eau, très productives car bien alimentées (Rhône, Isère, Arve, Drac, Romanche, Ain, Saône, Loire, etc.), également très sensibles du fait de leur relation directe avec les cours d’eau qui les alimentent ;

- les nappes plus profondes (dépôts tertiaires du Miocène), d’une grande capacité ; - les domaines karstiques, dont le potentiel d’exploitation reste encore méconnus.

Au niveau de l’Auvergne, les eaux souterraines se présentent essentiellement sous la forme de nappes alluviales (Allier et Loire) et au niveau des massifs volcaniques (Chaîne des Puys, Mont-Dore, Devès, etc.). Les autres ressources restent encore peu exploitées (nappes profondes et karstiques).

Des cours d’eau d’importance locale et nationale

L’ancienne région Auvergne, de par sa situation en tête des bassins hydrographiques de l’Allier, de la Dordogne, du Cher et du Lot, joue un rôle essentiel dans la gestion et la préservation de la ressource à l’échelle nationale. Ce territoire se démarque par sa grande naturalité, marquée par la Loire amont et l’Allier qui sont considérés comme parmi les dernières rivières sauvages d’Europe.

Quant à la partie Rhône-Alpes, ses ressources en eau sont également multiples : glaciers, lacs, étangs, aquifères, barrages, etc. et ses usages nombreux. Le réseau hydrographique est dense et le nombre de plans d’eau est élevé (13 lacs de plus de 100 ha20). Ce territoire comprend les sources de nombreuses rivières et d’importants cours d’eau le parcourent, parmi lesquels se trouvent le Rhône, l’Isère, le Drac, la Romanche, la Saône, l’Ain, etc.

Des zones humides omniprésentes

Les zones humides sont des milieux aquatiques très importants, à la fois en tant que réservoirs de biodiversité, et par les nombreux services écosystémiques qu’elles rendent : épuration des eaux, régulation de crues, soutien d’étiage, alimentation de nappes, etc.

La région abrite de nombreuses zones humides, notamment des tourbières dans la partie auvergnate et des zones humides d’importance internationale (Ramsar) dans la partie rhônalpine (cf. chapitre 3.1 sur les milieux naturels et la biodiversité).

Des usages hétérogènes suivant les territoires

En 2014, hors prélèvements pour l’usage énergie, 1 385 millions de m3 d’eau ont été prélevés sur le territoire, avec une très nette disparité entre la partie auvergnate (180 millions de m3) et la partie rhônalpine (1 205 millions de m3)21.

Figure 4 - Type d'usage de la ressource en eau sur le territoire, hors production d’électricité (Source : banque nationale des prélèvements quantitatifs en eau (BNPE))

L’eau provient majoritairement des réserves souterraines (69 %). De plus, il faut noter que la production d’énergie (refroidissement des réacteurs nucléaires et prélèvement pour l’hydroélectricité) représente la plus importante source de prélèvement de la région, mais qu’au moins 90 % de ces prélèvements sont restitués au milieu.

L’Alimentation en Eau Potable (AEP)

En Auvergne-Rhône-Alpes, 8 227 captages alimentent les réseaux d’eau potable en 2017. L’origine de l’eau prélevée peut être surfacique (cours d’eau, lacs, barrages) ou souterraine (nappes profondes, nappes d’accompagnement des cours d’eau, réseaux karstiques, etc.).

20 Schéma Directeur d’Aménagement et de Gestion des Eaux (SDAGE) Rhône-Méditerranée-Corse

21 Banque nationale des prélèvements quantitatifs en eau (BNPE) (http://www.bnpe.eaufrance.fr/)

Sur la région, l’eau provient majoritairement des ressources souterraines (87,2 %, soit 591,7 Mm3 prélevés en 2016), avec des disparités suivant les départements :

Figure 5 - Origine de l'eau des captages en Auvergne-Rhône-Alpes en volume produit (Source : La protection des captages en Auvergne-Rhône-Alpes au 30 juin 2017, ARS)

Au niveau de l’ancienne région Rhône-Alpes, une grande quantité d’eau potable provient des ressources alluvionnaires : alluvions du Rhône, de la Saône et de l’Y grenoblois (Isère/Drac/Romanche) notamment. D’autres nappes souterraines sont sollicitées de façon importante comme le Domaine plissé du bassin versant de l’Isère et de l’Arc, les Molasses miocènes du Bas Dauphiné entre les vallées de l'Ozon et de la Drôme ou encore les Formations variées de l'Avant-Pays savoyard dans BV du Rhône. Au niveau des ressources superficielles, les ressources les plus importantes sont le Rhône et le lac d’Annecy notamment22.

Quant à la partie auvergnate, les nappes alluviales sont également sollicitées pour l’alimentation en eau potable, particulièrement celles de l’Allier, de la Loire et, dans une moindre mesure, de la Dore notamment. Plus en profondeur, les aquifères volcaniques (chaîne des Puys, Cézallier, etc.) et certains aquifères de socle constituent des ressources importantes. Enfin, des prélèvements conséquents sont aussi réalisés au niveau des ressources superficielles : retenue de Lavalette, canal du Forez, retenu du Renaison, Sioule, etc.

Afin de protéger les captages d’eau potable, des périmètres de protection sont établis. Il s’agit de réduire les risques de pollution diffuse et accidentelle de la ressource. Cette protection comporte trois niveaux établis à partir d’études hydrogéologiques :

- le Périmètre de Protection Immédiate (PPI) : site de captage clôturé (sauf dérogation) appartenant à une collectivité publique, dans la majorité des cas. Toutes les activités y sont interdites hormis celles relatives à l’exploitation et à l’entretien de l’ouvrage de prélèvement de l’eau et au périmètre lui-même. Son objectif est d’empêcher la détérioration des ouvrages et d’éviter le déversement de substances polluantes à proximité immédiate du captage ; - le Périmètre de Protection Rapprochée (PPR) : secteur plus vaste (en général quelques

hectares) pour lequel toute activité susceptible de provoquer une pollution y est interdite ou est soumise à prescription particulière (construction, dépôts, rejets…). Son objectif est de prévenir la migration des polluants vers l’ouvrage de captage ;

- le Périmètre de Protection Eloignée (PPE) : facultatif, ce périmètre est créé si certaines activités sont susceptibles d’être à l’origine de pollutions importantes. Il recouvre en général l’ensemble du Bassin d’Alimentation du Captage (BAC) ou Aire d’Alimentation du Captage (AAC).

22 Catalogue des données techniques issues des processus redevances, Agence de l’eau Rhône-Méditerranée-Corse

Ces périmètres sont arrêtés pour chaque captage par le Préfet de département. Il fixe les servitudes de protection opposables au tiers par Déclaration d’Utilité Publique (DUP).

En 2018, 77,45 % des 8 227 captages de la région disposent d’une protection sanitaire. Ils prélèvent 87,77 % des volumes d’eau produits. Ce sont donc toujours 1 885 captages qui ne sont pas protégés.

En moyenne, 190 captages supplémentaires sont protégés chaque année23.

De plus, la région dispose d’un potentiel très important en matière de commercialisation d’eau embouteillée : eau minérale (eau souterraine naturellement protégée contre les risques de pollution, microbiologiquement saine et dont les caractéristiques physico-chimiques sont stables) et eau de source (eau souterraine, naturellement protégée contre les risques de pollution et microbiologiquement saine). Leurs caractéristiques microbiologiques et physico-chimiques sont plus contraignantes que pour l’eau potable classique.

Dans la région, 33 usines d’embouteillage d’eau minérale et/ou d’eau de source sont implantées24, principalement dans le Puy-de-Dôme, la Loire et l’Ardèche.

2.2.2 Les carrières et l’eau

Les carrières peuvent présenter des impacts sur la ressource en eau (perturbation des écoulements et risques de pollutions) et sur les écosystèmes qui y sont associés. Historiquement, les anciennes extractions dans le lit mineur des cours d’eau ont eu des impacts importants sur ceux-ci, en provoquant notamment des ruptures de leur profil d’équilibre avec diverses conséquences (abaissement du lit et des nappes, érosion, instabilité des ouvrages d’art, etc.).

C’est pourquoi l‘arrêté du 22 septembre 1994 a interdit les extractions de matériaux dans le lit mineur ainsi que les exploitations de carrières de granulats au sein de l'espace de mobilité du cours d'eau.

L’ensemble des carrières présentent un risque sur la ressource en eau, potentiellement accrus dans le cas des exploitations de granulats alluvionnaires. En cours d’installation et d’exploitation, des impacts potentiels peuvent survenir sur la nappe alluviale (mise à nu, abattement) ou sur l’hydromorphologie du cours d’eau (modification de la topographie, espace de liberté). D’autres risques sont présents comme le rejet de matières en suspension, la vulnérabilité de la nappe mise à nu aux pollutions, etc. En fin d’exploitation, selon les conditions de réaménagement du site, les impacts pourront être positifs (comme la création de zones humides par exemple) ou négatifs.

Cependant, les prescriptions règlementaires, dont certaines sont indiquées dans l’arrêté d’autorisation suivant les impacts identifiés préalablement à l’installation de la carrière permettent de limiter ces risques.

Enfin, l’eau est utilisée dans le processus de production, notamment pour l’étape de lavage et le fonctionnement des installations. Cette eau est souvent utilisée en circuit fermé (UNICEM) et la performance de recyclage des eaux peut atteindre 80 %, voire davantage dans certains cas. Ainsi, les prélèvements réalisés par les exploitations afin de compenser les pertes (infiltration, évaporation, etc.) restent relativement faibles. La charte de l’environnement de l’UNICEM prévoit le recyclage des eaux de procédé ainsi que l’adoption de mesures spécifiques en prévention des pollutions accidentelles des eaux.

Une étude de l’UNPG25 a déterminé la quantité d’eau nécessaire pour la production d’une tonne de granulats :

23 Agence Régionale de la Santé

24 Agence Régionale de la Santé

25 Evaluation des impacts environnementaux potentiels de la production de granulats en France, 2011, UNPG

Tableau 7 - Consommation d’eau pour la fabrication d'une tonne de granulats, impacts potentiels (Source : UNPG)

Roche meuble Roche massive Recyclage

Consommation d’eau

(en litre) 279 27,6 48

2.2.3 Les sensibilités et les pressions

La Directive Cadre sur l’Eau (DCE)26 établit un découpage des nappes souterraines et des cours d’eau ou plans d’eau en masses d’eau souterraine et masses d’eau superficielle. Pour ces masses d’eau, elle définit un objectif de bon état devant être atteint en 2015 (avec des dérogations possibles, lorsque les conditions le justifient, pour 2021 et enfin pour 2027) et de non dégradation. Certaines masses d’eau superficielle peuvent être classées en MEFM (Masse d’Eau Fortement Modifiée) ou MEA (Masse d’Eau Artificielle). Pour ces masses d’eau ayant été créée ou très altérée par l’homme, l’objectif est le bon potentiel : bon état chimique et bon potentiel écologique.

Etat des masses d’eau souterraine

L’objectif de bon état des masses d’eau souterraines concerne à la fois le bon état chimique et le bon état quantitatif :

- le bon état chimique est atteint avec le respect de normes et valeurs seuils pour les concentrations en polluants dus aux activités humaines ;

- le bon état quantitatif est atteint lorsque les prélèvements n’excèdent pas la capacité de renouvellement de la nappe.

La région Auvergne-Rhône-Alpes compte 126 masses d’eau souterraines27. Les états des lieux des différents Schémas Directeurs d’Aménagement et de Gestion des Eaux (SDAGE) 2016-2021 réalisés en 2013 sur les trois grands bassins hydrographiques ont permis d’établir les états quantitatif et chimique de chacune d’entre elles et d’y formuler une échéance de bon état (2015, 2021 ou 2027).

Figure 6 - Etats quantitatif et chimique des masses d'eau souterraine d'Auvergne-Rhône-Alpes

Une majorité des masses d’eau souterraines sont en bon état. Cependant, 27 d’entre elles présentent un état médiocre sur le territoire (21,4 %), dont 5 à la fois sur le plan quantitatif et sur le plan chimique (au niveau du Comtat, de l’Est Lyonnais et de l’Ain sud). Au niveau chimique, les paramètres déclassants les plus fréquemment rencontrés sont la présence de nitrates et de pesticides, mais également parfois la présence d’une pollution historique d’origine industrielle.

26 Directive 2000/60/CE du 23 octobre 2000 établissant un cadre pour une politique communautaire dans le domaine de l’eau

27 Version rapportage 2016

Etat chimique Etat quantitatif

Dans le document Schéma Régional des Carrières de la région Auvergne Rhône Alpes (Page 47-52)

Documents relatifs